Confinement

La torture des personnes âgées

par Michael Lesher

Je veux signaler un crime.

Voici les faits :

Il y a environ un an, ma mère, âgée de 85 ans, a été kidnappée par une bande de charlatans et emmenée au Pays Imaginaire du Coronavirus – d’où, sur les instructions de ses ravisseurs, elle n’a cessé depuis de passer des appels effrayants à moi et à d’autres membres de ma famille.

Qu’est-ce qu’elle a dit, vous demandez ? Eh bien, dans l’un des premiers appels, elle m’a prévenu que je ne devais jamais apporter mes chaussures dans mon appartement. Si je le faisais, selon ses kidnappeurs, quelque chose de terrible arriverait – à moi, sinon à elle.

Elle m’a également déconseillé d’apporter mes vêtements dans l’appartement une fois que j’aurais été exposée au monde extérieur. Au lieu de cela, je devais prendre une douche et me changer après chaque promenade ou chaque course. Les kidnappeurs ont également insisté sur le fait que je devais désinfecter les murs et les sols de l’appartement au moins une fois par jour. (Je n’ai pas dit à ma mère que les rayons des pharmacies et des supermarchés étaient pratiquement vides de produits de nettoyage à cette époque, les acheteurs paniqués s’emparant de tout ce qu’ils pouvaient transporter pour des orgies quotidiennes de stérilisation. Apparemment, elle n’était pas la seule victime d’enlèvement).

Quant à mes mains, il fallait les frotter soigneusement toutes les heures, même si elles étaient déjà couvertes de cloques après une journée passée à savonner, doucher, assainir, nettoyer, shampouiner et stériliser tout ce qui se trouvait à portée de vue avec le cocktail de désinfectants dont les ravisseurs de ma mère lui avaient parlé la veille.

Tout cela était assorti d’une menace : si ma mère et sa famille n’obéissaient pas à tous les ordres des ravisseurs, aussi absurdes soient-ils, nous risquions de ne plus jamais la revoir.

C’était il y a un an.

Aujourd’hui, les choses ont empiré.

Récemment, les ravisseurs de ma mère l’ont contrainte à se soumettre à l’injection d’un médicament expérimental dont le fabricant n’est pas responsable, pour lequel il n’y a absolument aucune nécessité médicale et que notre gouvernement refuse de soumettre au même régime de tests que celui qu’il applique aux pilules contraceptives ou aux antibiotiques de routine.

C’est ça le crime. Maintenant, quelqu’un ne peut-il pas être puni pour ça ?

Oui, je sais que ma mère n’est pas la seule à être torturée – pardonnez-moi si j’ai l’air de minimiser l’ampleur du coup d’État destructeur de droits et de société qui nous malmène tous.

Mais il y a une certaine justice à pointer du doigt le crime commis contre ma mère. Les amateurs d’enfermement ne l’ont-ils pas déjà désignée, faisant des personnes âgées inoffensives les cibles privilégiées de leurs bienfaits toxiques ?

Aussi mauvaise que soit la mascarade du coronavirus, il est difficile de trouver un équivalent à la perversité absolue de l’abus des personnes âgées par les propagandistes. Les “experts” ne sont jamais aussi imbus d’eux-mêmes que lorsqu’ils nous assènent que le moindre écart par rapport à leurs prescriptions de la nouvelle normalité revient à tuer nos aînés. Mais personne n’a jamais traité les personnes âgées avec une cruauté aussi cynique – ou avec moins de justification.

Pensez au titre d’un article publié par un certain rabbin Shai Held dans The Atlantic – l’un des plus acharnés pourvoyeurs de propagande sur le coronavirus – il y a un an :

La stupéfiante et impitoyable cruauté envers les personnes âgées.

Lorsque j’ai vu ces mots pour la première fois, j’ai pensé que les rédacteurs de The Atlantic avaient soudainement vu la lumière et voulaient que leurs lecteurs soient informés des méfaits du confinement sévère en maison de retraite récemment ordonné par des gouverneurs devenus des dictateurs dans des États comme New York et le New Jersey.

Mais non. The Atlantic ne faisait que mettre en avant un sermon malveillant du rabbin à propos de certaines personnes odieuses – des partisans de Trump ou d’autres indignes de ce genre, je suppose – qui, disait-on, prétendaient que le COVID19 n’était pas vraiment si mauvais s’il ne tuait que des personnes âgées, qui après tout allaient bientôt mourir de toute façon.

Je ne connais aucune personne qui ait réellement tenu de tels propos, même si les faits n’auraient pas eu d’importance pour The Atlantic. Ce que je sais – et que le Rabbi Held de The Atlantic n’a jamais mentionné – c’est que des fonctionnaires comme le gouverneur Andrew Cuomo, sous les applaudissements des propagandistes, ont forcé les personnes âgées à vivre dans des maisons de retraite surpeuplées où elles étaient isolées de leurs amis et de leur famille, où il leur était interdit de sortir, où on leur disait qu’elles étaient entourées d’une maladie mortelle à laquelle elles ne pouvaient échapper, et où elles étaient soit négligées, soit “aidées” par des préposés terrifiés vêtus de combinaisons spatiales – un scénario grotesque qui n’a pu que renforcer leur sentiment de danger et de désespoir.

Sans surprise, beaucoup de ces détenus sont morts.

Ça, c’est de la cruauté.

J’entends encore des histoires de personnes qui n’ont pas été autorisées à rendre visite à des parents âgés pendant des mois ; beaucoup d’entre nous ont des amis ou des connaissances qui n’ont pas pu dire au revoir à un ami, un cousin, un grand-parent ou un oncle mourant. De nos jours, cela est considéré comme allant presque de soi.

Certaines des histoires que j’entends sont encore pires. Un homme raconte qu’on lui a dit que sa mère âgée, patiente au printemps dernier dans un hôpital new-yorkais surpeuplé, ne serait pas traitée pour son infection au COVID19 en vertu de la “politique de l’hôpital” parce qu’elle avait signé un ordre de non-réanimation : puisque le personnel hospitalier ne savait pas comment traiter le COVID19, une infirmière lui a dit qu’ils considéraient sa maladie comme terminale.

En d’autres termes, ils laisseraient la vieille femme mourir même s’ils pensaient que lui donner de l’oxygène pourrait lui sauver la vie.

Une telle politique – si elle existait vraiment – violait la loi de New York. Et lorsque les propagandistes évoquent les taux de mortalité élevés dans ces hôpitaux new-yorkais en mars et avril comme “preuve” des dangers du coronavirus, je ne peux que me demander combien des patients auxquels ils pensent ont été tués non pas par une infection mais par une erreur médicale.

Et que dire des rapports – cette fois non pas de parents de patients mais d’un professionnel de la santé ayant une expérience directe – selon lesquels une autre “politique hospitalière” de New York impliquait une utilisation excessive des ventilateurs, ce qui a probablement endommagé les poumons des patients et peut-être accéléré leur mort ?

Les propagandistes ne le mentionnent jamais ; ces choses aussi sont considérées comme allant de soi.

Et ces gens ont le culot de se plaindre de la “cruauté envers les personnes âgées” ? A mon avis, ils devraient donner des cours sur ce sujet.

Je le répète : Je sais que beaucoup de jeunes gens sont aussi torturés. Si vous voulez des preuves de la gravité de la situation – et de la bouche même des intéressés -, jetez un coup d’œil à cette effusion sadique parue dans le numéro du 4 février de The Atlantic, de la part d’une femme qui a vu son mari en souffrance :

Jeudi matin, vers 2 heures, je me suis réveillée et j’ai trouvé mon mari tremblant à mes côtés. Cela faisait des heures qu’il tournait dans son lit, épuisé mais incapable de dormir, souffrant de frissons, de fièvre et d’une douleur atroce au bras gauche. Ses dents claquaient. Son front était couvert de taches de sueur.

Un récit édifiant sur les ravages du “virus mortel” ? C’est ce qu’il aurait été si le pauvre homme avait été testé positif au COVID19 six mois plus tôt. Mais aujourd’hui, le tourment de son épouse est le prétexte à un déluge de propagande réjouissante :

Alors que j’étais allongée à côté de lui, enroulant couverture après couverture autour de ses bras, j’ai ressenti un immense soulagement. Toute cette misère était le signe que les cellules immunitaires de son corps avaient été stimulées par la deuxième injection d’un vaccin COVID-19 et qu’elles étaient en bonne voie pour le protéger des maladies futures.

Ah, l’innocence de la pureté idéologique ! Pour l’apparatchik atlantiste, la “misère” de son mari signifiait “un immense sentiment de soulagement”, tout comme le fait d’être brûlé vif dans un immeuble bombardé en 1941 poussait un membre du parti communiste britannique à bénir Joe Staline (comme l’a raconté des années plus tard son ami Teddy Prager) :

Mes pieds, a-t-elle crié, ça me brûle les pieds, et j’ai continué à couper la poutre [qui l’emprisonnait], mais rien ne bougeait. Pauvre Freddie…. Ça ne sert à rien, elle pleurait maintenant, je suis fichue. Et puis, alors que je pleurais de désespoir et de fumée, trop épuisé pour soulever la hache plus longtemps, elle a crié : Vive le Parti, vive Staline… Vive Staline, criait-elle, et au revoir les garçons, au revoir Teddy.

N’est-ce pas agréable de savoir que l’endoctrinement fonctionne encore ? Vive Pfizer ! Vive les médicaments expérimentaux et les cobayes humains ! Vive Joe Biden ! Qui se soucie de ce qui arrive à mon mari, tant que les patrons des entreprises, les fanatiques des masques et les enthousiastes de l’État policier obtiennent tout ce qu’ils veulent ?

Alors oui, chaque détail de cette sinistre farce est laid. Mais les amateurs de confinement ont toujours prétendu être animés par une sollicitude particulière pour les personnes âgées. Il est donc particulièrement dégoûtant de les voir mentir aux vieilles dames pour les obliger à se soumettre à des drogues dangereuses, après les avoir terrorisées pendant une année entière avec des fictions destinées à les rendre plus vulnérables à la prochaine série de supercheries.

Et ne mâchons pas nos mots : fraude est le nom exact de ce qu’ils ont fait à ma mère (et à tant d’autres). Les chiffres de mortalité toutes causes confondues aux États-Unis (et ailleurs) démontrent assez clairement que le COVID19 n’a eu aucun impact significatif sur les taux de mortalité médicale, du moins depuis l’été dernier.

En outre, une étude menée par plusieurs scientifiques prestigieux, présidée par l’estimable John Ioannidis, a récemment conclu que les mesures de confinement drastiques imposées en 2020 n’ont pas permis d’endiguer la propagation du virus mieux que ne l’auraient fait des mesures beaucoup plus douces. Il n’y a pas d’urgence liée au COVID19 – et s’il y en a jamais eu une, ce dont on peut douter, la réponse officielle hystérique a fait plus de mal que de bien.

Et pourtant, la majeure partie des États-Unis se morfond toujours – illégalement – sous un régime quasi-dictatorial, avec l’assentiment des médias grand public, qui n’ont apparemment jamais pensé que les gens ordinaires devraient être autorisés à contrôler leur propre vie en premier lieu. L’un des résultats de ce coup d’État (c’est le seul terme exact pour le décrire) a été l’élection de Joe Biden et de Kamala Harris, organisée en grande partie grâce aux informations trompeuses sur le COVID19, et favorisée par des procédures de vote par correspondance qui n’auraient probablement jamais pu être approuvées par les processus législatifs requis par les constitutions des États concernés.

Mais ne vous attendez pas à une quelconque indignation à propos de cette chicanerie politique de la part des personnes qui dénoncent régulièrement les gouvernements illibéraux dans des pays comme la Chine ou le Venezuela. La démocratie représentative a été largement mise au rebut aux États-Unis il y a un an, alors il importe peu que le système de vote présidentiel ait été illégalement modifié afin de promouvoir une victoire des démocrates – tout comme il importe peu que les médias grand public aient produit un torrent d’affirmations sans valeur sur la “mauvaise gestion” du virus par Trump afin que les électeurs le rendent responsable de 200 000 morts au moment du vote.

Mais ne vous attendez pas à une quelconque indignation à propos de cette chicanerie politique de la part des personnes qui dénoncent régulièrement les gouvernements illibéraux dans des pays comme la Chine ou le Venezuela. La démocratie représentative a été largement abolie aux États-Unis il y a un an, alors il importe peu que le système de vote présidentiel ait été illégalement modifié afin de promouvoir une victoire démocrate – tout comme il importe peu que les médias grand public aient produit un torrent d’affirmations sans valeur sur la “mauvaise gestion” du virus par Trump afin que les électeurs le rendent responsable de 200 000 morts au moment de voter.

Mentionnez ces faits et vous êtes un “théoricien du complot”. Faites semblant de ne pas les connaître et vous “suivez la science”.

Et si vous vous souciez du bien-être des personnes âgées – ou des enfants, dont la vulnérabilité a toujours été censée leur donner droit à une considération spéciale ? Si vous vous inspirez de la propagande sur le coronavirus, il n’y a qu’une seule bonne façon de traiter ces deux groupes : les exploiter cyniquement afin de répandre le plus possible la peur.

Prenons l’exemple d’une étrange “nouvelle” datant de janvier, dans laquelle on décrit des enfants de Californie s’excusant en larmes auprès de leurs grands-parents alors que ces derniers mouraient, prétendument à cause du COVID19, dans des chambres d’hôpital interdites d’accès.

Les “experts” et le journaliste savaient que ces enfants avaient dû contaminer leurs aînés après avoir participé à une fête de Thanksgiving ou de Noël. Il est vrai qu’il existe peu de preuves réelles que les enfants sont des porteurs contagieux du COVID19, et encore moins que certains d’entre eux ont effectivement transmis l’infection à un parent âgé. Mais pourquoi laisser les faits se mettre en travers de la cruauté ? Les enfants ont dû apprendre une leçon : profiter d’une fête innocente signifiait tuer Mamie.

Personne dans les médias grand public n’a contesté ce morceau de sadisme cynique, pour autant que je sache – tout comme personne n’a contesté les affirmations des responsables de la “santé” de Californie à la même période, selon lesquelles l’État enregistrait plus de 400 décès par jour dus au COVID19. (En fait, pour la semaine se terminant le 9 janvier, le nombre de décès quotidiens présumés dans l’État s’est rapproché de 500).

Mais était-ce vraiment vrai ?

Selon les chiffres de mortalité toutes causes confondues figurant sur le site Web du CDC, au cours des semaines se terminant le 2 janvier et le 9 janvier, on a enregistré un total de 8 958 décès en Californie, contre un total de 11 761 décès au cours de la même période l’année précédente, avant qu’une quelconque “pandémie” ne soit déclarée.

En d’autres termes, pendant la même période où les “experts” californiens criaient à la mort de 400 à 500 personnes supplémentaires chaque jour à cause d’une maladie qui n’avait vraisemblablement tué personne en janvier précédent, le nombre total de décès a en fait diminué de 200 par jour en moyenne par rapport à la même période l’année précédente.

Pour concilier les décès dus au coronavirus en Californie avec ces faits, il faudrait probablement supposer que les maladies cardiaques, le cancer, les accidents de la route, le diabète, etc. ont tous été si radicalement réduits en Californie que leur nombre de décès quotidiens a diminué de plus de 600 par jour depuis l’année précédente.

Oui, les miracles sont possibles, comme nous l’a rappelé Forrest Gump. Mais l’interprétation la plus raisonnable est que le scénario d’horreur du COVID19 que les responsables californiens de la “santé” nous ont raconté en janvier n’était qu’une fiction faite de manipulation de chiffres. C’est à peu près ce qu’a été toute l’histoire de la “peste mortelle” depuis le début – une combinaison de “projections” alarmistes et non scientifiques, de tests peu fiables et surutilisés, de diagnostics arbitraires, de campagnes de peur et de classifications des causes de décès motivées par des considérations politiques, qui ont ensuite été attisées jusqu’à l’hystérie par des politiciens assoiffés de pouvoir et des médias d’information dociles, sans oublier les géants des entreprises qui avaient tout à gagner de la panique.

Je reviens donc à ma mère – aujourd’hui âgée de 86 ans – et à son kidnapping psychologique par une bande d’escrocs et de colporteurs de peur prétendant être des “experts”. Puisque personne en position d’autorité ne veut l’aider, que puis-je faire pour elle ?

Eh bien, une chose que je ne peux pas faire est de rester silencieux.

Notre pays – le sien et le mien – est déchiré par des mesures dont le public et ses représentants élus n’ont jamais été autorisés à débattre, et encore moins à approuver. Je ne peux peut-être pas persuader ma mère qu’on lui ment. Mais au moins, je n’ai pas à mentir moi-même. Peut-être qu’un de ces jours, quelque chose que je dirai l’aidera – ou si ce n’est pas elle, alors la mère de quelqu’un d’autre qui est tombée dans les griffes des mêmes ravisseurs.

Puis-je préserver les principes des droits civils à une époque où la notion même de liberté est raillée à la une de tous les journaux “libéraux” de l’Occident ? Je n’en sais rien. Mais je peux faire de mon mieux pour m’assurer que cela ne se produira pas avec mon consentement, que je ne serai pas complice de ma propre victimisation – ou de celle de ma mère.

Et je suis sûre d’une chose : quand j’aurai 86 ans, je ne dirai pas à mes petits-enfants que, lorsque les choses se sont gâtées, j’étais trop occupée à me laver les mains et à obéir aux ordres de l’État policier pour m’élever contre la destruction de tout ce en quoi je crois.

Les crimes contre nous tous peuvent continuer. Je ne vais pas y contribuer.

Michael Lesher est un auteur, poète et avocat dont le travail juridique est principalement consacré aux questions liées à la violence domestique et aux abus sexuels sur les enfants. Son dernier ouvrage non romanesque s'intitule Sexual Abuse, Shonda and Concealment in Orthodox Jewish Communities (McFarland & Co., 2014) ; son premier recueil de poésie, Surfaces, a été publié par The High Window en 2019. Un mémoire sur sa découverte du judaïsme orthodoxe à l'âge adulte - Turning Back : The Personal Journey of a "Born-Again" Jew - a été publié en septembre 2020 par Lincoln Square Books.

Source : https://off-guardian.org/2021/03/25/old-mortality-how-the-corona-coup-tortures-the-elderly-and-everybody-else/
Traduction par https://cv19.fr

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x