Day: November 19, 2020

Témoignage explosif d’un chercheur développant les nouveaux vaccins : “Il y a une volonté de tous nous mettre en esclavage”

Un lanceur d’alerte anonyme expose les risques des nouveaux vaccins aux nano-particules, vrai ou faux, on espère que ce témoignage soit faux malgré les nombreux éléments allant déjà dans ce sens.

Odysee : https://odysee.com/@cv19:b/vaccin-nano-particules:6

D’autres ressources allant dans ce sens :

Le vaccin COVID-19 de Pfizer doit être stocké à -70°C car il contient des composants nanotechnologiques expérimentaux qui n’ont jamais été utilisés dans des vaccins auparavant

Les tests PCR du Covid peuvent-ils être un moyen d’infecter ou d’implanter subrepticement des personnes ?

Alerte vaccin ! : https://odysee.com/@JasperMader:9/Alerte_Vaccin:8

Le Kenya et le Malawi, zones test pour un carnet de vaccination injecté sous la peau (Publié le 19 décembre 2019)

Serbia Eyes Changing Law to Make COVID-19 Vaccine Compulsory

Un vaccin expérimental de l’armée en 1918 a-t-il tué 50 à 100 millions de personnes ?

Vaccins : Espoir ou démagogie ?

« Ils ont tué Dieu ; je ne peux plus sentir Dieu ; mon âme est morte » AstraZeneca met fin aux essais du vaccin COVID-19 après qu’un deuxième volontaire ait « développé des problèmes neurologiques ».

Vaccin à ARN ? Sérieusement ?

VACCINEZ LES NOIRS : Le membre du groupe de travail Covid-19 de Joe Biden recommande de ne pas donner de bons alimentaires et ne pas accorder d’aide à ceux qui refusent les vaccins contre le coronavirus

https://cv19.fr/ressources/#vaccins

Le Dr Andreas Noack, militant allemand anti-confinement, arrêté pendant la diffusion d’un Live YouTube

ALLEMAGNE – On ne sait pas encore pourquoi, mais un médecin allemand connu pour avoir fourni une assistance médicale aux manifestants lors des manifestations contre le blocus dans ce pays a été arrêté hier alors qu’il était en direct. Le Dr Andreas Noack aurait fait l’objet d’une enquête pour non-respect de la loi allemande COVID-19, mais certains pensent qu’il pourrait y avoir plus que cela. L’arrestation a eu lieu après l’adoption par le Parlement allemand de la “loi sur la protection contre les infections”.

Pendant le live, on peut entendre la police frapper à la porte de l’endroit où Noack émettait. “C’est la police”, a déclaré un homme hors caméra. Puis la police est entrée dans le bâtiment, forçant Noack à se mettre à terre avant de couper son live.

Source : https://www.shorenewsnetwork.com/2020/11/19/watch-german-anti-lockdown-activist-dr-andreas-noack-arrested-during-livestream/

Allemagne : une loi de « lutte contre les infections » permet désormais au gouvernement d’arrêter n’importe qui et de ne plus garantir « l’intégrité physique des personnes »

Une « réforme » de la Loi sur la Protection contre les Infections a été adoptée et elle permet désormais au gouvernement d’arrêter n’importe qui, n’importe quand et n’est légalement plus tenu de garantir « son intégrité physique ».

TheLocal.de :

Mercredi, le gouvernement fédéral allemand a ouvert la voie aux modifications de la loi sur la protection contre les infections prévues par la grande coalition des chrétiens-démocrates (CDU) et des sociaux-démocrates (SPD) de la chancelière Angela Merkel.

Au Parlement (Bundestag), 415 délégués ont voté mercredi en faveur de la réforme, qui vise à donner aux mesures relatives aux coronavirus une base juridique plus solide. 236 ont voté contre, tandis que huit se sont abstenus lors du vote par appel nominal.

Lors de manifestations, plusieurs milliers de participants se sont ralliés mercredi contre la modification de la loi ainsi que contre les mesures actuelles concernant les coronavirus. Il y a eu des affrontements avec la police et plus de 100 arrestations.

L’objectif de la loi réformée est, entre autres, d’apporter un soutien juridique aux mesures contre les coronavirus qui ont été prises jusqu’à présent par décret et de les concrétiser.

Dans la loi sur la protection contre les infections, on ne parlait jusqu’à présent que de manière générale de « mesures de protection nécessaires » que l’ »autorité compétente » peut prendre.

Avec la modification de la loi, un nouveau paragraphe sera inséré qui énumère spécifiquement les mesures de protection possibles qui peuvent être prises par les gouvernements et les autorités des États, telles que les exigences de distance, les restrictions de sortie et les exigences de distanciation sociale.

Il énumérera également les restrictions qui peuvent être mises en place dans le secteur de la culture et des loisirs – essentiellement des mesures qui ont déjà été prises pendant le verrouillage au printemps et dont certaines s’appliquent également maintenant pendant le verrouillage partiel en novembre.

La loi stipule également qu’après l’incidence dite de 7 jours de 35 et 50 nouvelles infections pour 100 000 habitants en une semaine, des mesures de protection doivent être prises. Elle stipule également que les ordonnances comportant des mesures anticoronavirus sont limitées à quatre semaines, avec possibilité de prolongation.

En outre, les ordonnances doivent être accompagnées d’une justification générale du gouvernement.

Cet article ci-dessus parle de « protection ».

Le texte de loi adopté et extrait de la en matière de « protection ».

Bundesgesundheitsministerium.de :

Les articles 1 n° 16 et 17 limitent les droits fondamentaux que sont l’intégrité physique de la personne (article 2, paragraphe 2, deuxième phrase de la Loi fondamentale), la liberté de réunion (article 8 de la Loi fondamentale), la liberté de circulation (article 11, paragraphe 1 de la Loi fondamentale) et l’inviolabilité du domicile (article 12, paragraphe 1 de la Loi fondamentale).

Dorénavant, le gouvernement allemand peut donc attenter à « l’intégrité physique de la personne », à sa liberté de réunion, de circulation et à l’accès à son domicile quand bon lui semble, sans avoir à fournir de justification particulière. Mesures pouvant être prorogées indéfiniment.

1000 avocats appellent « au déconfinement et à défendre la vie sous tous ses aspects », le JDD publie notre tribune

Plus de 1000 avocats et quasiment 500 professionnels du droit ont désormais répondu à notre appel à signature pour une tribune appelant au déconfinement et à la défense de la vie sous tous ses aspects !

Medias

Cette tribune a été publiée une première fois dans Le Journal du Dimanche et est disponible en cliquant ici.

A l’étranger, elle a été traduite en anglais et publiée par le plus ancien hebdomadaire britannique The Spectator : Liberté! An open letter by 200 French lawyers protesting against lockdown et également reprise par le media américain CNSNews : Hundreds of French Lawyers Blast Macron’s Lockdown Measures

Elle a également été lue par Pascal Praud et débattue par ses chroniqueurs sur CNews.

Le président du Cercle Droit & Liberté est également passé dans la matinale de Sud Radio pour expliquer cette action.

Signature

Avocats, juristes, vous pouvez vous aussi signer cette tribune en cliquant ici.

Tribune

Alors qu’il y a quelques jours encore il n’était « pas question de reconfiner », Emmanuel Macron a finalement annoncé ce que beaucoup craignaient : la mise en place d’un nouveau confinement général et forcé.

Nous, avocats et juristes de toutes spécialités et de tous territoires de France, exerçant notre libre arbitre et notre liberté d’expression, manifestons notre indignation face à l’injustice de cette mesure.

Après la sidération passée du premier confinement, nous pensons qu’un tel consentement aux violations de nos libertés et de nos modes de vies n’est ni viable ni légitime et que cette mise sous cloche de l’ensemble des Français aura des effets collatéraux majeurs qui seront plus délétères que le virus lui-même.

Ayant tout autant à cœur de défendre la vie que les thuriféraires du confinement, nous refusons le mauvais rôle qui nous est assigné et la fausse morale que l’on nous oppose.

Nous rejoignons bien sûr l’avis du Président de la République qui a déclaré que rien n’était « plus important que la vie humaine », mais nous pensons que le confinement général relève d’une approche réduite à la seule biologie de la vie qui oublie que la santé est également, selon la définition de l’OMS, « un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». Protéger la vie implique donc de prendre en compte l’ensemble de ses aspects qui sont tout aussi sociaux, culturels, spirituels, politiques et économiques que sanitaires.

Nous comprenons la colère et les inquiétudes des médecins et personnels de santé et demandons au Gouvernement de leur apporter les moyens nécessaires à l’exercice de leurs professions. Alors que le soutien aux hôpitaux aurait dû être la priorité de l’exécutif ces six derniers mois, ce dernier s’est laissé déborder et préfère brandir la menace d’un effondrement du système de santé lui permettant d’imposer des mesures qu’il qualifie arbitrairement d’ultime recours pour ne pas avoir à étudier d’autres options, qui existent pourtant. C’est ainsi faire offense aux médecins et aux Français en laissant croire qu’ils ne sont pas en mesure de gérer la crise que nous traversons.

Par la mise à l’arrêt d’une bonne partie du pays, le Gouvernement sacrifie les plus courageux d’entre les nôtres : les entrepreneurs, les indépendants, les artisans ceux qui ont pris des risques pour investir et créer, donnant à ce pays couleur et vie, ainsi que leurs salariés. Pourtant la misère humaine et sociale qui découlera de ce reconfinement (faillites, dépressions, suicides, pauvreté, troubles psychologiques, renoncements aux soins) entrainera elle aussi de nombreux morts, mais forcément moins visibles à court terme… Si des mesures de soutien ont bien été annoncées, ces dernières ont été prises au prix d’un endettement inédit de notre pays, qui ruinera, demain, et nos enfants et les marges de manœuvres politiques de notre Nation.

Si nous sommes en guerre comme l’a déclaré maintes fois l’exécutif, c’est de courage dont nous avons besoin et non d’une gouvernance par la peur qui nous pousse à la culpabilisation moralisatrice et à l’acceptation du pire par la crainte. Cette crainte étant d’ailleurs souvent irrationnelle : rappelons que l’âge médian des décès est de 84 ans selon les dernières statistiques de Santé Publique France. Contraindre à l’inactivité la majeure partie de la population, empêcher tout effort de guerre, tout sursaut est une bien curieuse manière de mener un combat !

Nous nous inquiétons ainsi du devenir de cette société du risque zéro qui serait prête à ne plus vivre pour ne pas mourir et sacrifier pratiquement tout, ses conditions normales de vie, les rapports sociaux, le travail, et même les amitiés, les affects et les convictions politiques et religieuses, à la menace de se contaminer.

En tant que juristes nous alertons également tout particulièrement sur la torsion du droit que justifierait la lutte contre la pandémie. Tout état d’exception, même justifié par une situation sanitaire exceptionnelle, implique un risque de dérive. Ainsi notre droit est désormais soumis à l’injonction technico-scientifique des médecins et du Conseil scientifique qui imposent leur vision de spécialistes au détriment d’une vision politique plus globale qui se doit de mettre en balance différents intérêts. Et la santé de devenir une obligation juridique à remplir à tout prix…

Rappelant que l’OMS a souligné les effets délétères du confinement et nous fondant notamment sur les travaux de l’Institut des droits de l’homme des avocats européens et l’Institut des droits de l’homme du barreau de Paris, nous estimons que le confinement forcé général est disproportionné dans son atteinte à nos libertés publiques, injuste, contraire au bien commun et donc illégal. Le Gouvernement se doit d’adapter ses mesures pour protéger les personnes fragiles et celles exposées aux formes les plus graves de la pandémie sans sacrifier l’ensemble des citoyens qui permettent aux pays de survivre.  

Nous joignant à de nombreux entrepreneurs et maires de communes ayant tiré la sonnette d’alarme, nous demandons donc à l’exécutif de permettre le déconfinement des forces vives de notre pays et aux élites de tous bords de faire entendre leurs voix pour protester contre ces mesures qui toucheront le plus durement nos plus humbles concitoyens.

Vous aussi signez cette tribune en cliquant ICI

Article et liste des signataires : https://www.cercledroitetliberte.fr/le-jdd-publie-notre-tribune-appelant-au-deconfinement-et-a-defendre-la-vie-sous-tous-ses-aspects/

Nouveau sur cv19 : L’annuaire participatif

Un annuaire participatif pour les sites/chaînes YouTube traitant de l’épidémie de Covid-19 de façon libre et indépendante.

Tout le monde peut liker et ajouter des sites.

Annuaire cv19

 

Actualités/Blogs (34)

Réseaux sociaux (3)

Comment ils vont truquer le succès du vaccin COVID

par Jon Rappoport

J’ai décrit comment les principaux essais cliniques du vaccin COVID sont conçus pour ne prévenir rien d’autre qu’une toux, des frissons ou de la fièvre [1] [2].

Tout le plan visant à obtenir l’approbation du vaccin par la FDA est une fraude flagrante.

Passons maintenant à l’escroquerie suivante : comment faire croire que le vaccin est un succès retentissant.

Bref historique : Mes lecteurs savent que j’ai présenté un dossier complet pour montrer que l’existence du virus du SARS-CoV-2 n’a jamais été prouvée [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]. Ainsi, l’idée même d’un vaccin est une absurdité, un non-sequitur. De même, le test PCR pour “le virus” est une fraude à plusieurs niveaux [11] :

Par exemple, le nombre de “cycles” pour lesquels le test est défini est un facteur clé. Chaque cycle est une énorme amplification de l’échantillon de tissu prélevé sur le patient.

Lorsque vous faites exploser cet échantillon de tissu au-delà de 34 cycles, vous obtenez un nombre gigantesque de résultats faussement positifs, même selon les normes du test. Fauci l’a admis. J’ai fait remarquer que les directives de la FDA recommandent néanmoins de faire le test jusqu’à 40 cycles. Cela explique à lui seul les rapports sur “l’augmentation du nombre de cas COVID”.

Disons que Pfizer et ensuite Moderna obtiennent l’approbation de la FDA pour la mise sur le marché de leurs vaccins aux États-Unis. L’armée se chargeant de la logistique de l’expédition, des millions de doses sont expédiées et bientôt, un nombre extraordinaire d’Américains font la queue pour se faire vacciner.

Après une période de temps appropriée, les spécialistes médicaux changeront la façon dont le test PCR est effectué. Le nombre de cycles sera réduit de façon drastique. Cette commande sera transmise aux laboratoires américains.

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il y aura beaucoup moins de résultats positifs aux tests.

Par conséquent, la tendance des “nouveaux cas COVID” cessera d’augmenter. Elle se stabilisera, puis elle diminuera.

Ce truquage sera annoncé comme la preuve que ce vaccin produit une victoire sur le virus.

Il existe une autre stratégie : modifier la définition de “cas de COVID”. Rendre la nouvelle définition, en termes de symptômes cliniques, plus restrictive. Une telle mesure ferait l’affaire : “Le patient doit présenter une température corporelle d’au moins 37.7°c pendant 48 heures consécutives”.

Cela entraînera automatiquement une baisse significative du nombre de cas. Cette baisse sera attribuée à l’effet salutaire du vaccin.

Dans le cadre des mesures de confinement et de répression générale [12], pour promouvoir la peur et punir les zones où l’économie est “trop ouverte”, une technique inverse peut être appliquée :

Faire en sorte que les tests PCR ajustent leurs cycles vers le HAUT, produisant ainsi un grand nombre de résultats positifs et de “nouveaux cas”.

“Dans le Dakota du Sud, nous devons imposer au moins 100 000 vaccinations supplémentaires dans chacun des “points chauds” suivants, où le nombre de cas a soudainement augmenté. Et nous devons fermer ces zones immédiatement…”

Il va sans dire que tous les dommages graves et les décès causés par le vaccin, où que ce soit, seront attribués à “la maladie pandémique”.

Et voilà. Simple, brutale, criminelle et contrôlée au niveau fédéral. Une stratégie visant à faire croire que le vaccin COVID est efficace et a sauvé la situation.


Voici un document d’information que j’ai écrit au sujet de la fraude au vaccin COVID :

Faire croire qu’un vaccin est un succès n’est pas difficile pour les organismes de santé publique. Il existe un certain nombre de stratégies.

Bien sûr, ces stratégies frauduleuses seraient des crimes graves. Mais quand cela a-t-il arrêté le CDC ou l’Organisation mondiale de la santé ?

Sans ordre particulier…

UN : Retravailler la définition d’un “cas COVID”. Actuellement, le CDC autorise de façon absurde les médecins à diagnostiquer une personne atteinte de COVID qui a une toux, ou des frissons et de la fièvre, et qui vit dans une région où des cas sont déclarés. Aucun test n’est nécessaire.

Il faut donc changer cette pratique, une fois que le vaccin est approuvé. Exigez des tests pour établir un diagnostic. Précisez que la toux seule ne suffit pas. Des frissons et de la fièvre doivent également être présents. Exigez que la fièvre soit supérieure à 37.7°C.

Ces changements et d’autres encore réduiraient automatiquement le nombre de cas. La baisse du nombre de cas serait attribuée au vaccin.

Cette “réduction définitionnelle” a en fait été déployée dans les années 50, après l’introduction du vaccin contre la polio.

DEUX : Ordonner un changement dans la façon dont le test de diagnostic PCR est effectué. La pratique consistant à amplifier l’échantillon de test original du patient se fait par cycles, ou sauts. Plus le nombre de cycles est important, plus le test a de chances de déboucher sur un diagnostic de COVID. Par conséquent, commandez un nombre réduit de cycles pour tous les laboratoires de test.

Résultat ? Moins de diagnostics COVID. Moins de cas. “Le vaccin fonctionne”.

TROIS : Restreindre discrètement la pratique actuelle des hôpitaux qui consiste à écrire arbitrairement “COVID” sur les dossiers de cas et de décès des patients.

QUATRE : Cuisiner et publier de fausses études montrant que de plus en plus de personnes développent une immunité au virus. Attribuez cela au vaccin.

CINQ : Autre type d’étude fausse : “la transmission du virus de personne à personne ralentit, grâce au vaccin”.

SIX : Augmenter le succès de la délivrance de certificats d’immunité après la vaccination. “Les gens se sentent plus en sécurité maintenant. De plus en plus d’entreprises rouvrent leurs portes…”

SEPT : En utilisant la presse complaisante, il suffit de faire de simples déclarations sur le succès du vaccin.

HUIT : Cachez les nombreux cas de dommages et de décès dus au vaccin. Si nécessaire, affirmez que le COVID en était la cause.

NEUF : Prévenez que la merveilleuse immunité dérivée du vaccin n’est pas permanente et que des rappels fréquents sont nécessaires.

DIX : Retravailler la définition de “l’immunité acquise par le vaccin”. Même une très faible réponse des anticorps du vaccin serait qualifiée d'”immunité protectrice”.

ONZE : Un grand nombre de personnes souffrant d’une maladie grippale ordinaire, d’une pneumonie et d’autres infections pulmonaires traditionnelles sont appelées “COVID”. Il faut changer cette pratique. Recommencez à appeler bon nombre de ces personnes “grippe”, “pneumonie”, etc. Le nombre de cas COVID va diminuer. Le nombre de cas de COVID va diminuer. Prétendez que cette baisse est due à l’effet du vaccin.

DOUZE : Actuellement, des millions de cas dits COVID ont des “co-morbidités”. Il s’agit d’affections antérieures graves qui sont, en fait, les véritables causes de maladies et de décès. Bien sûr, cela est nié. Mais après l’introduction du vaccin… réduisez la pratique consistant à compter tous ces patients comorbides malades et décédés comme “COVID”. Le nombre de cas et de décès diminuera. On prétend que le vaccin en est la cause.

TREIZE : Après l’introduction du vaccin, ralentissez les tests pendant une brève période. Cela réduira automatiquement le taux de nouveaux cas. Attribuez la baisse au vaccin.

Commettre ces crimes est une promenade de santé pour les organismes de santé publique.

Et désigner des porte-parole officiels pour véhiculer des mensonges au public est aussi facile que d’apprendre aux petits Faucis à s’asseoir et à aboyer.

SOURCES:

Article complet en anglais : https://blog.nomorefakenews.com/2020/11/13/how-theyll-fake-the-success-of-the-covid-vaccine/

[1] https://blog.nomorefakenews.com/2020/11/11/covid-vaccine-revelation-sinks-like-a-stone-disappears/

[2] https://blog.nomorefakenews.com/2020/09/24/covid-vaccine-clinical-trials-doomed-to-fail-fatal-design-flaw/

~

[3] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/08/the-smoking-gun-where-is-the-coronavirus-the-cdc-says-it-isnt-available/

[4] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/09/covid-the-virus-that-isnt-there-the-root-fraud-exposed/

[5] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/12/the-fake-coronavirus-and-the-missing-study-the-secret-in-plain-sight/

[6] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/13/yet-another-case-of-the-missing-virus-they-lied-and-locked-down-the-world/

[7] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/15/if-the-virus-isnt-there-why-do-they-believe-it-is/

[8] http://blog.nomorefakenews.com/2020/10/19/dr-tom-cowan-explores-the-covid-virus-invented-out-of-sheer-nonsense/

[9] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/22/the-virus-that-isnt-there-genetic-sequencing-and-the-magic-trick/

[10] https://blog.nomorefakenews.com/2020/10/26/the-missing-virus-answering-critics-objections/

~

[11] https://blog.nomorefakenews.com/2020/11/06/smoking-gun-fauci-states-covid-test-has-fatal-flaw/

[12] https://www.rt.com/usa/506308-biden-covid19-advisor-lockdown/

ajax-loader