Category: Théorie

Les décès dus aux maladies infectieuses avaient diminué de près de 90 % AVANT l’introduction des vaccins…

“La vaccination des enfants n’explique pas la baisse impressionnante de la mortalité observée dans la première moitié du siècle… près de 90 % de la baisse de la mortalité due aux maladies infectieuses chez les enfants américains s’est produite avant 1940, lorsque peu d’antibiotiques ou de vaccins étaient disponibles”.

ANNUAL SUMMARY OF VITAL STATISTICS: TRENDS IN THE HEALTH OF AMERICANS DURING THE 20TH CENTURY, JOURNAL OF AMERICAN ACADEMY OF PEDIATRICS, DECEMBER 2000

Aux États-Unis (et dans d’autres pays), les données historiques montrent que la mortalité due aux maladies a diminué de près de 90 % avant l’introduction du programme de vaccination et des programmes de vaccination préventive – comme l’indique le rapport Trends in the Health of Americans.

En fait, certaines des maladies les plus répandues au début des années 1900 – notamment la tuberculose (TB), la scarlatine et la typhoïde – ont suivi les mêmes déclins SANS jamais avoir de programme de vaccination (aux États-Unis). Ces maladies ont été presque éradiquées aux États-Unis sans que la population ne soit vaccinée contre elles. (Voir le graphique)

Comment cela est-il possible ? L’industrie pharmaceutique/médicale a dépensé des MILLIONS pour nous convaincre que les vaccins nous ont tous sauvés d’une mort imminente, mais l’histoire prouve que c’est plus une tactique de marketing qu’un fait. Une tactique de marketing qui contribue à garantir que le marché des vaccins, qui représente près de 60 milliards de dollars, continue de croître.

Les décès dus aux maladies infectieuses courantes ont diminué de 90 % avant l’introduction des vaccins grâce aux systèmes d’assainissement et d’eau propre.

POURQUOI LES MALADIES ONT-ELLES DIMINUÉ ?

Le déplacement des populations du XIXe siècle de la campagne vers la ville, qui a accompagné l’industrialisation et l’immigration, a entraîné la surpopulation des villes nouvellement peuplées qui ne disposaient pas de systèmes d’assainissement ou d’eau potable adéquats. Ces conditions ont entraîné des épidémies répétées de choléra, de dysenterie, de tuberculose, de fièvre typhoïde, de grippe, de fièvre jaune et de malaria.

En 1900, cependant, l’incidence de nombre de ces maladies avait commencé à diminuer en raison des améliorations de la santé publique, dont la mise en œuvre s’est poursuivie au XXe siècle.

Assainissement et hygiène

Les efforts locaux, étatiques et fédéraux pour améliorer l’assainissement et l’hygiène ont renforcé le concept d’action collective de “santé publique” (par exemple, pour prévenir les infections en fournissant de l’eau potable propre). En 1900, 40 des 45 États avaient créé des départements de santé. Les premiers départements de santé de comté ont été créés en 1908 (6).

Des années 1930 aux années 1950, les départements de santé des États et des collectivités locales ont fait des progrès considérables dans les activités de prévention des maladies, notamment l’évacuation des eaux usées, le traitement de l’eau, la sécurité alimentaire, l’élimination organisée des déchets solides et l’éducation du public aux pratiques d’hygiène (par exemple, la manipulation des aliments et le lavage des mains). La chloration et d’autres traitements de l’eau potable ont commencé au début des années 1900 et sont devenus des pratiques de santé publique répandues, ce qui a encore réduit l’incidence des maladies d’origine hydrique.

La tuberculose diminue sans vaccin

L’incidence de la tuberculose (TB) a également diminué grâce aux améliorations apportées aux logements, qui ont permis de réduire la surpopulation, et aux programmes de lutte contre la TB. En 1900, 194 résidents américains sur 100 000 sont morts de la tuberculose – la deuxième cause de décès – et la plupart étaient des résidents des zones urbaines.

En 1940 (avant l’introduction de l’antibiothérapie), la tuberculose restait une des principales causes de décès, mais le taux brut de mortalité était tombé à 46 pour 100 000 personnes. Il n’y a jamais eu de vaccin contre la tuberculose aux États-Unis. Pourtant, le taux de tuberculose dans d’autres pays a également diminué avant l’introduction du vaccin contre la tuberculose.

QUE DIT LE CDC ? IL CRÉDITE L’EAU PROPRE, PAS LES VACCINS…

Ce rapport du Centre de contrôle des maladies aux États-Unis montre clairement que la baisse des maladies est due à des systèmes d’eau propre et à l’assainissement – et non aux vaccins. Ce rapport a été rédigé avant que le CDC ne soit totalement imbriqué dans l’industrie pharmaceutique.

https://www.cdc.gov/healthywater/drinking/history.html

Déclin de la typhoïde et du choléra SANS vaccin

Citation du rapport du CDC (REMARQUE : il n’y a JAMAIS eu de programme de vaccination contre la typhoïde et le choléra aux États-Unis) :

“L’apparition de maladies telles que le choléra et la typhoïde a chuté de façon spectaculaire. En 1900, la fréquence de la fièvre typhoïde aux États-Unis était d’environ 100 cas pour 100 000 personnes. En 1920, elle était tombée à 33,8 cas pour 100 000 personnes. En 2006, elle est tombée à 0,1 cas pour 100 000 personnes (seulement 353 cas), dont environ 75 % chez les voyageurs internationaux.

La fièvre typhoïde a rapidement diminué dans les villes de Baltimore à Chicago grâce à la mise en place d’un système de désinfection et de traitement de l’eau. Cette diminution de la maladie est attribuée à la mise en place de la désinfection et du traitement de l’eau potable, à l’amélioration de la qualité des sources d’eau et à l’amélioration de l’assainissement et de l’hygiène.

C’est grâce à ces succès que nous pouvons célébrer plus d’un siècle de désinfection et de traitement de l’eau potable publique – l’une des plus grandes réalisations du XXe siècle en matière de santé publique”.

DES ÉTUDES ET DES RAPPORTS MONTRANT LA DIMINUTION DES DÉCÈS DUS AUX MALADIES AVANT LES VACCINATIONS :

Le déclin de la variole chez l’adulte dans le Londres du XVIIIe siècle

Cette étude montre que la mortalité due à la variole a diminué avant l’introduction du vaccin.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4373148

Le programme américain de vaccination universelle contre la varicelle : Censure des CDC sur les conséquences néfastes pour la santé publique

Les CDC ont principalement publié des études sélectives et manipulé les résultats pour soutenir la vaccination universelle contre la varicelle et ont bloqué agressivement la tentative de l’analyste de recherche de publier des tendances ou des résultats délétères (par exemple, la baisse de l’efficacité du vaccin, l’augmentation des taux d’incidence du Zona, etc.) ). Sa lettre de résignation déclarait : “Lorsque des données de recherche concernant un vaccin utilisé dans des populations humaines sont supprimées et/ou déformées, cela est très inquiétant et va à l’encontre de toutes les normes scientifiques et compromet l’éthique professionnelle”.
https://www.jscimedcentral.com/Pathology/pathology-6-1133.pdf

Résumé annuel des statistiques de l’état civil : Tendances en matière de santé des Américains au cours du XXe siècle

“La vaccination n’explique pas la baisse impressionnante de la mortalité observée dans la première moitié du siècle… Une fois de plus, près de 90 % de la baisse de la mortalité due aux maladies infectieuses chez les enfants américains s’est produite avant 1940, lorsque peu d’antibiotiques ou de vaccins étaient disponibles”.
http://pediatrics.aappublications.org/content/106/6/1307

MAIS QU’EN EST-IL DE LA POLIO ?

C’est la question que l’on entend toujours. Tout d’abord, il est important de noter que la polio est un virus très courant, un peu comme le virus du rhume ou de la grippe. La plupart des Américains ont eu/ont le virus de la polio dans leur corps à un moment donné, bien que nous ne soyons jamais testés pour cette maladie, sauf en cas de paralysie. Nous avons tous des dizaines de virus différents dans notre système en même temps.

La paralysie qui a été imputée au virus de la polio dans les années 1940 et 1950 était en fait due à la pulvérisation généralisée de DDT, un pesticide hautement toxique (aujourd’hui interdit) et de l’utilisation massive de de pesticides.

Mais le gouvernement et les services de santé américains, ainsi que les entreprises chimiques, encourageaient la pulvérisation de DDT sur le public américain. Des campagnes de pulvérisation massive de DDT ont eu lieu sur les plages, au-dessus des piscines et des parcs, en particulier pendant les mois d’été (aussi appelés saison agricole). Par coïncidence, la plupart des cas de paralysie due à la “polio” se sont produits pendant les mois d’été et chez les enfants. Les parents étaient même encouragés à pulvériser directement sur leurs enfants ce produit chimique hautement toxique et à le mettre dans les bains et autres endroits où les enfants étaient en contact direct avec le DDT.

Incidence de la polio et production de pesticides aux États-Unis 1940-1970
https://www.westonaprice.org/health-topics/environmental-toxins/pesticides-and-polio-a-critique-of-scientific-literature/
Le taux de mortalité lié à la polio diminuait de lui-même avant l’introduction du vaccin

À mesure que le climat se réchauffait chaque année, la panique concernant la polio s’est intensifiée. La fin de l’été a été surnommée “la saison de la polio”. Les piscines publiques furent fermées”. – NPR, Chasing Down Polio, rapport d’octobre 2012

Au milieu des années 1940, les scientifiques ont commencé à alerter le gouvernement et le Congrès sur le fait que la pulvérisation de DDT entraînait une augmentation considérable des paralysies et des dommages au système nerveux. Mais le gouvernement américain, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ne pouvait pas admettre son erreur – une erreur qui lui aurait coûté des MILLIONS de dommages et intérêts par le biais de procès intentés par les personnes concernées.

Quelqu’un a alors eu la brillante idée de commencer tranquillement à exporter du DDT au lieu de pulvériser les Américains, d’interdire lentement le DDT pour ne pas susciter d’inquiétude et de promouvoir une “solution” sous la forme du vaccin contre la polio.

C’est l’un des mythes médicaux les plus choquants et les plus répandus, qui est encore régulièrement répété à la télévision, dans les livres d’histoire et par un public inconscient qui ne se donne pas la peine de regarder au-delà de ce mythe.

Source : https://learntherisk.org/vaccines/diseases/
Traduction par https://cv19.fr

Pourquoi tout ce que vous avez appris sur les virus est faux

Par Sayer Ji

Des recherches révolutionnaires indiquent que la plupart des croyances concernant les propriétés prétendument mortelles de virus comme la grippe ne sont en fait pas fondées sur des preuves mais sur des mythes…

La théorie des germes est une force extrêmement puissante sur cette planète, qui affecte les interactions quotidiennes, de la poignée de main jusqu’aux programmes nationaux de vaccination et aux campagnes mondiales d’éradication.

Mais qu’en est-il si la recherche fondamentale sur ce que sont exactement ces “agents pathogènes”, comment ils nous infectent, n’a même pas encore été effectuée ? Et si une grande partie de ce que l’on suppose et croit sur le danger des microbes, en particulier des virus, avait été complètement remise en cause à la lumière de nouvelles découvertes radicales en microbiologie ?

Certains de nos lecteurs savent déjà que, dans mes précédents écrits, j’explique pourquoi le concept de “germes comme ennemis” a été décimé par la découverte relativement récente du microbiome. Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez mon article précédent, “How The Microbiome Destroyed the Ego, Vaccine Policy, and Patriarchy“. Vous pouvez également lire “Profound Implications of the Virome for Human Health and Autoimmunity“, pour mieux comprendre comment les virus sont réellement bénéfiques pour la santé des mammifères.

Dans cet article, je vais adopter une approche moins philosophique et me concentrer sur la grippe comme exemple plus concret du changement de paradigme au niveau copernicien dans le domaine de la biomédecine et des sciences de la vie dans lequel nous sommes tous actuellement plongés, même si l’establishment médical ne l’a pas encore reconnu.

Virus mortels de la grippe : Se vacciner ou mourir ?

De la manière hyperbolique dont en parlent aujourd’hui les responsables de la politique de santé et les grands médias, le virus de la grippe (ou COVID-19) est une force mortelle inexorable (remarque : les virus sont des parasites involontaires, au pire, sans force motrice interne pour “infecter” activement les autres), contre laquelle tous les citoyens, de tous âges, doivent se protéger par le vaccin annuel contre la grippe, de peur (dit-on) de subir des conséquences mortelles. Pire encore, les personnes qui ont des convictions religieuses ou philosophiques, ou qui s’opposent en toute conscience à la vaccination, sont caractérisées comme des personnes qui font du mal aux autres en leur refusant l’immunité collective (un concept qui a été complètement démenti par une étude minutieuse des preuves, ou de leur absence). Par exemple, dans l’interview ci-dessous, Bill Gates dit à Sanjay Gupta qu’il pense que les non-vaccinés “tuent les enfants” :

Mais si je vous disais qu’il n’existe même pas de “virus de la grippe”, au sens d’un vecteur de maladie autonome et monolithique, conçu comme une relation de prédateur à proie ?

Tout d’abord, considérez que la collaboration Cochrane, qui fait figure de référence, reconnaît qu’il existe de nombreux virus de la grippe différents qui ne sont pas, en fait, la grippe A – contre laquelle les vaccins antigrippaux sont ciblés – mais qui peuvent néanmoins contribuer à des symptômes identiques à ceux attribués à la grippe A :

“Plus de 200 virus provoquent la grippe et les affections pseudo-grippales qui produisent les mêmes symptômes (fièvre, maux de tête, douleurs, toux et écoulement nasal). Sans tests de laboratoire, les médecins ne peuvent pas distinguer les deux maladies. Les deux durent plusieurs jours et entraînent rarement la mort ou une maladie grave. Au mieux, les vaccins pourraient être efficaces uniquement contre les grippes A et B, qui représentent environ 10 % de tous les virus en circulation”. (Source : Cochrane Summaries)”. [c’est nous qui soulignons]

Cela donne une image de la complexité qui mine puissamment les politiques de santé qui présupposent que la vaccination équivaut à une immunité véritable et, par conséquent, nécessite que le groupe participe collectivement au rituel des campagnes de vaccination de masse par nécessité sociale de vie ou de mort.

Même l’utilisation du mot “immunisation” pour décrire la vaccination est très trompeuse. Dès l’instant où le mot est utilisé, il présuppose déjà l’efficacité et donne l’impression que les non-vaccinés sont anti-immunitaires, au lieu de ce qu’ils sont en réalité : pro-immunitaires (via l’air pur, la nourriture, l’eau et le soleil), mais peu enclins à se soumettre ou à soumettre leurs enfants en bonne santé à des procédures médicales “inévitablement dangereuses” dont les bénéfices sont seulement théoriques.

Pourquoi le virus de la grippe n’existe pas (comme on nous l’a appris)

Mais le sujet devient encore plus intéressant lorsque l’on considère les conclusions d’une étude de 2015 intitulée “Conserved and host-specific features of influenza virion architecture” (Caractéristiques conservées et spécifiques à l’hôte de l’architecture du virion de la grippe). Il s’agit de la première étude jamais réalisée pour déterminer la profondeur moléculaire de la composition réelle du virus de la grippe. Étonnamment, étant donné la longue histoire de l’utilisation et de la promotion du vaccin, la caractérisation complète des protéines qu’il contient et de leur origine n’avait jamais été réalisée auparavant. Il est difficile de comprendre comment nous investissons des milliards de dollars par an dans les vaccins antigrippaux et comment nous avons créé une campagne mondiale pour contrer un ennemi viral dont les éléments de base n’étaient même pas connus il y a quelques années encore. Mais c’est néanmoins vrai.

Le résumé de l’étude s’ouvre sur cette ligne très provocatrice :

“Les virus utilisent les virions pour se propager entre les hôtes, et la composition des virions est donc le principal déterminant de la transmissibilité et de l’immunogénicité virales”.

Les virions sont également connus sous le nom de “particules virales”, et ils sont les moyens par lesquels les acides nucléiques viraux sont capables de se déplacer et “d’infecter” les organismes vivants. Sans la particule virale (taxi) pour transporter l’ADN du virus (passager), il serait inoffensif ; en fait, les virus sont souvent décrits comme existant quelque part entre les objets vivants et inanimés pour cette raison : ils ne produisent pas leur propre énergie, ni ne sont transmissibles sans un hôte vivant. Ainsi, dans cette première ligne, les auteurs précisent que la composition du virion est également le principal déterminant de la manière dont un virus est infectieux ou non (transmission) et des effets qu’il aura sur le système immunitaire de l’hôte infecté.

Particules virales influenza

Cette distinction est importante car nous considérons souvent les virus comme de simples chaînes d’ADN ou d’ARN pathogènes. L’ironie, bien sûr, est que les choses auxquelles nous attribuons tant de létalité – les acides nucléiques viraux – ne sont même pas vivants, et ne peuvent pas infecter un organisme sans que tous les autres composants (protéines, lipides, acides nucléiques extraviraux) qui, techniquement, ne sont pas d’origine virale, participent au processus. Et donc, si les composants non viraux sont essentiels pour que le virus puisse causer des dommages, comment pouvons-nous continuer à soutenir que nous sommes confrontés à une entité monolithique de la maladie “dehors” qui nous “infecte”, une victime passive ? C’est fondamentalement insensé, compte tenu de ces conclusions. Cela sape aussi clairement la rhétorique incessante, fondée sur la peur, que tiennent les partisans de la vaccination pour contraindre les masses à se soumettre au rite de la vaccination, largement fondé sur la foi.

Plongeons plus profondément dans les conclusions de l’étude.

La ligne suivante du résumé porte sur le fait avec lequel nous avons commencé cet article : à savoir qu’il existe une grande complexité au niveau de la profonde variabilité de la composition du virion :

“Cependant, les virions de nombreux virus sont complexes et pléomorphiques, ce qui les rend difficiles à analyser en détail”

Mais ce problème de la grande variabilité de la composition virionique de la grippe est exactement la raison pour laquelle l’étude a été menée. Ils expliquent :

“Ici, nous abordons ce problème en identifiant et en quantifiant les protéines virales par spectrométrie de masse, ce qui permet de produire un modèle complet et quantifiable des centaines de protéines virales et codées par l’hôte qui constituent les virions pléomorphiques du virus de la grippe. Nous montrons qu’une architecture conservée de virions de la grippe, qui comprend des quantités substantielles de protéines de l’hôte ainsi que la protéine virale NSI, est élaborée avec d’abondantes caractéristiques dépendantes de l’hôte. En conséquence, les virions de la grippe produits par les hôtes mammifères et aviaires ont des compositions protéiques distinctes”.

En d’autres termes, ils ont découvert que le virus de la grippe est autant constitué de matériel biologique provenant de l’hôte que le virus “infecte” que de matériel génétique viral du virus en soi.

Comment alors différencier le virus de la grippe comme étant totalement ” étranger ” ? Étant donné qu’il n’existerait pas sans les protéines ” propres “, ou celles d’autres animaux hôtes comme les oiseaux (aviaires) ou les insectes, il serait impossible de le faire avec une honnêteté intellectuelle parfaite.

Il y a aussi le problème important que pose la production de vaccins antigrippaux. Actuellement, l’antigène du vaccin contre la grippe humaine est produit par l’intermédiaire d’insectes et d’œufs de poule. Cela signifie que les particules virales extraites de ces hôtes contiendraient des protéines étrangères, et produiraient donc des réponses immunologiques différentes et/ou imprévisibles chez l’homme, par rapport à ce que l’on attendrait de particules virales de la grippe humaine. Une possibilité est que les douzaines de protéines étrangères présentes dans la grippe aviaire pourraient théoriquement produire chez l’homme des antigènes qui réagiraient de manière croisée avec les auto-structures, ce qui entraînerait une auto-immunité. Actuellement, les tests de sécurité ne permettent pas de détecter ces réactions croisées. Il est clair que cette découverte ouvre une boîte à pandores de problèmes potentiels qui n’ont jamais été suffisamment analysés, car on n’a jamais compris jusqu’à présent que la “grippe” dépend aussi complètement d’un hôte pour sa transmissibilité et son immunogénicité.

Les virus de la grippe sont-ils vraiment des exosomes “détournés” ?

Enfin, l’étude a mis en évidence quelque chose d’encore plus étonnant :

“Enfin, nous notons que les virions de la grippe partagent une composition protéique sous-jacente avec les exosomes, ce qui suggère que les virions de la grippe se forment en détournant la production des micro-vésicules”.

Ce dont ces chercheurs parlent, c’est de la découverte que les particules de virion partagent des similarités étonnantes avec les particules de type viral produites naturellement par toutes les cellules vivantes appelées exosomes. Les exosomes, comme de nombreux virus (c’est-à-dire les virus enveloppés), sont enfermés dans une membrane et ont une taille comprise entre 50 et 100 nanomètres, comme les virus (20 à 400 nm). Ils contiennent également des molécules biologiquement actives, telles que des protéines et des lipides, ainsi que des molécules contenant des informations, comme pour l’ARN, qui sont exactement, ou très similaires, aux types de contenus que l’on trouve dans les particules virales.

Regardez cette vidéo de base sur les exosomes pour vous faire une idée :

Lorsque nous commençons à examiner les virus à travers la perspective de leur interaction avec les exosomes, qui en tant que porteurs d’ARN sont essentiels pour réguler l’expression de la grande majorité du génome humain, nous commençons à comprendre comment leur fonction pourrait être considérée comme neutre en tant que “porteurs d’informations”, voire bénéfique. Les exosomes et les virus peuvent en fait être responsables de la communication et de la régulation inter-espèces ou inter-régions au sein de la biosphère, étant donné la manière dont ils sont capables de faciliter et de médier le transfert horizontal d’informations entre les organismes. Même la consommation d’un fruit contenant ces exosomes peut altérer l’expression de gènes d’une importance vitale dans notre corps.

Exosomes

À la lumière de cette perspective post-théorie des germes, les virus pourraient être décrits comme des éléments d’information à la recherche de chromosomes ; pas intrinsèquement “mauvais”, mais, en fait, essentiels pour la médiation de la relation génotype/phénotype au sein des organismes, qui doivent s’adapter en temps réel à des conditions environnementales toujours changeantes pour survivre ; ce que le rythme extrêmement lent des changements génétiques dans les séquences nucléotidiques primaires de notre ADN ne peut pas faire (par exemple, il peut falloir environ 100 000 ans pour qu’une séquence de gène codant pour une protéine change, contre quelques secondes pour que l’expression d’un gène codant pour une protéine soit modifiée par modulation via des ARN viraux ou exosomaux).

Cela ne signifie pas non plus qu’ils sont “tous bons”. Parfois, compte tenu de nombreuses conditions échappant à leur contrôle, leurs messages pourraient présenter des défis ou des informations erronées aux cellules auxquelles ils sont exposés, ce qui pourrait entraîner un ” symptôme de maladie “. Ces symptômes de maladie sont souvent, voire invariablement, des tentatives d’autorégulation de l’organisme, qui finit par s’améliorer et se guérir lui-même.

En d’autres termes, la composition virionique des virus semble être le sous-produit de la machinerie de production et du trafic de l’exosome normal de la cellule (également appelé microvesicule), bien qu’elle soit influencée par l’ADN de la grippe. Et comme les exosomes, les virus peuvent être un moyen de communication extracellulaire entre les cellules, au lieu d’être simplement une entité pathologique de la maladie. Cela pourrait expliquer pourquoi une accumulation de recherches sur le rôle du virome dans la santé humaine indique que les agents dits infectieux, y compris les virus comme la rougeole, confèrent des avantages importants pour la santé. [voir : the Health Benefits of Measles et The Healing Power of Germs ?]

D’autres chercheurs ont fait des découvertes similaires sur la relation entre les exosomes et les virus, décrivant parfois le détournement viral des voies d’accès aux exosomes comme une hypothèse de “cheval de Troie”. Le VIH peut fournir un tel exemple.

Remarques finales

La découverte remarquablement récente de la nature dépendante de l’hôte de la composition du virion du virus de la grippe n’est en fait que la partie émergée d’un iceberg intellectuel qui n’a pas encore été pleinement mis en lumière, mais qui fait déjà “couler” des navires ; des navires paradigmes, si vous voulez.

Un de ces paradigmes est que les germes sont des combattants ennemis, et que les virus ne jouent aucun rôle fondamental dans notre santé, et devraient être éradiqués de la terre avec des médicaments et des vaccins, si possible.

Cette croyance est cependant intenable. Avec la découverte du rôle indispensable du microbiome, et de la sous-population de virus qu’il contient – le virome – nous sommes entrés dans une vision entièrement nouvelle, basée sur l’écologie, du corps et de son environnement, qui sont fondamentalement inséparables. Ironiquement, la seule chose que la grippe peut être capable de tuer est la théorie des germes elle-même.

Pour une exploration approfondie de cette question, regardez la conférence ci-dessous sur le virome. Je vous promets que si vous le faites, vous ne pourrez plus maintenir la théorie des germes comme une vérité monolithique. Vous commencerez peut-être même à comprendre comment nous pouvons considérer certains virus comme “nos amis” et pourquoi nous avons peut-être bien plus besoin des virus qu’ils n’ont besoin de nous.

Source : https://www.greenmedinfo.com/blog/why-only-thing-influenza-may-kill-germ-theory
Traduction par https://cv19.fr

En savoir plus : Et si les virus n’étaient pas contagieux ? Théorie du terrain et Covid-19
Rencontrez les 380 billions de virus qui composent votre virome
Les décès dus aux maladies infectieuses avaient diminué de près de 90 % AVANT l’introduction des vaccins…

Et si les virus n’étaient pas contagieux ? Théorie du terrain et Covid-19

Par Jeff Green

Cet article se penche sur le cœur de la virologie, l’ensemble de la virologie repose sur une seule chose : les virus sont des agents infectieux qui provoquent des maladies. Mais sur quelles théories scientifiques repose la virologie et quelles sont ses lacunes ?

Nous verrons que considérer cette pandémie en posant à la base une nouvelle théorie scientifique permet de répondre à beaucoup de questions jusqu’alors sans réponses.

Avant de continuer, il faut garder à l’esprit que la théorie des germes, introduite par Louis Pasteur, a permis une très grande amélioration des conditions de vie grâce aux politiques d’assainissements, de gestion des déchets et d’accès à de l’eau propre qui ont suivi. En considérant que les micro-organismes jouaient un rôle dans les maladies, la médecine à fait un grand bond en avant.
La théorie du terrain joue aussi un rôle aujourd’hui, du simple fait que nous savons que maintenir un bon système immunitaire permet d’éviter de tomber malade.
Alors, Béchamp ou Pasteur ? Les deux avaient peut-être à la fois raison et tort.

Et pour le Covid-19 ? Considérons la crise sanitaire actuelle du point de vue de la théorie du terrain d’Antoine Béchamp.

Tout d’abord, les virus ne sont pas des organismes vivants ou des micro-organismes vivants. Ils n’ont pas de système respiratoire, ni de noyau ou de système digestif. Les virus ne sont pas vivants, mais alors, comment sont-ils contagieux ? Sur quoi est justifiée la crainte que suscite le Coronavirus aujourd’hui ?


L’observation des virus est fondamentalement biaisée

Les virus sont observés dans des environnements de cultures cellulaires/boîte de Petri :

Les cultures cellulaires sont cultivées dans des conditions contrôlées en dehors de leur environnement naturel, dans lesquelles les cellules sont maintenues artificiellement en vie par des fluides toxiques qui nuisent à l’activité cellulaire. Dans un tel environnement stérile, les cellules ne peuvent pas utiliser toute la gamme de leurs méthodes de nettoyage normales comme elles le feraient dans le corps humain.

Ces processus sont :

  • La phagocytose (et tous ses processus)
  • Bactérien
  • Fongique
  • Parasitaire
  • Viral (virus)

Dans le processus de phagocytose, les débris cellulaires et les tissus morts et mourants sont absorbés et rejetés pour être éliminés du corps. Ce sont les bactéries qui effectuent ce processus en grande partie, principalement en tant que charognards. Les champignons et les parasites sont utilisés selon les besoins dans des cas particuliers, et dans ce processus, de petites quantités de virus peuvent être utilisées pour accompagner tous les autres processus. Tous ces processus sont actifs, mais les virus ne sont pas vivants. Dans un tel environnement artificiel où les cellules sont maintenues en vie mais non en bonne santé par des sérums, les cellules vont dégénérer et leurs nettoyeurs viraux vont devenir proéminents. Les virus ne se multiplient pas d’eux-mêmes. Lorsqu’on les ajoute à des boîtes de Petri fertiles qui maintiennent la vie cellulaire, aucune structure protéique virale supplémentaire n’apparaît. Ce n’est que lorsque des cellules sont ajoutées qu’il y a multiplication des structures protéiques virales. Cependant, cela est dû au fait que les boîtes de Petri ne constituent pas un environnement approprié ou sain pour les cellules, et qu’il y a donc des déchets viraux. En effet, les cellules doivent fabriquer des virus pour se nettoyer dans un environnement aussi toxique puisqu’elles n’ont pas accès à l’ensemble de leurs processus de nettoyage comme cela se produirait dans l’organisme. Je vais montrer pourquoi…

Remarque : les virus sont nécessaires pour dissoudre les tissus morts et mourants lorsque les tissus sont si toxiques que les microbes vivants ne peuvent pas se nourrir de ces tissus, déchets et débris cellulaires et les éliminer sans être empoisonnés mortellement.

Quand l’activité virale deviendra-t-elle importante ?

Comme indiqué, des virus peuvent accompagner ces processus en petites quantités. Cependant, les virus ne deviendront importants que lorsque tous ces autres processus auront été largement éliminés :

  • Toxicité environnementale
  • Pollution
  • Intoxication chimique
  • Mauvaise qualité de l’air
  • Une eau de mauvaise qualité
  • Mauvaise qualité des aliments
  • Carences nutritionnelles
  • Mauvaise combinaison ou mauvais choix d’aliments
  • Les traitements médicaux, tels que les antibiotiques et certains médicaments

Lorsqu’un corps présente un degré élevé de toxicité, les bactéries qui se nourrissent de cette matière morte toxique et des tissus sont empoisonnées et meurent. Lorsque le corps se trouve à un tel point de toxicité systémique, où les niveaux de bactéries et tous les microbes vivants dans le corps ont été diminués ou tués pour les raisons mentionnées ci-dessus, le corps fera appel à l’aide de virus pour l’aider à se nettoyer. Lorsque l’organisme ne peut pas utiliser de méthodes plus douces, comme un rhume (généralement bactérien), il utilise l’aide de solvants protéiques non vivants, connus sous le nom de virus. Je vais montrer pourquoi c’est la seule réponse logique.

Les virus aident à consommer et à éliminer des substances en petites particules qui peuvent ensuite être expulsées par les muqueuses, par la peau ou par le tractus intestinal. Les cellules produisent des virus lorsque leurs tissus sont si toxiques que les phagocytes, les parasites, les bactéries et les champignons ne peuvent pas aider à nettoyer, réparer et régénérer leurs tissus et leurs fluides. La science affirme, à tort et sans preuve, que les virus proviennent de l’extérieur du corps, puis “détournent” l’ARN ou l’ADN de la cellule, et se reproduisent en attaquant les cellules sans discrimination. Si cela était vrai, les virus se répliqueraient à l’infini, pour finalement attaquer toutes les cellules saines, mais ce n’est pas le cas. Nous savons que les anticorps, produits par un type de globules blancs, les lymphocytes B, régulent le virus. Il n’existe aucune preuve vidéo de détournement de cellules par des virus, à l’exception de rendus en 3D et d’animations basées sur la théorie.

La véritable création de virus (vue simpliste) :

L’illustration ci-dessus montre comment les virus sont réellement fabriqués. Elle montre les étapes de base simplistes de la création d’un virus. La science prétend à tort que les virus se reproduisent. En réalité, c’est la cellule elle-même qui produit le virus. Remarquez comment les virus sont fabriqués par une cellule saine mais ne la détruisent pas. L’ARN et/ou l’ADN est donné par la cellule hôte pour dissoudre des substances spécifiques dans le corps. Si ce n’était pas le cas, le virus détruirait la cellule qui l’a créé, mais ce n’est pas le cas. Le virus est éjecté, endommageant une partie de la cellule, mais ne la détruisant pas complètement. La cellule est alors capable de se réparer à temps. Les cellules conspirent comme une seule unité pour se nettoyer et nettoyer leur environnement afin que de nouvelles activités cellulaires puissent se développer. De grandes quantités d’activité virale sont présentes lorsque l’organisme est incapable d’utiliser des méthodes de détoxication microbienne vivante plus douces pour se nettoyer en raison de la toxicité systémique des tissus qui empoisonnent les microbes vivants.

Étapes de la création d’un virus :

  • Les protéines virales, qui font partie du génome du corps vivant et qui existent dans chaque cellule et qui déterminent le type de protéines qui seront créées par une cellule, sont mises en action.
  • Les protéines virales existant dans la cellule entrent dans le noyau de la cellule. Les virus sont fabriqués sous leur forme complète dans la cellule et codés par des directives de l’hôte ARN/ADN.
  • Le virus quitte le noyau et est logé dans la cellule jusqu’à ce qu’il quitte la cellule.
  • Le virus est éjecté par la cellule, endommageant une partie de la cellule, mais ne la détruit pas.
  • Les virus changent toutes les 72 heures. La réplication des virus se poursuit et toutes les 72 heures, la première souche est épuisée, et un ensemble de virus entièrement nouveau est alors fabriqué par les cellules pour continuer le travail du précédent jusqu’à ce que le processus soit terminé.

Comment les virus sont fabriqués – Les véritables processus du virus

Les virus n’infectent pas les cellules stables et saines. Ils dissolvent les cellules et les tissus morts et en décomposition, afin que de nouvelles activités cellulaires puissent se développer. Une bonne analogie : Les mouches apparaissent sur les matières mortes mais n’en sont pas la cause. Ce sont des charognards qui décomposent les matières mortes. Ainsi, les virus et les bactéries fonctionnent exactement de la même manière dans le corps. Sans les charognards sur Terre pour nettoyer les déchets, l’air de la Terre deviendrait toxique. Les mêmes processus se déroulent dans le corps à un niveau macro microscopique. La science affirme le contraire de ce que la réalité nous dicte à travers notre propre observation de la nature. Cela est impossible car notre corps est un microcosme de la façon dont la nature fonctionne en dehors de notre corps. Supposer le contraire va à l’encontre de notre nature observable et est insensé.

Comme nous l’avons dit, lorsque les fonctions normales d’entretien du corps ont été largement diminuées et tuées en raison de la toxicité systémique, les cellules ne peuvent plus se maintenir. Les cellules se rassemblent en une unité entière pour se sauver et conspirent pour se nettoyer en fabriquant des constructions protéiques solvables (virus) qui désassemblent et décomposent les cellules mortes et mourantes, les déchets cellulaires, les tissus et les débris étrangers. Les cellules fabriquent des virus sous leur forme cellulaire entière. Dans ce processus, les virus sont fabriqués directement dans la cellule en utilisant une protéine virale préexistante dans la cellule et le génome, et sont incorporés/encodés avec de l’ARN et/ou de l’ADN par la cellule hôte. La cellule éjecte le virus, qui est ensuite régulé par les globules blancs par le biais de ce codage (anticorps), qui supervisent les processus du virus. Cela permet de contrôler et de réguler correctement l’activité virale.

Ces deux fonctions sont réunies en un seul processus, et elles n’agissent pas séparément. Une fois que la cellule éjecte ce virus, elle est partiellement endommagée mais n’est pas détruite. Les virus, qui sont nombreux, consomment et dissolvent les tissus morts, mourants et étrangers, les débris, les cellules malsaines et les déchets cellulaires. Ce processus prend du temps en fonction de la toxicité impliquée. Les effets de leur élimination sont les symptômes ressentis lors d’un rhume ou d’une grippe. Les virus décomposent ces substances en minuscules particules qui peuvent ensuite être expulsées par les muqueuses, la peau et les intestins. Une fois le processus terminé, l’organisme devient plus fort, tant que la personne ne continue pas à intoxiquer son corps davantage. Si elle le fait, des détoxifications aussi extrêmes se produiront toujours.

Faits sur les virus :

  • Les virus ne peuvent pas pénétrer par la peau ou les yeux. Ces vecteurs ne fonctionnent pas car les muqueuses et le système immunitaire rejettent de petites quantités de protéines étrangères telles que les virus.
  • Les virus “n’existent” pas en dehors des boîtes de Petri ou d’un corps vivant.
  • Les virus ne peuvent pas fonctionner sans une cellule hôte qui les fabrique et les code, et les virus ne peuvent pas se répliquer sans une cellule hôte.
  • Les virus n'”infectent” pas les cellules et ne les “envahissent” pas. Ils ne sont pas vivants pour le faire en premier lieu. Les virus ne dissolvent presque jamais les tissus vivants, sauf dans des circonstances spécifiques telles que la polio et les maladies dégénératives du système nerveux où la toxicité des métaux est présente.
  • La fonction première des virus est de dissoudre les matières mortes.
  • Les cellules produisent différentes souches virales en fonction de l’état du tissu concerné.
  • Il existe 320 000 souches virales inhérentes au corps humain, et chaque cellule contient la composition de protéines virales permettant de fabriquer chaque souche lorsque l’organisme le demande.
  • Les virus sont codés avec de l’ARN/ADN pour décomposer des tissus et des déchets morts et mourants spécifiques. Les virus sont des structures protéiques très spécifiques.
  • La toux, les éternuements et les crachats ne sont pas des vecteurs de transmission des virus. La salive et les muqueuses décomposent toutes ces particules. La peau n’est pas non plus un vecteur car les virus ne peuvent pas traverser les couches de peau morte.
  • La seule façon d’attraper un virus en dehors des moyens naturels est par injection directe (vaccin) ou par transfusion sanguine d’un patient porteur d’un virus. Cependant, dans ce cas, le corps ne l’analyse que comme un tissu étranger qui doit être éliminé. Comme le virus ne provient pas de l’organisme de l’hôte, celui-ci ne connaît pas le moment et le lieu où le virus sera actif et n’a pas la clé pour le décoder (ARN ou ADN codé par la cellule). Il est donc analysé comme une substance étrangère qui doit être éliminée. Des solvants protéiques (virus) sont fabriqués à des concentrations variables pour éliminer ce déchet si les microbes vivants ne peuvent pas l’éliminer.
  • Les virus sont le résultat d’une toxicité interne causée par l’environnement. Les virus sont cycliques chez les animaux. Les virus se nourrissent des déchets présents dans le sang et les tissus. Tout au long de l’année, en fonction des saisons et des changements de climat/température, le corps rejette des quantités massives de toxines dans le sang pour les éliminer. Certaines de ces toxines sont si toxiques par nature, comme le mercure, le formaldéhyde et d’autres sous-produits chimiques, que les microbes vivants ne peuvent pas s’en nourrir et les éliminer sans mourir. Les protéines non vivantes sont alors fabriquées par chaque cellule à l’endroit correspondant du corps où ce nettoyage est nécessaire. Ces substances toxiques sont désassemblées et décomposées par les virus afin que le corps puisse les éliminer, rétablissant ainsi l’homéostasie.
  • La seule façon dont les virus peuvent être utilisés comme armes biologiques est par injection, un point c’est tout. Il est possible que de telles souches virales artificielles soient incluses dans les vaccins ordinaires existants, et cette possibilité ne doit pas être écartée, mais comme indiqué précédemment, les souches virales provenant de l’extérieur du corps ne sont pas reconnues. Cependant, les substances artificielles injectées peuvent être conçues pour provoquer des réactions extrêmes chez l’homme par le biais de divers niveaux de stérilisation des tissus et d’adjuvants.
  • Les virus ne peuvent pas traverser les espèces, c’est-à-dire passer de l’animal à l’homme. Il est impossible pour l’homme de développer une grippe animale A. Parce que les virus ne sont pas contagieux, et, B. Parce que l’ARN/ADN animal n’est pas compatible avec l’ARN/ADN humain. La seule façon d’observer les tissus animaux dans le sang est d’injecter des tissus animaux, qui se frayent un chemin jusqu’au sang, en contournant le tube digestif. Ce n’est qu’alors que les tissus de porc, d’oiseau ou tout autre tissu animal de ce type apparaissent dans le corps. Lorsque la viande animale est consommée par un être humain, elle est transformée en tissu humain. Les cellules humaines ne peuvent pas produire de cellules animales ou de virus. Si nous développons des virus, ce sont des virus humains. Même si les virus animaux ont “détourné” des cellules humaines, les cellules humaines ne peuvent pas produire de virus animaux.

Je montrerai ici les différences importantes entre ce qui est maintenant largement adopté dans la science traditionnelle, connu sous le nom de “théorie des germes”, et la “théorie du terrain” d’Antoine Béchamp :

Tableau de Monsieur Seun Ayoade. Les différences entre la théorie des germes et la théorie du terrain, JOJ Nurse Health Care. 2017 ; 4(2) : 555631.

Le coronavirus est un virus respiratoire fabriqué par les cellules des poumons et des voies respiratoires pour se débarrasser de la toxicité systémique.

Ce type de virus du rhume se produit et fonctionne de la manière suivante :

Les coronavirus (SARS-CoV, MERS-CoV, 2019-nCoV, etc.) sont associés au syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) avec des symptômes de légers à pseudo-grippaux. Le SRAS est causé par une toxicité environnementale d’origine humaine.

Les substances chimiquement toxiques de l’air sont inhalées dans les poumons et le système respiratoire>Les particules toxiques atterrissent à la surface des poumons et dans les sacs remplis de liquide dans les poumons (alvéoles) où elles ne peuvent pas être délogées ou dissoutes par des microbes vivants en raison de leur toxicité et de leur nature>Des structures de protéines solvantes non vivantes spécifiques (virus) sont ensuite fabriquées par les cellules du système respiratoire pour désassembler et décomposer ces substances dans les poumons>Des symptômes légers de type grippal en résultent généralement, notamment la toux et la fièvre, qui déclenchent le processus de nettoyage et de guérison. La toux apporte du sang et des nutriments au système respiratoire. Les symptômes associés à leur élimination sont ceux qui se produisent pendant le SRAS. Ces substances toxiques en suspension dans l’air sont causées par la combustion des plastiques, le formaldéhyde et l’air vicié des usines, ce qui englobe un large éventail de sous-produits très toxiques. Les personnes âgées dont le système immunitaire est déjà affaibli sont sujettes à des désintoxications plus avancées des virus respiratoires et seront responsables de la plupart des décès. Cette maladie peut se compter par millions en raison de la densité des populations, comme en Chine, qui respirent quotidiennement cet air. Cela ne signifie pas qu’elle est contagieuse – elle ne l’est pas.

Les 4 grandes étapes de la création d’un coronavirus :

  • Les substances chimiquement toxiques de l’air sont inhalées dans les poumons et le système respiratoire.
  • Les particules toxiques atterrissent à la surface des poumons et des sacs remplis de liquide dans les poumons (alvéoles) où elles ne peuvent être délogées ou dissoutes par des microbes vivants en raison de leur toxicité et de leur nature.
  • Des structures spécifiques de solvants protéiques non vivants (virus) sont ensuite fabriquées par les cellules du système respiratoire pour désassembler et décomposer ces substances dans les poumons.
  • Il en résulte généralement de légers symptômes de type grippal, dont la toux et la fièvre, qui déclenchent le processus de nettoyage et de guérison.

Les images suivantes montrent l’évolution des niveaux de pollution au cours du dernier mois, qui coïncide avec une baisse du taux de cas de virus :

Les images satellite montrent une baisse drastique de la pollution au cours du dernier mois à Wuhan. Vous pouvez facilement voir à quel point la pollution a été importante à Wuhan et dans le reste de la Chine.

Pourquoi les virus se développent dans le corps (résumé) :

Comme indiqué précédemment, les processus de phagocytose, fongique, parasitaire et bactérien, qui sont tous des microbes vivants, sont responsables de la consommation et de l’élimination des cellules mortes, des déchets cellulaires et des débris étrangers. Mais lorsque les tissus sont si toxiques que ces microbes vivants ne peuvent pas se nourrir de ces substances et les éliminer sans être empoisonnés à mort, les cellules conspirent pour se nettoyer en fabriquant des solvants non vivants spécifiques, appelés virus, qui décomposent et désassemblent ces substances en particules à expulser par la peau, le mucus et les intestins. Les virus quittent la cellule, n’endommageant qu’une partie de la cellule, mais ne la détruisant pas. Une fois sortis de la cellule, ils sont régulés par des anticorps de globules blancs pour dissoudre des tissus et des débris spécifiques nécessaires au rétablissement d’une homéostasie relative. Les virus ne détruisent pas la cellule dans laquelle ils sont répliqués, mais la science affirme qu’ils infectent d’autres cellules et détruisent d’autres cellules de manière indescriptible, ce qui n’a aucune preuve et n’a aucun sens logique. Une telle théorie est évidemment fausse, car les virus attaqueraient alors chaque cellule vivante sans cause, tuant le corps à chaque fois, mais cela n’arrive pas. Les virus ne dissolvent les déchets morts et mourants que dans presque toutes les circonstances.

Le seul cas où un virus semblerait s’attaquer à des tissus vivants est celui où des métaux sont incorporés dans les tissus, comme dans les cas de polio, où les virus doivent pénétrer dans la colonne vertébrale et nettoyer les tissus. Comme les métaux sont difficiles à éliminer de l’organisme, il est naturel que les virus décomposent les tissus vivants pour éliminer ces métaux, ce qui donne l’illusion que le virus agit d’une manière ou d’une autre contre l’organisme. En réalité, le virus tente de guérir la toxicité systémique de l’organisme et de la renverser. Les métaux s’accumulent dans l’organisme à partir de nombreuses sources diverses, dont les adjuvants de vaccins.

Les virus ne sont rien d’autre que des protéines qui nettoient. Le corps est miraculeux et trouve des moyens de guérir quelles que soient les circonstances. Il a des moyens de court-circuiter et de raccourcir les chemins en cas de problème.

Conclusion :

Alors selon vous, qui avait raison, ou le moins tort, Béchamp ou Pasteur ?
D’où viennent les virus, pourquoi a-t-on des épidémies de grippes chaque hiver, pourquoi certains tombent malade et d’autres non, pourquoi certains tombent plus malades que d’autres, pourquoi environ 8% de notre ADN est lié aux processus viraux, pourquoi le masque ne marche pas, pourquoi les antiparasitaires et antipaludéens marchent le mieux contre le covid-19, pourquoi y a-t-il des asymptomatiques, pourquoi des virus et bactéries soignent et d’autres non ?

Quelle théorie est la plus à même de répondre à ces questions ?

Références :

  • The Poisoned Needle : Suppressed Facts About Vaccination, 1956, par Eleanor McBean M.D., N.D. (montre les nombreux dangers des vaccinations, les statistiques manipulées au cours de l’histoire, la façon dont la polio est apparue, et la nature du virus et de la maladie).
  • Béchamp ou Pasteur ? A Lost Chapter in the History of Biology par E. Douglas Hume, 1923
  • Le Sang Et Son Troisième Élément Anatomique d’Antoine Béchamp, 1912
  • Immunization : The Reality Behind the Myth, par Walene James, 1942 (traite de la “théorie du terrain” de Béchamp sur les bactéries et les virus).
  • The Dream & Lie of Louis Pasteur, R.B. Pearson, 1942 (publié pour la première fois en 1942 sous le titre “Pasteur Plagiarist Imposter – the Germ Theory Exploded”. Montre que Louis Pasteur a plagié et déformé le travail du professeur Antoine Béchamp. L’auteur avance le point de vue que les bactéries dans le corps sont un résultat et non une cause de maladie, que les vaccins sont nocifs ou, au mieux, inefficaces, et que Pasteur n’a pas réalisé les conséquences des vaccins qu’il a créés avec ses disciples).

Sources :
http://www.virusesarenotcontagious.com/
Vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=MtWYQS3LFlE
Transcription de la vidéo en anglais
Sous-titres et traduction par https://cv19.fr

Voir aussi :
Pourquoi tout ce que vous avez appris sur les virus est faux
La Guerre de Béchamp vs Pasteur : Le Mystère des Microzymas

Que savons-nous vraiment des virus ?

Avez-vous entendu parler de la théorie émergente sur la nature des virus : les exosomes ? Êtes-vous absolument certain que le COVID-19 est contagieux ? Quel est votre niveau de confiance dans les résultats du test ?

La plupart des études de cas proviennent de cet article de David Crowe (décédé le 12 juillet 2020), dont toutes les citations se trouvent à la fin : https://theinfectiousmyth.com/book/CoronavirusPanic.pdf

Miroir : BayFiles Videopress Odysee

Vidéo originale : https://www.youtube.com/watch?v=V1Im7jsW9_Y Traduction https://cv19.fr

Note : une voix française permettrait de toucher plus de monde, si un lecteur veut participer et à un bon micro vous pouvez lire les sous-titres et donner l’audio dans les commentaires ou par mail et ce sera ajouté sur la vidéo.
Petit conseil, écouter l’audio avec un casque tout en parlant dans le micro pour une synchronisation optimale.
Merci d’avance !

Un vaccin expérimental de l’armée en 1918 a-t-il tué 50 à 100 millions de personnes ?

Soldats de Fort Riley, Kansas, malades de la grippe espagnole dans un service hospitalier du Camp Funston. Source de l’image.

Un vaccin expérimental de l’armée en 1918 a-t-il tué 50 à 100 millions de personnes ?

Les expériences de mise au point d’un vaccin contre les bactéries de 1918-1919 pourraient avoir tué 50 à 100 millions de personnes.

Par Kevin Barry, President
First Freedoms, Inc.

La “grippe espagnole” a tué environ 50 à 100 millions de personnes lors d’une pandémie en 1918-19. Et si l’histoire qu’on nous a racontée sur cette pandémie n’était pas vraie ?

Et si, au contraire, l’infection mortelle n’était ni la grippe ni d’origine espagnole ?

Des documents récemment analysés révèlent que la “grippe espagnole” pourrait être une expérience militaire de vaccin qui a mal tourné.

En revenant sur le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, nous devons approfondir la question pour résoudre ce mystère.

Résumé

  • Pendant la Première Guerre mondiale, plus de soldats sont morts de maladies que de balles.
  • On estime que 95 % (ou plus) des décès ont été causés par une pneumonie bactérienne.
  • La pandémie n’était pas d’origine espagnole. Les premiers cas de pneumonie bactérienne en 1918 remontent à une base militaire de Fort Riley, dans le Kansas.
  • Du 21 janvier au 4 juin 1918, un vaccin expérimental contre la méningite bactérienne cultivé sur des chevaux par l’Institut Rockefeller pour la recherche médicale de New York a été injecté aux soldats de Fort Riley.
  • Pendant le reste de l’année 1918, alors que ces soldats – vivant et voyageant souvent dans de mauvaises conditions sanitaires – étaient envoyés en Europe pour combattre, ils ont répandu la maladie à chaque arrêt entre le Kansas et les tranchées de la ligne de front en France.
  • Une étude décrit les soldats “souffrant d’infections actives (qui) mettaient en aérosol les agents pathogènes qui colonisaient leur nez et leur gorge, tandis que d’autres – souvent, dans les mêmes “espaces de respiration” – étaient profondément susceptibles d’être infectés et de se propager rapidement dans leurs poumons par leurs propres bactéries colonisatrices ou celles des autres”. (1)
  • La “grippe espagnole” s’est attaquée à des personnes en bonne santé dans la fleur de l’âge.
  • Lorsque la première guerre mondiale a pris fin le 11 novembre 1918, les soldats sont retournés dans leurs pays d’origine et dans les avant-postes coloniaux, propageant la maladie mortelle dans le monde entier.
  • Pendant la Première Guerre mondiale, l’Institut Rockefeller a également envoyé le sérum antiméningococcique en Angleterre, en France, en Belgique, en Italie et dans d’autres pays, contribuant ainsi à la propagation de l’épidémie dans le monde entier.

Pendant la pandémie de 1918-19, la grippe dite “espagnole” a tué 50 à 100 millions de personnes, dont de nombreux soldats.

Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que la maladie a tué beaucoup plus de soldats de tous bords que les mitrailleuses ou le gaz moutarde ou tout ce qui est typiquement associé à la Première Guerre mondiale.

En 1918, “grippe” ou “influenza” était un terme fourre-tout pour désigner une maladie d’origine inconnue. Il n’avait pas la signification spécifique qu’il a aujourd’hui.

Il signifiait une maladie mystérieuse qui tombait du ciel. En fait, le terme “grippe” vient du latin médiéval et est “influent” dans un sens astrologique, c’est-à-dire une visite sous l’influence des étoiles.

POURQUOI CE QU’ IL S’EST PASSÉ IL Y A 100 ANS A ENCORE DE L’IMPORTANCE AUJOURD’HUI ?

Entre 1900 et 1920, d’énormes efforts ont été déployés dans le monde industrialisé pour construire un monde meilleur. Je prendrai l’exemple de New York pour évoquer trois changements majeurs dans la société qui se sont produits à New York pendant cette période et leur impact sur la mortalité due aux maladies infectieuses.

  1. Eau propre et assainissement

De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, New York a construit un système extraordinaire pour amener de l’eau propre à la ville depuis les Catskills, un système encore utilisé aujourd’hui. La ville de New York a également construit plus de 6000 miles d’égouts pour évacuer et traiter les déchets, ce qui protège l’eau potable. L’Organisation mondiale de la santé reconnaît l’importance de l’eau propre et de l’assainissement dans la lutte contre les maladies infectieuses. (2)

  1. Électricité

De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, New York a construit un réseau électrique et câblé la ville pour que l’électricité soit disponible dans chaque foyer. L’électricité permet la réfrigération. La réfrigération est un héros méconnu en tant que bienfait pour la santé publique. Lorsque les aliments sont réfrigérés de la ferme à la table, le public est protégé contre les maladies infectieuses potentielles. L’énergie renouvelable bon marché est importante pour de nombreuses raisons, notamment pour lutter contre les maladies infectieuses.

  1. Produits pharmaceutiques

De la fin du XIXe siècle au début du XXe siècle, New York est devenue le siège de l’Institut Rockefeller pour la recherche médicale (aujourd’hui l’Université Rockefeller). L’Institut est le lieu où l’industrie pharmaceutique moderne est née. L’Institut a été le pionnier de nombreuses approches que l’industrie pharmaceutique utilise aujourd’hui, y compris la préparation de sérums de vaccins, pour le meilleur ou pour le pire. Le vaccin utilisé dans l’expérience de Fort Riley sur les soldats a été fabriqué à partir de chevaux.

Les données sur les taux de mortalité aux États-Unis du début du XXe siècle à 1965 indiquent clairement que l’eau propre, les toilettes à chasse d’eau, les systèmes d’égouts efficaces et les aliments réfrigérés se sont tous combinés pour réduire efficacement la mortalité due aux maladies infectieuses AVANT que les vaccins contre ces maladies ne soient disponibles.

Les médecins et les fabricants de produits pharmaceutiques se sont-ils vantés d’avoir réduit la mortalité due aux maladies infectieuses qui touchent légitimement les sandhogs, les plombiers, les électriciens et les ingénieurs ?

Si l’orgueil de l’Institut Rockefeller en 1918 a conduit à une maladie pandémique qui a tué des millions de personnes, quelles leçons pouvons-nous en tirer et les appliquer à 2018 ?

LA MALADIE N’ÉTAIT PAS ESPAGNOLE

En regardant un épisode de American Experience sur PBS il y a quelques mois, j’ai été surpris d’apprendre que les premiers cas de “grippe espagnole” se sont produits à Fort Riley, au Kansas, en 1918. Je me suis demandé comment il était possible que cet événement d’importance historique ait été si mal nommé il y a 100 ans et n’ait jamais été corrigé.

Pourquoi “espagnol” ?

L’Espagne était l’un des rares pays à ne pas avoir participé à la Première Guerre mondiale. La plupart des pays impliqués dans la guerre ont censuré leur presse.

Libérés des préoccupations liées à la censure, les premiers rapports de presse faisant état de décès de personnes malades en grand nombre provenaient d’Espagne. Les pays en guerre ne voulaient pas effrayer davantage les troupes, ils se sont donc contentés de faire de l’Espagne un bouc émissaire. Les soldats de tous les camps devaient traverser le no man’s land sous les tirs des mitrailleuses, ce qui était déjà assez effrayant sans savoir que les tranchées étaient un terrain propice aux maladies.

Cent ans plus tard, il est grand temps de laisser tomber le mot “espagnol” de toute discussion sur cette pandémie. Si la grippe a débuté sur une base militaire américaine au Kansas, alors la maladie pourrait et devrait être nommée de façon plus appropriée.

Afin de prévenir de futures catastrophes, les États-Unis (et le reste du monde) doivent examiner attentivement ce qui a réellement causé la pandémie.

Il est possible que l’une des raisons pour lesquelles la grippe espagnole n’a jamais été corrigée soit qu’elle contribue à dissimuler l’origine de la pandémie.

Si l’origine de la pandémie est liée à une expérience de vaccination sur des soldats américains, les États-Unis préféreront peut-être l’appeler “grippe espagnole” plutôt que “grippe” de Fort Riley” de 1918. La grippe espagnole a débuté à l’endroit où ce vaccin bactérien expérimental a été administré, ce qui en fait le principal suspect en tant que source des infections bactériennes qui ont tué tant de personnes.

Il serait beaucoup plus difficile de maintenir le mantra marketing “les vaccins sauvent des vies” si une expérience de vaccin provenant des États-Unis pendant les années de fabrication primitive avait causé la mort de 50 à 100 millions de personnes.

“Les vaccins sauvent des vies … sauf que nous avons peut-être tué 50 à 100 millions de personnes en 1918-19” est un slogan de vente bien moins efficace que le trop simpliste “les vaccins sauvent des vies”.

DES PNEUMONIES BACTÉRIENNES EXTRÊMEMENT LÉTHALES

Au milieu des années 2000, on a beaucoup parlé de “préparation à la pandémie”. Les fabricants de vaccins contre la grippe aux États-Unis ont reçu des milliards de dollars des contribuables pour développer des vaccins afin de s’assurer que nous n’aurons pas une autre “grippe” pandémique mortelle, comme celle de 1918-19.

En capitalisant sur la partie “grippe” de la grippe espagnole, les fabricants de vaccins ont pu obtenir des milliards de dollars de chèques des gouvernements, même si les scientifiques savaient à l’époque que la pneumonie bactérienne était la véritable cause de décès.

Selon un document de l’Institut national de la santé de 2008, la pneumonie bactérienne a été la cause de 92,7 % au moins des autopsies de 1918-1919 examinées. Il est probable qu’elle soit supérieure à 92,7 %.

Les chercheurs ont examiné plus de 9000 autopsies, et “il n’y avait pas de résultats négatifs (bactériens) de cultures pulmonaires”.

“… Dans les 68 séries d’autopsies de meilleure qualité, dans lesquelles la possibilité de cultures négatives non déclarées a pu être exclue, 92,7% des cultures pulmonaires d’autopsie étaient positives pour la bactérie ≥1. … dans une étude portant sur environ 9000 sujets qui ont été suivis depuis la présentation clinique de la grippe jusqu’à la résolution ou l’autopsie, les chercheurs ont obtenu, avec une technique stérile, des cultures de pneumocoques ou de streptocoques à partir de 164 des 167 échantillons de tissus pulmonaires.

Il y avait 89 cultures pures de pneumocoques ; 19 cultures dans lesquelles seuls des streptocoques ont été récupérés ; 34 qui ont donné des mélanges de pneumocoques et/ou de streptocoques ; 22 qui ont donné un mélange de pneumocoques, de streptocoques et d’autres organismes (principalement des pneumocoques et des streptocoques non hémolytiques) ; et 3 qui ont donné des streptocoques non hémolytiques seuls. Il n’y a pas eu de résultats négatifs des cultures pulmonaires”. (3)

Des pneumocoques ou des streptocoques ont été trouvés dans “164 des 167 échantillons de tissus pulmonaires” autopsiés. Cela représente 98,2%. La bactérie était la tueuse.

D’OÙ VIENT LA GRIPPE ESPAGNOLE DE 1918-19 ?

Lorsque les États-Unis ont déclaré la guerre en avril 1917, l’industrie pharmaceutique naissante disposait de quelque chose qu’elle n’avait jamais eu auparavant : un grand nombre de sujets humains servant de cobayes dans le cadre du projet de l’armée américaine.

Pendant les années de guerre 1918-19, l’armée américaine est passée à 6 000 000 d’hommes, dont 2 000 000 ont été envoyés outre-mer. L’Institut Rockefeller pour la recherche médicale a profité de ce nouveau réservoir de cobayes humains pour mener des expériences sur les vaccins.

UN RAPPORT SUR LA VACCINATION CONTRE LA MÉNINGITE ET DES OBSERVATIONS SUR LES AGGLUTININES DANS LE SANG DES PORTEURS CHRONIQUES DE MÉNINGOCOQUES
par Frederick L. Gates
De l’hôpital de base, Fort Riley, Kansas, et de l’Institut Rockefeller pour la recherche médicale, New York.
Reçu le 20 juillet 1918

(Note de l’auteur : Veuillez lire le document de Fort Riley dans son intégralité afin de pouvoir constater l’imprudence des expériences menées sur ces troupes.)

Entre le 21 janvier et le 4 juin 1918, le Dr Gates rend compte d’une expérience au cours de laquelle des soldats ont reçu trois doses d’un vaccin contre la méningite bactérienne. Les personnes qui ont mené l’expérience sur les soldats n’ont fait que distribuer des doses d’un sérum de vaccin fabriqué à partir de chevaux.

Le régime de vaccination était conçu pour être de 3 doses. 4 792 hommes ont reçu la première dose, mais seulement 4 257 ont reçu la deuxième (soit une baisse de 11 %), et seulement 3702 ont reçu les trois doses (soit une baisse de 22,7 %).

Au total, 1 090 hommes n’ont pas reçu la troisième dose. Qu’est-il arrivé à ces soldats ? Ont-ils été envoyés à l’Est par train depuis le Kansas pour embarquer sur un bateau à destination de l’Europe ? Étaient-ils à l’hôpital de Fort Riley ? Le rapport du Dr. Gates ne nous le dit pas.

Un article accompagnant l’émission “American Experience” que j’ai regardée nous éclaire sur l’endroit où pourraient se trouver ces 1 090 hommes. Gates a commencé ses expériences en janvier 1918.

En mars de cette année-là, “100 hommes par jour” entraient à l’infirmerie de Fort Riley.

Certains de ces hommes sont-ils ceux qui manquent dans le rapport du Dr Gates – ceux qui n’ont pas reçu la 2ème ou 3ème dose ?

“… Peu avant le petit déjeuner du lundi 11 mars, le premier domino tombait, signalant le début de la première vague de la grippe de 1918.

Le cuisinier de la compagnie, Albert Gitchell, s’est présenté à l’infirmerie du camp en se plaignant d’un “mauvais rhume”.

Juste derrière lui, le caporal Lee W. Drake a formulé des plaintes similaires.

À midi, le chirurgien du camp Edward R. Schreiner avait plus de 100 hommes malades sur les bras, tous apparemment atteints de la même maladie…” (5)

M. Gates signale que plusieurs des hommes participant à l’expérience ont présenté des symptômes de type grippal : toux, vomissements et diarrhée après avoir reçu le vaccin.

Ces symptômes sont une catastrophe pour les hommes qui vivent dans des casernes, voyagent en train jusqu’à la côte atlantique, naviguent vers l’Europe, vivent et se battent dans des tranchées.

Les conditions d’insalubrité à chaque étape du voyage constituent un environnement idéal pour la propagation d’une maladie contagieuse.

Extrait du rapport du Dr Gates :

“Réactions.- … Plusieurs cas de relâchement des intestins ou de diarrhée passagère ont été constatés. Ce symptôme n’avait jamais été rencontré auparavant. Une enquête minutieuse dans des cas individuels a souvent permis de découvrir que les hommes qui se plaignaient des effets de la vaccination souffraient d’un coryza léger, d’une bronchite, etc. au moment de l’injection”.

“Parfois, la réaction était déclenchée par un frisson ou une sensation de froid, et un certain nombre d’hommes se sont plaints de fièvre ou de sensations fébriles au cours de la nuit suivante.

Viennent ensuite les nausées (parfois des vomissements), les vertiges et les “douleurs” générales dans les articulations et les muscles, qui, dans quelques cas, sont particulièrement localisées dans la nuque ou la région lombaire, provoquant une raideur de la nuque ou du dos. Quelques injections ont été suivies de diarrhée.

Les réactions ont donc parfois simulé l’apparition d’une méningite épidémique et plusieurs hommes vaccinés ont été envoyés comme suspects à l’hôpital de base pour y être diagnostiqués”(4).

Selon Gates, ils ont injecté des doses aléatoires d’un vaccin expérimental contre la méningite bactérienne à des soldats. Par la suite, certains des soldats ont présenté des symptômes qui “simulaient” la méningite, mais le Dr Gates avance l’affirmation fantasque qu’il ne s’agissait pas d’une véritable méningite.

Les soldats ont développé des symptômes semblables à ceux de la grippe. La méningite bactérienne, à l’époque comme aujourd’hui, est connue pour imiter les symptômes de la grippe. (6)

Peut-être la similitude des premiers symptômes de la méningite bactérienne et de la pneumonie bactérienne avec les symptômes de la grippe est-elle la raison pour laquelle les expériences de vaccination à Fort Riley ont pu échapper à tout examen en tant que cause potentielle de la grippe espagnole depuis 100 ans et plus.

COMMENT LA “GRIPPE ESPAGNOLE” S’EST-ELLE RÉPANDUE AUSSI RAPIDEMENT ?

La Première Guerre mondiale s’est terminée dix mois seulement après les premières injections. Malheureusement pour les 50 à 100 millions de personnes qui sont mortes, les soldats à qui l’on a injecté des bactéries infectées par des chevaux ont agi rapidement pendant ces dix mois.

Un article de 2008 sur le site du CDC décrit comment des soldats malades de la Première Guerre mondiale ont pu transmettre l’infection à d’autres en devenant des “aérosolisateurs”.

“Enfin, pendant de brèves périodes et à des degrés divers, les hôtes affectés sont devenus des “aérosolisateurs” qui ont accru l’aérosolisation des souches de bactéries colonisatrices, en particulier les pneumocoques, les streptocoques hémolytiques, H. influenzae et S. aureus.

Pendant plusieurs jours au cours des épidémies locales, en particulier dans les lieux très fréquentés comme les hôpitaux, les camps militaires, les navires de transport de troupes et les mines (et les tranchées), certaines personnes ont été immunologiquement sensibles, infectées ou se remettant d’une infection par le virus de la grippe.

Les personnes souffrant d’infections actives pulvérisaient les bactéries qui colonisaient leur nez et leur gorge, tandis que d’autres – souvent dans les mêmes “espaces de respiration” – étaient profondément susceptibles d’être envahis et de se propager rapidement dans leurs poumons par leurs propres bactéries colonisatrices ou celles d’autres personnes”. (1)

A trois reprises dans son rapport sur l’expérience de vaccination de Fort Riley, le Dr Gates déclare que certains soldats ont eu une “réaction sévère” indiquant “une sensibilité individuelle inhabituelle au vaccin”.

Bien que le vaccin ait rendu beaucoup de gens malades, il n’a tué que ceux qui y étaient sensibles. Ceux qui sont tombés malades et ont survécu sont devenus des “aérosolisateurs” qui ont propagé la bactérie à d’autres, ce qui a créé davantage d’adultes du nuage, se propageant à d’autres où il a tué les personnes sensibles, répétant le cycle jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de conditions insalubres en temps de guerre, et qu’il n’y ait plus de millions de soldats sur lesquels faire des expériences.

Le bilan pour les troupes américaines a été énorme et il est bien documenté. Le Dr Carol Byerly décrit comment la “grippe” s’est propagée comme une traînée de poudre dans l’armée américaine.

“… Quatorze des plus grands camps d’entraînement avaient signalé des épidémies de grippe en mars, avril ou mai, et certaines des troupes infectées ont transporté le virus avec elles à bord de navires à destination de la France …

Lorsque les soldats des tranchées tombaient malades, les militaires les évacuaient des lignes de front et les remplaçaient par des hommes en bonne santé.

Ce processus a continuellement mis le virus en contact avec de nouveaux hôtes – de jeunes soldats en bonne santé chez lesquels il pouvait s’adapter, se reproduire et devenir extrêmement virulent sans risque d’épuisement.

… Avant qu’une interdiction de voyager ne puisse être imposée, un contingent de troupes de remplacement a quitté le Camp Devens (près de Boston) pour le Camp Upton, à Long Island, le point de débarquement de l’armée pour la France, et a emporté la grippe avec lui.

Les médecins d’Upton ont déclaré qu’elle était arrivée “brusquement” le 13 septembre 1918, avec 38 admissions à l’hôpital, suivies de 86 le lendemain, et de 193 le jour suivant.

Les admissions à l’hôpital ont atteint un sommet le 4 octobre avec 483, et en 40 jours, le camp d’Upton a envoyé 6 131 hommes à l’hôpital pour la grippe. Certains ont développé une pneumonie si rapidement que les médecins l’ont diagnostiquée simplement en observant le patient plutôt qu’en écoutant ses poumons…” (7)

Les États-Unis n’étaient pas le seul pays à posséder le vaccin bactérien expérimental de l’Institut Rockefeller.

Un rapport de l’Institut datant de 1919 indique que “Il convient de mentionner qu’avant que les États-Unis n’entrent en guerre (en avril 1917), l’Institut avait repris la préparation de sérum antiméningococcique, afin de répondre aux demandes de l’Angleterre, de la France, de la Belgique, de l’Italie et d’autres pays”.

Le même rapport indique : “Afin de répondre à la demande soudainement accrue de sérums curatifs élaborés à l’Institut, une écurie spéciale pour les chevaux a été rapidement construite…” (8)

Un sérum antiméningocique expérimental fabriqué à partir de chevaux et injecté à des soldats qui allaient entrer dans les conditions de vie exiguës et insalubres de la guerre… que pourrait-il bien se passer ?

Le sérum bactérien fabriqué à l’Institut Rockefeller, injecté aux soldats américains et distribué dans de nombreux autres pays, est-il responsable des 50 à 100 millions de personnes tuées par des infections pulmonaires bactériennes en 1918-19 ?

L’Institut affirme avoir distribué le sérum bactérien en Angleterre, en France, en Belgique, en Italie et dans d’autres pays pendant la Première Guerre mondiale. On n’en sait pas assez sur la façon dont ces pays ont expérimenté sur leurs soldats.

J’espère que des chercheurs indépendants jetteront un regard honnête sur ces questions.

L’ENFER EST PAVÉ DE BONNES INTENTIONS

Je ne crois pas que quiconque ait participé à ces expériences de vaccins ait tenté de nuire à qui que ce soit.

Certains verront le nom Rockefeller et crieront. “Illuminati !” ou ” Massacre du bétail !”

Je ne crois pas que c’est ce qui s’est passé.

Je crois que l’orgueil médical standard est responsable – les médecins “jouent à Dieu”, pensant qu’ils peuvent apprivoiser la nature sans créer de problèmes imprévus.

Avec l’orgueil médical, je ne pense pas que la situation ait changé de manière significative au cours des 100 dernières années.

ET MAINTENANT ?

L’industrie des vaccins est toujours à la recherche de cobayes humains. Elle a le plus de succès lorsqu’elle parvient à trouver des populations qui ne sont pas en mesure de refuser.

Les soldats (9), les nourrissons, les handicapés, les prisonniers, les habitants des pays en voie de développement – tous ceux qui ne sont pas en mesure de refuser.

L’expérimentation de vaccins sur les populations vulnérables n’est pas un problème du passé. Regardez ce clip vidéo du Dr Stanley Plotkin où il décrit l’utilisation de vaccins expérimentaux sur les orphelins, les retardés mentaux, les prisonniers et les personnes sous domination coloniale.

La déposition a eu lieu en janvier 2018. L’orgueil de la communauté médicale est le même, voire pire, qu’il y a 100 ans.

Voyez ce que le Dr Plotkin reconnaît avoir écrit :

“La question est de savoir si nous devons faire des expériences sur des adultes pleinement fonctionnels et sur des enfants qui sont des contributeurs potentiels à la société ou si nous devons faire des études initiales sur des enfants et des adultes qui sont humains dans leur forme mais pas dans leur potentiel social”.

https://youtu.be/yevV_slu7Dw

En partie parce que la communauté mondiale est bien consciente de l’orgueil médical et du piètre bilan de l’éthique médicale, la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme a élaboré des normes internationales concernant le droit au consentement éclairé pour les procédures médicales préventives comme la vaccination.

La communauté internationale est bien consciente que l’industrie pharmaceutique commet des erreurs et est toujours à l’affût de sujets humains à tester. La Déclaration stipule que les individus ont le droit de consentir à toute intervention médicale préventive telle que la vaccination.

Article 3 – Dignité humaine et droits de l’homme

  1. La dignité humaine, les droits de l’homme et les libertés fondamentales doivent être pleinement respectés.
  2. Les intérêts et le bien-être de l’individu doivent avoir priorité sur le seul intérêt de la science ou de la société.

Article 6 – Consentement

  1. Toute intervention médicale préventive, diagnostique et thérapeutique ne doit être effectuée qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, fondé sur des informations adéquates.

Le consentement doit, le cas échéant, être exprès et peut être retiré par la personne concernée à tout moment et pour toute raison sans désavantage ni préjudice. (11)

L’eau propre, l’assainissement, les toilettes à chasse d’eau, les aliments réfrigérés et les régimes alimentaires sains ont fait et font encore beaucoup plus pour protéger l’humanité des maladies infectieuses que n’importe quel programme de vaccination.

Les médecins et l’industrie des vaccins ont usurpé le crédit qui revient de droit aux plombiers, aux électriciens, aux sandhogs, aux ingénieurs et aux urbanistes.

Pour ces raisons, les décideurs politiques à tous les niveaux du gouvernement devraient protéger les droits de l’homme et les libertés individuelles des individus de se retirer des programmes de vaccination par le biais d’exemptions.

L’orgueil de la communauté médicale ne disparaîtra jamais. Les décideurs politiques doivent savoir que les vaccins, comme toutes les interventions médicales, ne sont pas infaillibles.

Les vaccins ne sont pas magiques. Nous avons tous une sensibilité différente à la maladie. Les êtres humains n’ont pas de taille unique.

En 1918-19, l’industrie des vaccins a fait des expériences sur des soldats, probablement avec des résultats désastreux.

En 2018, l’industrie du vaccin expérimente sur des nourrissons tous les jours. Le calendrier des vaccins n’a jamais été testé tel qu’il est administré. Les résultats de l’expérience sont disponibles : 1 enfant américain sur 7 suit une forme d’éducation spécialisée et plus de 50 % souffrent d’une forme de maladie chronique. (12)

En 1918-19, il n’y a pas eu de suivi de la sécurité après la livraison des vaccins.

En 2018, il n’y a pratiquement pas de suivi de la sécurité après l’administration d’un vaccin.

Qui exactement vous a administré ce vaccin contre la grippe à Rite Aid ? Avez-vous le numéro de portable de l’employé du magasin si quelque chose se passe mal ?

En 1918-19, le fabricant n’était pas responsable des blessures ou des décès causés par les vaccins.

En 2018, il n’y a pas de responsabilité pour les fabricants de vaccins en cas de blessures ou de décès causés par des vaccins, ce qui a été officialisé en 1986. (13)

En 1918-19, aucune enquête indépendante n’a été menée pour contester l’histoire officielle selon laquelle la “grippe espagnole” était une mystérieuse maladie tombée du ciel. Je soupçonne que beaucoup de personnes de l’Institut Rockefeller savaient ce qui s’était passé, et que beaucoup de médecins qui ont administré les vaccins aux troupes savaient ce qui s’était passé, mais ces personnes sont mortes depuis longtemps.

En 2018, l’industrie pharmaceutique est le plus grand donateur de campagnes aux politiciens et le plus grand annonceur dans toutes les formes de médias, donc peu de choses ont changé en 100 ans.

Cette histoire sera probablement ignorée par les grands médias parce que leurs salaires sont payés par la publicité pharmaceutique.

La prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire “les vaccins sauvent des vies”, n’oubliez pas que la véritable histoire du rapport coût/bénéfice des vaccins est beaucoup plus compliquée que leur slogan en trois mots. N’oubliez pas non plus que les vaccins ont peut-être tué 50 à 100 millions de personnes en 1918-1919. Si c’est vrai, ces coûts ont largement dépassé tout bénéfice, surtout si l’on considère que les plombiers, les électriciens, les sandhogs et les ingénieurs ont fait, et continuent de faire, le vrai travail qui réduit la mortalité due aux maladies.

Les vaccins ne sont pas magiques. Les droits de l’homme et la bioéthique sont d’une importance capitale. Les décideurs politiques doivent comprendre l’histoire de l’orgueil médical et protéger les droits humains individuels et parentaux tels qu’ils sont décrits dans la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme.

PENDANT LA PANDÉMIE DE 1918, UN AUTRE TUEUR POSSIBLE : L’ASPIRINE

En février 1917, Bayer a perdu son brevet américain sur l’aspirine, ouvrant ainsi un marché lucratif de médicaments à de nombreux fabricants. Bayer a riposté par une publicité abondante, célébrant la pureté de la marque au moment où l’épidémie atteignait son point culminant.

Des emballages d’aspirine ont été produits, ne contenant aucun avertissement sur la toxicité et peu d’instructions sur l’utilisation. À l’automne 1918, face à une maladie mortelle très répandue sans remède connu, le chirurgien général et la marine américaine recommandent l’aspirine comme traitement symptomatique, et l’armée en achète de grandes quantités.

Le Journal of the American Medical Association suggérait une dose de 1 000 milligrammes toutes les trois heures, soit l’équivalent de près de 25 comprimés d’aspirine standard de 325 milligrammes en 24 heures. C’est environ deux fois la dose quotidienne généralement considérée comme sûre aujourd’hui.

Le taux élevé de létalité – en particulier chez les jeunes adultes – au cours de la pandémie de grippe de 1918-1919 n’est pas complètement compris. Bien que les décès tardifs aient révélé une pneumonie bactérienne, les décès précoces ont montré des poumons extrêmement « humides », parfois hémorragiques. L’hypothèse présentée ici est que l’aspirine a contribué à l’incidence et à la gravité de la pathologie virale, de l’infection bactérienne et de la mort, car les médecins de l’époque ignoraient que les schémas thérapeutiques (8,0-31,2 g par jour) produisaient des niveaux associés à une hyperventilation et à un œdème pulmonaire chez 33 % et 3 % des receveurs, respectivement.

LES MÉCANISMES DE CONTAGION RESTENT UN MYSTÈRE

Californie, 1918

Bien que de nombreuses ressources évoquent une possible contagion par aérosolisation, la manière dont se répandait la maladie reste à ce jour inconnu.

Pour mieux étudier les mécanismes de contagion de la grippe Espagnole de 1918, des expériences ont été menées pour tenter d’infecter des sujets sains en les mettant en contact avec des personnes malades :

Lorsque cette procédure n’a pas produit de maladie, d’autres ont été inoculés avec des mélanges d’autres organismes isolés de la gorge et du nez de patients atteints de grippe. Ensuite, certains volontaires ont reçu des injections de sang de patients grippés. Enfin, 13 des volontaires ont été emmenés dans un service spécialisé dans la grippe et ont été exposés à 10 patients grippés chacun. Chaque volontaire devait serrer la main de chaque patient, lui parler à bout portant et lui permettre de tousser directement dans son visage. Aucun des volontaires participant à ces expériences n’a contracté la grippe.
Les recherches menées à Angel Island et qui se sont poursuivies au début de 1919 à Boston ont élargi ces recherches en inoculant le streptocoque Mathers et en incluant une recherche d’agents filtrants, mais elles ont produit des résultats négatifs similaires. Il semblait que ce qui était reconnu comme l’une des maladies transmissibles les plus contagieuses ne pouvait pas être transféré dans des conditions expérimentales.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2862332/

Références

1. Deaths from Bacterial Pneumonia during 1918–19 Influenza Pandemic
John F. Brundage*  and G. Dennis Shanks†
Author affiliations: *Armed Forces Health Surveillance Center, Silver Spring, Maryland, USA; †Australian Army Malaria Institute, Enoggera, Queensland, Australia
https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/14/8/07-1313_article

2.  World Health Organization: Unsafe drinking water, sanitation and waste management 
http://www.who.int/sustainable-development/cities/health-risks/water-sanitation/en/

3. J Infect Dis. 2008 Oct 1; 198(7): 962–970.
Predominant Role of Bacterial Pneumonia as a Cause of Death in Pandemic Influenza: Implications for Pandemic Influenza Preparedness
David M. Morens, Jeffery K. Taubenberger, and Anthony S. Fauci
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2599911/

4. PDF of Fort Riley Study (1918)
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2126288/pdf/449.pdf

5. American Experience, “The First Wave”, PBS
https://www.pbs.org/wgbh/americanexperience/features/influenza-first-wave/

6. Mayo Clinic:  Meningitis
http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/meningitis/symptoms-causes/syc-20350508

7. Public Health Rep. 2010; 125(Suppl 3): 82–91.
The U.S. Military and the Influenza Pandemic of 1918–1919
Carol R. Byerly, PhD
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2862337/

8.  Rockefeller Institute pamphlet PDF (1919)
https://digitalcommons.rockefeller.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1005&context=rockefeller-institute-descriptive-pamphlet

9.  Is Military Research Hazardous to Veterans’ Health? Lessons Spanning Half a Century, A Staff Report Prepared for the Committee on Veterans’ Affairs, United States Senate, December 1994
https://www.hsdl.org/?abstract&did=438835

10. Dr. Stanley Plotkin: vaccine experiments on orphans, the mentally retarded, and others (January 2018)
https://youtu.be/yevV_slu7Dw

11.  Universal Declaration on Bioethics and Human Rights (19 October 2005)
http://portal.unesco.org/en/ev.php-URL_ID=31058&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

12. CDC Offers New Stats On Disability Prevalence
https://www.disabilityscoop.com/2016/03/14/cdc-disability-prevalence/22034/

13. 1986 Vaccine Injury Compensation Act
https://worldmercuryproject.org/news/childhood-vaccine-injury-act-protect/

Source : https://vaccineimpact.com/2018/did-military-experimental-vaccine-in-1918-kill-50-100-million-people-blamed-as-spanish-flu/ Traduit et adapté par https://cv19.fr

ajax-loader