Théorie, Vaccins

La variole a-t-elle vraiment été éradiquée ?

Par Mike Stone

Le 8 mai 1980, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé l’éradication complète du “virus” de la variole dans le monde. Ce jour est considéré comme l’une des plus grandes réussites de la médecine moderne. L’humanité s’est unie dans un effort mondial et a finalement vaincu un ennemi mortel en utilisant le “miracle” médical de la vaccination. Cette réussite triomphante a été utilisée pour justifier toutes les campagnes de vaccination depuis lors. La disparition de la variole par le biais d’une injection meurtrière a été fortement mise en avant pour convaincre le public de l’utilité des vaccins expérimentaux à ARNm que l’on nous impose actuellement dans le cadre de la campagne de terreur ” SARS-COV-2 “.

Le 8 mai 1980, la variole a été officiellement déclarée éradiquée au niveau mondial.

Cependant, que se passe-t-il si l’éradication de la variole ne se vérifie pas dans les faits ? Et si les mêmes symptômes de la maladie connue sous le nom de variole existaient encore aujourd’hui ? Et si ces symptômes n’avaient jamais disparu et avaient reçu de nouveaux noms et identités ? Et si les vaccins utilisés pour éradiquer ce “virus” provoquaient en fait les mêmes symptômes que la variole, voire pire ?

Voyons ce que nous pouvons découvrir sur cette prétendue éradication de l’une des “maladies les plus mortelles de tous les temps”.

L’appel de 1958 pour l’éradication mondiale de la variole

En 1958, alors qu’un vaccin contre la variole était utilisé depuis plus d’un siècle et que la prévalence de la maladie avait déjà diminué, l’OMS a décidé qu’il était enfin temps de faire pression pour l’éradication du “virus”. L’objectif était de créer une infrastructure de vaccination dans le monde entier afin d’éradiquer cette maladie une fois pour toutes. Heureusement pour les grands pays comme les États-Unis, la variole avait déjà disparu. Ce sont les petits pays qui ont eu besoin que les États-Unis et l’Union soviétique interviennent et fournissent 150 millions de doses de vaccins pour assurer la victoire.

Vaccin contre la variole : Le bon, la brute et le truand

“Le premier grand effort d’éradication de la variole a été lancé en 1950 dans le but d’éliminer la variole dans les Amériques. En 1958, l’Assemblée mondiale de la santé a adopté une résolution appelant à l’éradication mondiale de la variole. Bien que certains pays aient mis en place des programmes d’éradication de la variole, il n’existait aucune infrastructure coordonnée. De nombreux programmes ont échoué en raison d’un approvisionnement insuffisant en vaccins et de ressources limitées. La forme la plus virulente de la variole, la variole majeure, était répandue aux États-Unis au XIXe siècle, mais seules deux grandes épidémies ont eu lieu entre 1900 et 1925. En revanche, la forme plus bénigne de la variole (variola minor) était courante jusque dans les années 1930. Après 1949, il n’y a plus eu de cas endémiques de variole aux États-Unis, mais la maladie est restée un problème grave dans les pays moins développés. En 1966, la variole restait endémique dans 33 pays. Après un long débat, l’Assemblée mondiale de la santé a approuvé l’octroi de 2,4 millions de dollars pour lancer un programme mondial d’éradication au cours des dix années suivantes. Au début de la campagne, l’Union soviétique et les États-Unis ont fait don de plus de 150 millions de doses de vaccin. À peu près à la même époque, l’aiguille bifurquée a été mise au point, ce qui a simplifié l’administration et réduit le volume de vaccin nécessaire.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1069029/#__ffn_sectitle

Les objectifs de la campagne ont été énumérés dans ce communiqué de l’OMS de 1958.

Comme le montre l’OMS en 1958, la vaccination de la population contre la variole fait l’objet d’une pression accrue, en particulier dans les pays les plus pauvres. Ces efforts ont été déployés malgré l’échec des campagnes de vaccination répétées dans certaines régions et malgré les dangers connus liés à l’utilisation du vaccin. L’OMS a demandé une vaccination supplémentaire et la revaccination de certaines populations. En d’autres termes, l’OMS a préconisé une campagne de vaccination de masse avec des rappels tout en demandant des études de sécurité sur les vaccins eux-mêmes. Cela vous rappelle-t-il quelque chose ?

Un vaccin dangereux

Quand le vaccin est plus mortel que la menace d’un “virus éradiqué”.

Alors qu’il semblait que la sécurité des vaccins était encore remise en question en 1958, nous avons la chance, avec le recul, de voir quels types d’effets dévastateurs ont finalement été découverts à long terme.

LES EFFETS INDÉSIRABLES DE LA VACCINATION

Fréquence et caractères cliniques

“Le vaccin antivariolique est moins sûr que les autres vaccins utilisés couramment aujourd’hui. Le vaccin est associé à des effets indésirables connus qui vont de légers à graves. Les réactions légères au vaccin comprennent la formation de lésions satellites, de la fièvre, des douleurs musculaires, une lymphadénopathie régionale, de la fatigue, des maux de tête, des nausées, des éruptions cutanées et une douleur au site de vaccination.13,18,19 Un essai clinique récent a rapporté que plus d’un tiers des personnes vaccinées ont manqué des jours de travail ou d’école en raison de ces symptômes légers liés au vaccin.18”

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1069029/#__ffn_sectitle

Selon le CDC :

“En revanche, la plupart des personnes qui reçoivent le vaccin contre la variole ou la variole du singe n’ont que des réactions mineures, comme une légère fièvre, de la fatigue, des glandes enflées, des rougeurs et des démangeaisons à l’endroit où le vaccin est administré. Toutefois, ces vaccins présentent également des risques plus graves.

Sur la base de l’expérience passée, on estime qu’entre 1 et 2 personnes sur 1 million de personnes vaccinées mourront à la suite de complications potentiellement mortelles liées au vaccin.”

https://www.cdc.gov/poxvirus/monkeypox/clinicians/smallpox-vaccine.html

Il semblerait que les seuls symptômes des réactions légères au vaccin antivariolique soient la maladie elle-même. À cela s’ajoute la probable sous-estimation par le CDC des décès associés au vaccin.

En 2003, le président Bush a pris la décision de rendre la vaccination contre la variole obligatoire pour tout le personnel militaire et de recommander le vaccin à un demi-million de professionnels de santé. Bien que la variole ait été déclarée éradiquée au niveau mondial 23 ans avant la décision de Bush Jr. et que la maladie elle-même ait été considérée comme non endémique aux États-Unis depuis 1949, la menace que le “virus” éradiqué soit utilisé comme arme biologique a été utilisée pour justifier cette décision. Les reportages de CBS de l’époque dressent un tableau très négatif du vaccin :

” Le vaccin a été créé en 1796. Le vaccin utilisé aujourd’hui est essentiellement le même, dit Mme Offit. “Nous avons tendance à penser que les vaccins sont très sûrs et tous efficaces, ce qu’ils sont. Mais tous les vaccins que nous utilisons aujourd’hui sont le fruit de la technologie moderne. Ce n’est pas le cas du vaccin antivariolique. Il présente un profil d’effets secondaires que nous n’accepterions pas pour les vaccins d’aujourd’hui”, ajoute-t-il.

https://www.cbsnews.com/news/the-most-dangerous-vaccine/#app

L’arrivée de la variole du singe (Monkeypox)

Alors que l’OMS a lancé un appel mondial à l’éradication de la variole en 1958, les “poxvirus” n’ont apparemment pas reçu le mémo car un autre événement curieux s’est produit cette année-là : la découverte de la variole du singe. Il s’agissait d’une nouvelle maladie qui rappelait étrangement la variole et qui était censée ne toucher que les singes en captivité utilisés à des fins d’expérimentation. Cependant, douze ans après sa découverte et une décennie avant la déclaration de l’éradication de la variole, la variole du singe a décidé de passer de l’animal à l’homme. Bien sûr, le fait que ce “virus” identique à celui de la variole dans tous les domaines ait sauté du navire pour infecter les humains au plus fort de la campagne de vaccination contre la variole n’est qu’une “coïncidence”. Ou se pourrait-il que les mêmes symptômes de maladie associés à la variole aient été renommés, réétiquetés et vendus comme une nouvelle maladie afin de donner l’apparence d’une campagne d’éradication réussie ? Ils l’ont déjà fait avec la varicelle, comme je l’ai expliqué ici :

https://viroliegy.com/2022/01/03/did-william-heberden-distinguish-chickenpox-from-smallpox-in-1767/

Il n’est pas difficile de voir que le même tour a été joué ici avec la variole du singe. Deux sources permettent de montrer les étonnantes similitudes entre ces “virus” prétendument distincts. La première provient directement de l’OMS.

Comme le montrent les informations fournies par l’OMS, la variole du singe et la variole sont exactement la même maladie. Elles présentent les mêmes symptômes, le même mode de transmission, le même vaccin et la même réponse théorique des anticorps. La seule différence revendiquée par l’OMS est que la variole du singe est estimée moins mortelle que la variole et qu’elle provient d’un animal de source inconnue alors que la variole ne se trouve que chez l’homme. Ces deux différences sont d’ailleurs théoriques.

Si l’OMS n’était pas suffisamment convaincante quant à la nature identique de ces deux maladies, des extraits du classique de 1988 Smallpox and its Eradication de Frank Fenner, pourraient convaincre. Extrait du chapitre 29 de ce document de près de 1800 pages :

“La variole du singe chez l’homme a été reconnue pour la première fois en 1970 ; il s’agit d’une maladie systémique grave avec une éruption pustulaire généralisée, que l’on ne peut distinguer cliniquement de la variole. Outre les virus de la variole et de la variole du singe, 7 autres espèces de poxvirus, appartenant à 4 genres, peuvent provoquer des lésions chez l’homme (Tableau 29.1). Bien que l’infection par chacun de ces virus produise tout au plus des symptômes légers et généralement seulement une lésion cutanée localisée, les maladies en question ont présenté un problème de diagnostic potentiel lors de l’éradication mondiale de la variole, car les particules virales trouvées dans les lésions par examen au microscope électronique pouvaient être confondues avec celles du virus variolique.”

“La découverte de la variole du singe humaine en Afrique centrale en septembre 1970 a été suivie de la démonstration que 4 cas de variole présumée au Libéria et 1 cas en Sierra Leone en 1970, et 1 cas chacun au Nigeria et en Côte d’Ivoire en 1971 (Foster et al ., 1972) étaient des cas de variole du singe humaine (Lourie et al ., 1972). Une série d’études coordonnées en laboratoire et sur le terrain a été organisée pour déterminer l’incidence de la maladie, étudier ses caractéristiques cliniques et son épidémiologie et rechercher le ou les réservoirs animaux du virus.”

Il est clair que la variole du singe et la variole présentent exactement les mêmes symptômes. On dit que la variole du singe est cliniquement indiscernable de la variole. Il est impossible de les différencier sous microscope électronique car les particules sont exactement les mêmes. Il a été admis que si un réservoir animal de variole était découvert, il ne pourrait pas être éradiqué. Ainsi, au lieu de prétendre que le “virus” de la variole infectait aussi bien les animaux que les humains, ce qui aurait détruit l’histoire de l’éradication, un nouveau “virus” a été créé afin de dire qu’un “virus” identique était passé de l’animal à l’homme. C’est ainsi qu’ils peuvent s’en sortir lorsqu’ils disent que la variole a été éradiquée tout en affirmant que la même maladie existe mais qu’elle est causée par un “virus” différent. Ainsi, les virologues peuvent avoir le beurre et l’argent du beurre.

La lymphadénopathie est-elle spécifique de la variole du singe ?

Les virologues tentent toutefois de créer l’illusion qu’il s’agit de maladies distinctes causées par des “virus” différents en affirmant que la lymphadénopathie est une caractéristique déterminante de la variole du singe. Ils affirment que l’hypertrophie des ganglions lymphatiques est spécifique de la variole du singe et n’a pas été observée dans le cas de la variole. Cependant, cette histoire tombe à l’eau si la lymphadénopathie est également présente dans les cas de variole et ne l’est pas dans tous les cas de monkeypox. Jetons un coup d’œil et voyons si leur fiction tient la route :

Cette première source de novembre 2020 affirme que l’hypertrophie des ganglions lymphatiques n’est pas toujours présente dans les cas de monkeypox :

“Le monkeypox humain ressemble à la variole, avec une éruption cutanée et des signes constitutionnels, mais les symptômes sont généralement plus légers et, contrairement à la variole, les ganglions lymphatiques sont généralement (mais pas toujours) hypertrophiés. Le plus souvent, la maladie commence par des symptômes non spécifiques, semblables à ceux de la grippe, qui peuvent comprendre un malaise, de la fièvre, des frissons, des maux de tête, des maux de gorge, des myalgies, des maux de dos, de la fatigue, des nausées, des vomissements et une toux non productive. La lymphadénopathie peut être régionale ou généralisée et touche le plus souvent les ganglions lymphatiques submandibulaires, postauriculaires, cervicaux et/ou inguinaux.”

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.cfsph.iastate.edu/Factsheets/pdfs/monkeypox.pdf&ved=2ahUKEwjbisbW55b1AhWMVs0KHWnpCIEQFnoECA8QAQ&usg=AOvVaw2PW5tjGW6hoy4kjQRZpktS

Alors que cette deuxième source de 2018 indique que le gonflement des ganglions lymphatiques n’est pas habituellement observé avec la variole, nous pouvons donc en déduire qu’il existe des cas où le gonflement des ganglions lymphatiques s’est produit :

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?
“Chez l’homme, les signes et les symptômes de la variole du singe sont similaires à ceux de la variole, mais ils sont généralement plus légers. La variole du singe provoque de la fièvre, des maux de tête, des maux de dos, un gonflement des ganglions lymphatiques (qui n’est généralement pas observé dans le cas de la variole), des maux de gorge et de la toux.”

https://www.vdh.virginia.gov/epidemiology/epidemiology-fact-sheets/monkeypox/

Les virologues avaient besoin d’un nouveau symptôme spécifique pour faire accepter l’idée que la variole du singe est en quelque sorte différente de la variole. Cependant, il semblerait, d’après ces sources, que le gonflement des ganglions lymphatiques ne soit pas toujours un symptôme de la variole et qu’il puisse également accompagner la variole. Ainsi, ce symptôme ne peut guère être considéré comme spécifique de la variole du singe ni comme un moyen de différencier les deux.

Comment peut-on alors prétendre que le gonflement des ganglions lymphatiques n’est pas une caractéristique de la variole ? S’agit-il vraiment d’un symptôme qui n’a pas été retrouvé dans les cas de la maladie ou se peut-il que l’adénopathie n’ait pas été recherchée lors de l’examen ? Une troisième source datant de 2012 soutient cette dernière hypothèse en affirmant que le gonflement des ganglions n’était pas bien décrit pour la variole, car très peu d’attention était portée à ce symptôme lors de l’examen. Cependant, une hypertrophie (agrandissement) et une hyperamélie (excès de sang) des glandes lymphatiques ont été notées dans les cas de variole. On disait que cette hypertrophie était due à une rétention d’eau. Il est également affirmé dans cette source que les cas de variole du singe ont très probablement été diagnostiqués comme des cas de variole (ou logiquement l’inverse) et que la variole du singe n’a même pas été reconnue comme une maladie distincte avant 1970, ce qui signifie qu’il s’agissait jusqu’alors de la même maladie :

“La pathologie des ganglions lymphatiques dans les cas de variole naturelle est mal décrite. Councilman et al. (1904) notent que dans la littérature antérieure au 20ème siècle, ‘très peu d’attention a été accordée à l’état des ganglions lymphatiques dans la variole’. Dans son étude de cas, Bras (1952) rapporte que les ganglions lymphatiques n’étaient pas examinés régulièrement et que leur description se limite à trois phrases. D’après les données disponibles, les modifications ganglionnaires brutes les plus fréquemment rapportées sont l’hypertrophie et l’hyperémie ; cependant, dans de nombreux cas, les ganglions lymphatiques sont apparemment normaux. Sur le plan histologique, l’hypertrophie, si elle est présente, semble être due principalement à un œdème et à une congestion. Councilman et al. (1904) déclarent spécifiquement que “l’élargissement du ganglion est plus dû à l’œdème qu’à l’hyperplasie cellulaire”. Une histiocytose sinusale et une hémorragie multifocale avec érythrophagocytose et fibrine abondante sont également rapportées. Comme pour la rate, de nombreux auteurs décrivent également de multiples foyers de nécrose et de lymphocytolyse, avec ou sans bactéries ; cependant, une association avec un type de maladie spécifique n’est pas toujours faite. Dans quelques rapports, la nécrose avec des bactéries intralésionnelles serait plus fréquente avec la maladie hémorragique.”

“Avant l’éradication de la variole, les infections humaines à MPXV étaient probablement diagnostiquées à tort comme des infections à VARV en raison de la prévalence de la variole et de la similitude de la présentation et de l’évolution de la maladie cutanée. Le monkeypox n’a pas été reconnu comme une maladie distincte de la variole jusqu’en 1970, lorsque l’élimination de la variole en République démocratique du Congo a révélé la persistance d’une maladie semblable à la variole (Fenner et al., 1988b).”

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3498598/

Il est clair que la lymphadénopathie n’est pas spécifique à la variole du singe, mais il peut y avoir une raison à l’augmentation de ce symptôme si c’est vraiment le cas. Dans la section précédente sur les effets secondaires de la vaccination antivariolique, la lymphadénopathie et le gonflement des glandes ont été mis en évidence comme des réactions connues à la vaccination. Ceci a été documenté par une étude sur les effets indésirables datant de 1968 :

“Le lymphandénite postvaccinal est l’expression désignant les modifications réactives qui se produisent dans les ganglions lymphatiques en réponse à une vaccination antivariolique.”

https://acsjournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/pdf/10.1002/1097-0142(196804)21:4%3C632::AID-CNCR2820210415%3E3.0.CO;2-O

La lymphadénopathie est également mentionnée dans l’ouvrage de Meyler intitulé Side Effects of Drugs : The International Encyclopedia of Adverse Drug Reactions and Interactions (quinzième édition) en 2006 :

“De 1983 à 1991, 4649 doses de vaccin antivariolique ont été administrées, dont 57% en 1989-91. La proportion de primo-vaccinations est passée de 4% en 1983-88 à 14% en 1989-91. Parmi les personnes vaccinées, 93% n’ont signalé aucun signe ou symptôme après la vaccination. Les effets indésirables signalés étaient légers : lymphadénopathie, fièvre ou frissons, et sensibilité au site de vaccination. Aucun effet indésirable grave n’a été signalé. Cependant, une personne vaccinée a signalé un avortement spontané 5 mois après la primovaccination (16).”

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/B0444510052005490

Même le CDC connaissait cette réaction à la vaccination antivariolique et la considérait comme normale :

Les réactions normales qui ne nécessitent pas de traitement spécifique comprennent la fatigue, les céphalées, les myalgies, les lymphadénopathies régionales, la lymphangite, le prurit et l’œdème au site d’inoculation, ainsi que les lésions satellites, qui sont des lésions secondaires bénignes, proximales aux lésions centrales de la vaccination.

https://www.aafp.org/afp/2003/0415/p1827.html

Si l’on s’en tient aux faits, le vaccin antivariolique était connu pour provoquer une lymphadénopathie ainsi que tous les autres symptômes associés à la variole du singe et à la variole. Une campagne de vaccination de masse a été lancée dans les années 1950 et l’OMS a appelé à l’éradication mondiale de la variole en 1958. Par coïncidence, la variole du singe a également été découverte en 1958 chez des singes captifs utilisés pour des expériences de vaccination contre la polio. En 1970, un garçon du Zaïre, une région réputée exempte de variole depuis 1968, aurait été le premier cas humain de variole du singe, une maladie que l’on ne peut distinguer cliniquement de la variole, à l’exception du symptôme de lymphadénopathie, une réaction connue à la vaccination antivariolique et un symptôme négligé de la variole. Si l’on examine cette situation de manière critique et logique, il est facile de voir que l’apparition soudaine de la variole était la couverture parfaite pour l’OMS afin d’entretenir le mythe de l’éradication de la variole et de dissimuler les réactions indésirables à la vaccination.

En résumé :

  • Le premier grand effort d’éradication de la variole a été lancé en 1950 dans le but d’éliminer la variole dans les Amériques.
  • En 1958, l’Assemblée mondiale de la santé a adopté une résolution appelant à l’éradication mondiale de la variole.
  • Après 1949, il n’y a plus de cas endémiques de variole aux États-Unis, mais la maladie reste un problème grave dans les pays moins développés.
  • Au début de la campagne, l’Union soviétique et les États-Unis ont fait don de plus de 150 millions de doses de vaccin.
  • À peu près à la même époque, l’aiguille bifurquée a été mise au point, ce qui a simplifié l’administration et réduit le volume de vaccin nécessaire.
  • Dans ses notes de 1958, l’OMS admet le fait que la variole persiste dans certaines régions malgré les campagnes de vaccination répétées
  • Si l’OMS pousse à l’augmentation de la production de vaccins, elle demande également que soient étudiées les mesures à prendre pour éviter les complications qui pourraient résulter de la vaccination antivariolique.
  • Ils ont demandé à tous les gouvernements de vacciner, en 1959-1960, la population des pays dans lesquels existent les principaux foyers endémiques de variole.
  • Ils ont également déclaré qu’en 1961-1962, une vaccination supplémentaire de la population devrait être effectuée dans les foyers où la maladie persiste et que, par la suite, des revaccinations seraient effectuées dans la mesure où cela s’avérerait nécessaire, conformément à l’expérience acquise dans chaque pays.
  • Enfin, il a été demandé aux médecins et aux institutions scientifiques actives dans le domaine de la microbiologie et de l’épidémiologie de stimuler leurs efforts en vue d’améliorer la qualité et la technologie de la production d’un vaccin antivariolique satisfaisant et résistant à l’influence de la température.
  • En d’autres termes, l’OMS a préconisé une campagne de vaccination de masse avec des rappels tout en demandant des études de sécurité sur les vaccins eux-mêmes.
  • Le vaccin antivariolique est “moins sûr” que les autres vaccins couramment utilisés aujourd’hui.
  • Les réactions légères au vaccin comprennent : la formation de lésions satellites, fièvre, douleurs musculaires, lymphadénopathie régionale, fatigue, maux de tête, nausées, éruptions cutanées, douleur au site de vaccination.
  • Selon les estimations toujours “précises” du CDC, on estime qu’entre 1 et 2 personnes sur 1 million de vaccinés mourront à la suite de complications potentiellement mortelles liées au vaccin.
  • Le vaccin antivariolique est mortel et les scientifiques le qualifient de vaccin le plus dangereux connu de l’homme.
  • En 2003, l’administration Bush a rendu obligatoire la vaccination de tout le personnel militaire contre la variole et a recommandé aux professionnels de santé de recevoir le vaccin.
  • Cette mesure était motivée par la menace d’une utilisation d’un “virus” éradiqué comme arme biologique.
  • Le dilemme était décrit comme suit :
    • Ne pas vacciner la population contre la variole et laisser des millions de personnes vulnérables à l’un des pires fléaux connus de l’homme.
    • Ou traiter les gens avec un vaccin qui est extrêmement efficace pour bloquer la maladie mais qui peut provoquer des réactions dangereuses, parfois mortelles.
  • Le vaccin a été créé en 1796 et le vaccin utilisé aujourd’hui est essentiellement le même.
  • Le profil des effets secondaires du vaccin antivariolique ne serait pas accepté pour les vaccins actuels.
  • Le vaccin antivariolique est fabriqué à partir d’un cousin biologique faible du “virus” de la variole.
  • En 1958, le “virus” de la variole du singe a été découvert chez des primates en cage utilisés pour des expériences scientifiques et a fini par être transmis à l’homme en 1970.
  • Selon l’OMS, la présentation clinique de la variole du singe ressemble à celle de la variole.
  • La variole du singe est une zoonose “virale” (un “virus” transmis à l’homme par les animaux) dont les symptômes sont similaires à ceux observés dans le passé chez les patients atteints de variole.
  • La variole du singe a été identifiée pour la première fois chez l’homme en 1970, en République démocratique du Congo (alors appelée Zaïre), chez un garçon de 9 ans, dans une région où la variole avait été éliminée (comme par hasard) en 1968.
  • Malgré son nom, le réservoir naturel de la variole du singe n’a pas encore été identifié, mais les rongeurs seraient le plus probable.
  • Le diagnostic différentiel clinique à prendre en compte comprend d’autres maladies à éruptions cutanées, telles que la varicelle, la rougeole, les infections cutanées bactériennes, la gale, la syphilis et les allergies liées aux médicaments.
  • La lymphadénopathie (nous y reviendrons plus tard) pendant la phase prodromique de la maladie peut être une caractéristique clinique permettant de distinguer la variole du singe de la varicelle ou de la variole.
  • La réaction en chaîne par polymérase (PCR) est le test de laboratoire privilégié en raison de sa précision et de sa sensibilité.
  • Pour cela, les échantillons optimaux pour le diagnostic de la variole du singe proviennent des lésions cutanées – le toit ou le liquide des vésicules et des pustules, et les croûtes sèches.
  • Les tests sanguins PCR ne sont généralement pas concluants en raison de la courte durée de la virémie par rapport au moment du prélèvement de l’échantillon après le début des symptômes et ne doivent pas être prélevés systématiquement sur les patients.
  • En d’autres termes, le “virus” est en quelque sorte présent dans les lésions cutanées mais pas dans le sang…
  • Les “orthopoxvirus” ayant une réactivité sérologique croisée, les méthodes de détection des antigènes et des anticorps ne permettent pas de confirmer la spécificité du virus de la variole du singe (c’est-à-dire qu’elles donneraient un résultat positif pour la variole ou tout autre “poxvirus”) et ne sont pas recommandées.
  • En outre, une vaccination récente ou lointaine avec le vaccin contre la variole (par exemple, toute personne vaccinée avant “l’éradication” de la variole, ou vaccinée plus récemment en raison d’un risque plus élevé) peut entraîner des résultats faussement positifs.
  • En d’autres termes, les anticorps sont une mesure inutile puisqu’ils indiquent qu’une personne est positive à la variole.
  • L’OMS admet à nouveau que la présentation clinique de la variole du singe ressemble à celle de la variole, une infection orthopoxvirale apparentée qui a été éradiquée dans le monde entier.
  • Elle déclare également que, bien que la variole n’existe plus à l’état naturel, le secteur mondial de la santé reste vigilant au cas où elle pourrait réapparaître par des mécanismes naturels, un accident de laboratoire ou une dissémination délibérée.
  • Dans l’ouvrage Smallpox and its Eradication (1988), il est indiqué que la variole du singe est une maladie systémique grave accompagnée d’une éruption pustuleuse généralisée et qu’elle est cliniquement impossible à distinguer de la variole.
  • Outre les “virus” de la variole et de la variole du singe, 7 autres espèces de “poxvirus”, appartenant à 4 genres, peuvent provoquer des lésions chez l’homme.
  • La variole du singe a posé un problème de diagnostic potentiel lors de l’éradication mondiale de la variole, car les particules de “virus” trouvées dans les lésions par examen au microscope électronique pouvaient être confondues avec celles du “virus” de la variole.
  • En d’autres termes, on a trouvé exactement les mêmes particules non purifiées/non isolées dans les cultures, mais on a prétendu qu’il s’agissait de “virus” différents.
  • Il était évident que si un réservoir animal du “virus” de la variole existait, l’éradication de la variole serait impossible (et voilà qu’un réservoir animal existe…).
  • Après la découverte de la variole du singe en 1958, l’OMS a enquêté sur d’autres épidémies.
  • Les enquêtes qui ont suivi ont révélé 4 autres épidémies signalées et 4 épidémies jusqu’alors non signalées chez les primates, mais aucun cas d’infection chez l’homme.
  • Dans l’un de ces cas, le “virus” de la variole du singe avait été récupéré dans des cultures de cellules normales de rein de cynomolgus.
  • Après la découverte de la variole du singe en Afrique en 1970, des sérums ont été collectés chez des singes et d’autres animaux au Zaïre et dans plusieurs pays d’Afrique occidentale.
  • Des “anticorps spécifiques du virus de la variole du singe” ont été mis en évidence dans les sérums de 8 espèces de singes et de 2 espèces d’écureuils (ce qui va à l’encontre des informations plus récentes de l’OMS selon lesquelles il n’existe pas d’anticorps spécifiques pour la variole du singe)
  • Bien que des primates d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud (et un fourmilier de cette dernière région) aient été infectés par le “virus” de la variole du singe en captivité, rien ne prouve que ce “virus” soit présent naturellement ailleurs qu’en Afrique.
  • Au cours de la période 1958-1968, un grand nombre de primates ont été importés d’Asie en Europe et en Amérique du Nord, et un plus petit nombre d’Afrique occidentale, principalement pour la fabrication et les tests de sécurité des vaccins contre la poliomyélite.
  • En d’autres termes, les animaux utilisés pour les tests des vaccins expérimentaux sont tombés malades entre les expériences, pendant le transport dans des conditions horribles
  • Il a été signalé que des variants appelés “virus de la variole”, qui ressemblaient au “virus” de la variole par tous les tests biologiques, pouvaient être récupérés à partir de certains stocks de laboratoire du “virus” de la variole du singe, soit par passage dans des hamsters, soit par inoculation sur la membrane chorio-allantoïque.
  • Cette découverte a soulevé d’importantes questions quant à la possibilité d’un réservoir animal du “virus” de la variole, mais ces questions ont été écartées par la suite (rappelez-vous qu’ils ont admis que la variole ne pourrait pas être éradiquée si un réservoir animal était découvert).
  • Vers 1982, l’accumulation des preuves a convaincu la plupart des laborantins que les “virus de la variole” étaient en fait des souches du “virus” de la variole introduites par inadvertance comme contaminants de laboratoire (comme c’est pratique…).
  • L'”isolement” de “virus” à partir d’animaux capturés sur le terrain est probablement un événement rare dans les infections à “orthopoxvirus”, dans lesquelles une infection persistante ne se produit pas, et en fait, un seul “isolement” de ce type a été effectué.
  • La dernière épidémie connue de variole dans la zone de Basankusu s’est produite en 1968 et a comporté 70 cas dont 18 décès.
  • Plusieurs cas suspects de variole ont été traités à l’hôpital en 1969, mais aucun n’a été confirmé.
  • Deux cas suspects ont été signalés en 1970 ; l’un d’entre eux s’est avéré être la varicelle, et l’autre a été le premier cas de monkeypox humain à être détecté.
  • Le premier cas de variole du singe présentait, le 9e jour, une éruption cutanée dont la distribution centrifuge était caractéristique de la variole.
  • Le patient s’est rétabli et était sur le point de sortir, mais le 23 octobre, il a développé une rougeole (contractée pendant son séjour à l’hôpital) et est décédé 6 jours plus tard (la rougeole était aussi régulièrement confondue avec la variole).
  • La découverte de cas de variole humaine en Afrique centrale en septembre 1970 a été suivie de la démonstration que 4 cas de variole suspectés au Liberia et 1 cas en Sierra Leone en 1970, et 1 cas au Nigeria et en Côte d’Ivoire en 1971 étaient tous des cas de monkeypox humaine (on ne peut pas avoir des cas de variole qui apparaissent alors qu’elle est “éradiquée…”).
  • Les virologues qui s’intéressent aux “poxvirus” savaient depuis 1959 que le “virus” de la variole du singe pouvait provoquer une maladie généralisée ressemblant à la variole chez les singes cynomolgus, et dans les années 1960, des cas similaires ont été reconnus chez d’autres espèces de singes et chez les singes anthropoïdes.
  • Lors de la première réunion du Groupe informel de l’OMS sur la variole du singe et les virus apparentés, qui s’est tenue à Moscou en mars 1969, les experts ont convenu que la première indication que le “virus” récupéré d’une lésion cutanée pourrait être le “virus” de la variole du singe serait l’aspect hémorragique des boutons produits sur la membrane chorioallantoïque après 3 jours d’incubation à 35° C.
  • Le 23 septembre 1970, les docteurs S. S. Marennikova, E. M. Shelukhina et N. N. Maltseva, du centre collaborateur de l’OMS à Moscou, ont récupéré un “virus” sur la membrane chorio-allantoïque à partir de matériel envoyé par un patient au Zaïre.
  • Après une incubation de deux jours, les taches étaient “parfaitement typiques” du “virus” de la variole.
  • Cependant, après un autre jour d’incubation à 35°C, une hémorragie a été observée autour des pustules, une caractéristique jamais observée avec le “virus” variolique et caractéristique du “virus” de la variole du singe.
  • En d’autres termes, ils ont déterminé que l’apparition hémorragique de la membrane chorioallantoïque après un jour supplémentaire d’incubation était la variole du singe.
  • Entre-temps, un diagnostic de “virus” de la variole a été établi au centre de collaboration de l’OMS à Atlanta à partir de matériel provenant de deux cas de maladie ressemblant à la variole découverts dans différentes régions du Liberia à la mi-septembre.
  • Ce diagnostic a suscité une grande inquiétude, car on pensait que le Liberia était exempt de variole depuis 1969.
  • Ils ont décidé que les isolats devaient être soigneusement examinés au moyen de tests appropriés afin de déterminer s’il pouvait s’agir du “virus” de la variole du singe.
  • Les isolats libériens, ainsi que les isolats ultérieurs de la Sierra Leone et du Nigeria, se sont avérés avoir les caractéristiques du “virus” de la variole du singe (la magie de la virologie…).
  • Des dispositions ont été prises pour un examen plus approfondi des isolats du Zaïre et du Libéria et les travaux sur ces isolats ont constitué le principal sujet de discussion lors de la deuxième réunion du Groupe informel sur la variole du singe et les virus apparentés en février 1971.
  • Les “experts” présents à cette réunion ont convenu que ces isolats étaient bien des “virus” de la variole du singe.
  • Cette conclusion a été une source de soulagement considérable, car elle excluait la possibilité que la variole se soit reproduite dans les situations épidémiologiques les plus improbables (whew…)
  • Cliniquement, la variole humaine ressemble beaucoup à une variole discrète de type ordinaire ou, parfois, de type modifié.
  • La caractéristique clinique évidente qui différencie la variole du singe de la variole est l’élargissement prononcé des ganglions lymphatiques observé dans la plupart des cas de variole du singe (mais pas dans tous).
  • L’hypertrophie des ganglions lymphatiques a été observée dans 90 % des 98 cas dans lesquels sa présence ou son absence a été enregistrée et était un signe présent, précédant l’éruption, dans 65 % de ces cas.
  • L’éruption commence après une maladie prodromique qui dure 1-3 jours, avec de la fièvre, une prostration et généralement une hypertrophie des ganglions lymphatiques.
  • Comme dans le cas de la variole, les lésions se développent plus ou moins simultanément et évoluent à la même vitesse, à travers des papules, des vésicules et des pustules, avant de s’ombiliquer, de sécher et de desquamer.
  • Comme dans le cas de la variole, des cicatrices en forme de piqûres peuvent se développer, le plus souvent sur le visage, mais elles ont tendance à diminuer en importance avec le temps.
  • Tout au long des enquêtes, une grande importance a été accordée à la confirmation en laboratoire des diagnostics clinico-épidémiologiques, d’abord en raison de la présence possible de la variole, puis de la suspicion d’une infection humaine par le “virus de la variole blanche”.
  • Les méthodes de diagnostic de laboratoire étaient les mêmes que celles utilisées pour la variole, complétées par une sérologie (non spécifique) dans les cas où l’isolement “viral” n’était pas possible.
  • Cette combinaison a permis de poser des diagnostics positifs dans la grande majorité des cas (qu’en est-il de ceux où le diagnostic n’a pu être posé… ?)
  • Pratiquement tous les cas trouvés positifs par microscopie électronique l’étaient aussi par culture, et vice versa (pourquoi ne serait-ce pas le cas puisque le matériel de microscopie électronique provient de la culture… ?) mais 60 (22%) des cas ont été vus trop tard pour obtenir du matériel lésionnel et n’ont pu être confirmés que par sérologie (qui, encore une fois, n’est pas spécifique en raison des réactions croisées avec la variole et d’autres “virus”).
  • L’OMS a entrepris des tests sérologiques à partir de quelque 200 sérums provenant de zones éloignées de ce qui est maintenant reconnu comme la zone d’enzootie de la variole du singe et tous étaient pratiquement négatifs, alors que les sérums de singes du Zaïre prélevés en 1971 et 1973 se sont révélés 14 sur 81 positifs par le test HI et 11 sur 65 par le test de neutralisation
  • Par la suite, une autre collecte de sérums au Zaïre a donné 24 sérums de singe HI-positifs sur 117 testés et 26 sérums de rongeur HI-positifs sur 245 testés.
  • Des tentatives ont été faites pour isoler le “virus” sur la membrane chorio-allantoïque des reins de primates, de rats et d’écureuils collectés au Zaïre.
  • Aucun n’a donné de “virus” de la variole du singe, mais le “virus” de la variole blanche aurait été obtenu à partir de 4 spécimens et le “virus” de la vaccine à partir d’un spécimen.
  • Dans une autre étude sérologique de l’OMS, 1331 sérums provenant de 45 espèces d’animaux sauvages ont été testés par le test HI comme test de dépistage des anticorps contre les “orthopoxvirus” ; 227 sérums (17%), provenant d’un large éventail d’animaux, ont donné des résultats positifs.
  • Les 50 sérums provenant de Rattus spp. étaient tous négatifs.
  • L’analyse ultérieure de certains sérums par des tests d’adsorption radio-immunologique a jeté un doute sur la signification des résultats positifs obtenus par le test IH, puisque aucun des 25 sérums IH-positifs de l’écureuil Heliosciurus rufobrachium n’a donné de résultats positifs par radio-immunologie.
  • Les reins et les rates de 930 animaux de l’étude de 1979 sur le Zaïre, y compris tous les singes, ont été mis en culture dans des cellules Vero, et le matériel de singe a également été testé sur la membrane chorio-allantoïque, avec des résultats négatifs.
  • Ce que tout cela signifie, c’est que les résultats des anticorps ne veulent absolument rien dire.
  • Le chapitre conclut que la variole du singe s’est avérée en 1970 être l’agent causal d’une infection humaine généralisée qui ressemblait cliniquement à la variole.
  • On a prétendu que la lymphadénopathie était une caractéristique essentielle de la variole du singe, mais elle n’est pas toujours présente.
  • Le plus souvent, la maladie commence par des symptômes non spécifiques, semblables à ceux de la grippe.
  • La pathologie des ganglions lymphatiques dans les cas de variole naturelle est mal décrite.
  • Councilman et al. (1904) notent que dans la littérature antérieure au 20e siècle, “très peu d’attention a été accordée à l’état des ganglions lymphatiques dans la variole”.
  • Dans sa série de cas, Bras (1952) rapporte que les ganglions lymphatiques n’étaient pas examinés régulièrement et que leur description se limite à trois phrases.
  • Parmi les données disponibles, les modifications ganglionnaires brutes les plus fréquemment rapportées sont l’hypertrophie et l’hyperémie
  • Histologiquement, l’hypertrophie, si elle est présente, semble être due principalement à l’œdème et à la congestion.
  • Councilman a spécifiquement déclaré que “l’élargissement du ganglion est davantage dû à l’œdème qu’à l’hyperplasie cellulaire”.
  • Avant l’éradication de la variole, les infections humaines à MPXV étaient probablement diagnostiquées à tort comme des infections à VARV en raison de la prévalence de la variole et de la similitude de la présentation et de l’évolution de la maladie cutanée.
  • La variole du singe n’a pas été reconnue comme une maladie distincte de la variole jusqu’en 1970, lorsque l’élimination de la variole en République démocratique du Congo a révélé la persistance d’une maladie semblable à la variole.
  • La lymphadénopathie et le gonflement des ganglions lymphatiques sont des réactions connues à la vaccination antivariolique.
  • La lymphandénite postvaccinale est l’expression désignant les changements réactifs qui se produisent dans les ganglions lymphatiques en réponse à une vaccination antivariolique.
  • Les réactions indésirables signalées lors de la vaccination antivariolique dans les années 1980 comprenaient une lymphadénopathie, de la fièvre ou des frissons et une sensibilité au niveau du site de vaccination.
La variole ou… ?

La variole a-t-elle réellement été éradiquée comme le prétendait l’OMS en 1980 ? Cela dépend de la définition du terme “éradiquer”. Si l’on se réfère à l’élimination du nom “variole” utilisé pour décrire un ensemble de symptômes reconnaissables de la maladie, alors la réponse est un OUI absolu puisque le nom a été retiré et remplacé par celui de variole du singe (ou de varicelle, de rougeole, de rubéole, etc.). Si l’on se réfère à la suppression complète des symptômes associés au nom, alors la réponse est un NON catégorique, car les mêmes symptômes de la maladie apparaissent dans diverses maladies sous des noms différents et sont même acquis par des vaccinations de routine. L'”éradication” de la variole n’était rien de plus qu’un écran de fumée utilisé pour vendre au monde le “miracle” de la vaccination. C’est une affirmation qui ne résiste pas à un examen approfondi.

Source (anglais) : https://viroliegy.com/2022/01/05/was-smallpox-really-eradicated/
Plus de ressources : http://whale.to/vaccines/smallpox.html

guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Stone, de ViroLIEgy, a rédigé deux articles intéressants. Le premier article, intitulé « La variole a-t-elle vraiment été éradiquée ? » [FR], traite notamment de l’émergence opportune de la variole du singe alors que la […]

trackback

[…] via cv19 […]

ajax-loader
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x