Économie

Découvrez la nouvelle carte de crédit qui limite vos achats en fonctions de votre consommation de CO2

Par Makia Freeman

Doconomy est une carte de crédit pour le contrôle du CO2.

L’entreprise suédoise Doconomy propose une carte de crédit permettant de surveiller les émissions de CO2 et de relier chacune de vos transactions à votre supposée empreinte carbone.

Soutenue par l’ONU (Organisation des Nations unies), le WEF (Forum économique mondial) et Mastercard, qui promet de suivre vos dépenses en émissions carbone et de vous couper les vivres lorsque vous atteignez le plafond autorisé. Bienvenue dans la dystopie verte imminente de l’Agenda 2030. Comme je l’ai mentionné dans mon précédent article intitulé New Study Analyzes Implementation of Agenda 2030 Personal Carbon Allowances, le programme de lutte contre le changement climatique provoqué par l’homme continue de progresser rapidement tandis que les responsables du NOM (Nouvel ordre mondial) évaluent combien ils peuvent encore tirer de la folie du culte COVID. Il est fort possible qu’ils passent à un moment donné de la fausse urgence COVID à la fausse urgence climatique et qu’ils essaient de convaincre la population d’accepter des règles tout aussi strictes dans une sorte de scénario de confinement climatique. Peu importe si et quand cela se produit, l’objectif des deux opérations est le même : la ségrégation (punir ceux qui refusent de se soumettre) et le contrôle. Le plan technocratique à long terme de l’Agenda 2030 consiste à introduire un système de crédit social dans toutes les nations occidentales, puis dans le monde entier, basé sur les crédits carbone et modelé sur le système autoritaire de crédit social en Chine, qui empêche déjà les dissidents de participer pleinement à l’économie. Le premier ministre de l’État de Victoria (Australie), Dan Andrews, a récemment proposé exactement la même chose, mais à plus petite échelle, lorsqu’il a préconisé une économie vaccinale.

Doconomy, la carte de crédit pour le contrôle du CO2 et le climat 13

Doconomy (en abrégé DO) est une société enregistrée en Suède, mais elle bénéficie du soutien total d’organisations du Nouvel Ordre Mondial comme l’ONU. La carte est disponible en Suède dès maintenant. Elle est en partenariat avec Mastercard, une société bien établie de la corporatocratie. Voici ce que le Forum économique mondial (la même organisation mondialiste dont le chef Klaus Schwab promeut l’Internet du corps) écrit en faveur de sa carte de crédit pour le contrôle du CO2 sur le site Doconomy.com :

“Si beaucoup d’entre nous sont conscients de la nécessité de réduire notre empreinte carbone, les conseils pour y parvenir peuvent sembler nébuleux et tenir un compte est difficile. DO surveille et coupe les dépenses, lorsque nous atteignons notre maximum de CO2.”

La carte porte le slogan “DO. Everyday Climate Action” (Agir pour le climat au quotidien) et comporte également un message de propagande au verso indiquant “Je prends la responsabilité de chaque transaction que je fais pour aider à protéger la planète”, ce qui ressemble à un lavage de cerveau de niveau CE1. Notez le symbolisme de l’œil omniprésent au dos de la carte dans l’image ci-dessus, tiré des ODD (Objectifs de développement durable) de l’ONU, en particulier l’objectif n° 13, qui stipule : “Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts”.

On ne peut certainement pas attendre des gens qu’ils changent leurs comportements s’ils ne savent pas ce que leur consommation représente.

Une carte de crédit pour la surveillance du CO2 pour renforcer encore le mensonge sur le carbone

L’objectif de Doconomy est d’ancrer encore plus profondément la diabolisation du carbone. Il s’agit de vous piéger pour que vous associiez chaque achat – littéralement chacune de vos transactions économiques – à un prétendu coût du carbone selon la science fallacieuse du changement climatique provoqué par l’homme. En imposant une limite artificielle au nombre de transactions que vous pouvez effectuer, un tel système synthétique serait très éloigné de la réalité biologique du cycle du carbone, de la nécessité du carbone dans toutes les formes de vie et de la nature vivifiante du dioxyde de carbone. Le site Doconomy pose la question suivante : “Les niveaux de graisse, de sucre et de sel étant étiquetés sur les aliments que nous achetons, pourquoi nos émissions de CO2 ne seraient-elles pas tout aussi visibles ?” Il poursuit : “Ce type d’information ne devrait pas être une prime ou un luxe que les consommateurs paient, mais plutôt un élément essentiel de chaque parcours d’achat.” Ils veulent que vous avaliez toute l’idée propagandiste de l’empreinte carbone, que vous vous sentiez coupable de consommer de l’énergie et des services, et que vous acquiesciez à des restrictions arbitraires en pensant que cela aidera en quelque sorte la Terre.

Les opérations d’aspiration du carbone commencent – Une partie du projet de terraformation de la Terre ?

Si vous pensez que la diabolisation du carbone est insensée, il y a pire. Jetez un coup d’oeil à ça. Un des leaders du Nouvel Ordre Mondial Bill Gates – qui a seulement “dîné” avec le pédophile et agent du Mossad Jeffrey Epstein, même si Gates figure dans le carnet de vol du Lolita Express – a parlé dans des interviews de la technologie de séquestration ou d’aspiration du carbone qu’il finance. Cette technologie est également connue sous le nom de capture directe de l’air. Des entreprises apparaissent dans le monde entier, comme celle-ci au Canada et celle-là en Islande, qui extraient activement le dioxyde de carbone de l’atmosphère, puis le pompent dans des pierres, le sol ou l’océan afin de le retirer définitivement de l’atmosphère.

Comme avec le NOM en général, il y a plusieurs niveaux à cela. D’une part, l’aspiration du carbone est encouragée par les compagnies pétrolières parce que c’est une solution de facilité ; c’est un moyen pour elles d’alléger leur culpabilité en essayant de contrebalancer ou de compenser leur produit incroyablement sale et pollué (le pétrole brut) en affirmant qu’elles prennent soin de l’environnement. Il n’est toutefois pas évident que la réduction du CO2 ait un lien quelconque avec la pollution du pétrole et des produits pétroliers. À un autre niveau, l’aspiration du carbone renforce la construction d’une économie synthétique – une économie du carbone – où le carbone est la nouvelle monnaie et la mesure de l’activité économique.

À un autre niveau encore, je pense qu’il est sage d’être très sceptique quant à l’impact de l’aspiration du carbone sur l’atmosphère. Étant donné que les plantes ont besoin de CO2 et s’en nourrissent, et que nous, les humains, profitons à notre tour de l’écologisation de la planète, quel genre de monde créons-nous en retirant délibérément ce gaz de dioxyde de carbone vivant du cycle naturel O2-CO2 de la respiration et de la photosynthèse ? Des experts et des études ont montré que les plantes se développent mieux avec des concentrations élevées de ppm (parties par million) de carbone – voici une étude parmi tant d’autres montrant comment les plantes se développent de manière optimale à des concentrations comprises entre 915 et 1151 ppm, bien supérieures à l’objectif de 300 ppm fixé par les organisations de lutte contre le changement climatique. Existe-t-il une arrière-pensée impliquant la terraformation de la planète pour la rendre moins adaptée à la vie humaine et plus adaptée à d’autres formes de vie ? Cette question doit être approfondie, mais pour l’instant, je considère avec méfiance toute tentative d’éliminer le CO2 de l’atmosphère.

Réflexions finales

Les cartes de crédit de surveillance du CO2 et l’aspiration du carbone font partie de la même initiative visant à inventer un nouvel ennemi – cette fois l’élément carbone, indispensable à la vie humaine. Elle détourne l’attention des véritables formes de pollution. Elle crée une nouvelle forme de mesure et une nouvelle économie artificielle basée sur celle qui est déjà contrôlée par le NWO, qui peut décider arbitrairement de la limite maximale de carbone ou de l’allocation de carbone d’une personne. Il s’agit encore d’une propagande insidieuse qui, si suffisamment de personnes y adhèrent, deviendra un nouveau prétexte pour la suppression généralisée de nos droits et libertés.

Article original : https://thefreedomarticles.com/co2-monitoring-credit-card-cuts-you-off-at-carbon-max/

guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Je suis révoltée
Je suis révoltée
3 October 2021 12:51 pm

Bienvenue en enfer

ajax-loader
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x