Category: Théorie

La fin de la virologie : la 3e phase des expériences témoins du SARS-CoV-2

Dr. Stefan Lanka sur la 3ème phase des expériences témoins du SARS-CoV-2.

Au cours de la première phase, le Dr Lanka a montré que ce que les virologues attribuent à la présence d’un virus pathogène – la mort des cellules en éprouvette – peut être obtenu sans l’utilisation d’un quelconque matériel infectieux, car la technique qu’ils utilisent tue les cellules d’elle-même. Une vidéo très détaillée et simple qui explique la première phase des expériences de contrôle peut être trouvée ici (VF disponible et vidéo sur le même sujet en VOSTFR)
Dans la deuxième phase, le Dr Lanka a montré que ce que les virologues appellent un “matériel génétique viral” peut provenir d’un tissu humain sain.
Vous trouverez plus de détails sur la 2e phase ici.

Dans la troisième phase, il montrera qu’en appliquant la même technique que celle utilisée par les virologues, en utilisant les acides nucléiques qui ne proviennent pas de matériel supposé infectieux mais de tissus humains, d’animaux et de plantes sains, vous pouvez construire le génome de n’importe quel “virus”.

Vidéo originale (en anglais) : https://odysee.com/@katie.su:7/Stefan-phase-3-english:3

Transcrit FR

Dr. Andrew Kaufman – La théorie virale mise à mal

Après avoir étudié la biologie moléculaire au MIT, le Dr Kaufman a obtenu son diplôme de médecine à l’université de Caroline du Sud, puis s’est spécialisé en psychiatrie au centre médical de l’université de Duke.

Des virus aux injections et aux médicaments, ce programme abordera les hypothèses de base qui sous-tendent l’ensemble du récit sur le covid.

Vidéo originale (en anglais) : https://odysee.com/@AKINA:7/2021-12-16-SC6-Andrew-KAUFMAN-EN-HD4:8

Un virus ? Quel virus ? – Dr Mark Bailey

Le Dr Mark Bailey rejoint Kelvyn Alp pour discuter des détails de la fraude du “virus Covid 19”.

Le Dr Bailey démonte la fausse science et le faux récit qui a été déployé comme étant une “pandémie”.

Le seul virus qui existe est un virus mental entretenu par les grands médias.

Le Dr Bailey et sa femme, le Dr Sam Bailey, ont pris conscience de la vérité sur les virus et parlent courageusement au monde de leurs recherches des deux dernières années et de la façon dont ils s’opposent au système pour sauver l’humanité.

La Nouvelle-Zélande a la chance d’avoir deux experts aussi éloquents et compétents, prêts à s’aventurer là où peu de membres de la communauté médicale sont allés.

Découvrez le Dr Sam Bailey sur Odysse (vidéo en français) et sur son site Web www.drsambailey.com

Retrouvez également l’article co-écrit par Mark Bailey intitulé “La fraude du Covid-19 et la guerre contre l’humanité”.

Interview complète (en anglais) : https://freeworldnews.tv/watch?id=61cc2cc9e21b29401529d82e

Why there is no evidence that “SARS-CoV-2” is contagious and causes disease

There are doubts about the effectiveness of masks, lockdowns, health passes, social distancing, vaccines, modes of transmission, incubation period, infectivity of asymptomatic persons, relevance of PCR tests, but the foundation, the virus, is indisputable.

It is settled, everyone knows it, there are thousands of studies, SARS-CoV-2 is the virus responsible for the symptom grid called COVID-19.

There are moreover three studies that claim to demonstrate that this virus is contagious and responsible for a disease, in animals of course, ethics dictates, but if proof is needed for those who doubt (who would doubt the obvious?), it is in these articles that we will find it.

Mice

The first is a Chinese study published on May 07, 2020 in the journal Nature, “The pathogenicity of SARS-CoV-2 in hACE2 transgenic mice“, it claims to “have confirmed the pathogenicity of SARS-CoV-2 in hACE2 mice”.

The hACE2 mice are genetically engineered to express human ACE2 (hACE2), an angiotensin 2 converting enzyme present in virtually every organ in humans and identified as the functional receptor for SARS.

The experiment is simple, there are three groups of mice:

The first group consists of transgenic mice (hACE2) which are inoculated nasally after anesthesia with Avertin with the SARS-CoV-2 isolate (an isolate in virology is not an isolate as in bacteriology, the isolate is here a cell culture on Vero monkey kidney cells containing L-glutamine, glucose, sodium pyruvate, sodium bicarbonate, fetal bovine serum, penicillin and streptomycin);

The second group consists of normal wild-type mice that are inoculated with the isolate in the same manner;

The third group consists of transgenic mice that are nasally inoculated with a saline solution (phosphate-buffered saline).

Slight bristling and weight loss was observed only in inoculated hACE2 mice, reaching 8% 5 days after infection and then rapidly returning to normal, no other clinical signs were detected.

If bristling hair and weight loss do not necessarily correspond to the symptoms observed in humans, these are mice and it is possible that they react differently.

However, this experiment has some shortcomings that may cast doubt on the relevance of the results obtained.

First, in the control experiment, the scientists claim to use an isolate, but the term is not appropriate since the solution is more comparable to a soup of genetic material from three different species and toxic products, this solution does not contain only the virus. It would be very simple to reproduce the same cell culture without adding the SARS-CoV-2 isolate and inoculate the control group, yet only a saline solution is used.

Would the same results have been obtained if the control mice had been treated in the same way?

Perhaps the scientists did not think it was worthwhile to do this experiment, because they also inoculated wild-type mice in the same way as the transgenic mice, and they did not show any symptoms (weight loss and bristly fur). But since the control experiment with the transgenic mice is questionable, it is not established that the cell culture products alone do not cause a different reaction between wild-type and hACE2 mice.

Any genetic modification leads to unpredictable reactions, e.g. transgenic mice overexpressing ACE2 in the heart are known to show sudden death due to cardiac arrhythmias. The possible explanation for this unfavorable phenotype may be related to an undefined role of CEA2 during development. It is likely that chronic overexpression of ACE2 and/or Ang-(1-7) may induce developmental defects in transgenic mice.

The results of this study using genetically modified mice are therefore difficult to interpret, it is possible that the methods alone used in this experiment, apart from the virus provided by another team of researchers, lead to the same results.

This study also caused a scandal when it was first published, because manipulations in the histopathological photographs were detected by Elisabeth Bik, a consultant in microbiome and scientific integrity.

https://twitter.com/MicrobiomDigest/status/1260030238987128833

Figure 3 also raises questions,

“we demonstrated the colocalization of SARS-CoV-2 S protein (Fig. 3f) and the human ACE2 receptor (Fig. 3g) in alveolar epithelial cells of HB-01-infected hACE2 mice using immunofluorescence, at 3 dpi (Fig. 3h). This phenomenon was not found in mock-treated [with saline] hACE2 mice (Fig. 3a–d) or HB-01-infected wild-type mice (data not shown), which indicates that SARS-CoV-2—as with SARS-CoV—uses the human ACE2 as a receptor for entry.”

It would have been more relevant to compare the results of the inoculated wild-type mice with those of the transgenic mice to demonstrate this point, it is quite possible that the S protein is detected simply because it has been inoculated, independently of the hACE2 receptor, and in this case a picture of an inoculated wild-type mouse in which the S protein would not be detected would give more credibility to the study.

This study therefore hardly provides irrefutable evidence of the link between the genetic material used and the weight loss and bristly fur of the transgenic mice, but other studies of this type may be able to answer the different points raised.

Hamsters

The second paper is a Chinese study published on December 3, 2020, “Simulation of the Clinical and Pathological Manifestations of Coronavirus Disease 2019 (COVID-19) in a Golden Syrian Hamster Model: Implications for Disease Pathogenesis and Transmissibility“.

This breed of hamster was chosen because of the similarity between human and animal ACE2.

The experiment uses similar methods to the first one on mice, a group of 11 is inoculated intranasally with the SARS-CoV-2 “isolate”, and a group of 3 with a saline solution (PBS). Only the anesthetics change, here ketamine and xylazine.

In black the group inoculated with saline, in red with SARS-CoV-2 isolate and weight evolution.

“SARS-CoV-2–challenged [cell culture/isolate] but not mock-infected animals [saline] exhibited progressive mean body weight loss of up to approximately 11% from 1 dpi to 6 dpi, then gradually regained their weight by 14 dpi (Figure 2A). They developed lethargy, ruffled fur, hunched back posture, and rapid breathing since 2 dpi and started to recover at 7 dpi. None of the SARS-CoV-2–infected and mock-infected animals died.”

This study presents the same flaws as the first one concerning the control experiment, there is also an important difference in the number of hamsters used (11 versus 3) inducing a variation of the weight parameters between the average of the two groups and an absence of control group for the histopathological images of the respiratory tract (available for the spleen and the intestine, which is of little interest)

In the second part of the study, hamsters inoculated (n=3) with the isolate were placed in the same cage as healthy non-inoculated hamsters (n=3) to study infectivity.

In black the contact hamsters, in red the inoculated hamsters and the evolution of the weight.

The inoculated group shows a progressive average body weight loss of up to about 15% from 1 to 6 days, the naive contact group does not show a greater average weight loss than the saline inoculated group, in fact they gain significantly more weight after 14 days.

It is noted, “Interestingly, the index animals exhibited significantly more weight loss (P < .05) than the contact animals between 2 and 8 dpi.”
“The minimal amount of weight loss in the naive contact animals could be related to a lower virus inoculum when compared with the high single intranasal virus dose received by the challenged index animals.”

The scientists do not mention at any time the clinical signs of the naive contact hamsters, perhaps they did not observe any.

They conclude that the experiment worked, because both groups of hamsters tested positive by PCR test, but there is no evidence that the contact hamsters became ill. It is possible that some of the genetic material inoculated into the index hamsters spread to the contact hamsters without inducing any symptoms, and that the challenged index hamsters showed symptoms because of the methods and products contained in the isolate.

It is also stated that “The histopathological changes and viral N protein expression in the contact animals’ nasal turbinate, trachea, lung, and extrapulmonary tissues were similar to those of the challenged animals (Supplementary Figure 5).

Supplementary Figure 5 in question:

There is no precision on the part of the respiratory tract represented, and the N gene seems to be present in trace amounts compared to the other images.

This second study therefore hardly shows the link between SARS-CoV-2 and a disease in hamsters, the experience of transmissions between inoculated hamsters and contact hamsters even tends to demonstrate a lack of infectivity between contacts (in hamsters).

Macaques

The third study, published on May 12, 2020 by a team in the United States, “Respiratory disease in rhesus macaques inoculated with SARS-CoV-2” is the perfect model to study the contagiousness of SARS-CoV-2 in a non-human model, as the rhesus macaque ACE2 is 100% identical to human ACE2 at the interface region.

8 macaques (4 males and 4 females) are inoculated with a cell culture of similar composition to the isolates of the first and second study via a combination of intranasal (0.5 ml per nostril), intratracheal (4 ml), oral (1 ml) and ocular (0.25 ml per eye) administration.

“We inoculated eight adult rhesus macaques with the SARS-CoV-2 isolate nCoV-WA1-202014. On day 1 post-inoculation (dpi), all macaques showed changes in their respiratory pattern and piloerection [bristling of the hairs], as reflected in their clinical scores (Fig. 1a). Other signs of disease we observed included reduced appetite, a hunched posture, pale appearance and dehydration (Extended Data Table 1). Coughing was occasionally heard in the room where macaques were housed, but could not be pinpointed to individual macaques. Signs of disease persisted for more than a week, with all macaques being completely recovered between 9 and 17 dpi (Fig. 1a, Extended Data Table 1). We observed weight loss in all macaques (Fig. 1b); body temperatures spiked at 1 dpi but returned to normal levels thereafter (Fig. 1c). Under anaesthesia, the macaques did not show increased respiration; however, all macaques showed irregular respiration patterns (Fig. 1d).”

We first note that no control experiment is performed, “Blinding was not used in this study as all macaques were subjected to the same treatment.”, a questionable logic, the treatment to which the macaques are subjected being potentially traumatic (the macaques are not anaesthetized and surely restrained for the inoculation) and the cell culture used containing many other substances than the SARS-CoV-2 virus, it could potentially induce a toxic or allergic reaction.

The scientists themselves point out that the breathing patterns of the macaques return to normal after anesthesia (for euthanasia), indicating that the change in breathing, as well as the other symptoms, could also be related to the stress induced by the physical methods used for the inoculation.

The macaques are also tested by PCR:

“Virus shedding was highest from the nose (Fig. 2a); virus could be isolated from swabs collected at 1 and 3 dpi, but not thereafter. Viral loads were high in throat swabs immediately after inoculation, but were less consistent than nose swabs thereafter; in one macaque, throat swabs were positive at 1 dpi and at 10 dpi—but not in between (Fig. 2a).”

These data suggest that inoculated cell culture results in a positive PCR test if performed on the inoculated tissue. Putting genetic material into macaques and finding that genetic material in them thus proves that genetic material has been inoculated into macaques. The “viral load” does not seem to increase as one would expect if the virus was replicating in the cells, it seems to be excreted as an exogenous particle that cannot be assimilated by the organism (of the macaque).

Histopathological and lung images are difficult to interpret in the absence of a control group subjected to the same treatment (but without virus). Lung inhalation of the cell culture could also cause the observed “changes”.

We have therefore reviewed here the three major scientific papers used to demonstrate the pathogenicity of SARS-CoV-2 and its causal link to the Covid-19 disease.

If they have some methodological flaws, it still does not prove that SARS-CoV-2 is not contagious and responsible for COVID-19 in humans.

Why is this so?

Because we have no other model to explain disease, biology and life. A so-called infectious disease must be caused by a unique material agent, and the elimination of this element of unknown origin (a bat, a pangolin, the neighbor, who themselves “caught the virus” following its formation through random chemical reactions of nature and the universe) can only be achieved by a seek & destroy approach. The virus is a unique, random, purposeless entity that the body’s cells replicate until they burst, that’s just the way it is.

If nutrition, deficiencies, psychological state, microbiome, toxins and pollutants have a role on health, it is above all by affecting the immune system which allows us to fight against pathogenic viruses and bacteria. Humans have evolved over thousands of years by adapting to viruses, to the point that 8% of their DNA is composed of them, they are an integral part of our genetic code.

It is therefore impossible that SARS-CoV-2 is not contagious, it is impossible that SARS-CoV-2 is not responsible for the symptom grid called COVID-19, because it is impossible that we think in a different way.

Antonin Pimousse

Pourquoi il n’y a aucune preuve que le “SARS-CoV-2” soit contagieux et responsable d’une maladie

Il y a des doutes sur l’efficacité des masques, des confinements, des passes sanitaires, de la distanciation sociale, des vaccins, des modes de transmissions, de la période d’incubation, de l’infectiosité des asymptomatiques, de la pertinence des tests PCR, mais le fondement, le virus, est inattaquable.

C’est établi, tout le monde le sait, il y a des milliers d’études, le SARS-CoV-2 est le virus responsable de la grille de symptômes appelée COVID-19.

Il y a d’ailleurs trois études qui affirment démontrer que ce virus est contagieux et responsable d’une maladie, chez l’animal certes, éthique oblige, mais s’il fallait une preuve pour ceux qui douteraient (qui douterait d’une évidence ?), c’est bien dans ces articles que nous la trouverons.

Souris

Le premier est une étude chinoise publiée le 07 mai 2020 dans la revue Nature, La pathogénicité du SARS-CoV-2 chez les souris transgéniques hACE2, elle affirme “confirmer la pathogénicité du SARS-CoV-2 chez les souris hACE2”.

Les souris hACE2 sont modifiées génétiquement pour qu’elles expriment l’ACE2 humain (hACE2), enzyme de conversion de l’angiotensine 2, présente dans pratiquement tous les organes chez l’homme et identifiée comme le récepteur fonctionnel du SRAS.

L’expérience est simple, il y a trois groupes de souris :

Le premier groupe est constitué des souris transgéniques (hACE2) à qui on inocule nasalement après anesthésie avec Avertin l’isolat du SARS-CoV-2 (un isolat en virologie n’est pas un isolat comme en bactériologie, l’isolat est ici une culture cellulaire sur cellules rénales de singes Vero contenant de la L-glutamine, du glucose, du pyruvate de sodium, du bicarbonate de sodium, du sérum bovin fœtal, de la pénicilline et de la streptomycine) ;

Le deuxième groupe est constitué de souris sauvages normales à qui on inocule l’isolat de la même manière ;

Le troisième groupe est constitué de souris transgéniques à qui on inocule nasalement une solution saline (tampon phosphate salin).

De légers poils hérissés et une perte de poids a été observé uniquement chez les souris hACE2 inoculée, atteignant 8% 5 jours après l’infection puis revenant rapidement à la normale, aucun autre signe clinique n’a été détecté.

Si des poils hérissés et une perte de poids ne correspond pas forcément aux symptômes observés chez l’homme, il s’agit de souris et on peut envisager qu’elles réagissent différemment.

Cette expérience présente néanmoins certaines lacunes qui peuvent faire douter de la pertinence des résultats obtenus.

Premièrement l’expérience témoin, les scientifiques déclarent utiliser un isolat, mais le terme n’est pas approprié puisque la solution s’apparente plus à une soupe de matériels génétiques provenant de trois espèces différentes et de produits toxiques, cette solution ne contient pas uniquement le virus. Il serait très simple de reproduire la même culture cellulaire sans y ajouter l’isolat de SARS-CoV-2 et de l’inoculer au groupe témoin, pourtant, seule une solution saline est utilisée.

Aurait-on obtenu les mêmes résultats si les souris du groupe témoin avaient été traitées de la même manière ?

Les scientifiques n’ont peut-être pas jugé utile de pratiquer cette expérience, car ils inoculaient également les souris sauvages de la même manière que les souris transgéniques, elles n’ont d’ailleurs pas présenté de symptômes (perte de poids et fourrure hérissée). Mais comme l’expérience témoin sur les souris transgéniques est questionnable, il n’est pas établi que les produits de la culture cellulaire seuls ne provoquent pas une réaction différente entre souris sauvages et souris hACE2.

Toute modification génétique entraîne des réactions imprévisibles, on sait par exemple que les souris transgéniques surexprimant l’ACE2 dans le cœur présentent une mort subite due à des arythmies cardiaques. L’explication possible de ce phénotype défavorable peut être liée à un rôle non défini de l’ACE2 au cours du développement. Il est probable que la surexpression chronique de l’ACE2 et/ou de l’Ang-(1-7) puisse induire des anomalies du développement chez les souris transgéniques.

Les résultats de cette étude utilisant des souris génétiquement modifiées sont donc difficilement interprétables, il est possible que les méthodes seules utilisée dans cette expérience, en dehors du virus fourni par une autre équipe de chercheurs, conduisent aux mêmes résultats.

Cette étude avait également fait scandale à sa première parution, car des manipulations au niveau des photographies histopathologiques avaient été détectées par Elisabeth Bik, une consultante en microbiome et intégrité scientifique.

Ce n’est pas super. Un article de @Nature sur la pathogénicité du SARS-CoV-2 avec un chevauchement possible des photos représentant les différents groupes traités.
https://twitter.com/MicrobiomDigest/status/1260030238987128833

La figure 3 pose aussi question,

“nous avons démontré la colocalisation de la protéine S du SARS-CoV-2 (Fig. 3f) et du récepteur humain ACE2 (Fig. 3g) dans les cellules épithéliales alvéolaires des souris hACE2 infectées par HB-01 en utilisant l’immunofluorescence, à 3 dpi (Fig. 3h). Ce phénomène n’a pas été observé chez les souris hACE2 traitées par tampon phosphate salin (PBS) (Fig. 3a-d) ou chez les souris de type sauvage infectées par HB-01 (données non présentées), ce qui indique que le SARS-CoV-2, comme le SARS-CoV, utilise l’ACE2 humain comme récepteur d’entrée.”

Il aurait été plus pertinent de comparer les résultats des souris sauvages inoculées avec ceux des souris transgéniques pour démontrer ce point, il est tout à fait possible que la protéine S soit détectée simplement par ce qu’elle a été inoculée, indépendamment du récepteur hACE2, et dans ce cas une image d’une souris sauvage inoculée chez qui on ne détecterait pas la protéine S donnerait plus de crédibilité à l’étude.

Cette étude apporte donc difficilement une preuve irréfutable du lien entre le matériel génétique utilisé et la perte de poids et la fourrure hérissée des souris transgéniques, mais d’autres études de ce type pourront peut-être répondre aux différents points soulevés.

Hamsters

Le deuxième article est une étude chinoise publiée le 3 décembre 2020, “Simulation des manifestations cliniques et pathologiques de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) dans un modèle de hamster doré syrien : Implications pour la pathogenèse et la transmissibilité de la maladie

Cette race de hamster a été choisie en raison de la similarité entre l’ACE2 humain et celui de l’animal.

L’expérience utilise des méthodes similaires à la première sur les souris, un groupe de 11 est inoculé intranasalement avec “l’isolat” du SARS-CoV-2, et un groupe de 3 avec une solution saline. Seuls les anesthésiants changent, ici de la kétamine et de la xylazine.

En noir le groupe inoculé avec la solution saline, en rouge avec l’isolat du SARS-CoV-2 et l’évolution du poids.

 

“Les animaux exposés au SARS-CoV-2, mais pas ceux inoculés avec la solution saline (PBS), ont présenté une perte de poids corporel moyenne progressive allant jusqu’à environ 11 % de 1 à 6 jours, puis ont progressivement repris leur poids à 14 jours (figure 2A). Ils ont développé une léthargie, une fourrure ébouriffée, une posture de dos voûté et une respiration rapide depuis 2 dpi et ont commencé à se rétablir à 7 dpi. Aucun des animaux infectés par le SARS-CoV-2 et des animaux infectés par le virus fictif n’est mort.”

Cette étude présente donc les mêmes défauts que la première concernant l’expérience témoin, il y a aussi une différence importante de hamsters utilisés (11 contre 3) induisant une variation des paramètres de poids plus important entre la moyenne des deux groupes et une absence de groupe témoin pour les images histopathologiques des voies respiratoires (disponible pour la rate et l’intestin, ce qui représente peu d’intérêt).

Dans la deuxième partie de l’étude, des hamsters inoculés (n=3) avec l’isolat sont mis dans la même cage que des hamsters sains non inoculés (n=3) pour étudier l’infectiosité.

En noir les hamsters “contact”, en rouge les hamsters inoculés et l’évolution du poids.

Le groupe inoculé présente une perte de poids corporel moyenne progressive allant jusqu’à environ 15 % de 1 à 6 jours, le groupe contact naïf ne montre pas de perte de poids moyenne plus importante que le groupe inoculé avec solution saline, en fait ils gagnent même beaucoup plus de poids après 14 jours.

Il est noté : “Il est intéressant de noter que les animaux index ont présenté une perte de poids significativement plus importante (P < 0,05) que les animaux contacts entre 2 et 8 dpi.”
“La perte de poids minime chez les animaux contacts naïfs pourrait être liée à un inoculum viral plus faible par rapport à la dose intranasale unique élevée de virus reçue par les animaux index stimulés.”

Les scientifiques ne mentionnent à aucun moment les signes cliniques des hamsters contacts naïfs, peut-être n’en ont ils pas observés.

Ils concluent que l’expérience à marché, car les deux groupes de hamsters ont été testés positifs par test PCR, mais rien ne montre que les hamsters contacts soient tombés malades. Il est possible qu’une partie du matériel génétique inoculé aux hamsters index se soit répandu aux hamsters contacts sans induire le moindre symptôme, et que les hamsters index aient présenté des symptômes à cause des méthodes et produits contenus dans l’isolat.

Il est également précisé que “Les modifications histopathologiques et l’expression de la protéine virale N dans les cornets nasaux, la trachée, les poumons et les tissus extrapulmonaires des animaux de contact étaient similaires à celles des animaux contaminés (figure supplémentaire 5).”

La figure supplémentaire 5 en question :

Aucune précision sur la partie des voies respiratoires représentée, et le gène N semble être présent à l’état de trace par rapport aux autres images.

Cette deuxième étude montre donc difficilement le lien entre SARS-CoV-2 et une maladie chez le hamster, l’expérience de transmissions entre hamsters inoculés et hamsters contacts tend même à démontrer une absence d’infectiosité entre contacts (chez le hamster).

Macaques

La troisième étude, publiée le 12 mai 2020 par une équipe aux États-Unis, “Maladie respiratoire chez les macaques rhésus inoculés avec le SARS-CoV-2” est le modèle parfait pour étudier la contagiosité du SARS-CoV-2 sur un modèle non-humain, car l’ACE2 du macaque rhésus est 100 % identique à l’ACE2 humaine au niveau de la région d’interface.

8 macaques (4 mâles et 4 femelles) sont inoculés avec une culture cellulaire de compositions similaires aux isolats de la première et deuxième étude via une combinaison d’administration intranasale (0,5 ml par narine), intratrachéale (4 ml), orale (1 ml) et oculaire (0,25 ml par œil), cette fois aucune anesthésie n’est effectuée.

“Nous avons inoculé à huit macaques rhésus adultes l’isolat nCoV-WA1-202014 du SARS-CoV-2. Le premier jour après l’inoculation (dpi), tous les macaques ont montré des changements dans leur schéma respiratoire et leur piloérection (hérissement des poils), comme le reflètent leurs scores cliniques (Fig. 1a). Les autres signes de maladie que nous avons observés comprenaient une diminution de l’appétit, une posture voûtée, une apparence pâle et une déshydratation (Tableau 1 des données étendues). La toux a été entendue occasionnellement dans la pièce où les macaques étaient logés, mais n’a pas pu être attribuée à des macaques individuels. Les signes de la maladie ont persisté pendant plus d’une semaine, tous les macaques étant complètement guéris entre 9 et 17 dpi (Fig. 1a, Données étendues Tableau 1). Nous avons observé une perte de poids chez tous les macaques (Fig. 1b) ; la température corporelle a atteint un pic à 1 dpi mais est revenue à des niveaux normaux par la suite (Fig. 1c). Sous anesthésie, les macaques n’ont pas montré une respiration accrue ; cependant, tous les macaques ont montré des schémas respiratoires irréguliers (Fig. 1d).”

Nous noterons d’abord qu’aucune expérience témoin n’est effectuée, “Un système en double aveugle n’a pas été utilisé dans cette étude car tous les macaques ont été soumis au même traitement.”, une logique questionnable, le traitement auquel les macaques sont soumis étant potentiellement traumatique (les macaques ne sont pas anesthésiés et sûrement contentionné pour l’inoculation) et la culture cellulaire utilisée contenant beaucoup d’autres substances que le virus SARS-CoV-2, elle pourrait potentiellement induire une réaction toxique ou allergique.

Les scientifiques pointent eux-mêmes que le schéma respiratoire des macaques revient à la normale après anesthésie (pour euthanasie), indiquant que la modification de la respiration, ainsi que les autres symptômes, pourraient également être liés au stress induit par les méthodes physiques utilisées pour l’inoculation.

Les macaques sont également testés par PCR :

“L’excrétion virale était la plus élevée dans le nez (figure 2a) ; le virus a pu être isolé dans des écouvillons prélevés à 1 et 3 dpi, mais pas par la suite. Les charges virales étaient élevées dans les écouvillons de gorge immédiatement après l’inoculation, mais elles étaient moins constantes que dans les écouvillons de nez par la suite ; chez un macaque, les écouvillons de gorge étaient positifs à 1 dpi et à 10 dpi, mais pas entre les deux (Fig. 2a).”

Ces données semblent indiquer que la culture cellulaire inoculée rend positif le test PCR s’il est effectué sur les tissus inoculés. En mettant du matériel génétique chez les macaques et en retrouvant ce matériel génétique chez eux, on prouve donc que du matériel génétique a été inoculé à des macaques. La “charge virale” ne semble pas non plus augmenter comme on pourrait le penser si le virus se répliquait dans les cellules, il semble être excrété comme une particule exogène non-assimilable par l’organisme (du macaque).

Les images histopathologiques et des poumons sont difficilement interprétables en l’absence de groupe témoin soumis au même traitement (mais sans virus). Une inhalation pulmonaire de la culture cellulaire pourrait également provoquer les “changements” observés.

Nous avons donc revu ici les trois articles scientifiques majeurs utilisés pour démontrer la pathogénicité du SARS-CoV-2 et son lien de causalité avec la maladie Covid-19.

Si ils présentent quelques défauts méthodologiques, cela ne prouve toujours pas que le SARS-CoV-2 n’est pas contagieux et responsable du COVID-19 chez l’homme.

Pourquoi ?

Par ce que nous n’avons pas d’autres modèles pour expliquer la maladie, la biologie et la vie. Une maladie dite infectieuse doit être causée par un agent matériel unique, et l’élimination de cet élément d’origine inconnue (une chauve-souris, un pangolin, le voisin, qui ont eux même “attrapé ce virus” suite à sa formation par le biais de réactions chimiques aléatoires de la nature et de l’univers) ne peut être aboutie que par sa recherche et sa destruction. Le virus est une entité unique, aléatoire, sans but, que les cellules du corps répliquent jusqu’à leur éclatement, c’est ainsi.

Si l’alimentation, les carences, l’état psychique, le microbiome, les toxines et polluants ont un rôle sur la santé, c’est avant tout en jouant sur le système immunitaire qui permet de se battre contre les virus et bactéries pathogènes. L’homme a évolué depuis des milliers d’années en s’adaptant aux virus, à tel point que 8 % de son ADN en serait composé, il fait partie intégrante de notre code génétique.

Il est donc impossible que le SARS-CoV-2 ne soit pas contagieux, il est impossible que le SARS-CoV-2 ne soit pas responsable de la grille de symptômes appelée COVID-19, par ce qu’il est impossible que nous pensions autrement.

Antonin Pimousse

La vérité sur la rage, le virus de la mosaïque du tabac, le graphène et les résultats de la 2e phase des expériences témoins

Dans cette vidéo Stefan Lanka présente l’avancée de ses travaux sur les expériences témoins qui permettront de réfuter les affirmations des virologues qui affirment avoir découvert le génome du SARS-CoV-2 chez un patient à Wuhan, en démontrant que les méthodes utilisées sont à l’origine des résultats obtenus et qu’il est possible d’obtenir exactement les mêmes résultats à partir de prélèvements humains sains en reproduisant les mêmes méthodes et techniques.

Il explique également les mécanismes qui conduisent les scientifiques à rechercher la cause d’une maladie sous la forme d’un élément matériel, dans ce cas d’un virus contagieux, avant même de se questionner sur les autres causes possibles, et la raison pour laquelle ce concept est majoritairement accepté sans être remis en cause.

Il évoque aussi les bases de la virologie avec la découverte du virus de la mosaïque du tabac et de la rage, et avertit sur les dangers potentiels des nanoparticules lipidiques présentes dans les vaccins, sujet occultés par l’engouement autour des innovations en biotechnologie et des craintes concernant le graphène dans les vaccins Covid.

Vidéo disponible intégralement ou en extraits courts :

Stefan Lanka – La vérité sur le graphène
Stefan Lanka – La vérité sur le virus de la mosaïque du tabac
Stefan Lanka – La vérité sur le virus de la rage
Stefan Lanka – 2e phase des expériences témoins (génétique)

Rapport de l’Institut Max Planck d’histoire des sciences de 1999 dont il est fait mention (traduction automatique en français)

Transcription interview complète

Vidéo originale sans sous-titres

Fauci et la grande escroquerie du SIDA

par Laurent Guyénot.

Une critique du livre de Robert F. Kennedy Jr, « The real Anthony Fauci ».

Le nouveau livre de Robert F. Kennedy, Jr. intitulé « The Real Anthony Fauci : Bill Gates, Big Pharma, and the Global War on Democracy and Public Health » n’est pas le livre d’un politicien en quête d’attention. C’est le livre d’un homme déterminé à mettre sa propre vie en jeu dans la résistance contre l’attaque bio-terroriste en cours contre l’humanité par des gouvernements corrompus par l’industrie pharmaceutique. Il appelle à l’insurrection de masse, et son dernier mot est : « On se retrouvera sur les barricades ».

Le livre commence ainsi :

« J’ai écrit ce livre pour aider les Américains – et les citoyens du monde entier – à comprendre les fondements historiques de ce cataclysme déconcertant qui a commencé en 2020. Au cours de cette seule annus horribilis, la démocratie libérale s’est effectivement effondrée dans le monde entier. Les régulateurs de santé gouvernementaux, les éminences des médias sociaux et les sociétés de médias sur lesquels les populations idéalistes comptaient en tant que champions de la liberté, de la santé, de la démocratie, des droits civils et des politiques publiques fondées sur des preuves ont semblé pivoter collectivement dans un assaut contre la liberté d’expression et les libertés individuelles. Soudain, ces institutions de confiance ont semblé agir de concert pour susciter la peur, promouvoir l’obéissance, décourager la pensée critique et inciter sept milliards de personnes à marcher sur le même air, ce qui a abouti à des expériences de santé publique de masse avec une technologie nouvelle, mal testée et trop rapidement autorisée, si risquée que les fabricants ont refusé de la produire à moins que tous les gouvernements de la planète ne les protègent de toute responsabilité. … Les objecteurs de conscience qui ont résisté à ces interventions médicales non désirées, expérimentales et sans responsabilité ont été montrés du doigt, marginalisés et utilisés comme boucs émissaires. Les vies et les moyens de subsistance de ces personnes ont été brisés par un éventail ahurissant de diktats draconiens imposés sans approbation législative ni examen juridique, sans évaluation des risques ni citation scientifique. Les soi-disant ordonnances d’urgence ont entraîné la fermeture de nos entreprises, de nos écoles et de nos églises, des intrusions sans précédent dans la vie privée et la perturbation de nos relations sociales et familiales les plus précieuses ».

Kennedy n’est pas un nouveau venu dans cette dystopie effrayante. « Ma carrière de 40 ans en tant que défenseur de l’environnement et de la santé publique », écrit-il, « m’a donné une compréhension unique des mécanismes corrupteurs de la “cooptation des règlements” », le processus par lequel le régulateur devient redevable envers l’industrie qu’il est censé réglementer. Dès qu’il a pris part au débat sur les vaccins en 2005, il s’est rendu compte que « le réseau omniprésent d’ententes financières profondes entre l’industrie pharmaceutique et les agences gouvernementales de santé avait mis le phénomène de cooptation des règlements sous stéroïdes ». Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC), par exemple, possèdent 57 brevets de vaccins et ont dépensé 4,9 milliards de dollars en 2019 pour acheter et distribuer des vaccins. La Food and Drug Administration (FDA) reçoit 45% de son budget de l’industrie pharmaceutique. Le National Institutes of Health (NIH), avec son budget de 42 milliards de dollars, possède des centaines de brevets de vaccins et profite souvent de la vente des produits qu’il est censé réglementer. Les hauts fonctionnaires reçoivent des émoluments annuels allant jusqu’à 150 000 dollars en redevances sur des produits qu’ils ont contribué à développer puis à faire passer dans le processus d’approbation.

Le Dr Anthony Fauci, « le commissaire régnant sur la santé des étasuniens », se trouve au sommet de ce Léviathan. Depuis 1968, il a occupé différents postes au National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), une sous-agence du NIH, dont il est devenu le directeur en 1984. Avec un salaire annuel de 417 608 dollars, il est le mieux payé de tous les employés fédéraux, y compris le président. « Son expérience de 50 ans en tant que panjandrum d’une bureaucratie fédérale clé, ayant conseillé six présidents, le Pentagone, les agences de renseignement, les gouvernements étrangers et l’OMS, l’a excellemment préparé à une crise qui lui permettrait d’exercer un pouvoir dont peu de dirigeants et aucun médecin n’ont bénéficié dans l’histoire ». Il a entretenu un réseau complexe d’ententes financières qui a transformé les NIH en une filiale de Big Pharma. Puisant dans les poches profondes des fondations Clinton et Gates, il a utilisé son budget annuel de 6 milliards de dollars pour dominer et contrôler de nombreuses agences, dont l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il peut faire et défaire des carrières, enrichir ou punir des centres de recherche universitaires, et dicter les résultats de la recherche scientifique dans le monde entier, en donnant systématiquement la priorité aux profits de l’industrie pharmaceutique sur la santé publique.

Le livre de Kennedy documente la « stratégie de Fauci, qui a consisté pendant deux décennies à promouvoir de fausses pandémies pour faire la promotion de nouveaux vaccins », ainsi que « ses actions visant à dissimuler une contamination généralisée du sang et des vaccins, ses vendettas destructrices contre les scientifiques qui remettent en question le paradigme pharmaceutique, [et] son sabotage délibéré des remèdes contre les maladies infectieuses dont le brevet est expiré ».

Mais, bien sûr, le livre de Kennedy ne parle pas que d’un homme : il parle d’un système irrémédiablement corrompu et prédateur créé aux États-Unis et exporté dans le monde entier. En fin de compte, cependant, ce système est construit et géré par des humains, et le fait de se concentrer sur son représentant le plus emblématique montre son âme même.

Le livre de Kennedy replace la crise actuelle dans une perspective historique. Mais il ne raconte pas l’histoire de manière chronologique. Il commence par un très long premier chapitre sur la crise actuelle du Covid – un livre en soi -, puis remonte, à partir du chapitre 3, aux années 1980 et à la recherche du vaccin contre le sida, modèle du coup de force pharmaceutique d’aujourd’hui. Dans ce compte rendu, je me concentrerai sur l’épisode du sida, parce que c’est la partie la moins connue d’une histoire qui couvre cinquante ans, et qu’elle aide à donner un sens à ce qui se passe aujourd’hui. C’est une histoire incroyable, que j’aurais eu du mal à croire il y a encore trois ans, mais que notre asservissement actuel rend désormais tout à fait crédible.

« Après trente ans d’absence de contrôle journalistique, il n’existe toujours pas de récit public cohérent sur la quête futile du Dr Fauci pour son “inévitable” vaccin contre le sida, et encore moins de responsabilité désignée. Au contraire, les scientifiques de l’industrie et du gouvernement ont enveloppé cette saga scandaleuse dans le secret, les subterfuges et les faux-fuyants, occultant un millier de calamités et une mer de larmes qui mériteraient un livre à part entière. Chaque petit effort de recherche sur cette débâcle – sur Google, PubMed, les sites d’information et les données publiées sur les essais cliniques – ne donne lieu qu’à de nouvelles atrocités choquantes – un défilé sinistre et répétitif d’horreurs : des tragédies déchirantes, une arrogance et un racisme institutionnels bien ancrés, des promesses non tenues, des trésors dilapidés en dépenses considérables, et les chicaneries récurrentes d’Anthony Fauci, Bob Gallo et Bill Gates ».

Kennedy mérite des éloges et de la gratitude pour le courage dont il fait preuve en révélant cette controverse au grand jour, dans un exposé clair et bien documenté. Son livre est destiné à devenir un point de repère dans la lutte pour la Vie et la Vérité ; dans la continuité de l’héroïque saga des Kennedy. Cet article ne reflète qu’une fraction de ce que l’on peut apprendre dans ces 480 pages remplies de données et de références. Comme les numéros de pages dans l’édition kindle (recommandée pour ses milliers d’hyperliens) diffèrent de ceux du livre imprimé, je m’en suis passé.

Au début

Dans les premières lignes de son livre « Thimerosal : Let the Science Speak » (documentant un taux d’augmentation étonnamment élevé de 1.135% d’autisme chez les enfants ayant reçu des vaccins contre l’hépatite B), Kennedy affirmait prudemment être « pro-vaccins » et « croire que les vaccins ont sauvé la vie de centaines de millions d’humains au cours du siècle dernier ». Kennedy ne fait plus ce genre de démenti dans son nouveau livre. Au contraire, il se range du côté des détracteurs du dogme populaire selon lequel les vaccins ont joué le rôle clé dans l’abolition des maladies contagieuses mortelles en Amérique du Nord et en Europe, citant une étude réalisée en 2000 par des scientifiques du CDC et de l’Université Johns Hopkins qui concluait « près de 90% de la baisse de la mortalité due aux maladies infectieuses chez les enfants américains s’est produite avant 1940, alors que peu d’antibiotiques ou de vaccins étaient disponibles ». Les principales causes de la baisse spectaculaire de 74% de la mortalité due aux maladies infectieuses au cours de la première moitié du vingtième siècle sont en réalité l’amélioration de la nutrition et de l’assainissement.

Cette perspective révisionniste mais objective explique pourquoi l’obsession de Fauci et Gates pour les maladies évitables par la vaccination a eu un impact global négatif sur la santé publique en Afrique et en Asie, parce qu’elle réduisait proportionnellement les flux d’aide à la nutrition, à l’eau potable, aux transports, à l’hygiène et au développement économique. Gates et Fauci ont en fait détourné le programme de santé publique de l’OMS des projets dont il est prouvé qu’ils permettent d’enrayer les maladies infectieuses, et détourné l’aide internationale pour ouvrir au ciseau les marchés émergents à leurs partenaires multinationaux.

Pour comprendre leur engouement pour les vaccins, Kennedy nous rappelle l’influence pionnière de la Fondation Rockefeller. En 1911, après que la Cour suprême a jugé que la Standard Oil constituait un « monopole déraisonnable » et l’a divisée en trente-quatre sociétés, John D. Rockefeller a inauguré ce que Bill Gates appellera plus tard le « philanthrocapitalisme ». Il accorda d’importantes subventions à des scientifiques pour qu’ils synthétisent et fassent breveter des versions chimiques des molécules identifiées dans la médecine traditionnelle. La Fondation a fourni près de la moitié du budget initial de l’Organisation de la Santé de la Société des Nations (LNHO) en 1922, et a peuplé ses rangs de ses vétérans et de ses favoris. Elle a imprégné la Société de sa philosophie de la santé technocratique, dont a hérité l’organisme qui lui a succédé, l’OMS, en 1948.

La Fondation Rockefeller a lancé un « partenariat public-privé » avec des sociétés pharmaceutiques, la Commission internationale de la santé, qui a commencé par inoculer un vaccin contre la fièvre jaune aux populations infortunées des tropiques colonisés. Lorsque John D. Rockefeller Jr. l’a dissoute en 1951, la Commission internationale de la Santé avait dépensé des milliards de dollars pour des campagnes de lutte contre les maladies tropicales dans près de 100 pays et colonies. Ces projets avaient un objectif caché, selon un rapport de 2017 intitulé « U.S. Philanthrocapitalism and the Global Health Agenda » : ils ont permis à la famille Rockefeller d’ouvrir les marchés des pays en développement au pétrole, aux mines, aux banques et à d’autres commerces rentables, y compris les profits pharmaceutiques qui ont augmenté de façon considérable lorsque, dans les années 1970 :

« Une vague de nouvelles technologies, dont la PCR et les microscopes électroniques super puissants, avait ouvert aux scientifiques des fenêtres sur de nouveaux mondes grouillants contenant des millions d’espèces de virus jusqu’alors inconnus. … L’attrait de la gloire et de la fortune a déclenché une révolution chaotique dans le domaine de la virologie, alors que de jeunes docteurs ambitieux s’efforçaient d’inculper les microbes nouvellement découverts comme étant la cause d’anciennes tumeurs malignes. … Sous cette nouvelle rubrique, chaque percée théorique, chaque découverte, devenait potentiellement la base d’une nouvelle génération de médicaments ».

Au milieu des années 1970, le CDC cherchait à justifier son existence en traquant les petites épidémies de rage. « Susciter la peur du public face à des pandémies périodiques était un moyen naturel pour les bureaucrates du NIAID et des CDC de maintenir la pertinence de leurs agences. Le patron immédiat du Dr Fauci et son prédécesseur au poste de directeur du NIAID, Richard M. Krause, ont contribué à mettre en place cette nouvelle stratégie en 1976 ». Cette année-là a été concoctée la fausse épidémie de grippe porcine. Le vaccin expérimental présentait tellement de problèmes que le Health and Human Services (HHS) l’a abandonné après avoir vacciné 49 millions d’Américains. Selon les médias, l’incidence de la grippe était sept fois plus élevée chez les vaccinés que chez les non-vaccinés. En outre, le vaccin a provoqué quelque 500 cas de syndrome de Guillain-Barré, une maladie nerveuse dégénérative, 32 décès, plus de 400 paralysies et pas moins de 4000 autres dommages de santé. Les plaignants ont intenté 1604 actions en justice. En avril 1985, le gouvernement avait versé 83 233 714 $ et dépensé des dizaines de millions de dollars pour le règlement et le traitement de ces demandes.

Le président Ford se faisant inoculer le vaccin contre la grippe, le 14 octobre 1976.

Un autre scandale a éclaté en 1983, lorsqu’une étude de l’UCLA financée par le NIH a révélé que le vaccin DTC mis au point par Wyeth – aujourd’hui Pfizer – tuait ou causait de graves lésions cérébrales, y compris des crises et la mort, chez un enfant vacciné sur 300. Tout en protégeant les enfants contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, le vaccin DTC ruinait leur système immunitaire, les rendant vulnérables à un large éventail d’autres infections mortelles.

Les poursuites judiciaires qui en ont résulté ont provoqué l’effondrement des marchés d’assurance pour les vaccins et ont menacé de mettre l’industrie en faillite. Wyeth prétendait perdre 20 dollars en responsabilité en aval pour chaque dollar gagné sur les ventes de vaccins, et a incité le Congrès à adopter en 1986 le National Childhood Vaccine Injury Act, qui protégeait les fabricants de vaccins de toute responsabilité. (Cette incitation à la cupidité sans limite a été renforcée en 2005 lorsque George W. Bush a signé la loi sur la préparation et l’état d’urgence du public).

Le sida et l’AZT

En 1984, lorsque Fauci est devenu directeur du NIAID, la crise du sida était hors de contrôle. Cela s’est avéré être « un moment de rédemption pour le NIAID et la rampe de lancement de l’ascension fulgurante du Dr Fauci ». Lors d’une conférence de presse en avril 1984, Robert Gallo, un scientifique du NIH, a établi un lien entre le sida et le virus qui allait bientôt être appelé VIH. Le Dr Fauci s’est alors empressé de revendiquer la compétence de son agence sur l’Institut national du cancer (NCI), une autre sous-agence des NIH.

« En tant que tsar du sida nouvellement nommé, le Dr Fauci était désormais le gardien de presque toutes les recherches sur le sida… Se faisant l’écho des vœux du NCI de guérir le cancer, le Dr Fauci a promis au Congrès qu’il produirait rapidement des médicaments et des vaccins pour bannir le sida ».

En même temps, il répandait délibérément la terreur de la contagion, avertissant dans un article alarmiste de 1983 que « l’étendue du syndrome peut être énorme », puisque « les contacts étroits de routine, comme au sein d’une famille, peuvent propager la maladie » – malgré le fait que le SIDA était presque exclusivement réservé aux utilisateurs de drogues par voie intraveineuse et aux homosexuels masculins. Un an plus tard, Fauci a été contraint de concéder que les responsables de la santé n’avaient jamais détecté un cas de maladie transmise par « contact occasionnel ». Néanmoins, la réponse systématique du Dr Fauci a été « d’amplifier la panique généralisée d’une pestilence redoutée qui allait naturellement amplifier son pouvoir, rehausser son profil et étendre son influence. L’amplification de la terreur des maladies infectieuses était déjà une réaction institutionnelle automatique au NIAID ».

Après avoir pris le contrôle de la recherche sur le SIDA, Fauci s’est emparé du nouveau flot de crédits pour lutter contre le SIDA qui affluait vers les NIH grâce au lobbying d’une communauté gay nouvellement organisée. En 1990, le budget annuel du NIAID pour le sida atteignait 3 milliards de dollars. Au cours des décennies suivantes, le gouvernement fédéral a dépensé plus de 500 milliards de dollars dans la quête d’un vaccin insaisissable qui ne s’est jamais matérialisé. Le Dr Fauci a injecté l’argent des contribuables dans près de 100 vaccins candidats, sans autre résultat que des « transferts massifs de fonds publics vers les partenaires pharmaceutiques du Dr Fauci » et une mer de larmes pour des millions de malheureux cobayes humains.

Le manque de capacité interne de développement de médicaments du NIAID a obligé Fauci à confier la recherche sur les médicaments à un réseau de « chercheurs principaux » (CP), des médecins et des chercheurs universitaires contrôlés par des sociétés pharmaceutiques et agissant comme agents de liaison, recruteurs et porte-parole.

« Les CP sont des substituts de l’industrie pharmaceutique qui jouent un rôle clé dans la promotion du paradigme pharmaceutique et font office de grands prêtres de toutes ses orthodoxies, dont ils font le prosélytisme avec un zèle de missionnaire. Ils utilisent leurs sièges dans les conseils médicaux et leurs présidences de départements universitaires pour propager le dogme et éradiquer l’hérésie. … Ce sont les experts médicaux accrédités et dignes de confiance qui font des pronostics sur les chaînes de télévision – maintenant totalement dépendantes des revenus publicitaires de l’industrie pharmaceutique – pour diffuser les produits des industries pharmaceutiques.

Le choix du Dr Fauci de transférer la quasi-totalité du budget du NIAID à des chercheurs principaux de l’industrie pharmaceutique pour le développement de médicaments était une abdication du devoir de l’agence de trouver la source et d’éliminer les épidémies explosives de maladies allergiques et auto-immunes qui ont commencé sous sa surveillance vers 1989. … L’argent du NIAID est en fait devenu une subvention géante à l’industrie pharmaceutique florissante pour qu’elle mette en place un pipeline de nouveaux médicaments rentables destinés à traiter les symptômes de ces mêmes maladies ».

À la fin des années 80 et au début des années 90, les CP recevaient chaque année entre 4 et 5 milliards de dollars du budget des NIH. Mais ces « pots-de-vin légaux » versés par les entreprises pharmaceutiques et les redevances sur les produits pharmaceutiques ont souvent éclipsé leur financement public. L’article de Celia Farber paru en 2006 dans Harper’s, « Out of Control : AIDS and the Destruction of Medical Science », a mis à nu la culture du sordide, de la corruption et de la vendetta au sein de la division sida de Fauci, la Division of Acquired Immunodeficiency Syndrome (DAIDS).

Malgré ses piètres résultats en matière de réduction de la maladie au cours de la décennie précédente, Fauci a persuadé le président Bill Clinton, en mai 1997, de fixer un nouvel objectif national pour la science. Dans un discours prononcé à l’Université d’État de Morgan, Clinton – peut-être non sans ironie sibylline – a imité la promesse de Kennedy du 25 mai 1961, en déclarant : « Engageons-nous aujourd’hui à développer un vaccin contre le sida au cours de la prochaine décennie ».

Un an plus tard, Bill Gates, qui venait de fonder son Initiative internationale pour un vaccin contre le sida (IAVI), scellait un accord avec Fauci. « Au cours des deux décennies suivantes, ce partenariat allait se métastaser pour inclure des sociétés pharmaceutiques, des planificateurs de l’armée et des services de renseignement, ainsi que des agences sanitaires internationales, tous collaborant pour promouvoir l’utilisation militaire des pandémies et des vaccins et une nouvelle marque d’impérialisme d’entreprise ancrée dans l’idéologie de la biosécurité ». L’histoire de l’implication de Gates dans le business des vaccins, de ses expériences meurtrières en Afrique et en Inde, et de son ascension en tant que premier sponsor officieux de l’OMS (recommandant en 2011 : « Les 193 États membres, vous devez faire des vaccins un axe central de vos systèmes de santé »), est racontée dans les chapitres 9 et 10 du livre de Kennedy.

Lorsque le Dr Fauci a pris la tête du NIAID, l’azidothymidine, connue sous le nom d’AZT, était le seul candidat au traitement du sida. L’AZT est un « terminateur de chaîne d’ADN », qui détruit de manière aléatoire la synthèse de l’ADN dans les cellules reproductrices. Il avait été développé en 1964 pour le cancer, mais abandonné car trop toxique, même pour un traitement à court terme. Il a été jugé si inutile qu’il n’a même pas été breveté. En 1985, Samuel Broder, directeur du National Cancer Institute (NCI), a affirmé avoir découvert que l’AZT tuait le VIH dans des tubes à essai. La société britannique Burroughs Wellcome l’a alors breveté comme remède contre le sida. « Reconnaissant une opportunité financière dans la terreur désespérée des jeunes malades du sida confrontés à une mort certaine, la société pharmaceutique a fixé le prix à 10 000 dollars par an et par patient, faisant de l’AZT l’un des médicaments les plus chers de l’histoire pharmaceutique. Comme Burroughs Wellcome pouvait fabriquer l’AZT pour quelques centimes par dose, la société s’attendait à une aubaine ».

Fauci a donné à Burroughs Wellcome un contrôle monopolistique sur la réponse du gouvernement au VIH. Mais tout ne s’est pas déroulé sans heurts. « L’horrible toxicité de l’AZT a gêné les chercheurs qui s’efforçaient de concevoir des protocoles d’étude qui le feraient apparaître comme sûr ou efficace ». Autre problème : des médecins communautaires obtenaient des résultats prometteurs avec des médicaments thérapeutiques bon marché et non homologués. Le Dr Fauci a refusé de tester l’un de ces médicaments réadaptés qui ne bénéficiaient d’aucun parrainage de l’industrie pharmaceutique. Lorsqu’il a mis à l’essai l’AL721, un antiviral beaucoup moins toxique que l’AZT, il a truqué les études pour qu’elles échouent et a brusquement annulé la phase 2.

Entre-temps, il a accéléré les essais de l’AZT, évitant les tests sur les animaux et permettant à Burroughs Wellcome de passer directement aux essais sur les humains. En mars 1987, l’équipe de Fauci déclare que les essais sur l’homme sont un succès après seulement quatre mois, et Fauci s’en félicite devant la presse. Cependant, lorsqu’en juillet 1987, le rapport officiel de l’essai de phase 2 de Burroughs Wellcome a été publié, les scientifiques européens se sont plaints que les données brutes ne montraient aucun avantage dans la réduction des symptômes. La FDA a mené sa propre enquête dix-huit mois plus tard, mais a gardé ses résultats secrets, jusqu’à ce que le journaliste d’investigation John Lauritsen en obtienne certains en utilisant la loi sur la liberté de l’information ; les documents ont montré que les équipes de recherche Fauci/Burroughs Wellcome s’étaient livrées à une falsification généralisée des données. Plus de la moitié des patients traités à l’AZT ont subi des effets indésirables si mortels qu’ils ont dû recevoir plusieurs transfusions sanguines pour rester en vie. Néanmoins, Fauci a continué à mentir au reste du monde, sans que les médias grand public n’y prêtent attention.

« Un héritage clé et durable de la bataille de l’AZT a été l’émergence du Dr Fauci en tant que loup alpha du HHS [Health and Human Services]. Son énorme budget et la multiplication de ses contacts au Capitole, à la Maison Blanche et dans l’industrie médicale lui ont permis d’influencer ou d’ignorer une succession de directeurs du HHS nommés pour des raisons politiques et d’intimider, de manipuler et de dominer les autres agences sœurs du HHS, notamment la FDA ».

L’AZT n’était pas le seul sujet d’intérêt pour Fauci. En juin 2003, le NIH menait 10 906 essais cliniques sur de nouvelles concoctions antivirales dans quatre-vingt-dix pays. Certains de ces essais semblent sortis des pires cauchemars de Dickens. L’Alliance for Human Research Protection (AHRP), une organisation de surveillance de l’industrie médicale, a démontré qu’entre 1985 et 2005, le NIAID a enrôlé au moins 532 nourrissons et enfants de foyers d’accueil de la ville de New York comme sujets d’essais cliniques testant des médicaments et des vaccins expérimentaux contre le sida. L’enquête de l’AHRP a révélé que nombre de ces enfants étaient en parfaite santé et n’étaient peut-être même pas infectés par le VIH. Pourtant, 80 d’entre eux sont morts. En 2004, le journaliste Liam Scheff a relaté les expériences secrètes menées par le Dr Fauci sur des enfants placés au Incarnation Children’s Center (ICC) de New York et dans de nombreux autres établissements similaires entre 1988 et 2002. Ces révélations, commente Kennedy, suscitent de nombreuses questions :

« De quel désert moral les monstres qui ont conçu et toléré ces expériences sont-ils descendus dans notre pays idéaliste ? Comment en sont-ils arrivés à finalement exercer un pouvoir aussi tyrannique sur nos citoyens ? Quelle sorte de nation sommes-nous si nous permettons qu’elles se poursuivent ? Plus important encore, n’est-il pas logique que les esprits malveillants, l’éthique élastique, le jugement épouvantable, l’arrogance et la sauvagerie qui ont sanctionné la brutalisation barbare des enfants à la Maison du Couvent d’Incarcération, et la torture des animaux pour le profit de l’industrie, puissent aussi concocter une justification morale pour supprimer des remèdes qui sauvent des vies et ainsi prolonger une épidémie mortelle ? Ces mêmes sombres alchimistes peuvent-ils justifier une stratégie consistant à donner la priorité à leur projet de vaccin de 48 milliards de dollars au détriment de la santé publique et de la vie humaine ? Est-ce qu’un orgueil démesuré similaire – cette pulsion humaine mortelle qui consiste à jouer à Dieu – a pavé le chemin mortel vers Wuhan et alimenté la décision téméraire de pirater les codes de la Création et de fabriquer de nouvelles formes de vie diaboliques – des superbactéries pandémiques – dans un laboratoire délabré avec des scientifiques liés à l’armée chinoise ? »

En effet, Kennedy montre dans son dernier chapitre, « Germ Games », que les investissements de Fauci dans des expériences dites de « gain de fonction » pour fabriquer des superbactéries pandémiques soulèvent « la possibilité ironique que le Dr Fauci ait pu jouer un rôle dans le déclenchement de la contagion mondiale dont deux présidents américains lui ont confié la gestion ».

L’Afrique est « le lieu de prédilection des entreprises à la recherche de responsables gouvernementaux coopératifs, de populations dociles, de coûts d’inscription par patient les plus bas et d’une surveillance laxiste de la part des médias et des autorités réglementaires ». Au début des années 1990, les dictateurs africains ont déroulé le tapis rouge pour l’industrie pharmaceutique, profitant de l’activité lucrative que représente l’exploitation de leurs citoyens pour le commerce florissant des essais cliniques. Et le 29 janvier 2003, le président George W. Bush annonçait, lors de son discours sur l’état de l’Union, son plan d’urgence pour la lutte contre le sida (PEPFAR), la nouvelle escroquerie de Fauci :

« Sur le continent africain, près de 30 millions de personnes sont atteintes du virus du sida. … Pourtant, sur ce continent, seules 50 000 victimes du sida – seulement 50 000 – reçoivent les médicaments dont elles ont besoin. … Je demande au Congrès d’engager 15 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, dont près de 10 milliards de dollars d’argent frais, pour inverser la tendance de la lutte contre le sida dans les nations les plus touchées d’Afrique et des Caraïbes ».

Le VIH est-il la cause du sida ?

Le chapitre 5 de Kennedy, « Les hérésies du VIH », s’ouvre sur la note suivante :

« J’ai hésité à inclure ce chapitre parce que toute remise en question de l’orthodoxie selon laquelle le VIH est la seule cause du SIDA reste une hérésie impardonnable – voire dangereuse – parmi notre cartel médical régnant et ses alliés médiatiques. Mais on ne peut pas écrire un livre complet sur Tony Fauci sans aborder la controverse scientifique persistante – et fascinante – sur ce qu’il caractérise comme sa « plus grande réalisation » et « l’œuvre de sa vie ».

Cette controverse illustre la manière dont les industries pharmaceutiques et les agences sanitaires, agissant de concert, parviennent à obtenir un consensus sur des théories incomplètes ou frauduleuses, et suppriment impitoyablement toute dissidence, même de la part des scientifiques reconnus les plus doués. « Dès le départ », insiste Kennedy,« je tiens à préciser que je ne prends pas position sur la relation entre le VIH et le sida ». Cependant, il semble y avoir peu de doutes quant à l’exactitude de son point de vue de base :

« Au cours des trente-six années qui se sont écoulées depuis que le Dr Fauci et son collègue, le Dr Robert Gallo, ont affirmé pour la première fois que le VIH était la seule cause du SIDA, personne n’a été en mesure de citer une étude démontrant leur hypothèse à l’aide de preuves scientifiques reconnues. … Aujourd’hui encore, l’incohérence, les lacunes dans les connaissances, les contradictions et les incohérences continuent d’entacher le dogme officiel ».

L’histoire du succès du dogme du VIH-SIDA montre « bon nombre des tactiques que le Dr Fauci a mises au point pour éviter le débat – éblouir et embobiner la presse pour qu’elle ignore les enquêtes légitimes sur le credo, et miner, gaslighter, punir, intimider, marginaliser, vilipender et museler les critiques ». L’une des victimes de Fauci est le Dr Peter Duesberg, qui, en 1987, était encore reconnu comme le rétrovirologue le plus accompli au monde. Le Dr Duesberg soutient que le VIH n’est pas à l’origine du sida, mais qu’il s’agit essentiellement d’un « passager clandestin » commun aux populations à haut risque qui souffrent d’une immunodépression due à des expositions environnementales. Le VIH, dit-il, est un virus passager inoffensif qui a presque certainement coexisté chez l’homme pendant des milliers de générations sans causer de maladies. Si le VIH peut être transmissible par voie sexuelle, le sida ne l’est pas, affirme Duesberg.

L’épidémiologie est comme un bikini : Ce qui est visible est intéressant ; ce qui est caché est crucial.

Duesberg a publié son point de vue dans un article révolutionnaire en 1987, puis dans un livre de 724 pages, « Inventing the AIDS Virus ». Kennedy estime que « les raisonnements de Duesberg sont si clairs, si élégants et si convaincants qu’à leur lecture, il semble impossible que l’hypothèse [orthodoxe] tout entière ne se soit pas instantanément effondrée sous le poids étouffant d’une logique implacable ». Mais Fauci et Gallo n’ont jamais tenté de répondre à Duesberg. Imputer le SIDA à un virus était le stratagème qui avait permis au NIAID de s’approprier la juridiction – et les flux financiers – du NCI, et Duesberg a été sévèrement puni pour avoir mis cela en danger.

« Le Dr Fauci a convoqué tout le haut clergé de son orthodoxie du VIH – et tous ses acolytes et enfants de chœur – pour déclencher une tempête de représailles féroces contre le virologue de Berkeley et ses partisans. … l’establishment du sida, jusqu’à son médecin le plus humble, a publiquement injurié Duesberg, les NIH lui ont retiré toute subvention et le milieu universitaire a ostracisé et exilé le brillant professeur de Berkeley. La presse scientifique l’a pratiquement banni. Il est devenu radioactif ».

De façon surprenante, cependant, le Dr Luc Montagnier, dont Gallo avait en fait volé la découverte du VIH – comme il l’a admis en 1991 après des années de procès -, est devenu le converti le plus embarrassant de Duesberg, en déclarant lors de la Conférence internationale sur le sida de San Francisco en juin 1990 que « le virus du VIH est inoffensif et passif, un virus bénin ». Il a ajouté que, selon ses découvertes, le VIH ne devient dangereux qu’en présence d’un second organisme, une bactérie appelée mycoplasme. Montagnier, en fait, n’a jamais prétendu que le VIH était le seul facteur du sida, et il est devenu de plus en plus sceptique à l’égard de cette théorie. Sa remise en question répétée du paradigme établi a marqué le début de sa diffamation, contre laquelle son prix Nobel ne l’a guère protégé.

La « preuve » apportée par Gallo que la cause du sida était un virus – et non une exposition à des substances toxiques – a constitué la pierre angulaire de la carrière du Dr Fauci. Elle a permis à Fauci de s’emparer du programme SIDA et de faire du NIAID le principal partenaire fédéral de l’industrie de la production de médicaments. Cela explique pourquoi Fauci n’a jamais financé d’étude visant à déterminer si le VIH était réellement à l’origine du SIDA, et a pris des mesures préventives vigoureuses contre toute étude de ce type.

Kennedy cite d’autres voix dissidentes sur l’épidémiologie du SIDA. Le Dr Shyh-Ching Lo, chercheur en chef chargé des programmes relatifs au SIDA à l’Institut de pathologie des forces armées, a été choqué par l’affirmation non conventionnelle d’Anthony Fauci selon laquelle les anticorps, normalement le signe d’une réponse immunitaire robuste, devraient, avec le VIH, être le signal d’une mort imminente. Étant donné que les « tests de dépistage du VIH » ne détectent pas en réalité le virus insaisissable, mais uniquement les anticorps, il semble qu’une inversion orwellienne soit à l’œuvre. Kennedy cite également le Dr David Rasnick, un docteur en biochimie qui a travaillé pendant trente ans dans le domaine de la biotechnologie pharmaceutique :

« L’argument fondamental de Fauci est qu’il a dit à tout le monde de diagnostiquer le SIDA sur la base de la présence d’anticorps anti-VIH. Pour toute autre maladie, la présence d’anticorps est le signal que le patient a vaincu la maladie. Avec le SIDA, Fauci et Gallo, et maintenant Gates, prétendent que c’est un signe que vous êtes sur le point de mourir. Pensez-y : si l’objectif d’un vaccin contre le SIDA est de stimuler la production d’anticorps, alors le succès signifierait que chaque personne vaccinée aurait également un diagnostic de SIDA. Je veux dire, il y a là matière à écrire une comédie. C’est comme si quelqu’un avait donné aux Trois Rapetous un budget annuel d’un milliard de dollars ! »

La nature du sida – un syndrome et non une maladie – est elle-même sujette à caution, puisqu’elle a été conçue pour englober une galaxie d’une trentaine de maladies distinctes et bien connues, qui se manifestent toutes chez des individus qui ne sont pas infectés par le VIH. « Entre les mains des CP opportunistes du Dr Fauci, le SIDA est devenu une maladie amorphe sujette à des définitions en constante évolution, englobant une multitude d’anciennes maladies chez les hôtes qui sont positifs au VIH ». Le prix Nobel Kary Mullis, l’inventeur des tests PCR, a souligné que la PCR était capable de trouver des signaux du VIH dans de larges segments de la population qui ne souffraient d’aucun symptôme du SIDA. D’autre part, le SIDA survient couramment chez des personnes dont le test de dépistage du VIH est négatif, comme l’a documenté Geoffrey Cowley dans un article de Newsweek en 1992, suivi par Steve Heimoff dans le Los Angeles Times.

Ces incohérences ne furent pas un problème pour Fauci et son armée permanente de mercenaires pharmaceutiques. Bien au contraire, elles ont ouvert la voie à l’épidémie de sida en Afrique. Des chercheurs financés par Fauci, utilisant des tests PCR et des modèles statistiques obscurs, ont déclaré que jusqu’à 30 millions d’Africains souffraient du SIDA, soit près de la moitié de la population adulte dans certains pays. Alors que dans les pays occidentaux, le sida restait une maladie de toxicomanes et d’homosexuels (consommateurs de poppers, du nitrite d’amyle, vasodilatateur permettant de détendre la musculature anale, conditionné dans le récipient « popper » breveté par Burroughs Wellcome et dont la publicité a été faite dans la presse gay tout au long de l’épidémie de sida), mystérieusement, en Afrique, 59% des cas de sida étaient des femmes et 85% des hétérosexuels.

Mais au début des années 1990, le caractère du SIDA a changé de façon spectaculaire avec la prolifération de l’AZT. Comme on a commencé à donner de l’AZT à des personnes qui n’étaient en fait même pas malades mais simplement positives au test du VIH, le sida a commencé à ressembler de plus en plus à un empoisonnement à l’AZT. Et le taux de mortalité a grimpé en flèche. Selon les soutiens de Duesberg, la grande majorité des « décès dus au sida » après 1987 ont en fait été causés par l’AZT. Le médicament que le Dr Fauci prescrivait pour traiter les patients atteints du SIDA faisait en fait ce que le virus ne pouvait pas faire : il provoquait le SIDA. En 1988, la durée moyenne de survie des patients prenant de l’AZT était de quatre mois. En 1997, reconnaissant l’effet mortel de l’AZT, les autorités sanitaires ont diminué la dose ; la durée de vie moyenne des patients sous AZT est alors passée à vingt-quatre mois. Selon le Dr Claus Köhnlein, un oncologue allemand, « Nous avons pratiquement tué toute une génération de malades du sida sans même nous en rendre compte, car les symptômes de l’intoxication à l’AZT étaient presque impossibles à distinguer de ceux du sida ».

Conclusion

En juillet 2019, le Dr Fauci faisait une annonce surprise : il disposait enfin d’un vaccin anti-VIH fonctionnel, le potentiel « dernier clou dans le cercueil » de l’épidémie. Il a concédé que son nouveau vaccin n’empêchait pas la transmission du sida, mais a prédit que ceux qui prenaient le vaccin constateraient que lorsqu’ils contracteraient le sida, les symptômes seraient beaucoup plus réduits. Voici les commentaires de Kennedy :

« Le Dr Fauci était tellement convaincu de la crédulité servile des médias qu’il a supposé, à juste titre, qu’il n’aurait jamais à répondre aux nombreuses questions soulevées par ce charabia fiévreux. Cette proposition étrange n’a fait l’objet d’aucun commentaire critique de la part de la presse. Le fait qu’il ait réussi à mettre du rouge à lèvres sur cet âne et à le vendre au monde comme étant un pur-sang a peut-être enhardi sa ruse – un an plus tard – consistant à mettre des cosmétiques similaires sur les vaccins COVID qui, eux aussi, ne préviennent pas la maladie et n’empêchent pas la transmission ».

En 2019, la corde du sida a commencé à s’user. Qui se soucie encore du sida de toute façon ? La « pandémie de Covid-19 » est apparue comme l’occasion parfaite pour une remise à zéro et une mise à jour du racket pharmaceutique. Comme Winston Churchill l’aurait dit, « Ne jamais laisser une bonne crise se perdre ». Avec des médias d’entreprise complices qui ont occulté les antécédents scandaleux de sa mafia en blouse blanche, Fauci est apparu, une fois de plus, comme le bon docteur, le sauveur.

« Est-il juste de blâmer le Dr Fauci pour une crise qui, bien sûr, a de nombreux auteurs ? » demande Kennedy. Dans une certaine mesure, oui.

« Sous la direction du Dr Fauci, les maladies allergiques, auto-immunes et chroniques que le Congrès a spécifiquement chargé le NIAID d’étudier et de prévenir, se sont multipliées pour toucher 54% des enfants, contre 12,8% lorsqu’il a pris la tête du NIAID en 1984. Le Dr Fauci n’a pas expliqué pourquoi les maladies allergiques comme l’asthme, l’eczéma, les allergies alimentaires, la rhinite allergique et l’anaphylaxie ont soudainement explosé à partir de 1989, cinq ans après son arrivée au pouvoir. Sur son site web, le NIAID se vante que les maladies auto-immunes sont l’une des principales priorités de l’agence. Quelque 80 maladies auto-immunes, dont le diabète juvénile et la polyarthrite rhumatoïde, la maladie de Graves et la maladie de Crohn, qui étaient pratiquement inconnues avant 1984, sont soudainement devenues épidémiques sous sa direction. L’autisme, que de nombreux scientifiques considèrent désormais comme une maladie auto-immune, a explosé, passant de 2/10 000 à 4/10 000 Américains lorsque Tony Fauci a rejoint le NIAID, à un sur trente-quatre aujourd’hui. Les maladies neurologiques comme le TDA/TDAH, les troubles du langage et du sommeil, la narcolepsie, les tics faciaux et le syndrome de Gilles de la Tourette sont devenus monnaie courante chez les enfants américains. Les coûts humains, sanitaires et économiques des maladies chroniques éclipsent les coûts de toutes les maladies infectieuses aux États-Unis. D’ici la fin de cette décennie, l’obésité, le diabète et le pré-diabète sont en passe de débiliter 85% des citoyens américains. L’Amérique fait partie des dix pays les plus obèses de la planète. Les conséquences sanitaires de ces épidémies – qui touchent principalement les jeunes – éclipsent même les conséquences sanitaires les plus exagérées du COVID-19 ».

Le Dr Fauci n’a rien fait pour faire avancer l’obligation fondamentale du NIAID de rechercher les causes des maladies allergiques et auto-immunes chroniques qui ont proliféré sous son mandat. Au lieu de cela, Fauci a « transformé le NIAID en un incubateur de premier plan pour les nouveaux produits pharmaceutiques, dont beaucoup, ironiquement, profitent de la pandémie de maladies chroniques en cascade ». Au lieu de rechercher les causes de la santé défaillante des Américains, le Dr Fauci consacre la majeure partie de son budget de 6 milliards de dollars à la recherche et au développement de nouveaux médicaments et vaccins qui sont en grande partie responsables de l’affaiblissement de notre immunité naturelle. « Ces derniers temps, il a joué un rôle central dans l’affaiblissement de la santé publique et la subversion de la démocratie et de la gouvernance constitutionnelle dans le monde entier, ainsi que dans la transition de notre gouvernance civile vers un totalitarisme médical ».

Cela m’a rappelé le Dr Knock, le personnage central du célèbre roman de Jules Romains, Knock ou le triomphe de la médecine, écrit en 1923. Le Dr Knock est un médecin véreux à la compétence douteuse qui professe que la « santé » est un concept obsolète et non scientifique, et que tous les hommes sont malades et doivent en être informés par leur médecin. Pour faire avancer son projet de convertir toute une ville en patients permanents, il s’assure l’aide de l’instituteur et du pharmacien, qui voit soudain sa clientèle exploser (voir les moments inoubliables de l’adaptation cinématographique de Guy Lefranc en 1951 avec Louis Jouvet ici et ici).

Dans une certaine mesure, cependant, Fauci est lui-même le produit d’une orientation civilisationnelle qui ne pouvait, à long terme, que conduire à cette technocratie médicale tyrannique qui tente aujourd’hui de nous asservir. Plutôt qu’un nouveau Dr Frankenstein, Fauci est notre propre monstre qui se retourne contre nous. Kennedy fait allusion à ce vaste aspect de la question, en soulignant la nécessité d’une remise en question profonde. La façon dont les Américains et les Occidentaux en général en sont venus à considérer les soins de santé a été façonnée par la philosophie de la Fondation Rockefeller : « une pilule pour un malade ». Dans le débat entre la « théorie des miasmes » – qui met l’accent sur la prévention des maladies en fortifiant le système immunitaire par la nutrition et en réduisant les expositions aux toxines et aux stress environnementaux – et la « théorie des germes » – qui attribue les maladies à des agents pathogènes microscopiques – nous avons opté sans ambiguïté pour cette dernière. Nous avons adhéré à une approche de la maladie qui exige d’identifier le germe coupable et de concevoir un poison pour le tuer. Ce choix ne nous a pas été imposé. Nous avons abandonné la responsabilité de notre santé aux experts médicaux et aux courtiers d’assurance.

Comme l’observent les docteurs Claus Köhnlein et Torsten Engelbrecht dans leur livre « Virus Mania » (2007) cité par Kennedy : « L’idée que certains microbes – surtout les champignons, les bactéries et les virus – sont nos grands adversaires dans la bataille, causant certaines maladies qui doivent être combattues avec des bombes chimiques spéciales, s’est enfouie profondément dans la conscience collective ». C’est un paradigme guerrier, parfaitement adapté à la fabrication du consentement sur le chemin de la dictature. Comme l’écrit Kennedy dans sa préface au livre du Dr Joseph Mercola et de Ronni Cummins, « The Truth About Covid-19 » (2021), « les démagogues doivent s’armer de la peur pour justifier leurs demandes d’obéissance aveugle ».

« Les technocrates du gouvernement, les oligarques milliardaires, Big Pharma, Big Data, Big Media, les barons voleurs de la haute finance et l’appareil de renseignement industriel militaire aiment les pandémies pour les mêmes raisons qu’ils aiment les guerres et les attaques terroristes. Les crises catastrophiques créent de convenables opportunités pour accroître à la fois le pouvoir et la richesse ».

source : https://www.unz.com
traduction Wayan, relu par Hervé
via https://lesakerfrancophone.fr et https://reseauinternational.net/

Sur la mauvaise interprétation du concept d’anticorps

par Corona_Fakten

Il est plus important que jamais d’examiner de près les anticorps ! Après avoir démontré dans mes autres articles qu’il n’existe aucune preuve de l’existence d’un virus pathogène, puisqu’aucun des prétendus virus pathogènes n’a satisfait aux postulats de Koch, les partisans de la vaccination jouent la carte des “anticorps”.

Leur affirmation (qui a été enfoncée dans la tête des gens pendant des décennies) selon laquelle ils sont la preuve indirecte d’un agent pathogène, ou offrent une protection contre un agent pathogène X, est basée sur une erreur. Cette affirmation a été démontrée à plusieurs reprises comme étant fausse. Comme on me demande sans cesse ce que sont ces anticorps, je voudrais montrer dans cet article que les anticorps ne sont pas une preuve de protection, ni qu’ils fonctionnent spécifiquement comme le modèle clef-serrure.

L’autorisation des vaccins se limite uniquement à la “séroconversion”.

Tous les vaccins destinés à l’Europe sont autorisés par l’EMA (European Medicines Agency) à Londres [avant 2019]. Leur exigence en matière de preuve d’efficacité se limite uniquement à ce que l’on appelle la séroconversion. Cette séroconversion décrit la formation d’anticorps mesurables dans le sang des personnes vaccinées, qui sont assimilés à un effet protecteur.

Lors de l’évaluation de l’immunité après une vaccination ou de son efficacité, cette contrainte décisive est toutefois relativisée par le fait que (presque) tous les vaccins actuels tirent leur efficacité en premier lieu de la formation d’anticorps : “Bien que les réponses immunitaires des muqueuses et des cellules soient clairement importantes pour la protection par certains vaccins, la plupart des vaccins autorisés aujourd’hui dépendent des anticorps sériques pour leur efficacité.” [“Although mucosal and cellular immune responses are clearly important to protection by some vaccines, most vaccines licensed today depend for their efficacy on serum antibodies”] (Plotkin 2010[5] et 2001[6]).

Cela est également important pour le développement et l’autorisation des vaccins, car ceux-ci doivent prouver leur efficacité – ce qui se fait sans exception (et dans de nombreux cas exclusivement !) par la détermination des anticorps produits.

Même les membres de longue date de la STIKO [commission permanent sur la vaccination à l’Institut Robert Koch] ne semblent pas toujours avoir conscience de ce lien lorsqu’ils remettent en question le bien-fondé de la détermination des titres après les vaccinations – la preuve de l’efficacité des différents vaccins repose précisément sur la détection de ces titres d’anticorps.

Ainsi, selon le professeur Heininger :
“Pour aucun des vaccins dits de base généralement recommandés, un contrôle du succès de la vaccination n’est prévu ou même conseillé de manière routinière”. (Heininger 2017) [7]
ou l’affirmation globale concernant la vaccination contre la rougeole,
“qu’un résultat de laboratoire positif n’atteste pas d’une protection” (Heininger 2016) [8] –
si c’était le cas, on n’aurait pas pu attester de l’efficacité du vaccin dans le cadre de l’autorisation de mise sur le marché …

Pourtant, en médecine, nous savons depuis de nombreuses décennies que les anticorps circulants ne sont pas synonymes de protection contre une maladie, ce que même le profane peut comprendre à l’aide de brefs exemples.

Si les anticorps reflètent l’indice de protection, comment les déclarations suivantes du RKI, de la STIKO et du programme de pharmacovigilance s’inscrivent-elles dans ce contexte ?

Dans le Magazine Arznei-Telegramm d’avril 2001, on peut lire ceci : [1]
“Les augmentations de titres induites par les vaccins sont également des substituts peu fiables de l’efficacité. Le bénéfice ou le préjudice que la personne vaccinée peut espérer ne peut être déduit de ces résultats.”

Le RKI (Robert-Koch-Institut) écrit : [2]
“Pour certaines maladies évitables par la vaccination (par exemple la coqueluche), il n’existe pas de corrélation sérologique sûre qui conviendrait comme marqueur de substitution d’une immunité existante. De plus, la concentration d’anticorps ne permet pas de conclure à une éventuelle immunité cellulaire existante”.

Le professeur Heininger, membre de longue date de la STIKO (commission permanente sur la vaccination), écrit à ce sujet : [3]
“Il n’est ni nécessaire ni utile de déterminer l’efficacité d’une vaccination par une prise de sang et une détermination des anticorps après l’avoir effectuée. D’une part, même la détermination des anticorps ne permet pas de se prononcer de manière fiable sur la présence ou l’absence de protection vaccinale, d’autre part, c’est tout simplement trop cher”.

Malade malgré la vaccination ? [4]
On peut citer l’exemple d’un garçon de 14 ans qui avait reçu une immunisation de base suffisante dans son enfance et qui avait reçu un rappel contre le tétanos six mois plus tôt, lorsqu’il a développé le tétanos. L’examen de laboratoire a révélé un taux d’anticorps si élevé qu’il aurait dû être protégé selon la définition du titre d’anticorps. Mais il ne l’était pas ! Cet exemple montre que la théorie des anticorps comme ” boules magiques protectrices ” ne tient pas la route. Le RKI [Institut Robert-Koch] a alors inventé le terme d’anticorps non protecteurs.

Heininger – STIKO (2017)[7] :
” Le plus important pour commencer : pour aucune des vaccinations dites de base généralement recommandées, un contrôle du succès de la vaccination n’est prévu ou même conseillé de manière routinière “.

Heininger – STIKO (2016)[8] :
“…il n’y a pas que des résultats d’anticorps IgG faussement négatifs (qui ne nous dérangeraient pas plus que ça si, par conséquent, l’enfant recevait une vaccination ROR), mais aussi, malheureusement, des résultats faussement positifs. Il faut le dire aux parents pour qu’ils comprennent qu’un résultat de laboratoire positif n’atteste pas d’une protection et qu’ils sont bien mieux orientés en donnant une 2e dose de ROR à leur enfant”.

Remarque : il s’agit là encore d’une confirmation qu’un résultat de laboratoire positif n’a aucune valeur. La question qui se pose toujours est la suivante : comment sait-on que les anticorps circulants offrent une protection, alors que les plus hautes instances disent elles-mêmes que l’augmentation du titre ne peut pas indiquer s’il y a une protection. Lorsque des personnes présentent des taux d’anticorps élevés et tombent malgré tout malades ? Si personne ne peut dire exactement à quelle valeur de titre il y a vraiment une protection, pourquoi l’autorisation d’un vaccin repose-t-elle précisément sur cette indication ? Personnellement, cela me laisse plus que perplexe.

Les points suivants sont d’une importance décisive dans cette discussion :
Premièrement, nous ne pouvons pas clarifier avec certitude la question de l’immunité par la détermination des anticorps pour chaque vaccination (voir ci-dessous).

Deuxièmement, les anticorps que nous déterminons lors des examens de routine ne sont pas automatiquement ceux qui assurent la protection (et qui constituent donc le corrélat de l’immunité), mais parfois seulement ceux qui indiquent qu’en plus des anticorps mesurés non déterminants pour l’immunité, des anticorps protecteurs non mesurés ont certainement été produits (les anticorps mesurés sont alors ce que l’on appelle un paramètre de substitution de l’immunité). Cette situation compliquée s’explique d’une part par le fait que de nombreux anticorps différents aux fonctions diverses sont produits dans le cadre de la réponse immunitaire et d’autre part par le fait que la détermination des anticorps réellement décisifs pour certaines vaccinations serait trop compliquée pour un diagnostic de routine. (Ou, pour le dire simplement, le lien entre anticorps et immunité est imaginaire).

Troisièmement, toute immunité n’est jamais qu’une déclaration statistique et donc relative, qu’elle protège ou non dans un cas particulier. Les véritables causes de l’état du corps lorsqu’il est “sans symptôme” sont inhérentes à d’autres justifications.

“La protection est donc un concept statistique. Lorsque nous disons qu’un titre particulier d’anticorps est protecteur, nous voulons dire dans les circonstances habituelles d’exposition, avec une dose moyenne et en l’absence de facteurs négatifs de l’hôte. ” [6]

Quatrièmement, dans ce contexte, la question de savoir ce que l’on entend exactement par protection du point de vue de la médecine conventionnelle est également décisive. On prétend ainsi que, dans le cas du HiB et de la rougeole, des taux d’anticorps beaucoup plus faibles protègent contre la maladie (protection contre la maladie) que ce qui est nécessaire pour empêcher la transmission à d’autres personnes (protection contre l’infection).
Remarque : étant donné qu’il n’existe à ce jour aucune preuve scientifique de l’existence du virus de la rougeole, on peut évidemment se demander comment on en arrive à affirmer que les anticorps protègent contre la rougeole alors que l’agent pathogène n’a pas été détecté à ce jour. Un raisonnement fallacieux. On met donc ici la charrue avant les bœufs. Je mesure quelque chose appelé “anticorps”, donc j’affirme indirectement avoir un agent pathogène.

Les titres d’anticorps mesurables après les vaccinations montrent uniquement la confrontation du système immunitaire avec les antigènes généralement liés aux adjuvants. Sans ces adjuvants, il n’y aurait pas de formation d’anticorps. On constate ici que le système immunitaire a une structure beaucoup plus complexe et qu’il ne fonctionne pas exclusivement par la production d’anticorps.

Les personnes atteintes d’herpès développent des anticorps circulants contre le virus de l’herpès. Néanmoins, l’herpès peut toujours réapparaître en raison de l’affaiblissement du système immunitaire. Et ce, même si les anticorps de l’herpès sont détectables. La personne séropositive ne se réjouit pas non plus d’avoir des anticorps circulants contre le VIH.

Le modèle des anticorps ne fonctionne pas du tout. Si ceux-ci peuvent offrir une protection, comment se fait-il que des personnes présentant un titre suffisant tombent tout de même malades. Comment se fait-il que la logique des anticorps ait été inversée à 180 degrés dans le cas du VIH, où des anticorps élevés sont contre-productifs ?

“Si deux vaccinations contre la rougeole sont documentées, on peut supposer avec une grande probabilité une protection contre la rougeole même en l’absence d’anticorps ou en cas de taux d’anticorps limite. Une troisième vaccination contre la rougeole n’est pas nécessaire. La protection conférée par une double vaccination est susceptible de durer toute la vie.”
https://www.rki.de/SharedDocs/FAQ/Impfen/MMR/FAQ_Uebersicht_MSG.html#:~:text=Sind%20zwei%20Impfungen%20gegen%20Masern,Impfung%20h%C3%A4lt%20wahrscheinlich%20lebenslang%20an. [Institut Robert Koch]

Il n’y a pas besoin d’anticorps, on part toujours du principe que la vaccination protège, sans fournir de preuves. Le concept est toujours supposé, on ne veut même pas penser à d’autres possibilités ! Ce n’est pas scientifique.

[1] Arznei-Telegramm

[2] Epidemiologischen Bulletin (EpiBull) Nr. 30 / 2012 S.299

[3] U.Heininger „Handbuch Kinderimpfgung Handbuch Kinderimpfung: Die kompetente Entscheidungshilfe für Eltern 2004

[4] Epidemiologischen Bulletin 2008; 24:193-195

[5] Plotkin SA. 2010. Clinical and Vaccine Immunology. July 2010, p. 1055–1065

[6] Plotkin SA. 2001. The Pediatric Infectious Disease Journal. 20(1):63–75

[7] Heininger U. 2017. Ars medici. 2017(4):172-75

[8] Heininger U. 2016. Kinder- und Jugendarzt. 47(4):227

Pour prétendre à un “anticorps”, il faut un “corps”.

Comme je l’ai déjà montré dans mes autres articles, les virus prétendument pathogènes n’ont toujours pas été prouvés [virus de la rougeole] | [SRAS]. Donc, si je n’ai pas de preuve pour le corps, comment puis-je prétendre avoir défini des anticorps spécifiques et surtout, comment puis-je les tester ? Vous connaissez la réponse : c’est tout simplement impossible.

Que signifie tout cela pour les personnes vaccinées ?

Comme il n’existe pas d’études scientifiques sur la fréquence de ce phénomène, à savoir que les personnes vaccinées développent des anticorps non protecteurs, la possibilité d’une maladie reste présente pour chaque individu vacciné. Un carnet de vaccination complet et même la détection de titres d’anticorps, comme c’est souvent le cas pour la rubéole ou l’hépatite B par exemple, ne donnent aucune garantie.

Les anticorps non protecteurs inventés de toutes pièces pourraient-ils expliquer la situation dans laquelle, après avoir été vacciné (par exemple contre la rougeole, les oreillons, la rubéole ou la coqueluche, etc.), le vacciné présente certes des anticorps, mais peut quand même tomber malade (de la rougeole, des oreillons, de la rubéole ou de la coqueluche, etc.).

Les anticorps circulants à eux seuls ne confèrent donc pas une protection sûre, c’est ce que la médecine conventionnelle sait depuis de nombreuses décennies. En revanche, la preuve de l’efficacité lors de l’autorisation des vaccins repose uniquement sur la preuve du titre d’anticorps prétendument (parfois ?) protecteur.

DIMDI, l’Institut allemand de documentation médicale et d’information : Le titre anti-corps n’est qu’une mesure de taux

Un demi-point de vérité de la médecine conventionnelle – mais un point de vérité tout de même !
Les “anticorps” sont des points finaux de substitution, c’est-à-dire des mesures de remplacement inventées sur la base de corrélations aléatoires quelconques, explique le DIMDI, l’Institut allemand de documentation et d’information médicales :
“L’utilisation de points finaux de substitution n’est […] pas sans poser de problèmes. Dans le passé, il y a eu de nombreuses situations dans lesquelles la confiance accordée aux points finaux de substitution, malgré une forte corrélation avec le point final clinique, était trompeuse ou avait des conséquences fatales. Cette problématique est désormais connue depuis plus de 30 ans. […] Certains produits autorisés sur la base de points finaux de substitution ont dû être retirés du marché par la suite, car dans les études avec des critères de mortalité ou de morbidité, l’évaluation des bénéfices et des risques s’est inversée”.
Source : DIMDI, Cologne 2009

Remarque : nous avons donc affaire depuis des décennies à des ” substituts ” problématiques qui ont toujours conduit à des résultats et des hypothèses extrêmement erronés. Malgré une forte corrélation (la corrélation n’est pas une preuve scientifique, seulement un indice), celles-ci étaient trompeuses et ont eu des conséquences fatales ! Il est lentement temps de corriger cette hypothèse erronée des anticorps.

Outil de travail sur le thème des anticorps : Stefan Lanka et Veronika Widmer tirés de Macht Impfen Sinn?

Un extrait de : “La vaccination a-t-elle un sens ? Des virus qui rendent malade ? Des virus isolés ? La loi fondamentale. Comment les nouveaux virus sont-ils identifiés ? Commentaire sur les virus prétendument isolés (allemand) Brochure – 1er juillet 2005” :

Commentaire sur la (mauvaise) question : que sont donc les anticorps ?

La question exacte :
Qu’est-ce qui est mesuré lorsque l’on affirme la présence d’anticorps ?

Selon Pschyrembel, les anticorps sont “une réaction possible du système immunitaire. Les anticorps n’existent pas à l’état naturel”.

Cette formulation a-t-elle été choisie parce que l’on sait que les personnes ayant un “titre d’anticorps” élevé peuvent tomber malades tout autant que les personnes sans “titre” restent en bonne santé ? La médecine (scolaire) actuelle fait la distinction entre la formation d’anticorps étrangers (bactéries pathogènes, toxines virales) et la formation d’anticorps propres à l’organisme.

Alors que l’on nous dit qu’après une vaccination, l’organisme est protégé par la formation d’anticorps, la médecine classique décrit également des cas où la présence d’anticorps indique des effets néfastes sur l’organisme. La médecine conventionnelle cite ainsi les allergies, le SIDA, les réactions de rejet lors de transplantations et les maladies auto-immunes. L’Institut Robert Koch explique à ce sujet : Une concentration élevée d’immunoglobulines totales dans le sérum indique dans la plupart des cas la présence d’une affection allergique.

Des valeurs élevées peuvent également être observées en cas d’infestation parasitaire ou de tumeurs malignes, par exemple. En cas d’allergie par inhalation, les taux d’IgE sont moyennement à fortement élevés, en fonction des symptômes et du nombre d’allergènes déclencheurs. Des IgE normales n’excluent pas la présence d’une allergie.

Si des anticorps sont diagnostiqués après une vaccination, la médecine classique nous explique que la personne concernée est désormais protégée. Cependant, elle passe sous silence le fait que des personnes sont tombées malades malgré la présence d’anticorps et que des personnes sans anticorps restent en bonne santé. Les anticorps anti-VIH détectés par le test donnent et apportent à la personne concernée le diagnostic – mortellement malade – ou du moins – sera mortellement malade. Les anticorps de la rubéole détectés par le test permettent à la personne concernée d’être diagnostiquée – protégée – . Une contradiction en soi.

Tests d’anticorps : la procédure en laboratoire

Tout d’abord, le sang est séparé de ses cellules et de ses grandes protéines. Cela se fait par exemple à l’aide d’une centrifugeuse. 99 % des tests effectués sont réalisés avec le sérum du patient, le liquide sanguin résiduel. Le laborantin est alors informé de ce qui doit être testé par le test d’anticorps. Pour ce faire, il ajoute à ce que l’on appelle le surnageant les substances correspondantes, fabriquées par des laboratoires pharmaceutiques, brevetées et dont la composition est tenue secrète (le gouvernement et l’institut Paul Ehrlich, qui lui est subordonné, veillent à ce que le secret soit strictement respecté). Si une réaction mesurable se produit, le test est considéré comme “positif”. Jusqu’à présent, on prétendait que si des anticorps étaient détectés, une protection immunitaire était prouvée.

La quantité d'”anticorps” constatée uniquement de manière indirecte et non quantitative est alors appelée “titre”. Cependant, depuis le SIDA, on proclame, selon les cas, une condamnation à mort, car depuis cette époque, on affirme que les anticorps allégués sont désormais synonymes de l’existence et de la présence du virus du SIDA. Il n’est donc pas étonnant qu’il n’existe pas de norme scientifique pour les indications de titre et que les mesures ne soient jamais comparables.

Il est encore moins surprenant qu’il n’existe aucun critère scientifique permettant de déterminer à partir de quel titre on peut parler de “protection immunitaire”. On dit au laborantin que le kit de test contient une ou plusieurs protéines correspondant exactement à la forme du microbe. Si le laborantin réfléchissait, il se rendrait compte que dans les conditions correspondantes, la forme des protéines ne peut plus correspondre à celle du microbe prétendu, car les protéines ne se trouvent plus dans leur environnement naturel. On parle de dénaturation des protéines.

Conformément à la logique illusoire imposée, ces protéines tenues secrètes sont alors appelées “antigènes”. Contre lesquelles les anticorps doivent être détectés. Le kit de test contient en outre des colorants et des substances qui servent à multiplier un signal “positif”. L’appareil dans lequel le tout est ensuite placé est étalonné à l’aide de substances dont la composition est gardée secrète et sur laquelle veille l’institut Paul-Ehrlich en question. Le fait qu’il y ait environ 5% de la population dont le sang ne contient que peu ou pas d’immunoglobulines dans les conditions du laboratoire n’a pas été et n’est pas discuté ni étudié.

Après la vaccination, ces personnes sont qualifiées de “non-répondants” et sont empoisonnées avec toujours plus de vaccins, conformément à cette logique délirante.

Anticorps dans la réalité/religion

Fraude aux anticorps de la religion de la vaccination :
Vaccination = anticorps = protection = longue vie et santé (j’ai démontré en détail que c’est justement cette hypothèse (croyance) qui est fausse et réfutée par plusieurs organismes et études.

La réalité :

Les petites protéines sont appelées globulines. Ces globulines sont toujours produites par le corps lorsque les cellules doivent être multipliées, réparées ou créées. La religion de la vaccination appelle les globulines, contre toute évidence, des anticorps, parce que ces protéines se lient très facilement à d’autres protéines et molécules. Tout le business de la vaccination repose sur la facilité avec laquelle les globulines se lient à d’autres protéines et molécules.

Les soi-disant “anticorps” d’aujourd’hui étaient encore des “corps de guérison” chez Emil von Behring en 1892 et des “boules magiques” chez Paul Ehrlich. Les globulines formées par l’intoxication vaccinale sont présentées comme une protection contre des agents pathogènes inventés de toutes pièces [autre source], et la combinaison de globulines avec des protéines d’embryons de poulet ou de cellules artificielles (artefacts de laboratoire), présentées comme des composants de virus, est présentée comme une protection vaccinale contre des maladies (prétendue “immunité”) qui, à leur tour, sont présentées comme étant causées par des agents pathogènes en dépit du bon sens, mais qui ne sont en réalité pas du tout pathogènes. Les anticorps sont la réponse du sang aux protéines et aux substances étrangères qui ont pénétré dans l’organisme (inoculées), comme dans le cas de l’allergie.

Le terme “capacité de défense” (“immunité”) devrait être remplacé par un terme tel que ” capacité de guérison “. La capacité de guérison ne peut être générée par aucun type de vaccin, c’est une capacité de l’être entier (unité corps-âme-esprit) et elle dépend de nombreux facteurs.

Plus l’adjuvant est “toxique”, plus la “réaction des anticorps” est forte

La mesure du titre d’anticorps indique uniquement l’intoxication/les dommages causés à l’organisme.

Le puissant adjuvant aluminique du Gardasil.
Les trois avocats de Merck qui ont fait des présentations étaient Dino Sangiamo, Sally Bryan et Christina Gaarder. Jo Lyn Valoff représentait Kaiser.
“Parmi les vaccinologues, il est axiomatique que la durée de l’immunité est directement corrélée à la toxicité de l’adjuvant ; plus l’adjuvant est toxique, plus la durée de l’immunité est longue”.

C’est parfaitement exprimé. Les substances toxiques doivent faire monter le taux d’anticorps dans le sang de manière mesurable, afin que l’on puisse mesurer quelque chose et “prouver” quelque chose, et ce qu’un vaccin ne ferait pas sans ces adjuvants.

L’escroquerie commence là où la valeur mesurée est présentée comme une immunité, car en réalité elle n’indique que le degré d’intoxication, totalement indépendante d’une efficacité d’un vaccin selon le modèle clef-serrure et les fables de la charge virale, des antigènes, etc.

Une découverte intéressante dans le cas des personnes à personnalités multiples

Dans le livre Die geimpfte Nation d’Andreas Moritz, un fait est décrit qui fait également s’effondrer la croyance en la théorie des anticorps.
Citation sur la fraude avec les anticorps comme preuve du fonctionnement prétendu des vaccins inutiles et nocifs :

“Le fait d’avoir produit des anticorps contre une substance particulière, par exemple contre un aliment ou un vaccin, ne détermine pas vraiment si une maladie telle qu’une infection ou une allergie se produira concrètement.

Par exemple, les personnes souffrant d’un trouble de la personnalité multiple peuvent être fortement allergiques au jus d’orange (allergène) dans le rôle d’une personnalité, alors que ce même allergène ne déclenche soudainement plus de réaction allergique lorsqu’elles sont passées à une autre personnalité.

Ils peuvent également présenter des symptômes de diabète dans une personnalité et ne plus en souffrir quelques minutes plus tard. Chez les femmes, il peut même y avoir des cycles menstruels fondamentalement différents.

Il existe un autre exemple. Chez une personne normale qui est allergique aux poils de chat, dès qu’elle entre en contact avec les protéines des poils de chat, la formation d’anticorps ainsi que des réactions inflammatoires sont déclenchées. Néanmoins, il n’est pas rare qu’une personne ne soit allergique qu’aux chats blancs ou rouges, mais pas aux chats noirs (ou inversement). En général, il y a eu une expérience traumatisante préalable avec un chat blanc – par exemple sa mort – qui a été liée à la formation des anticorps.

Dès que la personne touche un chat blanc, le corps reproduit la réaction, en se basant sur le souvenir du traumatisme émotionnel précédent. Comme les chats noirs n’ont pas fait partie de cette expérience, le fait de toucher des chats noirs ne provoque pas de réactions allergiques.

De la même manière, une personne souffrant d’une allergie au gluten peut avoir des problèmes dès qu’elle consomme du pain, mais ne pas en avoir lorsqu’elle mange des pâtes, bien que celles-ci contiennent également du gluten”.

En d’autres termes, on ne peut pas savoir si la simple présence des anticorps produits par la vaccination protège effectivement contre les virus des oreillons ou de la rougeole. Toute la théorie de la vaccination repose sur l’idée que la présence d’anticorps spécifiques dans le sang confère une immunité contre la maladie en question.

Feli Popescu : facteur rhésus, Analyse des allégations concernant le facteur rhésus

Feli Popescu a écrit un article incroyablement intéressant sur le thème du facteur rhésus, des groupes sanguins, du plasma sanguin, de la prophylaxie anti-D. Cet article met en évidence des incohérences et des contradictions extrêmes sur la manière dont la science fonctionne. Vous pouvez voir dans l’article comment, à cet égard également, la thèse des anticorps est réduite à néant. Très intéressant.

Des taux de vaccination élevés ne peuvent pas empêcher les épidémies de rougeole – les anticorps ont échoué

Nous avons besoin “d’information plutôt que de peur” et “de faits plutôt que d’avis d’experts”.

Dans le lien suivant, Libertas & Sanitas a rassemblé plus de 50 études connues du CDC, d’Oxford et d’autres, qui démontrent clairement que la vaccination ne protège pas. Les résultats des 10 premières études ont été résumés directement dans le PDF. Il s’agit d’un exemple pratique montrant que les anticorps présumés ne reflètent pas la protection qui leur est attribuée. Comme il ne s’agit pas d’un article sur les vaccins, je ne mentionnerai pas toutes les autres études, qui feront l’objet d’un autre article.
Source : Libertas & Sanitas e.V. [PDF]

Correspondance entre Hans Tolzin et l’Institut Robert Koch (RKI) au sujet des anticorps.

Il ressort de cette correspondance que le RKI ne considère pas le niveau d’anticorps (titre) comme le seul critère de protection.
Ainsi, le RKI écrit le 01.02.2005 :
“Ni le RKI ni la STIKO ne considèrent le niveau de concentration des anticorps comme le seul critère d’immunité et ne le définissent pas de cette manière. L’immunité cellulaire (mémoire immunologique), particulièrement importante pour une immunité à long terme, ne dépend pas des titres d’AC détectables et c’est pourquoi les titres d’AC ne servent souvent que de “marqueurs de substitution “pour l’immunité”.
….
“Des titres d’anticorps indétectables ou faibles ne constituent toutefois pas une preuve d’absence d’immunité”.

Nous voyons donc que peu importe si des anticorps sont mesurés ou non, cela n’a pas d’importance puisque, selon le RKI, il existe une protection en cas d’absence d’anticorps, tout comme en cas de présence d’anticorps. Comme nous savons que ces “anticorps” apparaissent lorsque les cellules sont empoisonnées/détruites, il semble que ce ne soit pas un prétendu virus qui en soit la cause, mais plutôt, par exemple, l’intoxication par un vaccin et ses adjuvants nocifs.

En réponse à la question de Hans Tolzin :
“”Si, comme vous l’écrivez, le niveau de la concentration d’AC ne permet pas de se prononcer avec certitude sur l’immunité, comment peut-il être le seul critère pour prouver l’utilité d’un vaccin lors de son autorisation ? Je ne comprends pas”.
Réponse du RKI :
“Cher Monsieur Tolzin, nous avions répondu de manière détaillée. Pour des raisons de charge de travail, nous ne pouvons pas poursuivre la discussion. Nous vous prions d’agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées”.

Remarque : il n’est pas nécessaire de commenter davantage. Dans ce tissu de mensonges rempli d’affirmations non scientifiques et de consensus sans fondement scientifique, même le meilleur des confusionnistes perd la vue d’ensemble et se retrouve confronté à la réalité.

Vous pouvez lire d’autres élucubrations du RKI sur le site.

Correspondance entre Hans Tolzin et l’Institut Paul-Ehrlich (PEI) au sujet des anticorps.

Le 13 mai 2006, [Hans Tolzin] a également adressé une demande en ce sens à l’Institut Paul-Ehrlich (PEI), l’autorité allemande d’homologation des vaccins :

“Veuillez m’indiquer les études scientifiques fondamentales ou les publications qui font autorité pour le PEI et qui prouvent le lien entre le taux d’anticorps et l’immunité (dans le sens d’une absence effective de maladie sur une longue période)”.

Réponse du PEI :
“Il n’existe pas de déclaration générale du PEI selon laquelle un titre d’anticorps spécifiques suffisamment élevé serait une garantie de non-maladie. Cette affirmation est indifférenciée et ne correspond pas aux normes scientifiques, il n’existe donc pas de documents internes à l’administration. La pharmacopée européenne définit précisément comment l’efficacité doit être testée pour les différents vaccins”.

Les collaborateurs du PEI ne disposent donc d’aucun document scientifique indiquant qu’un titre élevé signifie l’absence de maladie. Au lieu de cela, la responsabilité est renvoyée au niveau de l’UE. Or, la réglementation en vigueur contient des dispositions obligatoires et facultatives concernant la preuve de l’efficacité, de sorte que la référence à ces dispositions ne dit rien sur les critères que le PEI considère comme obligatoires pour lui. Une demande de ma part [Hans Tolzin] dans ce sens n’a pas encore reçu de réponse. Chaque petite information doit être tirée du nez de l’autorité Source : Email

Spiess, “Impfkompendium”, 5e édition 1999, p. 180 (dans le chapitre sur la coqueluche)

“Il n’est actuellement pas possible de tirer une conclusion du niveau du titre mesuré sur le statut immunitaire en ce qui concerne la protection contre une nouvelle maladie”.

Une autre étude, publiée dans le journal Immunity (journal scientifique), montre que les anticorps ne sont pas nécessaires pour lutter contre le virus.

“Nos résultats contredisent l’opinion actuelle selon laquelle les anticorps sont absolument nécessaires pour survivre aux infections par des virus comme le VSV (virus de la stomatite vésiculaire). Ils représentent pour l’immunité antivirale une fonction inattendue des cellules B en tant que gardiennes des macrophages”, a déclaré le Dr H. Uldrich d’Andrian de la Harvard Medical School. “Il est nécessaire de poursuivre les recherches sur le rôle des anticorps et des interférons dans la défense immunitaire contre des virus similaires qui attaquent le système nerveux, comme la rage, le virus du Nil occidental et l’encéphalite”.

Remarque : même si ces chercheurs pensent également qu’il existe des virus pathogènes, cela montre une fois de plus que même parmi les ” croyants “, les résultats sont différents et que les anticorps ne sont pas du tout synonymes de protection.

Dans le cas du VIH, toute la logique des anticorps a été définitivement balayée.

Le Spiegel écrit : “Chez les personnes infectées par le VIH, les scientifiques ont en revanche pu mettre en évidence un nombre d’anticorps contre différents virus supérieur à la moyenne. Cela s’expliquerait par exemple par le fait que le VIH peut affaiblir le système immunitaire et rendre les personnes concernées plus vulnérables à d’autres infections”.
Dans le cas du VIH, les anticorps sont donc plutôt un indice que la personne est affaiblie, bien que son taux d’anticorps soit extrêmement élevé. En principe, elle devrait être la personne la plus protégée possible. Mais nous ne connaissons pas autre chose dans la “pseudo” médecine. Si quelque chose ne convient pas, on le modifie jusqu’à ce qu’il convienne supposément. La thèse de base n’est même pas remise en question, bien que les voix discordantes aient été extrêmement fortes, notamment dans le cas du VIH. Le thème du VIH est un sujet à part entière et dépasserait le cadre de cet article.

OMS : aucune preuve que les anticorps contre le SARS-CoV-2 signifient une immunité contre le COVID-19 – 18 avr. 2020

Dans le cadre de l’examen des personnes atteintes du COVID-19 qui, après avoir surmonté la maladie, présentaient à nouveau des résultats de prélèvement positifs, l’OMS a indiqué le 17.04.20 qu’il n’existait aucune preuve que la présence d’anticorps contre le SARS-CoV-2 dans le sérum signifiait une immunité contre le COVID-19 (CNN 18.04.2020).
Si cette crainte se confirmait, cela remettrait en question toute une série de concepts communiqués jusqu’ici comme salvateurs – de l’immunité de groupe au vaccin messianiquement…

La conclusion de l’ensemble des faits est effrayante

Manifestement, les autorités fédérales compétentes n’ont pas connaissance d’une preuve scientifique de la protection par les anticorps. En lieu et place, on se réfère sans engagement à “l’état des connaissances” et à la “reconnaissance générale” de telles mesures de substitution (“paramètres de substitution”). Les collaborateurs des autorités partent donc du principe qu’il existe un titre protecteur, sans en avoir jamais vu la preuve ! C’est exactement le problème que nous rencontrons en permanence. On part toujours de ce principe sans le remettre en question. Nous rencontrons le même problème avec l’affirmation du virus pathogène de la rougeole, qui n’a jamais été prouvé. Nous avons également le même problème avec le SRAS-CoV-1 et le SARS-CoV-2, la preuve manque toujours, à chaque fois on part du principe que c’est le cas. Nous en sommes à un point où nous devons enfin mettre en évidence l’évolution erronée de la médecine et introduire un changement de paradigme.

Nous prétendons avoir des virus pathogènes, sans preuve

Nous utilisons des substituts comme les anticorps pour la protection, qui n’a pas non plus de base scientifique et la réalité ne confirme à aucun moment cette affirmation.

Nous utilisons un test ADN (PCR) qui ne peut pas constituer une preuve de la présence d’un virus, mais qui est un outil manipulateur qui n’a jamais été validé.

Les principaux experts impliqués sont des personnes qui ont déjà été reconnues coupables de fraude.

Je pourrais continuer la liste, mais vous voyez déjà les énormes problèmes que nous avons parce que nous avons trop longtemps détourné le regard, parce que nous avons tout cru sans nous poser de questions, parce que nous voulions simplement faire confiance. Aujourd’hui, la réalité nous rattrape et nous devons agir maintenant et non plus tard, sinon ces fausses affirmations ne feront qu’empirer et la situation ne pourra plus être corrigée.

Mon appel à vous : “Ecrivez aux politiciens, écrivez au RKI et au PEI, confrontez-les aux faits. N’acceptez pas de réponses évasives. Les autorités sont au courant de ces informations depuis longtemps, mais n’ont pas osé les corriger. Qu’a dit Horst Seehofer à la ZDF sur le pouvoir du lobby pharmaceutique ? (sauvegarde de la vidéo disponible)
“Le lobby pharmaceutique est trop fort, cela fait 30 ans que c’est ainsi, jusqu’à présent il n’est pas possible d’introduire des changements significatifs, car ces structures sont si puissantes que les politiques ne peuvent pas les influencer”.
Seehofer poursuit : “Je peux seulement vous dire que c’est ainsi et que ça fonctionne avec beaucoup d’efficacité”.

A la question de la journaliste : “Comment se fait-il que le lobby pharmaceutique soit plus fort que les politiciens d’un pays, ce n’est pas possible, car ce sont les politiciens qui devraient donner le ton”.

Seehofer répond : “Je ne peux pas vous contredire….”.

Nous voyons donc que nous avons affaire à des entreprises économiques très puissantes (lobby), dans lesquelles même les politiques ne peuvent/doivent pas prendre leurs propres décisions. Voulons-nous vraiment continuer à avancer à l’aveuglette dans ce monde ?

Source (allemand) : https://telegra.ph/Die-Fehldeutung-der-Antik%C3%B6rper-07-12
Aussi en anglais : https://northerntracey213875959.wordpress.com/2020/11/26/the-misinterpretation-of-antibodies/

Voir aussi, liste de ressources et de citations à propos de la théorie des anticorps (historique)

Source (anglais) : http://www.whale.to/vaccines/antibody.html

Crone, NE ; Reder, AT ; Severe tetanus in immunized patients with high anti-tetanus titers ; Neurology 1992 ; 42:761-764 ;
Résumé de l’article : Le tétanos grave (grade III) est survenu chez trois patients immunisés qui présentaient des taux sériques élevés d’anticorps antitétaniques. La maladie a été fatale chez un patient. Un patient avait été hyperimmunisé pour produire des immunoglobulines antitétaniques de fabrication commerciale. Deux patients avaient été vaccinés un an avant la présentation. Les titres d’anticorps antitétaniques à l’admission étaient de 25 UI/ml à 0,15 UI/ml selon les tests d’hémagglutination et ELISA ; un titre supérieur à 0,01 UI/ml est considéré comme protecteur. Même si un patient présentait des titres antitétaniques apparemment adéquats par mesure in vitro, les tests biologiques de protection in vivo sur souris ont montré un titre inférieur à 0,01 UI/ml, ce qui implique qu’il y avait peut-être un trou dans son répertoire immunitaire contre la neurotoxine tétanique mais pas contre l’anatoxine. Il s’agit du premier rapport de tétanos de grade III avec des niveaux d’anticorps protecteurs aux États-Unis. Le diagnostic de tétanos, néanmoins, ne doit pas être écarté uniquement sur la base de titres antitétaniques apparemment protecteurs. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/htbin-post/Entrez/query?uid=1565228&form=6&db=m&Dopt=b

Les études sur le terrain montrent des estimations de l’efficacité du vaccin inférieures à celles qui seraient cohérentes avec les titres d’anticorps, parfois de façon spectaculaire (Chaiken BP, Williams NM, Preblud SR, Parkin W, Altman R. The effect of a school entry law on mumps activity in a school district. JAMA 1987;257(18) : 2455-8 et Kim-Farley R, Bart S, Stetler H, et al. Clinical mumps vaccine efficacy. Am J Epidemiol 1985;121:593-7).

L’une des découvertes les plus déconcertantes de la médecine clinique a été la constatation que les enfants atteints d’agammaglobulinémie congénitale, qui ne pouvaient produire aucun anticorps et n’avaient que des traces insignifiantes d’immunoglobuline en circulation, contractaient la rougeole de façon normale, présentaient la séquence habituelle de symptômes et de signes, et étaient ensuite immunisés. Aucun anticorps de la rougeole n’était détectable dans leur sérum (la partie aqueuse du sang moins les facteurs de coagulation et les cellules)[3]’ [2013 Jan] Melanie’s Marvelous Measles : Is the provaccine backlash rational or hysterical ? par Suzanne Humphries, MD

Je suis absolument certain qu’aucun test d’anticorps en médecine n’a de signification absolue. En particulier dans le cas des tests d’anticorps anti-VIH, il est clair que les anticorps qui sont détectés dans le test sont présents chez tout le monde. Certaines personnes les ont en plus forte concentration, d’autres en plus faible concentration, mais ce n’est que lorsque vous atteignez un niveau très élevé d’anticorps – beaucoup plus élevé que dans n’importe quel autre test d’anticorps – que vous êtes considéré comme “positif”. Il s’agit d’une contradiction dans les termes, car dans les autres tests d’anticorps, plus votre niveau d’anticorps est faible, plus votre risque d’infection symptomatique est élevé. Mais avec le VIH, on dit que vous êtes “positif” uniquement lorsque vous avez atteint un niveau très élevé d’anticorps. En dessous de ce niveau, on dit que vous êtes négatif. [1995] INTERVIEW STEFAN LANKA

Aucun des tests “anticorps anti-VIH” – l’Elisa ou le Western Blot – n’a jamais été correctement validé, ce qui signifie que personne ne sait ce que signifient leurs résultats. Ces tests sont des réactions chimiques à des antigènes, c’est-à-dire des substances qui provoquent une réponse immunitaire. Des dizaines de conditions peuvent produire un résultat positif à ces tests, notamment l’abus de drogues, les vaccinations contre la grippe, une infection passée par le paludisme, la grossesse et les maladies du foie. Néanmoins, les médecins continuent à utiliser ces tests sans valeur, à supposer que des résultats positifs signifient une infection par le VIH et à donner à leurs patients des diagnostics catastrophiques de “séropositivité” ou de “sida”. AIDS : A Death Cult par John Lauritsen

Jusqu’à ce que le dépistage du SIDA prenne son essor au milieu des années 80, on considérait généralement que la présence d’anticorps chez un patient était synonyme de bonne santé. Le patient avait été en contact avec un germe, avait développé une réponse immunitaire et le germe avait été neutralisé. Il n’y avait certainement pas de consensus sur le fait que les anticorps étaient synonymes de maladie actuelle ou future pour tous.
En d’autres termes, si des millions de personnes en Chine avaient été en contact avec des virus H5N1 (grippe aviaire) et présentaient des anticorps contre ces virus, on pouvait s’attendre à ce qu’elles restent en bonne santé.
Sauf qu’avec le début de la recherche sur le sida, tout a été remis en question. Les personnes testées et déclarées séropositives – c’est-à-dire ayant des anticorps contre le virus – étaient considérées comme malades ou en voie de l’être.
Le canular du dépistage du sida a donc atteint un autre niveau. Pourquoi les gens étaient-ils testés pour les anticorps au VIH ? Pourquoi cette méthode était-elle supposée être significative ? Pourquoi la présence d’anticorps au VIH n’était-elle pas considérée comme un signe de santé ?
Des millions de personnes dans le monde entier ont été soumises aux tests Elisa et Western Blot – qui ont tous deux pour seul objectif de trouver des anticorps au VIH. Pourquoi ces tests ont-ils été élevés au rang de détecteurs de maladies actuelles ou futures ?
Alors que j’écrivais AIDS INC. en 1988, j’ai eu une conversation très intéressante avec un médecin des US National Institutes of Health. Il m’a dit que lorsqu’un vaccin contre le VIH serait testé (et qu’il serait ensuite mis à la disposition du public), chaque personne ayant reçu le vaccin recevrait une lettre spéciale.
La lettre indiquerait que la personne a reçu le vaccin. La lettre précisait que si, à un moment donné, la personne subissait un test de dépistage du VIH et obtenait un résultat positif – c’est-à-dire qu’elle avait des anticorps contre le VIH -, cela ne devait PAS être considéré comme un signe de maladie actuelle ou future. Dans ce cas, la personne était en fait immunisée contre le VIH, car elle avait “reçu” ses anticorps grâce au vaccin.
Je suis presque tombé de ma chaise. J’ai dit : “Laissez-moi comprendre. Si une personne développe naturellement des anticorps contre le VIH, on lui dit qu’elle est maintenant malade ou qu’elle le sera. Mais si elle obtient ses anticorps – les mêmes anticorps – contre le VIH grâce à un vaccin, on lui dit qu’elle est immunisée contre le virus.”
Le médecin ne m’a pas donné de réponse claire.
Cette contradiction explosive a été soigneusement ignorée par la presse grand public et par l’ensemble du réseau de l’establishment du sida.
Selon les normes conventionnelles (pas les miennes), le but d’un vaccin est de conférer une immunité contre un germe en produisant des anticorps contre ce germe dans le corps. C’est l’essence et la norme d’un “bon vaccin”.
Pourtant, dans le cas de la recherche sur le sida, tout cela a été mis sens dessus dessous. Soudain, être séropositif signifiait : le patient a des anticorps contre le VIH et c’est le signe qu’il va tomber très malade et très probablement mourir.
En résumé, non seulement les tests d’anticorps anti-VIH (Elisa et Western Blot) ne sont pas fiables pour détecter les vrais positifs, par opposition aux faux positifs, mais toute l’idée d’utiliser la présence d’anticorps comme un signe indubitable de maladie présente ou future est sans fondement. [1988/2006] The Massive Fraud Behind HIV Tests (La fraude massive derrière les tests VIH) par Jon Rappoport.

O’Kelly  MEDICAL MYTH # 1 ANTIBODIES, ANOTHER FICTION IN THE LAND OF MAKE BELIEVE
Je vais maintenant prouver par des faits scientifiques et par la logique que les soi-disant anticorps, qui sont censés appeler les globules blancs à attaquer des virus qui n’existent pas non plus, sont une erreur.
Par définition scientifique, les anticorps sont classés comme des protéines. Les protéines sont, par définition, des molécules. Par définition, une molécule est constituée de deux atomes ou plus qui s’assemblent.
Je cite . “Les protéines peuvent être purifiées d’autres composants cellulaires en utilisant une variété de techniques telles que l’ultracentrifugation, l’électrophorèse et la chromatographie.
La chromatographie, est une séparation d’un mélange.
L’électrophorèse, le mouvement des particules chargées électriquement dans un fluide sous l’influence d’un champ électrique. Les particules migrent vers l’électrode de charge électrique opposée, souvent sur une plaque ou une dalle recouverte de gel, parfois dans un fluide s’écoulant sur un papier. En tant que technique d’analyse, l’électrophorèse est utilisée pour analyser et séparer des colloïdes (par exemple) des protéines.”
Et voilà, c’est en noir et blanc. Ils utilisent une centrifugeuse pour séparer la substance en particules et le microscope électronique pour visualiser les particules. Ensuite, ils ne font que nommer la particule et affirmer qu’elle est vivante. Vous n’avez pas besoin de comprendre tout ce charabia médical pour comprendre qu’il n’y a rien de vivant dans les particules qui ont été séparées. Le virologue peut prendre n’importe quel produit ou substance et le centrifuger en particules. La prochaine fois que vous lirez ou entendrez parler de particules (virus), vous devrez vous poser une question. Quelle est la source de la matière qu’ils utilisent, comment a-t-elle été extraite et enfin, quel instrument ont-ils utilisé pour l’observer.
Les globules blancs, absolument, ils peuvent être vus sous un microscope à fond noir. Les anticorps, montrez-m’en un seul circulant dans le sang et attaquant le soi-disant “virus vivant”. Cela n’arrivera JAMAIS parce que cela n’est jamais arrivé, parce que ni le virus ni l’anticorps n’existent, sauf dans l’esprit du virologue menteur. Tout ce dont nous, les anti-vaccins, avons besoin, ce sont les faits et un peu de bon sens avec un soupçon de logique pour exposer ces mythes promus par les vendeurs de vaccins.
Voici un exemple de votre “virus”. Un virus est défini comme un poison, comme dans le venin de serpent. Le poison (le virus) utilisé pour fabriquer les vaccins est dérivé du produit d’une maladie, comme le pus du bras d’une personne atteinte de variole. Devinez quel est le poison (virus) utilisé pour fabriquer le vaccin contre la grippe.
Si vous avez dit écoulement nasal, vous avez raison. La dernière fois que j’ai lu, il s’agissait d’un écoulement (morve). Désolé d’être aussi explicite, mais cela tend à mieux s’ancrer dans l’esprit et montre à quel point ces virologues sont dépravés, le matériel provient de porcs. Des porcs auxquels on a injecté d’autres poisons qui leur ont donné les symptômes du rhume en premier lieu.
Jim Dandy Novax o’Kely
Fondateur de la nouvelle Ligue anti-vaccination d’Amérique.

Gros business :

Les données épidémiologiques et toxicologiques suggèrent que les intoxications chroniques sont la véritable cause des maladies nommées SIDA, hépatite C et ESB. Pourquoi ces hypothèses plausibles ne sont-elles pas examinées plus en profondeur ? C’est un sujet sur lequel on pourrait écrire un livre qui pourrait avoir pour titre “conflits d’intérêts”.
Les hypothèses d’infection peuvent aider à gagner des milliards de dollars :
1. Le commerce des anticorps : Des millions de tests de dépistage sont distribués, chaque échantillon de sang doit être testé (4 millions rien qu’en Allemagne).
2. Le marché des thérapies : Médicaments antiviraux, combinaisons de 3, 4 ou 5 médicaments, le SIDA ne peut être surpassé dans ce domaine.
3. Éventuellement des vaccinations : Ici, cependant, le concept des nouvelles grandes pestes se met en travers de son chemin, car cela a fait surgir le paradoxe central de l’immunologie. Depuis le début du VIH, on nous dit : Celui qui a des anticorps contre le VIH, mourra, au lieu de, celui qui a des anticorps contre le VIH vivra, ce qui correspondrait à nos concepts sur la vaccination. Combien de personnes séronégatives aux anticorps du VIH voudraient se faire vacciner, afin d’avoir ensuite des anticorps du VIH ?
Avec les hypothèses d’intoxication, par contre, vous ne pouvez pas du tout gagner de l’argent. Le message est simple : Évitez le poison et vous ne tomberez pas malade. Ces hypothèses sont contre-productives dans la mesure où les toxines (drogues, alcool, pilules, phosmet) rapportent gros. Le conflit d’intérêts n’est pas résolvable : Quel virologue qui tire directement des millions de dollars de ses droits de brevet sur les tests VIH ou VHC (Montagnier, Simon Wain-Hobsen, Robin Weiss, Robert Gallo) peut se risquer à jeter ne serait-ce qu’un regard dans l’autre direction.
Quel médecin qui a traité des patients atteints du SIDA ou de l’hépatite C pendant de nombreuses années en toute bonne foi dans l’hypothèse du virus et avec un engagement personnel élevé, peut regarder dans l’autre direction ? BSE/AIDS/Hepatitis C Infectious or Intoxication Diseases? By Claus Köhnlein

Les anticorps utilisés comme mesure de l’immunité :

“Il a déclaré que les essais normaux sur un nouveau vaccin n’étaient pas possibles en Grande-Bretagne en raison du nombre relativement faible de personnes qui contractent la maladie. Au lieu de cela, les scientifiques ont testé si le vaccin produisait suffisamment d’anticorps” Media report on meningitis C vaccine

“L’administration du vaccin antirabique inactivé (origine cellulaire diploïde), séché, stimule le développement rapide d’anticorps spécifiques.” Rabies Vaccine Inactivated (Diploid Cell Origin), Dried

Les anticorps ne sont pas une mesure de l’immunité :

Un “titre” est une mesure de la quantité d’anticorps contre un certain virus (ou un autre antigène) qui circule dans le sang à ce moment-là. Les titres sont généralement exprimés sous la forme d’un ratio, c’est-à-dire le nombre de fois qu’ils ont pu diluer le sang jusqu’à ce qu’ils ne trouvent plus d’anticorps. Ainsi, disons qu’ils ont pu diluer le sang deux fois seulement et qu’ils n’ont plus trouvé d’anticorps, cela correspondrait à un titre de 1:2. S’ils pouvaient le diluer mille fois avant de ne plus trouver d’anticorps, le titre serait de 1:1000. Un test de titre ne mesure pas et ne peut pas mesurer l’immunité, car l’immunité contre des virus spécifiques ne dépend pas des anticorps, mais des cellules mémoires, que nous n’avons aucun moyen de mesurer. Les cellules mémoires sont ce qui incite le système immunitaire à créer des anticorps et à les envoyer contre une infection causée par le virus dont il se “souvient”. Les cellules mémoires n’ont pas besoin de “rappels” sous forme de revaccination pour continuer à produire des anticorps. (Science, 1999 ; “Immune system’s memory does not need reminders.”) ACCESS to JUSTICE. MMR10 – IN EUROPE

La théorie selon laquelle la création d’anticorps dans le sang indique que la protection contre la maladie a été établie n’est pas soutenue par l’expérience. Le rapport du Conseil de la Recherche Médicale sur les épidémies de diphtérie à Gateshead et Dundee, publié en 1950, a montré que beaucoup de personnes hospitalisées pour diphtérie avaient beaucoup plus d’anti-toxine dans le sang que ce qui était requis pour une protection complète contre la diphtérie, alors que les infirmières et autres personnes en contact étroit avec l’infection diphtérique et sans anti-toxine suffisante restaient immunisées. [1957] THE   BRAINS  OF  THE   INOCULATED Speech by LILY LOAT

“Les essais sur l’homme établissent généralement une corrélation entre les réponses “anticorps” et la protection – c’est-à-dire que si le corps produit des anticorps (protéines) qui se lient aux composants du vaccin, celui-ci doit être efficace et sûr. Pourtant, selon le Dr March, la réponse en anticorps est généralement une mauvaise mesure de la protection et n’est pas du tout un indicateur de la sécurité. “En particulier pour les maladies virales, la réponse immunitaire “cellulaire” est très importante, et les niveaux d’anticorps et la protection ne sont absolument pas liés.” Private Eye 24/1/2002

“La fausseté de cette théorie (celle des anticorps) a été exposée il y a près de 50 ans, ce qui n’est guère récent. Un rapport publié par le Medical Research Council intitulé ‘A study of diphtheria in two areas of Gt. Britain, Special report series 272, HMSO 1950 a démontré que de nombreux patients atteints de diphtérie avaient des taux élevés d’anticorps circulants, alors que de nombreux contacts qui se portaient parfaitement bien avaient des taux d’anticorps faibles. Magda Taylor, Informed Parent

“Ce n’est pas parce que vous donnez un vaccin à quelqu’un, et que vous obtenez peut-être une réaction d’anticorps, que cela signifie quelque chose. Les seuls vrais anticorps, bien sûr, sont ceux que l’on obtient naturellement. Ce que nous faisons [lorsque nous injectons des vaccins], c’est interférer avec un mécanisme très délicat qui fait son propre travail. Si l’alimentation est correcte, elle le fait de la bonne manière. Maintenant, si vous insultez une personne de cette manière et essayez de déclencher quelque chose dont la nature s’occupe, vous demandez toutes sortes de problèmes, et nous ne croyons pas que cela fonctionne” – Glen Dettman, Ph.D., interviewé par Jay Patrick, et cité dans “The Great American Deception”, Let’s Live, décembre 1976, p. 57.

“De nombreuses études sur l’efficacité des vaccins contre la rougeole portent sur leur capacité à stimuler une réponse en anticorps, (séroconversion ou séro-réponse). Une réponse en anticorps n’est pas nécessairement synonyme d’immunité……… le niveau d’anticorps nécessaire pour une immunité efficace est différent chez chaque individu….. l’immunité peut être démontrée chez des individus ayant un niveau d’anticorps faible ou non détectable. De même, chez d’autres individus présentant des taux d’anticorps plus élevés, il peut n’y avoir aucune immunité. Nous devons donc rester clairs sur cette question : Comment savoir si le vaccin est efficace pour un individu donné alors que nous ne savons pas quel niveau de production d’anticorps équivaut à l’immunité ?”–Trevor Gunn BSc

“Lorsqu’ils parlent d’immunogénicité, ce qu’ils veulent dire en réalité, c’est le taux d’anticorps. Le taux d’anticorps n’est pas la même chose que l’IMMUNITÉ. Le récent fisaco du vaccin contre les oreillons en Suisse a remis ce point en évidence. Trois vaccins contre les oreillons – Rubini, Jeryl-Lynn et Urabe (celui que nous avons retiré parce qu’il provoquait une encéphalite) – ont tous produit d’excellents niveaux d’anticorps, mais ceux qui ont été vaccinés avec la souche Rubini ont eu le même taux d’attaque que ceux qui n’ont pas été vaccinés du tout (12), certains ont dit qu’il avait en fait provoqué une épidémie.” Dr Jayne Donegan

“Afin de mieux appréhender la question de l’efficacité des vaccins, il nous serait utile de revenir sur les premiers fondements théoriques sur lesquels reposent les théories actuelles de la vaccination et des maladies. En termes simples, la théorie de l’immunisation artificielle postule qu’en donnant à une personne une forme légère de maladie, par l’utilisation de protéines étrangères spécifiques, de virus atténués, etc., le corps réagira en produisant une réponse protectrice durable, par exemple des anticorps, pour protéger le corps si ou quand la vraie maladie survient.
Cette théorie fondamentale de la prévention des maladies, élaborée par Paul Ehrlich, a été, dès le début, de plus en plus abandonnée par des scientifiques de renom. Par exemple, peu de temps après que la théorie d’Ehrlich soit devenue populaire, W.H. Manwaring, alors professeur de bactériologie et de pathologie expérimentale à l’Université Leland Stanford, a fait remarquer :
Je crois qu’il y a à peine un élément de vérité dans une seule des hypothèses de base de cette théorie. Ma conviction qu’il y a quelque chose de radicalement faux dans cette théorie est née de la considération de l’échec presque universel des méthodes thérapeutiques basées sur cette théorie…. Douze années d’études avec des tests immuno-physiques ont apporté une masse de preuves expérimentales contraires et irréconciliables avec la théorie d’Ehrlich, et m’ont convaincu que sa conception de l’origine, de la nature et du rôle physiologique des “anticorps” spécifiques est erronée33.
Pour nous donner une perspective historique continue des événements depuis l’époque de Manwaring, nous pouvons ensuite nous tourner vers l’ouvrage classique sur l’auto-immunité et la maladie de Sir MacFarlane Burnett, qui indique que depuis le milieu de ce siècle, la place des anticorps au centre de l’immunité contre la maladie a subi “une rétrogradation frappante”. Par exemple, il était devenu bien connu que les enfants atteints d’agammaglobulinémie – qui n’ont donc pas la capacité de produire des anticorps – après avoir contracté la rougeole, (ou d’autres maladies zymotiques) récupèrent néanmoins avec une immunité durable. Selon lui, il est clair “qu’une variété d’autres mécanismes immunologiques fonctionnent efficacement sans le bénéfice d’anticorps produits activement “34.
Le type de recherche qui a conduit à cette perspective plus large sur les mécanismes immunologiques de l’organisme comprend une étude britannique du milieu du siècle dernier sur la relation entre l’incidence de la diphtérie et la présence d’anticorps. L’étude a conclu qu’il n’y avait aucune corrélation observable entre le taux d’anticorps et l’incidence de la maladie.” “Les chercheurs ont trouvé des personnes très résistantes avec un taux d’anticorps extrêmement bas, et des personnes qui ont développé la maladie qui avaient un taux d’anticorps élevé.35 (Selon Don de Savingy du CRDI, l’importance du rôle de multiples facteurs et mécanismes immunologiques a été largement reconnue dans la pensée scientifique. [Par exemple, il est maintenant généralement admis que les vaccins agissent en stimulant des mécanismes non humains, les anticorps ne servant qu’à indiquer qu’un vaccin a été administré ou qu’une personne a été exposée à un agent infectieux particulier).
Au début des années 70, nous trouvons dans l’Australian Journal of Medical Technology un article du virologue médical B. Allen (du Laboratoire australien de microbiologie et de pathologie, à Brisbane) qui rapporte que, bien qu’un groupe de recrues ait été immunisé contre la rubéole et qu’il ait uniformément présenté des anticorps, 80 % des recrues ont contracté la maladie lorsqu’elles y ont été exposées par la suite. Des résultats similaires ont été démontrés dans une étude consécutive menée dans une institution pour handicapés mentaux. Allen, commentant la recherche sur les herbes lors d’un séminaire de l’Université de Melbourne, a déclaré que “l’on doit se demander si la décision de se fier à l’immunité collective ne devrait pas être repensée “36.
Au début des années 80, nous constatons qu’après avoir étudié des épidémies inattendues et inexplicables d’infections aiguës chez des personnes “immunisées”, les scientifiques traditionnels ont commencé à se demander sérieusement si leur conception de ce qui constitue une immunité fiable est en fait valable. Par exemple, une équipe de scientifiques écrivant dans le New England Journal of Medicine a démontré que l’immunité contre les maladies est une question bio-écologique plus large que les facteurs d’immunisation artificielle ou de sérologie. Ils concluent sommairement : “Il est important de souligner que l’immunité (ou son absence) ne peut être déterminée de manière fiable sur la base de l’histoire de la maladie, de l’histoire de l’immunisation ou même de l’histoire d’une détermination sérologique antérieure37.Malgré ces changements significatifs dans la pensée scientifique, il n’y a malheureusement eu que peu de progrès réels en termes de recherche systématique sur les multiples facteurs qui sous-tendent l’immunité humaine contre la maladie, et de mise en place d’un système de prévention basé sur ces découvertes. Il semble ironique qu’en 1988, James doive encore soulever les questions fondamentales suivantes. “Pourquoi la recherche médicale ne se concentre-t-elle pas sur les facteurs qui, dans notre environnement et dans nos vies, affaiblissent le système immunitaire ? Est-ce trop simple ? trop ordinaire ? trop peu spectaculaire ? Ou est-ce que cela menace trop d’intérêts particuliers… ? Dr Obomsawin MD

“D’après des enquêtes médicales répétées, il semblerait que les anticorps soient à peu près aussi utiles qu’un œil au beurre noir pour protéger la victime de nouvelles attaques. Le mot “anticorps” recouvre un certain nombre de mots encore moins intelligibles, reliques désuètes de la théorie de la chaîne latérale d’Erlich, dont le plus grand des experts, McDonagh, nous dit qu’elle est “essentiellement inintelligible”. Maintenant que l’expérience a fait voler en éclats la vieille histoire, la mythologie et les statistiques de la vaccination, l’entreprise doit dépendre davantage de la poussière verbale jetée au visage du public profane. Le simple profane, assailli par les anticorps, les récepteurs, les haptophores, etc., n’est que trop heureux d’abandonner le combat et de tout laisser aux experts. C’est exactement ce qu’ils veulent, surtout quand il est si content qu’il leur laisse aussi beaucoup, beaucoup d’argent réel.
Le sujet de l’immunité et des anticorps est cependant si complexe et si difficile, surtout pour les vrais experts, que c’est un soulagement de s’entendre dire que les lacunes dans leur connaissance de ces choses sont encore énormes.
Nous pouvons nous faire une idée de la complexité du sujet en lisant The Integrity of the Human Body, de Sir Macfarlane Burnet. Il attire l’attention sur le fait – le mystère – que certains enfants ne peuvent jamais développer d’anticorps, mais peuvent néanmoins subir une attaque typique de rougeole, par exemple, se rétablir normalement et montrer une résistance continue normale à la réinfection. En outre, depuis des années, nous entendons parler de tentatives faites pour établir un lien entre la quantité d’anticorps chez les patients et leur degré d’immunité contre l’infection. Les résultats ont souvent été si farfelus, si différents de ce que l’on attendait, que le scandale a dû être étouffé – ou mis dans un rapport, ce qui est à peu près la même chose (voir le rapport M.R.C., n° 272, mai 1950, A Study of Diphtheria in Two Areas of Great Britain, maintenant épuisé). Le pire scandale, cependant, est que la radio continue à dire aux écoles que le but de la vaccination est de produire des anticorps. Le but de la vaccination est de faire de l’argent !” Lionel Dole

“S’il n’y a pas de virus, pourquoi tous ces gens meurent ?”

par Jon Rappoport

Comme mes lecteurs le savent, depuis un an, je démontre – avec de nombreux éléments et preuves – que le virus SARS-CoV-2 n’existe pas.

Certaines personnes répondent : “Alors pourquoi tous ces gens meurent-ils ?” “Quelle en est la cause ?”

J’ai longuement répondu à ces questions. Je vais y répondre à nouveau.

Tout d’abord, si quelqu’un dit : ” Je connais une famille où trois personnes sont mortes, alors qu’est-ce que cela pourrait être, à part le virus ? “, la réponse est la suivante :

Je n’ai aucune idée de la raison pour laquelle ces trois personnes sont mortes. Je ne suis pas télépathe. Et la personne qui a posé cette question n’en a aucune idée non plus.

Mais ce n’est pas parce que nous n’en avons aucune idée que cela doit être le virus. Réfléchissez-y. Ça pourrait être une exposition à une toxine environnementale. Cela pourrait être les effets d’un vaccin. Cela pourrait être plusieurs raisons différentes qui agissent conjointement.

Mais cette personne dit : “Ce n’était pas une toxine ou un vaccin. Ils étaient tous en bonne santé jusqu’au mois dernier.” Comment sait-il que ce n’était pas une toxine ? Et encore une fois, juste parce qu’on ne sait pas, il n’y a aucune raison de passer de là à : “Ça devait être le virus.”

Est-ce que “on ne sait pas” équivaut à “le virus” ? Non.

Est-ce que “on ne sait pas” veut dire “acceptons la propagande officielle sur le virus” ? Non.

Est-ce que “nous ne savons pas” signifie “acceptons la prépondérance de l’opinion” ? Non.

Très bien. Continuons. La chose la plus importante à savoir sur le soi-disant COVID est : IL N’Y A PAS DE CAUSE UNIQUE À LA MORT DE TOUS CES GENS.

Il n’y a pas une seule cause.

J’explique ce principe de base aux gens depuis 1988 (l’exemple de l’époque était le SIDA), et c’est l’élément de vérité le plus difficile à transmettre avec succès, car…

Les gens sont toujours à la recherche de LA CHOSE.

Ils veulent LA CHOSE UNIQUE.

Ils sont prédisposés (hypnotisés, conditionnés) à exiger LA CAUSE UNIQUE.

“Si ce n’est pas le virus, qu’est-ce que c’est ?”

Il n’y a pas de cause unique.

L’arnaque de base consiste à assembler une mosaïque de personnes qui meurent pour différentes raisons, et à inventer une histoire qui fait croire qu’elles meurent toutes pour une seule raison. C’est le jeu. C’est la ruse. C’est le tour de passe-passe.

Maintenant, je vais énumérer les principales raisons pour lesquelles “tous ces gens meurent”. J’ai couvert chaque raison, en détail, dans des articles précédents. Ici, je ne donne que la version résumée.

UN : Le réétiquetage des maladies de type grippales en tant que COVID. (On estime qu’il y a 1 milliard de cas de grippe par an, 300 000 à 500 000 décès dus à la grippe par an, dans le monde entier).

DEUX : Le réétiquetage de la pneumonie en tant que COVID. (On estime à 1,7 million le nombre de décès dus à la pneumonie chez l’adulte par an, dans le monde.)

Trois : le réétiquetage des infections pulmonaires. (On estime à 3 millions le nombre de décès par an dans le monde dus à des maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC)).

Remarque : la pollution atmosphérique est une cause importante de décès dans les trois catégories ci-dessus.

QUATRE : Inscrire “COVID” comme cause de décès dans les dossiers des patients, alors qu’il est clair que le patient est mort pour une autre raison.

CINQ : Terroriser (avec un diagnostic COVID) et isoler les personnes âgées qui sont déjà malades et fragiles avec une variété d’affections de longue durée. Ces personnes se replient ensuite sur elles-mêmes et meurent. C’est un meurtre.

SIX : Tuer les personnes âgées avec des traitements dévastateurs et toxiques -ventilateurs plus sédation, et remdesivir.

SEPT : Les campagnes de vaccination toxiques antérieures.

HUIT : Les vaccins COVID.

NEUF : Remarque : si une personne présente des symptômes qui ressemblent à la liste des symptômes du COVID (toux, frissons, fièvre, congestion pulmonaire, pneumonie), un test PCR positif scelle l’affaire pour un diagnostic de COVID-19. Le test PCR est dénué de sens, pour de nombreuses raisons, et débite donc des faux-positifs comme de l’eau dans une caserne de pompiers. Comme le virus du SARS-CoV-2 n’existe pas, la validité du test est nulle dès le départ.

Dans différentes régions, dans différentes poches et groupes de personnes, il peut y avoir d’autres raisons pour lesquelles les personnes étiquetées “COVID” tombent malades et meurent. Aucun de ces décès n’a de rapport avec un faux virus appelé SARS-Cov-2.

Le COVID est une fraude totale. C’était une fraude depuis le début.

Source (anglais) : https://blog.nomorefakenews.com/2021/08/03/if-there-is-no-virus-why-are-all-these-people-dying/

La fausse théorie du virus : Stefan Lanka & Dr Tom Cowan

Le biologiste et virologue Stefan Lanka explique :

  • L’histoire et la philosophie de la Grèce antique à l’origine du culte de la virologie (Démocrite et Épicure), et nous tient au courant de son étude révolutionnaire qui va réfuter les principes de base de la virologie.
  • Pourquoi la “théorie des virus/germes” est en fait une religion.
  • Il parle du journal personnel de Pasteur dans lequel il admet avoir commis des fraudes pour promouvoir sa “théorie des germes” qui n’est qu’un plagiat.
  • Le VIH, la polio, l’Ebola et de nombreux autres soi-disant “virus” (tous les virus) sont une supercherie.
  • Comment le terme scientifique “virus” a été détourné et sa définition silencieusement modifiée afin d’amener la communauté “scientifique” et le monde à adhérer fermement au paradigme de la fausse théorie des germes/virus à des fins de profit et de contrôle des populations.
  • La raison pour laquelle la “science” a intentionnellement utilisé cette fraude pour avoir une explication de la maladie et du mal qui n’inclue pas Dieu ou la création.
  • Expose que le concept de cancer et de “métastase” est également trompeur – la métastase est l’endroit où un “cancer” se détache et se propage à d’autres parties du corps et encourage tout le monde à étudier les recherches approfondies du Dr Harold Hillman qui a également exposé une grande partie de ce concept il y a plusieurs décennies…
  • Explique comment le domaine de la “virologie” est “un mécanisme qui se dément lui-même et qui se réfute simplement par la nature de son processus”.
  • Il déclare (et a prouvé devant la Cour suprême d’Allemagne) qu'”aucun virus prétendument contagieux, de quelque nature que ce soit, n’a jamais été observé, isolé ou séquencé génétiquement dans le corps d’une personne prétendument infectée par un virus…”. – En fait, il n’y a aucune preuve scientifique de l’existence d’un tel virus.
  • La vérité se répand rapidement dans beaucoup de pays – “Plus de 30 % de la population allemande ne croit plus à la validité du concept théorique de germe/virus”.
  • Mentionne l’excellente recherche sur la véritable origine des maladies menée par le Dr Geerd Hamer, intitulée “Nouvelle médecine allemande” [Germanic New Medicine].

https://odysee.com/@cv19:b/-VOSTFR–The-Fake-Virus-Theory-Stefan-Lanka—Dr-Tom-Cowan-Germ-theory,-Virology:e

Site Web de Stefan Lanka :
http://wissenschafftplus.de/

Interviews et articles de Stefan Lanka :

Wissenschafftplus Magazin 01/2020 : La méconnaissance du virus – La rougeole comme exemple
Wissenschafftplus Magazin 02/2020 : La méconnaissance du virus – Début et fin de la crise du coronavirus
Wissenschafftplus Magazin 03/2020 : Interview – Won measles virus trial (English)
Wissenschafftplus Magazin 04/2020 : Les auteurs de la crise du coronavirus sont clairement identifiés, les virologistes qui prétendent que les virus causent des maladies sont des scientifiques frauduleux et doivent être poursuivis
Autre : Le « procès du virus de la rougeole» entre le Dr Stefan Lanka et le médecin Allemand David Bardens a attisé le débat sur la justification de la vaccination infantile et des vaccinations en général.
Sept réfutations de la virologie – Dr. Stefan Lanka (avec vidéo)

Traductions et sous-titres par https://cv19.fr

ajax-loader