Vaccins

Pas de données de sécurité ? Pas de problème !

Par Rosemary Frei

Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, la Suisse et Singapour autorisent la mise sur le marché de nouveaux vaccins sans tests de sécurité ou d’efficacité.

Les 4 et 5 mars, le Canada, le Royaume-Uni, l’Australie, la Suisse et Singapour ont publié des directives identiques pour accélérer la mise sur le marché de vaccins contre les nouveaux variants.

Les pays ont publié ces recommandations sous la bannière du “Consortium ACCESS“. ACCESS est un acronyme basé sur les premières lettres des noms des cinq pays.

Quelques jours plus tôt, le 22 février, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a publié une série de recommandations similaires. Elles accordent des autorisations d’utilisation d’urgence (Emergency Use Authorizations, EUA) pour les vaccins “expérimentaux” pour les nouveaux variants, ce qui permet de les utiliser sur le grand public sans avoir démontré au préalable leur sécurité ou leur efficacité.

Les recommandations stipulent toutes que les entreprises n’ont pas besoin de mener de nouveaux essais cliniques avant de mettre les vaccins des nouveaux variants sur le marché et potentiellement dans le corps de millions de personnes. Exiger de nouveaux essais, affirme le document d’ACCESS, entraînerait “un retard considérable” et “comporte le risque que le virus évolue encore davantage, ce qui pourrait rendre une nouvelle version du vaccin obsolète au moment de son approbation”.

Les organismes de réglementation des pays concernés déclarent que les antécédents de sécurité des vaccins Covid actuellement utilisés peuvent être utilisés pour juger de la sécurité des nouveaux vaccins.

Et ils affirment que les vaccins actuellement utilisés sont sûrs et efficaces : “[L]’expérience en matière de sécurité s’accumule au fur et à mesure que la pandémie progresse et que les vaccins sont déployés, et [dans tous les cas] l’efficacité a été établie pour le vaccin candidat initial [c’est-à-dire les vaccins Covid originaux] par le biais de vastes études cliniques de phase 3”, indique le document ACCESS.

Et ce, malgré le fait que de nombreux observateurs ont documenté d’importants problèmes de sécurité associés aux vaccins Covid, notamment des taux de mortalité élevés.

Cela explique en partie pourquoi les responsables de la santé publique et les politiciens du monde entier se plient en quatre pour affirmer que les vaccins Covid sont très sûrs et efficaces. Cela donne le feu vert pour que toutes les formes futures de ces vaccins soient utilisées sans test de sécurité.

(Les autorités réglementaires affirment également que ces nouvelles directives ne peuvent être utilisées que pour les vaccins qui sont des modifications des vaccins Covid déjà utilisés. Mais il y a suffisamment de marge de manœuvre dans les nouvelles recommandations pour que je pense qu’elles seront également utilisées pour les nouveaux entrants dans la course aux vaccins Covid).

Plutôt que de procéder à des essais cliniques complets, les fabricants n’ont qu’à rassembler un petit nombre de données avant de demander une autorisation européenne. Une fois l’autorisation accordée, d’autres données peuvent être recueillies auprès de la population générale à laquelle les vaccins ont été administrés.

Cette approche est apparemment calquée sur l’approbation de nouveaux vaccins contre la grippe chaque année. La réglementation relative aux vaccins antigrippaux a été “élaborée sur la base de l’expérience acquise au cours des années de vaccinations saisonnières et de la pandémie H1N1 de 2009”, selon les lignes directrices d’ACCESS.

Cette dernière affirmation est particulièrement alarmante. La “pandémie” de grippe porcine H1N1 ne s’est jamais matérialisée. Des centaines de personnes ont été inutilement gravement blessées par le principal vaccin utilisé, le Pandemrix de GlaxoSmithKline. De plus, Glaxo n’était pas tenu d’indemniser les victimes ; au lieu de cela, le gouvernement britannique a versé des dizaines de millions de livres sterling aux personnes qui avaient subi des lésions cérébrales à cause du Pandemrix.

Les recommandations d’ACCESS et de la FDA américaine exigent seulement que les entreprises mesurent le niveau d’anticorps que les personnes produisent lorsqu’elles reçoivent le vaccin. Les organismes de réglementation acceptent cette mesure comme un indicateur de l’efficacité.

Le document ACCESS indique que “les corrélations entre les titres [niveaux] d’anticorps et l’efficacité ne sont pas établies”. Il suggère donc que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) crée une “norme internationale et un panel de référence pour l’anticorps anti-SARS-CoV-2 en vue de l’utilisation d’un matériel de référence normalisé” pour tous ces tests de titres d’anticorps.

Ces tests d’anticorps sont effectués en mesurant si une quantité de virus ou d’autres substances contenant des protéines sont ou non toutes liées par des anticorps dans l’échantillon de sang d’une personne. Cette méthode est utilisée depuis des années.

Cependant, comme je l’ai montré dans mon dernier article et ma dernière vidéo, La fraude des anticorps, il n’existe aucune preuve objective que les anticorps se lient en fait uniquement au nouveau coronavirus. Au contraire, les anticorps qui sont censés être spécifiques au nouveau coronavirus se lient fréquemment à d’autres éléments.

Il s’agit donc d’une approche fondamentalement erronée pour déterminer si les vaccins sont efficaces de quelque manière que ce soit.

Il y a une série d’autres signaux d’alarme dans ces nouvelles recommandations. Par exemple :

Ils n’abordent pas le fait que, jusqu’en 2020, les scientifiques n’ont pu développer aucun vaccin efficace contre les coronavirus, malgré des décennies d’efforts. Puis, soudainement, en 2020-2021, ils ont été capables d’en créer au moins sept. Et maintenant, six pays s’apprêtent à autoriser l’utilisation de vaccins pour de nouveaux variants, les uns après les autres, en succession rapide. Les autorités de réglementation ne semblent pas vouloir examiner objectivement cette contradiction.

Les lignes directrices d’ACCESS ne comportent aucune référence. Il est donc très difficile de vérifier si leurs points sont exacts. Les recommandations de la FDA américaine comportent 13 références. C’est plus que zéro, mais c’est encore peu dans un document qui redéfinit la manière dont les vaccins Covid seront autorisés pour des centaines de millions de personnes.

Il n’y a pas une seule mention du fait que le fait de cribler les populations de vaccins rend les virus qu’ils visent moins sensibles aux vaccins. Ce phénomène est connu sous le nom de résistance. La résistance est une préoccupation depuis plusieurs décennies en ce qui concerne les antibiotiques. Mais on entend rarement parler de la résistance virale, alors qu’elle est inévitable, notamment parce que d’autres traitements, comme les antiviraux et les anticorps monoclonaux, sont utilisés contre le nouveau coronavirus parallèlement aux vaccins.

Le 22 février 2021, la FDA américaine a également publié un nouveau guide (PDF ici) pour le développement d’anticorps monoclonaux pour le traitement du Covid, y compris les nouveaux variants. Le document décrit comment la FDA va considérablement accélérer cette approbation : “Lorsqu’elles sont étayées scientifiquement, la FDA rationalisera les données nécessaires pour soutenir le développement de médicaments à base d’anticorps monoclonaux ciblant le SARS-CoV-2 et accélérera également l’examen de ces données.”

En outre, le document indique que “la FDA recommande vivement que les anticorps monoclonaux soient développés dans l’espoir d’être associés à un ou plusieurs anticorps monoclonaux qui se lient à différents épitopes [segments protéiques très courts] afin de minimiser le risque de perte d’activité contre les variants émergents”.

Cependant, comme je l’ai indiqué dans ma vidéo et mon article “La fraude des anticorps“, rien ne prouve que les anticorps, qu’ils soient utilisés seuls ou en combinaison avec d’autres, soient efficaces contre le Covid, qu’il s’agisse du virus ” original ” ou de ses variants.

Tout cela semble conçu pour permettre la mise sur le marché de nouveaux vaccins et d’anticorps monoclonaux pour les nouveaux variants avec très peu de surveillance de la part des autorités de réglementation.

Source : https://off-guardian.org/2021/03/10/no-safety-data-no-problem/
https://www.rosemaryfrei.ca/no-safety-data/
Traduction par https://cv19.fr

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x