Masque, Psychosocial, Traduction cv19.fr

Les masques obligatoires à l’école constituent une “menace majeure” pour le développement des enfants, mettent en garde les médecins

Les masques obligatoires à l’école constituent une “menace majeure” pour le développement des enfants, mettent en garde les médecins

L’obligation de porter un masque facial à l’école est mauvaise pour le bien-être général des enfants et devrait être abolie, ont écrit 70 médecins dans une lettre ouverte au ministre flamand de l’éducation Ben Weyts.

Les médecins veulent que Weyts revienne immédiatement sur sa position : ne pas exiger le port du masque à l’école, protéger uniquement le groupe à risque et conseiller aux personnes présentant un éventuel profil à risque de consulter leur médecin.

“Ces derniers mois, le bien-être général des enfants et des jeunes a été mis à rude épreuve”, affirment les auteurs de la lettre. “Nous voyons dans nos pratiques un nombre croissant d’enfants et de jeunes qui se plaignent en raison des règles de conduite qui leur ont été imposées”.

Les médecins ont mentionné l’anxiété et les problèmes de sommeil ainsi que les troubles du comportement et la germophobie, qui est une peur pathologique des germes. Ils constatent également une augmentation de la violence domestique, de l’isolement et des privations.

“Les masques faciaux obligatoires dans les écoles sont une menace majeure pour leur développement. Elle ignore les besoins essentiels de l’enfant en pleine croissance. Le bien-être des enfants et des jeunes dépend fortement de l’attachement émotionnel aux autres”, ont-ils écrit.

Selon eux, “l’obligation de porter un masque facial fait de l’école un environnement menaçant et dangereux, où la proximité émotionnelle devient difficile”.

En outre, “il n’existe pas de preuves à grande échelle que le port de masques dans un environnement non professionnel ait un effet positif sur la propagation des virus, et encore moins sur la santé générale. Il n’y a pas non plus de base juridique pour mettre en œuvre cette exigence”.

“En attendant, il est clair que les enfants en bonne santé qui vivent avec le Covid-19 guérissent sans complications en standard et qu’ils contribuent ensuite à la protection de leurs semblables en augmentant l’immunité de groupe”.

“La seule mesure sensée pour prévenir les maladies graves et la mortalité causées par le Covid-19 est d’isoler les enseignants et les enfants individuels qui courent un risque accru”, ont-ils déclaré.

“Cette évaluation des risques n’est pas la tâche du ministère de l’éducation”, ont souligné les médecins, “mais la tâche des médecins traitants en consultation avec leurs patients”.

Source : https://www.brusselstimes.com/news/belgium-all-news/health/138189/relaxed-travel-rules-helped-new-coronavirus-variant-spread-through-europe-sars-cov-2-20a-eu1/

Extraits d’études impliquant le port de masques

Liste d’études : https://cv19.fr/ressources/#mask

Et plus

Quelles seront les conséquences du port du masque sur le développement des enfants ?

Etude sur le site du CDC qui a passé en revue dix essais cliniques randomisés différents, dans le monde entier, examinant la transmission de virus respiratoires hautement infectieux qui n’ont trouvé “aucune réduction significative” de la “transmission avec l’utilisation de masques faciaux”. https://wwwnc.cdc.gov/eid/article/26/5/19-0994_article. Nonpharmaceutical Measures for Pandemic Influenza in Nonhealthcare Settings—Personal Protective and Environmental Measures, Jingyi Xiao1, Eunice Y. C. Shiu1, Huizhi Gao, Jessica Y. Wong, Min W. Fong, Sukhyun Ryu, and Benjamin J. Cowling (Volume 26, Number 5, May of 2020).

L’Organisation mondiale de la santé déclare qu’il “n’existe aucune preuve que le port d’un masque par une personne en bonne santé dans un cadre communautaire puisse prévenir l’infection par des virus respiratoires, y compris le COVID-19” et conclut en outre que “le masquage communautaire universel” est inefficace pour prévenir “l’infection par des virus respiratoires, y compris le COVID-19”. L’OMS a recommandé de ne pas porter de masques médicaux car ils “peuvent créer un faux sentiment de sécurité” contre le COVID-19, tout en réaffirmant qu’il n’existe “aucune preuve de l’utilité d’un masque pour protéger les personnes non malades”. https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/331693/WHO-2019-nCov-IPC_Masks-2020.3-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=yAdvice on the Use of Masks in the Context of COVID-19 – Guidance, World Health Organization (April 6, 2020)

Le British Medical Journal note que les masques en tissu peuvent augmenter la propagation du virus : “Cette étude est le premier essai clinique randomisé sur les masques en tissu, et les résultats mettent en garde contre l’utilisation de masques en tissu. C’est une conclusion importante pour informer sur la santé et la sécurité au travail. La rétention d’humidité, la réutilisation des masques en tissu et une mauvaise filtration peuvent entraîner un risque accru d’infection”. https://bmjopen.bmj.com/content/5/4/e006577 A cluster randomised trial of cloth masks compared with medical masks in healthcare workers

Explication des raisons pour lesquelles les masques faciaux ne fonctionnent pas (examen d’autres études) https://www.oralhealthgroup.com/features/face-masks-dont-work-revealing-review/

Un physicien canadien examine pourquoi les masques faciaux ne fonctionnent pas. http://ocla.ca/wp-content/uploads/2020/04/Rancourt-Masks-dont-work-review-science-re-COVID19-policy.pdf

Le port d’un masque respiratoire entraîne une multitude de contraintes physiologiques et psychologiques. Celles-ci peuvent interférer avec les performances des tâches et réduire l’efficacité du travail. Ces charges peuvent même être suffisamment graves pour mettre la vie en danger si elles ne sont pas améliorées. Arthur Johnson, Journal of Biological Engineering (2016).

Lorsque le respirateur N95 a été testé en service en 2010, les “niveaux d’oxygène et de dioxyde de carbone dans l’espace mort n’étaient pas conformes aux normes de l’Occupational Safety and Health Administration sur les environnements de travail”.

Une étude menée par l’hôpital universitaire national de Taiwan il y a quinze ans a révélé que l’utilisation de masques N-95 chez les travailleurs de la santé entraînait une hypoxémie, un faible niveau d’oxygène dans le sang, et une hypercapnie, une élévation des niveaux de dioxyde de carbone dans le sang. Non seulement le masque a créé des niveaux d’oxygène dangereusement bas et un pic de dioxyde de carbone tout aussi dangereux dans le corps humain, mais l’étude a révélé que “le personnel médical court un risque accru de contracter le “syndrome respiratoire aigu sévère” (SRAS) [en portant des masques N95] ….”. Enfin, les auteurs de l’étude ont également constaté que “les étourdissements, les maux de tête et le manque de souffle sont courants chez le personnel médical portant des masques N95” et que la “capacité à prendre des décisions correctes” était également probablement réduite. The Physiological Impact of N95 Masks on Medical Staff, National Taiwan University Hospital (juin 2005).

Des études montrent que les maux de tête chez les professionnels de la santé sont souvent dus au port d’un masque, qui est un signe d’hypoxie : un peu moins de 10 % des professionnels de la santé interrogés dans le cadre d’une étude ont ressenti des symptômes si graves qu’ils ont été contraints de prendre, en moyenne, deux jours complets d’arrêt maladie dans le cadre de leur travail, tandis que 60 % de ces professionnels de la santé “ont dû utiliser des analgésiques abortifs en raison de maux de tête”. Les maux de tête et le masque N95 chez les professionnels de la santé. Lim EC1, Seet RC, Lee KH, Wilder-Smith EP, Chuah BY, Ong BK, Acta Neurologica Scandinavica, 28 février 2006, 113(3):199-202.

Une étude plus récente portant sur 159 travailleurs de la santé âgés de 21 à 35 ans a révélé que 81 % d’entre eux souffraient de maux de tête en raison du port d’un masque facial – signe d’un niveau d’oxygénation dangereusement bas – et que TOUS les travailleurs de la santé avaient l’impression que ces maux de tête affectaient leurs performances professionnelles. Ong JJY et al. Headaches associated with personal protective equipment- A cross-cutting study among frontline healthcare workers during COVID-19. Headache 2020;60(5):864-877.

On a constaté que les femmes enceintes portant un masque N-95 avaient des difficultés respiratoires liées à l’utilisation du masque. Les masques faciaux sont-ils efficaces contre le Covid-19 ? The Science Times (25 mai 2020).

“On sait que le masque N95, s’il est porté pendant des heures, peut réduire l’oxygénation du sang jusqu’à 20%”, ce qui peut à son tour “entraîner une perte de conscience, comme ce fut le cas pour le malheureux qui conduisait seul sa voiture avec un masque N95, ce qui lui a valu de perdre connaissance, de s’écraser et de se blesser. Je suis sûr que nous avons plusieurs cas de personnes âgées ou de toute personne ayant des fonctions pulmonaires déficientes qui s’évanouissent et se cognent la tête. Cela peut bien sûr entraîner la mort”. Les masques faciaux sont-ils efficaces contre le Covid-19 ? The Science Times (25 mai 2020).

Dans cette étude, les chercheurs ont examiné les niveaux d’oxygène dans le sang de 53 chirurgiens. Ils ont mesuré l’oxygénation du sang avant l’opération ainsi qu’à la fin des opérations. Les chercheurs ont constaté que le masque réduisait considérablement le niveau d’oxygène dans le sang. Plus la durée de port du masque est longue, plus la baisse du taux d’oxygène sanguin est importante. Bader A et al. Rapport préliminaire sur la désoxygénation induite par le masque chirurgical lors d’une opération majeure. Neurocirugia 2008;19:12-126.

Dans une étude portant sur les dentistes et les assistants dentaires qui ont adopté de nouveaux protocoles depuis le COVID, les maux de tête sont passés de 16% avant le COVID à 65%, la moitié des répondants (49%) notant qu’il était difficile de respirer “tout le temps” et 40% notant qu’il était difficile de respirer une partie du temps. https://www.dentistryiq.com/covid-19/article/14177630/headaches-exhaustion-anxiety-the-physical-and-emotional-challenges-of-returning-to-work-during-the-pandemic?utm_source=RDH%20eVillage%20%26%20Product&utm_medium=email&utm_campaign=CPS200611069&o_eid=3982E9300967G0X&rdx. ident[pull]=omeda%7C3982E9300967G0X&oly_enc_id=3982E9300967G0X&fbclid=IwAR1Dr974eARlmMqMikUxsl8XBZjvzOznYcgEFxJLWUoR-n1zjxfUxih_QKY#cid-14177681

L’immunité du porteur du masque – et sa capacité ultérieure à combattre le COVID-19 ou toute autre infection nuisible – est en fait compromise par le port d’un masque. La baisse du taux d’oxygène (hypoxie) constatée dans de nombreuses études est directement associée à une diminution de l’immunité. En ce qui concerne les effets biologiques, les études ont montré que la baisse du taux d’oxygène (hypoxie) inhibe à son tour la production du type de cellules immunitaires primaires que notre corps utilise pour combattre les infections virales (connues sous le nom de lymphocytes T CD4+). D’un point de vue fonctionnel, ce qui se passe dans notre corps, c’est que la diminution de l’oxygène provoque un pic dans le niveau d’un composé appelé hypoxia-inducible-factor-1 (HIF-1). Une fois que ce composé a augmenté, il inhibe à son tour la production de lymphocytes T dont notre corps a besoin pour combattre les envahisseurs et les infections. Pire encore, le manque d’oxygène stimule un puissant inhibiteur du système immunitaire (une cellule appelée Tregs), qui à son tour rend l’organisme mûr pour contracter une infection COVID-19 et subir ladite maladie plus sévèrement : “Cela ouvre la voie à la contraction de toute infection, y compris COVID-19, et rend les conséquences de cette infection beaucoup plus graves. En substance, votre masque peut très bien vous exposer à un risque accru d’infections et, si c’est le cas, avoir des conséquences bien pires”. Russell Blaylock, Id. (citant Shehade H et al. Cutting edge : Hypoxia-Inducible Factor-1 régule négativement la fonction Th1. J Immunol 2015;195:1372-1376. Voir aussi : Westendorf AM et al. Hypoxia enhance immunosuppression by inhibiting CD4+ effector T cell function and promoting Treg activity. Cell Physiol Biochem 2017;41:1271-84. Voir plus loin : Sceneay J et al. Hypoxia-driven immunosuppression contributes to the pre-metastatic niche. Oncoimmunology 2013;2:1 e22355.

Les personnes atteintes d’un cancer peuvent courir un risque supplémentaire d’hypoxie, car les cellules cancéreuses se développent mieux dans un environnement corporel pauvre en oxygène. Un faible taux d’oxygène favorise également l’inflammation systémique qui, à son tour, favorise “la croissance, l’invasion et la propagation des cancers”. Aggarwal BB. Nucler factor-kappaB: The enemy within. Cancer Cell 2004;6:203-208, and Blaylock RL. Immunoexcitatory mechanisms in glioma proliferation, invasion and occasional metastasis. Surg Neurol Inter 2013;4:15.

Les épisodes répétés de manque d’oxygène – connus sous le nom d’hypoxie intermittente – “provoquent également l’athérosclérose” et augmentent donc “tous les événements cardiovasculaires” tels que les crises cardiaques – ainsi que les événements cérébraux indésirables comme les accidents vasculaires cérébraux. Blaylock, quoting Savransky V et al. Chronic intermittent hypoxia induces atherosclerosis. Am J Resp Crit Care Med 2007;175:1290-1297.

Il semble que le virus puisse pénétrer dans le cerveau. Selon les praticiens en neurochirurgie, dans la plupart des cas où le virus pénètre dans le cerveau, il le fait par le biais des nerfs olfactifs (nerfs olfactifs) – et par conséquent – en portant un masque “les virus expirés ne pourront pas s’échapper, et se concentreront dans les voies nasales, pénétreront dans les nerfs olfactifs et voyageront dans le cerveau”. Blaylock, reviewing Baig AM et al. Evidence of the COVID-19 virus targeting the CNS: Tissue distribution, host-virus interaction, and proposed neurotropic mechanisms. ACS Chem Neurosci 2020;11:7:995-998.  Wu Y et al. Nervous system involvement after infection with COVID-19 and other coronaviruses. Brain Behavior, and Immunity. Perlman S et al. Spread of a neurotropic murine coronavirus into the CNS via the trigeminal and olfactory nerves. Virology 1989;170:556-560.

Source : https://healthimpactnews.com/2020/face-masks-harm-children-and-some-have-even-died-but-california-governor-dictates-everyone-to-wear-them/

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x