Divers, Histoire

Le manque de soleil pourrait être à l’origine de la mort de Mozart

Par Emily Sohn

Le compositeur autrichien Wolfgang Amadeus Mozart a souffert de nombreuses maladies courantes de l’époque, mais une nouvelle théorie suggère qu’un manque de soleil pourrait être à l’origine de sa mort.

Mozart a souffert de nombreuses maladies, dont la variole, la fièvre typhoïde, l’amygdalite et des infections des voies respiratoires supérieures. Ce qui l’a tué en décembre 1791, à l’âge de 35 ans, fait toujours l’objet d’un débat, les théories allant de l’empoisonnement à la maladie rénale.

Aujourd’hui, deux chercheurs américains suggèrent que, dans sa maison autrichienne située à une latitude élevée, Mozart manquait probablement de vitamine du soleil pendant la moitié de l’année. Cette carence pourrait avoir exposé le musicien à de nombreuses maladies dont il souffrait.

Si seulement Mozart avait connu l’existence de la vitamine D et avait eu accès à des suppléments, il aurait pu doubler la production de toute sa vie, affirme William Grant, un physicien atmosphérique de la NASA à la retraite qui a suivi avec grand intérêt les recherches sur la vitamine D au cours de la dernière décennie. Et, selon lui, il en va de même pour plusieurs autres musiciens célèbres qui sont morts à un jeune âge.

Bien que certains chercheurs restent sceptiques, William Grant pense que l’histoire de Mozart est un avertissement pour les musiciens modernes, qui pourraient envisager de prendre l’air pour une ou deux séances de répétition.

“Presque toutes les maladies ont un lien avec la vitamine D de nos jours”, déclare Grant, qui n’est pas médecin, mais qui est affilié au Sunlight, Nutrition and Health Research Center, une association de recherche et d’éducation favorable à la vitamine D.

“Je pense que les musiciens modernes ne sont pas conscients du fait qu’en restant à l’intérieur, ils ne reçoivent pas la quantité adéquate de vitamine D dont ils ont besoin.”

Une mort entourée de mystère

La mort de Mozart a longtemps été entourée de mystère. Selon William Dawson, chirurgien orthopédique à la retraite et ancien président de la Performing Arts Medicine Association, le musicien a été enterré trois jours après sa mort. Et son corps n’a jamais fait l’objet d’une autopsie.

Les témoignages et les rapports sur la mort du compositeur n’ont été examinés que 30 ans plus tard. Même à ce moment-là, les documents étaient remplis de détails contradictoires.

Pour compliquer encore la situation, les connaissances médicales de l’époque étaient très en retard sur celles d’aujourd’hui. Et depuis l’époque de Mozart, les définitions de nombreux termes médicaux ont changé.

“Ils ne connaissaient pas les vitamines”, dit Dawson. “Ils ne connaissaient pas les bactéries. Ils ne connaissaient pas la tension artérielle. Les médecins de Mozart étaient aussi compétents qu’il était possible de l’être. Ils n’avaient tout simplement pas les connaissances ou la technologie nécessaires pour le traiter.”

Dawson a examiné 81 références dans la littérature qui abordaient la question de ce qui est réellement arrivé à Mozart à la fin de sa vie. Dans un article publié l’an dernier [article de 2011] dans la revue Medical Problems of Performing Artists, il a recensé et organisé ces théories.

Un grand nombre des articles qu’il a examinés citent la maladie rénale chronique comme étant la cause de nombreux problèmes de Mozart, y compris ses nombreuses infections secondaires, comme l’angine streptococcique et la conjonctivite. Ces explications sont suffisamment convaincantes, estime M. Dawson, même s’il a sa propre théorie sur ce qui a finalement tué le compositeur.

“Ils ont beaucoup saigné Mozart dans le cadre du traitement de sa maladie”, dit-il. “Je pense qu’ils l’ont trop saigné et qu’il est mort d’une perte de sang aiguë.”

Exemples de carence en vitamines

Grant a un point de vue différent. Il a lu l’article de Dawson en tenant compte de la période de l’année où Mozart avait tendance à tomber malade. De 1762 à 1783, écrit-il dans une lettre qui vient d’être publiée dans la revue Medical Problems of Performing Artists, la plupart des infections de Mozart sont survenues entre la mi-octobre et la mi-mai.

C’est la période de l’année où les habitants de régions aussi septentrionales que l’Autriche ne peuvent tout simplement pas produire suffisamment de vitamine D par l’exposition au soleil. De nombreuses études menées ces dernières années ont établi un lien entre un taux adéquat de vitamine D et un risque moindre de grippe, de pneumonie, de maladies cardiovasculaires, de cancers, de maladies auto-immunes, etc.

L’apport journalier recommandé en vitamine D est actuellement de 600 UI pour la plupart des gens, mais certains experts préconisent désormais de prendre jusqu’à 4 000 UI, qui est actuellement la limite supérieure recommandée pour cette vitamine, bien que cela ne doive se faire que sous la supervision d’un médecin.

Grant a cité deux autres musiciens célèbres dont l’histoire est similaire. La violoncelliste britannique Jacqueline Mary du Pré, décédée en 1987 à l’âge de 42 ans d’une sclérose en plaques, et le compositeur autrichien Gustav Mahler, mort en 1911 d’une endocardite bactérienne. Des preuves suggèrent maintenant que la vitamine D peut protéger contre ces deux maladies.

Il n’y a aucun moyen de prouver ou de réfuter la théorie de Grant, dit Dawson, mais il invite à la prudence.

“Je suis tenté de dire qu’il s’agit d’une idée qui a ses adeptes et qui existe dans la littérature”, a déclaré M. Dawson. “Que les gens choisissent d’y croire, cela dépend de chaque lecteur”.

Source : https://www.abc.net.au/science/articles/2011/07/12/3267848.htm
Article de 2011
Traduction par https://cv19.fr

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x