Traduction cv19.fr, Vaccins

États Unis : Le programme de vaccination obligatoire de l’université de Cornell ne s’applique qu’aux étudiants blancs

La violence policière contre les Noirs “peut contribuer à un sentiment de méfiance ou d’impuissance”.

L’une des choses étonnantes que nous avons apprises en 2020 est que le nouveau coronavirus ne peut pas infecter les personnes qui assistent aux manifestations de Black Lives Matter.
C’est scientifique !

Apparemment, la grippe saisonnière est encore plus respectueuse, du moins à l’université de Cornell.

L’école Ivy League offre une dispense basée sur la race pour son nouveau vaccin antigrippal obligatoire. Seuls les étudiants blancs doivent se faire vacciner avant de retourner dans la région.

Cornell a commencé à exiger la vaccination contre la grippe dès cette année scolaire pour tous les élèves “étudiant à Ithaca” – et pas seulement ceux qui assistent aux cours en personne -, mise en œuvre par le biais du Behavioral Compact.

Ce n’est pas pour protéger les étudiants de la grippe, lit-on dans la FAQ, mais pour que “les services médicaux et autres ressources de soutien puissent être pleinement disponibles pour servir les étudiants qui pourraient être exposés à COVID-19” (une infection qui menace très peu d’entre eux).

Une page de Cornell Health “spécialement pour les étudiants de couleur“, mise en avant par Campus Reform, explique pourquoi elle donne un laissez-passer aux étudiants non blancs :

Nous reconnaissons qu’en raison du racisme systémique et des inégalités en matière de santé qui existent depuis longtemps dans ce pays, les membres de certaines communautés marginalisées peuvent avoir des inquiétudes quant à la nécessité d’accepter de telles exigences. Par exemple, historiquement, les corps des Noirs, des indigènes et des autres personnes de couleur (BIPOC) ont été maltraités et utilisés par des personnes au pouvoir, parfois à des fins de profit ou de gain médical. Il est compréhensible que les exigences actuelles du Pacte puissent sembler suspectes ou même exploitantes pour certains membres BIPOC de la communauté de Cornell. En outre, les récents actes de violence commis contre les Noirs par les forces de l’ordre peuvent contribuer à un sentiment de méfiance ou d’impuissance.

Bien que l’université “recommande fortement” aux étudiants non blancs de s’y conformer volontairement, parce que “les inégalités sociales et les disparités en matière de santé qui existent depuis longtemps ont fait que la COVID-19 touche de manière disproportionnée les individus BIPOC”, ils bénéficieront d’une exemption s’ils citent leur identité raciale.

Cornell propose également des exemptions de vaccinations obligatoires – pas seulement contre la grippe – dans une catégorie plus large “non médicale/religieuse” dans la législation de l’État, mais l’obtention d’une telle exemption semble être plus stricte que l’option de refus facile pour les étudiants BIPOC qui s’identifient comme tels.

Les exemptions médicales nécessitent une note d’un “médecin, d’un assistant médical ou d’une infirmière praticienne” qui précise “quelles vaccinations sont contre-indiquées et pourquoi, et combien de temps durera la contre-indication médicale”.

L’exemption religieuse est personnellement intrusive, obligeant le demandeur à “respecter les principes religieux qui guident votre objection à l’immunisation” et à préciser s’il s’oppose à “toutes les immunisations” ou seulement à certaines d’entre elles. Dans ce dernier cas, il doit expliquer “le fondement religieux qui interdit certaines vaccinations”.

L’exemption des BIPOC semble ne s’appliquer qu’à la vaccination contre la grippe, mais elle ne mentionne aucune condition que ces étudiants doivent remplir pour obtenir l’exemption. Ils doivent seulement prétendre être une “personne de couleur” – une catégorie entièrement subjective, comme le montre la carrière du sénateur Elizabeth Warren.

Les exemptions idéologiques des protocoles COVID-19 des campus n’ont pas commencé par la race. Harvard a créé une amnistie pour les étudiants qui enfreignent les restrictions COVID-19 s’ils signalent un harcèlement sexuel, même s’ils ne prétendent pas être une victime ou ont été témoins d’une telle inconduite. Le collège St. Olaf du Minnesota a fait de même.

Il est assez évident que ces deux exemptions sont propices aux abus et n’ont rien de scientifique. Elles ont simplement été conçues pour accorder un traitement préférentiel à des groupes du campus craints par les administrations.

Il serait sûrement plus facile pour les administrations de reconnaître que les étudiants sont à faible risque en l’absence d’autres problèmes de santé, et de cesser de les traiter comme des prisonniers en col blanc.

Mais cela nécessiterait une réflexion indépendante et la volonté de renoncer au contrôle de la vie des étudiants – des traits qui ne sont pas évidents dans la bureaucratie censurée et exagérée des campus.

Source : https://www.thecollegefix.com/cornell-vaccine-mandate-only-applies-to-white-students/ Traduction : https://cv19.fr

guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x