Théorie

Espagne : Le ministère de la Santé reconnaît qu’il “ne dispose pas d’une culture du SARS-COV-2” ou d’un “registre des laboratoires ayant la capacité d’effectuer des cultures et des isolats à des fins de test”

La farce commence à se décomposer et on ne sait plus ce que le gouvernement, les médias et le secteur de la santé aux ordres vont inventer pour continuer à nous vendre l’histoire d’un virus.

Après une demande faite par l’Association Liberum, les Biologistes pour la Vérité et un particulier au Ministère de la Santé de fournir des informations sur le virus pour lequel nous subissons une véritable dictature sanitaire et pour lequel, rappelons-le, une thérapie expérimentale est inoculée, le ministère de la Santé a dû reconnaître dans un document écrit, comme elle y était obligée par un tribunal, qu’elle ne dispose pas du virus isolé ou de cultures de celui-ci.

RÉPONSE PDF MINISTÈRE DE LA SANTÉ POUR TÉLÉCHARGEMENT

En fait, elle va jusqu’à reconnaître qu’elle “ne dispose pas d’une culture du SARS-COV-2” ou d’un “registre des laboratoires ayant la capacité d’effectuer des cultures et des isolats à des fins de test”. En outre, elle se défausse de toute responsabilité en matière de diagnostic et de traitement sur les professionnels de la santé et reconnaît que “les tests seuls ne suffisent généralement pas à déterminer la maladie”.

Oui, messieurs. Ces tests par lesquels ont été décidées les mesures de confinement, de fermeture, d’isolement, de traitement des patients, de vaccination et les mesures absolument dictatoriales visant à mettre fin aux libertés de tous, “ne sont généralement pas suffisants pour déterminer la maladie”, selon le ministère lui-même.

Réponse de Biólogos por la Verdad aux différents “fact-checkers” remettant en question la pertinence de cette information

En réponse à l’article paru dans maldita.es à l’url suivante (https://maldita.es/malditaciencia/20211001/ministerio-sanidad-cultivo-coronavirus-sarscov2-covid-laboratorio/), nous souhaitons demander la rectification de plusieurs affirmations totalement fausses et mensongères.

Tout d’abord, il est faux d’affirmer que la réponse du ministère de la santé, qui confirme qu’il ne dispose d’aucune culture du virus SARS-CoV-2 à tester, est utilisée pour laisser entendre que le virus n’a été isolé nulle part dans le monde. Cela ne fait que souligner la gravité de l’information que vous confirmez également dans votre article, le fait que le ministère de la santé ne dispose ni de cultures de virus ni d’isolement de virus.

Et nous allons plus loin, nulle part dans le monde ce virus n’a été isolé et cultivé dans des cellules humaines saines provenant d’individus adultes non manipulés. Et nous insistons sur les cellules humaines saines et non manipulées, car aucun laboratoire ou gouvernement dans le monde n’a encore publié cette preuve. Un fait que vous avez choisi d’ignorer dans votre article.

Les affirmations de Sonia Zuñiga, chercheuse sur les coronavirus au Centre national de biotechnologie, ne sont que sa parole, sans fournir la moindre preuve de l’isolement et de la culture prétendus dans des cellules humaines saines, raison pour laquelle cette affirmation manque de véracité. À l’heure actuelle, de nombreux gouvernements mondiaux n’ont pas été en mesure de démontrer l’isolement et la culture du virus SARS CoV 2 chez des patients positifs à la RT PCR et seuls des modèles théoriques de laboratoire ont été publiés, qui ne correspondent pas à la réalité d’un système biologique complexe tel que le corps humain.

Tweet fourni par maldita comme preuve d’isolement

Nous rappelons à maldita.es qu’un Tweet d’un profil sur un réseau social, avec une photographie d’un prétendu virus et de cellules, n’est pas une preuve scientifique d’une quelconque isolation, car l’isolation elle-même ne montrerait jamais de cellules sur la photographie mais la totalité de la particule virale isolée. Ni un tweet n’est une preuve scientifique, ni cette photo ne montre l’isolement.

Réponses aux nombreuses questions reçues sur la nature des photographies présentées.

Toutefois, l’auteur du Tweet précise que les cultures ont été réalisées sur des cellules Calu-3, des cellules de cancer du poumon, il ne s’agit donc pas de cellules humaines saines. L’utilisation de cellules embryonnaires, cancéreuses ou animales ne sert que de modèle théorique, car ces cellules copient tout matériel génétique qui leur est fourni, et ne sont donc pas des exemples de pathogénicité dans des systèmes biologiques normaux.

Par ailleurs, pour pouvoir affirmer, comme le dit ce Tweet de José Jiménez, que la zone verte est la protéine du Spike, il faut réaliser des analyses protéomiques et montrer la méthodologie utilisée, informations qui ne sont pas disponibles dans cet article de maldita.es.

Le site maldita.es présente une liste de laboratoires qui ont prétendument isolé et cultivé le virus, mais aucun des liens qu’il fournit ne nous renseigne sur la méthodologie et certaines images au microscope ne sont pas concluantes car elles ne montrent absolument rien, seulement des formes arrondies à côté de cellules, ce qui est loin d’être une preuve d’isolement et encore moins de pathogénicité. L’observation des particules de capside ne prouve pas qu’elles sont pathogènes. Le génome de toutes les cellules eucaryotes contient un grand nombre de rétrovirus endogènes (ERV) qui, dans leur phase extracellulaire, se présentent sous la forme de particules virales d’ARN identiques à ce que l’on voit sur la photographie.

Le fait qu’à ce jour les prétendues cultures se fassent dans des cellules de singe (VERO), des cellules embryonnaires ou cancéreuses, ou dans des organes créés ad hoc, semble démontrer la difficulté pour ce virus de se répliquer dans des cellules respiratoires humaines normales comme on nous l’a dit et de montrer des photos au microscope comme preuve d’isolement, où il est clair qu’il n’a pas été possible d’isoler et de caractériser de manière adéquate ces formes observées, ne prouve pas que ce qui est observé est le SARS CoV 2 ou que celui-ci n’a pas été la conséquence, plutôt que la cause, de la pathogenèse.

Personne à ce jour n’a pu prouver que ces images photographiées ne sont pas des coronavirus humains endogènes, des rétrovirus endogènes ou des éléments du transcriptome humain. De plus, le fait d’utiliser des modèles artificiels avec des cellules animales, embryonnaires ou cancéreuses ne démontre pas la pathogénicité chez les personnes saines, dont AUCUNE CULTURE N’EST DISPONIBLE A CE JOUR, ET AUCUN PARTICULE VIRAL N’A ÉTÉ ISOLÉ. On n’a pas non plus trouvé de virus dans les quelques autopsies disponibles pour consultation. Malgré cela, ces personnes ont été traitées comme infectées par le SARS-CoV-2 en raison d’un test RT-PCR positif qui n’a pas d’étalon-or, puisqu’il n’existe aucune trace, même au CDC, d’isolats de virus quantifiés comme norme pour ces tests RT-PCR censés diagnostiquer le SARS-CoV-2.

Il est très pertinent que ces expériences doivent être réalisées selon maldita.es dans des laboratoires de niveau de biosécurité 3 et pourtant 70% des personnes positives à ce virus ne présentent pas le moindre symptôme. Preuve sans équivoque que la dangerosité de ce virus est très discutable et qu’à ce jour il n’a pas encore été prouvé qu’il est à l’origine de la maladie appelée COVID 19, qui malgré son nom qui semble le suggérer, N’EST PAS UNE NOUVELLE MALADIE, puisqu’elle correspond parfaitement à un syndrome hémophagocytaire. Afin de pouvoir vérifier que c’est bien le cas, pour chaque personne positive au test RT PCR, une culture virale de confirmation aurait dû être réalisée, ce dont maldita.es ne nous fournit aucune preuve.

Dans la déclaration suivante, ils essaient de nous manipuler en confondant le séquençage avec l’isolement et la culture, deux processus qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Le séquençage n’est pas une preuve d’isolement, c’est seulement la lecture du code génétique, un code qui peut correspondre au transcriptome humain ou à des rétrovirus endogènes dans leur phase extracellulaire, qui ne sont pas pathogènes. Sans confirmation de ce séquençage par une culture virale, la relation de cause à effet entre cette séquence appelée SARS CoV 2 et la maladie ne peut être établie.

Le séquençage n’est pas l’isolement et la culture et maldita.es essaie de nous induire en erreur. Les images de microscopie sont également peu concluantes, car il pourrait s’agir d’éléments du transcriptome ou de virus endogènes en phase extracellulaire, comme nous l’avons déjà dit.

Différentes étapes du désassemblage des cellules apoptotiques.

Lorsqu’il déclare que les tests ne sont valables que pour les personnes diagnostiquées comme souffrant d’une infection respiratoire aiguë d’apparition soudaine, le ministère de la santé est une fois de plus démasqué, confirmant que toutes les personnes asymptomatiques dont les résultats des tests sont positifs et supérieurs à 30 cycles d’amplification (annexe I) ont été diagnostiquées de manière incorrecte et que la panique est donc injustifiée.

Nous vous rappelons qu’une personne avec un test RT PCR positif, bien que présentant un tableau clinique de maladie respiratoire aiguë, n’est pas un signe d’infection par le virus SARS CoV 2 et pour le confirmer, il faut faire une culture virale, sans quoi la cause de la maladie pourrait être autre, puisque les tests RT PCR ne détectent que de petits fragments d’ARN, qui pourraient appartenir au transcriptome humain ou à d’autres coronavirus et même au virus de la grippe humaine, pour éviter cette erreur, la culture est indispensable.

ET CELA N’A PAS ÉTÉ FAIT NON PLUS.

Les modèles théoriques ne correspondent absolument pas à la réalité et sont incapables de confirmer la relation de cause à effet entre la séquence qui a été nommée SARS CoV 2 et la maladie COVID 19. Le fait que le ministère de la santé ne dispose d’aucune culture ni d’aucun isolement du virus SARS CoV 2, et qu’il n’a pas non plus mis en culture les personnes positives à la RT PCR,

[note, expérience réalisée par l’équipe du Pr. Raoult ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7185831/

La détection présomptive du virus dans le surnageant montrant un effet cytopathique a été effectuée à l’aide du microscope électronique à balayage SU5000 (Hitachi High-Tech Corporation, Tokyo, Japon), puis confirmée par une RT-PCR spécifique ciblant le gène E.

problèmes de cette étude, aucune image disponible de l’effet cytopathique, pas d’expériences témoins pour démontrer que l’effet cytopathique n’apparaît pas sur culture stérile (sans prélèvement naso-pharyngé de personnes malades) ou en présence de cellules non pathogéniques, la corrélation entre CT élevé, RT-PCR positif et CPE négatif de 5 échantillons sur 129 pourrait également être lié à la procédure de test en elle-même et la RT-PCR spécifique ciblant le gène E a été établie à partir de modèles informatiques ne représentant pas la réalité.]

confirme qu’en dehors des modèles théoriques des laboratoires de pointe et dans les conditions biologiques normales d’un corps humain, la pathogénicité de ce virus n’a pas été prouvée. Il n’a pas non plus été possible de l’isoler à partir de patients malades, ni de le cultiver dans des cellules humaines saines. Par conséquent, toutes les personnes ayant obtenu des résultats positifs aux tests de diagnostic du SARS CoV 2 pourraient être malades pour d’autres raisons ou simplement avoir des éléments de leur propre transcriptome humain, molécules normales non pathogènes de tout système vivant, détectés en elles.

D’autre part, le contexte de cette information fait référence à une question adressée au ministère de la santé et à sa réponse. Si vous voulez le confirmer, demandez au ministère de la santé de vous dire si la réponse est exactement ce qu’il a déclaré dans les différentes lettres, et si vous pensez toujours que les règles communautaires sont violées, vous devrez déclarer publiquement que ce que le ministère de la santé a déclaré n’est pas vrai.

Nous vous rappelons également que la réponse du ministère de la santé fait également référence au fait qu’un résultat positif au test PCR ne doit être pris en compte que s’il est accompagné des symptômes d’une maladie respiratoire, ce qui signifie que les personnes asymptomatiques ne sont pas malades et ne propagent donc pas la maladie.

Il se trouve que 70% des positifs sont asymptomatiques, alors l’Incidence cumulée, statistique utilisée pour prendre des mesures restrictives, n’aurait pas dépassé 200 à aucun moment de la prétendue pandémie, donc cette “alerte sanitaire” est plus une création virtuelle qu’une réalité. Si vous n’êtes pas d’accord avec les asymptomatiques, nous vous renvoyons à nouveau vers le ministère de la santé pour réfuter, comme pour la culture du virus, ces affirmations.

La réalité est qu’avec votre article, messieurs de la maldita.es, vous ne rendez pas service au gouvernement espagnol, car si le ministère de la Santé fait ces affirmations sur les cultures virales et les positifs asymptomatiques et que, par ailleurs, en tant qu’organe sanitaire suprême de l’État, il nous dit qu’il ne dispose d’aucun laboratoire enregistré ayant réalisé ces cultures virales, vous mettez en doute la crédibilité du gouvernement espagnol, ils mettent en doute la crédibilité du ministère et nous font comprendre que nous vivons dans un pays sans aucun argument scientifique pour soutenir sa gestion, puisque le plus haut organe de l’État en matière de santé ne contrôle ni les critères scientifiques ni les centres de recherche dans une prétendue pandémie comme celle que nous avons subie.

Annexe I.

Sources : https://www.eldiestro.es/2021/09/bombazo-sanidad-reconoce-que-no-dispone-de-cultivo-de-sars-cov-2-ni-registro-de-laboratorios-con-capacidad-de-cultivo-y-aislamiento-para-ensayos/
https://biologosporlaverdad.es/los-verificadores-de-la-verdad-dejan-en-evidencia-al-ministerio-de-sanidad-espanol/

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x