Confinement, Psychosocial

Canada : Une femme de 90 ans choisit le suicide assisté plutôt que de subir un autre confinement

Rappelez-vous ce qu’on vous dit depuis le début de l’épidémie de coronavirus, il faut tout sacrifier pour sauver la vie des personnes de 90 ans en maison de retraite.

Quand il est devenu clair que le coronavirus n’est pas dangereux pour les personnes de moins de 65 ou 70 ans, on vous a dit que tout ce que nous faisions, c’était pour sauver les personnes âgées.

Les médias vous ont dit qu’il fallait sacrifier l’avenir de générations entières pour essayer de permettre aux résidents des maisons de retraite de vivre quelques mois ou années de plus.

https://www.ctvnews.ca/health/facing-another-retirement-home-lockdown-90-year-old-chooses-medically-assisted-death-1.5197140

Lorsque Nancy Russell, 90 ans, est morte le mois dernier, elle était entourée de ses amis et de sa famille.

Ils se sont regroupés autour de son lit, en chantant une chanson qu’elle avait choisie pour l’envoyer au loin, alors qu’un médecin l’aidait à traverser une mort médicalement assistée.

C’était tout le contraire des mois de solitude et de confinement que Russell avait endurés dans la maison de retraite où elle avait vécu pendant plusieurs années – c’était là tout l’intérêt.

Partout au Canada, les maisons de soins de longue durée et les maisons de retraite voient augmenter le nombre de cas de COVID-19 et de décès, une tendance inquiétante qui conduit à plus de restrictions pour les résidents.

Mais ces fermetures font payer un autre tribut à ceux qui ne contractent pas la COVID-19.

Les résidents prennent leurs repas dans leurs chambres, voient leurs activités et leurs réunions sociales annulées, les visites familiales réduites ou supprimées. Parfois, ils sont isolés dans leurs petites chambres pendant des jours. Ces mesures, qui visent à sauver des vies, peuvent parfois être suffisamment préjudiciables à la santé générale des résidents pour qu’ils se retrouvent à envisager d’autres options.

Russell, décrit par sa famille comme étant exceptionnellement sociable et vive, était l’une de ces personnes. Sa famille dit qu’elle a choisi une mort médicalement assistée (MAID) après avoir décliné si fortement pendant le confinement qu’elle ne voulait pas subir un nouvel isolement cet hiver.

Séquestration, injections létales, syndrome de glissement, les personnes âgées en maison de retraite sont en effet les populations qui ont le plus souffert pendant cette crise.

Lorsque vous exposez le fait que ce confinement ne sert même pas son objectif déclaré de sauver les octogénaires et les nonagénaires, vous démontrez clairement qu’il y a un programme complètement différent à l’œuvre.

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x