Year: 2021

Louis Fouché : « Le système de santé est en train de s’effondrer »

par Victor Lefebvre.

Fraîchement débarqué de l’AP-HM Marseille, le Dr Louis Fouché réplique. Devant les caméras de Sputnik, il s’en prend à ceux qui veulent « détruire l’hôpital public » au profit des multinationales. Entretien.

Le docteur Louis Fouché est-il devenu une forme de « gourou » ? Très décrié par bon nombre de ses pairs depuis le début de la crise sanitaire, le médecin anesthésiste-réanimateur vient de quitter officiellement l’AP-HM Marseille.

Louis Fouché a choisi de se mettre lui-même en disponibilité auprès de l’hôpital de la Conception après que l’établissement marseillais l’a menacé de prendre des sanctions disciplinaires en raison de ses positions « à l’opposé [de nos] principes moraux, éthiques, déontologiques et scientifiques ».

Pour le principal intéressé, il s’agit là d’un « procès politique » intenté contre lui.

« Ça n’a rien à voir avec le soin. Tout le monde reconnaît de manière unanime que je suis un très bon médecin. Je fais mon travail avec dévotion pour les patients », plaide Louis Fouché devant les caméras de Sputnik.

Dans son livre « Tous résistants dans l’âme » (éd. Guy Trédaniel), qui vient de paraître, le fondateur du collectif Réinfocovid dénonce les effets pervers du néolibéralisme appliqué au système de santé français. Au point qu’il serait selon lui « en train de s’effondrer ». Rien que cela.

« La logique qui prévaut est la destruction de l’hôpital public et de l’ensemble des services publics, pour les remplacer progressivement par des émanations des multinationales et des partenariats public-privé », accuse le Dr Fouché.

source : https://fr.sputniknews.com
via : https://reseauinternational.net

La médecine de l’esclave et la médecine de l’homme libre selon Platon

Les Lois sont la dernière œuvre de Platon (né en 428 / 427 av. J.-C. et mort en 348 / 347 av. J.-C. à Athènes), le livre est une conversation sur la philosophie politique entre trois hommes âgés : un Athénien anonyme, un Spartiate nommé Megillus et un Crétois nommé Clinias. Ces hommes travaillent à la création d’une constitution pour Magnésie, une nouvelle colonie crétoise. Le gouvernement de Magnésie est un mélange de principes démocratiques et autoritaires qui visent à rendre tous ses citoyens heureux et vertueux.

Extrait :

L’ÉTRANGER D’ATHÈNES
[…] Il en va comme pour les médecins : l’un procède de cette façon, alors que l’autre est accoutumé, chaque fois que nous sommes malades, à nous soigner de l’autre façon. Et rappelons-nous les deux méthodes, afin de demander au législateur, comme les enfants le demanderaient au médecin, de nous soigner de la manière la plus douce possible. Nous parlons, je suppose, de médecins et d’aides médicaux auxquels nous donnons tout de même aussi le nom de « médecins » ?

CLINIAS
Oui, absolument.

L’ÉTRANGER D’ATHÈNES
En tout cas ces derniers, qu’ils soient de condition libre ou qu’ils soient esclaves, acquièrent leur compétence en suivant les instructions de leur maître et en le regardant faire, c’est-à-dire sur le tas ; ce n’est pas par une
observation de la nature, comme pour les médecins de condition libre qui ont appris la médecine par eux-mêmes et qui l’enseignent à leurs enfants. Cela ne te conduit-il pas à admettre qu’il y a deux genres d’hommes qui reçoivent l’appellation de « médecins » ?

CLINIAS
Sans aucun doute.

L’ÉTRANGER D’ATHÈNES
Alors tu dois aussi réfléchir à ceci : puisque dans les cités il y a parmi les malades des esclaves et des hommes libres, ce sont, dans la plupart des cas ou peu s’en faut, des esclaves qui soignent les esclaves, soit
lorsqu’ils font leur tournée, soit lorsqu’ils reçoivent dans leur officine. Et aucun des médecins de ce genre ne donne à propos d’aucune maladie la moindre explication à chacun des serviteurs qu’il soigne, ni n’en accepte ;
mais, avec une arrogance qui s’apparente à celle d’un tyran, après avoir prescrit ce qu’il estime être le mieux à la lumière de l’expérience, et cela comme s’il savait parfaitement à quoi s’en tenir, il s’en va et court soigner
un autre serviteur malade, déchargeant ainsi son maître du souci des malades. Le médecin libre, lui, soigne et suit la plupart du temps les maladies des hommes libres. Il procède à une enquête systématique sur
l’origine du mal et sur son évolution naturelle, en entrant en communication avec le malade lui-même et ses amis ; il se renseigne lui-même auprès des patients et en même temps, dans la mesure où la chose est possible, il instruit à son tour celui dont la santé est défaillante. Bien plus, il ne lui prescrit rien avant de l’avoir persuadé d’une manière ou d’une autre. Alors, il ne cesse de s’occuper du malade en adoucissant ses peines par le moyen de la persuasion, et il tente d’achever son œuvre en tâchant de le ramener à la santé. Est-ce de cette manière-ci ou de l’autre que le médecin pratiquera le mieux la médecine ou que l’entraîneur pratiquera le mieux l’entraînement ? Sera-ce en exerçant cette fonction unique à l’aide des deux moyens, ou bien à l’aide seulement du pire des deux, celui qui est le plus pénible ?

CLINIAS
Je suppose, Étranger, que la méthode double est de beaucoup la meilleure.

[…]

Platon – Les Lois, livre IV

Martinique : victoire face à l’obligation vaccinale et au passe sanitaire

[Après s’être fait polluer leur île “pour au moins 500 ans” par le chlordécone…]

Par JULIEN G.

Dans une note d’information datant du 18 octobre, le directeur du CHU de Martinique a décidé de ne plus exiger aux personnels hospitaliers le passe sanitaire ou une preuve de vaccination pour entrer dans l’hôpital. Unis, solidaires et pugnaces, les soignants ont donc réussis à faire reculer le CHU et donc le gouvernement.

Alors qu’en ce moment même, la prolongation du passe sanitaire est étudiée au parlement, ce recul de l’exécutif est-il annonciateur d’une fronde plus large qui pourrait fragiliser son ambition liberticide.

1.Pas de contrôle du passe à l’entrée du CHU

Depuis plusieurs jours, les forces de l’ordre et des soignants opposés au passe sanitaire et à l’obligation vaccinale s’affrontent régulièrement. Plus de 600 soignants ont déjà exercé leur droit de retrait

Lundi dernier, environ 800 personnes, selon la police, s’étaient rassemblées pacifiquement pour un sit-in devant le CHU  suivie d’une réunion extraordinaire, le mardi,  pour aborder les violences qui se sont produites au CHU vendredi 15 octobre.

Ce mardi 19 octobre 2021, c’est sous la forme d’une note d’information que la direction du CHUM a pris une position dans le sens de l’apaisement.

Dans cette note, Benjamin Garel, directeur du CHU de Martinique, indique que  suite à la demande d’agents hospitaliers, tous les personnels hospitaliers pourront entrer dans leur service qu’elle que soit leur situation au regard du passe sanitaire. Il ajoute que les agents en situation de non-conformité seront invités à réaliser un test de dépistage.

2.Le gouvernement obligé de reculer

Hier après-midi, Olivier Véran affirmait solennellement à l’Assemblée nationale avoir « demandé que l’obligation vaccinale soit appliquée en Guadeloupe et en Martinique comme sur tout le territoire de la République, avec discernement, avec progressivité, à mesure que la pression sanitaire diminue ».

Dans l’hémicycle, il affirmait, donc, avec son autoritarisme habituel, que la loi du 5 août 2021 s’appliquerait partout.

Preuve en est que non !

Cette annonce au niveau local est un principe de réalité et les soignants sont en position de force au de l’impact que la situation avait sur l’organisation des soins.

Serge Aribo, l’un des dirigeants de l’intersyndicale,  indiquait la semaine dernière que la direction devra faire un choix entre l’accès aux soins pour les malades ou alors l’application de cette loi sur l’obligation vaccinale et le passe sanitaire.

3.Effet boule de neige en faveur des professionnels suspendus ?

La communauté médicale martiniquaise a appelé de ses vœux la mise en place d’une médiation pour trouver une solution à ce problème de mise en application de la loi, qui dépasse les interlocuteurs habituels du dialogue social de l’hôpital.

La direction a d’ailleurs promis mardi de lancer, sous peu, une telle démarche pour permettre la mise d’une solution négociée.

Après la coercition comme seule outil pour faire céder les réfractaires, la négociation est aujourd’hui évoquée.

Depuis le 15 septembre, des centaines de recours de soignants et libéraux  sont rejetés devant les juridictions françaises.

Mais ce recul net en Martinique pourrait changer la donne. En effet, les personnes dans la même situation doivent être traitées de manière identique.

L’égalité est un principe à valeur constitutionnelle et l’article 6 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen dispose que “la loi doit être la même pour tous”.

Source : https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/10/20/martinique-victoire-face-a-lobligation-vaccinale-et-au-passe-sanitaire/
Via : https://reseauinternational.net/martinique-victoire-face-a-lobligation-vaccinale-et-au-passe-sanitaire/

Dr. Luis Marcelo Martínez : La protéine Spike n’a jamais existé

Le docteur argentin Luis Marcelo Martínez, généticien médical, a passé en revue toute la littérature virologique depuis 1912 et est certain que la protéine Spike n’a jamais existé. Il explique également pourquoi il est peu probable qu’une personne vaccinée soit contagieuse.

Transcription :

Beaucoup de gens ont peur : une personne vaccinée est-elle contagieuse ? Tout d’abord, je ne sais pas. On ne peut pas le prouver et du point de vue de la biologie, je ne vois pas cela possible car… Voyons voir. Supposons que le vaccin, l’ARNm, donne l’instruction… Supposons ça, d’accord ? S’il donne l’instruction à la cellule de produire la fameuse protéine S. Les gars, pensez-y. Cette protéine est produite par les cellules de notre organisme, elle est transformée, elle est transformée. Et comment va-t-elle être excrétée vers l’extérieur ? En d’autres termes, comment arrive-t-elle intacte lorsque vous la crachez et que l’autre personne l’attrape et que vous l’infectez ? En d’autres termes, à quoi pensent-ils ?

Comment ? Comment ? Comment ? Comment de nombreuses personnes qui se trouvent dans la trajectoire de la protéine S et des personnes vaccinées se rendent-elles compte de cela ? Je veux dire, vous devez réfléchir deux minutes. Les cellules de votre corps, quelles sont celles qui produiraient la protéine S ? Celles du système immunitaire ? Non. Non. Toutes les cellules, mais surtout celles qui ont un fort taux de renouvellement. Et qu’arrive-t-il à la protéine une fois relâchée ? Elle est transformée. Elle est transformée. Alors, peut-elle sortir intacte ? Non, certainement pas. Et d’ailleurs tout cela doit être absolument démenti, parce que je dirai clairement, qu’étant donné qu’aucun coronavirus n’a jamais été isolé, aucun coronavirus n’a jamais été purifié. Et c’est la vérité, car pour le savoir, il faut parcourir toute la littérature virologique. Et c’est ce que j’ai fait. C’est pourquoi je parle ainsi. Et puis je trouve Lanka, qui vient ratifier tout ce que j’avais constaté.

Et pour moi, ce type était un miracle, car une autorité mondiale en matière de virologie me confirme ce que j’avais déduit par mes propres moyens dans le désespoir.
Après tout, j’étais désespéré, puis j’ai lu toute la littérature sur la virologie. Toute la littérature. De 1912 à aujourd’hui.
Et j’en ai déduit que l’existence de tout virus en tant que particule réelle n’a jamais été pleinement démontrée. Ils ont toujours été une élucubration théorique.
Et maintenant, récemment, une élucubration moléculaire à partir de la génétique, à partir de ce que sont les génomes.
Il faut donc savoir que si vous n’isolez pas et ne reconnaissez pas la particule originale et que vous ne commencez pas à la découper et à caractériser ses protéines, ses supposées protéines membranaires, et que vous ne retirez pas le matériel génétique et les séquences, d’où vient la théorie de la protéine S ? Le gène N ? Où avez-vous trouvé ça ? Vous savez où ils ont trouvé ça ? De génomes créés par ordinateur. La protéine S n’est connue de personne et quand ils vous disent que la protéine S est liée à l’ACE2, c’est un autre foutu mensonge. Toutes les publications vont à la publication originale de 2003 par le Dr Lee, qui a fait chanter l’Institut de recherche sur le sida, où Fauci est impliqué et toute cette bande de criminels menteurs qui ont brisé les âmes de générations entières en mentant parce que le premier mensonge est le VIH.Le premier mensonge, le VIH, ce sont les antirétroviraux… Ok ?
Donc, cette lettre, parce que c’est une lettre, ce n’est même pas un article scientifique, elle dit :
“Nous avons pris une protéine S, nous l’avons mise dans des cellules rénales de singe, voyons ce que nous attrapons. Ah, regardez ! C’est l’ACE2 qu’on a !”

Ils ont fait un petit test en comparant les fragments en poids, par spectroscopie de masse, pas par séquence nucléotidique, et par analyse fonctionnelle des fragments. Je parle grossièrement pour que ceux qui doivent écouter puissent me comprendre.

Et encore une fois pour les ” checkers “, parce que je suis dégoûté et sympathique envers les ” checkers “, sympathique parce qu’ils me réfutent même des écoutes privées. Messieurs, vous contestez des fuites audios. Et tous les gosses que vous citez aujourd’hui, que je ne connais même pas, je les ai cherchés sur Google et ils n’existent pas, alors venez débattre ici si vous voulez être ” checkés “, prenez un siège et débattez avec moi et avec tous mes collègues. Checkers, Chequeado, et AFP Factual et toute cette bande d’enfoirés. Alors amenez ces gars dans un débat. D’accord ?

La protéine S n’a jamais existé. Arrêtons de déconner avec la protéine S et la contagion des vaccinés. Maintenant, si une personne vaccinée génère une sorte de distorsion électromagnétique dans son environnement pendant un certain temps, on peut s’attendre à une sorte d’effet dans l’environnement très proche. Nous recommandons vivement aux personnes vaccinées de prendre conscience de leur situation et, tout d’abord, d’essayer de se ressourcer autant que possible, puis de faire appel à différents outils pour essayer de commencer à se purifier. Le corps se nettoie, messieurs, tout le monde se détend, vous ne resterez pas magnétique éternellement.

Si vous êtes conscient de cela, ne prenez pas la deuxième dose. Respectez votre corps, ne vous faites plus jamais vacciner. Et votre corps sera purifié. N’ayez pas peur, ne soyez pas effrayé par le magnétisme. Vous pouvez peut-être générer une certaine distorsion du champ électromagnétique dans l’environnement proche, peut-être. N’oubliez pas que nous sommes confrontés à des situations sans précédent. Nous n’avons pas la réponse à tout. Nous déduisons et nous raisonnons de la manière la plus logique possible. Rappelez-vous surtout : n’ayez pas peur. N’ayez pas peur, de quoi que ce soit, parce que notre organisme est très fort, très résistant. Il n’y a pas de machine avec une capacité d’adaptation, une malléabilité, une capacité de renouvellement. Eh… Aussi sophistiquée que la machine humaine. Vous n’avez aucune idée de la technologie naturelle que nous sommes. Nous nous émerveillons devant un téléphone portable : “Regardez toutes les applications qu’il a”, “Regardez cette voiture, le nombre de choses qu’elle a”.

Vous savez quoi ? La machine numéro 1 de l’univers, c’est nous. La machine numéro 1 de l’univers. Comme je l’ai dit, la meilleure des meilleures. Dans certains livres, il est dit que nous sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu. Et c’est vrai parce que s’il y a quelqu’un qui pense à tout ce scénario avec nous, il a produit le travail ultime. Nous sommes une machine absolument parfaite. Je dis cela en tant que médecin et en tant que personne qui regarde avec admiration ce que nous sommes. Et pourquoi ? Parce que j’ai vu tout le processus, depuis le moment où nous étions deux cellules séparées jusqu’à celui où nous avons formé un œuf et jusqu’à notre mort.

Dr. Luis Marcelo Martínez (M.N. 107.982). Généticien médical.

Article original (anglais) : https://www.orwell.city/2021/07/dr-luis-marcelo-martinez.html
Traduction et sous-titres FR par https://cv19.fr

Dr Tom Cowan à propos du coronavirus et de l’électrification de la terre

Le Dr Tom Cowan a co-écrit avec Sally Fallon Morell “Le mythe de la contagion – Pourquoi les virus (y compris le coronavirus) ne sont pas la cause des maladies” [il y a une traduction qui circule, mais n’oubliez pas les droits d’auteur] . De 1985 à 2019, le Dr Cowan a exercé la médecine générale, d’abord dans le nord de l’État de New York, puis pendant 17 ans à Peterborough, dans le New Hampshire, et pendant 17 ans à San Francisco, jusqu’à sa récente retraite. Il a été vice-président de la Physicians Association for Anthroposophical Medicine et membre fondateur du conseil d’administration de la Weston A. Price Foundation. Il en est toujours le vice-président. Il a donné des conférences dans tous les États-Unis et au Canada.

Il expose dans cet extrait un point de vue sur les possibles causes et origines des épidémies, en particulier du coronavirus.

Les tours cellulaires, Wi-fi, 5G : l’électricité a façonné le monde moderne. Mais comment a-t-elle affecté notre santé et notre environnement ?

Au cours des 220 dernières années, la société a développé une croyance universelle selon laquelle l’électricité est “sans danger” pour l’humanité et la planète. Le scientifique et journaliste Arthur Firstenberg bouleverse cette conviction en racontant l’histoire de l’électricité d’une manière inédite – d’un point de vue environnemental – en détaillant les effets de cet élément fondamental de la société sur notre santé et notre planète.

L’Arc-en-ciel invisible – L’histoire de l’électricité et de la vie” [extrait] retrace l’histoire de l’électricité depuis le début du XVIIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, et démontre de manière convaincante que de nombreux problèmes environnementaux, ainsi que les principales maladies de la civilisation industrialisée – maladies cardiaques, diabète et cancer – sont liés à la pollution électrique.

(1) – Exxon Valdez: https://fr.wikipedia.org/wiki/Exxon_Valdez
(2) – DDT (insecticide): https://en.wikipedia.org/wiki/DDT
(3) – Arthur Firstenberg – The Invisible Rainbow: https://www.barnesandnoble.com/w/the-invisible-rainbow-arthur-firstenberg/1135407037
(4) Rudolf Steiner: https://fr.wikipedia.org/wiki/Rudolf_Steiner
(5) NIH – National Institutes of Health: https://www.nih.gov/

Sous-titres par Mediaport

Candidat italien au prix Nobel : il n’est pas sûr que ce virus existe

Le Dr Stefano Scoglio, BSc PhD, est un expert en microbiologie et en naturopathie. Depuis 2004, il travaille comme chercheur scientifique, publiant de nombreux articles dans des revues scientifiques internationales et coordonnant des recherches scientifiques et cliniques sur les extraits d’algues Klamath et sur les probiotiques à base de microalgues, en coopération avec le Centre national de recherche italien et diverses universités. Il est le détenteur de 7 brevets médicaux. Pour ses importantes publications scientifiques, en 2018, Scoglio a été nommé pour le prix Nobel de médecine. Il est également co-auteur du livre Virus Mania : Corona/COVID-19, rougeole, grippe porcine, cancer du col de l’utérus, grippe aviaire, SRAS, ESB, hépatite C, SIDA, polio, grippe espagnole. Comment l’industrie médicale invente continuellement des épidémies, réalisant des milliards de dollars de profits à nos dépens.

Dans cette interview, il explique avec éloquence les failles scientifiques dans le narratif de la “pandémie” de Covid-19, notamment au sujet de l’isolement du SARS-CoV-2, des tests PCR et des tests sérologiques.

Miroir Odysee

[Note : cette vidéo a plus d’un an et je ne la trouve que maintenant]

Extrait :

La réalité est que le virus du SARS-Cov-2 n’a jamais été isolé et testé. J’ai examiné toutes les études qui prétendent avoir isolé et même testé le virus, mais toutes ont fait quelque chose de très différent : ils ont pris le liquide pharyngé ou broncho-alvéolaire des patients, puis ils l’ont centrifugé pour séparer les molécules plus grosses et plus lourdes des molécules plus petites et plus légères, comme les prétendus virus ; ils ont ensuite pris le surnageant (la partie supérieure du matériel centrifugé) et ont appelé cette matrice extrêmement complexe ” virus isolé ” à laquelle ils ont ensuite appliqué la RT-PCR [Zhu N et al, A Novel Coronavirus from Patients with Pneumonia in China, 2019, N Engl J Med. 1, 2020 Feb 20 ; 382(8) : 727-733].

C’est assez technique, mais je vais essayer de simplifier : le surnageant contient de nombreux types de molécules, des milliards de micro et nanoparticules différentes, y compris ce qu’on appelle les vésicules extracellulaires (VE) et les exosomes, des particules utiles produites par notre corps et absolument indiscernables des virus :

“Aujourd’hui, c’est une mission presque impossible de séparer les vésicules extracellulaires et les virus par les méthodes canoniques d’isolement des vésicules, comme l’ultra-centrifugation différentielle, car ils sont souvent copelletés (rassemblés ensemble) en raison de leur taille similaire.” [Giannessi F. et al., The Role of Extracellular Vesicles as Allies of HIV, HCV and SARS Viruses, 2 Viruses 2020, 12, 571 ; doi:10.3390/v12050571, p.4].

Alors, comment isoler un virus spécifique de cet énorme mélange de milliards de particules indiscernables, qui inclut les exosomes bénéfiques ?

Eh bien, on ne le fait pas, c’est impossible, et on “recrée” donc le virus par RT-PCR : on prend deux amorces, deux séquences génétiques existantes disponibles dans les banques de gènes, et on les met en contact avec le bouillon du surnageant, jusqu’à ce qu’elles s’hybrident à un fragment d’ARN dans le bouillon, créant ainsi une molécule d’ADN artificielle, qui est ensuite multipliée par un certain nombre de cycles de PCR : chaque cycle double la quantité d’ADN, donc en théorie, plus le nombre de cycles est élevé, plus la quantité d’ADN produite est importante ; mais plus le nombre de cycles est élevé, plus la fiabilité de la PCR est faible, ou sa capacité à “produire” quelque chose de significatif à partir du surnageant, quelque chose qui ait un rapport avec le virus recherché : au-delà de 30 cycles, le résultat est essentiellement dépourvu de sens (comme l’a déclaré l’un des plus grands experts mondiaux en PCR, le Prof. Stephen Bustin). Toutes les études, ainsi que les tests actuels sur écouvillon, utilisent toujours entre 35 et 40 cycles.

C’est ce qu’écrit le Dr Scoglio dans un article intitulé ” La pandémie inventée, la nouvelle pathologie de l’asymptomaticité et la non-validité du test Covid-19 ” [en italien].

Et cela soulève la question suivante : si vous n’avez aucune idée de ce qu’est le virus, de ce à quoi il ressemble, comment pouvez-vous dire qu’il est responsable de quoi que ce soit ?…

Comme ce virus n’a jamais vraiment été isolé, et qu’il n’existe donc aucun étalon-or pour étayer les études ou les tests ultérieurs, aucune norme pour les guider, chacun est libre de construire son propre virus personnel du SARS-Cov-2 ! C’est la raison pour laquelle il existe aujourd’hui, dans la banque génomique du GISAID, l’organisation qui collecte et archive toutes les séquences génomiques, plus de 70 000 séquences génétiques du virus SARS-Cov-2, chacune prétendant être la vraie.

Pour s’accommoder de cette folie, on nous dit maintenant que le virus mute, et que c’est la raison pour laquelle il y a tant de séquences différentes. Mais est-il crédible que 70 000 structures génétiques différentes correspondent toutes au même virus ? …

Plusieurs études ont mis en évidence de nombreuses mutations et variations entre différentes souches géographiques : un article, dont Robert Gallo est l’un des auteurs, a trouvé des dizaines de mutations augmentant au fil du temps parallèlement à la prétendue propagation du virus de l’Asie à l’Europe et aux États-Unis ; un autre auteur a analysé 85 séquences génomiques différentes de SARS-Cov-2 disponibles au GISAID et a trouvé pas moins de 53 souches différentes de SARS-Cov2 provenant de diverses régions de Chine, d’Asie, d’Europe et des États-Unis.

Alors, laquelle de ces souches virales l’écouvillon recherche-t-il ? Si le virus mute constamment (en supposant et non en admettant que le virus existe), alors le test est inutile, car il va rechercher un virus qui précède toujours celui actuellement en circulation. Ce seul fait suffirait à comprendre que le test de l’écouvillon Covid-19 est complètement, 100% fallacieux !

En bref, nous avons confié la fin de notre liberté à ces tests non contrôlés, jamais validés et jamais autorisés, qu’il s’agisse de tests PCR ou sérologiques !

Sources :
https://www.byoblu.com/wp-content/uploads/2020/09/Sintesi-scientifico-epidemiologica-Covid-19.pdf
https://italytravelideas.com/italian-nobel-candidate-it-s-not-sure-this-virus-exists/

Comment le rapport Flexner a fait disparaître les médecines “naturelles” ?

Comment la médecine moderne est arrivée là où elle en est aujourd’hui ? Abraham Flexner est probablement l’un des hommes ayant eu le plus d’influence sur le développement de la médecine contemporaine, et dont personne n’a jamais entendu parler.
En 1910, il a publié un ouvrage intitulé Medical Education in the United States and Canada [La formation médicale aux États-Unis et au Canada], connu aujourd’hui sous le nom de “rapport Flexner”.
Abraham Flexner n’était pas médecin, mais cet instituteur et théoricien de l’éducation de Louisville, dans le Kentucky, a eu un impact plus important que quiconque sur la médecine moderne.
Si des institutions telles que Johns Hopkins appliquaient déjà les “principes modernes” dans leur travail, la plupart des écoles de médecine n’avaient pas encore adhéré à ces paradigmes.
Flexner a donc tenté d’aligner l’enseignement médical sur un ensemble de normes qui mettaient l’accent sur la recherche en laboratoire et le brevetage de la médecine – deux éléments qui allaient servir à enrichir les entrepreneurs qui ont financé le rapport de Flexner en 1910, dont John Rockefeller et Andrew Carnegie.

Abraham Flexner

En fait, il y a fort à parier que si Flexner n’avait pas présenté son rapport d’audit des écoles de médecine aux États-Unis et au Canada, nous n’aurions pas une société fortement biaisée en faveur d’une seule conception de la médecine et de la maladie.

Les praticiens de la médecine en Amérique du Nord auraient-ils dû être davantage responsabilisés ? Probablement. Cette responsabilité devrait-elle provenir de l’industrie pétrolière et d’autres acteurs qui ont vu dans la domination de la médecine un autre moyen de s’enrichir ? Cela semble être un conflit d’intérêts, c’est le moins qu’on puisse dire, sans compter que Simon Flexner (frère d’Abraham Flexner), un éminent médecin légiste a été le premier directeur de l’Institut Rockefeller pour la recherche médicale (RIMR) et l’un des premiers administrateurs de la Fondation Rockefeller (RF).

Et pour en revenir au lien entre les grandes entreprises et la médecine, pourquoi Rockefeller et consorts avaient-ils un tel intérêt pour l’enseignement médical ? L’une des raisons possibles est leur intérêt pour le commerce de produits pharmaceutiques en lien avec les avancées dans le domaine de la pétrochimie.

Le journaliste spécialisé dans la santé S.D. Wells note dans son livre 25 faits étonnants (et troublants) sur l’histoire cachée de la médecine :

“Il y a cinquante-deux ans, un homme du nom d’Abraham Flexner a été engagé par John D. Rockefeller pour évaluer l’efficacité des thérapies enseignées par les collèges et les institutions médicales, dans le but ultime de dominer le contrôle des produits pharmaceutiques.
Grâce à des partenariats incluant Andrew Carnegie et JP Morgan, un nouveau “garde-fou” allait influencer les organes législatifs au niveau des États et de l’État fédéral pour créer des réglementations et des “formalités administratives” d’autorisation qui favorisaient strictement la médecine médicamenteuse tout en étouffant et en éliminant les remèdes naturels alternatifs et peu coûteux. Les collèges et les institutions médicales qui ne se soumettaient pas à ce super pouvoir de réglementation étaient écrasés et mis en faillite.
Les écoles de médecine aux États-Unis ont été réduites de moitié par le rapport Flexner en moins de 15 ans, passant de 160 à 80, puis à moins de 70 avant la Seconde Guerre mondiale. En 1904, il y avait 5747 médecins. Seulement 15 ans plus tard, après le rapport Flexner, en 1919, il n’y en avait plus que 2658. Ce contrôle est la cause directe de la majorité des problèmes liés aux soins de santé aujourd’hui.”

Avant la mise en œuvre du rapport de Flexner, les Américains avaient le choix de la théorie médicale à suivre pour devenir médecin. Après Flexner, vous ne pouviez légalement vous appeler médecin et détenir le diplôme de docteur en médecine que si vous aviez suivi une formation en médecine basée sur la théorie des germes et uniquement sur cette théorie. Avant Flexner, il existait des écoles de médecine éclectique dans tous les États-Unis. Ces écoles ne rejetaient pas la théorie des germes. Elles enseignaient la médecine fondée sur la théorie des germes ainsi que la physiothérapie, l’électrothérapie, l’ostéopathie, etc. Lorsque le gouvernement américain a commencé à appliquer le rapport Flexner de 1910, ces institutions médicales éclectiques ont été fermées les unes après les autres. L’Amérique étant le pays le plus influent de la planète, il n’a pas fallu longtemps pour que d’autres pays suivent le mouvement.

Flexner a élevé l’importance de la recherche médicale à un statut de quasi-infaillibilité tout en contribuant à importer et à instituer des méthodes pédagogiques allemandes dans l’enseignement de la médecine.
Cette méthode a apporté de nombreuses améliorations nécessaires à l’expérience pratique des étudiants en médecine par le biais de l’apprentissage sur le terrain, mais elle a également introduit un fort parti pris en faveur de la méthode scientifique expérimentale, à l’exclusion des soins complets ou de toute autre option de traitement plus naturel.

Les écoles devaient être reliées à une grande université. Les universités devaient être reliées à des départements cliniques dotés de laboratoires et d’un hôpital universitaire. Grâce aux fonds Rockefeller, Flexner a pu développer un petit groupe d’écoles de médecine d’élite orientées vers la clinique. Elles disposaient déjà des matières premières pour les nouveaux médicaments. Ce qui manquait, c’était une base de pouvoir académique pour légitimer leur développement et leur utilisation générale.

L’infrastructure pour l’éducation, le financement, la recherche et l’organisation de la médecine qui persiste aujourd’hui a été créée en quelques années seulement. Vous êtes-vous déjà demandé comment la simple médecine populaire, qui existait depuis des siècles, a pu être abandonnée aussi rapidement ? Mise en place sous la direction et les spécifications de deux des plus grandes forces économiques de l’histoire, Carnegie et Rockefeller, la médecine organisée est devenue une industrie, axée sur la croissance du marché. Une industrie qui s’intéresse à la maladie n’est pas prête de s’abolir elle-même en guérissant les malades, n’est-ce pas ? C’est pourquoi, pendant toutes ces années, les remèdes non pharmaceutiques efficaces et peu coûteux ont été systématiquement supprimés. Ce n’est que du business.

Les Fondations ont lancé un programme de classement des écoles de médecine. Elles ont attribué des notes élevées aux écoles qui faisaient la promotion des pilules et des produits pharmaceutiques. L’approche Flexner a donné lieu à un battage médiatique, à des ” remèdes ” et à la promotion de l’omnipotence des médecins. La médecine et les industries médicales allaient devenir très rentables. Les oligarques sont devenus de gros investisseurs dans l’industrie de la médecine dont ils ont écrit les règles.

Le “généreux” John D. Rockefeller a ensuite “fait don” de 180 millions de dollars (4,4 milliards de dollars en valeur actuelle) aux collèges et aux hôpitaux, afin qu’ils puissent se conformer au rapport. Le General Education Board a été créé, afin de superviser les pratiques éducatives dans les écoles. L’AMA [American Medical Association], en tant qu’organisation de conformité et d’influence pour les médecins en exercice, prend son essor.

En outre, le rapport Flexner traite de la médecine naturopathique. Cette médecine est tournée en dérision, diabolisée et qualifiée de “charlatanisme”. De nombreux médecins ont perdu leur emploi, des écoles et des hôpitaux ont été fermés dans tout le pays. On a dit aux écoles d’abandonner tous les cours de naturopathie, ou de perdre leur accréditation et leur soutien financier.

Dans ce contexte, la fragile théorie des germes a été relancée et remise sur le tapis pour un deuxième tour de piste.

Cette théorie s’accordait bien avec le nouveau paradigme de la médecine, axé sur le marché : si de mauvais microbes sont à l’origine de maladies, nous avons intérêt à trouver des médicaments pour les tuer.

Abraham Flexner, bien que dépourvu de diplôme de médecine ou de toute autre qualification en matière de santé, était convaincu à 100 % que la théorie des germes telle qu’interprétée par Louis Pasteur était la seule voie possible pour la médecine. Il était tellement fanatique qu’il refusait de visiter tout établissement de physiothérapie et déclarait que les praticiens de ces établissements devaient être jugés au pénal.

Il soutenait que les Afro-Américains et les Blancs pauvres constituaient une menace pour la santé des classes moyennes et supérieures. Il a donc plaidé pour la ségrégation médicale.

Et comme les facultés de médecine rurales ne pouvaient pas satisfaire aux nouvelles “normes élevées”, cela a conduit à la fermeture de la plupart des écoles de médecine rurales et de toutes les facultés de médecine afro-américaines des États-Unis, sauf deux. Flexner avait déclaré : “La pratique du médecin noir sera limitée à sa propre race”.

En conséquence, les étudiants noirs avaient très peu de chances d’entrer dans une école de médecine pendant les 50 années suivantes. Ainsi, les soins médicaux pour les Noirs et les pauvres ont reculé de deux générations et sont devenus beaucoup plus chers.

Jusque dans les années 1920, l’industrie médicale naissante gagnait en force. Elle était aidée par la baisse de l’incidence des maladies infectieuses due à l’amélioration de l’hygiène, dont la médecine s’attribuait le mérite. C’est une histoire entière en soi, et un bon point de départ serait The Sanctity of Human Blood.

La politique de la médecine se renforçait d’année en année, à mesure que de nouvelles institutions étaient créées et que des fonds étaient alloués aux projets de recherche qui présentaient le meilleur potentiel de valeur marchande future. L’épidémie mondiale de grippe de 1918, qui a tué des millions de personnes, a prouvé que la nouvelle approche “scientifique” avait beaucoup à apprendre sur la prévention des maladies. Il n’y avait tout simplement aucun remède, alors que le virus déchirait la population mondiale.

La théorie des germes, qui n’était toujours pas prouvée, a été acceptée comme une politique, en grande partie parce que toute opposition à cette théorie avait peu de chances d’être publiée. Cependant, un petit groupe de scientifiques, conscients que les travaux de Bechamp constituaient une vision beaucoup plus raisonnable de la réalité physique, ont continué à développer la recherche dans une direction autre que celle des germes comme cause de la maladie. La théorie des germes était consacrée comme le dogme sous-jacent de la nouvelle religion. J.H. Tilden, MD, parmi d’autres, n’allait pas aux services religieux, apparemment :

“…les médecins combattent l’ennemi imaginaire sans relâche. Les gens sont tellement saturés de l’idée que la maladie doit être combattue jusqu’au bout qu’ils ne se satisfont pas d’un traitement classique. Il faut faire quelque chose, même s’ils le paient de leur vie, comme des dizaines de milliers de personnes le font chaque année. Cette volonté de mourir sur l’autel de la superstition médicale est une très grande raison pour laquelle aucun progrès réel n’est réalisé dans la science médicale fondamentale.”
Toxemia Explained 1926

Science et société technologique

Au tournant du siècle, des technologies telles que l’automobile et l’avion captivaient l’imagination des Américains et les spécialistes étaient de plus en plus respectés dans tous les domaines. Dans cette frénésie du dernier cri, la porte était grande ouverte à la façon dont les nouvelles technologies pouvaient améliorer nos vies à tous égards. Alors pourquoi ne pas confier également notre santé à la science et à la technologie et voir si elles peuvent aussi améliorer et prolonger notre vie ?

Cette quête proverbiale de la fontaine de jouvence, qui semble se manifester de différentes manières à chaque génération, est apparue sous la forme de progrès médicaux au début des années 1900. Aussi, lorsque le célèbre théoricien de l’éducation Abraham Flexner a attiré l’attention de l’aristocratie américaine, qui voyait dans les progrès de l’éducation un moyen de bâtir son empire, elle (Rockefeller, Carnegie, etc.) a approché Flexner.

“L’objectif de Rockefeller était de dominer les marchés du pétrole, des produits chimiques et des produits pharmaceutiques. Sa société [Standard Oil of New Jersey] a donc acheté une participation majoritaire dans une énorme société allemande de produits pharmaceutiques et chimiques appelée I.G. Farben [Bayer]”, a déclaré Ty Bollinger.

Hans Ruesch a également établi un lien entre cette situation et la nécessité d’une composante éducative : “Le décor était donc planté pour l'”éducation” du public américain, en vue de le transformer en une population de toxicomanes dépendants des médicaments, avec l’aide précoce des parents et des écoles, puis avec la publicité directe et, enfin et surtout, l’influence des revenus publicitaires sur les créateurs de médias.

Il est logique que si l’on fabrique des produits qui soulagent les symptômes, mais qui sont potentiellement dangereux et qui peuvent créer une dépendance, il faut créer des professionnels qui peuvent aider à atténuer certains des effets potentiellement mortels tout en vantant les avantages.

Il est évident qu’il existe de nombreux médecins hautement qualifiés qui ne souhaitent pas contribuer à alimenter la machine de propagande pharmaceutique, mais il existe un système en place qui garantit pratiquement que nous mordrons à l’hameçon.

Comment avons-nous laissé cela se produire ?

Gardez à l’esprit qu’il n’existait aucune agence gouvernementale véritable pour surveiller la situation au sein de la communauté médicale. Ainsi, ce que Flexner a fait à la demande des oligarques, il l’a fait en faveur des profits plutôt que des soins à long terme des patients. Il a effectivement créé une culture qui a permis la monétisation de la médecine comme jamais auparavant. Ce n’était peut-être pas son intention, mais le résultat parle de lui-même.

Les relations interpersonnelles avec le patient et le fait d’apprendre à le connaître en tant qu’individu étaient primordiales. Mais Flexner s’est attaqué à ces traditions et à d’autres “distractions”, comme les sports inter-universitaires, le club des étudiants et d’autres activités étudiantes. Ses théories pédagogiques ont évolué vers une normalisation de l’enseignement et des soins médicaux qui favorisait une version “purement scientifique”, des protocoles et de la mémorisation au détriment d’une approche centrée sur le patient.

Flexner a jeté le bébé avec la poudre de perlimpinpin. Et si le rapport Flexner a eu des effets positifs, il a surtout permis de découvrir un nouveau moyen, encore inexploité, de réaliser des profits grâce à la science médicale, sans avoir à subir la concurrence de professionnels de la santé extérieurs au cercle. En bref, le rapport Flexner a permis un monopole sur les soins de santé.

Les professionnels de santé qui s’orientaient fortement vers la guérison naturelle représentaient la plus grande menace pour cette normalisation, car ils continuaient à démontrer que la nature avait fourni ce qui était nécessaire pour traiter ou prévenir à peu près toutes les maladies.

Après tout, vous ne pouvez pas breveter une plante, une huile essentielle ou un aliment, mais vous pouvez breveter une molécule créée en laboratoire qui ressemble fortement à celle des plantes. Si c’est le profit qui vous intéresse et que tout cela vous semble plutôt inoffensif, pourquoi ne pas gagner un peu d’argent tout en aidant les gens à se rétablir ?

Mais il y a un problème avec ça. Les médicaments, dans l’ensemble (il y a certainement des exceptions), ne permettent pas vraiment de guérir les gens. Le succès de l’industrie pharmaceutique ne repose pas sur l’efficacité du médicament. Il est basé sur le montant du profit qu’il peut générer. C’est ce que signifie “blockbuster” dans ” médicament blockbuster “.

Les médicaments font un travail magistral pour nous faire sentir bien, et souvent assez rapidement [médecine de l’esclave/médecin de l’homme libre, cf. Platon]. Mais seulement temporairement, car les médicaments sont créés pour traiter les symptômes et ne traitent que rarement la cause réelle. De plus, les médicaments créent leurs propres symptômes, nécessitant parfois la prise d’autres médicaments pour compenser leurs effets néfastes. Nous vivons dans une culture de la solution rapide, où nous avons besoin d’une gratification immédiate. Nous avons certainement plus de restaurants avec service de livraison que de jardins potagers.

Et soyons honnêtes. Si l’on nous donne le choix entre des changements de vie qui résoudraient les causes profondes et la prise de médicaments qui peuvent nous faire croire que notre santé est sous contrôle, nos esprits avides de commodités choisiront presque toujours les médicaments.

Mais toute commodité a un coût et entraîne une perte à long terme.

Question : À quand remonte la dernière fois où un médecin vous a encouragé à renoncer à un médicament en faveur d’un ajustement significatif de votre style de vie ?

La vérité est que les médecins sont aussi des êtres humains et qu’ils travaillent sous les mêmes pressions et le même statu quo que ceux qui ont donné naissance au rapport Flexner, d’où la nécessité de cet examen. Le problème de notre pensée est systémique et presque impossible à cerner, mais si nous pouvions commencer à remettre en question nos hypothèses, nous pourrions arriver à quelque chose.

Sources :
https://www.cancertutor.com/flexner-report/#what-is-the-flexner-report
https://thedoctorwithin.com/blog/2009/10/22/post-antibiotic-age/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2567554/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3178858/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3543812/
https://vexmansthoughts.wordpress.com/2019/10/20/4062/comment-page-1/
https://www.winterwatch.net/2019/08/the-foundations-fund-the-hack-abraham-flexner-to-standardize-medicine/

L’isolement/purification complet d’un “virus” est-il seulement possible ?

Lorsque l’on descend à la taille des nanoparticules et que l’on s’attend à des milliards de particules identiques à ce niveau, il serait logique de supposer que séparer complètement la particule exacte que recherche un virologue de tout le reste de l’échantillon est carrément impossible. Ainsi, demander aux virologues de purifier et d’isoler complètement les particules “virales” suspectées dans l’échantillon non altéré d’un patient malade peut sembler une tâche herculéenne et une demande injuste.

Cependant, c’est dans ce coin que la virologie et la théorie des germes se sont fourvoyées. Pour pouvoir affirmer qu’une particule particulière est un “virus” et peut provoquer les symptômes de la maladie qui lui est associée, la logique veut qu’elle soit complètement séparée de tous les autres variables/facteurs potentiels afin de prouver que cette particule particulière est bien la cause de la maladie. C’est la seule façon logique de montrer qu’aucune autre particule présente dans l’échantillon n’a pu être à l’origine de la maladie et, dans le cas de la génomique, que les séquences d’ADN/ARN n’appartiennent qu’à cette particule particulière que l’on croit être un “virus”.

Nous pouvons savoir si une purification/isolation complète est possible en examinant la recherche sur les exosomes et les méthodes utilisées. Les “virus” sont considérés comme des exosomes dans tous les sens du terme, car ils sont identiques en taille, en forme et en apparence. Les méthodes utilisées pour purifier/isoler les exosomes sont les mêmes que celles qui sont censées être utilisées pour les “virus” mais qui ne le sont jamais, surtout en l’absence de procédés de culture cellulaire toxiques. Ces méthodes sont considérées comme les meilleures méthodes de purification/isolement disponibles aujourd’hui.

Examinons brièvement quelques-unes d’entre elles :

Avancées et défis récents dans la récupération et la purification des exosomes cellulaires

“Bien que différentes approches pour la séparation, la purification et l’analyse des exosomes aient été explorées, il n’existe à ce jour aucune méthodologie offrant une robustesse suffisante en termes de rendement de purification, de sélectivité et de reproductibilité. En fait, en raison des propriétés biochimiques inhérentes de ces vésicules et des énormes différences entre elles qui dépendent de la matrice à partir de laquelle elles sont obtenues, il est généralement nécessaire d’adapter une combinaison de techniques pour obtenir les résultats de purification souhaités. Dans ce sens, différentes méthodologies physiques et/ou chimiques ont été étudiées et proposées pour obtenir un bon rendement de purification des exosomes. Ce travail vise à établir un état des lieux des stratégies d’isolement des exosomes en soulignant les avantages et les inconvénients de chacune des techniques les plus couramment utilisées tout en présentant une perspective d’avenir pour ce sujet important.”

“En outre, de nombreux défis se posent lors de l’isolement de ces particules d’origine naturelle. Par exemple, les exosomes appartiennent à un vaste domaine de vésicules extracellulaires, dont certaines présentent des propriétés physicochimiques qui se chevauchent 55. De plus, les exosomes eux-mêmes présentent une grande hétérogénéité en termes de taille, de charge et de marqueurs de surface.

2.1. Ultracentrifugation

L’étalon-or actuel pour l’isolement des exosomes est l’ultracentrifugation 58. Comme on le sait, cette technique exploite le principe du mouvement des particules dû à l’accélération gravitationnelle dans un champ inertiel 59. L’ultracentrifugation différentielle et l’ultracentrifugation en gradient de densité sont parmi les méthodes d’ultracentrifugation les plus couramment utilisées pour l’isolement des exosomes 60.

L’ultracentrifugation différentielle est communément appelée méthode de pelletisation, car elle permet d’obtenir des pellets contenant des exosomes. Elle est également appelée méthode d’ultracentrifugation simple car elle ne nécessite que plusieurs étapes d’ultracentrifugation 61. À ce jour, il s’agit de la méthode la plus largement utilisée pour isoler les exosomes et elle a été utilisée avec succès dans une variété de fluides biologiques et de milieux de culture cellulaire 62, 63. Pendant l’ultracentrifugation différentielle, les exosomes sont séparés en fonction de leur densité et de leur taille. Ainsi, une contamination par d’autres vésicules, molécules ou particules qui se chevauchent dans ces paramètres est attendue. Pour réduire la présence de débris cellulaires et de grandes vésicules, des étapes de nettoyage sont nécessaires avant la granulation des exosomes 64, 65, 66.”

“Selon ces résultats, une force g spécifique ne granule pas les exosomes avec la même efficacité dans différents types de rotors, et le temps de centrifugation doit être correctement pris en compte. Dans le cas contraire, la pureté de l’échantillon, le contenu en protéines et le rendement en exosomes seront compromis 68.”

“Il convient de noter que la force g utilisée lors des protocoles d’ultracentrifugation a un effet significatif sur la pureté et le rendement des exosomes 75. De plus, il a été constaté que l’efficacité de sédimentation des exosomes varie selon les lignées cellulaires. “

“Cependant, comme il a été mentionné, cette méthode n’est pas spécifique et la contamination par d’autres vésicules extracellulaires est inévitable. Si le protocole n’est pas bien standardisé et adapté (en termes de temps et de force gravitationnelle) aux caractéristiques de l’équipement utilisé, l’isolement des exosomes ne sera pas cohérent, et des pertes se produiront inévitablement 59.”

2.2. Stratégies basées sur la filtration

“L’ultrafiltration est une autre technique disponible pour obtenir des échantillons enrichis en exosomes à partir de diverses sources, notamment le milieu de culture cellulaire et les fluides biologiques 91. Dans ce procédé, les vésicules extracellulaires en suspension dans une solution peuvent être séparées par leur taille ou leur poids moléculaire. Habituellement, différentes forces sont appliquées pour les faire passer à travers (ou être retenues sur) une membrane sélective. La force centrifuge, la pression ou le vide sont généralement appliqués pour l’ultrafiltration à travers une membrane qui est généralement construite à partir de matériaux à faible affinité protéique.”

“Néanmoins, l’ultrafiltration, un protocole simple, est incapable d’isoler uniquement les exosomes, car les microvésicules et les corps apoptotiques seront également présents dans le produit résultant. De plus, de grandes quantités de protéines très abondantes, qui imitent la taille ou le poids moléculaire des exosomes, se retrouveront également dans la solution obtenue. Cette contamination résulte des limites physiques de la procédure et des propriétés superposées des particules dans la matrice traitée. En outre, les effets de la force appliquée et du contact avec la membrane sur les exosomes doivent être étudiés plus avant. Les déformations potentielles et les pertes d’exosomes dues à l’extrusion et à la liaison avec la membrane sont attendues 104.”

2.3. Précipitations

“La précipitation des exosomes est une technique récemment développée qui est maintenant la deuxième méthode d’isolement la plus utilisée après l’ultracentrifugation, très probablement parce qu’elle est assez facile à réaliser et ne nécessite pas d’équipement spécialisé ou coûteux 68. Cette technique a été développée à l’origine pour isoler des virus et d’autres macromolécules, mais les exosomes peuvent également être déposés à partir de fluides biologiques en utilisant les mêmes principes 115. La plupart des méthodes de précipitation consistent à mélanger l’échantillon, qui peut être un fluide biologique ou un milieu de culture cellulaire, avec un polymère hydrophile. Après le mélange, l’échantillon est incubé pendant une nuit à 4ºC, puis une centrifugation à faible vitesse est utilisée pour précipiter les exosomes qui sont ensuite remis en suspension dans le tampon préféré pour une analyse ultérieure 116. La protamine, l’acétate de sodium et les solvants organiques peuvent également être utilisés pour les procédures de précipitation 117, 118.”

Il semble y avoir un consensus sur le fait que les méthodes basées sur la précipitation donnent le plus grand nombre de vésicules extracellulaires mais avec une faible pureté, comme cela a été constaté par rapport aux méthodes basées sur les colonnes 116. Ainsi, une autre approche consiste à incorporer ces méthodes après la précipitation pour purifier davantage l’échantillon.”

“Néanmoins, la faible pureté est un inconvénient majeur. La coisolation de contaminants non vésiculaires tels que les lipoprotéines et les complexes ribonucléoprotéiques, l’albumine, les immunoglobulines et d’autres protéines solubles est inévitable 126. La contamination par d’autres vésicules est également attendue. Malheureusement, cette contamination peut interférer avec les analyses biochimiques et immunologiques ultérieures. Dans ce contexte, la nécessité d’une purification plus poussée a donné lieu à des protocoles modifiés qui incluent des étapes de nettoyage avant et après l’isolement, ce qui allonge les procédures initialement rapides 127, et augmente également la charge de travail et les coûts.”

En plus de la coisolation de contaminants non vésiculaires et d’autres vésicules, des études récentes ont trouvé une agrégation d’exosomes après précipitation 128, 129. Les agrégats d’exosomes peuvent également interférer avec l’analyse en aval. “

3. L’avenir des procédures d’isolement des exosomes

“L’isolement des exosomes reste un défi pour la recherche biomédicale. Il n’existe toujours pas de consensus sur la technique de purification qui donne les meilleurs résultats et la concurrence est intense dans ce domaine. De plus, une comparaison précise entre les méthodes ne peut pas être facilement effectuée en raison de la complexité inhérente aux exosomes.”

“De plus, la coisolation des contaminants devrait être minimale puisque la contamination est la complication la plus courante des techniques d’isolement actuelles 58. Presque invariablement, la coisolation d’autres vésicules et de molécules non vésiculaires se produit, interférant avec la comparaison des données entre les laboratoires de recherche 123.

Bien que l’ultracentrifugation soit actuellement la méthode de référence pour l’isolement des exosomes, il n’existe pas de méthode idéale pour tous les cas. Il n’existe pas de méthode idéale qui convienne à tous les usages. Le choix de la procédure dépend généralement des capacités et des ressources de chaque équipe de recherche et des sacrifices doivent être faits en termes de récupération, de pureté ou de charge de travail. En outre, l’analyse en aval peut être compromise par la technique d’isolement choisie 90. En ce sens, la sélection finale de la technique la plus appropriée pour l’isolement et la purification des exosomes doit tenir compte des effets que la méthodologie peut exercer sur l’intégrité de l’échantillon, en particulier pour l’utilisation finale prévue. Par exemple, les techniques de récupération telles que l’ultracentrifugation et la filtration ont tendance à produire une population de vésicules en forme de “soucoupe” ou de “ballon dégonflé” qui pourraient ne plus être utiles 157. En outre, l’intégrité de la charge exosomale, afin d’élucider les fonctions et les biomarqueurs spécifiques aux exosomes, doit également être prise en compte, même en l’absence de dégradation apparente 158. Cela est particulièrement vrai pour les techniques microfluidiques ou après l’isolement lorsque les exosomes sont stockés sous congélation ou dans d’autres conditions difficiles 159.”

4. Remarques finales

“Il existe actuellement différentes stratégies utilisées pour l’isolement et la purification des exosomes dont la sélection dépend de l’application prévue pour l’extrait exosomal. À ce jour, il est difficile d’identifier une stratégie qui donne la meilleure qualité et les meilleures propriétés des exosomes isolés et, généralement, une combinaison des différentes méthodologies est nécessaire pour obtenir les meilleurs résultats.”

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6972601/#!po=13.6667

En résumé :

  • Bien qu’il existe de nombreuses méthodes différentes utilisées pour la purification, il n’y a pas de méthodologie offrant suffisamment de robustesse en ce qui concerne le rendement, la sélectivité et la reproductibilité de la purification.
  • En général, une combinaison de techniques doit être adaptée pour obtenir les résultats de purification souhaités.
  • Les exosomes appartiennent à un vaste domaine de vésicules extracellulaires, dont certaines présentent des propriétés physicochimiques qui se chevauchent.
  • En outre, les exosomes eux-mêmes présentent une grande hétérogénéité en termes de taille, de charge et de marqueurs de surface.
  • L'”étalon-or” actuel pour l’isolement des exosomes est l’ultracentrifugation.
  • La contamination par d’autres vésicules, molécules ou particules qui se chevauchent est attendue.
  • Sans une force g appropriée, la pureté de l’échantillon, le contenu en protéines et le rendement en exosomes seront compromis.
  • La force g utilisée pendant les protocoles d’ultracentrifugation a un effet significatif sur la pureté et le rendement des exosomes.
  • L’ultracentrifugation n’est pas spécifique et la contamination par d’autres vésicules extracellulaires est inévitable.
  • L’ultrafiltration ne permet pas d’isoler uniquement les exosomes, car les microvésicules et les corps apoptotiques sont également présents dans le produit obtenu.
  • De grandes quantités de protéines très abondantes, qui imitent la taille ou le poids moléculaire des exosomes, seront également présentes dans la solution résultante.
  • Cette contamination résulte des limites physiques de la procédure et du chevauchement des propriétés des particules dans la matrice traitée.
  • Les méthodes de précipitation consistent à mélanger l’échantillon, qui peut être un fluide biologique ou un milieu de culture cellulaire, avec un polymère hydrophile.
  • Il semble y avoir un consensus sur le fait que les méthodes basées sur la précipitation produisent le plus grand nombre de vésicules extracellulaires, mais avec une faible pureté.
  • La faible pureté est un inconvénient majeur, car la coisolation de contaminants non vésiculaires tels que les lipoprotéines et les complexes ribonucléoprotéiques, l’albumine, les immunoglobulines et d’autres protéines solubles est inévitable et une contamination par d’autres vésicules est également attendue.
  • Les exosomes s’agrègent après la précipitation, ce qui peut également interférer avec l’analyse en aval.
  • L’isolement des exosomes reste un défi pour la recherche biomédicale et il n’y a toujours pas de consensus sur la technique de purification qui donne les meilleurs résultats.
  • Il est difficile d’établir une comparaison précise entre les méthodes en raison de la complexité inhérente aux exosomes.
  • La contamination est la complication la plus courante des techniques d’isolement actuelles.
  • Il se produit presque invariablement une coisolation d’autres vésicules et de molécules non vésiculaires.
  • Il n’existe pas de méthode idéale qui convienne à tous les usages et des sacrifices doivent être faits en termes de récupération, de pureté ou de charge de travail.
  • À ce jour, il est difficile d’identifier une stratégie permettant d’obtenir la meilleure qualité et les meilleures propriétés des exosomes isolés.

Gardez à l’esprit que les exosomes et les “virus” sont presque identiques en tous points. En fait, les exosomes ont été appelés “virus non infectieux”. La principale différence est que la recherche sur les exosomes tente régulièrement de les purifier à l’aide d’une ou plusieurs méthodes, alors que la virologie ne le fait pas. Cela dit, les trois méthodes susmentionnées sont inévitablement sujettes à la contamination par d’autres particules ainsi qu’à des dommages potentiels aux particules de l’échantillon. Les forces et les méthodes utilisées sur ces échantillons sont différentes de tout ce qu’ils rencontrent dans la réalité. Il est absolument impossible d’affirmer que les particules obtenues sont dans la même forme qu’au début du processus de purification/isolement.

La purification/isolement de ces particules est une tâche impossible. Il peut même être injuste de le demander. Cependant, la logique ne tient pas compte de l’équité. Pour prouver qu’un “virus” existe et cause une maladie particulière, il doit d’abord être complètement purifié/isolé à partir d’un échantillon non altéré.

Malheureusement pour la Virologie/Théorie des germes, ils ont la responsabilité peu enviable de montrer qu’il est possible de purifier/isoler complètement des particules considérées comme des “virus”. Aucune conclusion sur le caractère “viral” d’une particule ne peut être tirée avant cette étape logique. Jusqu’à présent, ils n’ont pas réussi à le faire à tous les coups.

Article original (anglais) : https://viroliegy.com/2021/09/20/is-complete-purification-isolation-of-a-virus-even-possible/

Le virus inexistant ; une interview explosive de Christine Massey

par Jon Rappoport

Avec une formation en biostatistique, Christine Massey a utilisé les demandes de liberté d’information (FOIA) comme un outil de recherche, comme une fraise à diamant, pour découvrir la vérité sur le SARS-CoV-2. C’est-à-dire : Le virus existe-t-il ?

Son approche a donné des résultats choquants.

Dans un monde à moitié sain d’esprit, le travail de Christine remporterait de nombreux prix et bénéficierait d’une large couverture médiatique. Dans le monde actuel, de plus en plus de personnes, de leur propre chef, s’éveillent à ses découvertes et révisent complètement leur perception de la “pandémie”.

Voici mon récent entretien avec la brillante et implacable Christine Massey :

Q : Vous et vos collègues avez adressé de nombreuses demandes de communication d’informations aux agences de santé publique du monde entier. Vous avez demandé des documents qui montrent que le virus SARS-CoV-2 existe. Comment avez-vous développé cette approche ?

R : En 2014, une dame d’Edmonton a soumis une demande de liberté d’information à Santé Canada, demandant des études relatives à l’ajout d’acide hydrofluorosilisique (acide fluorure résiduel industriel) à l’eau potable publique (fluoration de l’eau). La réponse de Santé Canada indiquait qu’elle ne disposait d’aucune étude pour étayer ses affirmations selon lesquelles cette pratique est sûre ou efficace.

Quelques années plus tard, des études de grande qualité financées par le gouvernement ont montré que les niveaux courants d’exposition au fluorure pendant la grossesse sont associés à un QI inférieur et à des symptômes accrus de trouble du déficit de l’attention chez les enfants. Néanmoins, les dentistes et la communauté de la santé publique ont continué à promouvoir et à défendre la soi-disant “grande réussite de santé publique” consistant à imposer ce traitement dentaire préventif controversé à des communautés entières, et ont fait fi de ces études. J’ai donc eu recours à des demandes de liberté d’information pour montrer que diverses institutions promouvant et défendant la fluoration de l’eau en Ontario, en Alberta et dans l’État de Washington n’ont pas pu fournir ou citer ne serait-ce qu’une seule étude primaire indiquant l’innocuité de ces résultats.

Ainsi, lorsque j’ai appris de la part de personnes comme David Crowe, le Dr Andrew Kaufman, le Dr Stefan Lanka et le Dr Thomas Cowan que le prétendu virus [Coronavirus] n’avait jamais été isolé (purifié) à partir d’un échantillon de patient, puis caractérisé, séquencé et étudié au moyen d’expériences comparatives, et que son existence n’avait donc jamais été démontrée, j’ai réalisé que les demandes de liberté d’information pouvaient être utilisées pour vérifier leurs affirmations.

La plupart des gens ne vont pas prendre le temps de vérifier toutes les études sur la soi-disant “isolation du virus” par eux-mêmes, donc les demandes de liberté d’information étaient un moyen de 1) s’assurer que rien n’avait été oublié, et 2) d’aller droit au but et de confirmer ce que ces messieurs [Kaufman, Cowan, Crowe, Lanka] disaient, s’ils étaient effectivement corrects.

Ainsi, en mai 2020, j’ai commencé à soumettre des demandes d’accès à l’information pour tout document détenu par l’institution concernée décrivant l’isolement/la purification du prétendu “virus du COVID-19” à partir d’un échantillon non altéré prélevé sur un patient malade, par quiconque, n’importe où sur la planète.

Q : Combien d’agences de santé publique et d’agences gouvernementales avez-vous interrogées dans le cadre de demandes FOIA ?

R : J’ai personnellement posé des questions et reçu des réponses de 22 institutions canadiennes. Il s’agit d’institutions de santé publique, d’universités qui prétendent avoir “isolé le virus”, et de 3 services de police – en raison de leur application des restrictions liées au “COVID-19”. J’ai également reçu personnellement des réponses de plusieurs institutions à l’extérieur du Canada, y compris les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) d’Anthony Fauci. J’attends les réponses d’un certain nombre d’autres institutions.

De nombreuses personnes à travers le monde ont obtenu des réponses à des demandes identiques, similaires ou connexes de la part d’institutions de leur propre pays. Une personne qui a beaucoup travaillé sur ce sujet en Nouvelle-Zélande et dans d’autres pays est mon collègue Michael S. Un collègue nommé Marc Horn a également obtenu de nombreuses réponses au Royaume-Uni. Une poignée d’autres personnes ont obtenu plusieurs réponses, et beaucoup de gens en ont obtenu une ou deux.

J’ai compilé toutes les réponses qui m’ont été envoyées sur ma page FOI [archive cv19], et au moment où je tape ces lignes (4 octobre 2021), nous avons des réponses FOI de 104 institutions dans plus de 20 pays, toutes relatives à la purification/existence du prétendu virus. En outre, il y a des documents judiciaires d’Afrique du Sud et du Portugal. Au total, 110 instructions sont représentées en ce moment sur mon site web. Il y a des réponses FOI d’autres institutions que je n’ai pas encore eu l’occasion de mettre en ligne.

Q : Comment qualifieriez-vous les réponses que vous avez reçues de ces agences ?

R : Toutes les institutions sans exception ont omis de fournir ou de citer ne serait-ce qu’un seul document décrivant la purification du prétendu virus à partir d’un seul échantillon de patient.

Vingt et un des 22 établissements canadiens ont admis sans détour qu’ils ne possédaient pas de tels documents (comme l’exige la législation canadienne). De nombreuses institutions à l’extérieur du Canada ont admis la même chose, y compris le CDC (2 novembre 2020), le ministère de la Santé de l’Australie, le ministère de la Santé de la Nouvelle-Zélande, le ministère de la Santé et des Soins sociaux du Royaume-Uni…

Et dans certains cas, des excuses stupides ont été fournies. Par exemple, la réponse de la Direction norvégienne de la santé a été qu’elle ne possède pas, ne stocke pas et ne contrôle pas les documents contenant des informations sur les patients. La Direction de la santé publique du Pays de Galles a répondu au Dr Janet Menage qu’elle n’avait pas produit de tels documents et que, même si elle était normalement disposée à l’orienter vers des documents relevant du domaine public, ce serait trop difficile dans ce cas.

L’agence brésilienne de réglementation de la santé (Anvisa), qui approuve les injections à la manière de la FDA, a déclaré à Marcella Picone qu’elle ne disposait d’aucun dossier sur la purification du virus et qu’elle n’y était pas tenue par la loi, de sorte qu’il n’est pas de son ressort de s’assurer que le virus existe réellement.

Q : Quel est le texte exact de vos demandes FOIA ?

Le texte a quelque peu varié au fil du temps. Par exemple, au début, j’utilisais le mot “isolation”. Mais comme ce terme est tellement galvaudé par les virologues, je m’en tiens maintenant à “purification”.

Dans toutes mes demandes, j’ai spécifié exactement ce que j’entendais par “isolement/purification” (séparation du prétendu virus de tout le reste), et que les particules purifiées devaient provenir directement d’un échantillon prélevé sur un être humain malade, l’échantillon du patient n’ayant pas été préalablement altéré par une autre source de matériel génétique (c’est-à-dire les cellules rénales de singe, alias cellules Vero, et le sérum bovin fœtal qui sont généralement utilisés dans les études bidon d'”isolement de virus”).

J’ai toujours précisé que je ne demandais pas de dossiers où les chercheurs n’ont pas purifié le prétendu virus et ont plutôt cultivé quelque chose et/ou effectué un test PCR et/ou séquencé quelque chose. J’ai également précisé que je demandais des documents rédigés par n’importe qui, n’importe où – et pas seulement des documents créés par l’institution en question. Et j’ai demandé des citations pour tout document de purification détenu par l’institution mais déjà disponible au public ailleurs.

La dernière itération [de la demande FOIA] est publiée sur une page de mon site Web où j’encourage les autres à soumettre des demandes aux institutions de leur propre pays : Template for “SARS-COV-2 isolation” FOI requests.

Q : Ces agences disent toutes qu’elles n’ont pas de dossiers prouvant l’existence du SARS-CoV-2, mais en même temps, certaines de ces agences parrainent et financent des études qui affirment que le virus existe. Comment expliquez-vous cette contradiction ?

Je vais aborder cette question à l’aide d’un exemple.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est la seule institution canadienne qui n’a pas fourni de réponse directe ” aucun dossier ” jusqu’à présent. Au lieu de cela, elle m’a fourni ce qu’elle prétendait être des documents recevables.

Il s’agit de quelques courriels et d’une étude de Bullard et al. qui a été soutenue par l’ASPC et son Laboratoire national de microbiologie, ainsi que par Santé Manitoba et le Laboratoire provincial Cadham du Manitoba.

Ni l’étude ni les courriels ne décrivent la purification du prétendu virus à partir d’un échantillon de patient ou de quoi que ce soit d’autre. Le mot “isoler” (ou “isolation” / “purifier” / “purification”) n’apparaît même pas, sauf dans le manuscrit de l’étude dans le contexte de l’isolement de personnes, pas d’un virus.

…dans la section Matériaux et méthodes, nous constatons que ces chercheurs ont effectué des “tests” PCR pour une partie de la séquence du gène E (pas un virus), et qu’ils ont incubé des échantillons de patients (pas un virus) sur des cellules Vero (cellules rénales de singe) supplémentées avec du sérum bovin fœtal, de la pénicilline/streptomycine et de l’amphotéricine B, et qu’ils ont surveillé les dommages causés aux cellules de singe.

Aucun virus n’a été recherché ou purifié dans les échantillons des patients. Aucun groupe de comparaison, de quelque nature que ce soit, n’a été mis en place dans les procédures relatives aux cellules de singe. Aucun virus n’a été requis ou démontré comme étant impliqué dans l’étude, mais “il” a été accusé de tout dommage aux cellules de singe et “il” a été mentionné à plusieurs reprises tout au long de l’étude (j’ai compté 26 occurrences).

Néanmoins, il s’agissait du seul document fourni par l’Agence de santé publique du Canada.

Et bien que les chercheurs n’aient pas prétendu avoir “isolé” le prétendu virus dans cet article, ils ont effectué le même genre de procédure de culture cellulaire et de travaux sur les singes que les virologues de tous les pays font passer pour un “isolement du virus”. (Parce que la virologie n’est pas une science).

…Notez l’admission dans le résumé [de l’étude] : “La RT-PCR détecte l’ARN, pas le virus infectieux”.

…J’ai donc écrit à l’Agence de la santé publique du Canada pour l’informer qu’aucun des documents qu’elle m’a fournis ne décrit réellement la séparation du prétendu virus de tout le reste dans un échantillon de patient, et que j’exige une réponse précise indiquant qu’elle n’a aucun document à ce sujet.

Dans sa réponse révisée, l’Agence a insisté sur le fait que l’essai de référence utilisé pour déterminer la présence d’un virus intact dans les échantillons de patients est l’effet cytopathique visible [destruction des cellules] sur les cellules dans une culture cellulaire, et que “la PCR confirme en outre la présence d’un virus intact”.

…Comme vous l’avez souligné à vos lecteurs à maintes reprises : Personne n’a isolé/purifié “le virus”. Ils supposent simplement que les échantillons de patients le contiennent (sur la base de tests PCR sans signification). Ils falsifient les échantillons de patients avec du matériel génétique et des médicaments toxiques, affament les cellules, puis accusent de manière irrationnelle le “virus” de nuire aux cellules. Ils montrent du doigt quelque chose qui n’a jamais été purifié, caractérisé, séquencé ou étudié scientifiquement, dans une culture cellulaire et insistent sur le fait que “c’est le virus”. Ils fabriquent les “génomes” à partir de zillions de séquences détectées dans une soupe. Ce ne sont que des spéculations et des hypothèses sauvages, aucune science.

Les personnes responsables des affirmations manifestement frauduleuses faites par ces institutions sont donc soit extrêmement incompétentes, soit intentionnellement menteuses.

-fin de l’interview-

Pour soutenir les derniers commentaires de Christine, ces agences répondront aux demandes de FOIA par : “nous n’avons pas de dossiers sur la purification du virus” – et parraineront ensuite des études qui prétendent que le virus A ÉTÉ purifié et découvert, parce que…

Les normes de purification du virus dans les études ne sont pas des normes du tout. Elles sont totalement irrationnelles.

Cependant, parce que Christine est très précise et exacte dans ses demandes FOIA, quand il s’agit de ce que signifie la purification, les agences sont obligées de répondre …

“Eh bien, dans ce cas, nous n’avons aucune trace de purification du virus…”

Ce qui veut dire : Il n’y a pas de documents montrant que le virus a été isolé ; il n’y a pas de documents montrant que le virus existe.

Article original (anglais) : https://blog.nomorefakenews.com/2021/10/07/the-non-existent-virus-explosive-interview-with-christine-massey/

“Les virus ne peuvent pas être isolés, mais l’isolement est inutile” ; une autre affirmation ridicule de ceux qui persistent à dire que le SARS-CoV-2 existe

par Jon Rappoport

Il y a deux types de virologues.

D’abord, ceux qui prétendent isoler des virus. J’ai écrit de nombreux articles pour démystifier leur position absurde. Ils définissent l’isolement comme “nager dans une soupe de plusieurs substances et ne jamais être séparé de la soupe”. En d’autres termes, ces virologues définissent l’isolement comme étant une absence d’isolement. On pourrait appeler ça du jargon scientifique orwellien. Un pur non-sens.

Ensuite, il y a les virologues “plus sophistiqués” qui disent : “Les virus ne peuvent vivre que dans un liquide à l’intérieur d’une cellule. Par conséquent, ils ne peuvent jamais être séparés de la cellule ou du liquide. Demander l’isolement, c’est demander l’impossible. Nous pouvons découvrir les séquences génétiques de ces virus sans les isoler. Oubliez l’isolement. Découvrir les séquences génétiques prouve que les virus existent.”

Examinons cette deuxième conception de la virologie.

Revenons au moment où les scientifiques ont décidé que les virus existaient pour la première fois. Après tout, ce sont EUX qui ont fait la déclaration initiale. La charge de la preuve leur incombait. Et ils ont pris cette décision bien avant qu’il existe une procédure appelée séquençage génétique.

Si l’isolement est impossible, si ces virus nagent éternellement dans le liquide à l’intérieur des cellules, sans être isolés, alors comment les scientifiques ont-ils découvert pour la première fois l’existence des virus ?

Sur quelle base ont-ils fait cette affirmation ?

Par observation directe ? Certainement pas, si les virus ne peuvent jamais être séparés du liquide dans lequel ils nagent.

“Nous avons découvert pour la première fois l’existence de virus qui ne peuvent être isolés par…”

En faisant quoi ? En chantant des chansons ? En parlant à un ancêtre d’Antony Fauci ? En découvrant combien d’argent il y avait sur les comptes bancaires de la famille Rockefeller ?

“Non, écoutez. Voici comment cela fonctionne. MAINTENANT, nous disons que l’isolement des virus est impossible, parce que les gens nous accusent de ne pas les isoler. Mais ALORS, à l’époque où les scientifiques ont découvert l’existence des virus pour la première fois, ils savaient que les virus DEVAIENT EXISTER.”

“Comment ont-ils su ça ?”

“Parce que toutes les autres explications sur les raisons pour lesquelles les gens tombaient malades avec certaines maladies ne fonctionnaient pas, n’aboutissaient pas.”

“Je vois. Donc il n’y avait qu’UNE seule autre possibilité. Les virus.”

“C’est exact.”

“Vous vous rendez compte que c’est une position ridicule ?”

” Sans commentaire. “

Et c’est vraiment la fin de l’histoire. Il n’y a pas eu de “découverte originale” de virus. Il n’y a eu qu’une hypothèse non étayée.

Et MAINTENANT, lorsque les virologues prétendent qu’ils n’ont pas besoin d’isoler les virus parce qu’ils peuvent établir leurs séquences génétiques, une autre situation ridicule se présente. COMMENT ANALYSEZ-VOUS LA STRUCTURE DE QUELQUE CHOSE QUE VOUS NE POUVEZ PAS ISOLER ?

Comment décrire la structure d’une chose quand on n’a pas la chose ?

Vous ne décrivez pas la structure. Vous PRÉTENDEZ le faire.

Vous vous référez à d’autres structures qui ne sont elles-mêmes que des simulacres, et vous prenez des morceaux de ces prétendues structures et vous les assemblez, et vous dites : ” La voici. Voici la séquence génétique.”

Ce serait comme si le propriétaire d’un magasin tendait sa main vide aux voyous de la mafia qui se présentaient pour percevoir l’argent de leur protection pour la semaine. Le propriétaire dit : “Voici vos quatre cents dollars. Vous ne les voyez pas ?”

Après qu’un voyou ait sorti son arme, le propriétaire du magasin ouvre son coffre-fort et en sort des billets étranges qu’il lui remet. Les billets sont des pièces d’argent du jeu appelé Monopoly. Ce sont des pièces d’argent de Monopoly américain, français, allemand, italien, espagnol, collées ensemble.

Et c’est ce qu’on appelle le séquençage génétique des virus. Drôle d’argent.

Je vais aborder deux autres points. Comme l’a déclaré le Dr Tom Cowan, selon l’hypothèse classique de l’infection virale, les virus doivent se détacher des cellules et se déplacer vers d’autres cellules. Sinon, comment l’infection peut-elle se propager dans tout le corps ? Mais cette description suppose que les virus PEUVENT vivre et se développer en dehors du liquide des cellules.

Par conséquent, l’affirmation selon laquelle les virus ne peuvent pas être isolés parce qu’ils vivent toujours dans le liquide à l’intérieur des cellules est fausse.

Ce qui nous ramène au premier type de virologue, celui qui dit qu’il isole des virus – mais ne peut pas le prouver, car sa définition de l’isolement est la suivante : “nager dans la soupe et ne jamais se séparer de la soupe”.

Et enfin, qu’en est-il des photos prises au microscope électronique qui prétendent montrer des virus isolés ? C’est un sujet chargé de conflits et de malentendus. C’est loin d’être une science établie. Sur ces photos, de nombreux soi-disant virus sont des cellules qui “bourgeonnent”, comme si quelque chose n’était pas encore sorti de la cellule, mais était sur le point de le faire. Les virologues appellent arbitrairement ces choses des virus, sans preuve visuelle.

Ensuite, il y a les exosomes, “microvésicules libérées par les cellules dans des situations tant physiologiques que pathologiques.” Ils sont confondus avec des virus. Il existe d’autres matériels génétiques qui peuvent être identifiés à tort comme des virus.

Les personnes qui souhaitent explorer ce problème épineux devraient lire les travaux de Harold Hillman, l’un des principaux critiques des méthodes de microscopie électronique, qui a été exilé de la communauté scientifique pour ses découvertes. Hillman a écrit un jour : “Les spécialistes de la microscopie électronique ont ignoré les impératifs de la géométrie solide et la plupart des structures apparentes qu’ils ont détectées sont des artefacts de leurs procédures de préparation…”. En d’autres termes, les techniques de microscopie électronique créent des entités artificielles qui sont ensuite prises pour des entités naturelles.

Brian Martin, professeur émérite de sciences sociales à l’université de Wollongong, en Australie, écrit : “Dans un cas, Hillman a donné une conférence à un large public dans ce qu’il appelle “une université galloise bien connue”. Les nombreux étudiants de premier cycle de l’auditoire semblaient sympathiser avec son cas. Un conférencier s’est levé et a affirmé avoir des images provenant d’un microscope électronique qui démontraient que Hillman avait tort. Après la conférence, Hillman demande au conférencier de voir ces images. Je n’en ai pas”, lui répond-il en riant. Pourquoi avez-vous dit que vous en aviez devant un public aussi nombreux ? Parce que je ne voulais pas que les étudiants soient induits en erreur par vous”.

Et c’est ainsi que se termine l’épisode d’aujourd’hui de Deux écoles de virologie, toutes deux erronées, qui vous est proposé par les essuie-tout NIH [National Institutes of Health], la marque qui éponge tout ce qui est renversé mais qui, d’une manière ou d’une autre, ne piège jamais un virus.

Dossier Harold Hillman : cliquez ici.

Article original (anglais) : https://blog.nomorefakenews.com/2021/10/12/viruses-cant-be-isolated-but-isolation-is-unnecessary/#comment-566288

ajax-loader