Tests PCR, Traduction cv19.fr, 📌

Les tests PCR COVID19 n’ont aucune signification scientifique

Les tests PCR COVID19 n’ont aucune signification scientifique

Bien que le monde entier s’appuie sur la RT-PCR pour “diagnostiquer” l’infection à Sars-Cov-2, les données scientifiques sont claires : elle n’est pas adaptée à l’objectif.

De Torsten Engelbrecht et Konstantin Demeter

Les mesures de confinement et d’hygiène dans le monde entier sont basées sur le nombre de cas et les taux de mortalité créés par les tests RT-PCR dits “SARS-CoV-2” utilisés pour identifier les patients “positifs”, où “positif” est généralement assimilé à “infecté”.

Mais si l’on examine les faits de près, la conclusion est que ces tests PCR sont dénués de sens en tant qu’outil de diagnostic pour déterminer une infection présumée par un virus prétendument nouveau appelé SARS-CoV-2.

  • Le mantra “Testez, testez, testez,…” infondé

Lors du point de presse sur le COVID-19 le 16 mars 2020, le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré :

Nous avons un message simple pour tous les pays : testez, testez, testez”.

Le message a été diffusé à travers les gros titres du monde entier, par exemple par Reuters et la BBC.

Toujours le 3 mai, le modérateur du journal heute – l’un des plus importants magazines d’information de la télévision allemande – transmettait le mantra du dogme du Covid à son public avec des mots d’avertissement :

Testez, testez, testez, c’est le credo du moment, et c’est la seule façon de comprendre réellement à quel point le coronavirus se propage”.

Cela indique que la croyance dans la validité des tests PCR est si forte qu’elle équivaut à une religion qui ne tolère pratiquement aucune contradiction.

Mais il est bien connu que les religions sont une affaire de foi et non de faits scientifiques. Et comme l’a dit Walter Lippmann, le double lauréat du prix Pulitzer et peut-être le journaliste le plus influent du XXe siècle : “Là où tous pensent de la même façon, personne ne pense beaucoup.

Pour commencer, il est donc très remarquable que Kary Mullis lui-même, l’inventeur de la technologie de la réaction en chaîne de la polymérase (PCR), ne pensait pas de la même façon. Son invention lui a valu le prix Nobel de chimie en 1993.

Malheureusement, Mullis est décédé l’année dernière à l’âge de 74 ans, mais il ne fait aucun doute que le biochimiste considérait la PCR comme inappropriée pour détecter une infection virale.

La raison en est que l’utilisation prévue de la PCR était, et est toujours, de l’appliquer comme une technique de fabrication, capable de répliquer des séquences d’ADN des millions et des milliards de fois, et non comme un outil de diagnostic pour détecter des virus.

La manière dont la déclaration de pandémies virales basée sur les tests PCR peut aboutir à un désastre a été décrite par Gina Kolata dans son article de 2007 du New York Times intitulé Faith in Quick Test Leads to Epidemic That Wasn’t.

Absence d’un étalon-or (ou test de référence) reconnu

En outre, il convient de mentionner que les tests PCR utilisés pour identifier les patients dits COVID-19 présumés infectés par ce que l’on appelle le SRAS-CoV-2 n’ont pas d’étalon-or valable avec lequel les comparer.

Il s’agit là d’un point fondamental. Les tests doivent être évalués pour déterminer leur précision – à proprement parler leur “sensibilité”[1] et leur “spécificité” – par comparaison avec un “étalon-or”, c’est-à-dire la méthode la plus précise disponible.

Par exemple, pour un test de grossesse, l’étalon-or serait la grossesse elle-même. Mais comme le spécialiste australien des maladies infectieuses Sanjaya Senanayake, par exemple, l’a déclaré dans une interview à la télévision sur ABC en réponse à la question “Quelle est la précision du test [COVID-19] ?

Si nous avions un nouveau test pour détecter le staphylocoque doré [la bactérie] dans le sang, nous aurions déjà des hémocultures, c’est l’étalon-or que nous utilisons depuis des décennies, et nous pourrions comparer ce nouveau test avec celui-ci. Mais pour COVID-19, nous n’avons pas de test de référence”.

Jessica C. Watson, de l’université de Bristol, le confirme. Dans son article “Interpreting a COVID-19 test result“, publié récemment dans le British Medical Journal, elle écrit qu’il y a “un manque d’un tel “étalon-or” clair pour le test COVID-19″.

Mais au lieu de classer les tests comme inappropriés pour la détection du SRAS-CoV-2 et le diagnostic COVID-19, ou au lieu de souligner que seul un virus, prouvé par isolement et purification, peut être un solide étalon-or, Watson affirme sérieusement que, “de manière pragmatique”, le diagnostic COVID-19 lui-même, y compris le test PCR, “pourrait être le meilleur étalon-or disponible”. Mais cela n’est pas scientifiquement fondé.

Outre le fait qu’il est tout à fait absurde de considérer le test PCR lui-même comme faisant partie de l’étalon-or pour évaluer le test PCR, il n’existe aucun symptôme spécifique distinctif pour COVID-19, comme nous l’ont concédé même des personnes telles que Thomas Löscher, ancien chef du département d’infection et de médecine tropicale de l’université de Munich et membre de l’Association fédérale des internistes allemands [2].

Et s’il n’y a pas de symptômes spécifiques distinctifs pour le COVID-19, le diagnostic COVID-19 – contrairement à ce qu’affirme Watson – ne peut pas servir de référence valable.

En outre, les “experts” tels que Watson négligent le fait que seul l’isolement du virus, c’est-à-dire une preuve virale sans équivoque, peut constituer l’étalon-or.

C’est pourquoi j’ai demandé à Watson comment le diagnostic COVID-19 “peut être le meilleur étalon-or disponible”, s’il n’y a pas de symptômes spécifiques distinctifs pour le COVID-19, et aussi si le virus lui-même, c’est-à-dire l’isolement du virus, ne serait pas le meilleur étalon-or disponible/possible. Mais elle n’a pas encore répondu à ces questions – malgré de multiples demandes. Et elle n’a pas encore répondu non plus à notre post de réponse rapide sur son article dans lequel nous abordons exactement les mêmes points, bien qu’elle nous ait écrit le 2 juin : “J’essaierai de poster une réponse plus tard cette semaine quand j’en aurai l’occasion”.

Aucune preuve que l’ARN soit d’origine virale

La question qui se pose maintenant est la suivante : que faut-il faire en premier lieu pour isoler/prévenir le virus ? Nous devons savoir d’où provient l’ARN pour lequel les tests PCR sont calibrés.

Comme les manuels (par ex, White/Fenner. Medical Virology, 1986, p. 9) ainsi que des chercheurs de pointe dans le domaine des virus tels que Luc Montagnier ou Dominic Dwyer déclarent que la purification des particules – c’est-à-dire la séparation d’un objet de tout ce qui n’est pas cet objet, comme par exemple la lauréate du prix Nobel Marie Curie a purifié 100 mg de chlorure de radium en 1898 en l’extrayant de tonnes de pechblende – est une condition préalable essentielle pour prouver l’existence d’un virus, et donc pour prouver que l’ARN de la particule en question provient d’un nouveau virus.

La raison en est que la PCR est extrêmement sensible, ce qui signifie qu’elle peut détecter même les plus petits morceaux d’ADN ou d’ARN – mais elle ne peut pas déterminer d’où viennent ces particules. Cela doit être déterminé au préalable.

Et comme les tests PCR sont calibrés pour des séquences de gènes (dans ce cas-ci des séquences d’ARN, car on pense que le SRAS-CoV-2 est un virus à ARN), nous devons savoir que ces fragments de gènes font partie du virus recherché. Et pour le savoir, il faut procéder à une isolation et une purification correctes du virus présumé.

C’est pourquoi nous avons demandé aux équipes scientifiques des documents pertinents auxquels il est fait référence dans le contexte du SRAS-CoV-2 de prouver si les clichés au microscope électronique présentés dans leurs expériences in vitro montrent des virus purifiés.

Mais pas une seule équipe n’a pu répondre à cette question par “oui” – et personne n’a dit que la purification n’était pas une étape nécessaire. Nous avons seulement obtenu des réponses du type “Non, nous n’avons pas obtenu de micrographie électronique montrant le degré de purification” (voir ci-dessous).

Nous avons demandé à plusieurs auteurs de l’étude “Vos micrographies électroniques indiquent-elles le virus purifié ?”, ils ont donné les réponses suivantes :

Study 1: Leo L. M. Poon; Malik Peiris. “Emergence of a novel human coronavirus threatening human health” Nature Medicine, March 2020
Replying Author: Malik Peiris
Date: May 12, 2020
Answer: “L’image est le virus bourgeonnant d’une cellule infectée. Ce n’est pas un virus purifié.”


Study 2: Myung-Guk Han et al. “Identification of Coronavirus Isolated from a Patient in Korea with COVID-19”, Osong Public Health and Research Perspectives, February 2020
Replying Author: Myung-Guk Han
Date: May 6, 2020
Answer: “Nous n’avons pas pu estimer le degré de purification car nous ne purifions pas et ne concentrons pas le virus cultivé dans les cellules.”


Study 3: Wan Beom Park et al. “Virus Isolation from the First Patient with SARS-CoV-2 in Korea”, Journal of Korean Medical Science, February 24, 2020
Replying Author: Wan Beom Park
Date: March 19, 2020
Answer: “Nous n’avons pas obtenu de micrographie électronique montrant le degré de purification.”


Study 4: Na Zhu et al., “A Novel Coronavirus from Patients with Pneumonia in China”, 2019, New England Journal of Medicine, February 20, 2020
Replying Author: Wenjie Tan
Date: March 18, 2020
Answer: “[Nous montrons] une image de particules de virus sédimentées, et non pas purifiées. »”

En ce qui concerne les documents mentionnés, il est clair que ce qui est montré dans les micrographies électroniques (ME) est le résultat final de l’expérience, ce qui signifie qu’il n’y a pas d’autre résultat à partir duquel ils auraient pu faire des ME.

En d’autres termes, si les auteurs de ces études admettent que leurs ME publiés ne montrent pas de particules purifiées, alors ils ne possèdent certainement pas de particules purifiées prétendues être virales. (Dans ce contexte, il faut remarquer que certains chercheurs utilisent le terme “isolation” dans leurs articles, mais les procédures qui y sont décrites ne représentent pas un processus d’isolation (purification) approprié. Par conséquent, dans ce contexte, le terme “isolation” est utilisé à tort).

Ainsi, les auteurs de quatre des principaux articles du début de l’année 2020 prétendant à la découverte d’un nouveau coronavirus concèdent qu’ils n’avaient aucune preuve que l’origine du génome du virus était des particules de type viral ou des débris cellulaires, purs ou impurs, ou des particules de toute sorte. En d’autres termes, l’existence de l’ARN du SRAS-CoV-2 est basée sur la foi et non sur les faits.

Nous avons également contacté le Dr Charles Calisher, qui est un virologiste chevronné. En 2001, Science a publié un “plaidoyer passionné … à la jeune génération” de plusieurs virologistes chevronnés, dont Calisher, qui disant cela :

Les méthodes modernes de détection des virus comme l’amplification en chaîne par polymérase […] ne disent rien ou presque sur la façon dont un virus se multiplie, quels animaux en sont porteurs, [ou] comment il rend les gens malades. [C’est] comme essayer de dire si quelqu’un a mauvaise haleine en regardant son empreinte digitale”[3].

Et c’est pourquoi nous avons demandé au Dr Calisher s’il connaissait un seul article dans lequel le CoV-2 du SRAS a été isolé et finalement vraiment purifié. Sa réponse :

Je ne connais pas de publication de ce type. J’en cherche encore une.”[4].

Cela signifie en fait qu’on ne peut pas conclure que les séquences de gènes d’ARN, que les scientifiques ont prélevées sur les échantillons de tissus préparés dans les essais in vitro mentionnés et pour lesquelles les tests PCR sont finalement “calibrés”, appartiennent à un virus spécifique – en l’occurrence le SARS-CoV-2.

En outre, il n’existe aucune preuve scientifique que ces séquences d’ARN sont l’agent causal de ce que l’on appelle le COVID-19.

Afin d’établir un lien de causalité, d’une manière ou d’une autre, c’est-à-dire au-delà de l’isolement et de la purification du virus, il aurait été absolument nécessaire de réaliser une expérience qui satisfasse les quatre postulats de Koch. Mais une telle expérience n’existe pas, comme l’ont récemment révélé Amory Devereux et Rosemary Frei pour OffGuardian.

La nécessité de remplir ces postulats concernant le SRAS-CoV-2 est démontrée notamment par le fait que des tentatives ont été faites pour les remplir. Mais même les chercheurs qui prétendent l’avoir fait n’ont pas réussi.

Un exemple est une étude publiée dans Nature le 7 mai. Cet essai, outre les autres procédures qui rendent l’étude invalide, n’a répondu à aucun des postulats.

Par exemple, les souris de laboratoire prétendument “infectées” ne présentaient aucun symptôme clinique pertinent clairement attribuable à une pneumonie, ce qui, selon le troisième postulat, devrait effectivement se produire si un virus dangereux et potentiellement mortel y était réellement à l’œuvre. Et les légères sués et la perte de poids, qui ont été observées temporairement chez les animaux, sont négligeables, non seulement parce qu’elles auraient pu être causées par la procédure elle-même, mais aussi parce que le poids est revenu à la normale.

De plus, aucun animal n’est mort, à l’exception de ceux qu’ils ont tués pour pratiquer les autopsies. Et n’oublions pas : Ces expériences auraient dû être faites avant de mettre au point un test, ce qui n’est pas le cas.

Il est révélateur qu’aucun des principaux représentants allemands de la théorie officielle sur le SARS-Cov-2/COVID-19 – le Robert Koch-Institute (RKI), Alexander S. Kekulé (Université de Halle), Hartmut Hengel et Ralf Bartenschlager (Société allemande de virologie), Thomas Löscher, Ulrich Dirnagl (Charité Berlin) ou Georg Bornkamm (virologue et professeur émérite au Helmholtz-Zentrum de Munich) – n’aient pu répondre à la question suivante que je leur ai envoyée :

Si les particules que l’on prétend être le SARS-CoV-2 n’ont pas été purifiées, comment voulez-vous être sûr que les séquences des gènes de l’ARN de ces particules appartiennent à un nouveau virus spécifique ?

En particulier, si des études montrent que les substances telles que les antibiotiques qui sont ajoutées aux tubes à essai dans les expériences in vitro réalisées pour la détection des virus peuvent “stresser” la culture cellulaire de telle sorte que de nouvelles séquences de gènes non détectables auparavant se forment – un aspect sur lequel la lauréate du prix Nobel Barbara McClintock avait déjà attiré l’attention lors de sa conférence sur le prix Nobel en 1983.

Il ne faut pas passer sous silence que nous avons finalement obtenu de la Charité – l’employeur de Christian Drosten, le virologiste le plus influent d’Allemagne en ce qui concerne COVID-19, conseiller du gouvernement allemand et co-développeur du test PCR qui a été le premier à être “accepté” (non validé !) par l’OMS dans le monde entier – qu’elle réponde à des questions sur le sujet.

Mais nous n’avons obtenu de réponses que le 18 juin 2020, après des mois de non-réponse. Finalement, nous n’y sommes parvenus qu’avec l’aide de l’avocate berlinoise Viviane Fischer.

En réponse à notre question “La Charité s’est-elle convaincue qu’une purification appropriée des particules a été effectuée”, la Charité concède qu’elle n’a pas utilisé de particules purifiées.

Et bien qu’ils affirment que “les virologistes de la Charité sont sûrs qu’ils font des tests pour le virus”, ils déclarent dans leur document (Corman et al.) :

L’ARN a été extrait d’échantillons cliniques avec le système MagNA Pure 96 (Roche, Penzberg, Allemagne) et de surnageants de culture cellulaire avec le mini kit ARN viral (QIAGEN, Hilden, Allemagne)”.

Ce qui signifie qu’ils ont juste supposé que l’ARN était viral.

Soit dit en passant, l’article de Corman et al. publié le 23 janvier 2020 n’a même pas été soumis à un véritable processus d’examen par les pairs, et les procédures qui y sont décrites n’ont pas été accompagnées de contrôles – bien que ce ne soit que grâce à ces deux éléments que le travail scientifique devient vraiment solide.

Résultats de tests irrationnels

Il est également certain que nous ne pouvons pas connaître le taux de faux positifs des tests PCR sans procéder à des tests généralisés sur des personnes qui n’ont certainement pas le virus, prouvés par une méthode indépendante du test (ayant un étalon-or solide).

Il n’est donc pas surprenant que plusieurs documents illustrent des résultats de tests irrationnels.

Par exemple, en février déjà, les autorités sanitaires de la province chinoise de Guangdong ont signalé que des personnes s’étaient complètement remises d’une maladie attribuée au COVID-19, avaient commencé à être testées “négatives”, puis avaient été à nouveau testées “positives”.

Un mois plus tard, un article publié dans le Journal of Medical Virology montrait que 29 des 610 patients d’un hôpital de Wuhan avaient 3 à 6 résultats de tests qui oscillaient entre “négatif”, “positif” et “douteux”.

Un troisième exemple est une étude menée à Singapour dans laquelle des tests ont été effectués presque quotidiennement sur 18 patients et la majorité est passée de “positif” à “négatif” puis à “positif” au moins une fois, et jusqu’à cinq fois chez un patient.

Même Wang Chen, président de l’Académie chinoise des sciences médicales, a concédé en février que les tests PCR ne sont “précis qu’à 30 à 50 %” ; tandis que Sin Hang Lee, du laboratoire de diagnostic moléculaire de Milford, a envoyé une lettre à l’équipe de réponse aux coronavirus de l’OMS et à Anthony S. Fauci le 22 mars 2020, pour dire cela :

Il a été largement rapporté dans les réseaux sociaux que les kits de test RT-qPCR [Reverse Transcriptase quantitative PCR] utilisés pour détecter l’ARN SARSCoV-2 dans les échantillons humains génèrent de nombreux faux positifs et ne sont pas assez sensibles pour détecter certains cas réellement positifs”.

En d’autres termes, même si nous supposons théoriquement que ces tests PCR peuvent réellement détecter une infection virale, les tests seraient pratiquement sans valeur, et ne feraient que provoquer une peur infondée chez les personnes “positives” testées.

Cela devient également évident si l’on considère la valeur prédictive positive (PPV).

La PPV indique la probabilité qu’une personne ayant un résultat positif soit réellement “positive” (c’est-à-dire qu’elle ait le virus supposé), et cela dépend de deux facteurs : la prévalence du virus dans la population générale et la spécificité du test, c’est-à-dire le pourcentage de personnes sans maladie chez qui le test est correctement “négatif” (un test avec une spécificité de 95% donne un résultat positif de façon incorrecte chez 5 personnes non infectées sur 100).

À spécificité égale, plus la prévalence est élevée, plus le PPV est élevé.

Dans ce contexte, le 12 juin 2020, le journal Deutsches Ärzteblatt a publié un article dans lequel le PPV a été calculé avec trois scénarios de prévalence différents.

Les résultats doivent, bien sûr, être considérés de manière très critique, d’abord parce qu’il n’est pas possible de calculer la spécificité sans un étalon-or solide, comme cela a été souligné, et ensuite parce que les calculs de l’article sont basés sur la spécificité déterminée dans l’étude de Jessica Watson, qui est potentiellement sans valeur, comme cela a également été mentionné.

Mais si l’on s’en tient à un résumé, en supposant que la spécificité sous-jacente de 95% est correcte et que nous en connaissons la prévalence, même le journal médical de référence Deutsches Ärzteblatt rapporte que les tests RT-PCR dits SARS-CoV-2 peuvent avoir une VPP “scandaleusement basse”.

Dans l’un des trois scénarios, avec une prévalence supposée de 3 %, le PPV n’était que de 30 %, ce qui signifie que 70 % des personnes testées “positives” ne sont pas du tout “positives”. Pourtant, “on leur prescrit une quarantaine”, comme le note même l’Ärzteblatt de manière critique.

Dans un deuxième scénario de l’article du journal, on suppose un taux de prévalence de 20 %. Dans ce cas, ils génèrent un PPV de 78 %, ce qui signifie que 22 % des tests “positifs” sont de faux “positifs”.

Cela signifierait : Si nous prenons les quelque 9 millions de personnes qui sont actuellement considérées comme “positives” dans le monde – en supposant que les vrais “positifs” ont réellement une infection virale – nous obtiendrions près de 2 millions de faux “positifs”.

Tout cela s’explique par le fait que le CDC et la FDA, par exemple, concèdent dans leurs dossiers que les tests RT-PCR dits “SARS-CoV-2” ne sont pas adaptés au diagnostic du SRAS-CoV-2.

Dans le fichier “CDC 2019-Novel Coronavirus (2019-nCoV) Real-Time RT-PCR Diagnostic Panel” du 30 mars 2020, par exemple, il est dit :

La détection de l’ARN viral peut ne pas indiquer la présence d’un virus infectieux ou que le 2019-nCoV est l’agent causal des symptômes cliniques”.

Et :

Ce test ne peut pas exclure les maladies causées par d’autres pathogènes bactériens ou viraux”.

Et la FDA (Food and Drug administation, USA) admet :

des résultats positifs […] n’excluent pas une infection bactérienne ou une co-infection avec d’autres virus. L’agent détecté peut ne pas être la cause certaine de la maladie”.

Il est remarquable de constater que dans les manuels d’instructions des tests PCR, on peut également lire qu’ils ne sont pas conçus comme un test de diagnostic, comme par exemple dans ceux d’Altona Diagnostics et de Creative Diagnostics [5].

Pour en citer un autre, dans l’annonce des tests modulaires LightMix produits par TIB Molbiol – qui ont été développés selon le protocole de Corman et al. – et distribués par Roche, nous pouvons lire :

Ces tests ne sont pas destinés à être utilisés comme aide au diagnostic d’une infection à coronavirus”.

Et :

Pour la recherche uniquement. Ne pas utiliser dans les procédures de diagnostic”.

Où sont les preuves que les tests peuvent mesurer la “charge virale” ?

Il y a également des raisons de conclure que le test PCR de Roche et d’autres ne peut même pas détecter les gènes ciblés.

En outre, dans les descriptions de produits des tests RT-qPCR pour SARS-COV-2, il est dit qu’il s’agit de tests “qualitatifs”, contrairement au fait que le “q” dans “qPCR” signifie “quantitatif”. Et si ces tests ne sont pas des tests “quantitatifs”, ils ne montrent pas combien de particules virales sont présentes dans le corps.

C’est crucial car, pour pouvoir commencer à parler de la maladie dans le monde réel, et pas seulement en laboratoire, le patient devrait avoir des millions et des millions de particules virales qui se répliquent activement dans son corps.

C’est-à-dire que le CDC (Centers for Disease Control, USA), l’OMS, la FDA ou le RKI (Robert Koch Institute, Allemagne) peuvent affirmer que les tests peuvent mesurer la “charge virale“, c’est-à-dire le nombre de particules virales présentes dans l’organisme. “Mais cela n’a jamais été prouvé. C’est un énorme scandale”, comme le souligne le journaliste Jon Rappoport.

Ce n’est pas seulement parce que le terme “charge virale” est trompeur. Si vous posez la question “qu’est-ce que la charge virale” lors d’un dîner, les gens pensent qu’il s’agit de virus circulant dans le sang. Ils sont surpris d’apprendre qu’il s’agit en fait de molécules d’ARN.

De plus, pour prouver hors de tout doute que la PCR peut mesurer la “charge” d’un virus pathogène chez une personne, il aurait fallu procéder à l’expérience suivante (ce qui n’a pas encore été fait) :

Vous prenez, disons, quelques centaines ou même milliers de personnes et vous leur prélevez des échantillons de tissus. Assurez-vous que les personnes qui prélèvent les échantillons ne font pas le test, car les testeurs ne sauront jamais qui sont les patients et dans quel état ils se trouvent. Les testeurs effectuent leur PCR sur les échantillons de tissus. Dans chaque cas, ils disent quel virus ils ont trouvé et en quelle quantité. Ensuite, par exemple, chez les patients 29, 86, 199, 272 et 293, ils ont trouvé une grande partie de ce qu’ils prétendent être un virus. Aujourd’hui, nous rendons ces patients aveugles. Ils devraient tous être malades, parce qu’ils ont tellement de virus qui se répliquent dans leur corps. Mais sont-ils vraiment malades – ou sont-ils en pleine forme ?

Avec l’aide de l’avocate Viviane Fischer, mentionnée ci-dessus, j’ai finalement obtenu de la Charité qu’elle réponde également à la question de savoir si le test mis au point par Corman et autres – le soi-disant “test PCR de Drosten” – est un test quantitatif.

Mais la Charité n’a pas voulu répondre “oui” à cette question. Au lieu de cela, la Charité a écrit :

S’il s’agit de RT-PCR en temps réel, à la connaissance de la Charité, dans la plupart des cas, celles-ci sont […] limitées à une détection qualitative”.

En outre, le “test PCR de Drosten” utilise le test de gène E non spécifique comme test préliminaire, tandis que l’Institut Pasteur utilise le même test comme test de confirmation.

Selon Corman et al., le test E-gene est susceptible de détecter tous les virus asiatiques, tandis que les autres tests des deux tests sont censés être plus spécifiques pour les séquences marquées “SARS-CoV-2”.

Outre l’objectif discutable de disposer d’un test préliminaire ou de confirmation susceptible de détecter tous les virus asiatiques, l’OMS a modifié l’algorithme début avril, recommandant qu’à partir de ce moment un test puisse être considéré comme “positif” même si seul le test E-gene (qui est susceptible de détecter tous les virus asiatiques !) donne un résultat “positif”.

Cela signifie qu’un résultat de test non spécifique confirmé est officiellement vendu comme spécifique.

Ce changement d’algorithme a augmenté le nombre de “cas”. Les tests utilisant le test du gène E sont produits par exemple par Roche, TIB Molbiol et R-Biopharm.

Des valeurs Cq (cycle de quantification) élevées rendent les résultats des tests encore plus insignifiants

Un autre problème essentiel est que de nombreux tests PCR ont une valeur de “quantification du cycle” (Cq) supérieure à 35, et certains, dont le “test PCR de Drosten”, ont même une Cq de 45.

La valeur Cq précise le nombre de cycles de réplication de l’ADN nécessaires pour détecter un signal réel à partir d’échantillons biologiques.

“Les valeurs Cq supérieures à 40 sont suspectes en raison de leur faible efficacité implicite et ne doivent généralement pas être signalées”, comme le précisent les lignes directrices du MIQE.

MIQE signifie “Minimum Information for Publication of Quantitative Real-Time PCR Experiments”, un ensemble de lignes directrices qui décrivent les informations minimales nécessaires pour évaluer les publications sur la PCR en temps réel, également appelée PCR quantitative, ou qPCR.

L’inventeur lui-même, Kary Mullis, est d’accord, lorsqu’il déclare :

Si vous devez faire plus de 40 cycles pour amplifier un gène en une seule copie, il y a quelque chose qui ne va pas du tout avec votre PCR”.

Les lignes directrices du MIQE ont été élaborées sous l’égide de Stephen A. Bustin, professeur de médecine moléculaire, expert de renommée mondiale en matière de PCR quantitative et auteur du livre A-Z de la PCR quantitative, qui a été appelé “la bible de la qPCR“.

Dans une récente interview podcast, Bustin souligne que “l’utilisation de tels seuils arbitraires de Cq n’est pas idéale, car ils peuvent être soit trop bas (éliminant les résultats valides), soit trop élevés (augmentant les faux résultats “positifs”)”.

Et, selon lui, il faudrait viser un Cq dans les années 20 à 30 et on s’interroge sur la fiabilité des résultats pour tout Cq supérieur à 35.

Si la valeur de Cq devient trop élevée, il devient difficile de distinguer le signal réel du fond, par exemple en raison des réactions des amorces et des sondes fluorescentes, et il y a donc une plus grande probabilité de faux positifs.

En outre, parmi d’autres facteurs qui peuvent modifier le résultat, avant de commencer la PCR proprement dite, dans le cas où vous recherchez des virus à ARN présumés tels que le SARS-CoV-2, l’ARN doit être converti en ADN complémentaire (ADNc) avec l’enzyme Reverse Transcriptase – d’où le “RT” au début de la “PCR” ou de la “qPCR”.

Mais ce processus de transformation est “largement reconnu comme inefficace et variable”, comme l’ont souligné Jessica Schwaber du Centre pour la commercialisation de la médecine régénérative à Toronto et deux collègues chercheurs dans un article de 2019.

Stephen A. Bustin reconnaît que la PCR pose des problèmes comparables.

Par exemple, il a souligné le problème suivant : au cours du processus de conversion (ARN en ADNc), la quantité d’ADN obtenue avec le même matériel de base ARN peut varier considérablement, même d’un facteur 10 (voir l’interview ci-dessus).

Étant donné que les séquences d’ADN sont doublées à chaque cycle, même une légère variation est amplifiée et peut donc altérer le résultat, annihilant la valeur informative fiable du test.

Comment se peut-il donc que ceux qui prétendent que les tests PCR sont très utiles pour le diagnostic dit COVID-19 ignorent les insuffisances fondamentales de ces tests – même s’ils sont confrontés à des questions concernant leur validité ?

Il est certain que les défenseurs de l’hypothèse du nouveau coronavirus auraient dû traiter ces questions avant de lancer les tests sur le marché et de mettre pratiquement le monde entier sous clé, notamment parce que ce sont des questions qui viennent immédiatement à l’esprit de quiconque possède ne serait-ce qu’une étincelle de compréhension scientifique.

Ainsi, il apparaît inévitablement que les intérêts financiers et politiques jouent un rôle décisif dans cette ignorance des obligations scientifiques. NB, l’OMS, par exemple, a des liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques, comme l’a montré le British Medical Journal en 2010.

Et les experts critiquent “que la corruption notoire et les conflits d’intérêts à l’OMS ont continué, voire augmenté” depuis lors. Le CDC aussi, pour prendre un autre grand acteur, n’est évidemment pas mieux loti.

Enfin, les raisons et les motifs possibles restent spéculatifs, et beaucoup d’acteurs concernés sont certainement de bonne foi ; mais la science est claire : les chiffres générés par ces tests RT-PCR ne justifient en rien d’effrayer les personnes qui ont été testées “positives” et d’imposer des mesures de confinement qui plongent d’innombrables personnes dans la pauvreté et le désespoir, voire les poussent au suicide.

Et un résultat “positif” peut avoir de graves conséquences pour les patients également, car tous les facteurs non viraux sont alors exclus du diagnostic et les patients sont traités avec des médicaments hautement toxiques et des intubations invasives. Un tel traitement peut être fatal, en particulier pour les personnes âgées et les patients présentant des affections préexistantes, comme nous l’avons souligné dans l’article “Thérapie fatale“.

Il ne fait aucun doute que les éventuels taux de surmortalité sont causés par la thérapie et par les mesures de confinement, tandis que les statistiques de décès “COVID-19” comprennent également les patients qui sont morts de diverses maladies, redéfinies comme COVID-19 uniquement en raison d’un résultat de test “positif” dont la valeur ne pourrait être plus douteuse.

NOTES:-

[1] Sensitivity is defined as the proportion of patients with disease in whom the test is positive; and specificity is defined as the proportion of patients without disease in whom the test is negative.

[2] E-mail from Prof. Thomas Löscher from March 6, 2020

[3] Martin Enserink. Virology. Old guard urges virologists to go back to basics, Science, July 6, 2001, p. 24

[4] E-mail from Charles Calisher from May 10, 2020

[5] Creative Diagnostics, SARS-CoV-2 Coronavirus Multiplex RT-qPCR Kit

Torsten Engelbrecht est un journaliste et auteur primé de Hambourg, en Allemagne. En 2006, il a co-écrit Virus-Mania avec le Dr Klaus Kohnlein, et en 2009, il a remporté le prix allemand des médias alternatifs. Il a également écrit pour le Rubikon, le Süddeutsche Zeitung, le Financial Times Deutschland et bien d’autres.

Konstantin Demeter est un photographe indépendant et un chercheur indépendant. Avec le journaliste Torsten Engelbrecht, il a publié des articles sur la crise “COVID-19” dans le magazine en ligne Rubikon, ainsi que des contributions sur le système monétaire, la géopolitique et les médias dans des journaux suisses italiens.

Source : https://off-guardian.org/2020/06/27/covid19-pcr-tests-are-scientifically-meaningless/

Article approuvé par l’association bulgare de pathologie : https://bpa-pathology.com/covid19-pcr-tests-are-scientifically-meaningless/

Voir aussi :

Le problème des tests PCR

guest
2 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] respiratoire modérée ou grave. Malheureusement, les tests PCR utilisés pour le diagnostic ne sont pas adaptés à leur objectif. La plupart des tests PCR sont construits sur la base du protocole allemand de Drosten et […]

trackback

[…] respiratoire modérée ou grave. Malheureusement, les tests PCR utilisés pour le diagnostic ne sont pas adaptés à leur objectif. La plupart des tests PCR sont construits sur la base du protocole allemand de Drosten et […]

ajax-loader
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x