Tests PCR, Théorie, Vidéo

Candidat italien au prix Nobel : il n’est pas sûr que ce virus existe

Le Dr Stefano Scoglio, BSc PhD, est un expert en microbiologie et en naturopathie. Depuis 2004, il travaille comme chercheur scientifique, publiant de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales et coordonnant des recherches scientifiques et cliniques sur les extraits d’algues Klamath et sur les probiotiques à base de microalgues, en coopération avec le Centre national de recherche italien et diverses universités. Il est le détenteur de 7 brevets médicaux. Pour ses importantes publications scientifiques, en 2018, Scoglio a été nommé pour le prix Nobel de médecine. Il est également co-auteur du livre Virus Mania : Corona/COVID-19, rougeole, grippe porcine, cancer du col de l’utérus, grippe aviaire, SRAS, ESB, hépatite C, SIDA, polio, grippe espagnole. Comment l’industrie médicale invente continuellement des épidémies, réalisant des milliards de dollars de profits à nos dépens.

Dans cette interview, il explique avec éloquence les failles scientifiques dans le narratif de la “pandémie” de Covid-19, notamment au sujet de l’isolement du SARS-CoV-2, des tests PCR et des tests sérologiques.

Miroir Odysee

[Note : cette vidéo a plus d’un an et je ne la trouve que maintenant]

Extrait :

La réalité est que le virus du SARS-Cov-2 n’a jamais été isolé et testé. J’ai examiné toutes les études qui prétendent avoir isolé et même testé le virus, mais toutes ont fait quelque chose de très différent : ils ont pris le liquide pharyngé ou broncho-alvéolaire des patients, puis ils l’ont centrifugé pour séparer les molécules plus grosses et plus lourdes des molécules plus petites et plus légères, comme les prétendus virus ; ils ont ensuite pris le surnageant (la partie supérieure du matériel centrifugé) et ont appelé cette matrice extrêmement complexe ” virus isolé ” à laquelle ils ont ensuite appliqué la RT-PCR [Zhu N et al, A Novel Coronavirus from Patients with Pneumonia in China, 2019, N Engl J Med. 1, 2020 Feb 20 ; 382(8) : 727-733].

C’est assez technique, mais je vais essayer de simplifier : le surnageant contient de nombreux types de molécules, des milliards de micro et nanoparticules différentes, y compris ce qu’on appelle les vésicules extracellulaires (VE) et les exosomes, des particules utiles produites par notre corps et absolument indiscernables des virus :

“Aujourd’hui, c’est une mission presque impossible de séparer les vésicules extracellulaires et les virus par les méthodes canoniques d’isolement des vésicules, comme l’ultra-centrifugation différentielle, car ils sont souvent copelletés (rassemblés ensemble) en raison de leur taille similaire.” [Giannessi F. et al., The Role of Extracellular Vesicles as Allies of HIV, HCV and SARS Viruses, 2 Viruses 2020, 12, 571 ; doi:10.3390/v12050571, p.4].

Alors, comment isoler un virus spécifique de cet énorme mélange de milliards de particules indiscernables, qui inclut les exosomes bénéfiques ?

Eh bien, on ne le fait pas, c’est impossible, et on “recrée” donc le virus par RT-PCR : on prend deux amorces, deux séquences génétiques existantes disponibles dans les banques de gènes, et on les met en contact avec le bouillon du surnageant, jusqu’à ce qu’elles s’hybrident à un fragment d’ARN dans le bouillon, créant ainsi une molécule d’ADN artificielle, qui est ensuite multipliée par un certain nombre de cycles de PCR : chaque cycle double la quantité d’ADN, donc en théorie, plus le nombre de cycles est élevé, plus la quantité d’ADN produite est importante ; mais plus le nombre de cycles est élevé, plus la fiabilité de la PCR est faible, ou sa capacité à “produire” quelque chose de significatif à partir du surnageant, quelque chose qui ait un rapport avec le virus recherché : au-delà de 30 cycles, le résultat est essentiellement dépourvu de sens (comme l’a déclaré l’un des plus grands experts mondiaux en PCR, le Prof. Stephen Bustin). Toutes les études, ainsi que les tests actuels sur écouvillon, utilisent toujours entre 35 et 40 cycles.

C’est ce qu’écrit le Dr Scoglio dans un article intitulé ” La pandémie inventée, la nouvelle pathologie de l’asymptomaticité et la non-validité du test Covid-19 ” [en italien].

Et cela soulève la question suivante : si vous n’avez aucune idée de ce qu’est le virus, de ce à quoi il ressemble, comment pouvez-vous dire qu’il est responsable de quoi que ce soit ?…

Comme ce virus n’a jamais vraiment été isolé, et qu’il n’existe donc aucun étalon-or pour étayer les études ou les tests ultérieurs, aucune norme pour les guider, chacun est libre de construire son propre virus personnel du SARS-Cov-2 ! C’est la raison pour laquelle il existe aujourd’hui, dans la banque génomique du GISAID, l’organisation qui collecte et archive toutes les séquences génomiques, plus de 70 000 séquences génétiques du virus SARS-Cov-2, chacune prétendant être la vraie.

Pour s’accommoder de cette folie, on nous dit maintenant que le virus mute, et que c’est la raison pour laquelle il y a tant de séquences différentes. Mais est-il crédible que 70 000 structures génétiques différentes correspondent toutes au même virus ? …

Plusieurs études ont mis en évidence de nombreuses mutations et variations entre différentes souches géographiques : un article, dont Robert Gallo est l’un des auteurs, a trouvé des dizaines de mutations augmentant au fil du temps parallèlement à la prétendue propagation du virus de l’Asie à l’Europe et aux États-Unis ; un autre auteur a analysé 85 séquences génomiques différentes de SARS-Cov-2 disponibles au GISAID et a trouvé pas moins de 53 souches différentes de SARS-Cov2 provenant de diverses régions de Chine, d’Asie, d’Europe et des États-Unis.

Alors, laquelle de ces souches virales l’écouvillon recherche-t-il ? Si le virus mute constamment (en supposant et non en admettant que le virus existe), alors le test est inutile, car il va rechercher un virus qui précède toujours celui actuellement en circulation. Ce seul fait suffirait à comprendre que le test de l’écouvillon Covid-19 est complètement, 100% fallacieux !

En bref, nous avons confié la fin de notre liberté à ces tests non contrôlés, jamais validés et jamais autorisés, qu’il s’agisse de tests PCR ou sérologiques !

Sources :
https://www.byoblu.com/wp-content/uploads/2020/09/Sintesi-scientifico-epidemiologica-Covid-19.pdf
https://italytravelideas.com/italian-nobel-candidate-it-s-not-sure-this-virus-exists/

guest
4 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Anonyme
Anonyme
26 October 2021 12:43 pm

Philippe

Laurent
Laurent
17 October 2021 12:23 am

J’étais prêt à le croire mais malheureusement que dire quand ces affirmations sont controversées par le fact checking. Par exemple (parmi d’autres) :
“Toutes les thèses de négation de Scoglio, un homéopathe dont les affirmations ont été rejetées par la communauté scientifique et les principales autorités sanitaires internationales, sont fausses.”

Las falsedades de un homeópata italiano sobre la pandemia que alimentan el negacionismo


Finalement et bientôt fin 2021 ce virus a t’il été isolé ou pas ?

Anonyme
Anonyme
17 October 2021 1:00 pm
Reply to  Laurent

Non.

Mike
Mike
15 October 2021 2:18 pm

Et dire que cette vidéo a 1 an…

ajax-loader
4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x