Month: February 2021

La Nouvelle-Zélande à nouveau confinée après la détection de nouveaux cas de coronavirus

Après que trois membres d’une famille de la plus grande ville de Nouvelle-Zélande aient été testés positifs pour le coronavirus, la ville d’Auckland s’est verrouillée – et le pays tout entier est en état d’alerte.

Dans un discours télévisé dimanche soir, le Premier ministre Jacinda Ardern a déclaré que le pays adopte une “approche de précaution qui nous a si bien servi en tant que pays”.

Avec seulement 2 330 cas confirmés et 25 décès depuis le début de la pandémie de coronavirus, ce pays insulaire a été l’un des plus performants au monde dans le contrôle de la propagation du coronavirus.

La plupart des nouveaux cas sont détectés dès l’arrivée des voyageurs, qui sont ensuite placés en quarantaine pour éviter la propagation de la maladie. Mais aucun membre de la famille infectée n’avait récemment voyagé, et les autorités enquêtent sur la manière dont l’infection a pu se produire.

Une mère, un père et une fille vivant dans le sud d’Auckland ont été testés positifs et ont été transférés dans une installation de quarantaine, ont déclaré les responsables. Un quatrième membre de la famille présentait des symptômes mais avait été testé négatif pour le virus.

Une frontière sera mise en place autour d’Auckland, mais les gens pourront traverser la frontière en obtenant une dérogation du gouvernement, a déclaré M. Ardern.

Source : https://www.npr.org/sections/coronavirus-live-updates/2021/02/14/967868371/new-zealand-city-goes-back-into-lockdown-after-new-coronavirus-cases-detected?t=1614539565400
Traduction par https://cv19.fr

Taux de mortalité de la NouvelleZélande de 2000 à 2020:

Pfizer exige des réserves bancaires, des bases militaires et des bâtiments d’ambassade comme garantie pour les vaccins COVID-19

Le géant pharmaceutique Pfizer a demandé une rançon à des gouvernements souverains en faisant des demandes bizarres pour obtenir des réserves bancaires, des bâtiments d’ambassades et des bases militaires comme garantie en échange des vaccins COVID-19.

La société américaine Pfizer demande des rançons aux gouvernements, s’immisce dans leur législation et exige même des bases militaires comme garantie.

Pfizer a demandé au gouvernement argentin d’être indemnisé pour le coût de tout procès civil à venir, a rapporté WION.

Si quelqu’un intente un procès civil contre Pfizer en Argentine et obtient gain de cause, c’est le gouvernement argentin et non Pfizer qui paiera la compensation.

Ainsi, le parlement argentin a adopté une nouvelle loi en octobre 2020, mais Pfizer n’était pas satisfait de sa formulation.

La loi stipule que Pfizer doit au moins payer pour sa négligence, pour ses propres erreurs s’il lui arrive d’en commettre à l’avenir.

Pfizer a rejeté cette proposition, après quoi l’Argentine a proposé de modifier la loi pour définir plus clairement la négligence – pour n’inclure que la distribution et la livraison de vaccins dans le cadre de la négligence.

Pfizer n’était toujours pas satisfait et a demandé que la loi soit modifiée par un nouveau décret, ce que l’Argentine a refusé.

Pfizer a alors demandé à l’Argentine de souscrire une assurance internationale pour payer d’éventuelles futures poursuites contre Pfizer, ce que le pays a accepté.

Mais cela n’a pas suffi, en décembre 2020, Pfizer est revenu avec de nouvelles exigences.

Et cette fois-ci, Pfizer a exigé que les actifs souverains de l’Argentine servent de garantie.

Pfizer a exigé que l’Argentine mette en jeu ses réserves bancaires, ses bases militaires et les bâtiments de son ambassade.

L’Argentine n’a pas accepté les demandes de Pfizer.

Un autre pays où Pfizer a fait des demandes aussi bizarres est le Brésil.

Pfizer a demandé au gouvernement brésilien de créer un fonds de garantie et de déposer de l’argent sur un compte bancaire étranger.

Le 23 janvier 2021, le ministère brésilien de la santé a publié une déclaration citant des extraits des clauses précontractuelles de Pfizer.

Voici une liste des exigences de Pfizer :

  • Le Brésil renonce à la souveraineté de ses avoirs à l’étranger en faveur de Pfizer,
  • que les règles du pays – ne soient pas appliquées sur Pfizer,
  • que le Brésil prenne en considération un retard de livraison,
  • que Pfizer n’est pas pénalisé pour un retard de livraison, et
  • qu’en cas d’effets secondaires, Pfizer soit exonérée de toute responsabilité civile.

Le gouvernement du Brésil qualifie ces clauses d’abusives. L’accord Pfizer avec le Brésil a également échoué.

Pfizer voulait même que l’Inde commande ses vaccins COVID-19 sans aucun essai local.

Selon le co-fondateur de BioNTech, le Dr Ugur Sahin, le vaccin COVID-19 qu’il a conçu pour Pfizer a été conçu en quelques heures seulement en une seule journée, le 25 janvier 2020. Aucun autre vaccin dans l’histoire n’a été créé et fabriqué aussi rapidement. Auparavant, le vaccin le plus rapide jamais mis au point prenait plus de quatre ans.

Comme rapporté précédemment par GreatGameIndia, Pfizer a versé 2,3 milliards de dollars dans le cadre du plus grand règlement de l’histoire en matière de fraude dans le domaine de la santé, afin de résoudre la question de la responsabilité pénale et civile découlant de la promotion illégale de certains produits pharmaceutiques.

Le gouvernement américain a même versé plus de 57 millions de dollars d’indemnisation pour les dommages et les décès dus aux vaccins jusqu’en mars 2020 seulement.

Source : GreatGameIndia.comWIONews.com
Traduction par https://cv19.fr

Vaccins à ARNm synthétique Covid : Une analyse du rapport bénéfices-risques

Avec un “vaccin” basé sur une technologie non éprouvée, et des essais de sécurité toujours en cours, est-il sûr de se faire vacciner ? Et est-ce que cela fonctionne ? Et une maladie avec un taux de mortalité de 0,2% justifie-t-elle ce risque ?

Par Sadaf Gilani

Parmi la pléthore de problèmes liés au Covid, les injections Covid sont les plus imminentes. Deux formulations ont reçu une approbation provisoire de la FDA et de Santé Canada : Pfizer/BioNtech et Moderna.

Ces deux injections utilisent la même technologie, la thérapie génique synthétique (SGT), qui est distribuée à la population pour la première fois dans l’histoire de l’humanité.

Des médicaments sont administrés aux personnes malades pour traiter la maladie. Des vaccins sont administrés aux personnes en bonne santé pour prévenir une infection. Il est donc primordial de tenir compte de l’analyse des risques et des avantages.

Covid est l’appellation générale pour les personnes “positives” à la PCR, quelle que soit la présentation clinique. La plupart sont “asymptomatiques”, certaines présentent des symptômes génériques du rhume/de la grippe, et quelques-unes présentent une détresse respiratoire modérée ou grave. Malheureusement, les tests PCR utilisés pour le diagnostic ne sont pas adaptés à leur objectif. La plupart des tests PCR sont construits sur la base du protocole allemand de Drosten et al.

Le 27 novembre 2020, 22 scientifiques ont soumis une demande de rétractation de ce protocole qui a été publiée dans la revue Eurosurveillance, en citant un certain nombre de défauts de conception capitaux.

Il est également important de noter que, malgré l’utilisation interchangeable du virus SarsCov2 et du syndrome étiqueté Covid, le lien de causalité n’a pas été prouvé, conformément aux postulats de Koch.

La première mesure que tout médecin doit transmettre à une personne est le degré de mortalité réel du Covid. C’est le contexte de la pratique juridique et éthique du consentement éclairé.

Soit dit en passant, toutes les statistiques sur les décès par Covid sont gonflées : sous la direction de l’OMS, on ne fait pas de distinction entre les décès “par” et accessoirement “avec” Covid. Le codage des décès a changé par rapport à la grippe ou à la pneumonie. Selon une analyse publiée, cela a entraîné une inflation de plus de 16 fois des statistiques de décès, comme le confirment les données des CDC

COMPARAISON DU NOMBRE TOTAL DE DÉCÈS DUS AU COVID-19 SUR LA BASE DE DIFFÉRENTES DIRECTIVES DE DÉCLARATION

En outre, les statistiques du taux de mortalité par infection (IFR) basées sur les études de séroprévalence des anticorps sont également gonflées puisque l’immunité des cellules T n’est pas mesurée dans ces études. Il peut en résulter un IFR 3 à 5 fois inférieur pour le Covid. Quoi qu’il en soit, l’IFR général est de l’ordre de celui de la grippe saisonnière, soit environ 0,2 % [img]. [données de l’OMS]

La mortalité Covid est le reflet d’une mortalité accrue avec l’âge, plus que la grippe ou la pneumonie des années précédentes. L’âge médian des décès par covid (86 ans) dépasse l’espérance de vie moyenne au Canada. Tragiquement, 70 % des décès dans la province de l’Ontario ont eu lieu dans des maisons de soins. Le taux de mortalité par Covid au Canada chez les moins de 59 ans est de 0,0017 %.

Selon le CDC, le taux de survie du Covid (avec des statistiques gonflées) est la suivante : (moins de 20 ans) 99,997%, (29-49) 99,98%, (50-69) 99,5% et (plus de 70 ans), 94,6%.

Les injections de thérapie génique synthétique Covid utilisent des séquences de nucléotides synthétiques thermostables qui sont enveloppées dans des nanoparticules lipidiques de PEG (polyéthylène glycol) pour protéger de la destruction dans la circulation sanguine et faciliter l’entrée dans les cellules. La machine cellulaire s’engagerait dans ces séquences synthétiques et produirait des segments qui codent pour la protéine de pointe S1 de SarsCov2. On pense que le système immunitaire produira une réponse anticorps suffisante.

Le Dr David Martin a souligné que cette technologie ne répond pas à la définition d’un vaccin traditionnel, comme le prétendent les fabricants. Les essais ne testent pas la réduction de la transmission. Ces thérapies n’empêchent pas l’infection, mais réduisent simplement un ou plusieurs symptômes.

Il est intéressant de noter que Moderna décrit sa technologie comme le “logiciel de la vie“, et non comme un vaccin.

Les médias, les politiciens et les responsables de la santé publique ont attribué l’efficacité de 95 % aux deux formulations. Pour un observateur non averti, cela signifierait une réduction de 95 % des hospitalisations ou des décès. Alors qu’en fait, les 95% sont calculés sur la base des “paramètres primaires d’efficacité”.

Dans la littérature des essais, ces paramètres sont décrits par les deux sociétés comme des SYMPTÔMES de froid/grippe non sévère couplés à une PCR positive.

Pfizer a fait un rapport :

Pour le paramètre primaire d’efficacité, la définition de cas pour un cas confirmé de COVID-19 était la présence d’au moins un des symptômes suivants et un test d’amplification de l’acide nucléique SARS-CoV-2 positif dans les 4 jours suivant la période symptomatique : Fièvre ; toux nouvelle ou accrue ; essoufflement nouveau ou accru ; frissons ; douleur musculaire nouvelle ou accrue ; perte de goût ou d’odeur nouvelle ; mal de gorge ; diarrhée ; vomissements”.

Moderna rapporte de façon similaire :

Pour le paramètre primaire d’efficacité, la définition de cas pour un cas confirmé de COVID-19 a été définie comme suit Au moins DEUX des symptômes systémiques suivants : Fièvre (≥38ºC), frissons, myalgie, maux de tête, mal de gorge, nouveau(x) trouble(s) olfactif(s) et gustatif(s), OU au moins UN des signes/symptômes respiratoires suivants : toux, essoufflement ou difficulté à respirer, OU signes cliniques ou radiographiques de pneumonie ; et écouvillon NP, écouvillon nasal ou échantillon de salive (ou échantillon respiratoire, en cas d’hospitalisation) positif pour le SARS-CoV-2 par RT-PCR.

Pour réitérer, dans les deux essais, une fois qu’un ou deux symptômes sont apparus chez un participant, il a été désigné comme “cas” ou “événement” lorsqu’il est associé à un “test” PCR positif. Une fois que 170 “cas” sont apparus dans l’essai Pfizer/BioNtech, et 196 “cas” dans l’essai Moderna, ces données ont été utilisées pour calculer l’efficacité. Il est choquant de constater qu’il n’y a eu que moins de 200 cas pour une nouvelle thérapie qui est en train d’être déployée/soumise sur des millions de personnes dans le monde entier.

En outre, les gens ne sont pas informés que l’efficacité de “95%” environ, est calculée sur la base d’une mesure inutile de l’efficacité relative et est donc très trompeuse.

Par exemple, Pfizer/BioNtech :

8 “cas” dans le groupe des vaccins
162 “cas” dans le groupe placebo

8/162 = 5%
100%-5%= 95%

Par conséquent, ils affirment que les injections de thérapie génique synthétique sont efficaces à 95%. Ce qu’ils ne prennent pas en compte, c’est la taille du dénominateur. S’il est grand, alors avec 8 contre 162, la différence devient moins significative. Il est important de savoir combien de personnes faisaient partie de chaque groupe, par exemple, que ce soit 200, 2 000 ou 20 000.

C’est la réduction de risque absolue pour Pfizer/BioNtech, chaque groupe comptait plus de 18 000 personnes !

Groupe d’injection : 8/18,198 = 0.04%
Groupe placebo : 162/18,325= 0.88%

Par conséquent, la réduction absolue du risque pour le paramètre primaire d’efficacité est de 0,84%. (c’est-à-dire 0,88-0,04)

Cela signifie qu’une personne qui prend l’injection Pfizer/BioNtech a moins de 1% de chance de réduire au moins un symptôme de “Covid” non grave pendant une période de 2 mois. Cela signifie qu’une personne qui prend cette injection a plus de 99% de chances de ne pas fonctionner, en ce qui concerne l’efficacité. Plus de 100 personnes doivent recevoir l’injection pour qu’elle “fonctionne” chez une personne.

L’efficacité réelle de la thérapie génique synthétique de Pfizer/BioNtech
L’efficacité réelle de la thérapie génique synthétique Moderna

Les données et la conception des essais posent de nombreux problèmes. Il convient de noter que les tests PCR ne sont pas adaptés à leur objectif et sans le séquençage de Sanger, nous n’avons aucune idée du nombre de ces personnes qui ont réellement eu ” le Covid ” par rapport à un autre virus respiratoire ou autre chose. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les docteurs Yeadon et Wodarg ont demandé un sursis pour les essais de vaccination.

Comme l’a souligné le Dr Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint du BMJ, l’accès aux données brutes est nécessaire pour élucider davantage les domaines de préoccupation :

Avec 20 fois plus de covid-19 suspecté que de covid-19 confirmé, et des essais non conçus pour évaluer si les vaccins peuvent interrompre la transmission virale, une analyse des maladies graves indépendamment de l’agent étiologique – à savoir les taux d’hospitalisation, les cas en USI et les décès parmi les participants aux essais – semble justifiée et constitue le seul moyen d’évaluer la capacité réelle des vaccins à faire reculer la pandémie”.

Environ 5 à 6 symptômes répertoriés comme “effets secondaires” sont identiques aux symptômes de Covid. Pfizer/BioNtech n’a commencé à compter les “cas” qu’une semaine après la deuxième dose, et Moderna, deux semaines après la deuxième dose. Par conséquent, si ces effets secondaires étaient plutôt étiquetés comme des symptômes “Covid”, même la faible efficacité d’environ 1% serait reléguée dans les nombres entiers négatifs.

En d’autres termes, le groupe ayant reçu l’injection peut avoir été plus malade avec “Covid” que le groupe placebo.

L’applicabilité des données limitées à la population générale, en particulier aux personnes âgées vulnérables, a fait l’objet de nombreuses critiques. Une analyse importante a été faite par le Dr James Lyons-Weiler qui a découvert que la population générale meurt à un taux 6,3 fois supérieur à celui des participants à l’essai Moderna (y compris les groupes placebo et d’injection).

Si le taux de mortalité vaccinale de Moderna est si largement inférieur au taux national et simultanément plus de cinq fois supérieur à celui de Pfizer, l’échantillon de l’étude de Pfizer semble encore moins représentatif de la population entière. Cela aussi doit être dûment pris en considération”.

Une question essentielle se pose : Pfizer/BioNtech et Moderna ont-ils recruté des surhommes pour leurs essais ? L’incidence de Covid “sévère” dans les groupes placebo est si faible que les essais de 30 000 à 40 000 personnes n’ont pas la puissance statistique nécessaire pour déterminer la réduction des hospitalisations et des décès, selon Tal Zaks, CMO Moderna.

Zaks a raison, l’incidence du ” Covid ” sévère n’était que de 0,04% chez Pfizer/BioNtech et de 0,22% chez Moderna. En raison de ce très faible taux d’attaque de la présentation sévère dans la population, la réduction absolue du risque de forme sévère, même en prenant les données à leur valeur de référence, est nominale.

Par conséquent, les bénéficiaires potentiels des vaccins doivent être informés que pour réduire la forme “grave”, il y a plus de 99,5 % de chances que ces thérapies géniques synthétiques ne fonctionnent pas.

Le British Medical Journal a publié un article à ce sujet :

Les admissions à l’hôpital et les décès dus au covid-19 sont tout simplement trop rares dans la population étudiée pour qu’un vaccin efficace puisse démontrer des différences statistiquement significatives dans un essai de 30 000 personnes. Il en va de même pour sa capacité à sauver des vies ou à prévenir la transmission : les essais ne sont pas conçus pour le découvrir”.

Pour que le consentement soit éclairé, le profil des effets secondaires doit également être pris en compte. Jusqu’à 80 % des personnes ayant reçu une injection dans le cadre d’un essai ont ressenti des effets secondaires, dans un contexte de syndrome nébuleux où 80 % des personnes sont asymptomatiques.

L’incidence des effets secondaires immédiats dans les deux essais a été significative et a éclipsé la réduction absolue du risque tant pour les paramètres d’efficacité primaires que pour le Covid “grave”.

Par exemple, pour Moderna, 81,9 % des patients ont subi une réaction systémique. Les réactions de grade 3 (considérées comme graves) ont été observées par 17,4 % des sujets. C’est 79 fois plus probable que l’incidence des formes de covid graves dans le groupe Moderna. (17.4/.22=79X) Basé sur les rapports préliminaires d’événements indésirables :

Cela représente un taux de préjudice de 1 pour 40 injections. Cela signifie que les 150 piqûres nécessaires pour éviter un cas bénin de COVID causeront des dommages graves à au moins trois personnes”.

Les données de sécurité des deux entreprises ne sont disponibles que deux mois environ avant l’obtention du statut d’autorisation d’utilisation d’urgence. Il n’y a donc pas de données concernant les effets secondaires à moyen et long terme, car les essais sont en cours.

La date d’achèvement prévue des essais de Pfizer/BioNtech est le 31 janvier 2023. La date d’achèvement prévue des essais de Moderna est le 27 octobre 2022.

Selon les données, et élaborées par Tal Zaks (CMO de Moderna), les essais ne sont pas conçus pour démontrer une réduction de la transmission, en raison des “réalités opérationnelles”. Il est donc déconcertant de voir comment les médecins et les responsables de la santé publique proclament que ces vaccins vont promouvoir l’immunité de groupe.

Les fabricants ont également indiqué clairement que l’efficacité au-delà de deux mois environ est inconnue. Par conséquent, la réduction de 1 % du risque absolu pour les symptômes légers/modérés du rhume/de la grippe ne peut pas durer plus de quelques mois.

Malheureusement, il n’y a pas de discours omniprésent centré sur les données, mais seulement une peur excessive. Sans tenir compte des données, les gens ne peuvent pas faire un choix éclairé sur les vaccins expérimentaux.

Nombreux sont ceux qui ignorent qu’un bénéficiaire de ces vaccins fait maintenant partie d’une expérience sans précédent. Lorsque Santé Canada a accepté, de façon choquante, l’autorisation provisoire de l’injection de Pfizer/BioNtech, elle s’est accompagnée d’une mise en garde : la société doit présenter des données d’essai sur une période de six mois lorsqu’elles sont disponibles.

A souligner : Santé Canada a approuvé cette thérapie génique expérimentale sur la population sans même 6 mois de données d’essai.

Il est difficile de se lancer dans une analyse risques-avantages complète, car il n’existe aucune donnée de sécurité au-delà de quelques mois. Les nouveaux vaccins nécessitent généralement entre 7 et 20 ans de recherche et d’essais avant d’être mis sur le marché. Pfizer/Moderna ont mené tous leurs essais simultanément, y compris sur des animaux, au lieu de les mener de manière séquentielle. Comme l’a expliqué le Dr Qureshi, chercheur scientifique à la retraite de Santé Canada, c’est au cours d’essais appropriés sur les animaux que l’on obtient des données toxicologiques significatives.

Les réactions anaphylactiques observées chez certaines personnes sont également inquiétantes et méritent d’être analysées. La Children’s Health Defense a demandé à la FDA de se pencher sur les allergies au PEG, car jusqu’à 70 % de la population possède des anticorps contre ces composés. Le PEG n’a jamais été un composant d’un vaccin auparavant.

Il faut également noter que selon une étude interne des Health Human Services et de Harvard, moins de 1 % des effets secondaires des vaccins sont signalés. À ce stade, compte tenu de l’efficacité médiocre, des problèmes de transparence des données et de la conception des essais, du niveau élevé d’effets secondaires immédiats et du faible taux de léthalité pour le Covid, il y a déjà suffisamment de raisons de s’inquiéter.

Cependant, les effets secondaires les plus déconcertants sont les effets potentiels à moyen et long terme.

De nombreux médecins et chercheurs du monde entier ont fait part de leurs préoccupations concernant le phénomène bien documenté appelé “Antibody Dependent Enhancement” (ADE) observé dans certains virus tels que les coronavirus.

Lors des précédents essais de vaccins contre le SRAS, le MERS, la dengue et le VRS, l’exposition de virus sauvages aux receveurs du vaccin a entraîné une grave maladie, des tempêtes de cytokines et des décès dans certains essais sur des animaux et des humains. Le phénomène de l’ADE ne s’est pas présenté au début chez les personnes ayant reçu le vaccin, mais plutôt après l’exposition de ces personnes à des virus sauvages.

C’est la raison pour laquelle nous ne disposons pas d’un vaccin contre le rhume, le MERS et le SRAS qui sont homologue à 78% avec le SarsCov2 (sur la base de l’analyse du génome numérique). Le professeur d’immunologie Dolores Cahill a averti que cette aggravation de la maladie pourrait entraîner la mort de nombreux receveurs de vaccins dans les mois ou les années à venir. Le Dr Sucharit Bhakdi, estimé spécialiste allemand des maladies infectieuses, est d’accord :

Ce vaccin vous mènera à votre perte.

This vaccine will lead you to your doom.

Les chercheurs ont déclaré dans The International Journal of Clinical Practice :

L’absence de preuves de l’ADE dans les données sur le vaccin COVID-19 jusqu’à présent ne dispense pas les chercheurs de divulguer le risque d’aggravation de la maladie aux participants aux essais de vaccins, et cela reste un risque réaliste et non théorique pour les sujets. Malheureusement, aucun vaccin pour aucun des coronavirus humains connus n’a été homologué, bien que plusieurs vaccins potentiels contre le CoV SRAS et le CoV MERS aient fait l’objet d’essais cliniques chez l’homme depuis des années, ce qui suggère que le développement de vaccins efficaces contre les CoV humains a toujours été un défi.

Les vaccins traditionnels impliquent l’injection de l’agent pathogène/la toxine en tout ou en partie pour provoquer une réaction immunitaire. Pour la première fois dans l’histoire, les cellules des receveurs vont fabriquer l’agent pathogène, la protéine de pointe S1 du virus SarsCov2.

Dans une présentation pour l’autorisation d’utilisation d’urgence à la FDA, les représentants de Moderna ont expliqué que l’ARNm reste dans le cytoplasme des cellules, fabrique la protéine de pointe S1 et est ensuite détruit. Comme le Dr Sucharit Bhakdi et d’autres l’ont demandé :

Où peuvent encore aller ces paquets ?

De plus, sur la base de quelques mois de données de sécurité, nous ne savons pas si ces ARNm durent assez longtemps pour fabriquer la protéine mais pas assez longtemps pour exercer des effets délétères. Cette technologie naissante est risquée.

Tout d’abord, les séquences d’ARN sont synthétiques. Par conséquent, nous ne savons pas combien de temps elles vont durer dans les cellules. Le Dr Judy Mikovits s’est inquiétée du fait qu’elles pourraient ne pas être dégradées immédiatement, et peut-être même persister pendant des jours, des mois, des années.

Moderna avait déjà essayé d’utiliser cette même technologie pour traiter le syndrome de Crigler-Najjar et n’avait pas réussi à trouver l’équilibre entre la dose thérapeutique et les effets secondaires toxiques.

Il est encapsulé dans un nanolipide pour l’empêcher de se dégrader trop rapidement, mais que se passe-t-il si l’ARNm se dégrade trop lentement, ou pas du tout ? Que se passe-t-il lorsque vous transformez votre corps en une “usine à protéines virales”, ce qui maintient la production d’anticorps activée en permanence sans possibilité de l’arrêter ?

Donc, prendre un ARN messager synthétique et le rendre thermostable – sans le décomposer – [est problématique]. Nous avons beaucoup d’enzymes (ARN et ADN) qui dégradent l’ARN et l’ADN libres car, là encore, ce sont des signaux de danger pour votre système immunitaire. Ils sont littéralement à l’origine de maladies inflammatoires.

Moderna affirme avec audace que ces ARNm synthétiques ne s’intégreront pas à l’ADN de la cellule hôte. La découverte de l’épigénétique a révélé que l’expression de l’ADN est en flux et interagit constamment avec les signaux environnementaux. Le Dr Lanka a expliqué que l’ARN-ADN est également un processus à double sens, dynamique.

Cet ARN synthétique pourrait s’intégrer à l’ADN humain par l’intermédiaire de l’enzyme transcriptase inverse. Cela pourrait entraîner une mutagenèse, voire un cancer. Il peut entraîner des malformations congénitales s’il s’intègre dans les cellules germinales de la personne à qui il est injecté. Il est impossible de se rassurer sur la base de données de sécurité aussi limitées.

Il est donc important de comprendre clairement les risques potentiels de ce type de vaccin à base d’ARNm, qui comprennent les réponses inflammatoires locales et systémiques, la biodistribution et la persistance de l’expression immunogène induite, le développement possible d’anticorps autoréactifs et les effets toxiques de tout nucléotide et composant du système d’administration non natif”.

On a découvert que les séquences d’ARNm couramment transcrites peuvent s’intégrer à l’ADN pour former des “boucles R”. La dérégulation de ces séquences est impliquée dans différentes pathologies, dont le “stress oncogène”.

Cette constatation a été appelée :

interaction inattendue entre les modifications de l’ARN (l’épitranscriptome) et le maintien de l’intégrité du génome”.

Il est clair que nous n’en sommes qu’aux premiers stades de la compréhension du domaine complexe de l’épigénétique. La protéine de pointe S1 SarsCov2 est hautement homologue à la protéine HERV (rétrovirus endogène humain) connue sous le nom de Syncytin-1. Il existe un potentiel d’auto-immunité, car les anticorps de la protéine Spike pourraient attaquer la Syncytin-1.

Alors que les infections naturelles sont bénignes et autolimitatives pour la grande majorité des personnes touchées, les maladies auto-immunes sont pour la plupart irréversibles. Cela est encore plus terrifiant avec le traitement par ARNm.

Si la traduction de la protéine de pointe S1 de SarsCov2 persiste, il est possible de provoquer une amplification de l’expression de l’auto-immunité. Comme les cellules des receveurs du nouveau vaccin produisent maintenant les protéines virales, il y a un risque d’explosion des maladies auto-immunes dans les années à venir.

La fonction première de la syncytine-1 se situe dans le placenta ainsi que dans le sperme. Le Dr Wodarg et le Stay of Action de Yeadon ont exprimé leur inquiétude quant à la possibilité que les anticorps contre les protéines de la Syncytin-1 (une partie du placenta) puissent entraîner une stérilité permanente chez les femmes et peut-être aussi chez les hommes. Les fabricants mettent en garde contre cette éventualité :

On ignore si le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 a un impact sur la fertilité. Et il est conseillé aux femmes en âge de procréer d’éviter toute grossesse pendant au moins deux mois après leur deuxième dose”.

Les femmes enceintes n’ont été incluses dans aucun des essais. Les participantes aux essais ont reçu l’instruction d’utiliser des moyens de contraception.

La nanoparticule lipidique PEG est hautement lipophile, pour traverser les membranes cellulaires. Le Dr Chris Shaw, expert renommé en aluminium et en neurotoxicité, a déclaré que ces nanoparticules traversent effectivement la BHE (barrière hémato-encéphalique) et a cité les résultats des précédents essais de Moderna sur des animaux.

Sur les réseaux sociaux, il y a eu de nombreux cas documentés de symptômes neurologiques bizarres chez les bénéficiaires de la thérapie génique. Un mécanisme pourrait-il être la dysrégulation de la Syncytine-1 dans le cerveau ?

Hormis la fonction physiologique normale de la syncytine-1 dans le développement du placenta, l’activité et l’expression de la syncytine-1 augmentent dans plusieurs maladies, telles que les troubles neuropsychiatriques, les maladies auto-immunes et le cancer […] La syncytine-1 participe à la morphogenèse placentaire humaine et peut activer une cascade pro-inflammatoire et auto-immune […] Un nombre croissant d’études indiquent que la syncytine-1 joue un rôle important dans la SEP”.

Résultat : taux élevés de Syncytin-1 = inflammation cérébrale.

Nous disposons maintenant d’une thérapie qui utilise les propres cellules du corps pour produire des niveaux inconnus (peut-être continus) d’une protéine presque identique à la Syncytin-1. C’est un risque de désastre, comme l’a expliqué le Dr Mikovits :

La syncytine est l’enveloppe endogène du gamma-rétrovirus qui est codée dans le génome humain… Nous savons que si la syncytine… est exprimée de manière aberrante dans le corps, par exemple dans le cerveau, dans lequel ces nanoparticules de lipides iront, alors vous avez la sclérose en plaques […] L’expression de ce seul gène fait enrager les microglies, enflamme littéralement et dérègle la communication entre les microglies cérébrales, qui sont essentielles pour l’élimination des toxines et des agents pathogènes dans le cerveau, et la communication avec les astrocytes qui dérègle non seulement le système immunitaire mais aussi le système endocannabinoïde…”

À plus long terme, elle pense que nous assisterons à une augmentation significative des migraines, des tics, de la maladie de Parkinson, des troubles microvasculaires, de différents cancers, dont le cancer de la prostate, des syndromes de douleur sévère comme la fibromyalgie et l’arthrite rhumatoïde, des problèmes de vessie, des maladies rénales, des psychoses, des maladies neurodégénératives comme la maladie de Lou Gehrig (SLA) et des troubles du sommeil, dont la narcolepsie. Selon elle, chez les jeunes enfants, des symptômes semblables à ceux de l’autisme sont susceptibles de se développer également.

Les crises cardiaques sont un autre effet secondaire documenté. Les proches des défunts ont déclaré sur les médias sociaux que ces décès ne sont pas considérés comme des réactions au vaccin et ne sont donc pas enregistrés comme tels.

Le Dr Hooman Noorchashm, chirurgien cardiothoracique et chercheur, a écrit une lettre d’avertissement à la FDA. Il craint que la protéine de pointe ne provoque une inflammation, la formation de caillots et des crises cardiaques chez les receveurs de ces vaccins qui ont déjà été exposés à SarsCov2 :

Ainsi, si une personne ayant une infection COVID-19 récente ou active est vaccinée, la réponse immunitaire hautement efficace et spécifique à l’antigène déclenchée par le vaccin attaquera très probablement la paroi interne du vaisseau sanguin et causera des dommages, entraînant la formation d’un caillot sanguin. Cela pourrait entraîner des problèmes graves comme des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques, du moins chez certaines personnes… En outre, si le risque immunologique que je pronostique ici est en réalité important, au cours des prochains mois, alors que des millions d’Américains supplémentaires seront vaccinés, il deviendra très visible pour le public… Les complications thromboemboliques, 10 à 20 jours après l’activation d’une réponse immunitaire spécifique à l’antigène induite par le vaccin, chez les vasculopathes âgés et fragiles, ne seront pas enregistrées comme des “complications liées au vaccin” classiques.

Les représentants de Moderna et de Pfizer se sont vantés que la protéine de pointe entraînera une réduction des symptômes sans présenter de maladie clinique, car seule une partie de SarsCov2 est produite. Le Dr Whelan s’est dit préoccupé par le fait que la protéine de pointe seule est suffisante pour causer des lésions.

Je suis préoccupé par la possibilité que les nouveaux vaccins visant à créer une immunité contre la protéine de pointe du SARS-CoV-2 aient le potentiel de causer des lésions microvasculaires au cerveau, au cœur, au foie et aux reins d’une manière qui ne semble pas être actuellement évaluée dans les essais de sécurité de ces médicaments potentiels.

Il existe de nombreuses possibilités de dommages et de mort potentiels, dont beaucoup sont inconnues car cette expérience n’a que quelques mois.

En vue de l’analyse bénéfice/risque, il faut également envisager des traitements efficaces à faible risque. Il est bien établi que la carence en vitamine D est liée à la présentation d’une détresse respiratoire sévère, et aux séquelles de la tempête de cytokines, qui comprend également le Covid.

Il s’agit d’une petite étude, mais bien étayée par la littérature scientifique. Tous les facteurs de risque pour le Covid sont également des facteurs de risque de carence en vitamine D. Nous avons une pandémie de carence en vitamine D dans de nombreux climats tempérés. Plus de deux cents scientifiques ont demandé instamment que l’on envisage une supplémentation en vitamine D pour la prévention et le traitement du Covid.

Comme le Dr Raharusun s’est montré optimiste après avoir mené son étude, il a estimé qu’il s’agit d’une solution qui ne coûte que quelques centimes. Malheureusement, il a été victime d’un décès prématuré peu de temps après avoir mené son étude.

Les autorités sanitaires chinoises ont recommandé un moratoire sur ces injections de vaccins à ARNm Covid, après les enquêtes sur les décès dans les maisons de soins en Norvège. Tous les jours, un flot de rapports détaillant les effets secondaires déconcertants qui entraînent des décès se succèdent au fur et à mesure que se déroule cette grande expérience sur l’humanité.

Le 5 février, la Medical Freedom Alliance britannique a écrit une lettre à Boris Johnson, l’exhortant à s’occuper des décès dus aux vaccins dans les maisons de soins :

Nous demandons maintenant un audit immédiat et urgent des décès survenus depuis le début du déploiement du vaccin Covid-19, afin de déterminer si les vaccins Covid-19 (en général ou d’une marque en particulier) entraînent un nombre accru de décès (liés ou non au Covid-19), de cas de Covid-19 ou un risque accru de décès dans certains groupes d’âge ou certaines cohortes.

Il y a maintenant plus de 900 décès dans le registre VAERS. Selon la propre analyse de Health and Human Services, il s’agit probablement d’un faible pourcentage des décès réels. Les deux sociétés souhaitent que les essais soient “en aveugle” afin que les groupes placebo puissent acquérir des thérapies géniques synthétiques. Si cela se produit, la cohorte placebo sera perdue, ce qui obscurcira davantage les effets secondaires délétères.

Dans le monde, plus de 206 millions de doses ont été distribuées. Pfizer a prévu un bénéfice de 15 milliards pour 2021. Un départ très lucratif pour toutes les entreprises qui bénéficient du complexe industriel Covid.

Malheureusement, les gens ne sont pas informés que les essais de la phase 3 sont en cours. La FDA et Santé Canada n’ont pas approuvé l’autorisation de ces injections. Les injections sont très expérimentales. Ces thérapies géniques synthétiques ont été conçues et “évaluées” à une vitesse record de moins d’un an, puis ont reçu une approbation provisoire basée sur 2 mois de données de sécurité.

Récemment, le gouvernement indien a refusé la thérapie génique de Pfizer, ce qui a incité les médecins américains de première ligne à faire appel à Biden pour répondre à leurs préoccupations. Les autorités de santé publique font des allégations sur les thérapies géniques synthétiques que les fabricants n’ont pas faites.

ICAN a récemment écrit une lettre à Cuomo pour demander la rétractation des annonces frauduleuses de l’État de New York selon lesquelles les injections de ces vaccins sont approuvées par la FDA et ont fait l’objet de tests de sécurité rigoureux.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de la propagande contenue dans la publicité du gouvernement du Canada :

Une réunion de famille pour un repas équivaut désormais à un comportement criminel.

Dr Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint du BMJ, a déclaré :

Les produits peuvent être commercialisés sans accès aux données, mais les médecins et les sociétés professionnelles devraient déclarer publiquement que, sans une transparence complète des données, ils refuseront d’approuver les produits covid-19 comme étant basés sur la science”.

Le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, a également déclaré :

Tous les vaccins contre le virus du SARS-CoV-2 sont par définition nouveaux. Si l’utilisation d’un tel vaccin est approuvée dans des circonstances qui ne sont pas EXPLICITEMENT expérimentales, je pense que les receveurs sont induits en erreur dans une mesure criminelle.

Les rapports du White Paper du American Frontline Doctor,

Un vaccin expérimental n’est pas plus sûr qu’un très faible taux de mortalité.

Pour exercer son consentement éclairé, tout bénéficiaire de ce vaccin doit être informé qu’il participe actuellement à un essai clinique. Il n’y a aucune revendication concernant la réduction de la transmission. Toute analyse bénéfice/risque doit être centrée sur l’individu, tout comme le traitement par une pharmacothérapie.

Par conséquent, le bénéficiaire potentiel de l’essai doit comprendre le taux de mortalité, la réduction absolue du risque de symptômes et les effets secondaires potentiels, y compris l’ADE ainsi que les alternatives efficaces de traitement si le besoin s’en fait sentir.

Si le sujet potentiel de l’essai n’est pas relayé par ces informations, ou ne les comprend pas, il s’agit d’une violation flagrante du code de Nuremberg.

Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel… Cela signifie que la personne concernée doit avoir la capacité juridique de donner son consentement ; doit être située de manière à pouvoir exercer un libre pouvoir de choix, sans l’intervention d’un quelconque élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, d’abus ou d’une autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition ; et doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes des éléments du sujet concerné pour lui permettre de prendre une décision éclairée et compréhensible.

Ce dernier élément exige qu’avant l’acceptation d’une décision positive par le sujet expérimental, il lui soit fait connaître la nature, la durée et le but de l’expérience ; la méthode et les moyens par lesquels elle sera menée ; tous les inconvénients et les dangers auxquels on peut raisonnablement s’attendre ; et les effets sur sa santé ou sa personne qui peuvent éventuellement découler de sa participation à l’expérience.

Il existe un nombre important d’experts dans le monde entier, qui mettent en garde contre les catastrophes potentielles de ce nouveau vaccin. La sainteté de la vie est reléguée aux proclamations de ceux qui justifient et commandent la nouvelle religion Covid.

La nouvelle normalité engendre l’hystérie, “sûr et efficace” sont les mantras macabres. Seul un hérétique ose analyser les données réelles ou lancer une interrogation rationnelle. Le message sans scrupules proclamé d’en haut, le Covid est extrêmement fatal, les injections sont extrêmement sûres et efficaces. Point final.

Le Dr Vernon Coleman n’a pas mâché ses mots, dans son plaidoyer émotionnel :

Légalement, tous ces gens qui font des “vaccinations” sont des criminels de guerre… Il n’y a aucun doute dans mon esprit, c’est un génocide mondial”.

Bien entendu, les commentaires du Dr Coleman ont été signalés comme fausses informations par Facebook.

Entre-temps, les messages orwelliens tels que ceux qui suivent abondent :

L’amour, c’est se faire vacciner quand c’est son tour

Le docteur en médecine Sadaf Gilani est un entrepreneur et un militant canadien.

Source : https://off-guardian.org/2021/02/22/synthetic-mrna-covid-vaccines-a-risk-benefit-analysis/
Traduction par https://cv19.fr

La guerre de désinformation autour des vaccins

Par CJ Hopkins

Alors, bonne nouvelle ! Il semble que l’industrie pharmaceutique ait mis au point un vaccin miracle pour le Covid !

Il s’agit d’un vaccin à ARN messager absolument sûr et non expérimental qui apprend à vos cellules à produire une protéine qui déclenche une réponse immunitaire, tout comme la réponse du système immunitaire de votre corps, mais en mieux, car il est fabriqué par des entreprises !

D’accord, techniquement, son utilisation n’a pas été approuvée – ce processus prend normalement plusieurs années – donc je suppose qu’il est légèrement “expérimental”, mais la Food and Drug Administration américaine et l’Agence européenne des médicaments ont délivré des “autorisations d’utilisation d’urgence” et il a été “testé de manière extensive pour sa sécurité et son efficacité”, selon les “vérificateurs de faits” anonymes de Facebook, donc il n’y a absolument rien à craindre.

Ce vaccin expérimental non expérimental est véritablement un événement historique, car outre le fait qu’il permet de sauver le monde d’un virus qui provoque des symptômes grippaux légers à modérés (ou, plus communément, aucun symptôme) chez environ 95% des personnes infectées, et que plus de 99% des personnes infectées survivent, les possibilités d’applications futures de la technologie de l’ARN messager et de la modification génétique des humains, en général, sont pratiquement illimitées à ce stade.

Imaginez toutes les maladies que nous pouvons guérir, et toutes les “erreurs” génétiques que nous pouvons réparer, maintenant que nous pouvons reprogrammer les gènes des gens pour faire ce que nous voulons… cancer, maladies cardiaques, démence, cécité, sans parler du rhume !

Nous pourrions même guérir les troubles psychiatriques, comme le “trouble de la personnalité antisociale“, le “trouble oppositionnel avec provocation” et d’autres “troubles de la personnalité” et “troubles du comportement“.

Qui sait ? Dans cent ans, nous serons probablement en mesure de nettoyer génétiquement l’espèce humaine de fléaux séculaires, comme le racisme, le sexisme, l’antisémitisme, l’homophobie, la transphobie, etc., en reprogrammant les allèles défectueux de chacun, ou en implantant une sorte de puce neurosynaptique nanotechnologique dans notre cerveau.

La seule chose qui nous empêche d’agir est la résistance totalement irrationnelle des gens à laisser les entreprises reconcevoir l’organisme humain, qui, de toute évidence, a été plutôt mal conçu et est donc vulnérable à toutes ces horribles maladies et à tous ces troubles émotionnels et comportementaux.

Mais je m’avance un peu.

L’important à l’heure actuelle est de vaincre cette pestilence de type “grippe commune” qui n’a pas d’effet significatif sur les taux de mortalité ajustés en fonction de l’âge, et dont le profil de mortalité est plus ou moins identique au profil de mortalité normal, mais qui n’a néanmoins laissé d’autre choix à la corporatocratie mondiale que de “verrouiller” la planète entière, de plonger des millions de personnes dans une pauvreté désespérée, d’ordonner à chacun de porter des masques d’apparence médicale, de lancer des brigades armées pour faire des raids chez les gens, et de transformer autrement la société en un cauchemar pathologisé-totalitaire.

Et, bien sûr, la seule façon d’y parvenir (c’est-à-dire de sauver l’humanité d’un virus de type grippal) est de vacciner de force chaque être humain sur la planète Terre !

OK, vous pensez probablement que cette croisade pour vacciner l’espèce entière contre un virus respiratoire relativement banal n’a pas beaucoup de sens, mais c’est juste parce que vous êtes encore en train de réfléchir de manière critique. Il faut vraiment que vous arrêtiez de penser comme ça. Comme le New York Times vient de le souligner :

La pensée critique n’aide pas.

En fait, elle pourrait être symptomatique d’un de ces “troubles” que je viens de mentionner ci-dessus.

La pensée critique conduit à une “hésitation vaccinale”, c’est pourquoi les entreprises travaillent avec les gouvernements pour censurer immédiatement tout contenu qui s’écarte du récit officiel du Covid-19 et déplateformer les auteurs de ce contenu, ou les discréditer comme “désinformateurs anti-vax“.

Par exemple, Children’s Health Defense, qui a fait un rapport sur les soi-disant “événements indésirables” et les décès liés aux vaccins Covid, malgré le fait que, selon les autorités, “il n’y a pas de problèmes de sécurité avec les vaccins” et “il n’y a pas de lien entre les vaccins Covid-19 et ceux qui meurent après les avoir reçus“.

En fait, selon les “fact-checkers” de Reuters, ces prétendus “rapports d’événements indésirables” “peuvent contenir des informations incomplètes, inexactes, fortuites ou invérifiables” !

Oui, vous lisez entre les lignes à la perfection.

Les médias institutionnels ne peuvent pas le dire, mais il semble que les “désinformateurs anti-vax” fabriquent des “événements indésirables” à partir de données complètes et les piratent dans la base de données VAERS et d’autres systèmes similaires dans le monde entier.

Pire encore, ils introduisent en quelque sorte ces histoires inventées dans les médias grand public afin d’attirer les gens dans une “hésitation vaccinale” et de nous empêcher de vacciner chaque homme, femme et enfant de l’univers physique, de manière répétée, continue, aussi longtemps que les “experts médicaux” le jugent nécessaire.

Voici quelques exemples de leur travail…

Aucune autopsie n’a été pratiquée après la mort d’une femme de Gloucester quelques minutes après avoir reçu le vaccin Pfizer
Les vaccins COVID-19 approuvés ont fait l’objet de nombreux tests de sécurité et d’efficacité

Et puis il y a tous les gens sur Facebook qui partagent leurs histoires d’êtres chers décédés peu après avoir reçu le vaccin Covid, que les “vérificateurs de faits” de Facebook font tout leur possible pour discréditer avec leurs “avis de vérification de faits” à l’allure officielle. Par exemple…

Mon cœur est brisé. C’est une douleur que je savais que j’aurais à affronter un jour et je savais que ce serait l’une des choses les plus difficiles à affronter. Nous avons dû dire “à plus tard” à mon père hier. C’était l’une de mes personnes préférées et il le savait. C’était mon meilleur ami.
C’est lui que j’appelais si je traversais quelque chose comme ça et je lui disais “Papa, qu’est-ce que je suis censé faire”, j’appelais juste de temps en temps pour entendre sa voix. Sa voix va me manquer. C’était un père et un grand-père extraordinaires. Les gens veulent savoir ce qui s’est passé. Je vais vous le dire pour que vous le sachiez, mais nous sommes en train de traiter cette affaire. Il a reçu le vaccin hier matin, il a eu mal à la tête après, il s’est donc allongé pour faire une sieste et il ne s’est jamais réveillé.
J’ai l’assurance certaine de savoir où il se trouve. Il aimait Dieu et il aimait Jésus. Hier était donc un jour glorieux pour lui. Il a pu rencontrer Jésus et Dieu face à face. Il danse et se réjouit. Et bien que ce soit l’une des pertes les plus douloureuses que j’aurai à affronter, j’ai moi aussi le même espoir et je le reverrai un jour.
Les vaccins COVID-19 approuvés ont fait l’objet de nombreux tests de sécurité et d’efficacité

OK, je me rends compte qu’il est inconfortable de devoir faire face à ce genre de choses (c’est-à-dire que des entreprises multinationales comme Facebook laissent entendre que ces personnes mentent ou utilisent la mort soudaine de leurs proches pour décourager d’autres personnes de se faire vacciner), surtout si vous essayez simplement de suivre les ordres et la propagande officielle des perroquets … même les plus fanatiques du culte covidien ont probablement encore une once d’empathie humaine enfouie au fond de leur petit cœur froid.

Mais il y a une guerre de l’information !

Vous êtes soit avec la corporatocratie, soit contre elle ! Ce n’est pas le moment d’être dégoûté ou, vous savez, de faire preuve publiquement d’une once de compassion. Que penseraient de vous vos amis et collègues !

Non, dénoncez ces anti-vaxxers aux autorités, dénoncez-les sur les réseaux sociaux, éteignez votre esprit critique et faites la queue pour vous faire vacciner ! Le sort de l’espèce humaine en dépend !

Et, si vous avez de la chance, peut-être que GloboCorp vous donnera même un de ces tatouages numériques du vaccin Covid gratuitement !

CJ Hopkins est un dramaturge, romancier et satiriste politique américain primé, basé à Berlin. Ses pièces sont publiées par Bloomsbury Publishing et Broadway Play Publishing, Inc. Son roman dystopien, Zone 23, est publié par Snoggsworthy, Swaine & Cormorant. Les volumes I et II de ses Consent Factory Essays sont publiés par Consent Factory Publishing, une filiale à part entière de Amalgamated Content, Inc. Il peut être contacté à l’adresse cjhopkins.com ou consentfactory.org.

Source : https://off-guardian.org/2021/02/23/the-vaccine-disinformation-war/
Traduction par https://cv19.fr

En Espagne, la Galice va punir ceux qui refusent de se faire vacciner contre le Covid-19

La droite à la tête de la cinquième région d’Espagne a instauré, mercredi 24 février, une amende allant de 1000 à 60 000 € pour les personnes qui refusent de se faire vacciner contre le coronavirus.

Un couple de personnes âgées à sa fenêtre en janvier 2021, à Saint-Jacques-de-Compostelle. |

Cinquième région la plus peuplée d’Espagne, la Galice a décidé, mercredi 24 février, de sanctionner ceux qui refusent le vaccin contre le Covid-19 d’une amende pouvant aller de 1 000 à 60 000 €.

Saluée par le Partido Popular (droite), à la tête du gouvernement provincial depuis 2009, cette décision va à l’encontre de la volonté du gouvernement central qui, comme les autres pays de l’UE, a basé sa campagne de vaccination sur le volontariat.

80 % de volontaires

Arrêté en novembre, le principe peut paraître anachronique : l’Espagne ne comptait alors que 40 % de volontaires pour la vaccination ; ce taux dépasse désormais 80 %, selon le Centre de recherches sociologiques.

 On considère les Galiciens comme des suspects permanents  ​pouvait-on entendre dans les rangs de l’opposition menée par le Bloc nationaliste galicien et le Parti socialiste de Galice.

 C’est un non-sens​, tançait, le porte-parole socialiste pour la santé au parlement régional, Julio Torrado. Il n’y a pas de problème de vaccins, le processus se déroule bien. Pourquoi veulent-ils forcer la vaccination ? ​.

« Pas d’obligation mais une amende »

L’opposition régionale espère d’ailleurs que le texte sera retoqué par le Tribunal suprême espagnol. Ce à quoi ne croit pas le président du Comité espagnol de bioéthique et professeur de droit constitutionnel Federico de Montalvo :  Dans ce cas, ce que je comprends, c’est qu’il n’y a pas d’obligation à se faire vacciner. Seulement, en cas de refus, on encourt une amende. C’est comme lors d’un contrôle autoroutier, si vous ne présentez pas votre permis de conduire, vous avez une sanction. 

Reste à savoir si la décision fera date et que d’autres régions emboîteront le pas de la Galice.

Source : https://www.ouest-france.fr/europe/espagne/covid-19-en-espagne-la-galice-va-punir-ceux-qui-refusent-de-se-faire-vacciner-7166440

Le grand retour de l’hyperinflation mondiale : Préparez-vous aux cyberattaques, aux pénuries alimentaires et aux coupures de courant

Le Grand Reset est dans l’esprit des gens. Le gaz a été allumé. Mais qu’allons-nous “réinitialiser” ?

Bien sûr, c’est toute notre façon d’être qui est “réinitialisée”, mais dans le scénario machiavélique de problème/réaction/solution proposé par les fascistes technocrates qui dirigent le monde, la “Grande réinitialisation” sera le système financier mondial.

L’hyperinflation a fait des ravages. Elle en fait toujours. Dans la Rome antique, l’empereur Dioclétien a fait recouvrir du cuivre bon marché par de l’argent afin d’avilir la monnaie de Rome. Il a introduit un contrôle strict des prix pour essayer de le cacher. L’hyperinflation s’est produit dans la République allemande de Weimar, [“La spéculation seule, tout en n’ajoutant rien à la richesse de l’Allemagne, est devenue l’une de ses plus grandes activités. Le levier qui lui permettait de s’associer pour tourner rapidement a infecté presque toutes les classes. Tout le monde, de l’exploitant d’ascenseur au sommet, jouait le marché”]. 

https://twitter.com/michaeljburry/status/1363239456388435969 (tweet censuré)

La tentation de l’inflation est trop grande pour celui qui contrôle la monnaie. (Pour certains, ce n’était pas une tentation mais un but en soi) Lorsque le travail, qui est la force de l’homme, la vie des individus qui travaillent, est converti en argent, alors l’argent aussi devient la force stockée des travailleurs. Si vous pouviez simplement appuyer sur un bouton et construire des cuirassés et des porte-avions avec votre esprit, traverser le globe un million de fois en jet privé, coucher avec des dizaines de prostituées, tous vos désirs deviendraient-ils réalité ?

C’est la plus grosse pilule rouge de toutes : Tout le pouvoir et la richesse du monde appartiennent à des dirigeants qui ont passé 100 ans à avilir la monnaie, à voler le pouvoir des travailleurs. La Banque des règlements internationaux, la Réserve fédérale, la Banque centrale européenne, le FMI et tous les gigantesques LLC de Wall Street ont littéralement imprimé de l’argent, avilissant notre monnaie et volant nos richesses, nos vies et nos pays sous nos pieds. Ensuite, tout cet argent dévalorisé suit dans la télévision, les produits pharmaceutiques, les constructeurs automobiles, le textile, l’électronique, etc. Ensuite, les bonus augmentent, les salaires augmentent (pour les cadres et les PDG) et les 1% deviennent de plus en plus riches, et encore plus puissants car ils dominent les marchés, le marché immobilier, la bourse, les matières premières, etc.

C’est ainsi que les milliardaires ont gagné 3,9 billions de dollars pendant la pandémie :

https://www.businessinsider.com/billionaires-made-39-trillion-during-the-pandemic-coronavirus-vaccines-2021-1

et comment les travailleurs perdent 37 billions de dollars pendant la pandémie :

https://www.businessinsider.com/workers-lost-37-trillion-in-earnings-during-the-pandemic-2021-1

Ce n’est pas une coïncidence si tout cela est arrivé à un moment où les États-Unis ont imprimé plus d’argent en un mois qu’en 200 ans. 

https://cointelegraph.cominews/us-printed-more-money-in-one-month-than-in-two-centuries

Nous connaissons les règles du jeu. Utilisez vos yeux et voyez ce qui se passe. Les travailleurs font la même chose pendant 30 ans, les prix des maisons explosent, les stocks explosent, les salaires des cadres explosent et les prix sont fortement contrôlés pour le cacher. S’il y a une économie entre vous et moi, j’ai 100 dollars et vous avez 100 dollars, alors nous contrôlons chacun 50 % de l’offre totale d’argent. Si je crée un autre 100 $ et que je me le donne, maintenant j’ai 200 $ et vous avez encore 100 $, maintenant je contrôle 66,6 % de la masse monétaire totale et vous contrôlez 33,3 % de la masse monétaire totale. Je viens de vous voler. Voyez-vous à quel point c’est mal ? Voyez-vous à quel point c’est injuste ? C’est un fascisme silencieux perpétué par la cabale financière mondiale. Qui possède également tous les médias, les fabricants d’armes, l’approvisionnement alimentaire et les infrastructures énergétiques. Ici, je vais vous aider à démarrer, à aller sur Yahoo Finance et à rechercher n’importe quelle entreprise et à examiner les principaux actionnaires institutionnels. Vous êtes sur Facebook : https://finance.yahoo.com/quote/FB/holders?p=FB

Il s’agit de toutes les banques et de tous les fonds spéculatifs. Blackrock, Vanguard. State Street. Vérifiez toutes les grandes entreprises auxquelles vous pouvez penser.

Traduction de :
The Great Reset of Global Hyper Inflation: Prepare Yourself for Cyber Attacks, Food Shortages & Power Outages
https://telegra.ph/The-Great-Reset-of-Global-Hyper-Inflation-Prepare-Yourself-for-Cyber-Attacks-Food-Shortages–Power-Outages-02-23

Source : https://telegra.ph/Le-grand-retour-de-lhyperinflation-mondiale–Pr%C3%A9parez-vous-aux-cyberattaques-aux-p%C3%A9nuries-alimentaires-et-aux-coupures-de-couran-02-23

La pseudo-pandémie de l’ONU a atteint des sommets

Il ne s’agit pas d’une véritable pandémie. Pour que la pandémie soit réelle, il faudrait des preuves réelles, et pas seulement des tests PCR utilisés frauduleusement et créant des cas/chiffres, des génomes de “virus” générés à 100 % par ordinateur et des modélisations de mortalité erronées et alarmistes.

Et partout, les gouvernements, à la demande des Nations unies, agissent comme des criminels violant les droits de l’homme.

[Toutes les affirmations de cet article sont étayées et sourcées, cliquez sur les liens pour approfondir un point en particulier]

De plus en plus de gens prennent conscience de la vérité sur la fraude criminelle “covid19″ un événement mondial provoqué par notre inconscience (peur et ignorance). Même certaines personnes qui, par ignorance, croient au “covid” (sans avoir de preuve) ne veulent toujours pas recevoir l’injection. De grandes manifestations ont lieu dans le monde entier au sujet de l’expérimentation médicale illégale qu’ils appellent “vaccination”. Il s’agit d’un cocktail d’injection d’ARN et de toxines.

De nombreux gouvernements disent que vous ne pourrez pas voyager sans être soumis à cette atrocité qui est une violation des droits de l’homme.

Les gens commencent à faire valoir leurs droits en tant qu’êtres humains. Des droits tels que celui de ne pas subir d’expériences médicales, de ne pas être incarcéré sans procès, de ne pas se voir retirer leur liberté d’association et de mouvement, de gagner leur vie afin de nourrir leur famille, de ne pas être torturé (incarcéré et isolé), de ne pas être soumis à des peines cruelles et inhabituelles.

L’ordinateur du consortium chinois du CDC a généré le génome “sars cov2” le 10 janvier 2020.

Ces fraudeurs prétendaient avoir une connaissance totale de la globalité du génome (ils avaient des amorces et des cibles) avant de générer par ordinateur le génome du ” sars cov2″ . Une impossibilité car une connaissance moléculaire complète est d’abord nécessaire pour créer les amorces et les cibles pour le test PCR, vous ne pouvez pas avoir les amorces et les cibles (*séquençage) avant de connaître le génome.

La RT PCR est utilisée à des fins de recherche, car c’est à cela qu’elle sert, – elle ne sert pas et ne peut pas diagnostiquer une infection ou une maladie. Le CDC le savait lorsqu’il a commencé à l’utiliser à mauvais escient, en invoquant des “raisons d’urgence”.

De nombreuses personnes consciencieuses, des bio-statisticiens, des journalistes d’investigation, des chercheurs, des docteurs, des scientifiques ont passé plus d’un an à vérifier et à prouver les faits et tous les faits s’opposent au récit du gouvernement covid19. Il n’existe pas de “virus sars cov2” isolé et purifié.

À ce jour, nous savons avec certitude qu’il n’existe pas de Sars Cov2 isolé ni de “nouveau virus mortel”. L’OMS de l’ONU l’a simulé de manière très délibérée et très frauduleuse afin d’imposer le chaos et la souffrance à de nombreuses personnes .

Alors comment diable cette fraude se poursuit-elle sur un seul test PCR qui est frauduleusement utilisé pour créer des cas (“diagnostiquer la maladie”) ?

Le test PCR crée frauduleusement des “cas” pour les autorités et les instances de santé publiques en tire profit. Le test RT PCR est incapable de détecter une infection/maladie ; le test ne peut pas détecter un “virus sars cov2” transmissible entier dans un échantillon d’ARN contaminé par de l’ADN . Il n’existe pas de test “covid19″ avec une référence. Pas de “virus” isolé et pas de test pour le “covid19″. Quel embarras pour la majorité des scientifiques modernes, d’être corrompus et relégués à un “groupe de consensus poussant un programme gouvernemental de mauvaise science, d’ignorance et de fraude”. Les gens ne le savent pas, ils ont mis la compréhension de la médecine et de la science qui leur est fournie par les médias dans un panier trop dur, et l’ont sacrifiée à un groupe d'”experts” payés par le gouvernement, car leur raisonnement a quitté la pièce lorsque la peur les a envahis.

“Il est plus facile de tromper les gens que de les convaincre qu’ils ont été dupés”.

Le Covid19 n’existe pas, il n’est pas réel.

Ce qui est réel, c’est que les gouvernements nationaux (et une grande partie de l’humanité) agissent de manière criminelle en tant qu’instruments de l’ONU et de son programme pour 2030.

L’ONU (et ses gouvernements nationaux) ont violé nos droits en tant qu’êtres humains, il faut que cela cesse.

Non, nous ne ferons pas l’objet d’expériences médicales.

Non, nous ne nous isolerons pas,

Non, nous n’aurons pas de couvre-feu.

Nous avons le droit à la liberté d’association pacifique et le droit à la liberté de circulation.

Source : https://notpublicaddress.wordpress.com/2021/02/22/the-uns-pseudo-pandemic-has-hit-the-rocks/
Traduction par https://cv19.fr

Nouvelle Zélande : Une femme est maintenue en détention après avoir refusé le test Covid-19

Une Australienne qui est maintenue en isolement préventif pour avoir refusé de subir un test Covid-19 dit qu’elle veut simplement obtenir plus d’informations avant d’accepter.

La Grande Mercure à Wellington. Photo : RNZ / Denise Garland

Lucinda Baulch est au Grand Mercure de Wellington depuis 25 jours, en attendant les preuves scientifiques de la sécurité et de l’efficacité des tests PCR.

La femme, qui est une assistante vétérinaire qualifiée, a déclaré qu’elle avait demandé des informations supplémentaires à l’établissement – mais qu’elle n’en avait reçu aucune jusqu’à présent.

Une fois qu’on lui aura présenté ces informations, elle pourra bénéficier d’un prélèvement pour le Covid, mais jusque-là, elle ne pouvait pas donner son consentement en connaissance de cause, a-t-elle déclaré.

“En tant que personne ayant une formation médicale et connaissant l’importance du consentement éclairé, pour ma propre tranquillité d’esprit, j’ai vraiment besoin de ce consentement éclairé, j’y ai droit, c’est un droit, c’est une obligation de la partie qui offre un formulaire de consentement. Pour moi, c’est une étape très importante”.

Mme Baulch a déclaré que le plus long délai d’isolement était de 28 jours et qu’une fois libérée, elle prévoyait de porter l’affaire devant les tribunaux.

“Le gouvernement néo-zélandais est clairement très confiant dans le protocole qu’ils utilisent, et c’est fantastique, mettez-moi sur la même longueur d’onde.

“Parce que si vous pouvez prouver avec des preuves, je suis un avocat loyal, c’est le truc, pour le moment je n’ai pas eu les assurances.

“J’ai été très surpris par l’absence de réponse ou de tentative de me fournir les informations.”

Mme Baulch a déclaré qu’elle avait vu des recherches menées au Portugal où un tribunal avait jugé que le prélèvement PCR était inefficace à 97 %.

Si des preuves scientifiques solides démontraient le contraire, Mme Baulch a déclaré qu’elle accepterait le prélèvement.

Elle voulait savoir si la Nouvelle-Zélande utilisait le même test que celui mentionné dans la décision portugaise.

Mme Baulch est également mère de famille d’accueil et a déclaré que les services australiens de l’enfance lui ont permis de faire venir trois enfants chez elle.

Les trois enfants avec lesquels elle a voyagé ont été testés négatifs pour le Covid-19 et ont été autorisés à partir – et malgré le fait qu’elle était dans leur propre bulle [cellule], elle en a été empêchée.

Mme Baulch a fait valoir que tout le monde autour d’elle n’avait aucun symptôme et qu’elle avait été libre pendant 14 jours, de sorte qu’elle devrait être autorisée à retourner en Australie.

Elle a déclaré qu’elle pensait que les résultats des enfants étaient exacts, mais qu’elle n’y avait pas consenti elle-même.

Un porte-parole du ministère de la santé a déclaré que l’écouvillon utilisé était considéré comme le type d’échantillon optimal pour le test RT-PCR, considéré comme l’étalon-or pour la détection du Covid-19.

“Ce type d’écouvillon permet d’obtenir l’échantillon optimal requis et constitue la méthode de prélèvement préférée pour les tests symptomatiques et asymptomatiques en raison de sa plus grande sensibilité dans la détection du virus.

“Si quelqu’un n’a pas de test PCR ou de contrôle de santé du tout, il n’est pas possible d’évaluer s’il est exempt de Covid.

“Au total, 1,6 million de tests ont été effectués dans les installations du MIQ (Managed Isolation and Quarantine – Isolement et quarantaine contrôlés), par le personnel à nos frontières et dans la communauté. Il est sûr et efficace”.

Les conditions du MIQ

Un porte-parole de la gestion de l’isolement et de la quarantaine a déclaré dans un communiqué que “toute personne entrant dans une installation d’isolement ou de quarantaine reçoit un dossier de bienvenue, qui comprend des informations sur les tests qu’elle doit subir, quand et comment ils sont effectués, et ce qui se passe si les résultats sont positifs ou négatifs”. Il est actuellement mis à jour pour inclure des informations sur les tests du premier jour et les changements récents apportés aux processus.

“Lorsque les rapatriés arrivent dans un centre d’isolement, ils reçoivent l’information qu’ils sont légalement tenus de rester dans le centre d’isolement pendant au moins 14 jours. Cela commence à partir de l’heure et de la date de leur arrivée en Nouvelle-Zélande”.

Dans presque tous les cas, ils doivent subir un test Covid-19 négatif et obtenir la confirmation d’un médecin ou d’un agent de protection de la santé qu’ils représentent un faible risque avant d’être autorisés à quitter l’établissement, ont-ils déclaré.

Si une personne refuse un test du 12e jour, elle doit rester en isolement ou en quarantaine pendant au moins 10 jours supplémentaires, cela s’applique également à toute autre personne qui se trouve dans sa bulle [cellule] d’isolement.

“Les personnes qui refusent leur test du 12e jour se voient proposer un test chaque jour de leur séjour prolongé. Si elles acceptent de se soumettre à un test, qu’elles renvoient un résultat négatif et qu’elles remplissent les critères sanitaires de sortie standard… elles pourront partir sans avoir à rester les 22 jours complets.

“Après 22 jours, ils devraient encore remplir les critères de santé de sortie standard (sans test) pour pouvoir partir. La durée maximale pendant laquelle une personne qui est dans une bulle [cellule] et qui est asymptomatique peut être obligée de rester dans une installation d’isolement en vertu de l’ordonnance de quarantaine est de 28 jours”.

Source : https://www.rnz.co.nz/news/national/436804/woman-kept-in-managed-isolation-after-refusing-covid-19-test
Traduction par https://cv19.fr

Lucis Trust – La Fondation Spirituelle Luciférienne des Nations Unies

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est une agence spécialisée de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour la santé publique créée en 1948. Elle dépend directement du Conseil économique et social des Nations unies.

Quels sont ses fondements idéologiques ?


La Lucis Trust est la maison d’édition qui imprime et diffuse les publications des Nations Unies. Il s’agit là d’une inculpation dévastatrice du New Age et de la nature païenne de l’ONU.

La Lucis Trust a été créée en 1922 sous le nom de Lucifer Trust par Alice Bailey en tant que société d’édition pour diffuser les livres de Bailey et Blavatsky et de la Société théosophique. La page de titre du livre d’Alice Bailey, “Initiation, Human and Solar”, a été imprimée en 1922 et indique clairement que la maison d’édition est “Lucifer Publishing CoIn 1923”.

Bailey a changé le nom en Lucis Trust, car Lucifer Trust révélait trop clairement la véritable nature du mouvement New Age. (Constance Cumbey, The Hidden Dangers of the Rainbow, p. 49). Un rapide tour dans une librairie New Age vous permettra de constater que de nombreux livres New Age sont publiés par Lucis Trust.

33 segments entourés de brindilles d’acacia
Welcome to the United Nations, it’s your world.

À une certaine époque, le bureau de La Lucis Trust à New York était situé au 666 United Nations Plaza et est membre du Conseil économique et social des Nations unies dans le cadre d’un programme astucieux appelé “World Goodwill”.

Dans un livre d’Alice Bailey intitulé “Education for a New Age”, elle suggère qu’à l’ère nouvelle, “la citoyenneté mondiale devrait être le but des éclairés (enlightened), avec une fédération mondiale et un cerveau mondial”. En d’autres termes – un gouvernement mondial unique – un nouvel ordre mondial.

Le Luci’s Trust est parrainé notamment par Robert McNamara, ancien ministre de la défense des États-Unis, président de la Banque mondiale, membre de la Fondation Rockefeller, et Thomas Watson (IBM, ancien ambassadeur à Moscou).

Le Luci’s Trust parraine entre autres les organisations suivantes :

  • ONU
  • Greenpeace International
  • Greenpeace USA
  • Amnesty International
  • UNICEF

Les Nations Unies ont longtemps été l’un des principaux signes avant-coureurs de la “Nouvelle Spiritualité” et du rassemblement du “Nouvel Ordre Mondial” basé sur les anciens principes occultes et maçonniques.

Sept ans après la naissance de l’ONU, un livre a été publié par la théosophe et fondatrice de la Lucis Trust, Alice Bailey, affirmant que :

“La preuve de la croissance de l’intellect humain selon les lignes de réceptivité nécessaires [pour la préparation du Nouvel Age] peut être vue dans la “planification” de diverses nations et dans les efforts des Nations Unies pour formuler un plan mondial… Dès le début de cette évolution, trois facteurs occultes ont présidé à l’élaboration de tous ces plans”.

[Alice B. Bailey, Discipleship in the New Age (Lucis Press, 1955), Vol. II, p.35.]

Bien qu’elle n’ait pas expliqué clairement la nature de ces “trois facteurs occultes”, elle a révélé à ses étudiants que :

“Au sein des Nations unies se trouve le germe et la graine d’un grand groupe international de réflexion et de méditation – un groupe d’hommes et de femmes réfléchis et informés dans les mains desquels se trouve le destin de l’humanité.

Ce groupe est largement sous le contrôle de nombreux disciples du quatrième rayon, si l’on peut dire, et leur point de concentration méditative est le plan intuitif ou bouddhique – le plan sur lequel se trouve aujourd’hui toute activité hiérarchique”.

Ibid. p.220.]
“Une pièce de calme”
La salle de méditation,
Siège des Nations Unies
https://www.un.org/Depts/dhl/dag/meditationroom.htm

À cette fin, la Lucis Trust, sous la direction de Foster et Alice Bailey, a créé un groupe appelé “World Goodwill” – une organisation non gouvernementale officielle au sein des Nations unies.

L’objectif déclaré de ce groupe est le suivant,

“à coopérer dans le monde de la préparation à la réapparition du Christ”

[voir eschatologie chrétienne]

[One Earth, le magazine de la fondation Findhorn, octobre/novembre 1986, vol. 6, numéro 6, p.24.]

Mais le travail ésotérique au sein de l’ONU ne s’arrête pas à ces groupements occultes reconnus.

L’impulsion de ce processus a été donnée en grande partie par les fonctions de deux secrétaires généraux de l’ONU, Dag Hammarskjöld (en poste de 1953 à 1961) et U Thant (en poste de 1961 à 1971) qui lui ont succédé, et par un sous-secrétaire général, le Dr Robert Muller.

Il est révélé dans un livre écrit pour célébrer la philosophie de Teilhard de Chardin (et édité par Robert Muller) :

“Dag Hammarskjöld, l’économiste nordique rationnel, avait fini par devenir un mystique. Lui aussi a soutenu à la fin de sa vie que la spiritualité était la clé ultime de notre destin terrestre dans le temps et l’espace”.

[Robert Muller (ed.), The Desire to be Human : A Global Reconnaissance of Human Perspectives in an Age of Transformation (Miranana, 1983), p.304].

Sri Chinmoy, le gourou du New Age, leader de la méditation à l’ONU, a écrit :

“les Nations Unies sont l’instrument choisi de Dieu ; être un instrument choisi signifie être un messager divin portant la bannière de la vision intérieure et de la manifestation extérieure de Dieu”.

William Jasper, auteur de “A New World Religion” (Une nouvelle religion mondiale), décrit la religion de l’ONU :

“…une étrange et diabolique convergence du mysticisme New Age, du panthéisme, de l’athéisme de l’animisme autochtone, du communisme, du socialisme, de l’occultisme luciférien, du christianisme apostat, de l’islam, du taoïsme, du bouddhisme et de l’hindouisme”.

Sur http://www.lucistrust.org, vous pouvez en apprendre beaucoup plus sur eux et sur la façon dont ils participent aux travaux des Nations unies en suivant le lien “World Goodwill” en haut de leur page d’accueil.

La communauté de l’âge du Verseau (The Aquarian Age Community)

Ce site Web est parrainé par les Nations unies et toute la philosophie du Nouvel Ordre Mondial s’y trouve.

La page qui explique le travail de la Communauté de l’âge du Verseau, comme ils se nomment eux-mêmes, a cette fière citation en tête de leur page :

Une telle grandeur est à venir !
Un si grand pas attend son affirmation ardente !
Notre enseignement et l’affirmation des principes supérieurs
révélera tant de choses qui sont grandes pour l’humanité !
Une grande période s’approche. Ainsi, nous créons ensemble.
(Fiery World, Vol. III, par. 149)

Parmi les nombreuses pages “éclairantes” de ce site, vous pouvez facilement trouver des articles “fascinants” intitulés :

Ce n’est pas de la théologie chrétienne mais du paganisme New Age.

En voici un autre de Curtis Dall, le beau-fils du FD Roosevelt (32e président des États-Unis), cité dans son livre, My Exploited Father in Law (Mon beau père exploité) :

“Pendant longtemps, j’ai eu le sentiment que FDR avait développé de nombreuses pensées et idées qui lui étaient propres au profit de ce pays, les États-Unis.

Mais ce n’est pas le cas. La plupart de ses pensées, ses munitions politiques, pour ainsi dire, ont été soigneusement fabriquées pour lui à l’avance par le groupe One World Money du Council on Foreign Relations…

Brillamment, avec beaucoup d’enthousiasme, comme une fine pièce d’artillerie, il a fait exploser cette “munition” préparée au milieu d’une cible sans méfiance, le peuple américain, et a ainsi payé et rendu son soutien politique internationaliste.

L’ONU n’est qu’un appareil bancaire international à long terme, presque mis en place pour le profit financier et économique par un petit groupe de puissants révolutionnaires d’un seul monde, avides de profit et de pouvoir.

La dépression a été le “cisaillement” calculé du public par les puissances monétaires mondiales, déclenché par la pénurie soudaine et planifiée de l’offre de monnaie d’appel sur le marché monétaire de New York…

Les dirigeants du gouvernement One World et leurs banquiers toujours proches ont maintenant acquis le contrôle total de l’argent et des mécanismes de crédit des États-Unis par la création de la Federal Reserve Bank, une banque privée”.

Source : https://www.bibliotecapleyades.net/sociopolitica/esp_sociopol_lucytrust04.htm
Traduction par https://cv19.fr

Le SARS-CoV-2 est en réalité un virus généré par ordinateur

Par Makia Freeman

Les scientifiques du CDC (Center for Disease Control) ont fait des aveux qui détruisent totalement le récit officiel du COVID dans une étude publiée en juin 2020 intitulée Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 from Patient with Coronavirus Disease, United States.

Ce qui est intéressant dans toute cette escroquerie, c’est que lorsque l’on creuse assez profondément, la vérité est là – et elle est admise par les sources officielles – mais il faut beaucoup de persévérance pour percer le labyrinthe propagandiste de l’information.

Dans cet article, nous allons examiner la signification de ce que les scientifiques du CDC ont révélé, à savoir que pour leurs recherches sur le prétendu nouveau virus SARS-CoV-2, ils n’ont utilisé que 37 paires de bases provenant de véritables échantillons de tissus et ont rempli le reste (environ 30 000 paires de bases) avec des séquences générées par ordinateur, c’est-à-dire qu’ils l’ont inventé !

La seconde déclaration est tout aussi étonnante : après les tests, ils ont découvert que le SRAS-CoV-2 ne pouvait pas infecter les tissus humains.

N°1 : Le virus Frankenstein généré par ordinateur : Les scientifiques du CDC admettent n’avoir utilisé que 37 paires de bases de tissus réels pour assembler le SARS-CoV-2

Dans un article précédent, j’ai expliqué que le SARS-CoV-2 est un virus Frankenstein, car il s’agit d’une création numérique abstraite générée par ordinateur, et non d’un virus vivant. Il n’a jamais été correctement purifié et isolé de manière à pouvoir être séquencé de bout en bout une fois dérivé de tissus vivants ; au lieu de cela, il est simplement assemblé numériquement à partir d’une base de données virale informatique. Les scientifiques du CDC affirment qu’ils n’ont pris que 37 paires de bases d’un génome de 30 000 paires de bases ! Cela signifie qu’environ 0,001% de la séquence virale est dérivée d’échantillons vivants réels ou de tissus corporels réels. Voici la citation :

“Séquençage du génome entier

Nous avons conçu 37 paires de PCR emboîtées couvrant le génome sur la base de la séquence de référence du coronavirus (n° d’accès GenBank NC045512). Nous avons extrait l’acide nucléique des isolats et l’avons amplifié en utilisant les 37 PCR individuelles emboîtées”.

Il est intéressant de noter que dans le paragraphe suivant, les scientifiques du CDC disent avoir utilisé la “PCR quantitative” pour une analyse/construction plus poussée, ce qui va à l’encontre de ce que Kary Mullis, l’inventeur de la PCR, a dit un jour – à savoir que “la PCR quantitative est un oxymore” puisque la PCR est par nature une technique qualitative et non quantitative. J’ai parlé de l’utilisation abusive du test PCR dans toute cette escroquerie COVID dans d’autres articles comme celui-ci. Dans son article “Seules les cellules rénales de singe empoisonnées ont “grandi” avec le “virus”“, le Dr Thomas Cowan souligne cette fraude scientifique :

“… nous constatons qu’au lieu d’avoir isolé le virus et de séquencer le génome de bout en bout, ils ont trouvé 37 paires de bases à partir d’échantillons non purifiés en utilisant des sondes PCR. Cela signifie qu’ils ont en fait examiné 37 des quelque 30 000 paires de bases qui sont censées constituer le génome du virus intact. Ils ont ensuite pris ces 37 segments et les ont mis dans un programme informatique, qui a rempli le reste des paires de bases.

Pour moi, cette étape de génération d’un ordinateur constitue une fraude scientifique. Voici une équivalence : Un groupe de chercheurs prétend avoir trouvé une licorne parce qu’ils ont trouvé un morceau de sabot, un poil de queue et un bout de corne. Ils ajoutent ensuite ces informations dans un ordinateur et le programment pour recréer la licorne, et ils prétendent ensuite que cette recréation informatique est la véritable licorne. Bien sûr, ils n’avaient jamais vu de licorne et n’auraient donc pas pu examiner sa composition génétique pour comparer leurs échantillons avec les cheveux, les sabots et la corne de la licorne réelle”.

La science pure ou la science véritable tente de prouver qu’il en est ainsi ; la science véritable n’a donc pas de place pour la politique, les règles de la majorité ou le consensus. Pourtant, selon Cowan, le consensus a été utilisé pour déterminer quel modèle numérique SARS-CoV-2 était le plus vrai des faux modèles :

“Les chercheurs affirment qu’ils ont décidé du véritable génome du SARS-CoV-2 par “consensus”, un peu comme un vote. Là encore, différents programmes informatiques vont proposer différentes versions de la “licorne” imaginaire, de sorte qu’ils se réunissent en groupe et décident quelle est la licorne imaginaire réelle”.

n°2 : Les scientifiques du CDC ont découvert que le SARS-CoV-2 n’avait pas infecté les tissus humains

Une grande partie de l’histoire officielle qu’on nous a racontée était que le COVID était une nouvelle maladie dangereuse et imprévisible qui se répandait rapidement et était mortelle. Eh bien, elle n’est apparemment pas très mortelle puisque les scientifiques du CDC ont découvert qu’elle ne pouvait même pas infecter les cellules humaines in vitro. Ils ont testé le “virus” (pas vraiment, mais les solutions déclarées comme contenant des échantillons de SARS-CoV-2) sur 3 différents types de cultures de tissus humains (cellules d’adénocarcinome humain [A549], cellules de foie humain [HUH 7.0] et cellules de rein embryonnaire humain [HEK-293T]). Le “virus” n’a pu infecter aucune des trois cultures de tissus humains. Voici la citation :

“… nous avons examiné la capacité du SARS-CoV-2 à infecter et à se répliquer dans plusieurs lignées cellulaires communes de primates et d’humains, y compris des cellules d’adénocarcinome humain (A549), des cellules de foie humain (HUH7.0) et des cellules de rein embryonnaire humain (HEK-293T), en plus des cellules Vero E6 et Vero CCL81. Nous avons également examiné une lignée de cellules de rein de grande chauve-souris brune (EFK3B) disponible pour la capacité de réplication du SARS-CoV-2. Chaque lignée cellulaire a été inoculée à une grande multiplicité d’infections et examinée 24 heures après l’infection … Aucun CPE n’a été observé dans aucune des lignées cellulaires sauf dans les cellules Vero, qui ont atteint >107 PFU 24 heures après l’infection. En revanche, les cellules HUH7.0 et 293T n’ont montré qu’une réplication virale modeste, et les cellules A549 étaient incompatibles avec l’infection par le SARS-CoV-2. Ces résultats concordent avec les résultats précédents de sensibilité au SARS-CoV et suggèrent que d’autres systèmes de culture courants, notamment les cellules MDCK, HeLa, HEP-2, MRC-5 et les ovules embryonnés, ne sont pas susceptibles de favoriser la réplication du SARS-CoV-2. En outre, le SARS-CoV-2 ne s’est pas répliqué dans les cellules EFK3B des chauves-souris, qui sont sensibles au MERS-CoV. Ensemble, les résultats indiquent que le SARS-CoV-2 conserve un profil similaire au SARS-CoV en termes de lignées cellulaires susceptibles”.

CPE signifie effet cytopathique ou effet cytopathogène et fait référence aux changements structurels des cellules causés par l’invasion virale. Aucun CPE n’a été trouvé dans les cellules de tissus humains, mais seulement dans les cellules vero (cellules animales, dans ce cas-ci des cellules de singe). La principale conclusion de cette citation est que deux cultures ne présentent qu’une réplication virale modeste, que l’autre tissu n’en présente aucune et que d’autres cultures humaines courantes sont “peu susceptibles de favoriser la réplication du SARS-CoV-2”, ce qui signifie que le SARS-CoV-2 ne les infectera pas ! Ainsi, même selon les règles de leur propre jeu, le SARS-CoV-2 n’est pas un agent infectieux pour les humains. Voici l’analyse du Dr Cowan :

“Que signifie réellement ce langage et pourquoi est-ce la déclaration la plus choquante de toutes de la communauté virologique ? Lorsque les virologistes tentent de prouver une infection, ils disposent de trois “hôtes” ou modèles possibles sur lesquels ils peuvent faire des tests. Le premier est l’homme. L’exposition aux humains n’est généralement pas faite pour des raisons éthiques et n’a jamais été faite avec le SARS-CoV-2 ou tout autre coronavirus. Le deuxième hôte possible est l’animal. Oubliant un instant qu’ils n’utilisent jamais réellement de virus purifié lorsqu’ils exposent des animaux, ils utilisent des solutions dont ils prétendent qu’elles contiennent le virus. L’exposition aux animaux a été faite une fois avec le SARS-CoV-2, lors d’une expérience qui a utilisé des souris. Les chercheurs ont découvert qu’aucune des souris sauvages (normales) n’était malade. Dans un groupe de souris génétiquement modifiées, un nombre statistiquement insignifiant de souris a perdu un peu de fourrure. Elles n’ont pas du tout souffert de la maladie appelée Covid 19.

La troisième méthode utilisée par les virologistes pour prouver l’infection et la pathogénicité – la méthode sur laquelle ils s’appuient le plus – est l’inoculation de solutions qui, selon eux, contiennent le virus sur une variété de cultures de tissus. Comme je l’ai souligné à maintes reprises, il n’a jamais été démontré qu’une telle inoculation tue (lyse) les tissus, à moins qu’ils ne soient d’abord affamés et empoisonnés.

Ce qui est choquant dans la citation ci-dessus, c’est que les virologistes ont découvert, en utilisant leurs propres méthodes, que les solutions contenant le SARS-CoV-2 – même en grande quantité – n’étaient pas, je répète, PAS infectieuses pour aucune des trois cultures de tissus humains qu’ils ont testées. En clair, cela signifie qu’ils ont prouvé, selon leurs propres termes, que ce “nouveau coronavirus” n’est pas infectieux pour les êtres humains. Il est UNIQUEMENT infectieux pour les cellules rénales de singe, et seulement lorsque vous ajoutez au mélange deux médicaments puissants (gentamicine et amphotéricine), connus pour être toxiques pour les reins.

Mes amis, lisez ceci encore et encore. Ces virologistes, publiés par le CDC, ont réalisé une preuve claire, selon leurs termes, montrant que le virus SARS-CoV-2 est inoffensif pour les êtres humains. C’est la seule conclusion possible, mais, malheureusement, ce résultat n’est même pas mentionné dans leur conclusion”.

Ces 2 nouvelles révélations sur le COVID font encore plus couler le récit officiel

Et voilà : encore plus de fraude scientifique sous la forme de ces deux révélations sur le COVID, et encore plus de preuves montrant qu’il n’y a pas de vrai virus, et quel que soit le “virus”, il n’y a certainement rien à craindre si vous êtes un humain – ce qui est probablement le cas si vous lisez ceci. Ces révélations sur le COVID montrent que la vérité est souvent cachée au grand jour, et que les personnes en position de pouvoir doivent toujours être examinées avec soin. Nous devons appliquer un esprit critique à tout ce qui provient de sources officielles.

Je tire mon chapeau à Sally Fallon Morrell et au Dr Thomas Cowan de la Fondation Weston A. Price.

Voir aussi : Comment créer votre propre “nouveau virus” généré par ordinateur

Source : https://principia-scientific.com/revealed-covid19-is-really-a-cdc-computer-generated-virus/
Traduction par https://cv19.fr

ajax-loader