Économie

Faire d’une crise un ami

Par Doug Casey

Nick Giambruno : Doug, vous êtes une sommité mondiale en matière d’investissement en période de crise. Parlez-nous un peu de votre parcours dans ce domaine.

Doug Casey : Après la sortie de mon deuxième livre, Crisis Investing, en 1979, j’ai commencé à publier une newsletter du même nom. J’ai utilisé le symbole chinois de la crise comme logo. Il s’agit en fait d’une combinaison de deux symboles : celui du danger et celui de l’opportunité. Le danger est ce que tout le monde voit ; l’opportunité n’est jamais aussi évidente que le danger, mais elle est toujours là.

Spéculer sur les marchés en crise est le moyen ultime d’être anticonformiste, c’est-à-dire d’acheter quand personne d’autre ne veut acheter.

Il est vrai, en règle générale, que vous voulez “profiter de la tendance”. Mais il arrive toujours un point d’inflexion où les tendances changent parce qu’un marché devient soit fortement surévalué, soit fortement sous-évalué. Et lorsqu’un marché est en baisse de 90 % ou plus, vous devez, par réflexe, l’examiner, quelles que soient les mauvaises nouvelles, et voir si c’est un secteur où vous souhaitez placer des capitaux spéculatifs.

Nick Giambruno : Des fortunes colossales ont été constituées au cours de l’histoire grâce à des investissements de crise. Le baron Rothschild avait-il raison de dire que le moment d’acheter est celui où le sang coule dans les rues ?

Doug Casey : C’est un aphorisme très célèbre, bien sûr. Il est censé avoir été inspiré par la bataille de Waterloo, lorsqu’il a acheté des titres britanniques alors que la situation était incertaine.

Il a pu réussir ce coup parce qu’il s’est assuré d’obtenir l’information sur la victoire de Wellington sur Napoléon un jour avant tout le monde. Il a reconnu que l’Europe traversait une période de crise majeure.

Nick Giambruno : Cela me fait penser aux oligarques russes, qui sont devenus oligarques en premier lieu parce qu’ils ont fait des investissements de crise, c’est-à-dire qu’ils ont acheté lorsque le sang coulait dans les rues et ont récupéré certains des joyaux de l’économie russe pour quelques centimes.

Doug Casey : C’est intéressant avec les oligarques, car en Union soviétique, tout le monde recevait des certificats, qui étaient échangés contre des actions d’entreprises en cours de privatisation. La personne moyenne n’avait aucune idée de ce qu’ils étaient ou de comment les évaluer. Les personnes qui sont devenues des oligarques ont pu les acheter pour quelques centimes, en profitant de l’hystérie publique négative qui a suivi l’effondrement de l’Union soviétique.

C’est donc un thème récurrent – acheter quand le sang coule dans les rues. C’est l’essence même de la spéculation : profiter des distorsions du marché d’origine politique, ou profiter des aberrations de la psychologie de masse.

Je veux dire, tout le monde connaît la vieille expression “acheter bas, vendre haut”. Eh bien, quand les prix sont-ils absolument les plus bas ?

Quand tout le monde a peur de se pencher sur la situation et, comme le disait Rothschild, “quand le sang coule dans les rues”. Donc, c’est non seulement plus intéressant, mais c’est en fait moins risqué, pas plus risqué, car le risque est une question de prix. Et quand les prix sont bas, c’est moins risqué. Vous pouvez donc vous attendre à ce que je recherche des situations comme celle-ci à l’avenir.

Partout dans le monde, quelque part, à presque tout moment, il y a une bulle spéculative super ridicule en cours et, ailleurs, un marché à la baisse au plus bas de l’échelle qui atteint son paroxysme. Donc si vous regardez toutes ces choses, vous pouvez choisir ce qui convient à votre style d’investissement.

Nick Giambruno : Ok, Doug, parlons de certaines des fois où vous avez fait des investissements lorsque le sang coulait vraiment dans les rues.

Qu’en est-il de l’opportunité que vous avez eue d’acheter un château en Rhodésie (aujourd’hui Zimbabwe) ?

Doug Casey : C’était en 1978. Quoi qu’il en soit, j’ai écrit à ce sujet – et les chiffres sont exacts car je les ai réellement notés – dans la première édition de ma newsletter, qui s’appelait à l’époque Crisis Investing.

C’était à l’époque de la guerre. C’était vraiment la phase finale. Pourtant, lorsque vous arriviez dans le pays sur Air Rhodesia, vous deviez baisser les stores la nuit pour ne pas attirer les tirs anti-aériens.

Il y avait toutes sortes de choses qui se passaient. Et, vous savez, j’étais jeune et invulnérable. Je suis allé dans tout le pays, et j’étais le seul touriste, du moins le seul touriste qui n’était pas lourdement armé. J’étais la seule personne partout, des chutes Victoria aux ruines du Grand Zimbabwe. J’ai pris un bus à travers le pays, un petit mini-bus qui était en fait assez effrayant parce qu’ils tiraient sur les gens et tout ça.

Je voulais aller à Umtali, une ville à la frontière du Mozambique qui a été rebaptisée Mutare.

Quoi qu’il en soit, j’y suis allé, et l’endroit ressemblait à un camp militaire sorti de Mad Max, parce qu’il y avait tous ces véhicules blindés de fabrication artisanale qui circulaient.

Tout le monde m’a dit qu’il valait mieux aller voir l’hôtel Leopard Rock. C’est ce que j’ai fait, et c’était fantastique. C’était un château de 12 pièces que des prisonniers de guerre italiens avaient aidé à construire pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il y avait 15 hectares de café et c’était magnifique, avec ces montagnes Bvumba qui surplombent le Mozambique… Il y avait un parcours de golf de neuf trous… Vous savez, tout ce que vous voulez dans un hôtel de villégiature.

J’aurais pu acheter cet endroit avec le linge, l’argenterie, tout pour 85 000 dollars.

Cela aurait fonctionné, car il s’est avéré que je suis retourné au Zimbabwe quelques années plus tard et qu’il venait de changer de mains pour 13,5 millions de dollars. Cela aurait donc été un joli coup.

Nick Giambruno : Parlez-nous de la fois où vous avez investi à Hong Kong pendant la crise chinoise de 1986.

Doug Casey : Cela a très bien fonctionné, en fait.

A cette époque, tout le monde pensait que les Chinois allaient prendre le contrôle de la ville. J’ai pu acheter un appartement penthouse dans un immeuble situé juste au-dessus du Hong Kong Yacht Club. Une vue fantastique sur le port, l’une des meilleures.

À l’époque, les gens m’ont dit que mon appartement en terrasse se vendait moins cher qu’un appartement au rez-de-chaussée, qui serait horrible à vivre avec tout le bruit de la rue. Mais la raison pour laquelle il se vendait si peu cher, c’est qu’ils étaient convaincus qu’il faudrait monter 13 étages à pied lorsque les Chinois prendraient le pouvoir, car ils ne répareraient pas les ascenseurs. Enfin, c’est comme ça que les choses fonctionnent.

J’ai acheté cet appartement pour quelque chose comme 40 000 dollars. C’est dire à quel point Hong Kong était bon marché à l’époque. Il m’a coûté 40 000 $ de plus, si je me souviens bien, pour le vider, le remeubler et le rendre très agréable.

Il y a quelques années, mon avocat m’a appelé et m’a parlé d’un appartement situé à l’étage inférieur de mon immeuble qui s’était vendu pour une somme ridicule.

Je lui ai dit : “Mettez-le sur le marché et faisons une offre demain matin.” Donc je pense que j’ai vendu cet endroit pour environ 1,2 millions de dollars. 80 000 $ à 1,2 million de dollars, un énorme retour sur investissement. En fait, j’ai été payé pour vivre là.

Et c’était un parfait exemple d’achat quand les gens avaient peur de Hong Kong. Ils avaient peur que les Chinois punissent les habitants de Hong Kong. Donc personne ne voulait être à Hong Kong, et en fait c’était le meilleur moment pour être à Hong Kong parce que c’était tellement bon marché.

Nick Giambruno : Merci pour ces histoires passionnantes, Doug.

Source (anglais) : https://internationalman.com/articles/doug-casey-on-making-a-crisis-your-friend/

guest
3 Commentaires
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Alex
Alex
25 April 2022 2:36 pm

Je ne vais pas me lancer dans une analyse vaine de texte, sinon deux choses;
1: Une des premières et brillantes saillies ci-dessus : “Spéculer sur les marchés en crise est le moyen ultime d’être anticonformiste, c’est-à-dire d’acheter quand personne d’autre ne veut acheter.”

C’est le contraire, c’est l’ultime conformisme que celui d’investir ici, ou “shorter” là c’est-à-dire tout simplement se conformer au système.
Bête comme chou. Oui oui, une Porsche à la clé, je ne dis pas le contraire, mais ce n’est pas mon propos.
Tout le monde connait la technique, et l’eau chaude, aussi.
Non, il me semble que l’anti-conformisme consisterait plutôt à vomir ce capitalisme en l’état, c’est-à-dire sous sa forme actuelle depuis à peu près trois siècles.
Un carnaval cauchemardesque qui nous a gaiement mené où nous sommes aujourd’hui : nulle part, ou disons dans la tête de ce taré (Douggy Dog).

2: Plaçons une autre anecdote (fictive?), pour rire.
Il y a dix ans j’ai vendu ma femme au moment de son virage “34 ans”. Deux années de plus et je perdais au change.
Enfin j’ai fait une affaire, et depuis je me suis lancé dans les fœtus à un moment clé où les gens étaient encore un peu… frileux.
Pffh…Les cons!

Bref…. Jackpot!

anonyme
anonyme
30 March 2022 6:29 pm

un physician critique les injections
http://stateofthenation.co/?p=110741

des machines pour vous injecter l’ARNm à la place des médecins
http://stateofthenation.co/?p=110767

CAS SANDRO
CAS SANDRO
26 March 2022 3:09 pm

autre lieu…AUTRE TEMPS ( à méditer )
et pas qu1 peu !..
” il est l’or Monseigneur …” = (réplique d’un célèbre film avec Y Montant )

La Suisse a offert à Klaus Schwab le statut d’Organisation internationale. Une révolution antidémocratique.

ajax-loader
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x