Économie

La destruction de l’euro

La destruction de l’euro

La zone euro est fichue. La détérioration des déséquilibres de TARGET2 (le système de règlement brut en temps réel pour la zone euro disponible pour les pays hors zone euro, ndlr) n’a guère été remarquée, mais ces derniers mois, elle a été alarmante. Malgré les dénégations officielles au fil des ans, il est de plus en plus évident que les banques nationales d’Italie, d’Espagne et d’autres pays, dont les créances douteuses augmentent, les cachent au sein du système TARGET2. La première vague de Covid-19, qui entraîne des faillites dans toute la zone euro, est maintenant suivie d’une deuxième vague, qui fera presque certainement disparaître un certain nombre de banques importantes, auquel cas le système euro transfrontalier implosera.

Introduction

S’il existe une construction politique dont l’objectif non déclaré est d’asservir sa population, c’est bien l’Union européenne. Sa chance vient des gouvernements nationaux qui, à l’exception de l’Allemagne et de quelques autres États du Nord, ont conduit ou sont en train de conduire leurs États en faillite à la ruine. Les objectifs de l’Union européenne étaient de soutenir les politiques d’échec en détournant les richesses accumulées par les nations les plus prospères pour financer les échecs d’un doublement socialiste, et d’accélérer les politiques d’échec pour faire en sorte que tout le pouvoir réside dans les mains des pillards étatiques à Bruxelles.

C’est la vision d’Ayn Rand de l’État socialiste en tant que pilleur en action [i]. Toutes les grandes entreprises survivantes sont alignées sur cette vision : celles qui ont refusé de jouer le jeu ont disparu. Les cadres supérieurs disposant de budgets de lobbying importants ne sont plus à la merci des consommateurs contestataires et ont vidé leurs petits concurrents. Ils ont opté pour une vie plus facile et non litigieuse, en recherchant les faveurs des pillards à Bruxelles, en savourant le champagne et le foie gras, en faisant la fête avec les déménageurs et les shakers, et en protégeant leurs entreprises avec des pots-de-vin.

Il s’agit d’un super-État corrompu issu de la politique américaine d’après-guerre – l’enfant du Comité américain de l’Europe unie. Financé et doté en personnel par la CIA en 1948, le comité avait pour objectif de s’assurer que les pays européens adhèrent à une OTAN contrôlée par les États-Unis, au nom de l’arrêt de l’expansion vers l’ouest de Staline à partir des frontières de l’après-guerre. C’était l’histoire officielle, mais il est remarquable de constater qu’elle a servi de modèle pour le contrôle américain ultérieur d’autres États étrangers. C’est l’action de la guêpe émeraude qui transforme un cafard en zombie, afin que sa lave puisse ensuite s’en nourrir.

Cette blatte européenne est maintenant dans les dernières étapes de son existence zombifiée. À Bruxelles, ils ne s’en rendent pas compte, mais ils font la fête à l’aube de l’autre monde, et ils n’auront nulle part où aller. En dehors de la serre bruxelloise et des capitales européennes, il est difficile de discerner un quelconque soutien à un système politique défaillant, au-delà du simple fait de maintenir le spectacle sur la route. La population allemande se plaint de prêter son argent aux échecs économiques, mais comme tout créancier au fond du trou, elle restera aveugle au problème systémique plus profond de peur qu’il ne s’effondre. À l’autre extrême se trouvent les socialistes grecs qui prétendent que l’Allemagne leur est toujours redevable pour la brutalité et la destruction qu’ils ont subies il y a soixante-quinze ans. Il s’agit d’un pacte faustien entre créanciers et débiteurs pour ignorer la réalité de leurs positions respectives. C’est la méthode de l’impérialisme ; mais au lieu de l’appliquer aux autres nations, Bruxelles applique la répression impériale à ses propres États membres. Et maintenant qu’ils ont été vidés de leur substance, il ne reste plus rien pour soutenir Bruxelles.

C’est la destination à laquelle ils sont arrivés aujourd’hui. Bruxelles et son Parlement européen approchent de la fin de leur destruction socialisante de porc sur porc, ridiculement coûteuse et inutile. Non seulement ils n’ont plus personne à voler, plus nulle part où aller, mais ils ont mis en faillite tout un continent. Il est certain que le vol des riches et le don aux pauvres sont proches de leur fin. Les créanciers et les débiteurs n’ont plus rien de matériel – l’argent qui figure dans le bilan de chacun sera effacé par un effondrement monétaire et économique. C’est le processus de cet effondrement et la destination que nous devons analyser.

Le système bancaire de la zone euro est un des battements de cœur de l’effondrement, comme le montrera cet article. Deux éléments fondamentaux entrent en jeu. Au fond, il y a les banques commerciales dont les prêts non performants augmentent rapidement, une phrase qui cache la vérité, à savoir qu’il s’agit de créances irrécouvrables. En haut, il y a le système de règlement à l’échelle de la zone euro, TARGET2, qui est de plus en plus utilisé pour cacher les créances irrécouvrables qui s’accumulent au niveau national.

Avant d’examiner la position des banques commerciales, afin de comprendre à quel point la zone euro est devenue toxique, nous commencerons par exposer les dangers cachés dans le système de règlement.

TARGET2 – les poulets rentrent au bercail

Les déséquilibres entre la BCE et les banques centrales nationales dans le système de règlement de la zone euro TARGET2 sont révélateurs de la situation actuelle.

L’Allemagne (en bleu clair) est désormais “redevable” de 1.150 milliards d’euros, un montant qui a augmenté de 27 % entre janvier et septembre. Dans le même temps, les plus gros débiteurs, l’Italie, l’Espagne et la BCE elle-même, ont augmenté leurs dettes combinées de 275 milliards d’euros pour atteindre 1.300 milliards d’euros (avant que la détérioration supplémentaire de septembre pour l’Espagne et la BCE ne soit signalée – seuls les chiffres jusqu’en août pour ces pays sont actuellement disponibles). Mais la détérioration la plus rapide pour sa taille se situe dans le solde négatif de la Grèce, qui a augmenté de 45.6 milliards d’euros entre janvier et août.

La Bundesbank est-elle préoccupée par les quantités croissantes d’euros qui lui sont dues dans un système qui a toujours eu pour but d’équilibrer à peu près les comptes ? Certainement. Va-t-elle se plaindre publiquement, ou exiger en privé qu’elles soient corrigées ? Presque certainement pas. Car les systèmes étatiques comme l’UE dépendent entièrement de l’obéissance totale à un objectif commun. Tous les dissidents sont punis, dans ce cas par les vagues de destruction qui seraient déclenchées par tout État refusant de continuer à soutenir les PIGS. TARGET2 est un pacte avec le diable qu’il n’est dans l’intérêt de personne de rompre.

Les déséquilibres sont tous garantis par la BCE. En théorie, ils ne devraient pas exister. Ils reflètent en partie les déséquilibres commerciaux qui s’accumulent entre les États membres, sans que les flux de paiements d’équilibre ne s’inversent. En outre, des déséquilibres apparaissent lorsque la BCE donne instruction à une banque centrale régionale d’acheter des obligations émises par son gouvernement et d’autres entités corporatives locales. Comme les déséquilibres entre les banques nationales se sont accrus, la BCE a cessé de payer pour certains de ses achats d’obligations, ce qui a entraîné un déficit de 297 milliards d’euros pour TARGET2 à la BCE. Les crédits correspondants dissimulent l’ampleur réelle des déficits dans les livres des banques centrales nationales PIGS. Par exemple, dans la mesure où la BCE n’a pas payé ses achats de dette italienne, la Banque d’Italie doit plus aux autres banques régionales que ne le suggère le montant global de 546 milliards d’euros.

Dans les rouages de TARGET2

Le fonctionnement de TARGET2, en théorie du moins, est le suivant. Un fabricant allemand vend des marchandises à une entreprise italienne. L’entreprise italienne paie par virement bancaire tiré sur sa banque italienne via la banque centrale italienne par le biais du système Target2, en créditant la banque allemande du fabricant allemand par l’intermédiaire de la banque centrale allemande.

L’équilibre a été rétabli grâce aux déficits commerciaux, en Italie par exemple, qui ont été compensés par des entrées de capitaux, les résidents d’autres pays de la zone euro ayant acheté des obligations italiennes, d’autres investissements en Italie et le commerce touristique ayant perçu des recettes nettes en espèces. Comme le montre le graphique, c’était généralement le cas avant 2008. Une partie du problème est due au fait que les flux d’investissement du secteur privé ne recyclent pas les paiements liés au commerce.

Ensuite, il y a la question de la “fuite des capitaux”, qui n’est pas une fuite de capitaux en tant que telle. Le problème n’est pas que les résidents d’Italie et d’Espagne ouvrent des comptes bancaires en Allemagne et transfèrent leurs dépôts depuis des banques nationales. C’est que les banques centrales nationales qui sont fortement exposées à des prêts potentiellement mauvais dans leur économie nationale savent que leurs pertes, si elles se matérialisent dans une crise bancaire générale, finiront par être partagées dans tout le système des banques centrales, selon leurs clés de répartition des capitaux si elles sont transférées dans le système de règlement TARGET2.

Si une banque centrale nationale enregistre un déficit dans Target2 avec les autres banques centrales, c’est presque certainement parce qu’elle a prêté de l’argent sur une base nette à ses banques commerciales pour couvrir les transferts de paiement, au lieu de les faire progresser dans le système de règlement. Ces prêts apparaissent comme un actif dans le bilan de la banque centrale nationale, qui est compensé par un passif envers l’Eurosystème de la BCE par le biais de Target2. Mais selon les règles, si quelque chose ne va pas avec le système TARGET2, les coûts sont partagés par la BCE selon la formule de la clé de répartition du capital préétablie.

Il est donc dans l’intérêt d’une banque centrale nationale d’accuser un déficit plus important par rapport à sa clé de répartition du capital en soutenant les banques insolvables dans sa juridiction. La clé de répartition du capital est liée à la participation des banques centrales nationales dans la BCE, qui, pour l’Allemagne par exemple, est de 26,38% des clés de répartition du capital des banques nationales de la zone euro [ii]. Si TARGET2 s’effondrait, la Bundesbank, dans la mesure où les créances douteuses de l’Eurosystème sont partagées, perdrait le trillion d’euros et plus qui lui est dû par les autres banques centrales nationales, et devrait au contraire payer jusqu’à 400 milliards d’euros de pertes nettes, sur la base des déséquilibres actuels.

Pour comprendre comment et pourquoi le problème se pose, il faut remonter à la précédente crise bancaire européenne qui a suivi l’affaire Lehman et qui a influencé les pratiques réglementaires nationales. Si l’autorité nationale de régulation bancaire jugeait les prêts non performants, les pertes deviendraient un problème national. Par ailleurs, si l’autorité de régulation les juge performants, ils sont éligibles aux opérations de refinancement de la banque centrale nationale. Une banque commerciale peut alors utiliser les prêts douteux comme garantie, en empruntant auprès de la banque centrale nationale, qui répartit le risque de prêt avec toutes les autres banques centrales nationales conformément à leurs clés de répartition des fonds propres. Les prêts insolvables sont ainsi retirés des systèmes bancaires nationaux des PIGS et déversés sur l’Eurosystème.

Dans le cas de l’Italie, le niveau très élevé des prêts non performants a atteint un pic de 17,1 % en septembre 2015, mais a été ramené à 6,9 % à la mi-2019. Étant donné les incitations pour le régulateur à détourner le problème des prêts non performants de l’économie nationale vers l’Eurosystème, ce serait un miracle si une partie de la réduction des prêts non performants était réelle. Et avec tous les confinements du Covid-19, les prêts non productifs italiens vont à nouveau monter en flèche.

Dans les États membres ayant des soldes TARGET2 négatifs, comme l’Italie, on a constaté une tendance à des problèmes de liquidité pour les anciennes industries, ce qui les rend insolvables. Le régulateur bancaire ayant été incité à retirer le problème de l’économie nationale, les prêts accordés à ces entreprises insolvables ont été continuellement reconduits et augmentés. La conséquence est que les nouvelles entreprises ont été privées de crédit bancaire, car le crédit bancaire dans les banques des pays membres est de plus en plus lié au soutien du gouvernement et des entreprises qui auraient dû être mises au pied du mur il y a longtemps. La pression supplémentaire exercée par le Covid-19 sur les entreprises italiennes en difficulté se reflète aujourd’hui dans la montée en flèche du déficit de TARGET2 de la Banque d’Italie. Le système ne pourrait pas être mieux calculé pour paralyser l’économie italienne à long terme.

Officiellement, il n’y a pas de problème, car la BCE et toutes les banques centrales nationales qui participent à TARGET2 ont des positions nettes égales à zéro, et la comptabilité mutuelle entre les banques centrales nationales maintient cette situation. Pour ses architectes, une défaillance systémique de TARGET2 est inconcevable. Mais, comme certaines banques centrales nationales finissent par utiliser TARGET2 comme source de financement pour leurs propres bilans, qui à leur tour financent leurs banques commerciales douteuses en utilisant leurs prêts improductifs comme garantie, certaines banques centrales nationales ont des dettes potentielles croissantes, ce qui rend les régulateurs des banques nationales plus efficaces.

Le membre de l’Eurosystème qui pose le plus grand problème est la Bundesbank allemande, qui doit aujourd’hui bien plus d’un trillion d’euros par le biais de TARGET2. Le risque de pertes s’accélère maintenant rapidement à la suite de la première série de confinement du Covid, comme on peut le voir dans le graphique des déséquilibres de TARGET2 ci-dessus. La deuxième série de surinfections entraîne une destruction économique encore plus importante, qui ne se reflète pas encore dans les soldes de TARGET2, lesquels augmenteront à nouveau. La Bundesbank devrait être très inquiète[iii].

Les déséquilibres actuels du système s’élèvent à plus de 1 500 milliards d’euros. Selon les clés de répartition des fonds propres, en cas de défaillance systémique, les actifs de la Bundesbank, qui s’élèvent à 1 115 milliards d’euros, seraient remplacés par des passifs à hauteur de 400 milliards d’euros, le reste des pertes étant réparti entre les autres banques nationales. Personne ne sait comment cela se passerait, car la défaillance du système de règlement n’a jamais été envisagée ; mais de nombreuses banques centrales nationales, sinon toutes, devront être renflouées en cas de défaillance de TARGET2, vraisemblablement par la BCE en tant que garant du système. Mais avec seulement 7,66 milliards d’euros de capital souscrit, le bilan de la BCE est minuscule par rapport aux pertes encourues, et ses actionnaires chercheront eux-mêmes un renflouement pour sauver la BCE. Un échec de TARGET2 semble exiger de la BCE qu’elle étende effectivement ses programmes d’assouplissement quantitatif pour se recapitaliser et recapitaliser l’ensemble du système de banque centrale de la zone euro.

Il s’agirait alors d’une crise sans précédent, où une banque centrale imprimerait de l’argent uniquement pour se sauver et sauver ses agents régionaux.

Les banques commerciales sont également en grande difficulté
La détérioration des déséquilibres de TARGET2 ne peut être ignorée par ceux qui ont des liens avec la zone euro ou en dehors de celle-ci. Bien que le Royaume-Uni ne soit pas membre de l’euro ou du système de règlement TARGET2, la Banque d’Angleterre est actionnaire de la BCE à hauteur de 14 % et pourrait être confrontée à des sommes importantes en cas de crise systémique dans la zone euro. En outre, la City de Londres étant le centre financier international de l’Europe, le système bancaire britannique présente des risques de contrepartie considérables avec les banques de la zone euro et d’autres banques européennes.

Plus de 50 % des fonds négociés en bourse (ETF) iShares STOXX Europe 600 Banks est investi dans des banques de la zone euro : 28 % sont investis dans des banques britanniques, 13 % dans des banques suédoises, et le reste dans des banques danoises et suisses. Sa pondération en faveur de la zone euro et du Royaume-Uni en fait un substitut raisonnable de la notation de marché des grandes banques basées dans le fuseau horaire européen. La représentation 2 montre la performance de ces fonds négociés en bourse par rapport à l’indice S&P500, considéré comme une approximation des marchés boursiers mondiaux.

Depuis les suites de la crise Lehman en 2008, l’indice S&P500 a connu un marché haussier continu jusqu’en février de cette année. Dans le même temps, les cours des actions des banques européennes représentées dans l’ETF étaient dans un marché baissier. Avant le mouvement de relance de la Fed le 23 mars, à partir de la mi-février, l’indice S&P500 et l’ETF des banques européennes se sont tous deux effondrés, mais le S&P a ensuite atteint de nouveaux sommets. Après la plus brève des reprises, l’ETF s’est effondré à de nouveaux plus bas.

Compte tenu de la forte performance des marchés des actions après les creux du mois de mars, la performance catastrophique des actions des banques est de mauvais augure. En fait, la contradiction est telle que le message des marchés boursiers semble être que la Fed et les autres banques centrales veilleront, dans la mesure du possible, à ce que les mesures de relance atteignent suffisamment les entreprises pour qu’elles puissent se remettre de l’interruption de la crise du Covid-19, indépendamment de la survie des banques. C’est un message contradictoire qui suggère que les entreprises peuvent survivre et prospérer, mais pas les banques.

Outre l’énorme confiance implicite des investisseurs dans la capacité des banques centrales à maintenir en ébullition la bulle boursière créatrice de richesse, les banques sont négligées ou sont en grave difficulté. C’est ce qui semble être le cas. Étant plus sous-capitalisées que les grandes banques commerciales de toute autre région, de nombreuses banques de la zone euro présentent de sérieux risques systémiques et ne devraient pas faire de transactions. La figure 1 montre les leviers de marché des banques européennes d’importance mondiale – les Institutions financières d’importance systémique (G-SIB), y compris celles de l’UE, du Royaume-Uni et de la Suisse.

Seules deux d’entre elles, les banques suisses, ont des ratios prix/valeur comptable supérieurs à 50 %. En plus de ces G-SIB, il existe de nombreuses autres banques commerciales en Europe dont les ratios cours/valeur comptable et les ratios de levier financier entre le bilan et le marché sont tout aussi terrifiants. Aveuglés par les implications des capitalisations boursières, les régulateurs ne regardent pas plus loin que la relation entre le total des actifs et les fonds propres du bilan. Mais lorsque les marchés fixent un prix d’évaluation comptable nettement inférieur à 100 % pour une entreprise, ils nous disent que l’entreprise n’est pas seulement insolvable, mais qu’en cas de liquidation, les actionnaires ont peu de chances de récupérer leurs fonds. Ainsi, lorsque nous observons que la Société Générale, la principale banque française, a un ratio cours/valeur comptable de seulement 16,4%, sans une injection de capital importante, elle est presque certainement en faillite parce que le prix de ses actions n’est guère plus que l’argent d’une option sur sa survie future.

Le ratio cours/valeur comptable de toutes ces G-SIB s’est légèrement amélioré ces dernières semaines, porté par un rebondissement de type “dead-cat”. Même dans ce cas, les actions des banques restent proches de leurs plus bas niveaux à long terme alors que les indices boursiers tels que l’indice S&P500 ont atteint de nouveaux sommets. Cette contradiction suggère également que les investisseurs n’ont pas pris de décisions rationnelles, et qu’à l’exception des banques, les marchés boursiers sont poussés par une combinaison d’expansion monétaire et de folie des foules.

Les entreprises européennes sont maintenant en faillite à cause d’une deuxième vague de covid-19. Les faillites de la première n’ont pas encore complètement intégré le système financier et seront maintenant aggravées par une deuxième vague. Rien ne peut empêcher les prêts non performants d’augmenter et de miner les banques commerciales surchargées. Le jeu consistant à faire passer le paquet dans les déséquilibres de TARGET2 se poursuivra jusqu’à ce qu’il s’effondre. Comme peu de gens comprennent TARGET2 et que ceux qui le comprennent sont réduits au silence par la peur, on peut supposer que ce sont les évaluations du marché des banques individuelles et leur effondrement en faillite qui seront le déclencheur d’une crise systémique généralisée dans la zone euro. L’ensemble du système monétaire de la zone euro est en plein dans le temps.

L’évaluation de l’euro

Pour l’instant, l’euro est à la hausse par rapport au dollar, ce qui encourage la BCE à explorer des taux d’intérêt négatifs plus importants. Mais il est utile de se rappeler la dynamique monétaire qui se cache derrière le taux de change euro-dollar.

Jusqu’en septembre 2019, les grands fonds spéculatifs jouaient sur le marché des swaps de change. En effet, par l’intermédiaire de leurs banques, ils empruntaient des euros, les vendaient pour des dollars et gagnaient le différentiel d’intérêt. C’est l’une des raisons de la crise des pensions de titres de septembre dernier à New York, lorsque les principales banques ont manqué de fonds pour financer à la fois les swaps de change et d’autres activités dérivées et de crédit. La crise des prises en pension s’est terminée par la réduction par la Fed de son taux de financement de 2 %, d’abord à 1,5 % puis à 1 %, ce qui a considérablement réduit la pression sur les taux de change euro-dollar. Ces positions étant désormais fermées, l’euro est davantage influencé par les flux commerciaux. L’UE enregistre un excédent commercial d’environ 150 milliards d’euros avec les États-Unis, qui, compte tenu de l’augmentation considérable du déficit budgétaire américain, semble destiné à se creuser encore, à moins que les Américains ne prennent soudainement l’habitude d’épargner.

La situation des capitaux est également favorable à l’euro, puisqu’en juin 2019, le dernier total enregistré de titres financiers américains détenus par des résidents de l’UE s’élevait à 9 631 milliards de dollars[iv] et que la détention de titres de la zone euro par des résidents américains s’élevait à 2 952 milliards de dollars fin 2019[v], soit un écart de 6 679 milliards de dollars. Par conséquent, dans une crise bancaire où les investissements étrangers sont vendus, il est probable qu’il y ait un achat net important d’euros par rapport au dollar.

L’euro a le potentiel d’augmenter davantage par rapport au dollar avant et éventuellement pendant une crise bancaire systémique. Après une telle crise, tous les paris seront ouverts. Tout ce que nous savons, c’est que la pourriture du système monétaire de la zone euro entraînera presque certainement sa destruction et très probablement la fin de l’euro lui-même. L’immédiateté du problème nous permet d’écarter les discours sur les réinitialisations et les monnaies numériques des banques centrales, qui sont poussées par les pillards monétaires de la BCE qui pourraient sentir qu’il y a une crise à éviter. Les discussions sur la stimulation monétaire avec des taux d’intérêt négatifs encore plus élevés en font partie, l’espoir étant qu’une nouvelle monnaie numérique de la banque centrale contourne un système bancaire en panne.

Mais maintenant que les banques commerciales sont en faillite, nous sommes sur le point d’assister à une implosion monétaire qui ne peut qu’entraîner la destruction de l’euro.

Un phénix renaîtra de ses cendres – éventuellement

Ce n’est pas le peuple, mais les gouvernements qu’ils ont été dupés à élire, et qui à leur tour ont été dupés dans le projet européen, qui portera la responsabilité de l’effondrement de l’Union européenne. Les grandes entreprises qui ont été corrompues en soutenant les idéaux socialistes au lieu de servir leurs clients pour le profit, ont joué leur rôle dans le pillage. Tout cela sera détruit. L’effondrement du système pourri entraînera de graves difficultés, mais il en sera ainsi.

Il faut espérer que les conflits civils et l’évolution vers une forme plus saine d’argent et de système monétaire seront limités dans le temps – mais cela dépend du temps que prendront les événements pour expulser les pilleurs du gouvernement. Le mieux que les résidents de la zone euro puissent espérer à ce stade est que l’effondrement de la monnaie accélère leur disparition.

Le sort de l’euro sera partagé avec la majorité – sinon la totalité – des autres monnaies fiduciaires pour des raisons qui leur sont propres. Le rétablissement des cendres de l’incompétence gouvernementale peut être rapide – une question d’un an ou deux, à condition que les gouvernements successeurs apprennent rapidement que des marchés libres, une monnaie saine et un minimum d’interférence de la part du gouvernement sont nécessaires pour la restauration du progrès économique. En outre, toutes les politiques socialistes doivent être abandonnées, et la recherche du profit et la création de richesses individuelles doivent être adoptées.

Cela nécessitera la destruction complète des bureaucraties étatiques – ce qui se produira lorsque l’euro s’effondrera. Et elles ne doivent pas être remplacées par de nouvelles bureaucraties au-delà du strict minimum requis pour administrer la loi et l’ordre. Les politiciens doivent apprendre que le pouvoir bureaucratique est un objectif faux et malhonnête, et qu’une nation ne peut devenir grande que grâce aux efforts de ses habitants qui recherchent des profits en fournissant ce que les consommateurs veulent. En tant que credo, le Caveat emptor pour les consommateurs doit être rétabli.

Les consommateurs sont les rois que doivent vénérer les producteurs à la recherche de profits. Et les consommateurs ont une responsabilité envers eux-mêmes, en jugeant ce qui est le mieux pour eux et en ne comptant pas sur les organismes gouvernementaux de réglementation pour décider en leur nom. Dans les affaires, il n’y a pas de place pour le luxe de la dissidence. Il faut cesser d’employer des personnes sur la base de leur sexe, de leur race, de leur handicap et d’autres mœurs. Tout emploi doit reposer uniquement sur les capacités, les compétences et l’aptitude. Toute réglementation sur la production doit être abandonnée. Les entreprises qui ont supputé avec le diable à Bruxelles ne doivent jamais retrouver les avantages par leur influence politique. Si elles ne s’effondrent pas avec l’euro, ces entreprises devront apprendre à survivre par elles-mêmes à la concurrence de nouveaux challengers.

Le concept de super-État européen doit être abandonné et toute tentative de le réinventer doit être fermement stoppée. Les nations européennes doivent s’en tenir aux succès et aux échecs de leurs capacités nationales à créer de la richesse, en permettant à leurs peuples de le faire et de la conserver pour eux-mêmes. La concurrence fiscale entre les juridictions contribuera à garantir que la croissance des gouvernements soit contenue.

La nouvelle Europe doit reposer sur des gouvernements de petite taille, des marchés libres et une monnaie saine. Comme l’a découvert l’Allemagne après les deux guerres mondiales, une monnaie saine est la condition préalable au progrès économique. Heureusement, il y a encore quelques hommes d’argent sain dans les banques centrales d’Allemagne, des Pays-Bas et, croyez-le ou non, de France et d’Italie – comme en témoignent leurs avoirs en or et, dans le cas des deux premiers, leur rapatriement des coffres-forts étrangers. Ils doivent établir leurs propres substituts de l’or et être directement exposés aux conséquences de la manipulation monétaire, au cas où les futurs gouvernements seraient tentés de corrompre à nouveau l’argent.

L’idée de confier les affaires monétaires à une organisation supranationale aura été démentie par l’effondrement de l’euro et ne doit pas être réitérée. Dans un avenir prospère, les citoyens européens décideront personnellement de leurs besoins et de leurs souhaits, individuellement.

Source: GoldMoney.com, le 24 octobre 2020Traduction par Aube Digitale

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x