Politiques restrictives

Canada : Les centres de détention covid passent de “théorie du complot” à la politique officielle du gouvernement en trois mois

“Je demande à ce gouvernement si les gens doivent se préparer à des camps d’internement”, a demandé le député provincial de l’Ontario Randy Hillier à l’assemblée législative de la province du centre du Canada lors de la période de questions du 7 octobre 2020.

Au cours de son enquête sur la politique du pays en matière de détention des citoyens, le microphone de Hillier a été coupé et on lui a dit de s’asseoir et de se taire. Ses paroles ne sont pas passées inaperçues, cependant, et internet s’en est emparé et les mèmes ont commencé à circuler sur la façon dont le Canada allait commencer à détenir involontairement des patients atteints du COVID-19 dans des établissements gouvernementaux.

Il est important de noter que les affirmations de Hillier ont été démesurément exagérées en ligne, la désinformation circulant librement sur le fait que des enfants étaient enlevés à leurs parents pour être détenus dans ces établissements “pour le reste de leur vie”. Rien de tout cela n’est vrai.

Comme on pouvait s’y attendre, les “Fact-Checkers” se sont penchés sur les affirmations manifestement fausses et sont ressortis en force en qualifiant les déclarations de Hillier et les mèmes qui ont suivi de “théorie de la conspiration” qui sont “ totalement fausses “.

Oui, beaucoup de ces affirmations étaient totalement fausses. Cependant, les installations de quarantaine gérées par le gouvernement sont autorisées au Canada en vertu de la loi sur la quarantaine, adoptée en 2005 par le premier ministre Paul Martin. En juin 2020, le gouvernement fédéral a publié son troisième décret exigeant que toute personne entrant au Canada soit mise en quarantaine pendant 14 jours.

Le raisonnement contre les “théories du complot” en ligne était que ces sites de quarantaine étaient “volontaires” pour les citoyens canadiens.

Le gouvernement fédéral a annoncé le financement de sites de quarantaine volontaire pour certains sans-abri du pays et a fait des plans pour étendre la capacité d’auto-isolement pour les voyageurs internationaux de retour sans lieux appropriés pour aller, mais les Canadiens ne seront pas obligés de quitter leurs maisons pour les soi-disant “camps COVID”, a déclaré un porte-parole du ministre de la Santé Patty Hajdu à CBC News en Octobre pour dissiper les théories de conspiration.

En octobre, le Premier ministre Justin Trudeau a même répondu en déclarant que les allégations de détentions obligatoires pour COVID-19 étaient “une désinformation nuisible”.

“Malheureusement, il y a énormément de bruit et de désinformation nuisible sur Internet”, a déclaré Trudeau. “J’ai dû expliquer qu’étant donné que nous consommons des quantités croissantes et diverses sources d’information en ligne et autour de nous, nous devons continuer à être attentifs à la source, nous devons continuer à être attentifs à la comparaison des divers rapports et à la recherche de sources fiables”.

“La réponse est non, nous ne construisons pas de camps de confinement ou d’internement”, a déclaré le porte-parole du ministre de la santé dans un communiqué.

C’était en octobre et au fil des mois, le gouvernement a fait évoluer le poste d’objectif sur la façon dont les voyageurs sont traités. Désormais, même les voyageurs dont les tests sont négatifs seront contraints de se mettre en quarantaine à leur domicile sous la surveillance du gouvernement. Bien que cette mesure ne concerne que les personnes effectuant des voyages internationaux, comme nous l’avons vu, l’objectif a été modifié.

“Les personnes dont les tests sont négatifs pourront alors être mises en quarantaine chez elles sous une surveillance et une application considérablement renforcées”, a déclaré M. Trudeau lors d’une conférence de presse la semaine dernière. En ce qui concerne la “surveillance accrue”, cela comprendra des visites à domicile par des agents de sécurité privés.

“Il y aura de plus en plus d’entreprises de sécurité chargées de faire plus, je dirais même de ” faire du porte-à-porte “, pour contrôler les personnes en quarantaine”, a déclaré vendredi le Dr Theresa Tam, responsable de la santé publique au Canada, ajoutant que ces entreprises commenceraient dans 35 villes canadiennes et s’étendraient davantage dans les semaines à venir.

Mais la situation est encore pire pour ceux qui sont testés positifs. Souvenez-vous, il y a trois mois, un test positif signifiait une quarantaine “volontaire” dans une installation gouvernementale. La détention “obligatoire” était une “théorie du complot”. Mais ce n’est plus le cas.

“Ceux qui ont un test positif seront immédiatement mis en quarantaine dans des installations gouvernementales désignées pour s’assurer qu’ils ne transportent pas de variantes potentiellement préoccupantes”, a déclaré M. Trudeau à propos des nouvelles mesures.

“Immédiatement requis” ne signifie pas “volontairement”. Cela signifie que les citoyens seront contraints d’entrer dans ces installations. Les appeler “installations gouvernementales obligatoires” au lieu de “camps d’internement” est une question de sémantique. L’internement est défini comme l’état d’être enfermé comme un prisonnier, notamment pour des raisons politiques ou militaires. Cela ne ressemble-t-il pas à ce que Trudeau a dit dans la déclaration ci-dessus ? Voyez le changement de politique qui s’est produit dans la vidéo ci-dessous.

En effet, selon le propre site web du gouvernement, les contrevenants seront emprisonnés.

Le fait de ne pas respecter les instructions qui vous ont été données lors de votre entrée au Canada constitue une infraction à la loi sur la quarantaine et peut entraîner jusqu’à :
6 mois de prison et/ou
750 000 dollars d’amendes

Si vous ne respectez pas les obligations de quarantaine ou d’isolement obligatoires et que vous causez la mort ou des lésions corporelles graves à une autre personne, vous risquez de vous exposer à :
une amende pouvant aller jusqu’à 1 000 000 $ ou
une peine de prison allant jusqu’à 3 ans ou
les deux

La loi sur les contraventions donne à la police (y compris la GRC, la police provinciale et locale) plus de pouvoir pour appliquer la loi sur les contraventions. Ils peuvent désormais émettre des contraventions aux personnes qui ne respectent pas la loi. Les amendes vont de 275 à 1 000 dollars.

Telle est et a été la nature de l’État depuis le début de la pandémie. Les mesures d’État policier sont déployées progressivement. S’ils avaient tenté tout cela en mars dernier, soyez assurés qu’il y aurait une résistance massive avec le soutien des deux partis. Aujourd’hui, cependant, le pessimisme de la population encourage les efforts.

“C’est excellent. C’est dommage qu’il soit si tard. C’est quelque chose qu’ils auraient pu faire il y a longtemps”, a déclaré le Dr Andrew Morris, professeur de maladies infectieuses à l’Université de Toronto et directeur médical du programme de gestion des antibiotiques au Sinai-University Health Network.

“C’est certainement un pas dans la bonne direction”.

Ceux qui se remémorent l’histoire, cependant, ne sont pas forcement d’accord.

Aujourd’hui, cette théorie du complot d’il y a trois mois est appliquée dans la réalité.

“J’ai été escorté par la police jusqu’à une navette et emmené dans cet hôtel, qui est fermé au public”, a déclaré un homme au Toronto Sun après que l’Agence de santé publique du Canada n’ait pas accepté les résultats d’un test rapide – qui était négatif – et ait ordonné sa détention jusqu’à ce que les résultats de leur propre test soient connus.

“Le Sun a rapporté qu’il s’agissait d’un centre de détention. “Il y a une barrière qui empêche toute personne d’entrer et de sortir et un service de sécurité vérifie chaque véhicule qui entre dans la propriété”.

“Vous devrez pardonner à Steve Duesing de ne pas croire qu’il n’y a pas de centres d’internement COVID-19 au Canada….. Je suis dans un de ces centres”, a déclaré mardi au Toronto Sun l’homme de 34 ans de Scarborough, nommé Steve, après être devenu l’un des détenus.

“On m’a dit, lorsque je suis arrivé (à l’aéroport international Pearson) dimanche soir de Charlotte, que c’était soit trois jours de quarantaine, soit aller en prison.”

Il a donc été escorté dans une navette de l’aéroport Pearson jusqu’à l’hôtel Radisson situé à proximité, sur Dixon Rd. Mais ce n’est pas un séjour normal à l’hôtel.

“Je ne suis pas autorisé à quitter la chambre”, a-t-il déclaré. “Il y a un garde au bout du couloir.”

Tout comme un prisonnier, il reçoit de l’eau et un sandwich au jambon.

“Je n’ai aucun symptôme”, a dit Steve. “Je suis en colère, mais à part ça, je vais bien.”

Steve n’est pas un incident isolé. Rien que sur son vol, il dit que huit autres personnes ont été emmenées aussi. “Certains ont pleuré et ont dit qu’ils allaient perdre leur emploi ou qu’ils n’avaient pas de baby-sitter”, dit-il.

“Il n’y a pas eu de clémence. Ils n’étaient plus libres. Ils ont été placés sous la garde du gouvernement”, écrit le Sun.

Voir aussi :
L’Italie lance un appel d’offre pour l’ouverture de camps covid réservés aux mineurs
La Chine construit un gigantesque camp de détention COVID
Allemagne : Le centre pour migrants de Saxe va être transformé en camp de concentration pour les transgresseurs des règles covid
Allemagne : vers l’internement obligatoire de citoyens qui enfreignent la quarantaine ?
Projet de loi A416 de l’État de New York : Camps de quarantaine et vaccinations forcées
Canada : Un camp COVID-19 est-il bâti sur le terrain de l’hôpital Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme, dans la région des Laurentides ?

Source : https://thefreethoughtproject.com/watch-covid-detainment-facilities-go-from-conspiracy-theory-to-official-govt-policy-in-3-months/
Traduction par https://cv19.fr


guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x