Théorie

Rejeter la théorie des germes de Rockefeller une fois pour toutes

par Jon Rappoport

Note : Dans un certain nombre d’articles, j’ai présenté des preuves convaincantes que les décès attribués au COVID-19 peuvent être expliqués sans référence à un virus. De plus, quels que soient les mérites des “traitements alternatifs”, je ne vois aucune preuve convaincante que leur action ait quelque chose à voir avec la “neutralisation d’un virus”.

Toute la fraude tragique, criminelle, meurtrière, stupide et farfelue du COVID est basée sur cent ans de médecine Rockefeller – une tyrannie pharmaceutique dont le thème récurrent est :

UNE MALADIE, UN GERME.

C’est la devise gravée sur la porte du cartel médical.

-Des milliers de maladies soi-disant distinctes, chacune causée par un germe individuel.

“Tuer chaque germe avec un médicament toxique, prévenir chaque germe avec un vaccin toxique”.

En l’absence de ces cent ans de fausse science et de propagande, la promotion du COVID-19 serait passée comme une mauvaise blague. Quelques rires aigris, et puis plus rien, si ce n’est que les gens continueraient à vivre leur vie.

La santé globale d’un être humain est liée à des facteurs qui n’ont rien à voir avec “une maladie, un microbe”.

Comme je l’ai cité, par exemple, à la fin d’un article récent-

“Le taux de mortalité combiné de la scarlatine, de la diphtérie, de la coqueluche et de la rougeole chez les enfants jusqu’à quinze ans montre que près de 90 % de la baisse totale de la mortalité entre 1860 et 1965 s’était produite avant l’introduction des antibiotiques et la généralisation de l’immunisation. Cette récession peut être attribuée en partie à l’amélioration des logements et à une diminution de la virulence des micro-organismes, mais le facteur de loin le plus important était une plus grande résistance de l’hôte due à une meilleure nutrition.” Ivan Illich, Medical Nemesis, Bantam Books, 1977

Et Robert F Kennedy, Jr : “Après avoir étudié en profondeur un siècle de données enregistrées, les Centres de contrôle et de prévention des maladies et les chercheurs de Johns Hopkins ont conclu : ‘Ainsi, les vaccinations n’expliquent pas les baisses impressionnantes de la mortalité due aux maladies infectieuses observées dans la première moitié du vingtième siècle’.”

“De même, en 1977, les épidémiologistes de l’Université de Boston (et mari et femme) John et Sonja McKinlay ont publié dans le Millbank Memorial Fund Quarterly leur travail fondamental sur le rôle que les vaccins (et d’autres interventions médicales) ont joué dans la baisse massive de 74% de la mortalité observée au vingtième siècle : “The Questionable Contribution of Medical Measures to the Decline of Mortality in the United States in the Twentieth Century”(La contribution discutable des mesures médicales à la baisse de la mortalité aux États-Unis au vingtième siècle).

“Dans cet article, qui était autrefois une lecture obligatoire dans les écoles de médecine américaines, les McKinlay soulignent que 92,3 % de la baisse du taux de mortalité s’est produite entre 1900 et 1950, avant que la plupart des vaccins n’existent, et que toutes les mesures médicales, y compris les antibiotiques et les interventions chirurgicales, ‘semblent avoir peu contribué à la baisse globale de la mortalité aux États-Unis depuis environ 1900 – ayant dans de nombreux cas été introduites plusieurs décennies après qu’un déclin marqué se soit déjà installé et n’ayant aucune influence détectable dans la plupart des cas’.”

La façon dont le système immunitaire (si c’est un système) fonctionne réellement dépasse les hypothèses médicales actuelles.

“Les cellules T, les cellules B, les neutrophiles, les monocytes, les cellules tueuses naturelles, les protéines” sont soudées dans une histoire haletante sur une machine militaire qui attaque les envahisseurs microbiens. Pousser-tirer. Débusquer et détruire.

L’idée que c’est cela qui amène la santé est absurde.

La santé est le résultat d’une bonne hygiène de vie.

Quelques facteurs de cette hygiène de vie figurent sur la liste du COVID tyrannique : la survie financière, la libre circulation des amis et de la famille, les gens qui regardent (sans être masqués) les gens, la communication ouverte sans crainte de la censure.

La nutrition et l’assainissement de base sont des facteurs de santé essentiels, bien sûr.

Et puis, il y a le but de la vie : où les gens déversent-ils leur énergie créatrice ?

Il est évident que l’absence de traitement médical nocif est nécessaire à l’épanouissement personnel.

La suppression de la VIE, afin d’arrêter un prétendu microbe, est une mort institutionnalisée.

La médecine moderne est exposée de manière sensationnelle dans une revue que j’ai mentionnée des dizaines de fois au cours des dix dernières années : Rédigée par Barbara Starfield, célèbre médecin de santé publique à Johns Hopkins, elle s’intitule “Is US Health Really the Best in the World ?”(La santé américaine est-elle vraiment la meilleure du monde ?). Elle a été publiée dans le Journal of the American Medical Association le 26 juillet 2000.

Elle révèle que, chaque année aux États-Unis, le système médical tue 225 000 personnes.

Par décennie, le nombre de décès s’élèverait à 2,25 millions de personnes.

Vous ne trouverez pas cela dans les rapports du CDC.

En 2009, j’ai interviewé le Dr Starfield. Je lui ai demandé si le gouvernement fédéral avait entrepris un effort majeur pour remédier aux décès d’origine médicale en Amérique, et si on lui avait demandé de consulter le gouvernement dans le cadre d’un tel effort.

Elle a répondu non aux deux questions.

Source : https://blog.nomorefakenews.com/2021/03/25/rejecting-rockefeller-germ-theory-once-and-for-all/
Traduction par https://cv19.fr

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x