Traduction cv19.fr, Variants

Selon les données, le nouveau variant anglais du Covid est moins mortelle

Ce qui suit est un message d’Anthony J. Brookes, professeur de génétique à l’université de Leicester.

Cette nouvelle variante n’est très probablement qu’une “variante asymptomatique”, c’est-à-dire une souche qui ne provoque aucune maladie ou une maladie très légère. C’est exactement ce que la sélection naturelle aurait produit et ce qui aurait été un avantage massif lorsqu’on a essayé de maîtriser le virus par des confinements, des tests et le suivi des contacts.

C’est donc probablement une bonne chose, car cela nous aidera à obtenir plus rapidement une immunité collective, avec beaucoup moins de maladies. Par la suite, le virus disparaîtra tout seul.

Tous les virus évoluent naturellement vers des souches plus transmissibles, mais qui ne provoquent pas ou peu de maladie. Un tiers des exemples détectés de cette souche se trouvent dans l’Essex, un tiers à Londres et un tiers ailleurs au Royaume-Uni. Cela ne correspond pas à une nouvelle souche présentant un avantage de transmission massif, qui apparaît en un endroit (comme l’Essex) et se propage à partir de là. Ainsi, ce premier graphique “effrayant” prouve en fait que la nouvelle variante n’est pas la cause de l’augmentation de la prévalence dans les régions dites “à problèmes”. Début novembre, elle avait le même pourcentage de représentation dans trois régions très différentes. En revanche, s’il s’agissait d’une nouvelle variante avec un avantage de propagation rapide, elle aurait plutôt été en tête dans une région et se serait répandue dans les autres régions plus tard.

En bref, la nouvelle souche se répand partout, comme une variante de fond qui ne provoque pas de maladie ou en provoque une légère.

Quelque chose d’autre est à l’origine de l’augmentation apparente des zones dites “à problèmes”. La ” recrudescence ” dans ces régions est plutôt en grande partie un artefact de l’augmentation massive des tests. La mesure appropriée à examiner est le taux de positivité (c’est-à-dire le pourcentage de personnes testées qui ont obtenu un résultat positif). Et voilà que pour Havering, l’une des principales régions “à problèmes” de Londres, les cas augmentent avec les tests, mais le taux de positivité va dans la direction opposée.

Ce tableau du gouvernement, qui montre les nouvelles admissions dans les hôpitaux des zones “à problèmes”, reflète simplement le fait qu’ils ont massivement augmenté les tests dans ces régions du pays au cours des dernières semaines – créant ainsi davantage de positifs. La mesure des “nouvelles admissions à l’hôpital” consiste simplement à compter combien (et non pas quelle fraction) de nouvelles admissions ont eu un test positif au cours des 14 derniers jours. Il s’agit donc exactement du même artefact que l’artefact du taux de cas. Vous pouvez le constater en comparant la courbe des admissions à la quantité de tests effectués à Havering.

Source : https://lockdownsceptics.org/2020/12/20/latest-news-229/#new-kent-covid-variant-is-less-deadly-data-suggest Traduction : https://cv19.fr

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x