Théorie

Mon enquête sur le VIH/SIDA, et les parallèles avec le scandale du Covid

par Jon Rappoport

Dans ma récente série d’articles sur les fausses épidémies – Ebola, Zika, grippe porcine – j’ai établi que tous les symptômes de ces prétendues maladies peuvent être expliqués sans invoquer de virus.

C’est un élément clé.

C’était ma méthode, lorsque j’ai écrit mon premier livre, AIDS INC. en 1988.

À l’époque, je me suis penché sur les “groupes à haut risque” du SIDA répertoriés par le CDC – les Africains, les Haïtiens, les toxicomanes par voie intraveineuse, les homosexuels, les hémophiles et les transfusés – et j’ai montré que l’effondrement du système immunitaire (la caractéristique du SIDA) dans ces groupes pouvait être expliqué sans qu’il soit nécessaire de faire référence au VIH.

Le “SIDA” n’était pas une seule condition.

Il s’agissait d’une déficience immunitaire causée, chez diverses personnes, par une variété de facteurs. La ruse médicale utilisée pour hypnotiser les gens consistait à regrouper tous ces malades et ces mourants sous une seule étiquette : “SIDA”.

Mais la vérité était que – selon le “groupe SIDA” et les individus que vous examiniez – il y avait des médicaments invalidants et des drogues de rue qui détruisaient les systèmes immunitaires ; il y avait la faim et la famine dévastatrices ; le manque d’installations sanitaires de base ; la pauvreté extrême et la guerre ; les campagnes de vaccination ; les insuffisances surrénaliennes…

De même, aujourd’hui, grâce à un vaste effort de réétiquetage, tout patient souffrant d’un problème pulmonaire ou d’une maladie ressemblant à la grippe peut être diagnostiqué et reconditionné comme un cas de “COVID-19”. L’ensemble assez vague des symptômes dits COVID permet un tel diagnostic frauduleux et trompeur.

C’est là l’arnaque principale.

Protégez-Vous & Vos Proches

En 1988, après avoir épluché les revues médicales, j’ai découvert que la première cause de diminution des lymphocytes T (effondrement du système immunitaire) dans le monde était la malnutrition, la faim et la famine. Pourtant, en Afrique et en Haïti, et même chez certains patients occidentaux qui survivent grâce à des régimes de malbouffe, l’épuisement des lymphocytes T était couramment appelé VIH/SIDA.

Soudainement, un virus a été invoqué pour remplacer la malnutrition.

En fait, en Afrique, l’ancienne étiquette du SIDA était “maladie de la maigreur”. Cette idée stupide a été inventée à la suite d’une enquête très mal conçue menée en Ouganda, où les patients étaient “minces” simplement parce qu’ils étaient mal nourris et affamés, et perdaient donc du poids.

À New York et San Francisco, certains homosexuels inhalaient une drogue dangereuse appelée “poppers”. De graves lésions pulmonaires n’étaient que l’un des nombreux effets dévastateurs de cette drogue. Une profonde déficience du système immunitaire était assurée de suivre.

Dans AIDS INC. j’expose toute une série de facteurs susceptibles de détruire le système immunitaire des groupes à haut risque, et aucun de ces facteurs n’a rien à voir avec un virus.

-Tout comme à Wuhan, en 2019, la pollution atmosphérique chronique mortelle qui s’est abattue sur la ville et a provoqué des pneumonies – la marque originale du COVID-19 – n’avait rien à voir avec un virus.

Ainsi, lorsque des personnes mal informées claironnent “Les gens meurent, ce doit être le virus”, qu’elles parlent du SIDA ou du COVID, elles sont complètement à côté de la plaque et font fausse route.

Voici un autre parallèle entre le SIDA et le COVID : le test de dépistage du virus.

J’ai passé de nombreux articles à détailler comment le test PCR pour le SARS-CoV-2 donne des résultats faux-positifs. Un médecin dira à un patient qu’il est infecté simplement parce que la sensibilité du test est si élevée qu’il peut donner un résultat positif sur un grain de poussière sur la lune. C’est la construction artificielle de cas par excellence.

Eh bien, en 1988, il y avait une situation similaire. Le test d’anticorps du VIH produisait un déluge de résultats faux-positifs. J’ai consacré un chapitre de mon livre aux résultats de ma recherche approfondie dans les revues médicales.

Les preuves étaient indéniables. Les deux types fondamentaux de tests d’anticorps anti-VIH – l’Elisa et le Western Blot – étaient, il est vrai, profondément défectueux. Il n’y avait pas de référence pour les tests.

Les réactions croisées étaient nombreuses : le test de dépistage du VIH pouvait donner un résultat positif pour toute une série de raisons qui n’avaient rien à voir avec le VIH ou tout autre virus. Une raison ? Une personne avait été vaccinée contre l’hépatite B. Eh bien, dans les années 1980, une campagne a été lancée pour recruter des hommes homosexuels dans une vaste étude sur le nouveau vaccin.

Troisième parallèle entre le SIDA et le COVID : l’élargissement de la définition de la “maladie” afin d’attirer le plus grand nombre possible de patients et d’accumuler le plus grand nombre de cas possible.

La définition du sida donnée par le CDC en 1987, que j’ai imprimée intégralement dans mon livre, tenait sur 15 pages. Avec un peu de charabia, un médecin pouvait diagnostiquer le sida chez une personne atteinte de presque n’importe quel type d’infection bactérienne.

La définition du CDC du COVID-19 permet un diagnostic lorsque le patient ne présente rien de plus qu’une toux, ou des frissons et de la fièvre, accompagnés d’un test PCR positif.

Il y a d’autres parallèles entre le SIDA et le COVID que je pourrais énumérer, mais vous voyez le tableau. Dans les deux cas, le canular est omniprésent.

Quelques années après avoir publié AIDS INC., j’ai pris conscience d’un nouvel argument : l’existence même du VIH était mise en doute. En consultant la littérature indépendante sur le sujet, j’ai acquis la conviction que personne n’avait prouvé l’existence du VIH. Dans ces pages, j’ai publié, à plusieurs reprises, une interview édifiante que la journaliste Christine Johnson a réalisée avec la biophysicienne australienne, Eleni Papadopulos, au sujet de l’isolement du VIH. Papadopulos démontre de manière convaincante que, selon les règles rigoureuses établies par les chercheurs traditionnels, le VIH n’a pas été isolé.

Comme mes lecteurs le savent, depuis un an, je présente des preuves irréfutables de l’inexistence du SARS-COV-2. Les chercheurs déforment et inversent le sens du mot “isolement” afin de “démontrer” l’existence du virus.

L’inexistence du VIH et du SARS-CoV-2 ne me surprend pas. Après tout, les prétendus symptômes de ces deux “affections” peuvent être expliqués sans référence à un virus.

Dans les deux cas, la réalité, qui brille comme un néon géant dans l’obscurité, est la FRAUDE.

Source : https://blog.nomorefakenews.com/2021/03/08/my-hiv-aids-investigation-and-the-parallels-to-the-covid-hoax/
Traduction par https://cv19.fr

Voir aussi : Le VIH avait aussi un nouveau variant

Collection de documentaires sur le VIH/SIDA pour en savoir plus :

L’arnaque du sida Étienne DE HARVEN
https://odysee.com/@AuCoeurDuVivant:3/larnaque-du-sida:4

Truth About Aids House Of Numbers [VOSTFR]
https://lbry.tv/truth-about-aids-house-of-numbers-vostfr

(VOSFR) HIV=AIDS: Fact or Fraud? | VIH=SIDA : Fait ou fraude ? Documentaire de Stephen Allen
https://odysee.com/@MargueriteRotheCin%C3%A9:4/HIV-AIDS-VF:2

Dr Robert Willner Injects “HIV” into himself on TV
https://www.youtube.com/watch?v=tQCKb1JV-4A

AIDS truth exposed: Un-cut exclusive footage from House of Numbers
https://www.youtube.com/watch?v=WQoNW7lOnT4

The Emperors New Virus? – An Analysis of the Evidence for the Existence of HIV (Documentary)
https://fakeotube.com/v/306?channelName=Fakeologist

Deconstructing The Myth Of Aids – Gary Null
https://www.youtube.com/watch?v=bZmMud7xt-E

Radio-Québec – Fraude du VIH = SIDA – Big pharma contre le peuple
https://www.youtube.com/watch?v=iFqP_yCJL30

T.C. Fry The Great AIDS Hoax, The Myth of Contagion Interview – Mirrored
https://www.youtube.com/watch?v=ifoO5ags97I

Liste de docteurs et chercheurs ayant étudié le VIH/SIDA et le Covid-19 sous cette approche :

Dr. Kary Mullis
Dr. Nancy Turner Banks
Dr. Peter Duesberg
Dr. David Rasnick
Dr. Rodney Richards
Dr. Stefan Lanka
Dr. Christl Meyer
Dr. Ettiene de Harven
Dr Eleni Papadopulos-Eleopulos
Dr. Val Turner
Dr. Claus Koehnlein
Dr. Harvey Bialy
Dr. Henry Bauer
Dr. Heinrich Kremer
Dr. Heinz Sanger
Dr. Alfred Hassig
Dr. Andrew MANIOTIS
Dr. David Crowe
Dr. Marco Ruggiero
Dr. Alessio Pisani
Dr. Juliane Sacher
Dr. Joseph Sonnabend
Dr. T.C. Fry
Dr. Robert O. Young


Neville Hodgkinson
John Lauritsen
Janine Roberts
Joan Shenton
Gary Null
Liam Scheff
Celia Farber
Robert Scott Bell
Djamel Tahi
Christine Johnson
John Lauritsen
Lluis Botinas
Jesus Garcia Blanca
Jon Rappoport
Torsten Engelbrecht

guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ajax-loader
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x