Category: Politiques restrictives

Dépistage massif dans les écoles et appel à la délation

Le 14 Janvier le Gouvernement a annoncé un protocole de dépistage massif de la Covid19 chez les élèves et les enseignants dont il n’est pas peu fier : « Nous avons monté un protocole qui vise à dépister jusqu’à un million d’enfants et d’enseignants par mois, ce qui est énorme. En descendant le dépistage jusqu’à l’âge de 6 ans, partout là où ça fait sens »

Lire l’article du Monde ici: Olivier Véran annonce un protocole pour tester massivement le Covid-19 chez les élèves et les enseignants

Pouvez-vous, en tant que parent, refuser que votre enfant se fasse tester ou vacciner à l’école?

Oui. Selon l’Education nationale, il est interdit d’apporter des soins médicaux à un enfant en milieu scolaire. Le caractère obligatoire du test PCR n’est pas non plus précisé dans le protocole scolaire.

Notez également que selon l’art 371-1 du code civil, l’autorité appartient aux père et mère jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité.

Néanmoins, et dans un contexte de cacophonie et de défiance entretenu par une communication dissolue des membres du gouvernement, il nous paraissait légitime de vous proposer de marquer cet état de fait par la production d’un avenant à la fiche infirmerie. Ce document a été produit par notre juriste et peut donc être utilisé pour rappeler qu’aucun acte médical ne doit être appliqué sans votre consentement.

Que pouvons nous faire ?

Utiliser l’avenant à la fiche “Avenant dérogatoire à la Fiche infirmerie,
d’information sanitaire et d’urgence sanitaire” que nous vous proposons plus bas.

Comment agir ?

A noter que les parents devront le communiquer en courrier RAR ou remis en mains propres contre décharge avec signature en s’assurant de la qualité exacte du destinataire du document (l’essentiel c’est de s’assurer de la traçabilité et de pouvoir être en mesure d’en rapporter la preuve en cas de difficultés)

Dernières petites suggestions de réactions immédiates à avoir suite aux tentatives de discrédit ultérieures qui seront faites : « si ce genre de document n’est pas prévu par les textes, il n’est pas pour autant interdit d’autant que la preuve (du consentement ou non) peut se rapporter par tout moyen.”

Les outils à disposition

Peu de temps après le lancement de cette campagne de dépistage, un appel à la délation a été lancé pour lister toutes personnes s’opposant aux recommandations officielles du gouvernement en matière de politique sanitaire en milieu scolaire.

https://laminutedericardo.com/?aiovg_videos=leffroyable-circulaire-pour-nos-enfants

En cas de doutes, les enseignants pourront envoyer des fiches de signalements, et la famille suivi.

Aujourd’hui les tests, demain la vaccination ?

Sources : https://reinfocovid.fr/operations_speciales/tests-covid-dans-les-ecoles-avenant-a-la-fiche-infirmerie/
https://laminutedericardo.com/?aiovg_videos=leffroyable-circulaire-pour-nos-enfants

La France et le Canada imposent de nouvelles restrictions de déplacements

Le gouvernement français va fermer les frontières de l’État à tout trafic en provenance ou à destination de pays extérieurs à l’UE à partir de dimanche, a annoncé le Premier ministre Jean Castex, dans un effort pour éviter un nouveau confinement en France.
Le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé vendredi des restrictions plus strictes pour les voyageurs en réponse aux nouveaux variants du nouveau coronavirus. Il a notamment rendu obligatoire la mise en quarantaine des voyageurs dans un hôtel à leurs frais à leur arrivée au Canada et a suspendu les services aériens vers le Mexique et toutes les destinations des Caraïbes jusqu’au 30 avril.

Des détenus dans une cellule de la prison de Quezaltepeque au Salvador. (Image : Reuters)

Lors d’un discours télévisé après sa rencontre avec le président Emmanuel Macron et des ministres de haut rang, M. Castex a déclaré que les fonctionnaires avaient décidé de ne pas introduire un nouveau confinement national dans une tentative drastique pour freiner les nouvelles infections à Covid. Au lieu de cela, des contrôles frontaliers plus stricts sont mis en place ainsi que des mesures plus sévères contre les contrevenants.
Il a ajouté qu’à partir de dimanche minuit, une interdiction sera mise en place pour toute personne arrivant de l’extérieur de l’UE ou quittant la France pour un pays tiers, à l’exception des déplacements essentiels. Les voyageurs en provenance d’un pays de l’UE devront prouver que leur test PCR est négatif.

En attendant, le travail à domicile doit être soutenu autant que possible par des entreprises en France, a ajouté M. Castex.

Davantage de policiers seront mobilisés pour assurer le respect du couvre-feu de nuit actuel de 12 heures, a déclaré M. Castex, avertissant qu’une “fermeté particulière” serait montrée à toute personne ne s’y conformant pas, ou qui se rassemble pour des fêtes illégales.

“A partir de ce dimanche, les centres commerciaux non alimentaires d’une superficie de plus de 20 000 mètres carrés, qui favorisent le plus le brassage des populations, seront fermés”, a-t-il ajouté.

M. Trudeau a déclaré qu’en plus du test de pré-embarquement que le Canada exige déjà, le gouvernement introduira un test PCR obligatoire à l’aéroport pour les personnes qui rentrent au Canada.

“Les voyageurs devront ensuite attendre jusqu’à trois jours dans un hôtel agréé pour obtenir les résultats de leur test, à leurs frais, qui devraient s’élever à plus de 2 000 dollars”, a déclaré M. Trudeau.

“Ceux dont les résultats sont négatifs pourront ensuite être mis en quarantaine chez eux, sous une surveillance et une application considérablement renforcées”.

Le coût élevé du séjour à l’hôtel comprend le coût d’un test PCR privé, la sécurité, la nourriture et le coût des mesures que les hôtels désignés devront prendre pour assurer la sécurité de leurs travailleurs.

Le Premier ministre a déclaré que les personnes dont les tests sont positifs seront immédiatement mises en quarantaine dans des installations gouvernementales désignées afin de s’assurer qu’elles ne transportent pas de variantes particulièrement préoccupantes.


M. Trudeau a également déclaré que le gouvernement et les principales compagnies aériennes canadiennes ont convenu de suspendre immédiatement les services vers les destinations touristiques. Il a ajouté qu’Air Canada, WestJet, Sunwing et Air Transat annuleront leurs services aériens vers toutes les destinations des Caraïbes et du Mexique à partir de dimanche et jusqu’au 30 avril.

“Ils prendront des dispositions avec leurs clients qui sont actuellement en voyage dans ces régions pour organiser leurs vols de retour”, a déclaré M. Trudeau.

Il a ajouté qu’à partir de la semaine prochaine, tous les vols internationaux de passagers devront atterrir dans les quatre aéroports suivants : Vancouver, Toronto, Calgary et Montréal.

“Nous allons également, dans les prochaines semaines, exiger des voyageurs non essentiels qu’ils présentent un test négatif avant d’entrer à la frontière terrestre avec les États-Unis, et nous travaillons à la mise en place d’exigences supplémentaires pour les voyages terrestres”, a déclaré M. Trudeau.

Le Canada exige déjà que les personnes entrant dans le pays s’isolent pendant 14 jours et présentent un test COVID-19 négatif effectué dans les trois jours précédant leur arrivée.

Sources : https://www.rt.com/news/514090-france-closing-borders-covid/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=RSS
https://www.pbs.org/newshour/world/canada-to-impose-more-travel-restrictions-in-response-to-covid-19-variants

L’Allemagne se prépare au rationnement de l’électricité pour stabiliser le réseau d’énergie verte

L’Allemagne cherche maintenant à rationner son approvisionnement en électricité pour stabiliser son réseau d’énergie verte. Le pays européen a réfléchi à cette mesure dans un contexte de pannes d’électricité imminentes dues à l’instabilité de son approvisionnement en énergie.

Les problèmes énergétiques du pays ont également menacé la stabilité du grand réseau de l’Union européenne.

L’Allemagne disposait autrefois de l’un des réseaux électriques les plus stables et les plus fiables du monde lorsque la production d’électricité était entre les mains d’ingénieurs et d’experts. Cependant, la montée de l’alarmisme climatique dans les années 1990 a permis aux militants et à leurs alliés politiques de faire pression en faveur de l'”énergie verte”. Les fluctuations et les intermittences de l’approvisionnement en énergie pouvaient être facilement gérées à faible coût, ont-ils insisté.

Leurs efforts ont conduit à l’adoption de la loi sur les sources d’énergie renouvelables (EEG) en 2000. Il s’est avéré que l’efficacité de la loi sur les sources d’énergie renouvelables a causé plus de tort que de bien à l’approvisionnement en électricité de l’Allemagne. Celle-ci a actuellement les prix de l’électricité les plus élevés au monde, ce qui l’oblige à dépendre davantage des importations. En outre, elle n’a jamais réussi à atteindre ses objectifs en matière d’émissions.

Ironiquement, le parlement allemand a abordé ces questions en s’appuyant encore plus sur l’énergie verte. Il a ordonné la fermeture des centrales au charbon et des centrales nucléaires, plus stables et plus productives. Les politiciens du pays ont également adopté des lois visant à limiter la quantité d’énergie consommée par les entreprises et les particuliers.

Le ministre allemand des affaires économiques propose une loi limitant la puissance des stations de recharge pour véhicules électriques

Le magazine Tichys Einblick a rapporté que le ministre fédéral allemand de l’économie et de l’énergie, Peter Altmaier, a proposé une loi permettant le “lissage des pics” pour les fournisseurs d’énergie. La loi d’Altmaier sur le lissage des pointes permet aux services publics de “couper temporairement l’alimentation de charge des voitures électroniques” lorsque l’électricité disponible est insuffisante. Les compagnies d’électricité ont demandé des lois similaires à celles proposées par le ministre de l’énergie, étant donné l’instabilité des sources d’énergie éolienne et solaire.

Le projet de loi de M. Altmaier indiquait que les “installations à consommation contrôlable” pourraient voir leur alimentation électrique coupée jusqu’à deux heures par jour. Ces installations, qui comprennent des stations de recharge et des pompes à chaleur, pourraient être entièrement déconnectées du courant s’il y avait une menace de surcharge du réseau. La proposition a depuis lors été rappelée au moment de la rédaction du présent document.

Toutefois, le pays a annoncé qu’il allait faire un grand pas en avant dans le domaine de la mobilité électrique – avec une vaste expansion prévue dans le futur. L’Allemagne ne dispose que de 33 000 stations de recharge électrique desservant 50 millions de véhicules. L’augmentation prévue du nombre de voitures électriques ne servira qu’à soutenir la demande de pointe en électricité.

En parlant de la question du réseau électrique allemand, Tichys Einblick a fait remarquer : “La situation dans les réseaux électriques est devenue trop critique. La seule chose qui aide, ce sont les idées abstruses comme : “Vous n’êtes pas autorisé à recharger votre voiture de 10 heures à 20 heures tous les jours !

Compter sur une énergie 100 % verte est une bonne chose en théorie, mais une mauvaise chose en pratique

Selon Tichys Einblick, un certain nombre d’industries sont en train de bénéficier d’efforts de “lissage des pointes” depuis quelque temps déjà. Les entrepôts frigorifiques et les fonderies d’aluminium doivent supporter d’être déconnectés de leur alimentation électrique pendant des périodes limitées. Cependant, la publication a noté : “C’est un jeu dangereux [pour les fonderies d’aluminium] car après trois heures, le métal fondu s’est solidifié et l’usine est ruinée.”

Tichys Einblick a poursuivi : “Le gouvernement allemand a reconnu que dans le futur système électrique, il ne sera plus possible de satisfaire toutes les demandes à tout moment. Par conséquent, le contrôle du côté des consommateurs doit être mis sur des bases légales”.

Le magazine a insinué que les pannes d’électricité seraient un phénomène quotidien. “Les consommateurs contrôlables tels que les pompes à chaleur, les chauffages électriques et les boîtiers muraux, c’est-à-dire les stations de recharge pour les téléphones portables, seraient coupés à des moments variables”, a-t-il déclaré.

Il n’est pas nécessaire de regarder de l’autre côté de l’océan Atlantique pour voir le problème que pose le recours aux énergies renouvelables. En juillet 2018, l’État de Californie a demandé à ses habitants de limiter leur consommation d’électricité pendant les heures de pointe. Cet appel est intervenu alors qu’un “dôme de chaleur” s’installait dans le sud-ouest du pays, ce qui a incité davantage de Californiens à utiliser leurs climatiseurs. Deux mois auparavant, la North American Reliable Energy Corporation (NERC) avait averti que l’État était confronté à “un risque important de rencontrer des conditions d’exploitation qui pourraient entraîner un manque de réserves de fonctionnement”.

La dépendance de la Californie à l’égard de l’énergie éolienne et solaire lui a donné un avantage sur la lutte contre le “réchauffement climatique” – au prix d’une alimentation électrique ne répondant pas à la demande.

Sources:
TichysEinblick
NoTricksZone.com
DailyCaller.com
LATimes.com
NaturalNews
Traduction par https://cv19.fr

Allemagne : vers l’internement obligatoire de citoyens qui enfreignent la quarantaine ?

Face à la recrudescence du nombre de cas de Covid-19 outre-Rhin, certains Länder envisagent de réquisitionner diverses infrastructures, pour les utiliser comme centres de détention réservés à des cas extrêmes de violation de quarantaine.

Source vidéo : https://www.bild.de/video/clip/news-inland/im-knast-der-quarantaene-verweigerer-wer-nicht-hoeren-will-muss-sitzen-75013668,pAi=true.bild.html

Selon une enquête menée par le célèbre quotidien allemand Die Welt et publiée le 17 janvier, plusieurs Länder (Etats fédérés) souhaitent instaurer des lieux de détention obligatoire pour les individus qui enfreignent à plusieurs reprises les mesures de quarantaine visant à lutter contre le Covid-19, dont la propagation s’accélère depuis début novembre outre-Rhin. Si certains Länder refusent d’avoir recours aux admissions forcées, d’autres prévoient de réquisitionner à cet effet diverses infrastructures telles qu’un centre de détention pour mineurs, ou des cliniques qui seraient surveillées en permanence par un «service de sécurité».

D’après les autorités des différents Länder souhaitant recourir aux admissions forcées, interrogées par Die Welt, la pratique serait réservée aux cas «extrêmes», à savoir des violations répétées de la quarantaine par des individus se sachant contaminés. Le journal allemand cite comme exemple du type de problèmes rencontrés par les autorités, celui d’un homme de 27 ans mis en examen dans la ville de Göttingen (Baxe-Saxe) pour s’être entraîné deux fois dans une salle de sport en mai 2020, alors qu’il se savait être infecté par le Covid-19.

Hôpitaux et centre de détention réquisitionnés

Parmi les Länder qui devraient prochainement avoir recours aux admissions forcées, figure selon le tour d’horizon de Die Welt le Bade-Wurtemberg, un Land du sud du pays frontalier de la France. Deux hôpitaux devraient bientôt y être mis à disposition afin de servir de centres de détention pour les «briseurs de quarantaine». Un porte-parole du ministère local des Affaires sociales précise que ces lieux seront surveillés «en permanence par un service de sécurité».

Tout au nord du pays, le Schleswig-Holstein prévoit d’accueillir dès les prochains jours qui viennent les récidivistes dans le centre de détention pour mineurs de Moltsfelde, à Neumünster.

Le Brandebourg, Land qui entoure Berlin, veut également mettre en place un bâtiment visant à centraliser les «briseurs de quarantaine», qui pourrait être un hôpital ou d’autres «installations appropriées» où seraient internés les contrevenants, selon les termes utilisés par les autorités interrogées par Die Welt.

En Saxe, dans l’est du pays, la loi prévoit que les citoyens qui enfreignent la quarantaine soient détenus dans un «hôpital fermé à clé ou dans un autre logement approprié». Jugeant «plutôt improbable» de devoir recourir à ce scénario extrême, le ministère local des Affaires sociales précise néanmoins rechercher un lieu «adapté aux soins médicaux [et pouvant] être gardé par la police», afin de ne pas empiéter sur les besoins de lits d’hôpital.

Des mesures protégées par la Constitution

Selon Christoph Degenhart, professeur de droit constitutionnel interrogé par le quotidien allemand, de telles mesures d’internement seraient conformes à la constitution allemande – pourtant très protectrice des libertés individuelles – à condition que la quarantaine forcée soit prononcée par un juge. En outre, il souligne que ces mesures, pour rester constitutionnelles, doivent être «proportionnées» à des «violations massives et répétées de l’obligation de quarantaine».

Certains Länder comme la Bavière ou Berlin, ne prévoient en revanche aucune mesure d’internement obligatoire prochainement.

Alors qu’elle était parfois citée en exemple lors de la première vague de Covid-19 du printemps 2020, l’Allemagne voit le nombre de nouveaux cas et de décès dus au coronavirus augmenter nettement depuis début novembre. Le 20 janvier, 1 013 décès dus au Covid étaient comptabilisés en Allemagne, pour un total de 50 000 morts depuis le début de la pandémie.

Outre-Rhin, toute personne dépistée positive au Covid-19 est soumise à une quarantaine de deux semaines. Les personnes qui reviennent d’une zone à risque doivent également être mises en quarantaine pendant dix jours, c’est-à-dire une période qui peut être réduite à cinq jours après un test négatif. Les personnes cas-contacts ou attendant le résultat d’un test sont appelées à pratiquer une auto-quarantaine. En cas de non-respect de cette législation, les amendes, qui sont du ressort des différents Länder, peuvent s’élever jusqu’à 25 000 euros, selon Die Welt.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/83007-covid-allemagne-vers-internement-obligatoire-pour-ceux-qui-enfreignent-quarantaine

Voir aussi : Un tribunal allemand déclare le confinement régional inconstitutionnel dans une décision politiquement explosive
Un citoyen allemand a gagné un procès, il était accusé d’avoir fété son anniversaire (ils étaient 8).

L’Italie lance un appel d’offre pour l’ouverture de camps covid réservés aux mineurs

L’administration régionale a publié un appel d’offres concernant la mise en place de camps pour concentrer les enfants testés positifs au covid, dont ceux asymptomatiques ou “nécessitant un isolement”.
Les enfants testés positifs devront-ils être retirés de leurs parents et concentrés dans des camps covid ?

Expression d’intérêt pour la sélection de deux établissements, l’un au nord et l’autre au sud de la Sardaigne, susceptibles d’accueillir des mineurs positifs au covid

La Direction générale des politiques sociales a approuvé la manifestation d’intérêt pour la désignation d’au moins deux structures de filtrage pour l’accueil des mineurs covid-positifs de tout le territoire régional, l’une située au nord et l’autre au sud de la Sardaigne.

L’objectif de l’appel à manifestation d’intérêt est d’identifier un nombre suffisant de structures disponibles pour recevoir et héberger des mineurs covid positif asymptomatiques/ayant des symptômes ou des mineurs nécessitant un isolement (structures de filtrage).

Les installations auxquelles s’adresse la manifestation d’intérêt doivent répondre aux exigences structurelles, techniques et organisationnelles prévues par les dispositions régionales applicables, y compris celles concernant la prévention/transmission de l’infection à covid 19.

Les demandes, par les organismes de gestion, doivent être présentées et signées par le représentant légal dans un délai d’au moins 15 jours à compter de la date de publication de la manifestation d’intérêt et, en tout état de cause, au plus tard à 14h00 le 21/01/2021, doivent être envoyées exclusivement par PEC à [email protected].

Voir les documents

Source : http://www.regione.sardegna.it/j/v/2568?s=418627&v=2&c=3&t=1
https://archive.vn/uU8VP

Traduction par https://cv19.fr

Le Haut conseil pour la Santé publique recommande que la règle de distanciation sociale soit étendue à 2 mètres

Les gestes barrières vont-ils encore évoluer dans les prochains jours? Un décret reprenant les recommandations du Haut Conseil pour la santé publique (HCSP) en vue de les intégrer au protocole sanitaire est attendu ce vendredi. Parmi les mesures préconisées par le HCSP: le port de masques de catégorie 1 et le bannissement des masques artisanaux, et l’élargissement de la distanciation sociale, qui passerait d’un mètre à deux en cas de non port du masque.

Cette distance “correspond à la projection des postillons”, a expliqué ce vendredi matin sur notre antenne le docteur Alain Ducardonnet, consultant santé de BFMTV.

“Lorsque vous enlevez le masque pour manger ou que vous voulez fumer, il faut avoir ces deux mètres. Quand vous avez le masque, c’est moins important puisqu’on filtre les postillons”, a-t-il précisé. Selon le médecin, ce mètre de plus est également un outil “pour prévenir” l’augmentation des cas positifs au Covid-19 “liée aux variants”.

Impact sur le contact tracing des personnes infectées

Si la mesure est inscrite au décret, elle aura notamment un impact sur les règles d’identification des cas contacts. Jusqu’à présent, ces derniers sont considérés comme tels après avoir été exposés à moins d’un mètre sans masque d’une personne positive au Covid-19.

“Ça va avoir des conséquences dans la manière dont l’Assurance maladie fait le contact tracing pour identifier les cas-contacts”, avec des mesures d’isolement à la clé, a commenté le ministère de la Santé, cité par l’Agence France-Presse.

Selon Matignon, les protocoles de “contact tracing” vont être “renforcés” pour chercher plus de contacts encore que dans une “protection classique”. Pour Jean-Michel Pawlotsky, virologue à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne), cette augmentation de cas contacts potentiels pourrait entraîner une surcharge de patients à dépister. “Ca peut peut problème, en effet. On peut se retrouver avec un nombre de tests qui augmente”, a-t-il expliqué dans les colonnes du Parisien.

“Une garantie supplémentaire”

Autre conséquence possible: l’évolution des protocoles sanitaires déployés dans les entreprises ou les administrations. Si la ligne du gouvernement reste le distanciel et le télétravail, cette nouvelle distance devra être respectée pour les salariés se rendant sur leur lieu de travail.

Source : https://www.bfmtv.com/sante/covid-19-que-changerait-la-nouvelle-regle-des-deux-metres-de-distance_AN-202101220155.html

La Chine construit un gigantesque camp de détention COVID

Des images sont apparues d’une énorme installation de quarantaine en cours de construction en Chine pour accueillir les personnes infectées par le coronavirus, et probablement toute autre personne que l’État considère comme un danger au regard du COVID.

La vidéo montre qu’un complexe tentaculaire dans la province de Hebei sera entièrement terminé en une semaine.

Le camp, situé à la périphérie de la ville de Shijiazhuang, contiendrait plus de 4000 “suites d’isolement”, qui ressemblent à des conteneurs de transport sous forme de cellules.

Les barreaux des fenêtres sont probablement là pour empêcher les gens d’entrer… n’est-ce pas ?

Les rapports indiquent que plus de 20 000 villageois de la région ont déjà été mis en quarantaine dans des installations d’isolement depuis le début de l’année.

L’organisation médiatique publique chinoise CCTV a visité l’intérieur des installations :

Rien à voir ici, juste un super Etat communiste construisant un camp de détention géant.

Mais ça n’arrivera pas ici… n’est-ce pas ?

Allemagne : Le centre pour migrants de Saxe va être transformé en camp de concentration pour les transgresseurs des règles covid
L’armée néo-zélandaise va superviser les installations de quarantaine après la découverte de nouveaux cas de COVID-19
Canada : Un camp COVID-19 est-il bâti sur le terrain de l’hôpital Hôtel-Dieu de Saint-Jérôme, dans la région des Laurentides ?
Projet de loi A416 de l’État de New York : Camps de quarantaine et vaccinations forcées

Source : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9162697/Coronavirus-China-Footage-shows-massive-quarantine-camp-built-COVID-19-epicentre.html
Traduit par https://cv19.fr

Appel à la non-prorogation de l’état d’urgence sanitaire

Résumé des faits

Cela fait maintenant près d’1 an que nous sommes sous Etat d’Urgence Sanitaire. Ce dernier devait prendre fin le 16 Février 2021. Petit à petit, nous devions retrouver une VRAIE démocratie dans laquelle tous les pouvoirs devaient s’équilibrer…

Pourtant le gouvernement, avec l’appui du Conseil Scientifique qualifiant le contexte sanitaire de « fragile », a décidé de proposer la prolongation de cet Etat d’Urgence Sanitaire jusqu’au 1er Juin 2021 (et renouvelable jusqu’au 31 décembre 2021).

Le 20 et 21 Janvier, les députés de l’Assemblée Nationale devront donc débattre de cette proposition de loi.

L’Etat d’Urgence Sanitaire, qu’est-ce que c’est ?

En temps normal, le gouvernement détient seulement le pouvoir exécutif, c’est-à-dire celui de faire exécuter les lois. C’est au Parlement que revient le pouvoir législatif, permettant le vote des lois, le CONTRÔLE de l’action du gouvernement et la REPRESENTATION du peuple (il est élu).

Mais pendant l’état d’urgence sanitaire, les rôles sont inversés. Le Parlement est privé de tout pouvoir, toute parole. Et, à l’inverse, le gouvernement devient dominant, et son action n’est plus contrôlée. Le gouvernement a donc la possibilité de prendre des mesures de protection contraignantes, sans aucun contrôle du Parlement législateur (c’est-à-dire de l’organe représentant le peuple).

Ces mesures incluent la possibilité pour le gouvernement de :

  • Interdire aux personnes de sortir de leur domicile,
  • Réglementer ou interdire la circulation des personnes et des véhicules et réglementer l’accès aux moyens de transport et les conditions de leur usage,
  • Ordonner des mesures de quarantaine, de placement et de maintien en isolement,
  • Ordonner la fermeture provisoire et réglementer l’ouverture, y compris les conditions d’accès et de présence, d’une ou plusieurs catégories d’établissements recevant du public ainsi que des lieux de réunion,
  • Prendre par décret toute autre mesure réglementaire limitant la liberté d’entreprendre.

Pourquoi ça nous choque…

Depuis près d’un an que nous subissons cet état d’urgence sanitaire, le Parlement est devenu « inutile ». Le peuple n’est plus représenté, son avis n’est pas pris en compte pour des questions concernant pourtant sa santé et sa sécurité tant financière que psychologique.

Cela a abouti au désastre de l’année 2020, avec des mesures liberticides édictées par le gouvernement, sans aucune possibilité de contestation (et aucune preuve réelle aujourd’hui n’ayant justifié les mesures).

Ce n’est plus acceptable.

Ce projet de loi, visant à repousser une fois de plus la fin de la situation d’urgence sanitaire, semble faire basculer la normalité dans l’urgence sanitaire, alors que, à part les problèmes récurrents de manques de lits en réanimation, rien d’exceptionnel ne se passe.

Si la situation n’était pas si dramatique pour certains, elle pourrait être ubuesque. Soit il y a une épidémie et on prend des mesures radicales de fermeture de frontières, arrêt du trafic aérien, transports, isolement et pistage des cas contacts, comme cela a été fait en 2003 et 2009, où l’épidémie a alors été très rapidement étouffée. Soit il n’y a pas d’épidémie, à part les grippes saisonnières qui vont toucher de plus en plus de personnes âgées, à cause de leur nombre de plus en plus élevé.

Mais on ne peut accepter de continuer à détruire le tissu économique et social d’un pays, à compter les suicides, les faillites, à voir augmenter le nombre de dépressions et autres dégâts psychologiques.

La pression actuelle devient insupportable et contribue activement à l’affaiblissement des défenses immunitaires des français soumis aux assauts de multiples maladies. Les chiffres de l’Insee rappellent que seule la mortalité chez les plus de 65 ans a augmenté, et ce pour les raisons évoquées plus haut.

La confusion, la peur, la détresse des français les rendent vulnérables et presque plus capables d’assurer le quotidien.

Aucune preuve réelle aujourd’hui ne justifie les mesures de restriction prises.

La médecine n’est pas une affaire de sondage, mais un lien privé entre un médecin et son patient. C’est donc au médecin d’agir et non à un millefeuille d’organismes de sondage et de statistiques.

Que pouvons nous faire ?

Reprendre la parole et notre place de citoyen, ne plus faire que suivre ni subir, rallumer l’étincelle.

Mettons nos responsables politiques face à leurs responsabilités: nous les avons élus pour nous représenter, défendre nos intérêts. Nous exigeons des résultats.

Exigeons de nos députés et sénateurs de nous fournir les preuves de l’efficacité des mesures qui ont été prises en 2020.

Quelles sont les études qui prouvent l’efficacité d’un couvre-feu ? Quelles sont celles qui démontrent l’intérêt de confiner toute une population ? Qu’en est-il des autres pays, ceux qui n’ont pas confiné, ni appliqué de telles mesures restrictives?

Elargissons le débat !

Enfin, rappelons-leur également ce point essentiel : contrairement à ce qui a été affirmé par le Président Macron lors de son allocution du 28 octobre, il existe une 4e voie !

Prévention, détection ciblée et traitement précoce : le rôle du médecin traitant doit être remis au centre du processus global de prise en charge du patient.

Pas de lettre-type, encore une fois. Cette question vous appartient.

Faites l’effort d’effectuer vos recherches, impliquez-vous, soyez déterminé !

Comment agir ?

Vous pouvez écrire à votre député en sélectionnant son adresse courriel ici : Rechercher votre député

Quant à la liste des sénateurs, elle est disponible ici, sur le site du Sénat : liste des sénateurs par ordre alphabétique 

Opération “tweet” les 20 et 21 janvier: tweetez directement vos questions à votre député au moment des discussions publiques.

On compte sur vous pour placer #StopEtatdUrgence en TT !

Dates limites pour agir

Le texte doit être examiné en séance publique par les députés les 19, 20 et 21 janvier, puis par les sénateurs le 27 janvier 2021

Les outils à disposition

Pour vous aider, voici certains des propos d’Olivier Véran tenus devant la Commission des lois pour présenter son projet de loi prolongeant l’Etat d’Urgence Sanitaire.

Nous avons rajouté des idées de questionnement qui pourraient être envoyées aux députés par rapport aux propos tenus par le Ministre de la Santé :

« Les mesures de police sanitaire prises depuis plusieurs mois ont permis de limiter la propagation du virus et d’éviter la saturation des services de réanimation »,

=> Quelles sont les preuves de l’efficacité des mesures ?

« Le virus circule toujours activement en France à un niveau élevé qui, progressivement, tend à nouveau à augmenter ».

=> Quelles sont les preuves de la circulation incontrôlée du virus et de la saturation actuelle des hôpitaux ?

« Le nouveau variant du SARS-CoV-2, le VOC-202012/01 – plutôt que le « variant anglais » – pourrait être sensiblement plus contagieux que les formes du virus circulant jusqu’ici, ce qui fait peser un risque accru de reprise épidémique en dépit des mesures prises pour limiter les importations de cas. Selon les études scientifiques, il y aurait environ 1 % de cas positifs au VOC-202012/01 ».

=> Où sont ces études ?

Voici également quelques données pour entamer vos recherches :

Source : https://reinfocovid.fr/operations_speciales/appel-a-la-non-prorogation-de-letat-durgence-sanitaire/

Le gouvernement va rendre obligatoire les “QR codes” dans les lieux accueillants du public

INFORMATION RMC –  Ce dispositif est amené à devenir une alternative aux “cahiers de rappel” physique qui servaient jusqu’alors à enregistrer la présence dans certains lieux publics considérés à risques par les autorités.

Christopher Hammond Director of the Sukhothai Thai restaurant in Leeds, uses the Venue Check-in feature of the new NHS Covid-19 mobile phone application, to scan a QR code at Sukhothai, after the app went live on Thursday morning. PA Photo. Picture date: Thursday September 24, 2020. See PA story HEALTH Coronavirus. Photo credit should read: Danny Lawson/PA Wire

Un temps évoqué, la décision est actée: le gouvernement va rendre obligatoire l’installation de “QR codes” dans les lieux accueillant du public. Sont ainsi concernés tous les bars, tous  les restaurants et les salles de sport. Les Maisons France Service seront également équipées prochainement.

L’objectif est clair: les clients ou usagers devront scanner ces codes avec leurs smartphones et remplir leurs informations (identité et numéro de téléphone, notamment). Ce dispositif est amené à devenir une alternative aux “cahiers de rappel” physique qui servaient jusqu’alors à enregistrer la présence dans certains lieux publics considérés à risques par les autorités. 

Le gouvernement vise principalement les lieux à risque élevé de contamination. “C’est un gros chantier pour permettre la réouverture de ces lieux fermés depuis longtemps” nous confirme le cabinet du secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Cédric O. 

L’idée du gouvernement est ainsi de favoriser le “traçage” et de remonter les chaînes de contaminations, en particulier lorsque ces lieux de contamination à haut risque rouvriront. 

L’application TousAntiCovid, qui sera au coeur de ce dispositif, a déjà été téléchargée par 12,5 millions de Français. Le gouvernement s’était fixé l’objectif de 15 millions de téléchargements pour que l’application soit totalement efficace. 

A date, 54.000 cas contacts ont été prévenus et 99.000 cas de Covid-19 déclarés sur l’application.

Source : https://rmc.bfmtv.com/emission/le-gouvernement-va-rendre-obligatoire-les-qr-codes-dans-les-lieux-accueillants-du-public-2029812.html?fbclid=IwAR0uQ4ge_BY7NB_5cHh5MV8brFFvkieQ8tZf8a6pOBFYMKOrRlENsfD4DKE#page/contribution/index

Allemagne : Le centre pour migrants de Saxe va être transformé en camp de concentration pour les transgresseurs des règles covid

Un bâtiment qui accueillait autrefois les demandeurs d’asile en Allemagne est en train d’être transformé en “prison corona”, un centre de détention pour les personnes qui violent à plusieurs reprises la quarantaine, a rapporté le tabloïd allemand Bild.

Ce bâtiment, situé dans le nord de Dresde, en Saxe, a été construit en 2017 pour un coût de 30 millions d’euros (36,4 millions de dollars) afin d’accueillir les personnes qui attendent que leur demande d’asile en Allemagne soit traitée. Selon le journal, les autorités de l’État sont en train de le transformer en un centre de détention destiné aux récidivistes de la quarantaine.

Une personne qui ne s’isole pas volontairement lorsqu’on lui en donne l’ordre recevra un avertissement, puis une amende, et si cela ne fonctionne pas, un tribunal pourra prendre sa liberté, ont expliqué les fonctionnaires, ajoutant que la mesure vise à “protéger les tiers contre le comportement indiscipliné de la personne hébergée” dans le centre. Le site a une clôture avec du fil barbelé sur le dessus, à en juger par la photo publiée par Bild, et il y aurait aussi des gardiens.

Geheimes Bauprojekt – Sachsen plant Knast für Quarantäne-Verweigerer! https://t.co/YKoI1szARy— BILD (@BILD) January 14, 2021

Projet de bâtiment secret – La Saxe prévoit une prison pour les personnes refusant la quarantaine !

En avril, le gouvernement de Saxe a réservé 22 chambres dans quatre hôpitaux psychiatriques pour garder les dissidents en quarantaine, mais il a fait marche arrière après le tumulte public. L’idée d’emprisonner les gens dans un service psychiatrique est apparue soviétique pour beaucoup – certains dissidents du bloc de l’Est ont été tristement diagnostiqués comme malades mentaux et enfermés. Michael Kretschmer, le ministre président de l’État fédéral, l’a donc abandonnée alors même que sa ministre de la santé se plaignait que son plan était mal interprété par les critiques de mauvaise foi.

L’année dernière, les autorités néo-zélandaises ont déclaré qu’elles placeraient toutes les nouvelles personnes infectées par le coronavirus et les membres de leur famille proche dans des “installations de quarantaine”.

Le Premier ministre Jacinda Ardern a clairement indiqué que toute personne se trouvant dans les installations de quarantaine et refusant de subir un test de dépistage du coronavirus y serait simplement maintenue pendant au moins 14 jours.

Au début de ce mois, un législateur de New York a également présenté un projet de loi qui donnerait au gouvernement le pouvoir de retirer et de détenir les “porteurs de maladies” dans les installations de quarantaine.

On se pose également la question sur d’éventuels construction de camps au Canada.

Sources : https://www.rt.com/news/512644-geramany-covid-prison-bild/
https://www.bild.de/regional/dresden/dresden-aktuell/corona-sachsen-plant-knast-fuer-quarantaene-verweigerer-74898904.bild.html
https://twitter.com/BILD/status/1349815005219352577

ajax-loader