Divers, Traduction cv19.fr

Le chef de l’OMS Tedros Ghebreyesus fait face à des allégations de génocide

David Steinman, un économiste américain nominé pour le prix Nobel de la paix 2019, a demandé que le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Ghebreyesus, soit poursuivi pour génocide. Dans une plainte déposée devant la Cour pénale internationale de La Haye, Steinman a accusé Ghebreyesus de soutenir le génocide en Éthiopie en étant un décideur crucial des actions des forces de sécurité dans le pays.

M. Steinman a déclaré que ces actions impliquaient le meurtre, la détention et la torture de nombreux indigènes, comme ceux qui appartiennent aux tribus Amhara, Konso, Oromo et Somali. Pour étayer ses allégations, M. Steinman a cité un rapport du gouvernement américain de 2016 sur les droits de l’homme en Éthiopie. Ce rapport a constaté que la police locale dans les zones rurales et les milices locales “agissaient parfois de manière indépendante”. En outre, le rapport mentionne “d’autres crimes non documentés” qui auraient été commis par les forces de sécurité éthiopiennes. Steinman, qui a été conseiller principal pour les affaires étrangères du mouvement démocratique éthiopien il y a plus de deux décennies, a également accusé Ghebreyesus de jouer un rôle dans “l’intimidation des candidats et des partisans de l’opposition”, notamment leur arrestation arbitraire et leur longue détention préventive. L’affaire Steinman sera poursuivie si les procureurs décident de l’adopter. Ghebreyesus a nié les allégations. Il a déclaré le mois dernier, en réponse à sa participation présumée à un groupe rebelle, qu’il était du “côté de la paix”.

Ghebreyesus soutiendrait des groupes rebelles

Ghebreyesus a été ministre de la santé de l’Éthiopie de 2005 à 2012 et a été l’un des trois responsables des forces de sécurité nationales entre 2013 et 2015. Il a été ministre des affaires étrangères du pays en 2016 et est devenu directeur général de l’OMS en 2017. Il est le premier dirigeant de l’organisation depuis sa création à ne pas être médecin. Ghebreyesus n’est pas étranger à la controverse. Le mois dernier encore, Birhanu Jula, un général de l’armée éthiopienne, a accusé Ghebreyesus d’avoir aidé le groupe rebelle Tigray People’s Liberation Front (TPLF) à se procurer des armes. Dans une déclaration télévisée, Jula a allégué que Ghebreyesus est un membre du TPLF et un criminel, arguant que Ghebreyesus a travaillé dans les pays voisins pour obtenir des armes. Il a également demandé que Ghebreyesus soit retiré de l’OMS. Bien que Jula n’ait fourni aucune preuve pour étayer ses allégations contre Ghebreyesus, il est pertinent de noter que le directeur général de l’OMS était ministre de la santé lorsque le TPLF communiste dirigeait l’Ethiopie. Néanmoins, les diplomates occidentaux à Genève ont déclaré qu’en raison du manque de preuves, il n’y avait pas urgence à juger Ghebreyesus ou à le contester à l’OMS.

Conduite à tenir pendant une pandémie de coronavirus

Les allégations télévisées de Jula et la plainte officielle de Steinman contre Ghebreyesus ont suivi de près la décision du président américain Donald Trump de faire en sorte que les États-Unis se retirent de l’OMS au milieu de la pandémie. “La position de la Maison Blanche est que l’OMS doit être réformée”, a déclaré Nerissa Cook, la sous-secrétaire d’État adjointe du Bureau des affaires des organisations internationales. Cook a ajouté que l’organisation peut commencer sa réforme en démontrant son indépendance vis-à-vis du Parti communiste chinois. (En rapport : Le vice-président japonais : l’OMS devrait être rebaptisée “Organisation chinoise de la santé”). La décision de Trump de se retirer signifie également que les États-Unis ne paieront plus leurs cotisations, qui s’élèvent à 60 millions de dollars. Le retrait prendra effet en juillet 2021. M. Trump a également demandé à son administration de cesser le financement et de mettre fin à la coopération avec l’organisation. En août, juste un mois avant que M. Trump n’annonce sa décision de se retirer de l’OMS, M. Ghebreyesus avait déclaré qu’il espérait que les États-Unis reconsidéreraient leur projet de quitter l’organisation. Ghebreyesus a ajouté que le problème avec les États-Unis n’est pas une question d’argent. “C’est en fait la relation avec les États-Unis qui est plus importante.”

Source : https://pandemic.news/2020-12-25-who-chief-could-face-genocide-charges.html

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x