Month: March 2021

La vitamine D est sûre – Pas les vaccins

[Note cv19 : la Vitamine D semble être à ce jour l’une des meilleures préventions contre le covid-19, mais son utilisation sous forme de cholécalciférol orale (vitamine D3 – forme la plus courante en supplémentation) n’auras qu’un faible impact chez les personnes déjà malades, les concentrations n’augmentant significativement qu’après quelques semaines de traitements, et plus vous êtes carencé, plus il faut de temps pour que les effets se fassent sentir. Le calcitriol est la forme hormonalement active de la vitamine D qui pourrait agir plus rapidement, également disponible sous forme orale, il a fait l’objet d’étude en tant que traitement prophylactique, le calcifediol a également fait l’objet d’étude en association avec HCQ + AZI montrant de bons résultats]


Par David Ash

Le mouton vit sa vie en craignant le loup pour finir par être mangé par le berger.

Proverbe africain

La vitamine D est sans danger, peu coûteuse – le soleil est gratuit – et elle devrait être efficace contre les variants du coronavirus, car les recherches révèlent que la cause sous-jacente du Covid-19 est un dysfonctionnement immunitaire et non l’action du coronavirus lui-même et, quoi qu’en disent le gouvernement et les médias, les vaccins, surtout lorsqu’ils sont mis sur le marché à la hâte, ne sont pas sûrs. Pour citer un rapport de toxicologie sur le développement des vaccins :

“Les études bibliographiques montrent que les vaccins sont rarement testés pour leurs effets indésirables à moyen terme, et certainement pas pour leurs effets indésirables à long terme. Ils ne sont pas testés pour les combinaisons telles qu’administrées au fil du temps selon un calendrier prescrit, et ils ne sont pas testés en laboratoire en combinaison avec d’autres substances toxiques. Il semble que les fabricants ou les chercheurs ne soient guère intéressés par la découverte ou l’identification de ces effets indésirables. Ce désintérêt est particulièrement marqué dans les efforts actuels pour mettre sur le marché un vaccin Covid-19, peut-être rendu obligatoire, dans l’année qui suit le début du développement. Il ne peut y avoir aucun test de sécurité crédible dans le cadre d’un tel calendrier. Il existe de nombreux effets négatifs potentiels sur la santé qui peuvent résulter des mécanismes induits par le vaccin, comme l’a montré notre étude actuelle, et ces effets pourraient apparaître à court ou à long terme. Il est injustifiable d’exiger des jeunes (qui ne sont pas exposés aux conséquences les plus graves du Covid-19) qu’ils prennent de tels vaccins ayant potentiellement de graves conséquences à long terme.”(1)

Pour comprendre le Covid-19, imaginez les coronavirus comme des étincelles et le Covid-19 comme des incendies domestiques que ces virus allument. Les maisons protégées contre le feu ne sont pas endommagées par les étincelles, tandis que les maisons où la protection contre le feu a été négligée prennent feu et brûlent. Les étincelles ne sont pas la seule cause des incendies de maison, aussi, plutôt que de se concentrer uniquement sur la lutte contre les étincelles, il serait judicieux d’installer des extincteurs et de prendre d’autres mesures préventives pour protéger les maisons contre toutes sortes d’incendies.

La Covid-19 est une maladie auto-immune déclenchée par le coronavirus

Dès mars 2020, des avertissements ont été émis indiquant que le Covid-19 était une maladie auto-immune, déclenchée par le coronavirus. Ce virus semble provoquer un choc cytokinique inflammatoire chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli par une carence en vitamine D.(2)

Au lieu de se voir conseiller de compter uniquement sur les nouveaux vaccins pour vaincre le Covid-19, les autorités sanitaires auraient dû conseiller aux gouvernements de prendre des mesures de précaution immédiates, avant l’arrivée des vaccins, pour encourager chacun à prendre de la vitamine D et d’autres nutriments essentiels afin d’optimiser le fonctionnement de son système immunitaire, en particulier pendant les mois d’hiver.

Les chercheurs ont déclaré :

“En résumé, il est difficile de voir comment des vaccins Covid-19 sûrs peuvent être mis au point et faire l’objet de tests complets de sécurité sur des échelles de temps de développement d’un ou deux ans, comme cela est proposé actuellement. La seule véritable protection contre une future pandémie de Covid-19 ou toute autre pandémie/épidémie virale est celle dont l’efficacité a été démontrée lors des pandémies/épidémies de SRAS, de MERS et de Covid-19, ainsi que lors des pandémies/épidémies annuelles de grippe : un système immunitaire sain capable de neutraliser les virus entrants comme la nature l’a prévu.” (1)

La carence en vitamine D est à l’origine de nombreuses maladies

La limite des vaccins contre le coronavirus est que, s’ils peuvent contribuer à renforcer l’immunité contre le coronavirus, ils ne contribuent pas au bon fonctionnement normal du système immunitaire comme le fait la vitamine D :

“De nouvelles données sur la vitamine D sont apparues au cours des quinze dernières années et continuent de s’étoffer pratiquement chaque jour…(3a)…La carence en vitamine D a été clairement liée aux principales maladies chroniques associées au stress oxydatif, à l’inflammation et au vieillissement, notamment les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives, le diabète et le cancer. En particulier, le système cardiovasculaire semble être très sensible à la carence en vitamine D…De nombreuses recherches ont montré que la vitamine D joue également un rôle régulateur dans l’auto-immunité, l’inflammation…Récemment, la carence en vitamine D a été associée à divers facteurs de risque de maladies cardiovasculaires, notamment l’obésité, l’hypertension, la dyslipidémie, la résistance à l’insuline et le syndrome métabolique. (3b) La carence en vitamine D, définie par un taux sérique de 25(OH)D compris entre 20 et 29 ng/mL, est endémique chez l’homme, avec plus d’un milliard de personnes affectées dans le monde, et peut nécessiter des actions de santé publique, telles que l’enrichissement systématique des aliments en vitamine D. De plus, la “carence en vitamine D” (< 20 ng/mL) est prévalente dans près de la moitié de la population en bonne santé des pays développés, est fréquente chez les patients atteints de MCV (maladie cardio-vasculaire) et est associée de manière indépendante à un risque plus élevé de futurs événements cardiovasculaires. En outre, la carence en vitamine D est probablement associée à un âge avancé, à une pigmentation de la peau plus foncée, à une moindre exposition au soleil et à un faible apport alimentaire en vitamine D, et a été liée à un risque accru de morbidités liées à l’âge qui incluent les maladies neurodégénératives et les dysfonctionnements cérébrovasculaires.(3c) “

Les vaccins contre le coronavirus traitent les symptômes de la maladie du Covid-19. Ils ne s’attaquent pas à la cause sous-jacente de cette pénible maladie, qui peut également être à l’origine d’autres maladies. Selon Robert Verkerk, PhD, de l’Alliancefor Natural Health International, “si vous aidez les populations à améliorer leur statut nutritionnel et leur fonction métabolique afin de réduire la vulnérabilité au Covid-19, vous réduisez simultanément le risque de presque toutes les maladies chroniques et auto-immunes” (4).

Des données cliniques révèlent que le Covid-19 est lié à une carence en vitamine D

Le Covid-19 est une maladie respiratoire et les maladies respiratoires semblent réagir à des niveaux optimisés de vitamine D “soleil”. Des preuves cliniques indiquent qu’avec des niveaux sériques adéquats de vitamine D, les gens sont moins susceptibles de souffrir d’infections respiratoires en général et du Covid-19 en particulier. (5) Roger Seheult M.D. (cofondateur de MedCram), spécialiste des soins intensifs et des maladies pulmonaires, a déclaré catégoriquement que “le supplément qui présente le meilleur niveau de preuve pour renforcer le système immunitaire contre le Covid-19 est la vitamine D.” (6)

Trois ans avant le début de la pandémie de Covid-19, le BMJ a publié en février 2017 une analyse de 25 études différentes portant sur 11 000 patients qui montrait que la supplémentation en vitamine D était sûre et efficace pour protéger contre les infections des voies respiratoires. (7) Cela se reflète dans la tendance de la population à souffrir davantage de rhumes et de grippes pendant les mois d’hiver, lorsque l’ensoleillement et donc les niveaux de vitamine D sont les plus bas. Cette tendance s’est manifestée lors de la pandémie de Covid-19, où le plus grand nombre de cas a été enregistré en janvier 2021. Nonobstant d’autres facteurs, tels que le relâchement de la distance sociale le jour de Noël 2020, les niveaux élevés de Covid-19 en hiver confirment le volume croissant de preuves qu’il existe un lien entre le Covid-19 et les faibles niveaux de vitamine D sérique.

La susceptibilité des personnes âgées au Covid-19 reflète leur carence en vitamine D

Le système immunitaire s’affaiblit avec l’âge, ce qui se reflète dans les décès dus au Covid-19, qui sont de 0,003 % chez les moins de 20 ans, 0,456 % chez les 60-64 ans, 3,2 % chez les 75-79 ans et 8,3 % chez les plus de 80 ans.(8)

La susceptibilité des personnes âgées à l’altération de la fonction immunitaire est en corrélation avec la baisse des taux sériques de vitamine D, avec l’âge (9) et les décès dus au Covid-19 ont été les plus fréquents chez les patients – en particulier les personnes âgées – dont les taux sériques de vitamine D étaient faibles. (10) Un grand nombre d’études ont révélé l’existence d’un lien entre la carence en vitamine D et les décès dus au Covid-19 chez les personnes âgées. (3d) (11) (12) (13)

Le Covid-19 est plus grave sous les climats nordiques où l’ensoleillement est le plus faible

Les décès dus au Covid-19 sont liés à la latitude. La corrélation entre le Covid-19 et la carence en vitamine D est étayée par le fait que les décès dus au Covid-19 sont moins nombreux dans les régions méridionales plus ensoleillées que dans les régions septentrionales où les niveaux d’ensoleillement sont plus faibles. (14) (15)

Tout au long de l’été 2020, de plus en plus d’articles sont parus dans les journaux médicaux, renforçant ainsi les preuves que le Covid-19 semble être une maladie liée à une carence en vitamine D. (16) (17) (18) (19) (20) (20a) (20b) Malgré cela, il n’a pas été conseillé à la population britannique de prendre plus de vitamine D ou de passer plus de temps au soleil pour se protéger du Covid-19.

Les personnes à la peau foncée qui bloquent les rayons UV sont plus sensibles au Covid-19

L’un des indicateurs les plus clairs d’un lien entre le Covid-19 et la carence en vitamine D est la manière dont cette maladie a frappé les groupes ethniques noirs, asiatiques et minoritaires (BAME) de manière disproportionnée par rapport à leurs homologues blancs, à tel point que le 23 novembre, Channel 4 TV a diffusé un programme intitulé ” Le Covid est-il raciste ? “. ( 21)

Dans ‘Frontiers in Public Health’, le 22 janvier 2021, un article rapporte :

“De plus en plus de preuves suggèrent que les personnes issues des groupes ethniques noirs (principalement africains) et asiatiques (principalement les Asiatiques du Sud/Asiatiques du Sud-Est) sont touchées de manière disproportionnée par le Covid-19, ce qui entraîne de moins bons résultats (mortalité et morbidité plus élevées) par rapport aux Britanniques ou Américains blancs. Public Health England (en août 2020) a signalé que les Noirs sont 2 à 3 fois plus susceptibles d’être infectés par le Covid-19 que les Blancs, après ajustement en fonction de l’âge. Une étude menée dans 260 hôpitaux d’Angleterre, d’Écosse et du Pays de Galles a révélé que les personnes d’origine noire et sud-asiatique étaient, respectivement, 36 et 28 % plus susceptibles d’être admises en soins intensifs, après ajustement en fonction de l’âge, du sexe et de la pauvreté de la zone habitée. Les données provenant des unités de soins intensifs ont montré que les personnes issues de groupes ethniques noirs et asiatiques représentaient plus de 25 % de toutes les admissions dans le cadre du programme Covid-19 (jusqu’à fin juillet 2020), alors qu’elles ne constituent qu’environ 11 % de la population totale du Royaume-Uni. Les décès liés au Covid-19 au sein des groupes ethniques noirs et asiatiques travaillant dans les établissements de santé au Royaume-Uni étaient encore plus élevés (63 %)… Diverses raisons ont été avancées pour expliquer pourquoi les personnes issues de groupes ethniques minoritaires noirs et asiatiques sont plus exposées au risque d’infection et de mortalité par le coronavirus. Il s’agit notamment de facteurs sociodémographiques, de problèmes de santé sous-jacents, de ménages surpeuplés, de la vie dans des zones défavorisées, de la difficulté d’accès aux soins de santé en raison de la barrière de la langue, de modes de vie malsains et de l’exécution de tâches essentielles ou de soins de santé de première ligne “à haut risque”. Cependant, les recherches suggèrent que, même après ajustement en fonction de l’âge, du sexe, du mode de vie, des facteurs socio-économiques, des barrières linguistiques, des conditions de santé et d’invalidité déclarées, les personnes issues des groupes ethniques noirs et asiatiques sont toujours plus susceptibles d’être infectées et de mourir du Covid-19 que les personnes blanches. Au Royaume-Uni, les données montrent que les décès liés au Covid-19 étaient 1,9 fois plus élevés chez les Noirs et 1,6-1,8 fois plus élevés chez les Asiatiques que chez les Blancs, après ajustement en fonction de l’âge, des caractéristiques socio-économiques et des mesures de santé/d’invalidité autodéclarées… En explorant ces déterminants sanitaires et sociaux de l’inégalité dans les minorités ethniques, les différences dans d’autres facteurs tels que les faibles niveaux de vitamine D n’ont pas été abordées de manière adéquate. La carence en vitamine D constitue un facteur de risque potentiel pour le Covid-19.” (22)

Au début des années 1970, alors que j’étais étudiant à la faculté de nutrition de John Yudkin à l’Université de Londres, on m’a appris que les personnes venant de régions plus ensoleillées du monde et s’installant au Royaume-Uni étaient plus susceptibles de souffrir d’une carence en vitamine D en raison du climat britannique et que cela pouvait avoir un impact sérieux sur leur santé. Un demi-siècle plus tard, je me demande pourquoi cette information vitale concernant la vitamine du soleil n’a pas été communiquée au personnel du NHS et des maisons de soins du groupe BAME qui combat le Covid-19 en première ligne. Tant de vies auraient pu être sauvées grâce à ce conseil simple et judicieux.

Dans l’émission de Chanel 4 ” Le Covid est-il raciste ? “, le présentateur, le Dr Ronx Ikharia, a souligné que 100 % des patients britanniques décédés à cause du Covid-19 appartenaient au groupe BAME. Comment est-il possible que des patients meurent par manque des connaissances les plus élémentaires sur leur besoin en vitamine D ? Est-ce à cause d’une résistance obstinée des autorités de régulation médicale à accepter la valeur de la vitamine D pour la prévention du Covid-19 ou parce que les vitamines ne sont pas considérées comme importantes dans le cadre de la formation médicale ?

Si la vitamine D était distribuée à la place du vaccin, les autres pathologies diminueraient

La véritable tragédie de la pandémie est que des millions de décès à travers le monde auraient pu être évités si, à l’été 2020, le Covid-19 avait été reconnu comme une maladie due à une carence en vitamine D. L’incidence d’autres maladies mortelles aurait également pu chuter. Le Covid-19 semble être un signal indiquant une carence endémique en vitamine D dans le monde entier, qui est responsable d’une foule d’autres maladies inflammatoires. “Il a également été démontré que la carence en vitamine D est corrélée à l’hypertension, au diabète, à l’obésité et à l’origine ethnique – autant de caractéristiques associées à un risque accru de Covid-19 sévère.” (14)

Il est bien établi que la carence en vitamine D est liée à la présentation d’une détresse respiratoire sévère, et aux séquelles de la tempête de cytokines, qui comprend également le Covid.

Il s’agit d’une petite étude, mais bien étayée par la littérature scientifique. Tous les facteurs de risque pour le Covid sont également des facteurs de risque de carence en vitamine D. Nous avons une pandémie de carence en vitamine D dans de nombreux climats tempérés. Plus de deux cents scientifiques ont demandé instamment que l’on envisage une supplémentation en vitamine D pour la prévention et le traitement du Covid.

Le ministre britannique de la santé veut utiliser la vitamine D pour le Covid-19 mais le NICE dit NON

Au Royaume-Uni, les députés et les ministres se sont inquiétés de savoir pourquoi les preuves cliniques liant le Covid-19 à une carence en vitamine D n’avaient pas été portées à la connaissance du gouvernement par leurs conseillers scientifiques et médicaux. (23) Lorsque David Davis MP a présenté au ministre de la santé les preuves disponibles, Matt Hancock, a approché Public Health England (PHE) et le National Institute for Health and Care Excellence (NICE) – les organismes chargés de conseiller le gouvernement britannique sur la façon de s’attaquer à la pandémie – demandant pourquoi il n’avait pas été informé que la vitamine D pouvait sauver des milliers de vies, la réponse a été “preuves insuffisantes”. (24)

Compte tenu du volume de preuves disponibles, la réponse semble être intransigeante, d’autant plus que l’insuffisance de preuves n’avait jamais été un problème dans la pandémie. Dans l’urgence de trouver une solution, les vaccins du coronavirus ont été déployés sans les années d’essais normalement requises pour les nouveaux vaccins afin de fournir des preuves suffisantes de leur efficacité et de leur sécurité. Il semblerait qu’il y ait deux ensembles de règles, l’un pour les vaccins, l’autre pour les vitamines. S’il n’y avait qu’un seul ensemble de règles, le volume de preuves en faveur de la vitamine D, disponible à l’automne 2020, aurait été suffisant pour que ceux qui conseillent le gouvernement recommandent que tout le monde prenne un supplément de vitamine D pendant la période hivernale, comme mesure de précaution pour sauver des vies et épargner le NHS avant le déploiement des vaccinations. Cela aurait pu éviter le troisième confinement et sauver des dizaines de milliers de vies. Mais aucun conseil général de supplémentation en vitamine D, pour se protéger contre le Covid-19, n’a été donné.

Le déploiement de la vitamine D est trop lent et trop tardif pour prévenir la vague hivernale de Covid-19

Avec le soutien de Public Health England, Matt Hancock a proposé de la vitamine D à 3,5 millions de personnes parmi les plus vulnérables, mais il n’a pas été autorisé à mentionner le lien entre la vitamine et le Covid-19. La vitamine a été distribuée en janvier 2021, à raison de 400 UI par jour au minimum, afin de compenser la perte d’exposition au soleil lors du premier confinement. C’était trop peu, trop tard. Un avertissement a été donné pour ne pas dépasser la dose de 400 UI, insuffisante pour les personnes âgées – la majorité du groupe vulnérable – qui ont besoin d’un minimum de 800 UI par jour. La limite supérieure de sécurité de la vitamine D a été fixée à 4000 UI par jour. Ce chiffre est arbitraire car une étude menée sur 10 ans auprès de 20 000 personnes a montré qu’une dose quotidienne de vitamine D dix fois supérieure à ce chiffre était sans danger. Une seule personne a montré des signes de toxicité de la vitamine D lorsque des doses quotidiennes de 50 000 UI pendant 3 mois ont été administrées.(25) Compte tenu du niveau des effets indésirables des vaccins du coronavirus, cela reflète la résistance obstinée à déployer la vitamine D dans la pandémie de Covid. (1) (26)

La principale préoccupation concernant la prise de niveaux élevés de vitamine D est la calcification des tissus mous. Cependant, cette mauvaise orientation du calcium a été liée à une carence en vitamine K. (27)

La vitamine D est sans danger à haute dose

Il est évident que des doses de vitamine D supérieures à 4000 UI sont sûres car il a été démontré que 30 minutes d’exposition du corps entier au soleil de midi, en plein été, en Norvège, génèrent l’équivalent de la prise de 10 000 à 20 000 UI de vitamine D par voie orale.(27) Et pour ceux qui s’inquiètent du danger de cancer de la peau dû à l’exposition au soleil, les bénéfices de la production de vitamine D dépassent de loin les dangers des mélanomes :

“Les avantages pour la santé des UVB solaires sont bien plus importants que les effets néfastes représentés par les taux de mortalité liés au mélanome et au CSNM (cancer de la peau sans mélanome). La conclusion de cette étude est similaire à celle d’un rapport commandé par l’Organisation mondiale de la santé : “L’exposition aux UV (rayonnements ultraviolets) contribue peu à la charge de morbidité mondiale, causant une perte annuelle estimée à 1,6 million d’AVCI (année de vie corrigée de l’incapacité), soit 0,1 % de la charge de morbidité mondiale totale. Une réduction de l’exposition mondiale aux UV à des niveaux très bas pourrait entraîner une charge de morbidité annuelle nettement plus importante, soit 3,3 milliards d’AVCI. Les avantages pour la santé des UVB solaires sont beaucoup plus importants que les effets négatifs représentés par les taux de mortalité liés au mélanome et au CSNM. La conclusion de cette étude est similaire à celle d’un rapport commandé par l’Organisation mondiale de la santé : ” L’exposition aux rayons UV contribue de façon mineure à la charge de morbidité mondiale, causant une perte annuelle estimée à 1,6 million d’AVCI, soit 0,1 % de la charge de morbidité mondiale totale. Une réduction de l’exposition mondiale aux rayons UV à des niveaux très bas pourrait entraîner une charge de morbidité annuelle nettement plus importante, soit 3,3 milliards d’AVCI “(28).

La vitamine D prévient la progression des cancers

Dans un essai clinique impliquant près de 26 000 personnes, sur une période de cinq ans, certaines ont reçu 2000 UI de vitamine D par jour tandis que d’autres ont reçu un placebo. L’étude a montré que la probabilité de contracter des cancers malins qui se propagent ( métastase), comme les mélanomes de la peau, était réduite de 38 % chez les participants non obèses qui prenaient de la vitamine D par rapport au groupe témoin et aux participants obèses. (29) (La vitamine D étant liposoluble, elle a tendance à se perdre dans les tissus adipeux. Les personnes en surpoids ont besoin de niveaux plus élevés que les personnes de poids normal pour obtenir le même bénéfice). Il semblerait que le danger de contracter un cancer de la peau par l’exposition au soleil soit atténué par l’action de la vitamine D générée par l’exposition au soleil.

L’exposition limitée au soleil, suffisante pour la production de vitamine D, devrait être insuffisante pour endommager la peau, ce qui dépend du type de peau. Les personnes ayant une peau claire qui brûle facilement peuvent se baigner dans un soleil fort sans crème solaire pendant de courtes périodes. Les personnes à la peau bronzée sont en sécurité au soleil pendant une période plus longue. Les personnes à la peau foncée ont besoin de beaucoup plus de temps au soleil pour augmenter leur taux de vitamine D.

Les confinements renforcent le Covid-19 en privant les gens de la lumière du soleil

Conseiller aux gouvernements d’enfermer les populations dans leurs maisons, alors que des études cliniques montraient que les gens avaient besoin de sortir et de s’exposer au soleil pour se protéger du Covid-19, n’était rien de moins qu’une action criminelle de la part des autorités sanitaires et de santé publique.

Notre besoin d’exposition au soleil pour développer la vitamine D peut être apprécié dans le contexte de notre évolution. Nous avons évolué pour vivre au soleil et non dans des habitations. Les maisons, les usines, les bureaux, les véhicules et le fait de s’habiller de la tête aux pieds nous privent de soleil. Et si nous nous exposons au soleil, l’évolution n’a pas prévu de crème solaire. Sans un ensoleillement adéquat ou une supplémentation en vitamine D, la sélection naturelle pourrait nous anéantir.

Un argument de poids pour poursuivre les autorités sanitaires pour crimes contre l’humanité

Des études ont révélé que la majorité des patients atteints du Covid sont déficients en vitamine D (30) et un nombre croissant d’essais cliniques ont montré que l’utilisation de doses régulières allant jusqu’à 60 000 UI de vitamine D chez les patients hospitalisés pour le Covid-19 réduira le taux de mortalité (31) (32) et d’autres essais cliniques sont en cours (33) mais il existe un danger que les études cliniques soient ignorées car de nombreuses études et essais cliniques en faveur de la médecine nutritionnelle ont été sous-estimés depuis les années 1920. C’est à cette époque que, au nom de la philanthropie, John D. Rockefeller a réussi à détourner l’enseignement médical de certaines disciplines, comme la nutrition, au profit de la “médecine scientifique”, ce qui a conduit à la pharmacologie et, finalement, à la nanotechnologie qui sous-tend les vaccins du coronavirus. Un siècle plus tard, nous payons encore le prix de sa stratégie commerciale consistant à vendre du pétrole pour fabriquer des médicaments. (34)

L’industrie pharmaceutique Big Pharma et les investisseurs “philanthropiques” qui la soutiennent sont très puissants. Pour eux, la carence en vitamine D peut être une vérité gênante à un moment où le Covid-19 représente une opportunité sans précédent de déployer les vaccins nanotechnologiques dans lesquels ils ont largement investi. Est-il possible qu’ils aient “influencé” les régulateurs du secteur pharmaceutique pour qu’ils ignorent les preuves cliniques soutenant la vitamine D dans la prévention et le traitement du Covid-19 ?

Les preuves de la vitamine D ont-elles été cachées au gouvernement britannique ? Le défi lancé par Matt Hancock au NICE et au PHE d’expliquer pourquoi on ne lui a pas dit que la vitamine D pouvait sauver des milliers de vies, le laisse penser. Si c’est le cas, il pourrait y avoir un cas prima facie pour poursuivre le NICE et d’autres autorités de réglementation médicale pour ne pas avoir recommandé une supplémentation universelle en vitamine D, avant le déploiement des vaccins à l’automne 2020 comme mesure de précaution pour éviter le pic anticipé d’une deuxième vague de Covid-19 en janvier 2020. Les informations disponibles avant septembre 2020 étaient suffisantes pour justifier cette action, surtout si l’on considère que les résultats d’un essai clinique contrôlé par placebo, suggérant que la vitamine D peut réduire significativement les décès dus au Covid-19, bien qu’il s’agisse d’une étude pilote, ont été publiés en ligne le 29 août 2020 (35).

L’incapacité des conseillers médicaux du gouvernement américain à agir en faveur de la supplémentation en vitamine D a entraîné la mort de dizaines de milliers de personnes des deux côtés de l’Atlantique au cours de l’hiver 2020/21. Au lieu d’encourager la prise de vitamine D protectrice, la FDA (Food and Drug Administration) y a fait obstacle. La FDA a demandé à un tribunal fédéral américain d’ordonner à une entreprise de Géorgie de cesser de vendre de la vitamine D comme moyen de prévention ou de traitement du Covid-19. (36)

Au lieu de recommander la vitamine D comme solution provisoire jusqu’à ce que les vaccinations soient déployées, le NICE, la FDA et les autorités de réglementation des médicaments de l’UE ont exclusivement encouragé le programme de vaccination contre le coronavirus, ce qui, à long terme, pourrait alourdir la charge sanitaire. En outre, la politique de vaccination a ajouté des milliers de milliards à la charge fiscale des citoyens des deux côtés de l’Atlantique. Seuls Big Pharma et l’industrie biotechnologique, ainsi que leurs investisseurs “philanthropiques”, y trouvent leur compte, car les preuves cliniques en faveur de la vitamine D suggèrent que nous pouvons vaincre Covid-19 avec le soleil d’été, et le soleil est gratuit.

Si tout cela est vrai, la tactique de Big Pharma et de ses investisseurs ne serait rien de moins que du bioterrorisme. La propagande incessante du Codid-19 a terrorisé la population alors qu’en réalité, la maladie a révélé la carence endémique en vitamine D dans la société. Si cette carence avait été corrigée, le virus aurait pu traverser la population comme un simple rhume ou une grippe bénigne et, dans son sillage, non seulement le Codid-19 mais aussi le diabète de type 2, le cancer, les maladies cardiaques et une foule d’autres maladies auraient pu diminuer.

Résumé

Au lieu de faire le plein de vitamine D, la grande majorité des gens dépendent désormais entièrement des vaccins pour se protéger du Covid-19. Si nous restons les bras croisés et ne faisons rien, ils seront entraînés plus profondément dans le cycle des médicaments et des vaccins de Big Pharma qui augmentent les niveaux de maladie et de décès au lieu de les réduire. Comme des moutons gardés par le grand fermier, l’humanité est à la merci de l’anticipation par Big Pharma des retours massifs de l’opération vaccinale. Bill Gates a ouvertement proclamé qu’il espérait un retour vingt fois supérieur à son investissement de 10 milliards de dollars dans les vaccins, soit 200 milliards de dollars (37). Une bonne partie de cette somme proviendra du budget du NHS, la population britannique faisant la queue pour recevoir son vaccin annuel. Le coronavirus est connu pour faire muter de nouvelles souches. Personne ne sait avec certitude s’il est apparu à la suite d’une mauvaise manipulation d’animaux sauvages sur les marchés alimentaires chinois ou dans un laboratoire, mais une chose est sûre, chaque mutation du coronavirus profitera aux profits des vaccinations répétées nécessaires pour le vaincre.

L’industrie pharmaceutique internationale doit être démasquée ainsi que ses agents et ses investisseurs doivent être traduits en justice et tenus responsables des décès et des dommages collatéraux causés depuis la première vague de Covid pour avoir tourné le dos aux preuves de l’efficacité de la vitamine D contre Covid. Si Big Pharma a des agents au sein du NICE, de la FDA et d’autres organismes de réglementation médicale similaires ailleurs dans le monde, ils doivent être démasqués. Toute personne à la solde de Big Pharma qui influence le gouvernement devrait être obligée de déclarer ses intérêts. En Colombie, les barons de la drogue soudoient des fonctionnaires corrompus. En Europe et en Amérique, Big Pharma octroie de somptueuses subventions de recherche aux universités et les professeurs sont maintenus dans leurs griffes par de généreux postes de consultants. Le pouvoir de Big Pharma doit être limité.

Grâce au Covid-19, le jour viendra peut-être où les nutritionnistes d’aujourd’hui deviendront les médecins de demain. L’histoire pourrait considérer l’arrivée du coronavirus comme une bénédiction plutôt qu’une malédiction, car il pourrait être le catalyseur d’un changement qui mettrait fin non seulement au Covid-19, mais aussi au diabète, aux maladies cardiaques et au cancer, qui ont été les principales causes de maladie et de décès dans les pays développés pendant la majeure partie du siècle dernier. La leçon que nous devrions tirer du Covid-19 est que la médecine allopathique ne devrait être utilisée qu’en dernier recours et que la nature devrait être autorisée à redevenir la source de la santé. Le fardeau de la maladie sera allégé des épaules de l’humanité lorsque nous reviendrons à la raison qui consiste à considérer le soleil, l’air frais, l’eau propre, l’exercice et une bonne alimentation comme la source de notre bien-être.

Le professeur Roger Seheult explique le lien entre la vitamine D et le Covid-19 (en anglais) : https://www.youtube.com/watch?v=ha2mLz-Xdpg

Notes

1. R N. Kostoff, D Kanduc, A L. Porter,Y Shoenfeld, D Calina, M B. Briggs, D A. Spandidos, and A Tsatsakis Vaccine- and natural infection-induced mechanisms that could modulate vaccine safety. Toxicol. Rep.2020;7:1448 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7581376/

2. A Daneshkhah, V Agrawal, A Eshein, H Subramanian, H K Roy, V Backman. The Possible Role of Vitamin D in Suppressing Cytokine Storm and Associated Mortality in COVID-19 Patients. medRxiv, April 30, 2020 https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.08.20058578v3.full.pdf

3a.C Jorge,Vitamin D – new insights into an old molecule 3b. H A Kim, A Perrelli, A Ragni, F Retta & S F Retta, Vitamin D Deficiency and the Risk of Cerebrovascular Disease Vitamin D and Vitamin D Receptor: New Insights in the Treatment of Hypertension 

3c. M Almehmadi et al, Prevalence of vitamin D deficiency in early-diagnosed cancer patients: A cross-sectional study

3d. Baktash, T Hosack, N Patel, et al. Vitamin D status and outcomes for hospitalised older patients with COVID-19. Postgrad Med J. 2020 doi: 10. 1136/postgradmedj-2020-138712. 

4. R Verkerk, Alliancefor Natural Health International, October 28th 2020.

5. A A Ginde , J M Mansbach, C A Camargo Jr., Association between serum 25-hydroxyvitamin D level and upper respiratory tract infection in the Third National Health and Nutrition Examination Survey, Arch Intern Med, 2009 Feb;169(4):384-90. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19237723/

6. R Seheult, MedCram Medical Lectures, Jan 2nd 2012 (You Tube)

7. A R Martineau, D A Jolliffe, R L Hooper, L Greenberg, J F Aloia, P Bergman, G Dubnov-Raz, S Esposito, D Ganmaa, A A Ginde, E C Goodall, C C Grant, C J Griffiths, W Janssens, I Laaksi, S Manaseki-Holland, D Mauger, D R Murdoch, R Neale, J R Rees, S Simpson Jr, I Stelmach, G Trilok Kumar, M Urashima, C A Camargo Jr, Vitamin D supplementation to prevent acute respiratory tract infections: systematic review and meta-analysis of individual participant data, BMJ, 15 Feb 2017; 356:i6583. https://www.bmj.com/content/356/bmj.i6583

8. Centre for Evidence Based Medicine, https://www.cebm.com

9. L Alvarez-Rodriguez , M Lopez-Hoyos, M Garcia-Unzueta, J A Amado, P Muñoz Cacho, V M Martinez-Taboada, Age and low levels of circulating vitamin D are associated with impaired innate immune function, J Leukoc Biol, May 2012;91(5):829-38. 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/22345707/

10. A K. Mandal, V Baktash, T Hosack, C G. Missouris, Vitamin D status and COVID-19 in older adults. AgingClinExpResp 2020;32:dgaa733 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7465887/

11. D A, Agrawal V, Eshein et al. Evidence for possible association of vitamin D status with cytokine storm and unregulated inflammation in COVID-19 patients. Aging Clin Exp Res. 2020 doi: 10.1007/s40520-020-01677-y. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32876941/

12. R Munshi, M H Hussein, E A Toraih, et al. Vitamin D insufficiency as a potential culprit in critical COVID-19 patients. J Med Virol. 2020 doi: 10.1002/jmv.26360. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32716073/

13. A Panarese, E Shahini. Covid-19 and vitamin D. Aliment Pharm Ther. 2020;51:993–995. doi: 10.1111/apt.15752. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32281109/

14. J M Rhodes , S Subramanian, E Laird , R A Kenny , Editorial: low population mortality from COVID-19 in countries south of latitude 35 degrees North supports vitamin D as a factor determining severity, Aliment Pharm Ther. 2020;51:1434-7 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32311755/

15. N Liu, H Li, Letter: population mortality from COVID-19 and latitude-data from China.Aliment Pharmacol Ther. 2020 Oct;52(7):1259-1260. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33016550/

16.M Mohan, JJ Cherian, A Sharma. Exploring links between vitamin D deficiency and COVID-19. PLoS Pathog. 2020 Sep 18; 16(9):e1008874. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32946517/

17. PC Ilie, S Stefanescu, L Smith. The role of vitamin D in the prevention of coronavirus disease 2019 infection and mortality. Aging Clin Exp Res. 2020 Jul;32(7):1195-1198. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32377965/

18. P Zemb, P Bergman, CA Camargo Jr, E Cavalier, C Cormier, M Courbebaisse, B Hollis, F Joulia, S Minisola, S Pilz, P Pludowski, F Schmitt, M Zdrenghea, JC Souberbielle. Vitamin D deficiency and the COVID-19 pandemic. J Glob Antimicrob Resist. 2020 Sep;22:133-134. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32474141/

19. F Mitchell. Vitamin-D and COVID-19: do deficient risk a poorer outcome? 

Lancet Diabetes Endocrinol. 2020 Jul;8(7):570. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32445630/

20. A R Martineau, N G Forouhi, Vitamin D for Covid-19: a case to answer? Lancet Diabetes Endocrinol. 2020 Aug;3, http://www.thelancet.com › PIIS2213-8587(20)30268-0 

Related Articles listed on: https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32758429/

20a.Ebadi M, Montano-Loza AJ.,Eur Perspective: improving vitamin D status in the management of COVID-19, J Clin Nutr. 2020 Jun;74(6):856-859. doi: 10.1038/s41430-020-0661-0. Epub 2020 May 12.PMID: 32398871 Review. No abstract available.

20b. Annweiler C, Cao Z, Sabatier JM.Maturitas. Point of view: Should COVID-19 patients be supplemented with vitamin D? 2020 Oct;140:24-26. doi: 10.1016/j.maturitas.2020.06.003. Epub 2020 Jun 8.PMID: 32972631 Free PMC article. Review.

20c. Infante M, Buoso A, Pieri M, Lupisella S, Nuccetelli M, Bernardini S, Fabbri A, Iannetta M, Andreoni M, Colizzi V, Morello M. Low Vitamin D Status at Admission as a Risk Factor for Poor Survival in Hospitalized Patients With COVID-19: An Italian Retrospective Study. 

J Am Coll Nutr. 2021 Feb 18:1-16. doi: 10.1080/07315724.2021.1877580.

20d. Murai IH, Fernandes AL, Sales LP, Pinto AJ, Goessler KF, Duran CSC, Silva CBR, Franco AS, Macedo MB, Dalmolin HHH, Baggio J, Balbi GGM, Reis BZ, Antonangelo L, Caparbo VF, Gualano B, Pereira RMR Effect of a Single High Dose of Vitamin D3 on Hospital Length of Stay in Patients With Moderate to Severe COVID-19: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2021 Feb 17:e2026848. doi: 10.1001/jama.2020.26848. Online ahead of print.PMID: 33595634Yadav D, 20e. Birdi A, Tomo S, Charan J, Bhardwaj P, Sharma P. Indian Association of Vitamin D Status with COVID-19 Infection and Mortality in the Asia Pacific region: A Cross-Sectional Study. J Clin Biochem. 2021 Feb 3:1-6. doi: 10.1007/s12291-020-00950-1. Online ahead of print.PMID: 33551585 

21. https://www.channel4.com/programmes/is-covid-racist

22. S Pardhan, L Smith, R P Sapkota, Vitamin D Deficiency as an Important Biomarker for the Increased Risk of Coronavirus (COVID-19) in People From Black and Asian Ethnic Minority Groups. Frontline Public Health, 22 January 2021

https://doi.org/10.3389/fpubh.2020;613462

23. David Davis MP, Matt Ridley, Correcting Britain’s Vitamin D deficiency could save thousands of lives, The Telegraph, 26 September 2020

24. https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2021/jan/10/does-vitamin-d-combat-covid

25. D V Dudenkov , B P Yawn , S S Oberhelman , P R Fischer , R J Singh, S Cha , J A Maxson , S M Quigg , T D Thacher, Changing Incidence of Serum 25-Hydroxyvitamin D Values Above 50 ng/mL: A 10-Year Population-Based Study,MayoClinProc,2015;90:577-86

https://www.mayoclinicproceedings.org/article/S0025-6196(15)00185-8/abstract

26. https://practio.co.uk/coronavirus/articles/coronavirus-vaccine-side-effects

27. E Theuwissen, E Smit, C Vermeer, The Role of Vitamin K in Soft-Tissue Calcification, Adv Nutr. 2012 Mar; 3(2): 166–173. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3648717/

28. William B. Grant, In defense of the Sun, DermEndo, 2009;1:4, 207-214. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2835876/

29. P D Chandler , W Y Chen, O N Ajala , A Hazra , N Cook , Vadim Bubes , I-Min Lee 1, E L Giovannucci , W Willett , J E Buring, JoAnn E Manson , VITAL Research Group, Effect of Vitamin D3 Supplements on Development of Advanced Cancer: A Secondary Analysis of the VITAL Randomized Clinical Trial,JAMA Network Open, 2020;3:e2025850, https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33206192/

30. J Hernández. Et al. Vitamin D Status in Hospitalized Patients With SARS-CoV-2 Infection [Journal article] October 27, 2020. The Journal of Clinical Endocrinology & Metablism. https://doi.org/10.1210/clinem/dgaa733

31. S F Ling , E Broad , R Murphy , J M Pappachan, S Pardesi-Newton, Marie-France Kong, E B Jude, High-Dose Cholecalciferol Booster Therapy is Associated with a Reduced Risk of Mortality in Patients with COVID-19: A Cross-Sectional Multi-Centre Observational Study,Nutrients,2020 Dec11;12:3799 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33322317/

32. A Rastogi, A Bhansali, N Khare, V Suri, N Yaddanapudi, N Sachdeva, G D Puri, P Malhotra, Short term, high-dose vitamin D supplementation for COVID-19 disease: a randomised, placebo-controlled, study. BMJPostgradMedJ, 2020 139065 https://pmj.bmj.com/content/early/2020/11/12/postgradmedj-2020-139065

33. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04536298

34. https://meridianhealthclinic.com/how-rockefeller-created-the-business-of-western-medicine

35. M E Castillo, L M E Costa, J M V Barrios, J F A Díaz, J L Miranda, R Bouillon,  J M Q Gomez, “Effect of calcifediol treatment and best available therapy versus best available therapy on intensive care unit admission and mortality among patients hospitalized for COVID-19: A pilot randomized clinical study” J Steroid Biochem Mol Biol. 2020 Oct; 203: 105751. Published online 2020 Aug 29. doi: 10.1016/j.jsbmb.2020.105751  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7456194/

36. USDepartment of Justice, Jan 8 2021

37. C. McGovern, A Long Shot, WDDTY, July/August 2020; p.34 https://www.wtddty.com

Remerciements

Je voudrais remercier David Davis (médecin), Rupa Huq (médecin) et Matt Hancock (médecin) pour leurs efforts pour encourager la population britannique à prendre des compléments de vitamine D. Je remercie l’équipe de WDDTY pour ses preuves bien documentées en faveur de la vitamine D et pour les nombreuses références utilisées ci-dessus. Je remercie Nalini Blossom pour m’avoir envoyé le proverbe africain. Enfin, je remercie Suzie Thompson pour son amour et son soutien et son abonnement à WDDTY.

Source : https://thecovidcure.co/the-covid-scandal/f/the-covid-scandal
Traduction par https://cv19.fr

Le manque de soleil pourrait être à l’origine de la mort de Mozart

Par Emily Sohn

Le compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart a souffert de nombreuses maladies courantes de l’époque, mais une nouvelle théorie suggère qu’un manque de soleil pourrait être à l’origine de sa mort.

Mozart a souffert de nombreuses maladies, dont la variole, la fièvre typhoïde, l’amygdalite et des infections des voies respiratoires supérieures. Ce qui l’a tué en décembre 1791, à l’âge de 35 ans, fait toujours l’objet d’un débat, les théories allant de l’empoisonnement à la maladie rénale.

Aujourd’hui, deux chercheurs américains suggèrent que, dans sa maison autrichienne située à une latitude élevée, Mozart manquait probablement de vitamine du soleil pendant la moitié de l’année. Cette carence pourrait avoir exposé le musicien à de nombreuses maladies dont il souffrait.

Si seulement Mozart avait connu l’existence de la vitamine D et avait eu accès à des suppléments, il aurait pu doubler la production de toute sa vie, affirme William Grant, un physicien atmosphérique de la NASA à la retraite qui a suivi avec grand intérêt les recherches sur la vitamine D au cours de la dernière décennie. Et, selon lui, il en va de même pour plusieurs autres musiciens célèbres qui sont morts à un jeune âge.

Bien que certains chercheurs restent sceptiques, William Grant pense que l’histoire de Mozart est un avertissement pour les musiciens modernes, qui pourraient envisager de prendre l’air pour une ou deux séances de répétition.

“Presque toutes les maladies ont un lien avec la vitamine D de nos jours”, déclare Grant, qui n’est pas médecin, mais qui est affilié au Sunlight, Nutrition and Health Research Center, une association de recherche et d’éducation favorable à la vitamine D.

“Je pense que les musiciens modernes ne sont pas conscients du fait qu’en restant à l’intérieur, ils ne reçoivent pas la quantité adéquate de vitamine D dont ils ont besoin.”

Une mort entourée de mystère

La mort de Mozart a longtemps été entourée de mystère. Selon William Dawson, chirurgien orthopédique à la retraite et ancien président de la Performing Arts Medicine Association, le musicien a été enterré trois jours après sa mort. Et son corps n’a jamais fait l’objet d’une autopsie.

Les témoignages et les rapports sur la mort du compositeur n’ont été examinés que 30 ans plus tard. Même à ce moment-là, les documents étaient remplis de détails contradictoires.

Pour compliquer encore la situation, les connaissances médicales de l’époque étaient très en retard sur celles d’aujourd’hui. Et depuis l’époque de Mozart, les définitions de nombreux termes médicaux ont changé.

“Ils ne connaissaient pas les vitamines”, dit Dawson. “Ils ne connaissaient pas les bactéries. Ils ne connaissaient pas la tension artérielle. Les médecins de Mozart étaient aussi compétents qu’il était possible de l’être. Ils n’avaient tout simplement pas les connaissances ou la technologie nécessaires pour le traiter.”

Dawson a examiné 81 références dans la littérature qui abordaient la question de ce qui est réellement arrivé à Mozart à la fin de sa vie. Dans un article publié l’an dernier [article de 2011] dans la revue Medical Problems of Performing Artists, il a recensé et organisé ces théories.

Un grand nombre des articles qu’il a examinés citent la maladie rénale chronique comme étant la cause de nombreux problèmes de Mozart, y compris ses nombreuses infections secondaires, comme l’angine streptococcique et la conjonctivite. Ces explications sont suffisamment convaincantes, estime M. Dawson, même s’il a sa propre théorie sur ce qui a finalement tué le compositeur.

“Ils ont beaucoup saigné Mozart dans le cadre du traitement de sa maladie”, dit-il. “Je pense qu’ils l’ont trop saigné et qu’il est mort d’une perte de sang aiguë.”

Exemples de carence en vitamines

Grant a un point de vue différent. Il a lu l’article de Dawson en tenant compte de la période de l’année où Mozart avait tendance à tomber malade. De 1762 à 1783, écrit-il dans une lettre qui vient d’être publiée dans la revue Medical Problems of Performing Artists, la plupart des infections de Mozart sont survenues entre la mi-octobre et la mi-mai.

C’est la période de l’année où les habitants de régions aussi septentrionales que l’Autriche ne peuvent tout simplement pas produire suffisamment de vitamine D par l’exposition au soleil. De nombreuses études menées ces dernières années ont établi un lien entre un taux adéquat de vitamine D et un risque moindre de grippe, de pneumonie, de maladies cardiovasculaires, de cancers, de maladies auto-immunes, etc.

L’apport journalier recommandé en vitamine D est actuellement de 600 UI pour la plupart des gens, mais certains experts préconisent désormais de prendre jusqu’à 4 000 UI, qui est actuellement la limite supérieure recommandée pour cette vitamine, bien que cela ne doive se faire que sous la supervision d’un médecin.

Grant a cité deux autres musiciens célèbres dont l’histoire est similaire. La violoncelliste britannique Jacqueline Mary du Pré, décédée en 1987 à l’âge de 42 ans d’une sclérose en plaques, et le compositeur autrichien Gustav Mahler, mort en 1911 d’une endocardite bactérienne. Des preuves suggèrent maintenant que la vitamine D peut protéger contre ces deux maladies.

Il n’y a aucun moyen de prouver ou de réfuter la théorie de Grant, dit Dawson, mais il invite à la prudence.

“Je suis tenté de dire qu’il s’agit d’une idée qui a ses adeptes et qui existe dans la littérature”, a déclaré M. Dawson. “Que les gens choisissent d’y croire, cela dépend de chaque lecteur”.

Source : https://www.abc.net.au/science/articles/2011/07/12/3267848.htm
Article de 2011
Traduction par https://cv19.fr

Tanzanie – Le deuxième coup d’Etat Covid ?

La disparition du président John Magufuli fait potentiellement de lui le 2ème chef d’État “négationniste du Covid” à perdre le pouvoir.

Par Kit Knightly

John Magufuli, président de la Tanzanie, a disparu. Il n’a pas été vu en public depuis plusieurs semaines, et les spéculations vont bon train quant à l’endroit où il pourrait se trouver.

L’opposition a, à plusieurs reprises, accusé le président d’être hospitalisé pour “Covid19”, au Kenya ou en Inde, bien que rien ne prouve que ce soit le cas.

Pour ajouter un peu de contexte, John Magufuli est l’un des chefs d’État africains “négationnistes”.

Il avait demandé à son équipe de soumettre cinq échantillons non étiquetés pour analyse – chèvre, huile moteur, papaye, caille et jacquier – et lorsque quatre d’entre eux se sont révélés positifs et un “non concluant”, il a interdit les kits de test et demandé une enquête sur leur origine et leur fabrication.

Dans la presse occidentale, Magufuli a été dépeint comme “anti-science” et “populiste”, mais il n’est pas juste de suggérer que la santé de la population tanzanienne est une faible priorité pour le président. En fait, c’est tout le contraire.

Après avoir remporté sa première élection en 2015, il a réduit les salaires du gouvernement (y compris le sien) afin d’augmenter le financement des hôpitaux et l’achat de médicaments contre le sida. En 2015, il a annulé les célébrations de la fête de l’indépendance et a utilisé l’argent pour lancer une campagne anti-choléra. La santé a été l’une des principales priorités de son administration, et l’espérance de vie des Tanzaniens a augmenté chaque année depuis qu’il est au pouvoir.

La couverture négative du président Magufuli est un phénomène très récent. Au début de sa présidence, il a même reçu des articles élogieux de la presse occidentale et des groupes de réflexion soutenus par Soros, louant ses réformes et le qualifiant d'”exemple” pour les autres nations africaines.

Tout cela a changé lorsqu’il a déclaré que Covid était un canular.

Lorsqu’il a été réélu en octobre 2020, les accusations occidentales habituelles de “répression des électeurs” et de “fraude électorale” sont apparues dans la presse occidentale, qui avait auparavant rapporté que sa cote de popularité atteignait 96 %.

La campagne anti-Magufuli a pris de l’ampleur au cours de la nouvelle année, avec Mike Pompeo [ancien secrétaire d’État des États-Unis de 2018 à 2021], qui a pris des sanctions contre des responsables du gouvernement tanzanien dans le cadre de l’un de ses derniers actes en tant que secrétaire d’État. Les sanctions étaient théoriquement dues à des “irrégularités électorales”, mais la réalité manifeste est qu’elles sont dues au refus de la Tanzanie de suivre la ligne du Covid.

Le mois dernier, le Guardian, toujours à la pointe du progrès lorsqu’il s’agit de changement de régime “progressiste”, a publié un article intitulé :

Il est temps que l’Afrique mette un frein au président anti-vaccin de la Tanzanie.

It’s time for Africa to rein in Tanzania’s anti-vaxxer president

L’article ne mentionne pas que les chèvres, les papayes et l’huile de moteur ont été testées positives pour le coronavirus, mais pose la question – de manière très impartiale et journalistique :

Qu’est-ce qui ne va pas avec le président John Magufuli ? De nombreuses personnes en Tanzanie et à l’étranger se posent cette question.”

Avant de conclure :

Magufuli [alimente] les anti-vaxx alors que la pandémie et ses nouveaux variants continuent de se manifester. Il doit être interpellé ouvertement et directement. Un regard indifférent expose des millions de personnes en Tanzanie et dans la région des grands lacs africains – ainsi que des communautés dans le monde entier – à ce virus mortel et dévastateur.

L’auteur ne dit pas exactement comment Magufuli devrait être “défié ouvertement et directement”, mais ce n’est pas le but de ces articles. Ils existent simplement pour dépeindre le personnage comme un méchant, et créer un climat où “quelque chose doit être fait”. Ce qu’est ce “quelque chose” – et, en fait, si c’est légal ou non – ne regarde pas les lecteurs du Guardian, et la plupart d’entre eux ne s’en soucient pas vraiment.

Oh, au fait, l’article fait partie de la section “Global Development” du Guardian, qui est sponsorisée par la Fondation Bill et Melinda Gates. Juste pour que vous sachiez.

Ainsi, moins de deux semaines après la publication par le Guardian d’un article sponsorisé par Gates appelant à faire quelque chose au sujet du président Magufuli, celui-ci a disparu, prétendument à cause du Covid. C’est drôle de voir comment cela se passe.

Même si Magufuli survit miraculeusement à son attaque de “suspicion de Covid19”, sa carrière politique est menacée. Le Council on Foreign Relations a publié cet article pas plus tard qu’hier, qui va jusqu’à soutenir que le président a perdu toute autorité, et conclut :

une figure audacieuse au sein du parti au pouvoir pourrait profiter de l’épisode actuel pour commencer à inverser la tendance.”

Il n’est pas difficile d’y lire le sous-entendu, si tant est qu’on puisse l’appeler “sous-entendu”.

Si nous sommes sur le point d’assister à la mort soudaine et/ou au remplacement du président de la Tanzanie, il ne sera pas le premier chef d’État africain à subir un tel sort à l’ère du Covid.

L’été dernier, Pierre Nkurunziza, le président du Burundi, a refusé de jouer le jeu du Covid et a demandé à la délégation de l’OMS de quitter son pays… avant de mourir subitement d’une “crise cardiaque” ou d’une “suspicion de Covid19”. Son successeur a immédiatement annulé toutes ses politiques relatives au Covid, et a notamment réinvité l’OMS dans son pays.

C’était notre premier coup Covid, et il semble que la Tanzanie pourrait bien être le prochain.

Si j’étais le président du Turkménistan ou du Belarus, je ne ferais pas de plans à long terme.

Source : https://off-guardian.org/2021/03/12/tanzania-the-second-covid-coup/
Traduction par https://cv19.fr

À propos de la virologie

Si vous êtes un peu scientifique, je ne saurais que vous conseiller ces trois articles de Stefan Lanka portant sur l’aspect technique du domaine de la virologie qui nous a conduit à ce que nous vivons actuellement.
Il est expliqué avec beaucoup de détails sur quoi repose actuellement cette science, ses fondements tant philosophiques que scientifiques, et ses failles que Lanka expose toujours avec bienveillance malgré les folies qu’elle a entraînée.

C’est avant tout la nature humaine qui est mise en cause, loin de la recherche de bouc-émissaires, de la paranoïa et de l’hystérie que les épidémies nourrissent.

Une invitation à l’éveil et à reconsidérer nos croyances.

Wissenschafftplus Magazin 01/2020 : La méconnaissance du virus – La rougeole comme exemple
https://cv19.fr/2021/03/07/la-meconnaissance-du-virus-la-rougeole-comme-exemple/
Wissenschafftplus Magazin 02/2020 : La méconnaissance du virus – Début et fin de la crise du coronavirus
https://cv19.fr/2021/03/07/la-meconnaissance-du-virus-debut-et-fin-de-la-crise-du-coronavirus/
Wissenschafftplus Magazin 03/2020 : Interview – Won measles virus trial (English – non traduit)
https://cv19.fr/wp-content/uploads/2021/03/3-wissenschafftplus-won-measles-virus-process.pdf
Wissenschafftplus Magazin 04/2020 : Les auteurs de la crise du coronavirus sont clairement identifiés, les virologistes qui prétendent que les virus causent des maladies sont des scientifiques frauduleux et doivent être poursuivis
https://cv19.fr/2021/03/06/les-auteurs-de-la-crise-du-coronavirus-sont-clairement-identifies-les-virologistes-qui-pretendent-que-les-virus-causent-des-maladies-sont-des-scientifiques-frauduleux-et-doivent-etre-poursuivis/
Autre : Le « procès du virus de la rougeole» entre le Dr Stefan Lanka et le médecin Allemand David Bardens a attisé le débat sur la justification de la vaccination infantile et des vaccinations en général.
https://cv19.fr/wp-content/uploads/2021/03/Lanka_Bardens_Trial_Fr.pdf

Ce sont trop articles très techniques (ceux que j’ai traduit plus l’interview et l’affaire du procès sur le virus de la rougeole pour contexte), si vous avez du mal, je vous conseille ces deux vidéos pour vous familiariser avec le sujet :
La Guerre de Béchamp vs Pasteur : Le Mystère des Microzymas
Avec le Dr. Alain Scohy
https://cv19.fr/2021/03/08/la-guerre-de-bechamp-vs-pasteur-le-mystere-des-microzymas/
Sûrement l’un des médecins les plus connus de France dans ce domaine, très pédagogique. Radié de l’ordre des médecins il y a déjà plusieurs décennies, il avait même du fuir la France pour échapper à la prison.
Une de ses plus belles présentations.

Ainsi qu’une présentation très bien faite d’un nutritionniste américain, Jeff Green, que j’ai sous-titré en français, c’est l’une des vidéos qui a initié mes recherches sur le sujet :
Et si les virus n’étaient pas contagieux ? Théorie du terrain et Covid-19
https://cv19.fr/2021/01/10/et-si-les-virus-netaient-pas-contagieux-theorie-du-terrain-et-covid-19/


Voir tous les articles sur le sujet dans la catégorie Théorie : https://cv19.fr/category/theorie/

En Israël, refuser la vaccination contre le coronavirus revient à sacrifier sa vie

De nombreux pays l’ignorent, mais à l’autre bout du monde, en Israël, refuser de se faire vacciner contre le coronavirus (Covid-19) est désormais un sacrifice. S’il n’est pas encore question de couper la tête des gens qui refusent le vaccin (voir Apocalypse 20:4), le gouvernement israélien a fait de la vaccination une obligation pour pouvoir vivre une vie “normale”. “Lorsque vous ne prenez pas le vaccin, votre vie est fondamentalement terminée”, prévient Ilana Rachel, du parti politique israélien Rappeh, dans une vidéo sur ce qui se passe en Terre sainte. “Plus d’entrée dans les centres commerciaux. Plus de visites au théâtre. Les enfants d’environ 16 ans qui n’ont pas fait l’injection ne sont pas autorisés à passer leurs examens. Les partis protestataires à la Knesset sont réduits au silence et menacés par l’armée.”

Rachel poursuit en expliquant que le gouvernement d’Israël a en fait révoqué la licence médicale d’un chef de parti de l’opposition pour s’être exprimé au mépris de l’obligation vaccinale, le qualifiant d'”apartheid médical”.” “Le conseil municipal reçoit des dossiers médicaux pour vérifier si vous avez pris le vaccin”, dit encore Rachel. “Israël est devenu l’enfer sur terre à cause du mensonge du Covid. Le reste du monde va suivre si nous ne faisons rien.

Regardez ci-dessous :

Se faire vacciner diminuera votre résistance et votre volonté contre les dernières étapes de la Marque de la Bête.
Rachel fait partie d’un mouvement de défense des droits de l’homme qui s’est développé en son propre parti politique en raison des horreurs continues entourant le covid-19 et de la réponse draconienne du gouvernement israélien. Ce parti politique est bien sûr censuré par les pouvoirs en place, dont Benjamin Netanyahu, l’ami de Donald Trump, qui a mis en œuvre sa propre “opération Warp Speed” pour vacciner en masse le peuple israélien aussi vite que possible. Heureusement, aux États-Unis, du moins pour l’instant, la vaccination obligatoire n’existe pas – et nous espérons que cela restera ainsi. Malheureusement pour Israël, elle existe bel et bien et les habitants de ce pays doivent prendre une décision difficile. Soit les Israéliens se laissent vacciner par le corps médical afin de pouvoir acheter, vendre et manger, soit ils rejettent le vaccin et sont ostracisés, voire meurent de faim. Même si la piqûre elle-même n’est pas la marque complète de la bête comme certains le prétendent, elle permet, en fait, de préparer le peuple à d’autres mesures à venir. Les vaccins contre le coronavirus semblent être la première partie du déploiement de la Marque de la Bête. De la même manière qu’un bâtiment a besoin de fondations, ces injections préparent le terrain pour la construction en cours de la Marque de la Bête à l’intérieur des corps, ou temples, des gens, qui seront souillés par une abomination. Dans l’UE (Union européenne), cela se produit déjà avec le nouveau passeport vaccinal obligatoire, sans lequel vous ne pourrez rien faire.

Source : https://www.afinalwarning.com/502084.html
via : https://humansarefree.com/2021/03/israel-refusing-vaccination-means-your-life-is-over.html
Traduction par https://cv19.fr

Une coalition va protester contre le programme satellitaire de SpaceX, invoquant les risques liés aux radiations

Par la Coalition de contestation du programme de satellites de SpaceX

Des défenseurs de la sûreté des technologies, des écologistes et des astronomes de Californie et d’ailleurs se réuniront le 19 mars, de 10 h à 14 h PT, au siège de SpaceX à Hawthorne, en Californie, pour exiger que la société mette fin à son projet de déploiement de 42 000 satellites en orbite basse.

Les organisations participantes comprennent Children’s Health Defense, Americans for Responsible Technology, Moms Across America et 5G Free California.

Les groupes recueillent dans le monde entier des signatures sur une lettre ouverte à Elon Musk et SpaceX, demandant instamment à Musk de s’asseoir avec des scientifiques, des astronomes et toutes les parties prenantes pour discuter des dangers des programmes de satellites. Un groupe d’enfants remettra la lettre en main propre lors du rassemblement du 19 mars.

Les satellites en orbite basse de SpaceX, qui utilisent la technologie 5G, baigneraient le monde entier de rayonnements électromagnétiques, y compris au milieu de l’océan, dans l’Antarctique, dans les réserves naturelles et les zones naturelles protégées. D’autres entreprises, comme One Web et Amazon, prévoient de lancer jusqu’à 40 000 satellites supplémentaires.

Les opposants affirment que les effets des satellites sur l’environnement et la santé dépasseront de loin les avantages potentiels, et que les effets environnementaux à eux seuls seront dévastateurs.

Le programme Starlink de SpaceX prévoit la construction, le lancement, la désorbitation et la combustion de 8 400 satellites par an, chacun ayant une durée de vie de 5 ans seulement. Cela contribuera à l’appauvrissement de la couche d’ozone, aux débris spatiaux et aux collisions, à la transformation des satellites désorbités en poussières et fumées toxiques lors de leur combustion dans l’atmosphère, ainsi qu’à la prolifération de spatioports sur des terres vierges et à la pollution du sol et de l’eau autour d’eux.

L’augmentation globale du rayonnement électromagnétique provenant des satellites, des stations terrestres et des millions de “terminaux d’utilisateurs” qui sont, en fait, des antennes cellulaires réparties sur toute la planète, une pour chaque abonné, est particulièrement préoccupante.

Le 26 février, Children’s Health Defense a intenté une action contre la Federal Communication Commission pour contester un amendement à la règle des “Over the Air Reception Devices” (OTARD). Entre autres choses, la nouvelle réglementation permet le déploiement d’au moins 1 000 000 d’antennes qui fourniront l’infrastructure au sol pour les satellites de SpaceX. La nouvelle réglementation entre en vigueur le 29 mars.

“Nous sommes littéralement des cobayes pour cette expérience technologique sur laquelle nous n’avons pas été consultés, et pour laquelle nous n’avons pas donné notre consentement”, a déclaré David Goldberg, un organisateur de l’événement. “Il s’agit de la même technologie utilisée dans les attaques par micro-ondes contre des diplomates, qui font actuellement l’objet d’une enquête fédérale. Des technologies filaires plus sûres et plus économes en énergie sont disponibles et devraient être mises en œuvre, au lieu de milliers de satellites et de millions d’antennes cellulaires qui augmenteront les radiations sans fil et nuiront à l’environnement.”

Regardez cette vidéo sur la manifestation prévue :

Source : https://childrenshealthdefense.org/defender/coalition-protest-spacex-satellite-radiation-threat/
Traduction par https://cv19.fr

Pas de données de sécurité ? Pas de problème !

Par Rosemary Frei

Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, la Suisse et Singapour autorisent la mise sur le marché de nouveaux vaccins sans tests de sécurité ou d’efficacité.

Les 4 et 5 mars, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Suisse et Singapour ont publié des directives identiques pour accélérer la mise sur le marché de vaccins contre les nouveaux variants.

Les pays ont publié ces recommandations sous la bannière du “Consortium ACCESS“. ACCESS est un acronyme basé sur les premières lettres des noms des cinq pays.

Quelques jours plus tôt, le 22 février, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié une série de recommandations similaires. Elles accordent des autorisations d’utilisation d’urgence (Emergency Use Authorizations, EUA) pour les vaccins “expérimentaux” pour les nouveaux variants, ce qui permet de les utiliser sur le grand public sans avoir démontré au préalable leur sécurité ou leur efficacité.

Les recommandations stipulent toutes que les entreprises n’ont pas besoin de mener de nouveaux essais cliniques avant de mettre les vaccins des nouveaux variants sur le marché et potentiellement dans le corps de millions de personnes. Exiger de nouveaux essais, affirme le document d’ACCESS, entraînerait “un retard considérable” et “comporte le risque que le virus évolue encore davantage, ce qui pourrait rendre une nouvelle version du vaccin obsolète au moment de son approbation”.

Les organismes de réglementation des pays concernés déclarent que les antécédents de sécurité des vaccins Covid actuellement utilisés peuvent être utilisés pour juger de la sécurité des nouveaux vaccins.

Et ils affirment que les vaccins actuellement utilisés sont sûrs et efficaces : “[L]’expérience en matière de sécurité s’accumule au fur et à mesure que la pandémie progresse et que les vaccins sont déployés, et [dans tous les cas] l’efficacité a été établie pour le vaccin candidat initial [c’est-à-dire les vaccins Covid originaux] par le biais de vastes études cliniques de phase 3”, indique le document ACCESS.

Et ce, malgré le fait que de nombreux observateurs ont documenté d’importants problèmes de sécurité associés aux vaccins Covid, notamment des taux de mortalité élevés.

Cela explique en partie pourquoi les responsables de la santé publique et les politiciens du monde entier se plient en quatre pour affirmer que les vaccins Covid sont très sûrs et efficaces. Cela donne le feu vert pour que toutes les formes futures de ces vaccins soient utilisées sans test de sécurité.

(Les autorités réglementaires affirment également que ces nouvelles directives ne peuvent être utilisées que pour les vaccins qui sont des modifications des vaccins Covid déjà utilisés. Mais il y a suffisamment de marge de manœuvre dans les nouvelles recommandations pour que je pense qu’elles seront également utilisées pour les nouveaux entrants dans la course aux vaccins Covid).

Plutôt que de procéder à des essais cliniques complets, les fabricants n’ont qu’à rassembler un petit nombre de données avant de demander une autorisation européenne. Une fois l’autorisation accordée, d’autres données peuvent être recueillies auprès de la population générale à laquelle les vaccins ont été administrés.

Cette approche est apparemment calquée sur l’approbation de nouveaux vaccins contre la grippe chaque année. La réglementation relative aux vaccins antigrippaux a été “élaborée sur la base de l’expérience acquise au cours des années de vaccinations saisonnières et de la pandémie H1N1 de 2009”, selon les lignes directrices d’ACCESS.

Cette dernière affirmation est particulièrement alarmante. La “pandémie” de grippe porcine H1N1 ne s’est jamais matérialisée. Des centaines de personnes ont été inutilement gravement blessées par le principal vaccin utilisé, le Pandemrix de GlaxoSmithKline. De plus, Glaxo n’était pas tenu d’indemniser les victimes ; au lieu de cela, le gouvernement britannique a versé des dizaines de millions de livres sterling aux personnes qui avaient subi des lésions cérébrales à cause du Pandemrix.

Les recommandations d’ACCESS et de la FDA américaine exigent seulement que les entreprises mesurent le niveau d’anticorps que les personnes produisent lorsqu’elles reçoivent le vaccin. Les organismes de réglementation acceptent cette mesure comme un indicateur de l’efficacité.

Le document ACCESS indique que “les corrélations entre les titres [niveaux] d’anticorps et l’efficacité ne sont pas établies”. Il suggère donc que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) crée une “norme internationale et un panel de référence pour l’anticorps anti-SARS-CoV-2 en vue de l’utilisation d’un matériel de référence normalisé” pour tous ces tests de titres d’anticorps.

Ces tests d’anticorps sont effectués en mesurant si une quantité de virus ou d’autres substances contenant des protéines sont ou non toutes liées par des anticorps dans l’échantillon de sang d’une personne. Cette méthode est utilisée depuis des années.

Cependant, comme je l’ai montré dans mon dernier article et ma dernière vidéo, La fraude des anticorps, il n’existe aucune preuve objective que les anticorps se lient en fait uniquement au nouveau coronavirus. Au contraire, les anticorps qui sont censés être spécifiques au nouveau coronavirus se lient fréquemment à d’autres éléments.

Il s’agit donc d’une approche fondamentalement erronée pour déterminer si les vaccins sont efficaces de quelque manière que ce soit.

Il y a une série d’autres signaux d’alarme dans ces nouvelles recommandations. Par exemple :

Ils n’abordent pas le fait que, jusqu’en 2020, les scientifiques n’ont pu développer aucun vaccin efficace contre les coronavirus, malgré des décennies d’efforts. Puis, soudainement, en 2020-2021, ils ont été capables d’en créer au moins sept. Et maintenant, six pays s’apprêtent à autoriser l’utilisation de vaccins pour de nouveaux variants, les uns après les autres, en succession rapide. Les autorités de réglementation ne semblent pas vouloir examiner objectivement cette contradiction.

Les lignes directrices d’ACCESS ne comportent aucune référence. Il est donc très difficile de vérifier si leurs points sont exacts. Les recommandations de la FDA américaine comportent 13 références. C’est plus que zéro, mais c’est encore peu dans un document qui redéfinit la manière dont les vaccins Covid seront autorisés pour des centaines de millions de personnes.

Il n’y a pas une seule mention du fait que le fait de cribler les populations de vaccins rend les virus qu’ils visent moins sensibles aux vaccins. Ce phénomène est connu sous le nom de résistance. La résistance est une préoccupation depuis plusieurs décennies en ce qui concerne les antibiotiques. Mais on entend rarement parler de la résistance virale, alors qu’elle est inévitable, notamment parce que d’autres traitements, comme les antiviraux et les anticorps monoclonaux, sont utilisés contre le nouveau coronavirus parallèlement aux vaccins.

Le 22 février 2021, la FDA américaine a également publié un nouveau guide (PDF ici) pour le développement d’anticorps monoclonaux pour le traitement du Covid, y compris les nouveaux variants. Le document décrit comment la FDA va considérablement accélérer cette approbation : “Lorsqu’elles sont étayées scientifiquement, la FDA rationalisera les données nécessaires pour soutenir le développement de médicaments à base d’anticorps monoclonaux ciblant le SARS-CoV-2 et accélérera également l’examen de ces données.”

En outre, le document indique que “la FDA recommande vivement que les anticorps monoclonaux soient développés dans l’espoir d’être associés à un ou plusieurs anticorps monoclonaux qui se lient à différents épitopes [segments protéiques très courts] afin de minimiser le risque de perte d’activité contre les variants émergents”.

Cependant, comme je l’ai indiqué dans ma vidéo et mon article “La fraude des anticorps“, rien ne prouve que les anticorps, qu’ils soient utilisés seuls ou en combinaison avec d’autres, soient efficaces contre le Covid, qu’il s’agisse du virus ” original ” ou de ses variants.

Tout cela semble conçu pour permettre la mise sur le marché de nouveaux vaccins et d’anticorps monoclonaux pour les nouveaux variants avec très peu de surveillance de la part des autorités de réglementation.

Source : https://off-guardian.org/2021/03/10/no-safety-data-no-problem/
https://www.rosemaryfrei.ca/no-safety-data/
Traduction par https://cv19.fr

ajax-loader