Traduction cv19.fr, Vaccins

Comment ils vont truquer le succès du vaccin COVID

par Jon Rappoport

J’ai décrit comment les principaux essais cliniques du vaccin COVID sont conçus pour ne prévenir rien d’autre qu’une toux, des frissons ou de la fièvre [1] [2].

Tout le plan visant à obtenir l’approbation du vaccin par la FDA est une fraude flagrante.

Passons maintenant à l’escroquerie suivante : comment faire croire que le vaccin est un succès retentissant.

Bref historique : Mes lecteurs savent que j’ai présenté un dossier complet pour montrer que l’existence du virus du SARS-CoV-2 n’a jamais été prouvée [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]. Ainsi, l’idée même d’un vaccin est une absurdité, un non-sequitur. De même, le test PCR pour “le virus” est une fraude à plusieurs niveaux [11] :

Par exemple, le nombre de “cycles” pour lesquels le test est défini est un facteur clé. Chaque cycle est une énorme amplification de l’échantillon de tissu prélevé sur le patient.

Lorsque vous faites exploser cet échantillon de tissu au-delà de 34 cycles, vous obtenez un nombre gigantesque de résultats faussement positifs, même selon les normes du test. Fauci l’a admis. J’ai fait remarquer que les directives de la FDA recommandent néanmoins de faire le test jusqu’à 40 cycles. Cela explique à lui seul les rapports sur “l’augmentation du nombre de cas COVID”.

Disons que Pfizer et ensuite Moderna obtiennent l’approbation de la FDA pour la mise sur le marché de leurs vaccins aux États-Unis. L’armée se chargeant de la logistique de l’expédition, des millions de doses sont expédiées et bientôt, un nombre extraordinaire d’Américains font la queue pour se faire vacciner.

Après une période de temps appropriée, les spécialistes médicaux changeront la façon dont le test PCR est effectué. Le nombre de cycles sera réduit de façon drastique. Cette commande sera transmise aux laboratoires américains.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il y aura beaucoup moins de résultats positifs aux tests.

Par conséquent, la tendance des “nouveaux cas COVID” cessera d’augmenter. Elle se stabilisera, puis elle diminuera.

Ce truquage sera annoncé comme la preuve que ce vaccin produit une victoire sur le virus.

Il existe une autre stratégie : modifier la définition de “cas de COVID”. Rendre la nouvelle définition, en termes de symptômes cliniques, plus restrictive. Une telle mesure ferait l’affaire : “Le patient doit présenter une température corporelle d’au moins 37.7°c pendant 48 heures consécutives”.

Cela entraînera automatiquement une baisse significative du nombre de cas. Cette baisse sera attribuée à l’effet salutaire du vaccin.

Dans le cadre des mesures de confinement et de répression générale [12], pour promouvoir la peur et punir les zones où l’économie est “trop ouverte”, une technique inverse peut être appliquée :

Faire en sorte que les tests PCR ajustent leurs cycles vers le HAUT, produisant ainsi un grand nombre de résultats positifs et de “nouveaux cas”.

“Dans le Dakota du Sud, nous devons imposer au moins 100 000 vaccinations supplémentaires dans chacun des “points chauds” suivants, où le nombre de cas a soudainement augmenté. Et nous devons fermer ces zones immédiatement…”

Il va sans dire que tous les dommages graves et les décès causés par le vaccin, où que ce soit, seront attribués à “la maladie pandémique”.

Et voilà. Simple, brutale, criminelle et contrôlée au niveau fédéral. Une stratégie visant à faire croire que le vaccin COVID est efficace et a sauvé la situation.


Voici un document d’information que j’ai écrit au sujet de la fraude au vaccin COVID :

Faire croire qu’un vaccin est un succès n’est pas difficile pour les organismes de santé publique. Il existe un certain nombre de stratégies.

Bien sûr, ces stratégies frauduleuses seraient des crimes graves. Mais quand cela a-t-il arrêté le CDC ou l’Organisation mondiale de la santé ?

Sans ordre particulier…

UN : Retravailler la définition d’un “cas COVID”. Actuellement, le CDC autorise de façon absurde les médecins à diagnostiquer une personne atteinte de COVID qui a une toux, ou des frissons et de la fièvre, et qui vit dans une région où des cas sont déclarés. Aucun test n’est nécessaire.

Il faut donc changer cette pratique, une fois que le vaccin est approuvé. Exigez des tests pour établir un diagnostic. Précisez que la toux seule ne suffit pas. Des frissons et de la fièvre doivent également être présents. Exigez que la fièvre soit supérieure à 37.7°C.

Ces changements et d’autres encore réduiraient automatiquement le nombre de cas. La baisse du nombre de cas serait attribuée au vaccin.

Cette “réduction définitionnelle” a en fait été déployée dans les années 50, après l’introduction du vaccin contre la polio.

DEUX : Ordonner un changement dans la façon dont le test de diagnostic PCR est effectué. La pratique consistant à amplifier l’échantillon de test original du patient se fait par cycles, ou sauts. Plus le nombre de cycles est important, plus le test a de chances de déboucher sur un diagnostic de COVID. Par conséquent, commandez un nombre réduit de cycles pour tous les laboratoires de test.

Résultat ? Moins de diagnostics COVID. Moins de cas. “Le vaccin fonctionne”.

TROIS : Restreindre discrètement la pratique actuelle des hôpitaux qui consiste à écrire arbitrairement “COVID” sur les dossiers de cas et de décès des patients.

QUATRE : Cuisiner et publier de fausses études montrant que de plus en plus de personnes développent une immunité au virus. Attribuez cela au vaccin.

CINQ : Autre type d’étude fausse : “la transmission du virus de personne à personne ralentit, grâce au vaccin”.

SIX : Augmenter le succès de la délivrance de certificats d’immunité après la vaccination. “Les gens se sentent plus en sécurité maintenant. De plus en plus d’entreprises rouvrent leurs portes…”

SEPT : En utilisant la presse complaisante, il suffit de faire de simples déclarations sur le succès du vaccin.

HUIT : Cachez les nombreux cas de dommages et de décès dus au vaccin. Si nécessaire, affirmez que le COVID en était la cause.

NEUF : Prévenez que la merveilleuse immunité dérivée du vaccin n’est pas permanente et que des rappels fréquents sont nécessaires.

DIX : Retravailler la définition de “l’immunité acquise par le vaccin”. Même une très faible réponse des anticorps du vaccin serait qualifiée d'”immunité protectrice”.

ONZE : Un grand nombre de personnes souffrant d’une maladie grippale ordinaire, d’une pneumonie et d’autres infections pulmonaires traditionnelles sont appelées “COVID”. Il faut changer cette pratique. Recommencez à appeler bon nombre de ces personnes “grippe”, “pneumonie”, etc. Le nombre de cas COVID va diminuer. Le nombre de cas de COVID va diminuer. Prétendez que cette baisse est due à l’effet du vaccin.

DOUZE : Actuellement, des millions de cas dits COVID ont des “co-morbidités”. Il s’agit d’affections antérieures graves qui sont, en fait, les véritables causes de maladies et de décès. Bien sûr, cela est nié. Mais après l’introduction du vaccin… réduisez la pratique consistant à compter tous ces patients comorbides malades et décédés comme “COVID”. Le nombre de cas et de décès diminuera. On prétend que le vaccin en est la cause.

TREIZE : Après l’introduction du vaccin, ralentissez les tests pendant une brève période. Cela réduira automatiquement le taux de nouveaux cas. Attribuez la baisse au vaccin.

Commettre ces crimes est une promenade de santé pour les organismes de santé publique.

Et désigner des porte-parole officiels pour véhiculer des mensonges au public est aussi facile que d’apprendre aux petits Faucis à s’asseoir et à aboyer.

SOURCES:

Article complet en anglais : https://blog.nomorefakenews.com/2020/11/13/how-theyll-fake-the-success-of-the-covid-vaccine/

[1] https://blog.nomorefakenews.com/2020/11/11/covid-vaccine-revelation-sinks-like-a-stone-disappears/

[2] https://blog.nomorefakenews.com/2020/09/24/covid-vaccine-clinical-trials-doomed-to-fail-fatal-design-flaw/

~

[3] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/08/the-smoking-gun-where-is-the-coronavirus-the-cdc-says-it-isnt-available/

[4] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/09/covid-the-virus-that-isnt-there-the-root-fraud-exposed/

[5] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/12/the-fake-coronavirus-and-the-missing-study-the-secret-in-plain-sight/

[6] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/13/yet-another-case-of-the-missing-virus-they-lied-and-locked-down-the-world/

[7] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/15/if-the-virus-isnt-there-why-do-they-believe-it-is/

[8] http://blog.nomorefakenews.com/2020/10/19/dr-tom-cowan-explores-the-covid-virus-invented-out-of-sheer-nonsense/

[9] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/22/the-virus-that-isnt-there-genetic-sequencing-and-the-magic-trick/

[10] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/26/the-missing-virus-answering-critics-objections/

~

[11] https://blog.nomorefakenews.com/2020/11/06/smoking-gun-fauci-states-covid-test-has-fatal-flaw/

[12] https://www.rt.com/usa/506308-biden-covid19-advisor-lockdown/

guest
2 Comments
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Aixur
Aixur
23 November 2020 9:35 am

Pour la définition de la maladie par les symptômes, c’est ce qui a été utilisé pour la polio. Juste après l’introduction du vaccin en 1954, on a modifié la définition de la maladie.

Avant 1954, la définition de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) était la suivante : pour que quelqu’un soit considéré comme ayant la polio paralytique, il fallait qu’il présente des symptômes de polio non paralytique avec en plus la paralysie partielle ou complète d’un ou de plusieurs groupes de muscles, et que celle-ci soit détectée lors de deux examens éloignés d’au moins 24 heures. Autrement dit, si une paralysie était constatée pendant seulement 24 heures et qu’il y avait en plus des symptômes de polio non paralytique, c’était de la polio paralytique. C’était tout ce qui était requis. Il n’y avait pas besoin d’une confirmation par un laboratoire, et la présence d’une paralysie persistante n’était pas nécessaire. Et donc, cette façon de faire permettait de multiplier facilement les cas.

En 1955, les critères ont été modifiés pour mieux se conformer à la définition utilisée en 1954 dans les essais de terrain. La paralysie persistante (appelée résiduelle) était déterminée de 10 à 20 jours après l’apparition de la maladie, et encore de 50 à 70 jours après l’apparition de cette dernière. Or, il était connu que 50 % des cas de polio paralytique guérissaient spontanément durant les 60 premiers jours. Donc, en faisant passer la durée de la paralysie à plus de 60 jours pour pouvoir faire un diagnostic de polio, on diminuait mécaniquement le nombre de cas de moitié.

Aixur
Aixur
23 November 2020 9:27 am

Excellent.

C’est vrai aussi pour les tests d’anticorps. Ce ne sont pas des tests noir ou blanc. Il y a toujours une réaction (qui va donc de faible à importante). C’est normal, ces tests mesurent en réalité la concentration du sang en particules, quelles qu’elles soient. Ce sont donc les labos qui choisissent arbitrairement la limite de réaction à partir de laquelle le test est positif. Donc, en période d’épidémie, il suffit d’introduire un test avec la limite établie à un niveau bas, pour que beaucoup de monde soit diagnostiqué positif. Et quand on veut mettre fin à l’épidémie, il suffit de fournir un nouveau test, où la limite est mise plus haut, ce qui fait que moins de monde réagit positif.

Cerise sur le gâteau, le deuxième test sera présenté comme bien plus précis (moins de faux positifs), donc beaucoup plus fiable que le précédent. Et les médecins pourront même reconnaître que le précédent n’était pas très bon, ce qui fera qu’ils auront l’air honnête. Et les gens se diront que c’est normal que le premier test n’ait pas été très fiable, vu qu’on découvrait juste la maladie, forcément, ça ne pouvait pas être parfait tout de suite.

ajax-loader
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x