Confinement

Confinement, un an après – Cela ne fonctionne pas, cela n’a jamais fonctionné et cela n’était pas censé fonctionner

Allumez une bougie sur le gâteau d’anniversaire le plus triste du monde ! La politique gouvernementale la plus destructrice du siècle s’accélère et ne semble pas vouloir ralentir.

Par Kit Knightly

Et donc nous arrivons au 23 mars, et au premier anniversaire du confinement [Grande Bretagne]. Ou, comme nous l’appelons ici, les deux semaines les plus longues de l’histoire.

1 an. 12 mois calendaires. 365 jours de plus en plus éreintants.

Cela fait longtemps que “2 semaines pour aplanir la courbe” est devenu un mensonge flagrant. En juillet, c’est devenu une blague de mauvais goût. La courbe a été aplatie, le NHS était en sécurité et les applaudissements étaient chaleureux et sincères.

…et rien de tout cela n’a fait de différence.

Ce n’était pas un sacrifice pour le ” bien de tous “. Ce n’était pas une décision difficile avec des arguments des deux côtés. Ce n’était pas un scénario risques-bénéfices. Les “risques” étaient en fait des certitudes, et les “bénéfices” entièrement fictifs.

Parce que le confinement ne fonctionne pas. Il est vraiment important de s’en souvenir.

Même si vous souscrivez à l’idée que “Sars-Cov-2” est une entité unique et discrète (ce qui est loin d’être prouvé), ou qu’elle est incroyablement dangereuse (ce qui est manifestement faux), le confinement n’a pas fonctionné pour, de quelque manière que ce soit, limiter cette supposée menace.

Les confinements. Ne. Fonctionnent. Pas.

Ils ne font aucune différence, les courbes ne s’aplatissent pas, le nombre de R0 ne diminue pas et les vies ne sont pas sauvées (bien au contraire, comme nous l’avons tous vu).

Il suffit de regarder les graphiques.

Celui-ci, qui compare les “décès dus au Covid” au Royaume-Uni (confinement) et en Suède (pas de confinement) :

Ou encore celui-ci, qui compare les “décès dus au Covid” en Californie (confinement) et en Floride (pas de confinement) :

De la Biélorussie à la Suède en passant par la Floride, le Nicaragua et la Tanzanie, les preuves sont claires. Le “Covid”, quoi que cela signifie en réalité, n’est pas affecté par les mesures de confinement.

Assigner à résidence l’ensemble de la population n’est pas bénéfique pour la santé publique. En fait, c’est (de manière assez prévisible) incroyablement contre-productif.

Les dommages causés par la fermeture des entreprises, la limitation de l’accès aux soins de santé, le report des traitements et des diagnostics, le report des opérations chirurgicales, l’augmentation de la dépression, la montée en flèche du chômage et la pauvreté de masse ont été discutés à outrance. L’ampleur de l’impact ne peut être surestimée.

Le Dr David Nabarro, envoyé spécial de l’Organisation mondiale de la santé pour Covid-19, a déclaré ceci à propos des confinements en octobre dernier :

À l’Organisation mondiale de la santé, nous ne préconisons pas le confinement comme principal moyen de lutte contre le virus […] il suffit de voir ce qui est arrivé à l’industrie du tourisme […], de voir ce qui arrive aux petits exploitants agricoles […] il semble que nous pourrions avoir une multiplication par deux de la pauvreté dans le monde d’ici l’année prochaine. Nous pourrions bien avoir au moins une multiplication par deux de la malnutrition infantile […] C’est une catastrophe mondiale terrible, épouvantable.

Une terrible catastrophe mondiale. La malnutrition infantile doublée.

La “pandémie” n’a pas fait ça, les confinements ont fait ça. Ils n’allaient jamais atteindre leurs objectifs déclarés. Et qui plus est, ils n’ont jamais été destinés à atteindre ces objectifs.

Trop souvent, le langage mou des médias parle de “mauvais jugements”, d'”erreurs” ou d'”incompétence”. Les prétendus critiques prétendent que le gouvernement a “paniqué” ou “sur-réagi”. C’est absurde. L’excuse la plus facile et la plus bidon qui n’ait jamais existé.

“Oups”, disent-ils, avec un haussement d’épaules emphatique et un sourire carnassier, “je suppose que nous avons fait une erreur !”. Peu flatteur, mais mieux que la vérité.

Parce que la vérité est que le gouvernement ne se trompe pas, n’a pas peur ou n’est pas stupide… il est malveillant. Et malhonnête. Et cruel.

Toutes les souffrances du confinement étaient entièrement prévisibles et délibérément imposées. Pour des raisons qui n’ont rien à voir avec l’aide aux personnes et tout à voir avec leur contrôle.

Il a été plus qu’évident pendant la majeure partie des cinquante-deux dernières semaines que l’ordre du jour du confinement n’était pas la santé publique, mais la préparation de la “nouvelle normalité” et de la “grande réinitialisation”.

Une série de programmes conçus pour saper complètement les libertés civiles dans le monde entier, annulant des décennies (voire des siècles) de progrès social. Une re-féodalisation de la société, avec les 99% qui prennent allègrement leur blouse de paysan “pour protéger les plus vulnérables”, tandis que l’élite fait du prosélytisme sur la valeur des règles dont elle admet volontiers qu’elles ne s’appliquent pas à elle.

Et nous avons tous eu des vies ruinées et une année de temps précieux perdue. Pour rien. Vous avez été enfermé pendant deux semaines qui ont duré 365 jours. Pour rien.

…ou plutôt, pour tout. Parce que c’est ce qu’ils essaient de nous prendre. Tout. Et la seule façon de les arrêter est de ne pas les laisser faire. De simplement refuser de consentir.

Ne laissons pas le confinement avoir un deuxième anniversaire.

Source : https://off-guardian.org/2021/03/23/lockdown-one-year-on-it-doesnt-work-it-never-worked-it-wasnt-supposed-to-work/
Traduction par https://cv19.fr

Plus de ressources sur le confinement :
https://cv19.fr/category/confinement/
https://cv19.fr/ressources/#confinement

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x