Category: Vidéo

La Fin De La Théorie Des Germes – Documentaire

Ce documentaire aborde en détail les différents mythes et procédures sur lesquels reposent la théorie scientifique des germes pathogènes, prétendument à l’origine de phénomènes de contagion, aussi appelée théorie des germes ou théorie microbienne.

L’histoire des épidémies telle que la poliomyélite, la variole et la grippe espagnole est retracée et le jargon des virologues et leurs techniques comme la PCR, le séquençage, l’effet cytopathique, le microscope électronique, les cultures cellulaires, l’isolement, la purification ou encore le concept d’anticorps sont analysés pour mieux comprendre sur quoi repose la virologie moderne et la théorie des germes dans son ensemble.

OdyseeCrowdBunker1fichier[Téléchargement HD]

D’autres documentaires sur le même sujet :

Sous-titres FR et adaptation par cv19.fr
Vidéo originale : odysee.com/@spacebusters:c9/Final-The-End-of-Germ-Theory:8

Le Dr Mike Yeadon conclut : “Il n’y a pas de virus respiratoires !”

Le Dr Michael Yeadon, ancien directeur scientifique et vice-président de Pfizer, confirme sa conviction que les virus respiratoires n’existent pas.

J’ai réalisé, au fil du temps, que je ne pouvais plus maintenir ma compréhension des virus respiratoires telle que je pensais les connaître. Et puis j’ai appris de nouvelles informations récemment, et c’était juste, ça a effondré la possibilité que les virus respiratoires tels que décrits existent, ils n’existent pas.

Interview complète : https://rumble.com/v1ee8yv-dr-mike-yeadon-fraud-fear-and-how-herd-mentality-has-brought-us-to-the-edge.html

Sous-titres FR par https://cv19.fr

Le mythe de la contamination épidémique

Cette vidéo est le cinquième épisode de la série réalisée avec le média Kairos.

Dans le premier épisode, nous avons vu qu’il n’y a eu aucune hécatombe nulle part en Europe, ni en 2020, ni en 2021.

Dans le deuxième épisode nous avons vu qu’il n’y a pas eu la saturation hospitalière annoncée.

Dans le troisième épisode nous avons vu qu’il n’y a pas non plus eu un « déferlement » de malades. Il y a eu bien moins de malades comptabilisés que pendant les épisodes dit « grippaux » du passé. Nous vivons une épidémie de « cas » entretenue par les fameux « tests » qui n’ont pas de rapport avec la moindre maladie.

Dans le quatrième épisode nous avons vu le moteur même de la fraude : l’utilisation de codes spécifiques par les hôpitaux de façon à produire les « bonnes » statistiques.

Dans ce cinquième épisode nous découvrons le socle de l’idéologie sanitaire actuelle qui ne repose sur aucune expérience et est contredite par les statistiques : la contamination.

Via : https://nouveau-monde.ca/le-mythe-de-la-contamination-epidemique/

Terrain Le Film – Documentaire Complet Partie 1 et 2 [VOSTFR]

TERRAIN expose la tyrannie de la fausse pandémie mondiale, fondée sur le modèle erroné de la maladie connu sous le nom de “théorie des germes”. Ce documentaire en deux parties explore la théorie du terrain, un modèle de santé qui fonctionne en symbiose avec la nature pour promouvoir le bien-être et la guérison, sans recourir à un paradigme médical corrompu et défectueux.

TERRAIN motive et inspire les spectateurs à comprendre le pouvoir et la responsabilité du consentement.

La première partie de TERRAIN remet en question la théorie des germes, un système de croyance obsolète et non scientifique basé sur des fraudes et des mauvaises interprétations.

La deuxième partie de TERRAIN explore les conséquences globales de l’adoption d’un modèle de santé non viable basé sur la théorie des germes et ouvre la porte à un biome synergique d’autocorrection et de guérison connu par tous les êtres vivants sous le nom de théorie du terrain.

Un film produit par Marcelina Cravat et Andrew Kaufman.
Avec le Dr Andrew Kaufman, le Dr Barre Lando, le Dr Stefan Lanka, le Dr Mark McDonald, le Dr Tom Cowan, le Dr Kelly Brogan, le Dr Samantha Bailey, Sayer Ji, Sally Fallon, Peggy Hall, Tony Roman, Alphonso Faggiolo et Veda Austin.

Sous-titres par https://cv19.fr
Bande annonce
Pack flyers A4 : Flyers Terrain Le Film
Pour soutenir et en savoir plus sur le projet : https://terrainthefilm.com/

 

 

 

Comment reconnaître que les virologues nous ont trompés ?

par le Dr. Mark Bailey

La question de l’existence de virus pathogènes reste importante, car la croyance en de tels virus mobilise des milliards de dollars de ressources et de fonds de recherche. Ces deux dernières années, nous avons également vu comment un prétendu virus peut être utilisé comme un outil politique pour mettre les populations au pas. Ce n’est pas la première fois que cela se produit : par exemple, la “découverte” du VIH dans les années 1980 a donné naissance à une industrie de plusieurs milliards de dollars et a également été utilisée à des fins politiques dans la plupart des régions du monde. (Les erreurs concernant l’existence de la particule du VIH et le fait qu’elle soit à l’origine du sida sont décrites dans Virus ManiaFR. Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, je recommande le magnus opus de The Perth Group sur ce sujet).

“Les virus sont de petits parasites intracellulaires obligatoires qui, par définition, contiennent un génome d’ARN ou d’ADN entouré d’une enveloppe protéique protectrice, codée par le virus.”

Medical Microbiology, 4th edition, 1996

Le journaliste indépendant Jeremy Hammond, qui se présente comme exposant la “dangereuse propagande d’Etat” entourant le COVID-19 et les dangers des vaccins, a ainsi fait la curieuse déclaration suivante en 2021 :

“l’affirmation fausse selon laquelle le SARS-CoV-2 n’a jamais été isolé (c’est-à-dire que son existence n’a jamais été prouvée) nuit considérablement à la crédibilité du mouvement pour la liberté de la santé et repose sur une ignorance totale de la science (le virus est constamment isolé et son génome entier est séquencé par des scientifiques du monde entier)”.

Jeremy Hammond, 9 mars 2021

Je dirais que l’ignorance est du côté de Hammond, qui semble parvenir à sa conclusion en répétant essentiellement les affirmations des virologues et en rassurant le public sur la validité de leurs méthodologies. Ces dernières semaines, nous avons également vu le Dr Joseph Mercola présenter l’interview de Hammond et le blog de Steve Kirsch (qui fait également appel à l’autorité de la virologie) comme des “preuves” de l’existence du SARS-CoV-2. Kirsch déclare s’appuyer sur “les avis des experts en qui j’ai confiance”, ce qui signifie qu’il a remis l’argument entre les mains d’autres personnes plutôt que d’enquêter lui-même sur la question. Mais est-il sage pour ces combattants de la liberté sanitaire qui s’opposent aux “experts” de l’establishment COVID de ne pas également remettre en question les virologues de l’establishment ?

Le Dr Andy Kaufman a produit une réfutation point par point du soutien de Hammond à la méthodologie d'”isolement” de la virologie moderne ici, tandis que le Dr Tom Cowan a prévenu que nous ne faisions que commencer à démanteler les absurdités de la virologie ici. Le Dr Sam Bailey a publié de nombreuses vidéos sur la question de l’isolement des virus, dont la plupart ont été interdites sur YouTube mais peuvent encore être trouvées sur Odysee. En outre, dans un essai que j’ai cosigné avec le Dr John Bevan-Smith, nous décrivons le premier pilier de la fraude COVID-19FR comme l’utilisation abusive du terme “isolement” par la virologie. En résumé, comme les virologues n’ont pas été en mesure d’isoler physiquement le moindre virus au siècle dernier, ils ont simplement changé la définition du mot, de sorte que même les virologues admettent que le terme est désormais utilisé de manière vague. Une situation étrange lorsque la méthode scientifique exige une terminologie précise.

J’ai observé au cours des deux dernières années que de nombreux scientifiques, médecins et journalistes sont heureux de sauter par-dessus ce gouffre de l'”isolement” et de citer les “génomes de coronavirus” déposés dans des bases de données comme preuve que le virus doit exister. Par exemple, Steve Kirsch écrit dans son blog que :

“Je sais que Sabine Hazan a vérifié que la séquence du virus obtenue auprès de l’ATCC correspondait exactement à ce qu’elle a trouvé chez les personnes atteintes du virus.”

Steve Kirsch, 10 janvier 2022

Il cite l’article de Hazan “Detection of SARS-CoV-2 from patient fecal samples by whole genome sequencing” comme preuve de cette affirmation. Kirsch admet qu’il ne sait pas comment les génomes ont été créés, mais ses…

“amis scientifiques semblent satisfaits avec eux. À 2 000 $ la dose, je ne pense pas qu’ils commercialiseraient le produit s’il était contaminé et inutile. Ai-je tort ?”

Steve Kirsch, 10 janvier 2022

Malheureusement, il semble avoir été dupé par la façade high-tech du génie génomique de la virologie, où des “virus” sont créés à partir de diverses séquences génétiques détectées. En fait, il arrive que les séquences ne soient pas vraiment détectées du tout, comme l’expose le Dr Stefan Lanka dans ce qui pourrait être le coup de grâce de la virologieFR.

L’article de Hazan peut servir d’exemple de la méthodologie défectueuse utilisée pour créer ces “génomes de virus”. L’équipe de recherche a obtenu des échantillons de matières fécales de 14 participants et a procédé à l’examen des séquences génétiques qu’elle pouvait détecter dans ces échantillons. Le premier problème se pose dans la section “méthodes”, lorsque l’équipe déclare que “le contrôle positif du SARS-CoV-2 de l’ATCC (SARS-CoV-2 inactivé par la chaleur, VR-1986HK ; souche 2019-nCoV/USA-WA1/2020) a été inclus tout au long du traitement de l’échantillon”. Comment ont-ils su que l’échantillon contenait le virus inactivé ? Parce que l’ATCC (American Type Culture Collection) l’affirme sur son site Web en déclarant que “cette souche a été isolée à l’origine d’un cas humain dans l’État de Washington et a été déposée par les Centers for Disease Control and Prevention”. Et comment les CDC ont-ils su qu’ils avaient le virus ? Parce qu’ils ont affirmé l’avoir trouvé dans cet article.

“Coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère d’un patient atteint d’une maladie à coronavirus, États-Unis”
Mais où était le virus ?

Dans le document des CDC, il est dit qu’ils ont recueilli “des spécimens cliniques d’un patient ayant contracté le COVID-19 lors d’un voyage en Chine et qui a été identifié à Washington, aux Etats-Unis”. Ils ont conclu que le patient avait le COVID-19 sur la base d’un résultat de PCR qui a détecté certaines séquences dites provenir du SARS-CoV-2. Mais à ce stade, ils n’avaient aucune preuve de l’existence d’un virus – tout ce qu’ils avaient, c’était quelques séquences génétiques détectées chez un patient atteint d’une infection virale présumée. Après avoir réalisé une expérience de culture tissulaire en tube à essai sur leur échantillon clinique et prétendu qu’il y avait des preuves de la présence d’un virus en raison d’effets cytopathiquesFR non spécifiques, ils ont commencé à construire leur “génome”. Ils déclarent que “nous avons utilisé 50 μL de lysat viral pour l’extraction de l’acide nucléique total pour les tests de confirmation et le séquençage.” Il s’agit d’un autre tour de passe-passe, car il n’a pas été démontré que le “lysat viral” provenait d’un virus, il s’agit simplement d’une soupe de cultures de cellules fragmentées et d’autres additifs.

L’affirmation selon laquelle ils ont “extrait l’acide nucléique des isolats” est tout aussi trompeuse. Ils ont laissé entendre qu’ils ont isolé un virus et qu’ils savent quelles séquences d’ARN proviennent de son contenu. Cependant, cela nécessiterait que les prétendues particules virales soient réellement isolées physiquement par purification, ce qu’ils n’ont pas fait. Et je dis “présumées” parce que même s’ils purifiaient les particules, il faudrait encore démontrer qu’elles répondent à la définition d’un virus – y compris le fait d’être un parasite et l’agent causal de la maladie – ce qui n’a pas été démontré par ces auteurs ni par aucun autreFR.

Dans tous les cas, comment ont-ils su quelles séquences génétiques appartenaient au “virus” en premier lieu ? Ils ont “conçu 37 paires de PCR emboîtées couvrant le génome sur la base de la séquence de référence du coronavirus (numéro d’accession GenBank NC045512)”. Et d’où vient cette “séquence de référence” ? Cela se rapporte à l’article de Fan Wu, et al décrivant l’homme de 41 ans qui a été admis à l’hôpital central de Wuhan le 26 décembre 2019 avec une pneumonie bilatérale et malgré l’absence de nouvelles caractéristiques cliniques, on a dit qu’il était atteint d’une maladie qui a ensuite été appelée “COVID-19”.

Voir : La fraude du Covid-19 et la guerre contre l’humanité

Le spécimen était constitué de lavages pulmonaires bruts, il contenait donc un mélange de cellules humaines et potentiellement toutes sortes d’autres micro-organismes et fragments génétiques. Ils ont simplement affirmé qu’il y avait un virus dans le mélange. À partir de cet échantillon mixte, ils ont généré à l’aveugle des dizaines de millions de séquences différentes, puis ont mis leur logiciel au travail pour voir comment ils pouvaient les assembler. Pour réaliser cet “ajustement”, le logiciel a recherché des “contigs”, c’est-à-dire des zones où différents fragments semblent avoir des séquences qui se chevauchent. Parmi les centaines de milliers de séquences hypothétiques générées de cette manière, ils ont constaté que la plus longue séquence “continue” que l’ordinateur a pu créer faisait environ 30 000 bases et ont conclu que cette création informatique devait être le génome du nouveau virus présumé.

Ils pensaient qu’il s’agissait du génome parce que leur séquence de 30 000 bases générée de manière hypothétique était similaire à 89,1 % à ” un isolat de coronavirus (CoV) de chauve-souris semblable au SRAS, le SL-CoVZC45 “. Le “génome” de l'”isolat” de CoV de chauve-souris a été généré en 2018 après que “19 paires d’amorces PCR dégénérées ont été conçues par alignement multiple des séquences SARS-CoV et SL-CoV de chauve-souris disponibles déposées dans GenBank, ciblant presque toute la longueur du génome.” En d’autres termes, ils connaissaient déjà la séquence à rechercher sur la base des séquences qui avaient été précédemment déposées dans la GenBank. Mais comment les producteurs de ces séquences déjà déposées savaient-ils qu’ils avaient trouvé des génomes viraux ? Bienvenue dans le raisonnement circulaire de la virologie moderne.

Pour expliquer la boucle dans laquelle les virologues semblent être pris au piège, cet article de 2019 publié dans Virology illustre bien le problème :

“Trois méthodes principales basées sur le HTS [séquençage à haut débit] sont actuellement utilisées pour le séquençage du génome entier viral : le séquençage métagénomique, le séquençage par enrichissement de cible et le séquençage par amplicon PCR, chacune présentant des avantages et des inconvénients (Houldcroft et al., 2017). Dans le séquençage métagénomique, l’ADN (et/ou l’ARN) total d’un échantillon comprenant l’hôte mais aussi des bactéries, des virus et des champignons est extrait et séquencé. C’est une approche simple et rentable, et c’est la seule approche qui ne nécessite pas de séquences de référence. Au contraire, les deux autres approches HTS, l’enrichissement des cibles et le séquençage des amplicons, dépendent toutes deux d’informations de référence pour concevoir les appâts ou les amorces.”

Maurier F, et al, “A complete protocol for whole-genome sequencing of virus from clinical samples,” Virology, May 2019.

On touche là à la racine du problème. Les génomes de référence “viraux” sont créés par séquençage métagénomique, mais celui-ci est effectué sur des spécimens bruts (tels que des lavages de poumons ou des cultures de tissus non purifiés) et l’on déclare ensuite que les séquences sélectionnées sont d’origine virale. Il y a donc déjà deux problèmes : premièrement, il n’y a pas eu d’étape (c’est-à-dire de purification) pour montrer que les séquences proviennent de l’intérieur de “virus” et deuxièmement, comme décrit ci-dessus, les “génomes” générés par ordinateur sont simplement des modèles hypothétiques assemblés à partir de petits fragments génétiques, et non quelque chose dont l’existence a été prouvée dans la nature comme une séquence entière de 30 000 bases. Cependant, ces modèles in silico deviennent alors effectivement le “virus” et une entité telle que le SARS-CoV-2 est créée. Une fois que la première séquence de ce type est déposée dans une base de données, le “virus” peut être “trouvé” par d’autres grâce aux mêmes techniques métagénomiques défectueuses. Ou, comme l’indique l’article de Virology, il peut être “trouvé” par enrichissement de la cible et séquençage de l’amplicon (généralement par PCR), mais cela nécessite de disposer d’une séquence de référence… c’est-à-dire d’un modèle inventé in silico par séquençage métagénomique où la provenance des fragments génétiques était inconnue.

Il n’y a aucune partie dans le processus ci-dessus qui établit soit :

1) la composition génétique de toute particule imagée ou imaginée ; ou
2) la nature biologique de ces particules, c’est-à-dire ce qu’elles font réellement.

C’est une belle nanoparticule, mais de quoi est-elle faite et que fait-elle ?

Pouvons-nous maintenant revenir à l’article de Hazan pour constater qu’il s’agit d’un exercice inutile de virologie absurde. Ils déclarent qu’avec leur “contrôle positif du SARS-CoV-2 provenant de l’ATCC”, les “génomes des patients ont été comparés au génome de référence du SARS-CoV-2 Wuhan-Hu-1 (MN90847.3)”. Le numéro d’accès MN90847.3 fait référence au “génome” actualisé qui aurait été trouvé chez l’homme de 41 ans de Wuhan, comme indiqué ci-dessus dans l’article de Fan Wu et al. La boucle est bouclée : à aucun moment il n’a été démontré qu’il y avait un virus en suivant cette piste de “génomes”. L’équipe de Fan Wu n’a jamais trouvé de virus, elle a simplement affirmé que sa simulation informatique de séquence génétique était une “nouvelle souche de virus à ARN de la famille des Coronaviridae”, sans prouver que la séquence existait dans la nature ou provenait de l’intérieur d’un virus. Par conséquent, il n’y a pas eu de “détection du SARS-CoV-2 à partir d’échantillons de matières fécales de patients” comme le prétend le titre de l’article de Hazan, à moins que “SARS-CoV-2” ne signifie des séquences génétiques d’on-ne-sait-quoi provenant d’on-ne-sait-où. Peu importe où ou à quelle fréquence ces séquences sont détectées – il n’a jamais été prouvé qu’elles étaient de nature virale. Ainsi, lorsque Steve Kirsch affirme que Hazan “a vérifié que la séquence du virus obtenue de l’ATCC correspondait exactement à ce qu’elle a trouvé chez les personnes atteintes du virus”, il se trompe.

De quel “virus” parle-t-il ?

Auteur : Dr. Mark Bailey
Mark est un chercheur dans le domaine de la microbiologie, de l’industrie médicale et de la santé qui a travaillé dans la pratique médicale, y compris les essais cliniques, pendant deux décennies.

Source (en anglais) : https://drsambailey.com/covid-19/warning-signs-youve-been-tricked-by-virologists/

Les bienfaits du lait cru

par Aajonus Vonderplanitz

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE LES LAITS CRUS ET PASTEURISÉS
Catégorie comparéeLait cruLait pasteurisé
1) EnzymesToutes disponibles.Moins de 10% restantes.
2) Protéines :100% disponibles, les 22 acides aminés, dont 8 essentiels.Les protéines-lysine et tyrosine sont altérées par la chaleur avec une grave perte de disponibilité métabolique. Cela a pour conséquence de rendre l’ensemble du complexe protéique moins disponible pour la réparation et la reconstruction des tissus.
3) Les graisses : (des études indiquent que les graisses sont nécessaires pour métaboliser les protéines et le calcium. Tous les aliments naturels contenant des protéines contiennent des graisses).Les 18 acides gras métaboliquement disponibles, tant les graisses saturées que les graisses insaturées.Altérée par la chaleur, notamment les 10 graisses insaturées essentielles.
4) Vitamines :Toutes 100% disponibles.Parmi les vitamines liposolubles, certaines sont classées comme instables et une perte est donc provoquée par le chauffage au-dessus de la température du sang. Cette perte de vitamines A, D, E et F peut atteindre 66 % et celle de la vitamine C dépasse généralement 50 %. Les pertes de vitamines hydrosolubles sont affectées par la chaleur et peuvent aller de 38 % à 80 %.
5) Glucides :Facilement utilisables dans le métabolisme. Toujours associés naturellement aux éléments.Les tests indiquent que la chaleur a apporté quelques modifications rendant les éléments moins disponibles métaboliquement.
6) Les minéraux :Tous 100% métaboliquement disponibles. Les principaux composants minéraux sont le calcium, le chlore, le magnésium, le phosphore, le potassium, le sodium et le soufre. Les oligo-éléments vitaux, au nombre de 24 ou plus, sont tous disponibles à 100 %.Le calcium est altéré par la chaleur et la perte dans le métabolisme peut atteindre 50 % ou plus, selon la température de pasteurisation. Perte d’autres minéraux essentiels, car un minéral agit généralement en synergie avec un autre élément. Il y a une perte d’enzymes qui servent de conducteurs dans l’assimilation des minéraux.
NOTE :La croissance bactérienne dans le lait cru augmente très lentement, car les bactéries acidifiantes amicales (l’antiseptique de la nature) retardent la croissance des organismes envahisseurs (les bactéries). Il se conserve généralement pendant plusieurs semaines lorsqu’il est placé au réfrigérateur et tourne au lieu de pourrir.La pasteurisation est le processus qui consiste à chauffer chaque particule de lait à une température d’au moins 63°c et à le maintenir à cette température pendant au moins 15 secondes. La pasteurisation n’élimine pas la saleté, ni les toxines produites par les bactéries du lait. La croissance bactérienne sera géométriquement rapide après la pasteurisation et l’homogénéisation. Le lait devient progressivement rance en quelques jours, puis se décompose.

https://odysee.com/@cv19:b/Aajonus_Vonderplanitz—Raw-Milk-Truth-VOSTFR:b

En 1945, 450 cas de maladies infectieuses ont été attribués au lait cru. Il y a eu 1 492 cas attribués au lait pasteurisé.[1] Il y a eu 1 cas de maladie pour 12 400 000 litres de lait pasteurisé consommés, et 1 cas de maladie pour 18 900 000 litres de lait cru consommés.[2] En d’autres termes, une personne pouvait boire 6 500 000 litres de lait cru de plus que de lait pasteurisé sans tomber malade.

En 1945, une épidémie d’intoxication alimentaire s’est produite à Phoenix, en Arizona.[3] Le rapport officiel indique que ” les relevés de pasteurisation… montrent que le lait a été correctement pasteurisé et permettent de supposer que la toxine a été produite dans le lait pendant son stockage… ” Trois cents (300) personnes ont été malades à la suite de cet incident d’intoxication alimentaire au lait pasteurisé.

Great Bend, Kansas, en 1945, a signalé 468 cas de gastro-entérite dus au lait pasteurisé. Ces cas ont été attribués à “des conditions insalubres dans les laiteries, des bouteilles non stérilisées”. 9 personnes sont décédées.

En octobre 1978, une épidémie de salmonelle a été attribuée à un empoisonnement alimentaire par du lait pasteurisé, impliquant 68 personnes en Arizona. Le taux de bactéries était 23 fois supérieur à la limite légale. Le CDC a signalé que le lait avait été correctement pasteurisé, mais il continue d’insister sur le fait que ” seule la pasteurisation offre une garantie contre les infections “.

En juin 1982, 172 personnes dans une région de trois États du Sud-Est ont été frappées par une infection intestinale. Plus de 100 ont été hospitalisées. L’infection, qui a provoqué une diarrhée sévère, de la fièvre, des nausées, des douleurs abdominales et des maux de tête, a été attribuée au lait pasteurisé[4].

En 1983, lors d’une épidémie de listériose au Massachusetts, le lait pasteurisé entier ou à 2 % a été impliqué comme source d’infection. L’inspection de l’usine de production de lait n’a détecté aucune défaillance apparente dans le processus de pasteurisation.[5]

En août 1984, environ 200 personnes ont été infectées par S. typhimurium à partir de lait pasteurisé produit dans une usine de Melrose Park, IL. Les autorités de réglementation ont gardé cette épidémie secrète. Sans preuve, ils ont conclu que le lait n’avait pas été correctement pasteurisé. Mais, de nouveau, en novembre 1984, une autre épidémie de S. typhimurium s’est déclarée chez des personnes ayant consommé du lait pasteurisé mis en bouteille dans la même usine. Encore une fois, ils ont gardé le secret et ont supposé que le lait n’avait pas été correctement pasteurisé. Puis, en mars 1985, il y a eu 16 284 cas confirmés de S. typhimurium résultant du lait pasteurisé mis en bouteille dans la même usine. Les tests ont prouvé que le lait avait été correctement pasteurisé. Des enquêteurs ayant des idées préconçues selon lesquelles le lait n’avait pas été correctement pasteurisé, alimentés par les efforts des services de santé, ont tiré des conclusions sans enquête et ont accusé le lait cru. Les médias ont à leur tour relayé cette théorie auprès du public.[6]

Consumer Reports, janvier 1974, a révélé que sur 125 échantillons testés de lait et de produits laitiers pasteurisés, 44% se sont révélés en violation des réglementations de l’état. Consumer Reports a conclu que “la qualité d’un certain nombre de produits laitiers dans cette étude était tout simplement déplorable”. Consumer Reports a déclaré que les “anciennes objections” au lait pasteurisé sont toujours valables aujourd’hui :

a) La pasteurisation est une excuse pour la vente de lait sale.
b) La pasteurisation peut être utilisée pour masquer un lait de mauvaise qualité.
c) La pasteurisation encourage la négligence et décourage les efforts pour produire du lait propre.

L’Union des consommateurs a rapporté en juin 1982 que des bactéries coliformes ont été trouvées dans de nombreux échantillons testés de produits laitiers pasteurisés. Certains comptages atteignaient 2200 organismes par centimètre cube.

Exemples d’épidémies attribuées à des intoxications alimentaires bactériennes dues au lait pasteurisé :

1945 : 1 492 cas pour l’année aux États-Unis.
1945 : 1 foyer, 300 cas à Phoenix, Arizona.
1945 : Plusieurs foyers, 468 cas de gastro-entérite, 9 décès, à Great Bend, Kansas.
1978 : 1 foyer, 68 cas en Arizona.
1982 : Plus de 17 000 cas d’entérocolite à Yersinia à Memphis, Tennessee.
1982 : 172 cas, dont plus de 100 hospitalisés, dans une région de trois États du Sud.
1983 : 1 foyer, 49 cas de listériose dans le Massachusetts.
1984 : Août, 1 foyer de S. typhimurium, environ 200 cas, dans une usine à Melrose Park, IL.
1984 : Novembre, 1 foyer de S. typhimurium, dans la même usine de Melrose Park, IL.
Mars : 1985, 1 foyer, 16 284 cas confirmés, dans la même usine de Melrose Park, IL.
1985 : 197 000 cas d’infections à Salmonella résistantes aux antimicrobiens dans une laiterie de Californie.[7]

1985 : Plus de 1 500 cas, culture de Salmonella confirmée, dans le nord de l’Illinois.
1993 : 2 épidémies dans tout l’État, 28 cas d’infection à Salmonella.
1994 : 3 épidémies, 105 cas, E. Coli et Listeria en Californie.
1995 : 1 foyer, 3 cas en Californie.
1996 : 2 foyers Campylobactor et Salmonella, 48 cas en Californie.
1997 : 2 épidémies, 28 cas Salmonella en Californie.

Le professeur Fosgate, du département des sciences laitières de l’université de Géorgie, a déclaré : “La pasteurisation a été prêchée comme une garantie à cent pour cent pour le lait. Ce n’est tout simplement pas vrai. Si le lait est contaminé aujourd’hui, il y a de fortes chances que ce soit après la pasteurisation.”

Voir le rapport complet : Report in favor of raw milk (Rapport en faveur du lait cru) d’Aajonus Vonderplanitz contenant les sources et beaucoup plus d’informations (en anglais).

Le Rapport Flexner ou les débuts de la médecine “moderne” – Rockefeller & Carnegie

par Chloé F.

Le Rapport Flexner est la clé qui a permis à la famille Rockefeller, déjà milliardaire grâce au pétrole et à la famille Carnegie, milliardaire via l’acier et le business du chemin de fer, d’instaurer la médecine moderne, celle qui allait promouvoir “la science” des Labos pharmaceutiques.
C’est lors de l’Info en QuestionS #84, le 20.01.22, que j’ai évoqué ce fameux rapport qui a permis de fermer 117 des 148 écoles de médecine du début du siècle dernier aux Etats-Unis et de reléguer les médecines holistique naturelles au rang de “sectes”.

Sources :
• Présentation PowerPoint “Rapport Flexner” : http://gerardscheller.ch/Presentation_IEQ84-Rapport_Flexner.pptx
PDF : http://gerardscheller.ch/Presentation_IEQ84-Rapport_Flexner.pdf
• Rapport Flexner (363 pages) : http://carnegiefoundation.org/eLibrary/docs/flexner_report.pdf (la page n’existe plus) =>https://web.archive.org/web/20041016130335/http://carnegiefoundation.org/eLibrary/docs/flexner_report.pdf
• Extrait du rapport Flexner de 9 pages (signé OMS) : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12163926/
• Rapport Flexner, page Wikipedia : https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Rapport_Abraham_Flexner
• Abraham Flexner, page Wikipedia : https://en.wikipedia.org/wiki/Abraham_Flexner
• Bulletin des médecins suisses : https://bullmed.ch/article/doi/bms.2019.17420
• Prodédure d’accréditation des filières médicales en Suisse : https://www.bag.admin.ch/bag/fr/home/berufe-im-gesundheitswesen/akkreditierung-gesundheitsberufe/akkreditierung-weiterbildungsgaenge-medizinalberufe/akkreditierung-weiterbildung-med-2018.html
• Site de la WFME : https://wfme.org/about-wfme/partner-organisations/
• Article sur le rapport Flexner – PMC : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3178858/
• Conseil de l’enseignement général (1902) de Rockefeller : https://en.wikipedia.org/wiki/General_Education_Board
• Rapport Flexner pour l’Europe – 1912 : https://tspace.library.utoronto.ca/handle/1807/33462

Voir aussi : Comment le rapport Flexner a fait disparaître les médecines “naturelles” ?

Dr Alain SCOHY – La révolution en Biologie : Les microzymas

Alain Scohy, né en 1947 à Talence en Gironde, est docteur en médecine, diplômé de la Faculté de Médecine de Montpellier en 1973.

Alain Scohy a tout d’abord commencé sa carrière en tant que Médecin de campagne dans l’Aveyron pendant cinq ans. Dans le cadre de sa pratique, il est très rapidement effaré par la santé déplorable des petits enfants. Il mettra trois ans à en comprendre l’une des causes : la pratique des vaccinations multiples avant l’âge de 9 mois, c’est-à-dire pendant une période de la vie où les petits enfants sont en poussée de croissance majeure.

À partir de 1978 et jusqu’en 1996, il exerce la médecine à Orange dans le Vaucluse en tant qu’homéopathe, acupuncteur, et même psychanalyste aux alentours de 1995…

En 1994, Alain Scohy a découvre les microzymas et le Pr. Antoine Béchamp. Le travail remarquable du Pr Béchamp lui a permis de mieux comprendre les errements de la médecine officielle et de découvrir un nouveau paradigme médical plus cohérent en tenant compte des microzymas, des vitamines et de la psychosomatique.

En 1996, il est radié à vie de l’Ordre des Médecins pour délit d’opinion : il a osé demander à ses “pairs” l’application du principe de précaution et du Code de Déontologie Médicale lors de la campagne de vaccination contre l’hépatite B de 1994 dans les collèges et lycées : un vaccin nouveau, révolutionnaire, préparé sur des cellules OGM et testé à grands frais sur nos enfants. Dans cette affaire, le Conseil de l’Ordre des médecins était à la fois le plaignant et le juge !

À la suite de cette sanction, et avant qu’elle ne soit effective, il préfère démissionner et continue à travailler comme “accompagnateur-thérapeutes”. Écrivain et conférencier dans le Gard jusqu’en novembre 2002, il est obligé de s’expatrier suite à un redressement fiscal et un acharnement judiciaire. Il subira même quelques années plus tard des attaques de la MIVILUDES qui est la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires.

La sanction de l’Ordre a eu au moins un avantage essentiel selon lui. Elle lui a permis de comprendre qu’il ne faisait pas partie de ces “gens-là” ! Mais surtout, elle a libéré son esprit de toute contrainte dogmatique. Il a donc pu faire de son métier de médecin un art et une science en allant puiser à la source auprès de véritables chercheurs et scientifiques :

• Le Dr SEMMELWEIS (hygiène, contagion mais surtout respect du malade),
• Le Pr. Antoine BECHAMP (les microzymas),
• Le Pr. Louis-Claude VINCENT (la Bioélectronique),
• Le Dr MASCHI (la nocivité des champs électromagnétiques),
• Le Dr HAMER (La Médecine Nouvelle – apportant la clef des cancers, leucémies, sida, infarctus etc…)
• Le Dr KALOKERINOS (la vitamine C et le problème de la mort subite du nouveau-né),

Ces nouvelles orientations lui ont permis de modifier ma trajectoire professionnelle. Il le dit humblement : “Je n’ai pas fait de grande “découverte” à mon niveau, mais j’ai pu faire la synthèse de toutes ces connaissances.” Aujourd’hui, il continue de pratiquer et de partager sa démarche thérapeutique avec tous ses nouveaux acquis.

Source : https://odysee.com/@AKINA:7/2022-01-28-PH51-Alain-SCOHY-HD4:f

Dr. Claus Köhnlein – Du SIDA au Covid-19

Combien de générations se sont vu interdire d’avoir des relations sexuelles normales parce que quelques illuminés ont réussi à transformer un syndrome qu’ils ont inventé de toute pièce en une MST mortelle ? Combien de malheureux souffrant de maladies diverses bien connues ont été envoyés ad-patres par des traitements (très onéreux) nouvellement créés dans le but déclaré de lutter contre ce syndrome virtuel ?

Avec cette du docteur Avec cette interview du docteur Claus Köhnlein, vous saurez tout sur cette immense arnaque du Sida qui dure depuis plus de 40 ans et qui préfigurait ce qui se passe aujourd’hui.

Claus Köhnlein : médecin spécialiste des maladies internes. A fait son internat dans le service d’oncologie de l’université de Kiel. Depuis 1993, travaille dans son propre cabinet médical, traitant les patients atteints d’hépatite C et du SIDA qui sont sceptiques à l’égard des médicaments antiviraux.

Vous êtes le co-auteur de Virus Mania, désormais également disponible en français, un livre que je recommande vivement. Comme la grande majorité jusqu’en mars 2020, je croyais aux virus, car cela équivalait à une croyance, puisque je n’avais jamais vérifié les expériences sur lesquelles la thèse était basée. Seulement, étant quelqu’un de très proche du monde réel, et non du monde fictif d’internet, je ne pouvais pas prendre au sérieux la possibilité d’un virus tueur prêt à bondir sur tout le monde ? Comment le pourrait-il puisque ce n’est pas censé être un organisme vivant. Et mes sens me disaient qu’il n’y avait rien de fâcheux, aucune masse de morts ou de maladies autour de moi. Votre livre, que j’ai lu en mars 2020, a commencé à m’ouvrir les yeux sur le plus grand mensonge au nom de la science, l’attribution aux virus des maladies. Il est extrêmement instructif, et j’ai été sidéré. Comme vous exhortez le lecteur, à vérifier vos références, à ne pas vous croire sur parole. C’est ce que j’ai fait, et c’était comme entrer dans une boîte de Pandore.

source : Jeanne Traduction
via : ReseauInternational

Plus de ressources :

https://www.virusmyth.com/aids/hiv/dctest.htm
http://whale.to/aids.html

Retour à l’Eden – La destruction des sols et de notre équilibre biologique (documentaire)

Lorsque les intérêts naturels et humains empiètent les uns sur les autres et que la sur-réglementation perturbe notre équilibre biologique, d’importantes questions se posent. Appartenons-nous à la nature ou la nature nous appartient-elle ?

Une enquête qui pousse à la réflexion, dans laquelle le documentariste Marijn Poels explore le besoin humain de contrôler notre climat, notre sécurité et de préférence, l’autre. La ligne de démarcation entre réglementation et manipulation est très mince. Lorsque la technologie règne en maître et que le bon sens s’évapore à l’épreuve du temps, l’humanité est sur le point de devenir l’outil.

À des kilomètres de la panique collective, de la peur et du chaos, il y a de l’espoir, de l’inspiration et une reconnexion.

Un excellent documentaire sur l’importance de la santé des sols dans l’environnement, du rôle des institutions tel que les Nations unies, des limites de la science, et des initiatives locales visant à redonner vie aux écosystèmes.

Un parallèle évident à faire avec notre propre terrain biologique et notre approche de la santé.

Extrait : Allan Savory – Qu’est-ce que la science ?

Version courte adaptée et sous-titrée en français par cv19.fr

Documentaire original (en anglais) : https://www.marijnpoels.com/return-to-eden

ajax-loader