Traduction cv19.fr, Traitements

COVID-19 ou carence en vitamine B1 ? Connaissez la différence, cela peut vous sauver la vie !

COVID-19 ou carence en vitamine B1 ? Connaissez la différence, cela peut vous sauver la vie !

Un “phénomène mystérieux et déroutant”.

C’est dans un contexte de confiance excessive dans les tests PCR que les journalistes du Wall Street Journal ont commencé à enquêter sur ce qu’ils appellent les “mystérieux” effets à long terme du COVID-19, “phénomène déroutant” même chez les jeunes non hospitalisés, qui sont confrontés à des symptômes persistants, à savoir

  • Fatigue profonde
  • Les trous de mémoire
  • Problèmes digestifs
  • Fréquence cardiaque irrégulière (tachycardie-fréquence cardiaque rapide)
  • Chute de cheveux
  • Fluctuation de la pression artérielle
  • Faible appétit
  • Perte d’odeur persistante
  • L’essoufflement
  • Faiblesse et douleurs musculaires

Les reporters du WSJ ont cité un expert de l’Université d’Oxford qui a déclaré : au début, “la maladie elle-même n’est pas si grave” mais les symptômes persistent pendant des mois. L’expert d’Oxford a déclaré : “La surveillance des patients post-actifs COVID-19 n’est pas encore une science exacte“. Franchement, ce n’est peut-être pas du tout une science.

Un grand pourcentage des patients COVID-19 sortant de l’hôpital signalent une dépression, un comportement obsessionnel-compulsif, de l’anxiété, de l’insomnie, un trouble de stress post-traumatique.

Les reporters du WSJ poursuivent en disant que “l’anxiété causée par l’isolement social et l’incertitude entourant la pandémie peut exacerber les symptômes, bien que ce ne soit probablement pas la cause première”. Ils ont tort.

Voici ce qui se passe réellement :

Le directeur médical du Center for Post-COVID-10 Care du système de santé du Mont Sinaï déclare : “Je n’ai jamais vraiment vu une autre maladie qui affecte autant de systèmes d’organes différents et de manière aussi différente que la COVID”. C’est parce que la médecine moderne ferme les yeux sur la thérapie nutritionnelle.

Ce qui cause tous les symptômes du COVID-19 est une carence en une vitamine B critique. Fondamentalement, ce que nous constatons à l’échelle mondiale est une carence en vitamine B1, ou Béribéri. Une maladie historiquement causée par la famine mais qui est maintenant causée par une “malnutrition à haute teneur en calories“.

Les médecins formés de nos jours ne reconnaîtraient pas un cas de Béribéri s’ils en voyaient un, car il est causé par une carence en une vitamine essentielle connue comme un grand dissimulateur de maladie. Les médecins ne recherchent pas les carences en vitamines.

Et oui, une carence en cette vitamine peut entraîner un essoufflement (dyspnée), le symptôme respiratoire caractéristique de la COVID-19. Cet essoufflement n’est pas causé par une infection virale mais par une perte de contrôle nerveux automatique où le patient doit commencer à travailler consciemment pour respirer plutôt que de respirer automatiquement.

Une carence en vitamine B1 peut être diagnostiquée à tort comme une infection virale ou une pneumonie.

Une carence en vitamines B peut induire une perte d’appétit qui réduit de façon indirecte l’apport alimentaire en vitamines B, ce qui peut entraîner biochimiquement une perte d’odorat (anosmie), autre symptôme caractéristique du COVID-19. (Il a déjà été noté qu’un manque de zinc, un oligo-élément, induit également une anosmie – perte d’odeur – qui est souvent le premier symptôme de l’infection par COVID-19, et qui persiste dans la période post-infection.

Toutes ces pratiques épuisent cette vitamine B essentielle, nécessaire au fonctionnement automatique de notre organisme (battements de cœur, digestion, respiration). Les journalistes du Wall Street Journal ont cité des médecins pour dire que “les patients semblent développer une dysautonomie, une dysrégulation du système nerveux autonome“.

L’enquête de ce journaliste révèle que le COVID-19 n’est pas une infection virale mais plutôt une carence en vitamine B1 amplifiée par un blocage provoquant l’anxiété.

Personnes vulnérables

Ce qu’une pandémie favorise en termes de confinement de la société est similaire à l’isolement carcéral dans ses aspects comportementaux et mentaux. L’isolement carcéral est “la pire forme de torture psychologique”, qui peut avoir des effets psychologiques irréversibles en 15 jours seulement. Beaucoup d’Américains vivaient déjà seuls, en solitaire. Les quarantaines contre la pandémie et le confinement obligatoire produisent des résultats psychosociaux négatifs, en particulier chez les personnes vulnérables.

Les Américains craintifs peuvent alors manger trop ou ne pas avoir d’appétit, boire trop d’alcool, fumer plus de cigarettes, manger plus d’aliments sucrés, perdre plus de sommeil et consommer des stimulants comme la caféine contenue dans le café ou le thé, autant de facteurs qui réduisent les stocks de vitamine B1.

Forcé de se soigner soi-même à la maison

L’un des dilemmes auxquels sont confrontés les médecins est qu’en raison du confinement, de nombreuses personnes que l’on croyait infectées par le coronavirus ont surmonté leurs symptômes à la maison et ne sont pas allées à l’hôpital, de peur d’être infectées par des médecins qui sont contaminés par des patients et d’autres membres du personnel, et de se méfier des applications de ventilateurs qui peuvent être plus nocives pour les poumons que la maladie.

Certains patients ont ressenti des symptômes très légers à la maison, comme la perte de l’odorat et du goût. Par la suite, en se rendant finalement dans des cliniques médicales, on a constaté une deuxième série de symptômes comprenant des douleurs musculaires (myalgie), une fatigue intense, une sensation de fièvre, un essoufflement, une accélération du rythme cardiaque (tachycardie), des maux de tête et de l’anxiété.

Admettre que ce n’est la faute d’aucun virus

Les médecins étaient perplexes de constater que seule une “petite partie de ces patients qui ont cherché à se faire soigner avaient des antécédents avérés de COVID-19, comme l’a confirmé le test PCR. Les médecins ont conclu que ces symptômes étaient révélateurs d’une dysautonomie – perte de contrôle automatique du système nerveux – – battements de cœur, digestion et respiration. Cette concession a été documentée dans un rapport publié dans la revue Clinical Microbiology & Infection, le 23 juillet 2020. La dysautonomie est un symptôme de carence en vitamine B1. Un médecin oserait-il dire qu’il s’agit d’une carence nutritionnelle et non d’une épidémie virale ?

Des problèmes digestifs inexpliqués

En général, les cas de COVID-19 se présentent sous forme de fièvre et de maladie respiratoire, mais près de 50 % des cas impliquent également des symptômes digestifs inexpliqués qui comprennent des nausées, des vomissements, de la diarrhée et une perte d’appétit, tous des symptômes connus pour être causés par une carence en vitamine B1, et non par un virus de l’estomac.

Parfois, les symptômes digestifs précèdent les symptômes respiratoires. Les médecins s’accordent généralement à dire que le virus infecte le tube digestif. Les rapports de laboratoire ont affirmé que le virus persistait dans les échantillons de selles. Mais le même test PCR déficient est utilisé pour avancer cette affirmation fallacieuse.

ALCOOL : le premier coupable

Le stress peut conduire à l’apparition et à la surconsommation chronique d’alcool.

La distanciation sociale a induit des sentiments de stress et d’isolement qui ont entraîné une augmentation de la consommation d’alcool.

Plusieurs milliers d’Américains sont des alcooliques invétérés. C’est pourquoi les magasins d’alcool ont été considérés comme essentiels pendant la pandémie. Des centaines de milliers d’Américains auraient présenté des symptômes de sevrage de l’alcool s’ils n’avaient pas eu accès à l’alcool. Selon une étude, un adulte américain sur huit (12,7 %) répond aujourd’hui aux critères de trouble lié à l’alcoolisme. Les boissons alcoolisées épuisent le zinc, le magnésium et la vitamine B1.

C’est probablement la raison pour laquelle le taux de mortalité par COVID-19 était si élevé en Italie. Il y a plus de 14 millions de consommateurs quotidiens d’alcool en Italie, dont beaucoup sont des hommes âgés. Il existe une corrélation dose-dépendante entre les infections virales et la consommation d’alcool. Environ 30 à 40 % des alcooliques souffrent de l’hépatite C et du VIH. Le risque de pneumonie augmente de 83 % chez les grands buveurs d’alcool. Mais là encore, les médecins croient à tort que toutes ces maladies sont causées par une infection et non par la malnutrition.

Une autre affirmation persistante est que la COVID-19 est plus répandue chez les hommes que chez les femmes. Cependant, les hommes sont plus susceptibles de fumer et de boire de l’alcool de manière excessive que les femmes.

Un rapport anecdotique est révélateur. Lors d’une fête en Thaïlande, seuls les fêtards ayant bu une boisson alcoolisée commune dans le même verre ont été infectés par COVID-19. Quatre fêtards qui n’ont pas bu n’ont pas développé de maladie.

La consommation d’alcool abrutissant est une façon autodestructrice de faire face au stress, en endommageant le cerveau et le foie en particulier. Au cours de la semaine se terminant le 14 mars 2020, les ventes de bière, de vin et de spiritueux alcoolisés aux États-Unis ont augmenté de 14 %, 28 % et 26 % respectivement par rapport à la même période de l’année précédente. Mais les chiffres ne disent pas tout. L’alcool a disparu des rayons des magasins au cours du mois de mars 2020. Il a été stocké. Comme les rayons des magasins étaient vides, il n’était plus possible d’en acheter.

Isolation

Le confinement a eu pour effet de rendre les Américains plus sédentaires, qui ont passé plus de temps devant la télévision ou leur ordinateur, qui ont soit pris soit perdu du poids, qui ont fumé plus et bu plus d’alcool. Une enquête révèle que les troubles du sommeil étaient fréquents chez 60,8 % des adultes pendant le confinement du COVID-19. De ce fait, de plus en plus d’Américains boivent des boissons caféinées comme le café et le thé. Et là encore, le café et le thé contiennent des molécules qui bloquent l’absorption de la vitamine B1.

Système nerveux affecté

Une étude révèle que 36,4% des patients diagnostiqués COVID-19 présentent des symptômes neurologiques.

Les personnes souffrant d’une carence en vitamine B1 (Béribéri) présentent des irrégularités du système nerveux : engourdissement ou picotements des jambes, des bras, du cou, incapacité à parler, difficulté à avaler, maux de tête dus à une atteinte cérébrale. Les personnes atteintes d’une carence en vitamine B1 peuvent agir comme si elles étaient ivres (ataxie), perdre du poids en raison d’une perte d’appétit ou signaler des vomissements et des diarrhées.

Le COVID-19 est associé à la méningite, au syndrome de Guillain-Barré paralysant, à l’encéphalite (gonflement du cerveau) et à diverses myopathies (maladies musculaires dégénératives), que l’on pense être causées par la propagation du virus du système respiratoire (poumons) au système nerveux central. Inexplicablement, tous les patients atteints de ces troubles nerveux ne sont pas positifs pour le virus dans le liquide céphalorachidien. C’est un aveu tacite que ce n’est pas le COVID-19 qui est à l’origine de cette pandémie.

Comment un cœur privé de vitamine B1 conduit à des poumons remplis de liquide

Le temps nécessaire aux ventricules (chambres de pompage du cœur) pour se contracter et se détendre est appelé l’intervalle QT. Un intervalle QT prolongé est associé à l’insuffisance cardiaque et à la mortalité. Des médicaments tels que l’hydroxychloroquine utilisée pour traiter les cas de COVID-19 prolongent l’intervalle QT, bien que les données scientifiques sur ce sujet soient mitigées, ces cas étant considérés comme rares. Une pénurie de B1 a été citée pour prolonger l’intervalle QT.

Finalement, un manque de vitamine B1 peut entraîner une insuffisance cardiaque congestive, ce qu’on appelle le Béribéri humide, où le liquide se remplit autour du cœur.

La première étape du Béribéri humide implique la dilatation (élargissement) des vaisseaux sanguins périphériques (bras, jambes) qui entraîne une baisse de la pression sanguine, puis le cœur bat plus vite (tachycardie). Les reins détectent alors une baisse relative du volume de liquide et réagissent en conservant le sel, ce qui entraîne une surcharge de liquide et un gonflement des extrémités et finalement une insuffisance cardiaque accompagnée d’agitation, d’anxiété et de veines du cou visiblement bombées.

Le liquide peut alors refluer dans les poumons, ce qui explique l’implication des poumons dans cette maladie potentiellement mortelle. L’infection virale n’entraîne pas l’insuffisance cardiaque. Le choc cytokinique qui est attribuée à la congestion des poumons dans les maladies pulmonaires infectieuses est surestimée.

Une accélération du rythme cardiaque : infection ou malnutrition ?

On rapporte que l’infection peut être un déclencheur de tachycardie (accélération du rythme cardiaque), 28 à 41 % des patients ayant déclaré l’avoir contractée après le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) de 2002. Même des mois après une infection dite COVID-19, les médecins croient à tort que l’apparition de divers symptômes est liée à cette infection virale.

Le cas d’un patient qui a développé une tachycardie (accélération du rythme cardiaque) de longue durée (5,5 mois après les premiers symptômes de COVID-19) en est un exemple. Des tests autonomes ont révélé un cas exagéré de tachycardie en montant des escaliers (110 battements cardiaques/minute au repos, 190 battements/minute après avoir monté une volée d’escaliers). Mais les médecins du patient semblent ignorer le lien entre la dysautonomie et la carence en vitamine B1.

Proche d’admettre qu’il ne s’agit pas d’un virus mais d’une carence en vitamines

Peu d’études publiées traitent de la thiamine B1 comme remède aux symptômes de la COVID-19, en particulier l’atteinte du système nerveux. Il a été rapporté qu’une très forte dose de thiamine (B1) réduit les cellules auxiliaires T surréactives chez les grands buveurs, réduisant ainsi le risque de choc cytokinique qui peut remplir les poumons de liquide lors d’infections par COVID-19. Un rapport antérieur indique qu’un manque de vitamine B1 peut entraîner des cellules T incontrôlables. Les chercheurs admettent qu’il est possible que les patients atteints d’une infection virale aient un risque accru de carence en thiamine. Mais leur interprétation est que l’infection virale épuise la thiamine plutôt qu’une carence en thiamine induit une suractivité des cellules T et une inflammation des poumons.

Comment les poumons fonctionnent-ils sans vitamine B1 ?

À l’aide d’un stéthoscope, les médecins entendent fréquemment des crépitements dans les poumons des patients atteints de COVID-19. Les crépitements dans les poumons ne sont pas spécifiques à une maladie infectieuse particulière, mais ils sont largement associés à une carence en vitamine B1. En voici la preuve :

Les patients souffrant d’une carence en vitamine B1 (Béribéri) sont connus pour avoir des crépitements dans leurs poumons.

L’Organisation mondiale de la santé considère que les crépitements pulmonaires dans la partie inférieure des poumons sont un signe de carence en thiamine. La carence en vitamine B1 est également connue sous le nom de béribéri.

De nombreux patients hospitalisés sont placés sous diurétiques pour contrôler leur tension artérielle, sans tenir compte du fait que cette classe de médicaments épuise la vitamine B1.

Des infections ont été signalées chez 35 des 68 patients qui ont eu une pneumonie. L’infection peut être la manifestation d’une carence en vitamine B1.

Des cas de pneumonie ont été fréquemment signalés dans les camps de prisonniers de guerre lorsque le béribéri s’est développé.

Un homme de 73 ans qui respirait avec un béribéri avait des crépitements dans les deux poumons, qui se sont résolus grâce à une thérapie à la vitamine B1.

La vitamine B1 aide à limiter la croissance de la bactérie qui cause la tuberculose.

Les patients atteints de tuberculose sont plus susceptibles d’avoir un faible taux de vitamine B1 dans le sang.

Un rapport scientifique publié parle de la thiamine (B1) comme d’un “super antibiotique”.

Une carence en thiamine B1 peut provoquer de la fièvre

Ce qui peut échapper aux médecins de soins aigus, c’est que la fièvre avec pneumonie chez certains patients peut ne pas être induite par un germe mais par une carence en vitamine B1 qui résulte de la perte de contrôle de la température corporelle par l’hypothalamus dans le cerveau.

Peu de médecins reconnaissent qu’une carence en thiamine peut entraîner une forte fièvre. Les injections de vitamine B1 peuvent éradiquer les infections. Une fièvre accompagnée d’une malnutrition en vitamine B1 peut résulter d’un dysfonctionnement de l’hypothalamus dans le cerveau avec un manque d’oxyde nitrique, un gaz transitoire dans la circulation sanguine nécessaire pour réprimer les infections.

Dans de nombreux cas de pneumonie, aucune infection bactérienne ou virale n’est identifiée.

La thérapie à la vitamine B1 devrait être une thérapie standard pour tout patient souffrant d’une maladie pulmonaire et des antécédents de consommation d’alcool ou de tabac devraient nécessiter un test de vitamine B1 lors de l’admission à l’hôpital.

Prévalence de la déficience B1

Au début de la pandémie en janvier 2020, de nombreux Américains vivaient à la limite d’une épidémie de béribéri, indépendamment du COVID-19.

Il ne faut que 18 jours pour développer une carence en vitamine B1. Un régime alimentaire typique ne fournit pas plus de 1 à 2 milligrammes de cette vitamine hydrosoluble qui doit être remplacée quotidiennement.

La consommation de nicotine et d’alcool épuise les nutriments essentiels comme la vitamine B1 et la vitamine C. En Chine, où l’épidémie de COVID-19 aurait débuté, 68 % des hommes sont fumeurs et 46 % boivent de l’alcool.

Selon , les pourcentages suivants d’Américains vivent à la limite des conséquences mortelles en raison de leur manque de thiamine (vitamine B1) qui est faussement diagnostiquée comme une infection virale :

76% des diabétiques (adultes et enfants)
29% des patients obèses ; 49% des patients bariatriques
40% des personnes âgées vivant en communauté ; 48% en soins aigus
55% des patients atteints de cancer
20% des patients des urgences
33% des patients souffrant d’insuffisance cardiaque congestive
38% des femmes enceintes (plus avec des nausées et des vomissements)
30% des patients psychiatriques

Une prévalence insoupçonnée

La médecine moderne est tellement cloisonnée qu’il est difficile de concevoir une maladie comme le béribéri, qui est si omniprésente sur le plan anatomique et physiologique. Le béribéri est si répandu qu’il défie le diagnostic conventionnel. Cet auteur doit élargir les signes et symptômes généraux causés par une carence en vitamine B1, comme l’a fait la Clinique Mayo avec sa liste élargie de symptômes ci-dessous.

  • Étourdissements et évanouissements en position debout, causés par une chute soudaine de la pression sanguine.
  • Problèmes urinaires, tels que difficulté à commencer à uriner, incontinence, difficulté à détecter une vessie pleine et incapacité à vider complètement la vessie, ce qui peut entraîner des infections des voies urinaires.
  • Les difficultés sexuelles, y compris les problèmes pour obtenir ou maintenir une érection (dysfonctionnement érectile) ou les problèmes d’éjaculation chez les hommes. Chez les femmes, les problèmes comprennent la sécheresse vaginale, une baisse de la libido et des difficultés à atteindre l’orgasme.
  • Difficultés à digérer la nourriture,comme la sensation de satiété après quelques bouchées, la perte d’appétit, la diarrhée, la constipation, les ballonnements abdominaux, les nausées, les vomissements, les difficultés à avaler et les brûlures d’estomac, tous dus à des changements dans la fonction digestive.
  • Incapacité à reconnaître une glycémie basse (hypoglycémie), car les signaux d’alarme, tels que les tremblements, ne sont pas présents.
  • Anomalies de la transpiration, comme une transpiration excessive ou insuffisante, qui affecte la capacité à réguler la température du corps.
  • Une réaction lente de la pupille, qui rend difficile l’adaptation de la lumière à l’obscurité et la capacité de bien voir lorsque l’on conduit la nuit.
  • Une intolérance à l’exercice, qui peut se produire si votre rythme cardiaque reste le même au lieu de s’adapter à votre niveau d’activité.

THIAMINE (thiamine) vitamine B1

Formule moléculaire : C12H17N4OS+ Poids moléculaire : 265,36 grammes/mol

La thiamine (alias thiamine) est un composé incolore qui est une vitamine essentielle hydrosoluble, appartenant à la famille des vitamines B, dont les activités modulent l’humeur et régulent le sucre. La thiamine est nécessaire au métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. La thiamine est nécessaire à la production d’adéno-triphosphate (ATP), la monnaie énergétique de la cellule.

La thiamine a été découverte pour la première fois par Umetaro Suzuki au Japon lors de recherches sur la façon dont le son de riz guérissait les patients atteints de béribéri.

La thiamine ne peut pas être stockée dans l’organisme ; environ 80% de la thiamine se trouve dans les globules rouges ; cependant, une fois absorbée, elle se concentre dans le tissu musculaire.

Dans un état de carence réelle, elle peut induire son symptôme le plus visible, les mouvements oculaires horizontaux (nystagmus), souvent confondus avec la consommation de drogues illicites. Chez les personnes âgées, une carence en B1 peut entraîner une sénilité prématurée et des confusions – inventer des histoires pour combler les trous de mémoire.

Insuffisance alimentaire

Une étude montre que 25 % des Britanniques du XXIe siècle croient à tort qu’un régime végétalien est plus attrayant depuis l’épidémie mondiale de COVID-19. Pourtant, un régime végétalien pourrait ne pas résoudre une carence en B1. A moins que le café/thé, l’alcool, le tabac, les médicaments antidiabétiques (metformine), les diurétiques et les aliments sucrés ne soient abandonnés.

Dans une enquête diététique menée dans un pays européen, 52 % des personnes interrogées ont déclaré grignoter davantage pendant le confinement.

Le bœuf, le foie, les œufs, le poisson, le porc sont les principales sources alimentaires de B1, au même titre que les graines (lin), les noix et les haricots. Mais avec autant de bloqueurs B1 en usage (glucides, sucre, alcool, café/thé), même un régime alimentaire enrichi en B1 peut ne pas suffire à réprimer une épidémie de carence en vitamines.

Ce n’est pas un hasard si une liste d’aliments antidépresseurs fournit de la vitamine B1 en même temps que du zinc, des vitamines A, C et D.

Suppléments de vitamine B1

Dans notre monde moderne où il existe une pléthore de plats préparés et transformés, la meilleure façon de garantir une alimentation B1 adéquate est de compléter le régime alimentaire par des pilules B1. Une forme liposoluble de benfotiamine B1 (ben-fo-tee-ah-meen) est recommandée. L’allithiamine est une autre forme liposoluble de B1 qui passe à travers la barrière hémato-encéphalique. Il n’y a pas de surdosage pour la supplémentation en B1.

Compte tenu du grand nombre de facteurs qui entravent l’absorption du B1 (alcool, café, thé, sucre, hydrates de carbone, médicaments), une supplémentation en B1 serait nécessaire pour enrayer une pandémie de B1. Il est probablement préférable de prendre un supplément de vitamine B1 à un moment différent de celui où l’on consomme du café ou du thé.

Autres bloqueurs B1

Ne vous fiez pas à votre alimentation pour prévenir ou guérir. La thiamine est une vitamine hydrosoluble qui est facilement éliminée de l’organisme. Les personnes qui prennent des pilules diurétiques développent involontairement une carence en B1 et souffrent de symptômes qui ne sont pas facilement liés à une carence en B1. Les personnes qui prennent des antiacides et des pilules contraceptives courent également un risque accru de carence en B1. Les personnes âgées sécrètent moins d’acide gastrique et absorbent de moins en moins de thiamine dans leur alimentation en vieillissant. Un supplément d’acide (bétaïne) améliore l’absorption du B1.

Les gouvernements du monde entier se trompent de direction et ne prennent pas de mesures

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) devrait en savoir plus. Elle ne tient pas compte de son propre corpus de connaissances, à savoir un rapport intitulé : “La carence en thiamine et sa prévention et son contrôle dans les situations d’urgence majeure“. Les épidémies historiques de carence en thiamine sont bien documentées par l’OMS. Mais l’OMS présente généralement le béribéri comme une conséquence de la privation de nourriture dans les pays du tiers monde, et non comme une épidémie rampante dans les pays avancés due à une “malnutrition à haute teneur en calories” comme l’explique le docteur Derrick Lonsdale.

Le Béribéri, a une fois de plus trompé le monde. Il est mal diagnostiqué comme étant telle ou telle maladie. Dans la médecine moderne, une déficience B1 est constatée par les cardiologues, neurologues, pneumologues, psychiatres, virologues, bactériologues, ophtalmologues, néphrologues, hépatologues, qui ne sont tout simplement pas formés pour savoir que le Béribéri ne peut pas être compartimenté anatomiquement comme les autres maladies.

Parce que la médecine moderne cherche dans tous les mauvais endroits pour soigner et prévenir la COVID-19, il n’y aura jamais de remède. Le monde sera maintenu en perpétuel confinement. La vaccination sera un exercice de frustration. Le remède sera plus mortel que la maladie.

Il convient de mentionner que le Forum économique mondial (WEF) en Europe déclare qu’il est temps pour les gouvernements du monde entier d’exercer un leadership mondial dans une crise telle que l’épidémie de COVID-19. Le WEF fait partie d’une conspiration mondiale pour forcer la vaccination, abandonner la monnaie-papier et réduire drastiquement la consommation de viande à un point tel qu’elle n’est plus consommée que comme un mets délicat occasionnel, une pratique qui aggraverait encore l’épidémie de carence en vitamine B1 actuellement en cours. Ironiquement, le verrouillage mondial fait que les travailleurs ne se présentent pas au travail par crainte d’être infectés. Cela commence à provoquer des pénuries alimentaires qui pourraient conduire à des famines et au retour des épidémies de béribéri du passé.

Source : https://knowledgeofhealth.com/not-covid/

guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
trackback

[…] Des liens entre carences en vitamines B1 et Covid-19 étaient déjà évoqués sur cv19.fr dans cet article […]

ajax-loader
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x