Category: Vidéo

Dr. Luis Marcelo Martínez : La protéine Spike n’a jamais existé

Le docteur argentin Luis Marcelo Martínez, généticien médical, a passé en revue toute la littérature virologique depuis 1912 et est certain que la protéine Spike n’a jamais existé. Il explique également pourquoi il est peu probable qu’une personne vaccinée soit contagieuse.

Transcription :

Beaucoup de gens ont peur : une personne vaccinée est-elle contagieuse ? Tout d’abord, je ne sais pas. On ne peut pas le prouver et du point de vue de la biologie, je ne vois pas cela possible car… Voyons voir. Supposons que le vaccin, l’ARNm, donne l’instruction… Supposons ça, d’accord ? S’il donne l’instruction à la cellule de produire la fameuse protéine S. Les gars, pensez-y. Cette protéine est produite par les cellules de notre organisme, elle est transformée, elle est transformée. Et comment va-t-elle être excrétée vers l’extérieur ? En d’autres termes, comment arrive-t-elle intacte lorsque vous la crachez et que l’autre personne l’attrape et que vous l’infectez ? En d’autres termes, à quoi pensent-ils ?

Comment ? Comment ? Comment ? Comment de nombreuses personnes qui se trouvent dans la trajectoire de la protéine S et des personnes vaccinées se rendent-elles compte de cela ? Je veux dire, vous devez réfléchir deux minutes. Les cellules de votre corps, quelles sont celles qui produiraient la protéine S ? Celles du système immunitaire ? Non. Non. Toutes les cellules, mais surtout celles qui ont un fort taux de renouvellement. Et qu’arrive-t-il à la protéine une fois relâchée ? Elle est transformée. Elle est transformée. Alors, peut-elle sortir intacte ? Non, certainement pas. Et d’ailleurs tout cela doit être absolument démenti, parce que je dirai clairement, qu’étant donné qu’aucun coronavirus n’a jamais été isolé, aucun coronavirus n’a jamais été purifié. Et c’est la vérité, car pour le savoir, il faut parcourir toute la littérature virologique. Et c’est ce que j’ai fait. C’est pourquoi je parle ainsi. Et puis je trouve Lanka, qui vient ratifier tout ce que j’avais constaté.

Et pour moi, ce type était un miracle, car une autorité mondiale en matière de virologie me confirme ce que j’avais déduit par mes propres moyens dans le désespoir.
Après tout, j’étais désespéré, puis j’ai lu toute la littérature sur la virologie. Toute la littérature. De 1912 à aujourd’hui.
Et j’en ai déduit que l’existence de tout virus en tant que particule réelle n’a jamais été pleinement démontrée. Ils ont toujours été une élucubration théorique.
Et maintenant, récemment, une élucubration moléculaire à partir de la génétique, à partir de ce que sont les génomes.
Il faut donc savoir que si vous n’isolez pas et ne reconnaissez pas la particule originale et que vous ne commencez pas à la découper et à caractériser ses protéines, ses supposées protéines membranaires, et que vous ne retirez pas le matériel génétique et les séquences, d’où vient la théorie de la protéine S ? Le gène N ? Où avez-vous trouvé ça ? Vous savez où ils ont trouvé ça ? De génomes créés par ordinateur. La protéine S n’est connue de personne et quand ils vous disent que la protéine S est liée à l’ACE2, c’est un autre foutu mensonge. Toutes les publications vont à la publication originale de 2003 par le Dr Lee, qui a fait chanter l’Institut de recherche sur le sida, où Fauci est impliqué et toute cette bande de criminels menteurs qui ont brisé les âmes de générations entières en mentant parce que le premier mensonge est le VIH.Le premier mensonge, le VIH, ce sont les antirétroviraux… Ok ?
Donc, cette lettre, parce que c’est une lettre, ce n’est même pas un article scientifique, elle dit :
“Nous avons pris une protéine S, nous l’avons mise dans des cellules rénales de singe, voyons ce que nous attrapons. Ah, regardez ! C’est l’ACE2 qu’on a !”

Ils ont fait un petit test en comparant les fragments en poids, par spectroscopie de masse, pas par séquence nucléotidique, et par analyse fonctionnelle des fragments. Je parle grossièrement pour que ceux qui doivent écouter puissent me comprendre.

Et encore une fois pour les ” checkers “, parce que je suis dégoûté et sympathique envers les ” checkers “, sympathique parce qu’ils me réfutent même des écoutes privées. Messieurs, vous contestez des fuites audios. Et tous les gosses que vous citez aujourd’hui, que je ne connais même pas, je les ai cherchés sur Google et ils n’existent pas, alors venez débattre ici si vous voulez être ” checkés “, prenez un siège et débattez avec moi et avec tous mes collègues. Checkers, Chequeado, et AFP Factual et toute cette bande d’enfoirés. Alors amenez ces gars dans un débat. D’accord ?

La protéine S n’a jamais existé. Arrêtons de déconner avec la protéine S et la contagion des vaccinés. Maintenant, si une personne vaccinée génère une sorte de distorsion électromagnétique dans son environnement pendant un certain temps, on peut s’attendre à une sorte d’effet dans l’environnement très proche. Nous recommandons vivement aux personnes vaccinées de prendre conscience de leur situation et, tout d’abord, d’essayer de se ressourcer autant que possible, puis de faire appel à différents outils pour essayer de commencer à se purifier. Le corps se nettoie, messieurs, tout le monde se détend, vous ne resterez pas magnétique éternellement.

Si vous êtes conscient de cela, ne prenez pas la deuxième dose. Respectez votre corps, ne vous faites plus jamais vacciner. Et votre corps sera purifié. N’ayez pas peur, ne soyez pas effrayé par le magnétisme. Vous pouvez peut-être générer une certaine distorsion du champ électromagnétique dans l’environnement proche, peut-être. N’oubliez pas que nous sommes confrontés à des situations sans précédent. Nous n’avons pas la réponse à tout. Nous déduisons et nous raisonnons de la manière la plus logique possible. Rappelez-vous surtout : n’ayez pas peur. N’ayez pas peur, de quoi que ce soit, parce que notre organisme est très fort, très résistant. Il n’y a pas de machine avec une capacité d’adaptation, une malléabilité, une capacité de renouvellement. Eh… Aussi sophistiquée que la machine humaine. Vous n’avez aucune idée de la technologie naturelle que nous sommes. Nous nous émerveillons devant un téléphone portable : “Regardez toutes les applications qu’il a”, “Regardez cette voiture, le nombre de choses qu’elle a”.

Vous savez quoi ? La machine numéro 1 de l’univers, c’est nous. La machine numéro 1 de l’univers. Comme je l’ai dit, la meilleure des meilleures. Dans certains livres, il est dit que nous sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu. Et c’est vrai parce que s’il y a quelqu’un qui pense à tout ce scénario avec nous, il a produit le travail ultime. Nous sommes une machine absolument parfaite. Je dis cela en tant que médecin et en tant que personne qui regarde avec admiration ce que nous sommes. Et pourquoi ? Parce que j’ai vu tout le processus, depuis le moment où nous étions deux cellules séparées jusqu’à celui où nous avons formé un œuf et jusqu’à notre mort.

Dr. Luis Marcelo Martínez (M.N. 107.982). Généticien médical.

Article original (anglais) : https://www.orwell.city/2021/07/dr-luis-marcelo-martinez.html
Traduction et sous-titres FR par https://cv19.fr

Dr Tom Cowan à propos du coronavirus et de l’électrification de la terre

Le Dr Tom Cowan a co-écrit avec Sally Fallon Morell “Le mythe de la contagion – Pourquoi les virus (y compris le coronavirus) ne sont pas la cause des maladies” [il y a une traduction qui circule, mais n’oubliez pas les droits d’auteur] . De 1985 à 2019, le Dr Cowan a exercé la médecine générale, d’abord dans le nord de l’État de New York, puis pendant 17 ans à Peterborough, dans le New Hampshire, et pendant 17 ans à San Francisco, jusqu’à sa récente retraite. Il a été vice-président de la Physicians Association for Anthroposophical Medicine et membre fondateur du conseil d’administration de la Weston A. Price Foundation. Il en est toujours le vice-président. Il a donné des conférences dans tous les États-Unis et au Canada.

Il expose dans cet extrait un point de vue sur les possibles causes et origines des épidémies, en particulier du coronavirus.

Les tours cellulaires, Wi-fi, 5G : l’électricité a façonné le monde moderne. Mais comment a-t-elle affecté notre santé et notre environnement ?

Au cours des 220 dernières années, la société a développé une croyance universelle selon laquelle l’électricité est “sans danger” pour l’humanité et la planète. Le scientifique et journaliste Arthur Firstenberg bouleverse cette conviction en racontant l’histoire de l’électricité d’une manière inédite – d’un point de vue environnemental – en détaillant les effets de cet élément fondamental de la société sur notre santé et notre planète.

L’Arc-en-ciel invisible – L’histoire de l’électricité et de la vie” [extrait] retrace l’histoire de l’électricité depuis le début du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, et démontre de manière convaincante que de nombreux problèmes environnementaux, ainsi que les principales maladies de la civilisation industrialisée – maladies cardiaques, diabète et cancer – sont liés à la pollution électrique.

(1) – Exxon Valdez: https://fr.wikipedia.org/wiki/Exxon_Valdez
(2) – DDT (insecticide): https://en.wikipedia.org/wiki/DDT
(3) – Arthur Firstenberg – The Invisible Rainbow: https://www.barnesandnoble.com/w/the-invisible-rainbow-arthur-firstenberg/1135407037
(4) Rudolf Steiner: https://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Steiner
(5) NIH – National Institutes of Health: https://www.nih.gov/

Sous-titres par Mediaport

Candidat italien au prix Nobel : il n’est pas sûr que ce virus existe

Le Dr Stefano Scoglio, BSc PhD, est un expert en microbiologie et en naturopathie. Depuis 2004, il travaille comme chercheur scientifique, publiant de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales et coordonnant des recherches scientifiques et cliniques sur les extraits d’algues Klamath et sur les probiotiques à base de microalgues, en coopération avec le Centre national de recherche italien et diverses universités. Il est le détenteur de 7 brevets médicaux. Pour ses importantes publications scientifiques, en 2018, Scoglio a été nommé pour le prix Nobel de médecine. Il est également co-auteur du livre Virus Mania : Corona/COVID-19, rougeole, grippe porcine, cancer du col de l’utérus, grippe aviaire, SRAS, ESB, hépatite C, SIDA, polio, grippe espagnole. Comment l’industrie médicale invente continuellement des épidémies, réalisant des milliards de dollars de profits à nos dépens.

Dans cette interview, il explique avec éloquence les failles scientifiques dans le narratif de la “pandémie” de Covid-19, notamment au sujet de l’isolement du SARS-CoV-2, des tests PCR et des tests sérologiques.

Miroir Odysee

[Note : cette vidéo a plus d’un an et je ne la trouve que maintenant]

Extrait :

La réalité est que le virus du SARS-Cov-2 n’a jamais été isolé et testé. J’ai examiné toutes les études qui prétendent avoir isolé et même testé le virus, mais toutes ont fait quelque chose de très différent : ils ont pris le liquide pharyngé ou broncho-alvéolaire des patients, puis ils l’ont centrifugé pour séparer les molécules plus grosses et plus lourdes des molécules plus petites et plus légères, comme les prétendus virus ; ils ont ensuite pris le surnageant (la partie supérieure du matériel centrifugé) et ont appelé cette matrice extrêmement complexe ” virus isolé ” à laquelle ils ont ensuite appliqué la RT-PCR [Zhu N et al, A Novel Coronavirus from Patients with Pneumonia in China, 2019, N Engl J Med. 1, 2020 Feb 20 ; 382(8) : 727-733].

C’est assez technique, mais je vais essayer de simplifier : le surnageant contient de nombreux types de molécules, des milliards de micro et nanoparticules différentes, y compris ce qu’on appelle les vésicules extracellulaires (VE) et les exosomes, des particules utiles produites par notre corps et absolument indiscernables des virus :

“Aujourd’hui, c’est une mission presque impossible de séparer les vésicules extracellulaires et les virus par les méthodes canoniques d’isolement des vésicules, comme l’ultra-centrifugation différentielle, car ils sont souvent copelletés (rassemblés ensemble) en raison de leur taille similaire.” [Giannessi F. et al., The Role of Extracellular Vesicles as Allies of HIV, HCV and SARS Viruses, 2 Viruses 2020, 12, 571 ; doi:10.3390/v12050571, p.4].

Alors, comment isoler un virus spécifique de cet énorme mélange de milliards de particules indiscernables, qui inclut les exosomes bénéfiques ?

Eh bien, on ne le fait pas, c’est impossible, et on “recrée” donc le virus par RT-PCR : on prend deux amorces, deux séquences génétiques existantes disponibles dans les banques de gènes, et on les met en contact avec le bouillon du surnageant, jusqu’à ce qu’elles s’hybrident à un fragment d’ARN dans le bouillon, créant ainsi une molécule d’ADN artificielle, qui est ensuite multipliée par un certain nombre de cycles de PCR : chaque cycle double la quantité d’ADN, donc en théorie, plus le nombre de cycles est élevé, plus la quantité d’ADN produite est importante ; mais plus le nombre de cycles est élevé, plus la fiabilité de la PCR est faible, ou sa capacité à “produire” quelque chose de significatif à partir du surnageant, quelque chose qui ait un rapport avec le virus recherché : au-delà de 30 cycles, le résultat est essentiellement dépourvu de sens (comme l’a déclaré l’un des plus grands experts mondiaux en PCR, le Prof. Stephen Bustin). Toutes les études, ainsi que les tests actuels sur écouvillon, utilisent toujours entre 35 et 40 cycles.

C’est ce qu’écrit le Dr Scoglio dans un article intitulé ” La pandémie inventée, la nouvelle pathologie de l’asymptomaticité et la non-validité du test Covid-19 ” [en italien].

Et cela soulève la question suivante : si vous n’avez aucune idée de ce qu’est le virus, de ce à quoi il ressemble, comment pouvez-vous dire qu’il est responsable de quoi que ce soit ?…

Comme ce virus n’a jamais vraiment été isolé, et qu’il n’existe donc aucun étalon-or pour étayer les études ou les tests ultérieurs, aucune norme pour les guider, chacun est libre de construire son propre virus personnel du SARS-Cov-2 ! C’est la raison pour laquelle il existe aujourd’hui, dans la banque génomique du GISAID, l’organisation qui collecte et archive toutes les séquences génomiques, plus de 70 000 séquences génétiques du virus SARS-Cov-2, chacune prétendant être la vraie.

Pour s’accommoder de cette folie, on nous dit maintenant que le virus mute, et que c’est la raison pour laquelle il y a tant de séquences différentes. Mais est-il crédible que 70 000 structures génétiques différentes correspondent toutes au même virus ? …

Plusieurs études ont mis en évidence de nombreuses mutations et variations entre différentes souches géographiques : un article, dont Robert Gallo est l’un des auteurs, a trouvé des dizaines de mutations augmentant au fil du temps parallèlement à la prétendue propagation du virus de l’Asie à l’Europe et aux États-Unis ; un autre auteur a analysé 85 séquences génomiques différentes de SARS-Cov-2 disponibles au GISAID et a trouvé pas moins de 53 souches différentes de SARS-Cov2 provenant de diverses régions de Chine, d’Asie, d’Europe et des États-Unis.

Alors, laquelle de ces souches virales l’écouvillon recherche-t-il ? Si le virus mute constamment (en supposant et non en admettant que le virus existe), alors le test est inutile, car il va rechercher un virus qui précède toujours celui actuellement en circulation. Ce seul fait suffirait à comprendre que le test de l’écouvillon Covid-19 est complètement, 100% fallacieux !

En bref, nous avons confié la fin de notre liberté à ces tests non contrôlés, jamais validés et jamais autorisés, qu’il s’agisse de tests PCR ou sérologiques !

Sources :
https://www.byoblu.com/wp-content/uploads/2020/09/Sintesi-scientifico-epidemiologica-Covid-19.pdf
https://italytravelideas.com/italian-nobel-candidate-it-s-not-sure-this-virus-exists/

La légende du “virus de Wuhan” – l’origine du (prétendu) nouveau coronavirus (maj vidéo FR)

Par l’équipe du Projet Immanuel

Nous avons peut-être été naïfs de croire que la rumeur concernant le virus de Wuhan, qui aurait émergé puis se serait échappé d’un laboratoire d’armes biologiques, serait définitivement enterrée après le premier trimestre de 2021. En particulier aux États-Unis, les accusations et les soupçons deviennent de plus en plus forts et fréquents, de sorte que même le courant dominant ne peut plus les ignorer.

Quelque chose a-t-il changé dans la discussion ou les preuves de cette histoire depuis les premières rumeurs de 2020 et les nouvelles rumeurs de début 2021 ? Non…
Les arguments continuent de se fonder sur les mêmes impressions ; sur les affirmations et les accusations de supposés initiés et agences de renseignement qui ont observé des “choses suspectes” ici et là ; sur des conclusions prétendument “logiques” ; sur des experts renommés et des figures d’autorité qui considèrent la théorie du virus de Wuhan comme “tout à fait plausible” ; et, bien sûr, sur des “traces” du coronavirus ici et des “anticorps” prouvés là.

Rien de tout cela ne constitue la preuve d’une quelconque conspiration ou dissimulation, et aucun fait scientifiquement vérifiable ne vient étayer la théorie du virus de Wuhan.

Dans notre vidéo ” La légende du “virus de Wuhan” – l’origine du (prétendu) nouveau coronavirus “, nous avons traité en détail le sujet des prétendus agents pathogènes cultivés en laboratoire. Il n’y a toujours rien de plus à dire sur ce sujet, et il n’y aura toujours rien de plus à dire sur ce sujet à l’avenir.
La raison en est très simple : la base scientifique requise pour le principe des agents pathogènes cultivés n’existe tout simplement pas.

Transcription

“Il se peut qu’il y ait encore des scientifiques dispersés dans le monde qui tentent de produire le microbe tueur ultime dans leur laboratoire. Mais ils échoueront, tout comme les personnes qui ont essayé de fabriquer de l’or à une époque antérieure. Leur base scientifique est tout simplement fausse.”
(“La légende du “virus de Wuhan” – l’origine du (prétendu) nouveau coronavirus”)

Les soi-disant “experts” supposent que le prétendu coronavirus doit provenir d’un laboratoire, entre autres parce que le brin génétique du SARS-CoV-2 semble très suspect et en quelque sorte fabriqué par l’homme. Mais si l’on examine de plus près la genèse de ce brin génétique, on comprend pourquoi il en est ainsi.
Les virologues chinois qui ont fourni la preuve supposée de l’existence d’un nouveau coronavirus au début de l’année 2020 avaient probablement peur d’un éventuel nouveau “virus tueur” d’une part, et d’autre part ils étaient soumis à une pression énorme. Il fallait trouver des réponses, et le plus rapidement possible. La probabilité que des erreurs soient commises dans leur travail était donc déjà multipliée. Puis, en un temps record de seulement 40 heures ( !), ils ont construit le modèle d’un nouveau brin génétique du coronavirus du SRAS sur l’ordinateur et ont fourni les réponses exactes que tout le monde avait redoutées et attendues. Cependant, comme le modèle génomique a été créé en si peu de temps, il a été impossible de respecter toutes les règles nécessaires de la virologie et de la génétique (bien que les règles scientifiques soient régulièrement ignorées en virologie de toute façon). En conséquence, il n’a été possible de créer qu’une construction très ” irrégulière “, comme l’a dit M. Lanka, qui ne correspond que de justesse aux conditions préalables d’un modèle génomique. Et c’est précisément ce fait qui amène régulièrement les scientifiques à penser que le virus est de fabrication humaine.

Le brin génétique du SARS-CoV-2 EST fabriqué par l’homme. Et OUI, en principe, il provient d’un laboratoire de Wuhan. Mais il s’agit d’un MODÈLE ! Le SARS-CoV-2 n’est rien de plus qu’un modèle informatique. Il n’a jamais été et ne sera jamais plus que cela.

L’attaque médiatique et le dénigrement de la Chine par le gouvernement américain sont plus probablement motivés par des raisons politiques que médicales/scientifiques.
Rendre la Chine responsable de la crise du Coronavirus est une absurdité et une hypocrisie. Accuser les scientifiques chinois d’être négligents et donc responsables de la “crise du Coronavirus” serait également tout à fait injuste !

Le monde entier est responsable de la création et du maintien de la crise. Tous les pays ont participé et joué leur rôle. Il n’y a donc pas lieu d’émettre des reproches. La société moderne s’est fourvoyée dans cette impasse depuis des générations, alors sortons ensemble, en tant que famille humaine, de cette impasse et prenons un nouveau chemin.

Ainsi, au lieu de continuer à s’occuper des mythes du virus de Wuhan, qui ne sont que des tactiques d’épouvante inutiles, les scientifiques, en particulier, devraient plutôt s’occuper de la question fondamentale : le SARS-CoV-2 et tous ses variants existe-t-il réellement, ou n’existe-t-il qu’en théorie ?

Comme vous pouvez le constater maintenant, la meilleure arme biologique qui soit, c’est la peur.” – Stefan Lanka

Article original : https://projekt-immanuel.de/en/the-rumour-of-the-wuhan-virus-the-origin-of-the-alleged-new-coronavirus/
Vidéo originale : https://odysee.com/@Projekt-Immanuel:3/ORI_01_bioweapons:3

“On nous ment encore sur les chiffres des soignants non-vaccinés” Olivier Soulier

Les soignants protestant contre l’obligation vaccinale regrettent qu’aucun syndicat ne les défende. En réponse à cela, depuis début septembre, le syndicat Liberté santé se lève pour rendre visible et préparer les défenses juridiques possibles pour protéger tous les travailleurs menacés de perdre leur emploi touchant aux domaines du soin.

Olivier Soulier, médecin généraliste et membre de ce réseau, a accepté de témoigner sur leurs actions et leur vision de cette obligation actuelle.

« On a le sentiment d’être devant un rouleau compresseur, de ne plus être dans un État de droit puisqu’aucune loi n’est respectée, la dernière loi du Conseil constitutionnel ne respecte pas la Constitution française et ne respecte pas l’ensemble des lois européennes et mondiales qui interdisent d’imposer un traitement en cours d’expérimentation sans consentement éclairé. »

Le 15 septembre dernier, jour des premières suspensions de médecins, chirurgiens, pompiers, etc, le syndicat Liberté santé appelle à « la grève des professionnels de la santé du secteur privé », préparant des caisses de solidarité pour survivre pendant les suspensions et grèves. « On est à 10 à 15% de non-vaccinés parmi les soignants, les hôpitaux sont en grande difficulté. Ces soignants qu’on a applaudis, sont aujourd’hui mis en très, très grande difficulté car ce sont des gens qui ont la passion de soigner chevillée au corps, ce sont des gens qui aiment leur métier profondément, qui sont prêts à risquer leur vie pour sauver les autres. Mais là, on ne leur demande pas ça, on leur demande de prendre un risque inutile pour un vaccin dont le conseil scientifique reconnaît lui-même que son efficacité préventive pour les autres n’existe quasiment pas » explique le médecin généraliste de Lille.

Le syndicat met en place un réseau de juristes et d’avocats travaillant actuellement pour trouver les meilleures stratégies juridiques pour défendre les soignants. Appelant à adhérer à cette organisation et faire un don pour la caisse de solidarité, le groupe entend rassembler tous les personnels soignants, personnels administratifs, éducateurs spécialisés, pompiers, de métropole et des DOM-TOM qui souhaitent le rejoindre.

Note : Dans cet entretien, Olivier Soulier tente de rappeller que les chiffres de l’Agence nationale de sécurité du médicament ne sont plus disponibles depuis la “mi-juillet”, cet entretien diffusé le 28 août avait été enregistré trois jours plus tôt. Le médecin ne savait pas encore que ces données seraient de nouveau disponibles.

Auteur(s): FranceSoir

Eric Ancelet “Pasteur & les Inoculations Préventives” création d’un Mythe, effondrement d’un Dogme

Eric Ancelet, docteur vétérinaire, homéopathe (méthode de la thérapie séquentielle) et psychothérapeute, est un adepte de Ryke Geerd Hamer et de la Biologie Totale. Il s’occupe de chevaux et propose une gamme de produits à leur usage. Auteur de “Pour en finir avec Pasteur – Un siècle de mystification scientifique” Eric Ancelet s’appuie notamment sur l’histoire, l’épistémologie, la philosophie des sciences, la génétique et l’immunologie, sur les travaux méconnus d’Antoine Béchamp, Rudolf Steiner, Louis-Claude Vincent, Georg Groddeck, Jean Elmiger, Michel Odent, Ryke Geerd Hamer… et dresse un bilan lucide de 100 ans de biologie pasteurienne avant de proposer quelques pistes pour construire ensemble un avenir vivable.

Thierry Casasnovas : C’est avec joie et fierté que nous vous proposons aujourd’hui en exclusivité sur telegram un entretien exceptionnela avec Eric Ancelet auteur de “Pour en finir avec Pasteur”. Lors de cet entretien de 2h30, Eric retrace pour nous l’histoire de l’innoculation préventive imroprement nommée “vaccination” en la replaçant dans son contexte social, politique et surtout idéologique. Du mythe au dogme et du dogme à l’effondrement, c’est un voyage passionnant et essentiel à travers l’histoire qui nous est proposé ici. Eric a largement contribué au prochain numéro de la revue Régénère : https://magazine-regenere.fr/ qui s’intitule “Vaccination: comment s’y retrouver” .

Source : https://odysee.com/@Le4eSinge:6/Eric-Ancelet–Pasteur-et-les-inoculations-pre%CC%81ventives–cre%CC%81ation-d’un-Mythe,-effondrement-d’un-Dogme-(Thierry-Casasnovas,-RGNR):c

Le témoignage capital d’un directeur des pompes funèbres

Le témoignage de cet homme, directeur d’une entreprise de pompes funèbres, est tout aussi important que courageux.

À faire largement circuler.

Le témoignage d’un directeur de pompes funèbres

Source : http://www.urantia-gaia.info/2021/09/21/un-temoignage-capital/#more-9853

Via : https://reseauinternational.net/un-temoignage-capital/

Révolution française : silence sur le génocide vendéen

Nous sommes bien loin de la version officielle racontée dans les livres d’histoire et par la plupart des journalistes, intellectuels et politiques de notre époque…

Au moins 180.000 personnes déportées, tuées, assassinées. Des centaines de prêtres, des religieux, mais avant cela, pour la plupart, des paysans, car ce sont les paysans qui, les premiers, se révoltent contre la République naissante. 180.000, c’est le nombre minimum de victimes des guerres dites « de Vendée ». Il y aura aussi plus de 200.000 soldats républicains tués dans les combats.

La République construite dans le sang

Il y a 227 ans. Ce qu’on appelle, à tort, la Révolution française, éclate à Paris. Une manœuvre de quelques centaines de personnes au départ, afin de renverser la Monarchie. Les révolutionnaires parviennent à étendre les incidents au pays tout entier. Incidents qui se transforment peu à peu en guerre civile. Un bain de sang. Des milliers de familles sont victimes de la barbarie qui est en train de se mettre en place. En fait, c’est une idéologie nouvelle que Robespierre, Danton et d’autres sont en train d’imposer, par la force, au peuple de France. Parce que l’Eglise est persécutée (on impose aux prêtres la constitution civile du clergé) – les prêtres refusent de prêter serment. Parce qu’ils s’opposent à la levée en masse de 300.000 hommes que la Convention, le nouveau pouvoir en place à Paris, impose afin de combattre l’Autriche catholique, les Vendéens se révoltent.

Jean Jacques Rousseau et la tyrannie

« Si le peuple pense mal, il faut changer le peuple ». C’est, en une phrase, toute la pensée de Rousseau. Il est indéniable que son « contrat social » comportait en germes le socialisme et la tyrannie qui se préparait dans le pays. Le 1er octobre 1794, la Convention décrète l’extermination « de toute la Vendée ». Il y aura le général républicain Turreau et ses colonnes infernales. Jean Baptiste Carrier et les noyades par millier. Il y aura aussi les massacres des Lucs-sur-Boulogne où 564 personnes, hommes, femmes, enfants seront assassinés par les Bleus des généraux Cordellier et Crouzat. Il y aura enfin le massacre dans la forêt de Vezin, près de Chanteloup-les-Bois où seront tuées près de 2.000 personnes. La Révolution française ne fut par seulement une tentative d ‘« épuration » de la Vendée, mais une épuration d’une partie du peuple de France opposé à la République. Marseille et Lyon, mais aussi la Bretagne étaient entrés en résistance. Ils s’étaient battus pour Dieu et pour le Roi de France. Symbole de leur résistance, un cœur surmonté d’une croix rouge marqué de la devise « Dieu le Roy ».

Un documentaire d’Armel Joubert des Ouches

Source : https://www.youtube.com/watch?v=nyHmTLTj1vY

La pandémie n’a jamais existé

Par Vivre sainement

Les preuves en images et par les statistiques

Source : https://odysee.com/@Vivresainement:f/la-pandemie-nexiste-pas:e

ajax-loader