Conflits d'intérêt, Politiques restrictives, Traduction cv19.fr

Les déclarations fallacieuses de l’ONU et du Forum Économique Mondial sur le Corona/Le Grand Reset/L’Agenda 2030 – un programme de contrôle du gouvernement mondial

Par Mark Keenan, ancien responsable des affaires environnementales, Nations unies, 30 octobre 2020

Depuis des décennies, des récits mensongers et trompeurs ont été diffusés par des organisations, notamment les Nations unies (ONU) et le Forum économique mondial (WEF), par les gouvernements qui se conforment à ces récits et par les médias appartenant aux grandes entreprises.

Ces récits comprennent les programmes politiques fallacieux de développement durable, l’Agenda 21/2030, la lutte contre le changement climatique et la “réinitialisation” de la société par le Forum économique mondial sous couvert de ce qui s’est avéré être une fausse pandémie. Selon les statistiques officielles de l’Organisation mondiale de la santé, jusqu’à 650 000 personnes meurent chaque année de la grippe, mais on n’a jamais parlé auparavant de “pandémie” ou de verrouillage du monde.

Au-delà de la rhétorique séduisante du développement durable défini politiquement, une analyse plus approfondie montre qu’il s’agit d’un récit mensonger qui a facilité la mondialisation en cours, un processus qui a eu de graves conséquences préjudiciables pour l’environnement et le bien-être de la société. Le concept de changement climatique provoqué par l’homme a été utilisé pour établir une politique de taxation.

La mondialisation, les cycles économiques artificiels d’expansion et de récession et le système de la dette ont été au cœur de l’accumulation d’immenses richesses par la monétocratie, c’est-à-dire un petit groupe qui possède et contrôle le système bancaire privé, le processus de création de monnaie, la finance mondiale et les méga-sociétés associées. Ces systèmes et processus ont tous été utilisés à des fins d’avidité, de pouvoir et de contrôle autoritaire au détriment de l’écrasante majorité de la population mondiale. L’Agenda 21/2030 des Nations Unies, l’Accord de Paris sur le climat, la quatrième révolution industrielle et la proposition de “réinitialisation” du WEF donnent un aperçu de la manière dont un petit groupe de mondialistes extrêmement riches veulent contrôler et dicter la vie de tous les peuples au cours des prochaines décennies dans le cadre d’un plan de gouvernance mondiale.

Une tentative de remise à zéro de la société et du contrôle d’un gouvernement mondial sous le couvert de la “situation” du Coronavirus et d’une démolition économique contrôlée

Le système économique et financier défaillant était déjà en difficulté avant le coronavirus. Les failles du système ont été exposées lors de la crise bancaire de 2008, un assouplissement quantitatif sans fin s’est produit à partir d’octobre 2019 et un renflouement/transfert de richesse de plusieurs trillions de dollars à des sociétés de gestion d’actifs financiers a été approuvé aux États-Unis en avril 2020. Cet important renflouement a bénéficié d’une faible couverture médiatique par rapport à la couverture de la situation du Coronavirus.

La vérité est qu’une démolition économique contrôlée est en cours. Au cours des dernières décennies, un petit groupe a acquis et consolidé une immense richesse en contrôlant le système de création de dettes, les méga-banques privées et les méga-corporations. Ce processus a été alimenté par le paradigme d’hypercroissance du PIB associé à la mondialisation.

Au fil des décennies, la composante “argent dette” du système a entraîné un esclavage par la dette à l’échelle mondiale, la quasi-totalité des gouvernements étant endettés auprès du système bancaire privé international. Cela a servi les immenses plans d’accumulation de richesses des quelques personnes qui contrôlaient le système, mais le système était en fin de compte imparfait/non viable. Ces personnes ont depuis longtemps prévu de démanteler leur système économique défectueux et de faire s’effondrer la société au détriment de l’humanité, et d’ouvrir une voie/excuse pour l’introduction de leur idéal malfaisant – une “réinitialisation” technocratique et autoritaire de la société et un gouvernement mondial centralisé.

Le Forum économique mondial (WEF), une organisation dont le programme est connu sous le nom de “quatrième révolution industrielle” et qui a des liens importants avec des mégabanques privées, des méga-corporations et les Nations unies, est à l’avant-garde de cette tentative de “réinitialisation” de la société. Cette “réinitialisation” tente de remplacer l’ancien système d’esclavage monétaire mondiale par la dette avec un nouveau système autoritaire technocratique sous le couvert d’une fausse pandémie tout en alignant leur discours politique trompeur sur le développement durable. La “réinitialisation” est une tentative du WEF, des banquiers mondialistes et de leurs cohortes politiques pour faire avancer leur programme de contrôle de la quatrième révolution industrielle.

La tentative du WEF va échouer à mon avis et échoue alors que des millions de personnes voient ce programme se réaliser. Le véritable clivage dans la société n’est pas le conflit entre la gauche et la droite encouragé par les médias – c’est l’autoritarisme qui s’oppose à la liberté humaine. Ceux qui veulent le pouvoir contre les amoureux de la liberté. Il y a ceux qui veulent juste qu’on les laisse tranquilles et ceux qui ne veulent pas les laisser tranquilles.

La simulation de la pandémie de l’événement 201 était une simulation d’une pandémie de coronavirus qui s’est tenue juste deux mois avant la “situation” réelle du coronavirus au début de 2020. Elle a été organisée par la Fondation Bill et Melinda Gates et le WEF. Le scénario est posé : “la pandémie se poursuivra à un certain rythme jusqu’à ce qu’un vaccin efficace soit disponible ou que 80 à 90 % de la population mondiale ait été exposée. À partir de ce moment, il est probable que ce soit une maladie infantile endémique” et a proposé des solutions à une pandémie, comme l’institution d’un organisme économique mondial centralisé qui pourrait gérer la réponse financière au Coronavirus.

Entrez dans la “vraie” situation du coronavirus. Moins d’un mois après la conclusion de l’événement 201, une “situation” mondiale de coronavirus est apparue conformément à la simulation de l’événement 201 et la “réinitialisation” du WEF a été lancée, en réponse au coronavirus, selon l’organisation. La Fondation Bill et Melinda Gates, un partenaire direct du WEF, a été une force majeure dans les efforts pour une vaccination contre le coronavirus qui soit diffusée dans le monde entier.

Beaucoup de commentateurs et de personnes dans le monde entier peuvent voir que la situation est encore un autre problème-réaction-solution (manipulation dialectique hégélienne) créé par ces personnes pour tenter de mettre en œuvre leurs plans pour la soi-disant “réinitialisation” et le contrôle d’un gouvernement autoritaire mondial.

Les mensonges des gouvernements et des médias concernant le Coronavirus

La situation générale a fourni un important levier politique et une vague de peur a été instillée parmi la population, en grande partie grâce à la propagande gouvernementale et aux tactiques alarmistes des médias contrôlés par les entreprises qui ont utilisé rien de moins qu’un contrôle mental basé sur le traumatisme pour convaincre les gens qu’ils risquent tous de mourir s’ils ne font pas exactement ce que le gouvernement mondial ordonne. Un peuple craintif est plus docile et accepte plus facilement les changements autoritaires. En 2020, des mesures drastiques de contrôle et de verrouillage ont été rapidement imposées à la société mondiale en réponse à la situation des coronavirus.

Le livre “Covid19 – The Great Reset” du fondateur du WEF Klaus Schwab et Thierry Malleret utilise la situation des coronavirus comme une raison majeure de la “réinitialisation” et fait des déclarations alarmistes telles que :

“le virus Corona se répand dans le monde entier et n’épargne personne”
“Si aucune puissance ne peut faire respecter l’ordre, notre monde souffrira d’un déficit d’ordre mondial”
“Une grande remise à plat est nécessaire pour construire un nouveau contrat social… La COVID-19 a accéléré notre transition vers l’ère de la quatrième révolution industrielle.”

Le livre indique également que les mesures de distanciation sociale vont probablement persister après la fin de la pandémie et que “la peur… va donc accélérer la marche implacable de l’automatisation”. Pourtant, Schwab admet dans le livre que les conséquences du Covid 19 en termes de santé et de mortalité sont bénignes par rapport aux pandémies précédentes et que le VIH/SIDA a été responsable de 100 fois plus de décès que le Covid 19 (1). Des millions de personnes ont donc remis en question le discours dominant du WEF et posé la question pertinente suivante : “si les conséquences sont relativement bénignes, pourquoi propose-t-on et applique-t-on des changements radicaux dans le contrôle et la surveillance de la société de masse ?

En outre, les dangers des vaccins pour la santé sont désormais largement connus dans la société, mais un message d’António Guterres, secrétaire général des Nations unies à New York, montre que l’ONU est en phase avec ce programme de vaccination, déclare-t-il :

“nous avons besoin d’un vaccin pour le peuple… Aucun d’entre nous n’est en sécurité tant que nous ne sommes pas tous en sécurité”

Une multitude d’aspects fallacieux liés à la situation du Coronavirus ont été exposés dans le monde entier. Par exemple, en Irlande, les données officielles montrent que le taux de mortalité global n’est pas différent de celui des années précédentes et des saisons de grippe précédentes et que l’Europe dans son ensemble présente une situation similaire. La deuxième vague de l’Irlande ne montre aucune preuve de différence inquiétante dans les soins intensifs respiratoires ou de surmortalité par rapport aux années précédentes. En outre, en ce qui concerne le processus d’enregistrement du nombre de décès dus au coronavirus, un document du site web du gouvernement d’Irlande du Nord (2) indique à la page 10 :

“Le ministère de la santé compte le nombre de décès déclarés par les fiducies de santé, lorsque le défunt a eu un test positif pour la COVID-19 et est décédé dans les 28 jours, que la COVID-19 soit ou non la cause du décès… et que la COVID-19 soit ou non la principale cause sous-jacente du décès. Les chiffres incluent les cas où le médecin a noté qu’une infection par le corona virus était suspectée ou probable dans le décès”.

Lorsque cette question a été exposée par les citoyens concernés sur les médias sociaux, le document a été supprimé du site web du gouvernement, mais le document a été enregistré ici.

En outre, un rapport des centres fédéraux américains de contrôle et de prévention des maladies d’août 2020 a montré que le nombre de décès réels qui se sont produits a été considérablement déformé. Le rapport lâche une “bombe”, c’est-à-dire que dans 94 % des cas de décès dus au coronavirus, une autre maladie était également à l’œuvre chez la victime et que l’écrasante majorité de ces 6 % sont âgés de plus de 80 ans. Le rapport indique :

“Pour 6 % des décès, la COVID-19 était la seule cause mentionnée”, a déclaré le CDC dans son rapport, sous le titre “Comoborbities”. – – (3)

La “réinitialisation” tente de remplacer le système d’esclavage mondial de la dette par un nouveau système autoritaire et technocratique

Le paradigme de l’esclavage de la dette est en place depuis des décennies. Ce paradigme a été contrôlé par le système bancaire mondial privé, et est démontré par le fait qu’en 2020, pratiquement tous les gouvernements du monde sont très endettés envers le système bancaire et financier international privé, à cause de la dette que les banquiers ont créée à partir de rien.

Pendant des décennies, le système bancaire privé international a créé de la dette à partir de rien et a fait payer à tous les gouvernements et à tous les peuples des intérêts souvent extorsionnistes (usure). Par ce mécanisme et d’autres, il a saigné un pourcentage important des profits des nations du monde. Il en est résulté une immense richesse et un pouvoir politique pour une minuscule minorité qui possède le système bancaire privé du monde entier, mais a fait peser le fardeau de la dette financière sur les nations du monde.

Le cruel canular est que les gouvernements auraient pu créer cet argent eux-mêmes. Le dernier président américain à avoir tenté de retirer le processus de création d’argent des mains des banquiers privés a été John F Kennedy.

Le système défectueux du PIB basé sur l’hypercroissance et la globalisation était nécessaire au système bancaire, afin qu’il puisse recevoir des paiements d’intérêts interminables sur des prêts créés à partir de rien. Pourtant, pendant des décennies, la croissance du PIB a causé une dégradation de l’environnement et le mythe selon lequel le système “faisait flotter tous les bateaux” a été répandu. Pendant ce temps, le bien-être économique réel des 99 % de la société, tel qu’il est estimé par l’indicateur de progrès réel, a diminué depuis 1978. La pseudo-science de l’économie contemporaine utilisée par tous les gouvernements a facilité le processus. De plus, en contrôlant la disponibilité du crédit, le cartel bancaire privé a créé des bulles et des cycles de sauvetage à répétition qui ont endetté encore plus les nations.

Au fil des décennies, le pouvoir des banquiers de créer de l’argent s’est traduit par le pouvoir de posséder, de contrôler et de manipuler les actifs du monde matériel, ainsi que des médias et de la politique. Un petit groupe de personnes et les méga-banques privées et les méga-entreprises qu’elles dirigent, ont acquis et consolidé le contrôle de la majorité des richesses et des actifs financiers du monde.

Cette prise de pouvoir a été réalisée non pas en créant plus de valeur, mais en contrôlant entièrement la source de l’argent et le monde financier. Un système de contrôle hiérarchique de type pyramidal a existé dans la société – il a fonctionné par le biais de l’esclavage de la dette. Plus on monte dans la pyramide, plus on se rapproche de la source de création de l’argent. Au bas de la pyramide, nous menons tous notre vie quotidienne.

Au niveau supérieur, il y a les gouvernements. Les gouvernements ont le monopole de la force et l’utilisent pour taxer et contrôler la population, que nous soyons d’accord ou non. Qui contrôle les gouvernements ? L’élection de nouveaux dirigeants via l’illusion de la démocratie représentative ne modifie pas la vaste bureaucratie gouvernementale, qui est en fin de compte soumise non pas au peuple mais à la finance internationale. Les banques internationales et les méga-corporations contrôlent les gouvernements, c’est-à-dire qu’au niveau supérieur se trouvent les méga-corporations et au niveau suivant, au-delà des corporations, le cartel bancaire mondial privé. Les entreprises ont compté sur le financement bon marché des mégabanques. Nous pouvons conclure que ceux qui contrôlent les mégabanques contrôlent en fin de compte les méga-corporations.

L’ancien système d’esclavage de la dette a peut-être atteint son point final mathématique, en raison du pic pétrolier, de l’incapacité conséquente à faire croître davantage les économies et de l’incapacité des gouvernements à effectuer des paiements d’intérêts continus. Rappelons que les problèmes systémiques du système économique ont conduit à un assouplissement quantitatif sans fin en 2019 et à un sauvetage bancaire de plusieurs billions de dollars en 2020 qui s’est déroulé sous le couvert d’un virus. Quelle que soit la raison de ce moment, il est clair que la “réinitialisation” de 2020 fait partie d’un plan/agenda de contrôle à long terme.

La démocratie représentative telle qu’elle est actuellement mise en œuvre dans une grande partie du monde est une illusion

La démocratie représentative sous le capitalisme, telle qu’elle est appliquée actuellement dans une grande partie du monde, est une illusion – c’est l’argent qui contrôle le monde. Le pouvoir financier se traduit par le pouvoir politique. Ceux qui contrôlent le processus de création de l’argent exercent le pouvoir de contrôler les médias des entreprises, de diriger la politique internationale et de posséder le monde matériel, quel que soit le parti politique élu ou le système utilisé (capitalisme, socialisme, communisme, etc.). Le véritable clivage dans la société n’est pas le conflit entre les médias de gauche et ceux de droite, entre le “punch and judy show” mais entre l’autoritarisme des maîtres de l’argent et la liberté humaine.

Nous avons eu l’impression que nous vivons tous dans des États-nations individuels et autonomes, mais en réalité, les mécanismes d’un gouvernement mondial unique de sociétés et d’institutions sont déjà en place depuis longtemps.

Au fil des décennies, ses contrôleurs ont facilité une machine de guerre perpétuelle causant la mort de millions de personnes, des avortements massifs, des aliments génétiquement modifiés, des milliers de composés chimiques, d’herbicides et de pesticides nuisibles à la santé humaine, des produits pharmaceutiques et des vaccins toxiques, de l’eau fluorée et une destruction environnementale généralisée. Maintenant, au milieu de ce qui s’est avéré être une situation de virus bénin, nous sommes censés croire que les dirigeants du WEF non élu et ses partenaires commerciaux, tels que le milliardaire Bill Gates, promoteur de vaccins, sont soudainement préoccupés par la vie des gens ? Un vautour souhaite-t-il que la vache soit vivante ou morte ? Un gouvernement de vautours souhaite-t-il la santé de ses citoyens ? (4)

Le véritable mouvement en faveur de la durabilité a été détourné il y a plusieurs décennies par le schéma politique fallacieux du développement durable

Il y a plusieurs décennies, le véritable mouvement en faveur de la durabilité a été détourné par le schéma politique fallacieux du développement durable, qui a en fait avalisé le système bancaire injuste fondé sur la dette et l’argent et le système économique à hypercroissance du PIB. Le développement durable est et a été une fausse narration opérant sous le couvert d’une mondialisation continue et destructrice pour l’environnement. Le développement durable n’est pas du tout une véritable durabilité. Il s’agit d’un projet politique qui a détourné l’attention de ce qu’est le véritable environnementalisme.

Le sujet de la durabilité environnementale et la manière de créer une société “durable” vraiment réussie qui nourrit la créativité, la liberté et le bien-être de l’homme et du monde naturel ont été au centre de mes recherches au cours des 15 dernières années.

Cependant, au cours des dernières décennies, le programme politique orthodoxe de “développement durable” promu par les Nations unies et les gouvernements du monde entier n’a pas fonctionné. Il ne s’est pas attaqué aux systèmes injustes et défectueux de contrôle bancaire et économique qui profitaient à une élite de riches aux dépens de tous les autres, ni n’a résolu les “vrais” problèmes environnementaux du monde. En outre, la définition approximative du développement durable de Brundtland utilisée par les Nations unies et les gouvernements depuis 30 ans entérine en fait la croissance du PIB et n’est pas une définition scientifiquement solide de la durabilité.

Le paradigme économique fondé sur la dette et l’argent et sur la croissance du PIB a des effets néfastes sur l’environnement et la société (5). Depuis des décennies, le système bancaire privé mondial saigne un pourcentage important des bénéfices des nations du monde/élément productif de l’économie.

Par exemple, ces dernières années, l’Irlande a payé entre 6 et 10 milliards d’euros par an en intérêts sur la dette nationale et, en tant qu’entité commerciale, le pays a réalisé un bénéfice d’environ 40 milliards d’euros par an. Pourtant, l’agenda politique du développement durable ne réforme pas ces domaines – en fait, il les soutient depuis des décennies. Le “vrai” mouvement environnemental et le “vrai” mouvement de durabilité ont été détournés il y a des décennies par ce programme politique connu sous le nom de développement durable. En 2020, le mot “durabilité” lui-même est devenu un gros mot pour beaucoup de gens, avec ses mécanismes politiques modernes très éloignés des écrits perspicaces des premiers visionnaires de la durabilité des années 1970.

Une partie de la stratégie politique de développement durable a été une tentative illusoire de “découpler” les impacts environnementaux de la croissance du PIB. Cette stratégie de découplage a échoué, n’a jamais fonctionné et je doute qu’elle ait jamais été destinée à fonctionner. C’est ce que démontre une étude du BIOS Research Institute qui a passé en revue 179 études scientifiques sur le découplage publiées entre 1990 et 2019 – une période de près de 30 ans – et qui a conclu, en bref, que

“les preuves ne suggèrent pas que le découplage vers la durabilité écologique se fasse à une échelle mondiale (ou même régionale)”. – – (6)

L’Institut de recherche BIOS est une organisation scientifique multidisciplinaire indépendante qui a déjà conseillé le Rapport mondial sur le développement durable des Nations unies sur les risques de l’émergence de limites biophysiques à une croissance économique sans fin. Le concept de découplage a été utilisé comme un stratagème pour apaiser les personnes préoccupées par les impacts environnementaux de la croissance effrénée du PIB – pourtant, la mondialisation et la dégradation de l’environnement se sont poursuivies sans relâche pendant des décennies.

Le “développement durable”, défini politiquement, a été un “écoblanchiment” illusoire du système actuel qui présente des lacunes, perpétuant ainsi temporairement un système qui finira par échouer en raison de ses effets non durables, écocides et de diminution du bien-être humain. De nombreuses initiatives de développement durable des entreprises et des gouvernements, apparemment intéressantes, sont en cours, mais toutes ont fonctionné selon le paradigme incontesté (ou le statu quo) d’une croissance du PIB destructrice pour l’environnement, parallèlement au système bancaire mondial privé qui a placé une grande partie de l’humanité sur un tapis roulant de dettes.

En analysant le développement durable, nous devons mettre en lumière ces défauts et les effets néfastes du système bancaire, économique et monétaire, ainsi que la “réinitialisation” antidémocratique et trompeuse de la société qui est tentée en 2020 pour remplacer l’ancien système défectueux.

Les programmes de développement durable des Nations unies, tels que l’Agenda 21, l’Agenda 2030 et l’Accord de Paris sur le climat, ainsi que la “réinitialisation” économique qui est tentée, fonctionnent tous sous le couvert d’une mondialisation continue. Tous travaillent ensemble pour créer un nouveau système économique basé sur les ressources. Cela peut sembler un objectif louable à la lumière des défauts du paradigme économique basé sur la croissance, qui est en train d’échouer.

Cependant, une analyse plus approfondie révèle que le développement durable implique un programme visant à prendre le contrôle de toutes les ressources et de toute la production, laissant tous les gens être micro-gérés par une sorte de technocratie. Cette société de type technocratique est décrite dans l’Agenda 21/2030 et proposée par la “réinitialisation” du Forum économique mondial. Le jargon politique du “développement durable/Agenda 21” n’est pas la vraie durabilité. L’Agenda 21 implique un plan visant à abolir les droits de propriété privée et à faire en sorte que tous les gens quittent la terre pour aller dans des villes dites intelligentes, où ils ne pourront pas produire beaucoup de nourriture.

C’est le contraire de ce qui est nécessaire : les gens devraient retourner à la terre et développer des communautés autosuffisantes. En outre, les villes intelligentes utilisent les technologies des CEM et il existe des milliers de rapports scientifiques décrivant les effets nocifs de ces technologies sur la santé. Une dictature antidémocratique impliquant l’essor des villes intelligentes, la surveillance, les monnaies cryptées et l’évolution vers une société numérique sans numéraire sur laquelle les gens n’ont aucun contrôle font tous partie de ce plan mondialiste.

La création d’une société véritablement durable implique le développement de communautés rurales pratiques, autonomes et locales, de villages et de villes dotés de systèmes locaux et régionaux pour l’alimentation, l’énergie, l’eau, les biens et les services, plutôt que les systèmes transnationaux non durables de l’économie dite mondialisée ou les futurs technocrates au service des entreprises que le WEF a prévus pour nous. Cela implique également de vivre en étant conscient des besoins des autres et de la pureté des ressources environnementales naturelles dont nous dépendons tous.

Changement climatique – 900 scientifiques ont signé une déclaration contestant le récit des émissions de carbone de l’IPPC

Je pense que le récit du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies est erroné. J’ai signé une déclaration à cet effet sur le site http://www.clintel.org avec 900 autres scientifiques et professionnels. Je n’ai aucun intérêt commercial à affirmer cette position.

J’invite les nombreuses personnes bien intentionnées qui travaillent dans le secteur de l’environnement et du développement durable à réévaluer les preuves/données par rapport au récit du GIEC selon lequel les émissions de carbone (CO2) sont à l’origine du changement climatique et à s’ouvrir à l’analyse d’autres scientifiques.

Le concept selon lequel les émissions de CO2 provoquent le changement climatique est une théorie erronée et il a impliqué un programme politique de taxation qui a été sans cesse promu pendant des décennies. Ce programme a considérablement détourné l’attention des gens et les a empêchés de comprendre ce qu’est et ce qu’implique le véritable environnementalisme.

Les archives géologiques révèlent que le climat de la Terre a varié depuis que la planète existe, avec des phases naturelles froides et chaudes. Le monde s’est beaucoup moins réchauffé que ce que prévoyait le GIEC sur la base du forçage anthropique modélisé. L’écart entre le monde réel et le monde modélisé nous indique que nous sommes loin de comprendre le changement climatique. Les modèles climatiques présentent de nombreuses lacunes et ne sont pas du tout plausibles en tant qu’outils politiques mondiaux. Ils font exploser l’effet des gaz à effet de serre, comme le CO2, et ignorent le fait qu’enrichir l’atmosphère avec du CO2 est bénéfique. En outre, les données pertinentes montrant que les températures étaient plus élevées au début des années 1900 qu’aujourd’hui semblent avoir été omises (7).

Le CO2 est la nourriture des plantes, la base de toute vie sur Terre. Il existe des milliers de polluants industriels réels, mais le CO2 n’est pas un polluant. Il est essentiel à toute vie sur Terre. La photosynthèse est une bénédiction. Davantage de CO2 est bénéfique pour la nature, en rendant la Terre plus verte : la présence de CO2 supplémentaire dans l’air a favorisé la croissance de la biomasse végétale mondiale. Il est également bon pour l’agriculture, en augmentant le rendement des cultures dans le monde entier (8).

Le plan de l’Agenda 2030 des Nations unies et l’accord de Paris, qui visent à réduire les émissions de CO2 de 7 % par an jusqu’en 2030, est en fait un plan qui désactivera les mécanismes de ressources de l’économie industrielle pour la nourriture, l’énergie et les biens qui permettent la vie et la survie de l’homme. Ce plan est mis en œuvre avant que l’humanité ne se soit éloignée de l’économie industrielle transnationale défectueuse pour se tourner vers des économies locales autosuffisantes. Que vous croyiez ou non que l’on tire la sonnette d’alarme intentionnellement, cela équivaut inévitablement à un résultat de dépeuplement. La dépendance de l’humanité a été créée pendant des décennies par une hiérarchie d’entreprises politiques internationales qui a encouragé et mis en œuvre de manière effrénée des systèmes transnationaux défectueux pour l’agriculture, l’énergie et les biens. Je conclus que la science et les données qui sous-tendent le récit de la CIPV sur le CO2 sont imparfaites et que le plan de l’accord de Paris visant à réduire les émissions de CO2 aussi rapidement aurait un effet de dépeuplement. Ces récits potentiellement génocidaires doivent être exposés.

Conclusion

Les Nations unies, l’Union européenne et la plupart des gouvernements ne sont pas au service du peuple. Depuis des décennies, ils donnent la priorité aux intérêts des banquiers privés qui contrôlent le système monétaire ; et aux intérêts des institutions, telles que le WEF, qui donne la priorité aux intérêts des méga-corporations privées. Le système bancaire privé/création d’argent est la tête du serpent.

La situation mondiale actuelle a de graves implications pour l’avenir de la société mondiale et le bien-être humain. Le programme de “réinitialisation” est une imposition contre les libertés humaines et est exposé dans le monde entier.

En tant que peuples libres et souverains, nous devons de toute urgence commencer à planifier, à nous relier les uns aux autres et à créer des communautés locales, des villes et des régions beaucoup plus autonomes et libres de l’économie dominante. Tout en respectant les “vrais” principes environnementaux et le monde naturel sur lequel nous comptons, nous devons désavouer les fausses idées trompeuses sur la “réinitialisation”, le développement durable et la lutte contre le changement climatique.

La voie du succès passe par la liberté personnelle et l’indépendance locale – et non par la centralisation, l’autoritarisme et l’esclavage. Si les gens ne dépendent pas du système, ils ne peuvent pas être contrôlés par le système. Combien de personnes accepteront le système autoritaire mondialiste et combien lutteront pour la liberté et créeront leur propre système local ? Vous faites partie de la réponse.

Je ne doute pas que les effets à court terme de cette “réinitialisation” seront probablement néfastes pour de nombreuses personnes, mais que l’opposition à long terme à ces changements injustes finira par mettre un terme au système actuel de contrôle et de manipulation néfaste des entreprises. Ces sujets sont décrits plus en détail dans mon livre “Globalism Unmasked : La vérité sur les banques et la réinitialisation de la société“.

Que Dieu vous bénisse et vous adresse ses meilleurs vœux pour les années à venir.

L’Irlandais Mark Keenan est l’auteur du livre “Globalism Unmasked : The Truth about Banking and the Reset of Society”, qui est disponible sur son site web http://www.mkeenan.ie. Il a précédemment travaillé comme responsable des affaires environnementales au sein de l’équipe de développement durable des Nations unies à Genève, comme conseiller scientifique au ministère de l’énergie et du changement climatique du gouvernement britannique et comme analyste politique au Conseil du développement durable en Irlande. Son parcours universitaire comprend des études de troisième cycle en développement durable stratégique, des études de maîtrise en développement durable et changement climatique et des recherches de doctorat sur les cadres de durabilité scientifique des systèmes entiers. Dans son blog, en 2010, il a couvert le sauvetage de plusieurs milliards de dollars et le transfert de richesse vers des banques privées aux dépens injustes du peuple irlandais. Il est un ancien membre de la Fondation pour l’économie de la durabilité, une organisation qu’il avait rejoint en 2006.

Notes

1 Covid 19: The Great Reset’, by Klaus Schwab and Thierry Malleret, page 246.

2 For example, in Northern Ireland Covid 19 registered deaths had fallen from 128 deaths in the week of 24th April 2020 to 1 death in the week of 31st July 2020. Source:
https://mkeenan.ie/wp-content/uploads/2020/10/Deaths-Registered-in-NI-Week-34-2020.pdf

3 Source: https://www.westernjournal.com/cdc-now-says-94-covid-deaths-underlying-condition/

4 This paragraph was inspired by the writings of a good friend.

5 For more information please see the book “Globalism Unmasked: The Truth about Banking and the Reset of Society” at http://www.mkeenan.ie

6 Source: https://medium.com/insurge-intelligence/green-economic-growth-is-an-article-of-faith-devoid-of-scientific-evidence-5e63c4c0bb5e

7 Sources:

https://www.youtube.com/watch?v=4JJ3yeiNjf4&feature=emb_title

https://www.youtube.com/watch?v=3FP7q86hzbc

8 Please see http://www.clintel.org

Copyright © Mark Keenan, 2020

This article is also published on the Global Research website

Informations complémentaires relatives à l’article ci-dessus ajoutées le 4 novembre 2020

Informations complémentaires relatives à l’article ci-dessus ajoutées le 4 novembre 2020

Le Green New Deal est un autre terme qui fait partie du “Green Washing” – il s’agit simplement d’une mondialisation destructrice en cours peinte en vert. De nombreux autres commentateurs, dont Peter Koenig, ont identifié ces défauts, il souligne “qu’il est vendu sous l’étiquette de la création d’un monde plus durable“. L’écologisation de l’économie vise à préserver le statu quo et la position des quelques personnes qui en ont le contrôle.

Il est important que les millions d’écologistes bien intentionnés réalisent que le coût et l’impact destructeur du Green New Deal défini par la politique sur les ressources du monde naturel sont vraiment immenses. En ce qui concerne les technologies énergétiques vertes actuelles, le rendement énergétique de l’énergie investie (EROEI) est beaucoup trop faible – en substance, l’ensemble du processus présente de graves lacunes. Les quantités d’énergie (et donc d’hydrocarbures) qui seraient nécessaires pour convertir notre économie actuelle en une économie verte définie par l’ONU/WEF sont vraiment énormes – elle n’est pas verte du tout. Imprimer plusieurs billions de dollars d’argent frais et les injecter dans le processus du Green New Deal politiquement défini est une voie qui ne mène nulle part et un vaste gaspillage des précieuses ressources mondiales qui existent encore. La plupart des économistes ne comprennent pas que l’économie fonctionne à l’énergie – et non à l’argent !

Le coût de l’énergie (hydrocarbures provenant du pétrole et du charbon) et des ressources nécessaires à la production de panneaux solaires et d’éoliennes à l’échelle mondiale est vraiment immense. Les voitures électriques sont toujours alimentées par de l’électricité produite à partir de combustibles fossiles – plus leurs batteries fabriquées à partir de matériaux provenant de mines de terres rares qui créent une vaste pollution. Les voitures électriques ne sont pas du tout “durables”. Si vous pensez être écologique en achetant une voiture électrique, vous ne l’êtes pas. Vous êtes une autre victime de la publicité trompeuse des entreprises et des politiques défectueuses qui ne sont pas du tout écologiques en réalité, mais qui s’alignent sur la mondialisation destructrice en cours.

En outre, il semble que l’ère du pétrole et donc de la société industrielle actuelle telle que nous la connaissons pourrait bientôt être révolue, quoi qu’il en soit. Dans un article intitulé “The End of the Oilcene“, l’analyste Tim Clarke indique que le rendement énergétique actuel des investissements (EROI) dans les combustibles fossiles est trop faible pour soutenir les économies industrielles. Il déclare :

“L’EROI des combustibles fossiles a considérablement diminué… Entre 1960 et 1980, la valeur moyenne mondiale de l’EROI des combustibles fossiles a diminué de plus de moitié, passant d’environ 35:1 à 15:1. Il continue de baisser, les dernières estimations situant cette valeur entre 6:1 et 3:1”.

Les technologies vertes actuelles ne constituent pas une solution viable aux problèmes énergétiques mondiaux

Il faut souligner que l’adoption de diverses technologies énergétiques dites “vertes” qui ont été promues pour produire ou économiser de l’énergie est analogue à une augmentation de la consommation. Cela se produit parce que les structures, les réseaux électriques, les opérations minières, les opérations de fabrication et le transport transnational nécessaires à la création et à l’adoption de ces technologies utilisent une quantité d’énergie immense. De plus, les technologies actuelles d’énergie verte ne restituent pas l’énergie avec un “rendement énergétique / bénéfice énergétique” suffisant pour rendre le processus viable. Nous n’avons pas développé de sources d’énergie alternatives efficaces et performantes. En outre, le paradoxe de Jevons entre en jeu, selon lequel les gains d’efficacité des technologies économes en ressources peuvent se traduire par une consommation encore plus importante.

La consommation signifie en réalité la consommation d’énergie et de ressources naturelles incorporées dans les produits manufacturés. Fabriquer davantage de produits dits “verts” ne va pas résoudre le problème fondamental de la réduction de la disponibilité de l’énergie à l’avenir. Les promoteurs de l’avenir “vert” politiquement défini, qui comprend des plans tels que la mise en œuvre généralisée d’éoliennes, nous sont malheureusement présentés sans savoir de quoi ils parlent –

Par exemple, une analyse mathématique rigoureuse prouve que les éoliennes ne sont pas une solution viable aux problèmes énergétiques mondiaux. C’est ce que démontre le travail du professeur David MacKay, professeur Regius d’ingénierie à l’université de Cambridge et ancien conseiller scientifique en chef du ministère britannique de l’énergie et du changement climatique, dans son livre “Sustainable Energy without Hot Air” voir note de fin de texte (8). Il indique qu’une zone deux fois plus grande que l’ensemble du pays de Galles devrait être entièrement couverte d’éoliennes pour répondre à la demande énergétique du Royaume-Uni, sur la base de la consommation moyenne d’énergie par personne. Voici un extrait important de son livre :

“Tout d’abord, pour qu’une installation renouvelable puisse apporter une contribution appréciable – une contribution tout à fait comparable à notre consommation actuelle – elle doit être dimensionnée à l’échelle du pays. Pour fournir un quart de notre consommation actuelle d’énergie en cultivant des plantes énergétiques, par exemple, il faudrait que 75 % de la Grande-Bretagne soit couverte de plantations de biomasse. Pour fournir 4 % de notre consommation actuelle d’énergie à partir de l’énergie des vagues, il faudrait que 500 km de côte atlantique soient entièrement remplis de fermes à vagues. Quelqu’un qui veut vivre de l’énergie renouvelable, mais qui s’attend à ce que l’infrastructure associée à cette énergie ne soit ni importante ni envahissante, se fait des illusions”.

Deuxièmement, si l’on met de côté les contraintes économiques et les objections du public, il serait possible de fournir la consommation énergétique européenne moyenne de 125 kWh/j par personne à partir de ces sources renouvelables de taille nationale. Les deux plus grands contributeurs seraient les panneaux photovoltaïques, qui, couvrant 5 ou 10 % du pays, fourniraient 50 kWh/j par personne ; et les parcs éoliens offshore, qui, remplissant une zone maritime deux fois plus grande que le Pays de Galles, fourniraient 50 kWh/j supplémentaires par personne en moyenne. Un tel lambris de la campagne et le remplissage des mers britanniques par des éoliennes (d’une capacité cinq fois supérieure à celle de toutes les éoliennes du monde actuel) sont peut-être possibles selon les lois de la physique, mais le public accepterait-il et paierait-il pour de telles dispositions extrêmes ? Si nous répondons non, nous sommes contraints de conclure que la consommation actuelle ne sera jamais couverte par les énergies renouvelables britanniques”. (8)

Conclusion

Le Grand Reset du Forum économique mondial (WEF) et le futur vert des Nations unies ne donnent pas de pouvoir aux communautés locales – les méga-corporations gardent le contrôle. La conclusion est la même que celle déjà énoncée ci-dessus : En tant que peuples libres et souverains, nous devons de toute urgence commencer à planifier, à nous relier les uns aux autres et à créer des communautés locales, des villes et des régions beaucoup plus autonomes et libres de l’économie dominante. Tout en respectant les “vrais” principes environnementaux et le monde naturel sur lequel nous comptons, nous devrions désavouer les fausses idées trompeuses sur la “réinitialisation”, le développement durable et la lutte contre le changement climatique. La voie du succès passe par la liberté personnelle et l’indépendance locale, et non par la centralisation, l’autoritarisme et l’esclavage.

Notes

(8) The book “Sustainable Energy without Hot Air” by Professor David MacKay, Regius Professor of Engineering at Cambridge University and former Chief Scientific Advisor to the UK’s Department of Energy and Climate Change, is available for free at: https://withouthotair.com/

Please click here to view a video by Mark Keenan narrating this article. 

Please click here to view an interview in which Mark Keenan discusses the book Globalism Unmasked – The Truth about Banking and the Reset of Society.

Source : https://mkeenan.ie/false-and-deceptive-un-and-wef-narratives-all-part-of-the-one-world-government-agenda-of-control/ Traduction https://cv19.fr

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x