Category: Tech

La 5G serait nocive pour les cafards

C’est bien connu : éradiquer les cafards d’un immeuble est une tâche ardue. C’est qu’ils possèdent des caractéristiques qui les rendent extrêmement résistants.

Le cafard est capable de résister à des quantités modérées de radiations et de survivre à environ 300 mètres de l’endroit où la bombe d’Hiroshima a explosé. Cependant, les armes modernes sont beaucoup plus puissantes que la “petite bombe d’Hiroshima”, donc moins de cafards survivraient aux armes nucléaires d’aujourd’hui.
Selon une étude, 10% des cafards ont survécu à leurs tests pour un niveau de 10.000 rads de rayonnement. La “petite” bombe d’Hiroshima a dégagé environ 10.000 rads, il est donc possible que les cafards survivent mais seulement s’ils sont suffisamment loin de l’épicentre du rayonnement.
En revanche, un être humain exposé à 10.000 rads subirait un coma instantané et assez rapidement la mort. La capacité des cafards à survivre est en raison de leur faible taux de croissance. Leurs cellules se reproduisent seulement toutes les 48 heures donc le risque de mutation est moindre.

Et si on testait la 5G sur eux ?

Source : https://www.youtube.com/watch?v=HGB_t7kDQhE

L’Allemagne se prépare au rationnement de l’électricité pour stabiliser le réseau d’énergie verte

L’Allemagne cherche maintenant à rationner son approvisionnement en électricité pour stabiliser son réseau d’énergie verte. Le pays européen a réfléchi à cette mesure dans un contexte de pannes d’électricité imminentes dues à l’instabilité de son approvisionnement en énergie.

Les problèmes énergétiques du pays ont également menacé la stabilité du grand réseau de l’Union européenne.

L’Allemagne disposait autrefois de l’un des réseaux électriques les plus stables et les plus fiables du monde lorsque la production d’électricité était entre les mains d’ingénieurs et d’experts. Cependant, la montée de l’alarmisme climatique dans les années 1990 a permis aux militants et à leurs alliés politiques de faire pression en faveur de l'”énergie verte”. Les fluctuations et les intermittences de l’approvisionnement en énergie pouvaient être facilement gérées à faible coût, ont-ils insisté.

Leurs efforts ont conduit à l’adoption de la loi sur les sources d’énergie renouvelables (EEG) en 2000. Il s’est avéré que l’efficacité de la loi sur les sources d’énergie renouvelables a causé plus de tort que de bien à l’approvisionnement en électricité de l’Allemagne. Celle-ci a actuellement les prix de l’électricité les plus élevés au monde, ce qui l’oblige à dépendre davantage des importations. En outre, elle n’a jamais réussi à atteindre ses objectifs en matière d’émissions.

Ironiquement, le parlement allemand a abordé ces questions en s’appuyant encore plus sur l’énergie verte. Il a ordonné la fermeture des centrales au charbon et des centrales nucléaires, plus stables et plus productives. Les politiciens du pays ont également adopté des lois visant à limiter la quantité d’énergie consommée par les entreprises et les particuliers.

Le ministre allemand des affaires économiques propose une loi limitant la puissance des stations de recharge pour véhicules électriques

Le magazine Tichys Einblick a rapporté que le ministre fédéral allemand de l’économie et de l’énergie, Peter Altmaier, a proposé une loi permettant le “lissage des pics” pour les fournisseurs d’énergie. La loi d’Altmaier sur le lissage des pointes permet aux services publics de “couper temporairement l’alimentation de charge des voitures électroniques” lorsque l’électricité disponible est insuffisante. Les compagnies d’électricité ont demandé des lois similaires à celles proposées par le ministre de l’énergie, étant donné l’instabilité des sources d’énergie éolienne et solaire.

Le projet de loi de M. Altmaier indiquait que les “installations à consommation contrôlable” pourraient voir leur alimentation électrique coupée jusqu’à deux heures par jour. Ces installations, qui comprennent des stations de recharge et des pompes à chaleur, pourraient être entièrement déconnectées du courant s’il y avait une menace de surcharge du réseau. La proposition a depuis lors été rappelée au moment de la rédaction du présent document.

Toutefois, le pays a annoncé qu’il allait faire un grand pas en avant dans le domaine de la mobilité électrique – avec une vaste expansion prévue dans le futur. L’Allemagne ne dispose que de 33 000 stations de recharge électrique desservant 50 millions de véhicules. L’augmentation prévue du nombre de voitures électriques ne servira qu’à soutenir la demande de pointe en électricité.

En parlant de la question du réseau électrique allemand, Tichys Einblick a fait remarquer : “La situation dans les réseaux électriques est devenue trop critique. La seule chose qui aide, ce sont les idées abstruses comme : “Vous n’êtes pas autorisé à recharger votre voiture de 10 heures à 20 heures tous les jours !

Compter sur une énergie 100 % verte est une bonne chose en théorie, mais une mauvaise chose en pratique

Selon Tichys Einblick, un certain nombre d’industries sont en train de bénéficier d’efforts de “lissage des pointes” depuis quelque temps déjà. Les entrepôts frigorifiques et les fonderies d’aluminium doivent supporter d’être déconnectés de leur alimentation électrique pendant des périodes limitées. Cependant, la publication a noté : “C’est un jeu dangereux [pour les fonderies d’aluminium] car après trois heures, le métal fondu s’est solidifié et l’usine est ruinée.”

Tichys Einblick a poursuivi : “Le gouvernement allemand a reconnu que dans le futur système électrique, il ne sera plus possible de satisfaire toutes les demandes à tout moment. Par conséquent, le contrôle du côté des consommateurs doit être mis sur des bases légales”.

Le magazine a insinué que les pannes d’électricité seraient un phénomène quotidien. “Les consommateurs contrôlables tels que les pompes à chaleur, les chauffages électriques et les boîtiers muraux, c’est-à-dire les stations de recharge pour les téléphones portables, seraient coupés à des moments variables”, a-t-il déclaré.

Il n’est pas nécessaire de regarder de l’autre côté de l’océan Atlantique pour voir le problème que pose le recours aux énergies renouvelables. En juillet 2018, l’État de Californie a demandé à ses habitants de limiter leur consommation d’électricité pendant les heures de pointe. Cet appel est intervenu alors qu’un “dôme de chaleur” s’installait dans le sud-ouest du pays, ce qui a incité davantage de Californiens à utiliser leurs climatiseurs. Deux mois auparavant, la North American Reliable Energy Corporation (NERC) avait averti que l’État était confronté à “un risque important de rencontrer des conditions d’exploitation qui pourraient entraîner un manque de réserves de fonctionnement”.

La dépendance de la Californie à l’égard de l’énergie éolienne et solaire lui a donné un avantage sur la lutte contre le “réchauffement climatique” – au prix d’une alimentation électrique ne répondant pas à la demande.

Sources:
TichysEinblick
NoTricksZone.com
DailyCaller.com
LATimes.com
NaturalNews
Traduction par https://cv19.fr

Danger de la 5G : 13 raisons pour lesquelles la technologie sans fil 5G risque d’être un désastre pour l’humanité

La 5G (5e génération) est maintenant activement déployée dans de nombreuses villes du monde. En même temps, alors que la prise de conscience de ses terribles conséquences sur la santé et la vie privée augmente, de nombreux territoires décrètent des moratoires ou des interdictions, comme la Belgique, la ville de Vaud (Suisse) et San Francisco (États-Unis). Les radiofréquences (RF) et les champs électromagnétiques (REM) sont de plus en plus reconnues comme de nouveaux types de pollution. Voici 13 raisons qui exposent le danger de la 5G, qui pourrait se transformer en une véritable catastrophe pour la santé et la vie privée.

  1. Détournement des glandes sudoripares

Le réseau 5G utilise et diffuse des fréquences qui affectent nos glandes sudoripares, qui fonctionnent comme des petites antennes. En d’autres termes, notre plus grand organe, la peau, peut être influencé et manipulé par le réseau 5G.
Un groupe de scientifiques en Israël a découvert que les glandes sudoripares humaines agissent comme de minuscules antennes et pourraient en principe être utilisées pour surveiller à distance les émotions d’une personne. En effet, l’émission de ces glandes, qui se situe dans la gamme des sub-terahertz, varie en fonction du niveau de sueur.

Comme indiqué dans ce rapport, l’article 5G et IoT : Total Technological Control Grid Being Rolled Out Fast, le scientifique Dr. Ben-Ishai a aussi exposé la connexion entre la 5G et les glandes sudoripares de notre corps dans cette vidéo :

Les fréquences 5G nous bombarderont de longueurs d’onde qui interagiront avec la structure géométrique de notre peau … Nous avons découvert que les canaux sudoripares fonctionnent comme des antennes hélicoïdales … le canal sudoral fait partie intégrante du mécanisme d’absorption de l’énergie, électromagnétique, entre 75 et 100 GHz, et que si vous modifiez le caractère du canal sudoral, c’est-à-dire si vous le faites fonctionner, vous pouvez en fait changer cette absorption à un moment donné, et si vous pouvez le faire, vous pouvez déterminer si une personne est stressée.

2. La 5G amplifie les dommages causés par les rayonnements électromagnétiques (REM) via les Canaux calciques dépendants du voltage (CCDV)

Le Dr Martin Pall, scientifique spécialisé dans les rayonnements sans fil et les REM, a mené des recherches révolutionnaires en expliquant exactement comment les REM provoquent un vieillissement prématuré et des lésions du corps humain, notamment des dommages sur la fertilité, le cerveau, le cœur et même l’ADN ! Il a été le premier à montrer comment les REM activent les CCDV (Canaux calciques dépendants du voltage) du corps, ce qui leur permet de libérer l’excès d’ions calcium dans la cellule. Cela conduit ensuite à l’oxyde nitrique (NO) et au superoxyde qui réagissent presque instantanément pour former du peroxynitrite et des radicaux libres. De nombreuses études comme celle-ci montrent que le peroxynitrite endommage l’ADN. Le Dr. Pall a déclaré sans équivoque que “le déploiement de la 5G est absolument fou”.

3. Les ondes pulsées sont beaucoup plus dangereuses que les ondes continues

Une caractéristique importante et unique des compteurs intelligents est qu’ils émettent un rayonnement à ondes pulsées et non à ondes continues. En d’autres termes, ils fonctionnent par cycles de démarrage et d’arrêt, émettant une salve de REM puis devenant temporairement inactifs. Cela se produit un nombre incroyablement élevé de fois par jour ; des documents judiciaires avec des témoignages de sociétés de services publics (comme Pacific Gas and Electric Company of California) révèlent que les compteurs intelligents envoient des ondes pulsées entre 9 600 et 190 000 fois par jour !

Dans cette vidéo de 2018, le Dr Pall déclare qu’il existe 13 études qui montrent que les REM à ondes pulsées sont plus actifs (et dangereux) que les REM à ondes continues. Vous pouvez lire les preuves ici.

4. La 5G favorise une pénétration profonde des REM

La principale raison pour laquelle les téléphones portables sont plus dangereux pour les enfants que pour les adultes (outre le fait que l’absorption des radiations est cumulative sur toute une vie) est due à la pénétration des REM.

Le Dr Pall écrit :

“L’industrie a également fait valoir que les REM à micro-ondes plus conventionnels sont limités en fait à la partie extérieure du corps (1 cm). Nous savons que ce n’est pas vrai, cependant, en raison des effets au fond du cerveau humain, sur le cœur et sur les systèmes hormonaux. Les deux études les plus importantes démontrant les effets au plus profond du corps sont peut-être celles du professeur Hässig et de ses collègues en Suisse sur la formation de cataractes chez les veaux nouveau-nés. Ces deux études montrent clairement que lorsque des vaches gestantes pâturent à proximité de stations de base de téléphonie mobile (également appelées tours de téléphonie cellulaire), les veaux naissent avec une incidence très fortement accrue de cataractes”.

Hässig écrit dans son étude de 2009 :

“Sur 253 veaux, 79 (32 %) avaient des cataractes nucléaires à divers degrés, mais seulement 9 (3,6 %) avaient une cataracte nucléaire grave. Les résultats démontrent une relation entre l’emplacement des veaux atteints de cataracte nucléaire au cours du premier trimestre de gestation et la puissance des antennes. Le nombre d’antennes dans un rayon de 100 à 199 mètres a été associé au stress oxydatif et il y avait une association entre le stress oxydatif et la distance à la station de base de téléphonie mobile la plus proche”.

5. La 5G est un système d’armement déguisé en commodité pour le consommateur

Mark Steele s’est prononcé très ouvertement contre la 5G et a maintenant été largement interviewé, notamment par Project Camelot et aussi par Sacha Stone dans son documentaire 5G Apocalypse : The Extinction Event. Steele affirme que bien que de nombreux rapports affirment que la 5G fonctionne dans la gamme 24-100 GHz, elle est en fait sub-gigahertz (c’est-à-dire sous le seuil des GHz, donc toujours mesurée en MHz). Il affirme que la 5G est un système d’armes comme le radar à longue portée, le radar à réseau phasé et l’énergie dirigée. Il affirme que lorsque vous examinez le dispositif 5G, il est doté d’une lentille diélectrique. Mark explique que la 5G est assez puissante pour tuer des bébés dans l’utérus. Il déclare :

“La 5G est un système d’armes, ni plus, ni moins. Elle n’a rien à voir avec les télécommunications pour les humains. La 5G est une connexion de machine à machine pour des véhicules autonomes”.

L’armée de l’air déploie une arme anti-drone de grande puissance en Afrique

Les pompiers de Los Angeles développent des troubles après avoir été trop près des tours

Dans cette vidéo, un pompier de Los Angeles, qui a 25 ans d’ancienneté, compare les tours de téléphonie cellulaire à des cigarettes. Il appelle à l’arrêt des stations de base de téléphonie cellulaire/mobile construites sur ou à proximité des casernes de pompiers. Les pompiers ne sont pas les seuls à en subir les effets ; il a été rapporté que des centaines d’oiseaux sont tombés du ciel aux Pays-Bas lors d’un test 5G.

6. Mêmes fréquences que celles utilisées pour la dispersion des foules

La 5G peut utiliser des fréquences d’ondes millimétriques, appelées ainsi parce que les fréquences sont très élevées (dans la gamme 24-100 GHz). Comme 1 GHz = 1000 MHz. Les distances se mesurent en millimètres, d’où le terme d’onde millimétrique. Ce sont exactement les mêmes fréquences que celles utilisées par les militaires pour leurs armes non létales telles que les systèmes de déni actif pour la dispersion des foules. Ces armes ont la capacité de causer d’énormes blessures. Le Dr. Paul Ben-Ishai a déclaré : “Si vous avez la malchance de vous trouver là quand elle vous frappe, vous aurez l’impression que votre corps est en feu.”

7. Mutagène (causant des dommages à l’ADN) et cancérigène (causant le cancer)

Les fréquences d’ondes millimétriques de la 5G provoquent des lésions de l’ADN mitochondrial – qui sont ensuite transmises de génération en génération. La 5G est mutagène. Ces mutations sont héritées par la génération suivante ! Cela a de graves implications pour la stabilité génétique. Combien de personnes pensent à cela lorsqu’elles ne peuvent pas s’empêcher de regarder leur écran ? Ce site web répertorie de nombreuses études montrant les dommages mitochondriaux qui surviennent après une exposition aux rayonnements électromagnétiques.

La mutagenèse s’accompagne généralement d’une cancérogenèse. En d’autres termes, une fois qu’un élément est suffisamment puissant et dangereux pour causer des dommages à l’ADN, il y a de fortes chances qu’il conduise au cancer. Mark Steele affirme que le 5G est un carcinogène de classe 1, bien que l’OMS (Organisation mondiale de la santé) classe très prudemment les tours de téléphonie mobile dans la classe 2b des carcinogènes possibles.

Le 5G est lancé à la hâte sans que les tests de sécurité appropriés aient été effectués, nous n’avons donc pas beaucoup de données sur la manière dont la 5G provoque spécifiquement le cancer, mais il existe une abondance de preuves montrant comment les REM 2G, 3G et 4G sont impliqués dans de nombreux types de cancer, y compris le cancer du cerveau. Ce site web présente une bonne collection des nombreuses études réalisées.

8. Densification progressive des réseaux

La 5G nécessite beaucoup plus d’émetteurs que les générations précédentes. Il s’agit d’un plan de création massive d’infrastructures, avec des stations, des tours et des bases prévues pour être placées presque partout, y compris au cœur des quartiers résidentiels. Les effets de ce type de densification pourraient être désastreux.

La 5G est assez puissante pour cartographier en 3D l’intérieur de votre maison et d’autres bâtiments. Mark Steele met plus particulièrement en avant la fréquence de 868 MHz, utilisée auparavant pour les enquêtes sur les champs de bataille et qui peut se déplacer facilement dans les briques et le béton. Il affirme que cette fréquence permet d’identifier des personnes spécifiques.

L’infrastructure 5G consistera en de petites antennes à réseau phasé qui tireront des radiations sur leurs cibles comme une balle. Les rayons de micro-ondes qu’elles produisent seront suffisamment puissants pour traverser les murs et les corps humains. Nous serons couverts par cette infrastructure 24/7/365, et pire encore, la zone de couverture devrait être plus large que l’actuelle 4G, pour finalement englober chaque centimètre carré de la Terre.

9. Tuer tous les insectes ?

Les insectes, les oiseaux et les enfants sont les plus vulnérables à la 5G en raison de leur taille. Claire Edwards est une ancienne éditrice de l’ONU qui a porté le problème des REM/5G à l’attention du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Elle l’a déclaré lors d’un discours de ralliement anti-5G à Stockholm :

“Il est intéressant de noter qu’au cours des 20 dernières années, nous avons perdu 80% de nos insectes. Et si nous adoptons le 5G, nous allons perdre 100 % de nos insectes. Quand les insectes partent, nous partons aussi”.

Les insectes et la 5G ont tous deux besoin d’antennes : les insectes les utilisent, entre autres, dans leur sens de l’odorat, tandis que la 5G les utilise pour propager des ondes. Il n’est pas surprenant que les insectes soient sensibles aux ondes électromagnétiques 5G ; cette étude récente a montré que les insectes exposés aux radiations 5G connaissaient une augmentation de leur température corporelle.

“Des études ont montré que les fréquences utilisées par la 5G augmentent la température corporelle des insectes. Ce phénomène n’a pas été observé avec la 4G ou le WiFi”.

Entre-temps, l’étude “Exposition des insectes aux champs électromagnétiques de radiofréquences de 2 à 120 GHz” conclut :

“Les futures longueurs d’onde des champs électromagnétiques utilisés pour les systèmes de télécommunication sans fil diminueront et deviendront comparables à la taille des insectes et, par conséquent, l’absorption des RF-REM par les insectes devrait augmenter”.

10. 5G basée dans l’espace

La 5G devrait être un réseau incontournable – avec des projets de transmission depuis l’espace ! Ceci est lié à l’agenda de Space Fence. L’organisation International Appeal Stop 5G on Earth and in Space écrit :

“Au moins cinq entreprises proposent de fournir la 5G depuis l’espace à partir de 20 000 satellites en orbite basse et moyenne qui couvriront la Terre de puissants faisceaux focalisés et orientables. Chaque satellite émettra des ondes millimétriques d’une puissance effective pouvant atteindre 5 millions de watts à partir de milliers d’antennes disposées en réseau phasé”.

https://www.starlink.com/

11. Re-Radiation à l’intérieur du corps

En 2002, le chercheur Arthur Firstenberg a publié une analyse de la 5G bien avant que cette technologie ne soit approuvée. Il a expliqué comment, les impulsions électromagnétiques 5G étant extrêmement courtes et délivrées en rafales, elles se répliquent en fait à l’intérieur du corps – et finissent par créer de minuscules nouvelles antennes 5G en interne. M. Firstenberg a écrit :

“… lorsque des impulsions électromagnétiques extrêmement courtes entrent dans le corps, il se passe autre chose : les charges en mouvement deviennent elles-mêmes de petites antennes qui ré-émettent le champ électromagnétique et l’envoient plus profondément dans le corps …”

“Ces ondes re-radiées sont appelées précurseurs de Brillouin … Elles deviennent significatives lorsque la puissance ou la phase de l’onde change assez rapidement … Cela signifie que l’assurance qu’on nous donne – que ces ondes millimétriques sont trop courtes pour pénétrer loin dans le corps – n’est pas vraie.”

Cela fait écho à une remarque précédente, à savoir que la pénétration des ondes 5G est un grave danger.

12. Les compagnies d’assurance refusent de couvrir les grandes entreprises de téléphonie mobile. Que savent-ils ?

Les compagnies d’assurance (dont la plus célèbre est la Lloyds de Londres) ont fait la une des journaux en refusant d’assurer Big Wireless (le conglomérat des entreprises de télécommunications) contre les maladies et les réclamations liées au wi-fi et à la 5G :

“Eh bien, le rapport de l’équipe d’évaluation des risques de la Lloyd’s de novembre 2010 nous donne un indice solide : le rapport compare ces technologies sans fil à l’amiante, dans la mesure où les premières recherches sur l’amiante n’étaient “pas concluantes” et où ce n’est que plus tard qu’il est devenu évident pour quiconque y prête attention que l’amiante provoque le cancer. N’oubliez pas que l’étude de Lloyd’s sur l’évaluation des risques de la wi-fi a été publiée il y a plus de 8 [maintenant 9 – Ed.] ans. Cependant, même à l’époque, leur équipe d’évaluation des risques a été assez intelligente pour réaliser que de nouvelles preuves pourraient émerger montrant que les différentes fréquences wi-fi provoquent des maladies”.

13. Le réseau 5G fait partie d’un programme plus vaste de commandement, contrôle, surveillance et intelligence artificielle (IA)

La 5G est qualitativement et quantitativement différente de la 4G. Il s’agit de bien plus que d’une simple étape supplémentaire par rapport à la 4G. Non seulement la 5G émettra des dizaines, voire des centaines de fois plus de radiations que la 4G, mais l’introduction de la technologie des ondes millimétriques signifie une toute nouvelle série de risques. L’histoire se répète. Tout comme il a fallu un certain temps à la science pour atteindre le tabagisme et la cigarette, et tout comme il a fallu un certain temps à la science pour atteindre la monstruosité des OGM (aujourd’hui rebaptisés aliments issus du génie biologique), la science rattrapera la 5G. En attendant, vous pouvez vous attendre à ce que toutes sortes d’arguments scientifiques de pacotille soient avancés pour la justifier, y compris des déformations et des distractions comme le fait de se concentrer uniquement sur les effets thermiques du sans fil (et d’ignorer les preuves d’effets non thermiques dangereux).

En fin de compte, la 5G fait partie du programme visant à mettre en place une gigantesque et incontournable plateforme de commande et de contrôle qui élimine toute vie privée et permet aux opérateurs de surveiller chaque personne sur la planète en permanence.

Sources:

https://www.globalresearch.ca/5g-danger-13-reasons-5g-wireless-technology-will-be-a-catastrophe-for-humanity/5680503

*http://freedom-articles.toolsforfreedom.com/5g-iot-technological-control-grid/

*https://www.youtube.com/watch?v=VuVtGldYXK4

*https://www.youtube.com/watch?v=kBsUWbUB6PE

*https://www.emfacts.com/2018/08/martin-palls-book-on-5g-is-available-online/

*http://emfsafetynetwork.org/wp-content/uploads/2011/11/PGERFDataOpt-outalternatives_11-1-11-3pm.pdf

*https://www.youtube.com/watch?v=kBsUWbUB6PE

*https://s3.amazonaws.com/nghl-ntge/pall-to-eu-on-5g-harm-march-2018.pdf

*https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19780007

*https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4712174/

*https://www.youtube.com/watch?v=ol3tAxnNccY

*https://everydayconcerned.net/2019/02/15/5g-is-a-weapons-system-nothing-more-nothing-less-technical-weapons-expert-mark-steele-issues-wake-up-call-to-all-uk-residents-on-5g-led-street-lights-rollout-in-gateshead/

*https://www.youtube.com/watch?v=s-x_xv6dg9E

*https://thetruthrevolution.net/hundreds-of-birds-fall-from-the-sky-during-5g-test-in-the-netherlands

*https://jnlwp.defense.gov/About/Frequently-Asked-Questions/Active-Denial-System-FAQs/

*https://mdsafetech.org/mitochondrial-effects/

*https://www.powerwatch.org.uk/health/braintumours.asp

*https://www.youtube.com/watch?v=Hayxz_GEha8 (stockholm)

*http://emrabc.ca/?p=15174

*https://www.nature.com/articles/s41598-018-22271-3

*http://freedom-articles.toolsforfreedom.com/space-fence-surveillance-transhumanism/

*https://www.5gspaceappeal.org/the-appeal

*https://www.cellphonetaskforce.org/5g-from-blankets-to-bullets/

*https://principia-scientific.org/lloyds-insurers-refuse-to-cover-5g-wi-fi-illnesses/

Traduction par https://cv19.fr

De l’Internet des objets à l’Internet du corps

Par B.N. Frank

Les experts de la protection de la vie privée et de la sécurité mettent en garde contre la technologie de l’Internet des objets (en anglais (the) Internet of Things ou IoT) depuis de nombreuses années et continuent à le faire (voir 1, 2, 3, 4). La technologie de l’internet du corps (en anglais (the) Internet of Bodies ou IoB) relève de l’IoT et n’est actuellement pas réglementée.

http://www3.weforum.org/docs/WEF_IoB_briefing_paper_2020.pdf Archive

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec ce que l’IoT implique, une excellente description est fournie sur le site web Whatis5G.Info :

L’Internet des objets (IoT), tel qu’il est commercialisé et vendu au public, est une vision qui consiste à connecter toutes les “choses” possibles à l’Internet – toutes les machines, appareils, objets, dispositifs, animaux, insectes et même notre cerveau. En outre, L’IoT inclura l’intelligence artificielle (IA), la réalité augmentée (RA), la réalité virtuelle (RV), les robots, les humains micropucés et les humains augmentés (humains avec une certaine forme de technologie implantée ou intégrée dans leur biologie pour “améliorer” les caractéristiques ou les capacités humaines). Les capteurs et les caméras de surveillance de l’IoT vont également être utilisés dans nos communautés. Les nouveaux systèmes cyberphysiques IoT rendront tous les objets “intelligents”, c’est-à-dire connectés au Cloud, permettant ainsi des communications omniprésentes de machine à machine (M2M) et la collecte massive de données, et nous laissant ouverts à des cyber-attaques dévastatrices.

En novembre, Activist Post a fait état d’un article de droit qui a révélé des problèmes juridiques et sociaux liés à la fois à la technologie IoB et IoT. D’autres détails et images effrayants ont été fournis dans un article publié par Truth UnMuted :

L’internet du corps (IoB) et le piratage de votre ADN

Comment des dispositifs implantables connecteront votre corps à l’internet
Rapport sur l’Internet du Corps par la corporation RAND

L’ère de l’Internet des objets (IoT), et bientôt celle de l’Internet du corps (IoB), est maintenant arrivée.

La RAND Corporation, le groupe de réflexion à l’origine de certaines des idées et technologies les plus influentes et les plus effrayantes du monde, a publié un rapport intitulé “L’Internet du corps : Opportunités, risques et gouvernance“.

Vous devriez vous méfier de tout rapport publié par la RAND Corporation. Alex Abella, auteur de Soldiers of Reason : The RAND Corporation and the Rise of American Empire, explique pourquoi :

RAND était, et est toujours, l’organisation incontournable des institutions. Tout au long de son histoire, RAND a été au cœur de cette imbrication de la concupiscence du Pentagone et de la rapacité financière que le président Eisenhower a voulu appeler le complexe militaro-industriel-législatif. RAND a littéralement remodelé le monde moderne – et très peu le savent.

Dans ces conditions, la publication de ce nouveau rapport est très inquiétante.

Qu’est-ce que l’Internet du corps (IoB) ?

RAND définit l’IoB comme “une industrie croissante de dispositifs qui surveillent le corps humain, collectent des informations sur la santé et d’autres informations personnelles, et transmettent ces données sur Internet”. Pour être considérée comme un dispositif IoB, la technologie doit

  • contenir un logiciel ou des capacités informatiques
  • être capable de communiquer avec un appareil ou un réseau connecté à Internet

Un dispositif IoB doit également satisfaire à l’une des conditions suivantes, ou aux deux :

  • collecter des données de santé ou biométriques générées par la personne
  • être capable de modifier la fonction du corps humain

La technologie que Hollywood a présentée au fil des années dans les fantasmes dystopiques de science-fiction est maintenant une réalité. Dans un avenir très proche, les seigneurs technocrates du monde scientifique, de la santé, de la finance et de la Big Tech souhaitent que l’humanité passe d’appareils portables à des appareils intégrés dans notre corps.

Comment l’IoB recoupe l’IoT

Les dispositifs IoT tels que les compteurs intelligents (Linky), les montres intelligentes, les assistants virtuels et les voitures à conduite autonome se connectent directement à l’internet ou via un réseau local. À mesure que les dispositifs IoT se généralisent, les experts prévoient que l’acceptation et le désir de disposer de dispositifs IoB vont également augmenter. C’est ce que prévoit le rapport RAND :

D’ici 2025, il y aura plus de 41 milliards de dispositifs IoT actifs, générant 2,5 quintillions d’octets de données par jour sur l’environnement, les transports, la géolocalisation, l’alimentation, l’exercice, la biométrie, les interactions sociales et la vie quotidienne. Cette explosion des dispositifs IoT va renforcer la popularité des dispositifs IoB.

Produits IoB en cours d’utilisation ou de développement

La figure 1 du rapport RAND montre à quel point la technologie IoB peut devenir invasive et envahissante. Lorsqu’elle est totalement déployée, aucune partie du corps humain n’échappe à ses interférences. Ils prévoient même de connecter nos toilettes à Internet où ils surveilleront nos excréments grâce à la technologie BioBot afin de déterminer ce que nous mangeons, les médicaments que nous pouvons prendre et d’analyser notre matériel génétique !

Voici quelques exemples de la technologie actuellement en cours de développement :

  • Lentilles de contact à réalité augmentée
  • Appareils de lecture et d’écriture pour le cerveau
  • Capteurs implantés dans le corps
  • Vêtements avec capteurs
  • Micropuces implantables (RFID et NFC)
  • Capteurs mentaux et émotionnels
  • Pancréas artificiel
  • Couche-culotte connectée par Bluetooth

Même les bébés ne pourront pas échapper à ce cauchemar où chaque fonction corporelle est constamment suivie et contrôlée. Ce qui est triste, c’est que beaucoup de gens accueilleront favorablement ces technologies intrusives parce qu’elles sont pratiques et font gagner du temps. Cependant, échanger la souveraineté corporelle contre la commodité n’est jamais une transaction équitable. Il profite presque toujours à ceux qui souhaitent avoir plus de contrôle sur notre vie. En adoptant les progrès technologiques, les humains consentent à permettre aux technocrates de dicter toutes les facettes de la vie. Bientôt, les médecins pourront savoir si vous prenez les médicaments qui vous ont été prescrits de manière appropriée, et disposeront d’outils pour vous signaler si vous ne les prenez pas. Des pilules numériques seront utilisées pour enregistrer votre conformité médicale, selon les signaux du rapport RAND :

Lire l’article complet


Comme indiqué dans l’article, la technologie IoB nécessite un rayonnement sans fil (WiFi), 5G et autres champs électromagnétiques (alias “électrosmog“) pour fonctionner. Toutes ces sources sont biologiquement nocives. Il y a donc aussi ce problème.

Source : https://www.activistpost.com/2021/01/more-concerns-and-details-about-how-the-internet-of-bodies-iob-will-literally-connect-you-to-the-internet.html Traduction : https://cv19.fr

Des archives de 4 000 documents révèlent que le gouvernement connaissait depuis des décennies l’impact des technologies sans fil sur la santé

Le chercheur Zorach Glaser, Ph.D., a passé des décennies à archiver des études qui examinent le lien entre certains problèmes de santé et l’exposition aux micro-ondes et aux radiofréquences. Les chercheurs et le public sont maintenant invités à participer à l’examen des documents de Glaser.

Zorach (Zory) Glaser Ph.D., LT, MSC, USNR, est l’un des scientifiques les plus influents à avoir étudié l’impact de la technologie sans fil sur la santé humaine. Sa carrière de chercheur scientifique au sein du gouvernement s’étend sur plusieurs décennies, au sein de la marine américaine, du service de santé publique américain, de l’Institut national pour la sécurité et la santé au travail (NIOSH) et du Bureau de la santé radiologique de la Food and Drug Administration américaine.

Les vastes archives de Glaser, qui comptent près de 4 000 documents, maintenant accessibles au public, prouvent clairement que les effets néfastes du sans fil étaient connus bien avant la commercialisation des téléphones portables et de la technologie sans fil au début des années 1980.

Les documents d’archives révèlent que le gouvernement américain, en particulier l’armée, connaissait depuis des décennies les dommages que la technologie sans fil peut causer sur la santé humaine. Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’armée américaine a commencé à utiliser des radars, et l’utilisation des systèmes de radiotélécommunications s’est développée.

Les soldats travaillant avec ces systèmes, qui utilisent des fréquences radio et micro-ondes – les mêmes fréquences que celles utilisées pour les appareils sans fil tels que les téléphones portables et le Wi-Fi – ont commencé à se plaindre des effets néfastes sur la santé de l’exposition aux radiations émises par ces systèmes.

À l’époque, la maladie dont souffraient ces soldats était appelée “maladie des radiations / maladie des micro-ondes”.

Glaser a été chargé par le Centre de recherche médicale de la marine américaine d’enquêter. Il a passé environ une décennie à rassembler toutes les études menées aux États-Unis et à l’étranger montrant que les radiations émises par les fréquences radio (RF) et les micro-ondes peuvent avoir des effets néfastes sur la santé.

Le rapport du Dr Glaser, “Bibliography of Reported Biological Phenomena (“Effects”) and Clinical Manifestations Attributed to Microwave and Radio-Frequency Radiation”, a été publié en 1971. Le rapport fait référence à plus de 2 300 études montrant de multiples réactions biologiques négatives aux rayonnements de radiofréquences et de micro-ondes.

Les pages 5 à 12 de la bibliographie du rapport énumèrent ces effets néfastes, notamment les dommages aux organes vitaux et autres tissus et au système nerveux central, les effets physiologiques et psychologiques, les troubles sanguins et vasculaires, les troubles métaboliques et gastro-intestinaux, ainsi que les modifications endocriniennes et histologiques.

Le rapport actualisé de Glaser de 1976 comprend 3 700 études qui confirment les plaintes des soldats.

À l’époque, seuls les militaires étaient exposés à des niveaux élevés de micro-ondes et de radiations et souffraient de maladies dues aux micro-ondes et aux radiations.

Mais aujourd’hui, toute la population est exposée à des niveaux de radiation qui sont des millions et parfois des milliards de fois plus élevés qu’ils ne l’étaient lorsque Glaser a commencé son travail il y a quelques décennies.

Les symptômes de l’effet des rayonnements électromagnétiques dont souffrait alors le personnel militaire sont maintenant largement répandus parmi le nombre croissant de personnes de la population générale qui sont exposées à cette pollution par l’électrosmog provenant des appareils sans fil. On estime que cette maladie, également appelée électro-sensibilité, touche 10 % de la population générale.

Les études et les rapports de Glaser sont de la plus haute importance et pertinence pour les préjudices existants de la technologie sans fil actuelle, y compris la 5G, les tours de téléphonie cellulaire, le Wi-Fi et les téléphones cellulaires qui utilisent le même type de fréquences et d’intensités que ceux étudiés par Glaser. C’est pourquoi les rapports de Glaser ont été essentiels pour soutenir les efforts de sensibilisation et faire savoir au public qu’en dépit de ce que disent le gouvernement et les télécoms, il existe des preuves plus que suffisantes des dommages causés par ces expositions.

Il y a quelques années, lorsque Glaser a réalisé l’importance de ses archives, il en a fait don au Dr Magda Havas, docteur de l’Université Trent au Canada. Havas, professeur associé d’études sur l’environnement et les ressources, a travaillé pendant plus de dix ans pour exposer les dangers de la technologie sans fil.

Selon Havas, les archives de Glaser contiennent un certain nombre de “joyaux”. “Zory était un sacré numéro” (ses mots) et il a tout gardé, a dit Havas. “J’ai trouvé un document qui a été distribué à seulement neuf personnes avec des recommandations de santé qui ont été ignorées.”

Pour mettre ces documents importants à la disposition du public, Havas et son équipe ont travaillé pendant des années pour scanner tous les documents et les rendre consultables. Jusqu’à présent, l’équipe de Havas a scanné 20 des 25 boîtes des archives de Glaser.

En raison de l’importance des archives, le public est invité à participer à l’examen des documents. Les chercheurs intéressés sont invités à rédiger de brefs aperçus de certaines des trouvailles les plus utiles et les plus pertinentes et à les publier sur le site web de Zory. Les personnes qui trouveront des informations importantes sont priées de le faire savoir à Havas.

If you are interested in participating in this project, please contact Dr. Magda Havas ([email protected]) with a subject heading of “Zory’s Archive.”

Site du Dr. Zory Glaser : https://zoryglaser.com/

Voir aussi : Radiations des téléphones & dangers de la 5G : enquête de fond

Source : https://childrenshealthdefense.org/defender/government-knew-harmful-impact-wireless-technology-human-health/ Traduction https://cv19.fr

L’Europe lance son projet 6G

Alors que la 5G n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements, l’Europe – tout comme la Chine et les Etats-Unis – pense déjà à la 6G. Un projet baptisé Hexa-X vient en effet de voir le jour avec le concours financier de la Commission européenne. Portée par Nokia, le projet rassemble une vingtaine de partenaires parmi lesquels Ericsson, Atos, Orange, Intel, le CEA, Siemens, Telefonica et de nombreuses universités (Pise, Madrid, Aalto, Turin, Dresde…), la France étant absente du bataillon de ces dernières.

« Alors que la 5G nous a permis de consommer des médias numériques partout et à tout moment, la technologie du futur devrait nous permettre de nous intégrer dans des mondes entièrement virtuels ou numériques », expliquent les responsables du projet. « Dans le monde de 2030, l’intelligence humaine sera augmentée en étant étroitement couplée et étroitement liée au réseau et aux technologies numériques. Grâce aux progrès de l’intelligence artificielle, les machines peuvent transformer les données en raisonnement et en décisions qui aideront les humains à mieux comprendre et agir dans notre monde. Alors que les machines domestiques et industrielles d’aujourd’hui se transforment en essaims de robots et de drones polyvalents, de nouvelles interfaces haptiques et de pensée homme-machine pour les contrôler de n’importe où devraient faire partie intégrante du futur réseau. »

Techniquement, la 6G devrait permettre des débits binaires extrêmes (accès de l’ordre de centaines de Gbps à quelques Tbps), des latences « imperceptibles », une capacité quasiment infinie et une localisation et une détection de précision, « poussant les performances des réseaux à un bond au-delà de ce qui est possible avec la 5G ».

Elle regroupera plusieurs types de ressources (communication, données, traitement de l’IA..), qui se connectent à différentes échelles, allant, par exemple, de réseaux internes, intra-machine à des réseaux étendus, pour aboutir à un énorme écosystème numérique sûr, performant, intelligent et hétérogène.

Le projet a également une dimension « utopique », la 6G devra en effet réduire l’empreinte environnementale mondiale des TIC et aboutir à une économie circulaire et à un monde durable. Ses membres se fixent également comme objectif « la promotion des valeurs européennes de sécurité, la confiance et la protection de la vie privée ainsi que l’objectif de souveraineté technologique de l’UE visant à promouvoir une Europe démocratique ouverte, digne de confiance et plus profonde à l’ère numérique. »

Comme on le voit, un vaste programme.

Source : https://www.channelnews.fr/leurope-lance-son-projet-6g-100330

5G : Michèle Rivasi est prête à porter le dossier devant la Cour de Justice de l’Union Européenne

Près de 70 maires de la Drôme et de France s’opposent à la technologie 5G bientôt déployée sur le territoire national. En cause : “les risques sanitaires sur le vivant non évalués”. Michèle Rivasi, euro-députée, se dit prête à aller devant la Cour de Justice de l’Union Européenne.

Ils réclament au gouvernement un moratoire sur le déploiement de la 5G en France : plus de 70 élus, dont les maires de grandes villes comme Grenoble, Marseille, Tours ou Bordeaux, mais aussi Dieulefit, Montjoux et La Roche-Saint-Secret dans la Drôme, demandent un moratoire sur le déploiement de la technologie 5G en France.

Michèle Rivasi : “Il y a un manque de débat démocratique”

Dans une visio-conférence organisée mercredi 2 décembre au soir depuis le Parlement Européen, Michèle Rivasi, euro-députée (EELV), n’y va pas par quatre chemins. “Il y a un manque de débat démocratique. La 5G n’a pas été discutée au Parlement, c’est un projet industriel qui nous amène vers la cyber-surveillance. Cela pose un problème de société. C’est toujours de la sur-consommation. On veut un débat démocratique, et on veut attendre les conclusions des organismes de Santé publique.

Des risques sur la santé toujours non-évalués

Selon les maires qui s’opposent à la 5G, plusieurs questions centrales ne sont pas réglées :

  • L’augmentation de la pollution électromagnétique et les risques sanitaires sur le vivant non encore évalués
  • L’impact environnemental de la multiplication des flux numériques et des besoins supplémentaires en énergies dans une période où l’on incite aux économies d’énergie
  • L’augmentation importante des besoins en matières premières rares pour la fabrication de nouvelles antennes et de nouveaux objets communicants
  • Le renforcement de la désocialisation liée aux écrans mobiles et le risque de déshumanisation de la société

“C’est bourré de conflits d’intérêts”

Michèle Rivasi regrette l’absence d’études d’impact de la part de la Commission Européenne. “Il y a bien eu une étude de la part de la Commission Internationale de Protection contre les Rayonnements non Ionisants (ICNIRP). Mais c’est bourré de conflits d’intérêts, avec les industriels et aussi l’armée américaine” dit-elle. “Ils ne tiennent compte que des effets thermiques, ce qui est insuffisant.

Valeurs de rayonnement

Patrice Goyaud, ingénieur physicien et administrateur de l’association Robin des toits, se fait le relais de travaux scientifiques sur les valeurs limites des fréquences utilisées pour la téléphonie mobile. “Une exposition de la 4G est deux fois supérieure à celle de la 3G“.
Concernant la 5G, voici les recommandations de l’ICNIRP, l’organisation scientifique indépendante :

Pour la 5G en 2020, l’ICNIRP, l’organisme qui préconise ces valeurs de normes et qui est extrêmement inféodée à l’industrie du numérique, préconise le double des valeurs existantes pour des fréquences qui vont de 1 à 6GHz.

 
Electrosmog

Patrice Goyaud précise que la 5G va se superposer aux technologies existantes, “elle ne va pas les remplacer“.
Résultat : “On va se retrouver très rapidement avec un grand renforcement de l’electrosmog“.
Qu’est-ce que l’electrosmog ? Le terme générique désigne la pollution électromagnétique, générée par la technologie.

Dans l’avenir, il se peut aussi qu’elle (la 5G) devienne aussi un standard unique et exclusif de la télécommunication et de la transmission des données. Cela veut dire qu’elle va peut-être se substituer intégralement à toute technologie filaire, notamment par exemple ce qu’on appelle l’ADSL pour l’internet haut débit.

En Suisse, où la 5G est déjà développée, les mesures effectuées par l’expert, David Bruno, mettent en évidence des valeurs de rayonnement, “3 fois supérieures à celles de la 4G“.

Une antenne 5G permet de couvrir un million d’objets par kilomètre carré. “Et on estime qu’il y aura 50 à 100 milliard d’objets connectés au niveau de la planète d’ici 2025, ou peut-être 2030“. Le faisceau est orientable car l’antenne suit l’objet connecté dans ses déplacements.
Patrice Goyaud indique par ailleurs, que la 6G serait déjà en test en Chine, où ce ne sont pas les objets qui sont traçables, mais l’humain lui-même qui serait “branché en permanence”.

La 5G devrait être installée à partir de 2023 en France, avec des bandes passantes différentes selon les espaces concernés :

  • 700 Mega Hertz en zone rurale, “une bande passante très pénétrante. Ce serait une 5G bas débit.
  • 3,5 Giga Hertz pour les villes
  • 26 Giga Hertz pour l’espace et les satellites

“Il faut se mobiliser”

Michèle Rivasi rappelle que l’Organisation Mondiale de la Santé a classé les rayonnements électromagnétiques comme cancérigènes possibles (une corrélation entre l’usage intensif du téléphone portable et le risque de développer une tumeur du cerveau a été établie par l’étude internationale Interphone). “De plus en plus de scientifiques s’inquiètent des effets sur la santé” dit-elle : des études scientifiques sur des insectes ont montré un risque de brûlure sur la peau, et des effets sur la cornée. Enfin une étude britannique montrerait que les feuilles d’arbres pourraient stopper “90% des ondes de la 5G. Faudra-t-il abattre tous les arbres plantés dans les villes ?” demande-t-elle avec un brin d’ironie.

“On ira jusqu’à la Cour de justice européenne

Il ne faut pas perdre espoir” dit l’euro-députée. “Il faut se mobiliser. Le pouvoir est aux mains des citoyens. Il ne faut pas rendre la population dépendante de ces communications qui permettent de mieux contrôler les gens. On ira jusqu’à la Cour de justice de l’Union Européenne car on nous impose la 5G sans respecter la législation de l’UE.”

Le 7 décembre 2020, une étude sanitaire et une étude environnementale seront discutées au Parlement Européen, avec des scientifiques venant du monde entier, pour discuter des effets éventuels sur la santé.

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/drome/valence/5g-fronde-maires-drome-70-communes-qui-reclament-moratoire-1901448.html

Plus de 70 maires et élus en France appellent à un moratoire sur la 5G

Les représentants du gouvernement affirment que les risques sanitaires de la 5G n’ont pas été correctement évalués. Ils citent également les inquiétudes concernant l’augmentation de la pollution électromagnétique et la déshumanisation de la société.

Plus de 70 maires et élus de France ont appelé cette semaine à un moratoire sur la technologie 5G, alors que la résistance à la 5G en France s’accroît. La principale préoccupation des maires, ont-ils déclaré, est que “les risques pour la santé des organismes vivants n’ont pas été évalués”.

Michèle Rivasi, membre du Parlement européen (MEP) qui mène cette action, s’est déclarée prête à saisir la Cour européenne de justice sur cette question, selon un rapport publié dans les médias français.

En plus des questions de santé, selon un article, les maires et les élus ont soulevé d’autres questions, notamment

  • l’augmentation de la pollution électromagnétique
  • l’impact environnemental de la multiplication des flux numériques et des besoins énergétiques supplémentaires dans une période où il existe une incitation à économiser l’énergie
  • l’augmentation significative des besoins en matières premières rares pour la fabrication de nouvelles antennes et de nouveaux objets communicants
  • le renforcement de la désocialisation liée aux écrans mobiles et le risque de déshumanisation de la société

Rivasi est un puissant adversaire de la 5G. En juin 2020, elle a publié un rapport intitulé “ICNIRP : Conflits d’intérêts, captation d’entreprises et pression en faveur de la 5G”.

La Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) est une organisation privée dont les recommandations en matière de directives sur les radiofréquences – qui nient tout préjudice causé par la technologie sans fil – ont été suivies par l’Organisation mondiale de la santé et plusieurs pays malgré les conflits d’intérêts évidents de l’organisation et ses liens avec l’industrie des télécommunications.

Les inquiétudes concernant les conflits d’intérêts de l’ICNIRP ont été confirmées dans une décision de 2012 de la Cour suprême italienne. La cour, qui a jugé que la tumeur au cerveau du plaignant était causée par un téléphone portable, a également conclu que les experts affiliés à l’ICNIRP “manquaient de crédibilité et d’autorité et, de ce fait, étaient essentiellement en dehors de la communauté scientifique”.

En 2020, une décision de la Cour d’appel italienne a rendu des conclusions encore plus fortes concernant l’ICNIRP et ses membres.

Le rapport de Rivasi sur l’ICNIRP a été rédigé et publié avec le Dr. Kalus Buchner, un député européen allemand. Buchner est un scientifique qui a également mené des études sur la façon dont les radiofréquences affectent la santé. Son étude sur les effets des tours de téléphonie cellulaire sur la santé a montré des effets néfastes sur les hormones du stress, notamment sur l’adrénaline et la dopamine. L’étude de Buchner a également observé la relation dose-effet.

Cette dernière action des maires n’est pas surprenante. La résistance à la 5G en France est devenue un point prioritaire de l’agenda du parti vert français, Europe Écologie Les Verts. Lors des élections municipales de juin, le parti a gagné en puissance et ses candidats ont remporté des victoires dans les grandes villes, dont Paris, Lyon, Marseille, Montpellier, Bordeaux et Strasbourg.

La résistance du parti à la 5G était principalement fondée sur des considérations environnementales, car on estime que la 5G augmenterait de façon exponentielle la consommation d’énergie.

L’appel à un moratoire sur la 5G, mené par Rivasi, est axé sur les préoccupations sanitaires, bien qu’il fasse également référence aux impacts environnementaux. La résistance à la 5G en France a également fait la une des journaux en septembre, après que des employés d’Orange, l’un des plus grands fournisseurs de téléphonie mobile en Europe, aient écrit une lettre demandant à l’entreprise de ne pas déployer la 5G.

Source : https://childrenshealthdefense.org/defender/70-mayors-elected-officials-france-moratorium-5g/

Radiations des téléphones & dangers de la 5G : enquête de fond

Sous titrage d’un très bon reportage pour mieux comprendre les dangers et enjeux entourant l’évolution des nouvelles technologies relatives aux moyens de télécommunication.

Cela concerne principalement les États-Unis, la situation est différente en France, en tout cas pour l’instant.

J’ai trouvé utile de mettre à disposition une version française de ce documentaire car peu de gens sont conscient des dangers de la pollution aux rayonnements électromagnétique et de la menace que pèse le déploiement de la 5g sur notre territoire.

Des liens entre 5g et Covid-19 ont été fréquemment abordés au cour des derniers mois, ses effets potentiel sur l’immunité ont été mis en cause dans certaines études, mais la menace pourrait aller au delà de ce dont nous avions conscience jusqu’ici.

Voir aussi : Danger de la 5G : 13 raisons pour lesquelles la technologie sans fil 5G risque d’être un désastre pour l’humanité

Disponible sur Odysee :

Aussi sur BitChute

Merci à Mouthy Buddha, son travail est banni de plusieurs grandes plateformes comme YouTube, soutenez le en partageant et en diffusant ce documentaire 🙂

ajax-loader