Tests PCR, Traduction cv19.fr

Le site web du gouvernement britannique révèle une vaste fraude dans l’affaire des “cas COVID”

Le site web du gouvernement britannique révèle une vaste fraude dans l’affaire des “cas COVID”

“La RT-PCR détecte la présence de matériel génétique viral dans un échantillon mais ne permet pas de distinguer si un virus infectieux est présent. “

Rapport du gouvernement


par David Linden

La nouvelle de dernière minute est qu’un article publié sur le site web du gouvernement a révélé que le tristement célèbre test “PCR” n’est d’aucune utilité pour détecter la présence d’une infection vivante.

Les ministres craindraient un retour de bâton de la part du public en réaction à ce qui est maintenant connu comme une fraude continue utilisée pour diffuser des informations sur le caractère infectieux d’un microbe semblable à la grippe qui peut s’avérer grave dans un petit nombre de cas.

Voici en substance ce qui s’est passé :

Le test “PCR” a été réalisé sur un nombre important et croissant de personnes.

Cela a inévitablement produit un nombre important et croissant de “positifs”.

Le test présente un certain nombre de défauts possibles et une tendance à l’inexactitude et beaucoup ont critiqué l’irresponsabilité de l’utiliser comme preuve de la propagation d’une quelconque maladie. Cependant, s’il est correctement réalisé, il peut détecter la présence d’infimes quantités de restes de matériel génétique de divers virus, dont le virus COVID19.

La détection de la présence de ces restes de matériel génétique NE SIGNIFIE PAS NÉCESSAIREMENT que la personne est actuellement infectée par un virus vivant.

Elle peut montrer, par exemple, que la personne a été précédemment infectée à un degré ou un autre (et souvent de façon si bénigne qu’elle ne l’a presque pas remarqué) et qu’une partie du matériel viral de l’infection précédente n’a pas encore été éliminée de son système. Le test PCR détecte alors ces restes et produit un “positif”.

Ces “positifs” sont ensuite frauduleusement appelés “cas” par le gouvernement.

On ne connaît pas à ce stade le pourcentage de “cas” qui n’étaient pas réellement des cas, mais on le croit, étant donné que le test NE PEUT PAS DÉTECTER un VIRUS VIVANT pour être élevé.

Cela a ensuite permis aux ministres de s’alarmer du “nombre de cas” qui se présentent, de justifier les instructions données aux gens de s’isoler, d’ordonner à ceux avec qui ils ont été en contact de s’isoler, d’enfermer des communautés entières, de déclarer faussement que la “maladie se propage hors de contrôle” et de divers autres aspects du chaos social et économique qui ont infligé la misère à la population.

Une enquête est demandée pour savoir si la déclaration frauduleuse de “cas” a également gonflé à tort les statistiques de “décès COVID”. Une source a affirmé que :

“Lorsque l’accent est mis sur le dépistage d’un grand nombre de personnes très âgées qui sont dans des maisons de soins et de personnes hospitalisées sous traitement pour des maladies mortelles telles que le cancer et que ces personnes sont “testées positives” au COVID, puis meurent de vieillesse ou de leur condition actuelle dans les 28 jours suivant le test prétendument positif, cela ferait augmenter le nombre de “décès COVID” ou de “décès avec COVID”, créant encore plus de panique inutile”.

À la lumière des informations publiées sur le site web du gouvernement, il est évident que les ministres pouvaient savoir depuis le début que le nombre de “cas” qu’ils avaient déclaré était frauduleux.

On ne sait pas à ce stade si le gouvernement prévoit de présenter des excuses pour les dommages que son comportement mécréant a infligés au pays ou si les ministres, conseillers et autres responsables démissionneront et/ou feront l’objet de poursuites pénales.

Pourtant, même si l’inutilité du test PCR a été reconnue, le gouvernement utilise toujours ses “résultats” pour justifier d’autres mesures dommageables et la ruine de milliers d’entreprises qui dépendent des ventes de Noël.

La gravité de ces révélations peut être mieux comprise dans le contexte des admissions du médecin-chef qui, dès le mois de mai, a déclaré que le COVID 19 n’est dangereux que dans un très petit nombre de cas (voir ci-dessous).

Ces deux faits remettent en question le jeu précis du gouvernement au cours de ces derniers mois.

Une source a déclaré à ce journaliste que :

“La campagne mensongère du gouvernement et sa détermination évidente à utiliser cette désinformation pour faire tomber le pays soulèvent des questions que tout citoyen devrait se poser, à savoir quel est le véritable programme du gouvernement”.

L’aveu du gouvernement cité provient de :

Understanding cycle threshold (Ct) in SARS-CoV-2 RT-PCR (Comprendre le seuil de cycle (Ct) dans la RT-PCR du SRAS-CoV-2)

https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/926410/Understanding_Cycle_Threshold__Ct__in_SARS-CoV-2_RT-PCR_.pdf?fbclid=IwAR0bUSng3IE2ycoQQN_oKn8YgKeTwfhfQ1a0M_qaJDs4KCjSSj_jnwwseNA

Un guide pour les équipes de protection de la santé

Vous le trouverez en haut de la page 6 .

Source : https://ukreloaded.com/government-website-reveals-extensive-covid-cases-fraud/ traduit par https://cv19.fr

guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x