Day: March 4, 2021

Voici les données que comprendra votre “Certificat de Vaccination”

Présenté comme un “Réseau de cybersanté européen”, le réseau eHealth est mis en place en vertu de l’article 14 de la directive 2011/24 / UE. Il vise à obtenir les preuves de vaccination, selon lequel “les États membres ou d’autres parties peuvent décider de les mettre en œuvre ou de les utiliser.”  Les directives ciblent principalement la vaccination COVID-19, mais pourra être utilisée à l’avenir comme base pour affirmer d’autres vaccinations. Le terme “certificat de vaccination” fait référence à une preuve de vaccination fiable et vérifiable qui peut être présentée par son titulaire sur demande des autorités.

Le projet de “Certificat de Vaccination” est piloté par le Comité de la sécurité sanitaire, l’EMA (Agence Européenne des médicaments), l’ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) et l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Le Conseil européen s’est réuni à plusieurs reprises entre début décembre 2020 et fin février 2021. L’objectif était d’approuver rapidement “un Certificat de Santé Européen” appelé “Pass Sanitaire” par Emmanuel Macron.


Le “Certificat de Vaccination” se présentera sous format numérique et non numérique (Carte-Jaune ou autre papier). Chaque États membres pourront l’utiliser à des fins médicales, mais pourraient envisager son utilisation à “d’autres utilisations” comme on peut le lire dans le rapport de conclusions

Le certificat de vaccination sera délivré pour confirmer qu’une personne a été vaccinée; il pourra être émis à tout moment; et sa validité pourra différer de celle attendue selon la période de vaccination et fera état de cycles de vaccination : “terminé ou partiel”, qui peut couvrir une ou plusieurs doses.

Un identifiant unique de certificat de vaccination (UVCI) infalsifiable

Le certificat de vaccination devra être présenté au moins en anglais pour permettre le partage d’un ensemble de données à dimension transfrontalière en matière de vaccination.

Stocké sur une base de données partagées, Certains champs pourront ou non être montrés au destinataire du certificat. À moyen et à plus long terme, toutes les informations sur la vaccination devront être partagées via MyHealth. Cependant, les “Certificats de Vaccination” seront aussi utilisés en dehors de l’UE.

Effectivement, l’ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) et le NITAG (National Immunization Technical AdvisoryGroup) collaborent ensemble dans le cadre d’un plan d’action mondial pour les vaccins.

Le Certificat de vaccination, comprendra un UVCI (Identifiant Unique de Certificat de Vaccination). Cet UVCI devra être inclus dans toute publication originale qui renseignera le Certificat de Vaccination.

L’UVCI pourra être utilisé, à des étapes ultérieures, pour vérifier le certificat et également comme clé de liaison vers des informations complémentaires sur la vaccination, une fois les modalités et les plateformes développé et déployé. L‘UVCI est un moyen de contrôler la véracité du certificat et, si nécessaire, le lien vers un système d’enregistrement (par exemple, le réseau eHealth). Ces identifiants permettront également des affirmations (papier et numérique) par les États membres, que les individus ont été vaccinés ou pas et permettre ainsi aux autorités sanitaires des États membres, de vérifier le statut vaccinal de l’individu.

Pour éviter la falsification de certificats ou la réutilisation de certificats valides émis pour d’autres personnes, des codes QR seront utilisés.

Le Certificat de Vaccination comprendra l’identité du professionnel de santé qui a procédé à l’injection, la date de la prochaine vaccination, le nom de l’émetteur de la base de donnée, l’UVCI, la validité de période de vaccination…

Source : https://sentinellecitoyenne.fr/actualites/officiel-voici-les-donnees-que-comprendra-votre-certificat-de-vaccination/

Covid : quand l’ANSM danse le bambalaba avec Lilly

Quand l’ANSM danse le bambalaba avec Lilly, elle risque de perdre toute crédibilité si elle ne fait pas de même avec l’Ivermectine, après avoir accordé une surprenant ATU pour le Bamlanivimab.

Rappelons que l’ATU (Autorisation Temporaire d’Utilisation), délivrée pour le Bamlanivimab, s’adresse aux médicaments nouveaux, qui n’ont encore jamais été mis sur le marché. La délivrance d’une ATU doit être beaucoup plus prudente, rigoureuse et difficile que la délivrance d’une RTU (Recommandation temporaire d’Utilisation), qui elle, concerne les médicaments déjà utilisés dans d’autres indications, avec déjà une AMM. En effet, pour ces médicaments, utilisés depuis des années, on en connaît bien les effets secondaires, les risque à long terme, contrairement aux premiers pour lesquels on n’a aucune expérience pratique.

Les critères pour obtenir ces autorisations, sont au nombre de deux :

  1. Les faibles risques
  2. Une bonne présomption d’efficacité.

Innocuité :

Pour l’Ivermectine, on connaît les risques : aucun. 16 morts en 30 ans sur 4 milliards de prescriptions, dont sans doute 15 qui sont dus à une autre cause. Pour les effets secondaires divers, Merck cite une étude où ces effets semblent moins fréquents qu’avec un placebo ! La base de données OMS en donne 10 fois moins que l’Aspirine ou la Pénicilline. On sait aussi qu’à 10 fois la dose, rien ne se passe. On sait que la prise répétée, ne pose aucun problème. 

Pour le Bambalaba les risques sur le long terme sont totalement inconnus, pas contre le risque de faire émerger de nouveaux variants est cité par nombre de pharmacologues et infectiologues.  Les experts de l’ANRS-maladies infectieuses émergentes (ANRS-MIE), qui conseillent le gouvernement sur le choix des traitements innovants, consultés avant, l’ont signalé par écrit. Le laboratoire n’a pas contesté.

Le Pr Gilles Pialoux, chef de service d’infectiologie de l’hôpital Tenon regrette aussi « que ce médicament n’ait pas été testé sur la population ciblée : dans un des essais, seul 10% des patients inclus ont plus de 65 ans, alors que ce produit s’adresse pour l’instant notamment aux plus de 80 ans » ! 

Efficacité :

S’il y a plus de 60 études sur l’Ivermectine, toutes réalisées par des médecins indépendants, sans liens avec les laboratoires, ce n’est pas le cas pour le Bambalaba, à priori 3 études du laboratoire, à la fois juge et partie. 1 étude interrompue avant son terme, et les deux autres, (qui en fait n’en sont qu’une), uniquement phase 2 ! Maigre, très maigre. La seule étude qui pourrait montrer un petit quelque chose est une étude écrite et payée par le labo.

Pour l’Ivermectine, toute les études en prophylaxie montrent une efficacité entre 80 et 100%. En thérapeutique, 80% des études montrent une disparition des troubles deux fois plus rapides que dans les groupes placebo, et une mortalité réduite de 80 %. Pour les sceptiques, voici un rapport de 107 pages de Tess Lawrie sur le sujet, pour l’OMS. Pour les septiques, je ne peux rien !

Pour le Bambalaba, selon la Sociéte Française de Pharmacologie et Thérapeutique : « Aucune différence statistiquement significative n’a été obtenue sur le critère principal ou sur le critère le plus cliniquement pertinent, et ce quelle que soit la dose. Il est donc impossible de conclure à un quelconque bénéfice clinique ». Pour le Pr Mathieu Molimard, chef de service de pharmacologie clinique au CHU de Bordeaux, « Une autorisation temporaire d’utilisation délivrée sur un niveau de preuve aussi faible, c’est probablement du jamais-vu ». La messe est dite.

Le discours qui a suivi l’ATU montre « l’extrême rigueur » d’un dossier « bien étudié » qui conduit à cette autorisation. 2 jours après, message de la DGS : « le Bambalaba est indiqué pour le traitement des formes symptomatiques légères à modérées chez les adultes non hospitalisés et à risques ». « Pour garantir un minimum d’efficacité, ce traitement doit être initié dans un délai maximum de 5 jours après les premiers symptômes ». « L’efficacité de ce traitement sur les variantes sud-africaine et brésilienne n’est pas démontrée ». Deux jours plus tard, nouvelles consignes : ce n’est plus un traitement en ambulatoire, mais les patients doivent être hospitalisés.

Voici un traitement miracle, salué par toute la presse « compétente » qui critique l’Ivermectine, qui devait éviter les hospitalisations, mais qui fait l’inverse, devant hospitaliser les patients qui n’en ont pas besoin, qui nécessite une perfusion, qui a priori ne marche pas ou si peu, qui a 14% d’effets secondaires, et dont on sait qu’il ne marche pas sur les variants qui se développent.

Alors comment l’ANSM a pu être séduite par le Bambalaba, dont la présomption d’efficacité est très inférieure à tous les autres traitements ambulatoires, en perfusion au lieu de comprimés, et pour 1 000 euros au lieu de 10 ? Aurait-elle été séduite par le blabla de Lilly ? Et comment expliquer aussi ces commandes avant autorisation, cette distribution à marche forcée dans les hôpitaux qui n’en veulent pas ?

Quand on ne comprend pas la décision sur le plan médical, on en cherche ailleurs les raisons. Dans la « belle famille » de Lilly, il y a la mère, « commerciale » de Lilly France, le père, député LREM, il y a la fille, actuellement cheffe du pôle santé du cabinet du Premier Ministre après l’avoir été à l’Elysée, il y a le mari directeur ARS Ile de France et le frère, adjoint de cabinet à l’Elysée. Les complotistes vont se poser des questions, totalement déplacées ! Non, les critères pour obtenir une ATU sont purement médicaux.

Espérons que l’ANSM saura être honnête, en reconnaissant que l’Ivermectine a plus d’atouts que le Bambalaba, si elle veut avoir encore un peu de crédit. Si ce n’est pas le cas, l’affaire sera portée devant la justice, pour avoir l’explication d’une telle inégalité de traitement, avec sanctions à la clé si elle ne peut être justifiée.

Quant à notre ministre brillant médecin, il a fanfaronné avec la même précipitation sur ce produit de la même manière que pour le fumeux article du Lancet. Un véritable expert en traitements du Covid.

De la part de mg55mg, les paroles de la chanson pour danser le Bambalaba sur un air de Pierre Perret 

Source : https://blog.gerardmaudrux.lequotidiendumedecin.fr/2021/03/04/covid-quand-lansm-danse-le-bambalaba-avec-lilly/

Ebola : la nouvelle fausse épidémie

Par Jon Rappoport

On nous avertit qu’une nouvelle épidémie d’Ebola est en train de se propager.

Yahoo News (26 février 2021) : “Le 17 février, l’Organisation mondiale de la santé a signalé un groupe de cas d’Ebola en Guinée… L’administration Biden va de l’avant avec des plans pour contrôler les passagers des compagnies aériennes de deux pays africains arrivant aux États-Unis pour le virus Ebola…”

Les virus du Covid-19 et d’Ebola représentés sous la forme de personnages fictifs dans le cadre d’un culte de mort informel.

Avant qu’une autre histoire folle sur la pandémie ne prenne son envol, les gens doivent comprendre les multiples canulars qui se cachent derrière Ebola.

J’ai couvert l’histoire en 2017 et 2014. Voici les citations essentielles de mes articles. Attachez vos ceintures :

Il y a un scénario prévisible : dans les cliniques et les hôpitaux du Congo, les personnes effrayées qui arrivent avec ce que l’on appelle les “signes précurseurs” d’Ebola seront diagnostiquées comme des cas probables. Quels sont ces symptômes ? Fièvre, frissons, mal de gorge, toux, maux de tête, douleurs articulaires. Cela vous semble familier ? Normalement, ce serait juste la grippe.

Voici un autre point que vous ne verrez pas abordé dans les grands médias : la fiabilité des tests utilisés pour diagnostiquer le virus Ebola.

Deux de ces principaux tests – les anticorps et la PCR – sont particulièrement peu fiables.

Les tests d’anticorps sont positifs parce qu’ils s’appuient sur des facteurs qui n’ont rien à voir avec la maladie recherchée. Et même lorsque le test est précis, une lecture positive montre simplement que le patient est entré en contact avec le germe en question. Il ne dit pas s’il est malade ou s’il va le devenir.

En fait, avant 1985, lorsque la science a été bouleversée, le statut d’anticorps positif signifiait que le système immunitaire du patient avait réussi à repousser le germe.

Le test PCR est un moyen sophistiqué d’amplifier de minuscules, minuscules morceaux de ce que l’on suppose être du matériel viral, afin de pouvoir les observer. Le problème est le suivant : si seuls de minuscules morceaux de matériel ont pu être trouvés dans le corps du patient au départ, il n’y a aucune raison de supposer qu’ils sont suffisants pour provoquer une maladie. De très, très grandes quantités de virus sont nécessaires pour commencer à suspecter que le patient est malade ou va le devenir.

Conclusion : un grand nombre de personnes soumises à ces tests seront faussement diagnostiquées comme étant atteintes du virus Ebola.

Vous “montrez” aux gens un germe et vous leur dites ce qu’il est et ce qu’il fait, et les gens vous saluent. Ils cèdent. Ils croient. En fait, ils ne savent rien. Mais ils croient.

La campagne massive visant à faire croire aux gens que le virus Ebola peut attaquer à tout moment, après le moindre contact, est un succès.

Les gens se laissent aller à l’hystérie.

Et cela empêche de regarder de près le Libéria, la Sierra Leone et la République de Guinée, trois nations africaines où la pauvreté et la maladie sont des éléments de la vie quotidienne pour un nombre écrasant de personnes.

La structure organisationnelle dans ces régions repose sur un seul principe : ne pas résoudre le problème humain.

Ne pas nettoyer les réserves d’eau contaminées, ne pas rendre les terres volées aux populations pour qu’elles puissent cultiver des aliments et enfin atteindre une bonne santé nutritionnelle, ne pas résoudre le problème de la surpopulation, ne pas installer d’installations sanitaires de base, ne pas renforcer le système immunitaire, ne pas laisser les populations avoir le pouvoir – parce qu’alors elles rejetteraient les entreprises locales et multinationales qui sucent la terre de toutes ses ressources.

Pour ne pas résoudre les problèmes des gens, une couverture médiatique est nécessaire. Une couverture qui innocente la pyramide du pouvoir.

Une couverture comme un germe.

Tout tourne autour du germe. Le démon. L’étrange agresseur.

Oubliez tout le reste. Le germe est l’ennemi unique.

Oubliez le fait, par exemple, qu’une étude récente de 15 pharmacies et de 5 dispensaires hospitaliers en Sierra Leone a découvert l’usage répandu et inadmissible des antibiotiques bêta-lactamines.

Ces médicaments sont hautement toxiques. Un de leurs effets ? Des saignements excessifs.

Il se trouve que c’est l’effrayant “effet Ebola” qui est vanté dans la presse mondiale.

(J Clin Microbiol, July 2013, 51(7), 2435-2438), and Annals of Internal Medicine Dec. 1986, “Potential for bleeding with the new beta-lactam antibiotics”)

Oubliez le fait que les entreprises de pesticides sont connues pour expédier des pesticides toxiques interdits en Afrique. Un effet des produits chimiques ? Des saignements.

Oubliez cela. C’est une histoire de germe et rien d’autre que le germe.

Oubliez le fait que, depuis des décennies, l’une des principales causes de décès dans le Tiers-Monde est la diarrhée non maîtrisée. Les électrolytes sont drainés du corps, et l’adulte ou le bébé meurt. (La diarrhée est également répertoriée comme un symptôme “Ebola”).

Tout médecin sain d’esprit s’efforcerait en premier lieu de remplacer les électrolytes par une simple supplémentation, mais non, la ligne médicale standard va dans ce sens :

La diarrhée est causée par des germes dans le tractus intestinal, nous devons donc accumuler des quantités massives d’antibiotiques pour tuer les germes.

Les médicaments tuent toutes les bactéries présentes dans l’intestin, y compris celles qui sont nécessaires et bénéfiques, et le patient ne peut pas absorber le peu de nourriture à laquelle il a accès, et il meurt.

En cours de route, il peut aussi saigner.

Mais non, tous les saignements proviennent d’Ebola. C’est le germe. Ne pensez à rien d’autre.

Oubliez le fait que les vaccins à base d’adénovirus, qui ont été utilisés au Libéria, en Guinée et au Libéria (l’épicentre d’Ebola), ont, selon vaccines.gov, les effets indésirables suivants : présence de sang dans les urines ou les selles, et diarrhée.

Le journaliste Charles Yates a révélé un scandale au Libéria, centré sur le déversement de produits chimiques dans la plantation de caoutchouc de Firestone, qui a empoisonné l’eau.

Et des maladies de la peau.

Le “Rash” est l’un des symptômes du virus Ebola.

Usine d’embouteillage de Coca-Cola au Libéria : un liquide noir fétide s’infiltre dans l’environnement – des animaux meurent.

La malnutrition et la famine chroniques – endémiques au Libéria, en Sierra Leone et en Guinée – sont la première cause d’épuisement des cellules T dans le monde.

Les lymphocytes T sont un élément vital du système immunitaire. Lorsque ce système est affaibli, tout germe qui arrive dans le pipeline provoque des épidémies et la mort.

Vous voyez le tableau ?

Dans une correspondance par courriel avec moi, David Rasnick, PhD, a annoncé cette découverte choquante :

“J’ai examiné en détail la littérature sur les méthodes d’isolation et les images au microscope électronique des virus Ebola et Marburg. Je n’ai trouvé aucune preuve convaincante que le virus Ebola (et d’ailleurs Marburg) ait été isolé chez l’homme. Il n’y a certainement pas de preuve confirmant l’isolation chez l’homme”.

M. Rasnick a obtenu son doctorat à l’Institut de technologie de Géorgie, et a passé 25 ans à travailler avec des protéases (une classe d’enzymes) et des inhibiteurs de protéases. Il est l’auteur du livre “The Chromosomal Imbalance Theory of Cancer”. Il a été membre du groupe consultatif présidentiel sur le sida en Afrique du Sud.

Les véritables raisons de l'”épidémie d’Ebola” comprennent, entre autres : la pollution industrielle ; les pesticides organophosphorés (qui provoquent des hémorragies) ; la surutilisation massive d’antibiotiques (qui provoquent des hémorragies) ; les carences nutritionnelles graves et débilitantes (qui peuvent provoquer des hémorragies) ; la famine ; la perte drastique d’électrolytes ; la diarrhée chronique ; la pauvreté extrême ; la guerre ; les terres agricoles volées ; les campagnes de vaccination (chez les personnes dont le système immunitaire est compromis, les vaccins peuvent facilement anéantir les derniers lambeaux de santé).

En Afrique de l’Ouest, les médecins et les infirmières travaillent à des températures très élevées, dans des salles de soins probablement pulvérisées avec des pesticides organophosphorés extrêmement toxiques. Ces travailleurs sont enfermés dans des combinaisons antidéflagrantes, où les températures sont encore plus élevées, entraînant la perte de jusqu’à cinq litres de liquide organique au cours d’un quart de travail d’une heure. Puis, en convalescence, ils ont besoin d’une réhydratation par voie intraveineuse, et ils sont aspergés de produits chimiques désinfectants toxiques. Ils retournent dans leurs combinaisons pour une nouvelle période de service. Un médecin a rapporté que, dans sa combinaison, il y avait du chlore (toxique). Ces facteurs à eux seuls peuvent provoquer une maladie dangereuse et même la mort, et, bien sûr, les symptômes de base du “virus Ebola”.

Les personnes diagnostiquées avec le virus Ebola en dehors de l’Afrique de l’Ouest ? Encore une fois, les tests de diagnostic sont complètement hors de propos et peu fiables. La maladie, si elle existe, peut avoir des causes diverses. Les “symptômes d’Ebola” sont similaires, par exemple, à ceux de la grippe.

Le reconditionnement d’un ensemble de symptômes communs sous différentes étiquettes de maladie est une pratique courante du cartel médical.

Même en supposant que le virus Ebola existe, les experts ont exprimé de sérieux doutes dès 1977. Au tout début de l’hystérie Ebola.

Voici la référence de 1977 : “Fièvre hémorragique du virus Ebola : Actes d’un colloque international sur l’infection par le virus Ebola et autres fièvres hémorragiques, tenu à Anvers, Belgique, du 6 au 8 décembre 1977”.

Ce rapport compte 280 pages. Il vaut la peine de le lire et de l’étudier, pour voir comment les experts font la sourde oreille, couvrent leurs paris, et pourtant font des aveux préjudiciables :

Par exemple, “Il est impossible de considérer le diagnostic virologique de l’infection par le virus Ebola comme distinct du diagnostic des fièvres hémorragiques en général. Le tableau clinique de la maladie est en effet trop peu spécifique pour permettre d’émettre une hypothèse quant au virus responsable d’un cas donné”.

Boom.

Voici une citation particulièrement éclairante : “…il devient clair, du moins pour nous, que plus vous travaillez avec le FA-Test [un test d’anticorps pour le diagnostic d’Ebola], plus les résultats deviennent intéressants, compliqués et biologiquement incohérents. J’invite à la plus grande prudence dans l’interprétation finale de ce que vous venez d’entendre [de la part des autres intervenants]… Je ne peux pas expliquer comment un Indien du Panama peut avoir des anticorps contre le virus Ebola. Je ne pense pas qu’il s’agisse de véritables anticorps. Bien sûr, si ce n’est pas le cas, cela signifie que les autres anticorps présents dans un sérum donné [échantillon de sang d’un patient] peuvent ne pas l’être aussi. Il est clair que nous devons disposer d’une alternative et d’une méthode beaucoup plus spécifique pour répondre à ces questions. Plusieurs faits suggèrent l’endémicité d’Ebola au Zaïre… Je commence à croire que le virus pourrait en fait être endémique au Zaïre”.

Que signifient les deux dernières phrases ? Elles signifient qu’il y a de fortes chances que le virus Ebola soit présent au Zaïre depuis très, très longtemps, et que les gens ont développé une immunité naturelle contre lui, comme ils le feraient, par exemple, contre la rougeole ou les oreillons.

Il ne s’agit pas vraiment de “flambées”, de “zones chaudes” virales ou d'”épidémies” récentes.

Les virus non significatifs ou inexistants servent de couverture pour dissimuler des causes réelles et gênantes de maladie, telles que la pollution industrielle, les pesticides agricoles, les aliments OGM, les produits chimiques de fracturation, les radiations, etc.

Le cartel médical et ses alliés gouvernementaux font un pas de plus vers la possibilité d’imposer tous les vaccins à la population, sans aucune exception.

L’ensemble de la toxification et de l’affaiblissement des populations, par le biais des vaccins et des médicaments, progresse ainsi. Affaibli = plus facile à contrôler.

Les quarantaines sélectives renforcent le contrôle inconstitutionnel du gouvernement sur la population. Une fausse épidémie peut déclencher la déclaration générale de la loi martiale.

Sous l’égide de la “traque des porteurs du virus”, l’État de surveillance s’étend.

En combinant l’opération épidémique avec l’ouverture des frontières, le gouvernement et les autorités médicales peuvent affirmer qu’il y a maintenant un grand nombre de personnes non vaccinées aux États-Unis (immigrants) – et qu’elles doivent être protégées, grâce à une “immunité collective”, en vaccinant tout le monde aux États-Unis avec tous les vaccins imaginables.

Sous le couvert d’une “pandémie mondiale”, la médecine moderne toxique peut étendre sa portée à tous les coins du globe en tant que plate-forme nécessaire pour traiter les “populations infectées””.

Le DOD et le DHS élargissent leurs opérations, car “toute pandémie est une menace pour la sécurité nationale”.

La vision globaliste d’un monde sous un seul système de gestion de contrôle est renforcée : “chaque épidémie nous menace tous, nous sommes tous dans le même bateau, nous avons besoin, entre autres innovations, d’un système médical coordonné pour toute la planète”.

Les voyages à destination et en provenance de n’importe quel point du monde peuvent être coupés arbitrairement – davantage de contrôle du haut vers le bas.

En déclarant des “zones infectées”, les attaques économiques peuvent être atténuées en isolant et en mettant en quarantaine ces zones. Perte d’activité, perte d’argent – le FMI et la Banque mondiale interviennent et concluent des accords draconiens pour des prêts, en échange de la cession du contrôle de ces territoires à des méga-sociétés.

Dans le sillage de la “peur de l’épidémie”, tous les programmes nationaux d’assurance maladie de la planète, y compris Obamacare, peuvent affirmer davantage de pouvoir sur les populations – “nous sommes là pour vous protéger de la maladie et de la mort, alors acceptez tous les diagnostics et les traitements ; pas d’exclusion, pas de résistance…”.

D’autres attaques peuvent être lancées contre les solutions traditionnelles et naturelles à la maladie – “comment les gens osent-ils essayer de traiter l’Ebola avec autre chose que des médicaments et des vaccins (non prouvés et toxiques)”.

D’autres propagandes qualifient secrètement “l’Afrique la plus noire” de lieu d’où proviennent des choses terribles.

Le “virus tueur” fait office de couverture, dissimulant la campagne menée depuis des siècles pour affaiblir et décimer les populations d’Afrique par la famine, les guerres, la contamination des réserves d’eau, la surpopulation, le vol de terres agricoles fertiles et d’autres ressources naturelles, les campagnes de vaccination contre les produits toxiques.

Pour ceux qui soulignent l’existence d’une histoire de fièvres hémorragiques (saignements) dans certaines régions d’Afrique, il y a aussi une histoire de malnutrition terrible, dont un aspect est le scorbut, qui provoque également des saignements de toutes les muqueuses.

Le scorbut est loin d’être l’explication complète du virus Ebola, mais il illustre à quel point il est facile de négliger et d’ignorer intentionnellement les facteurs non microbiens.

Conclusion : pas besoin de virus pour expliquer le saignement.

Ensuite, nous avons les pesticides.

La référence est ici ” Measuring pesticide ecological and health risks in West African agriculture… “. 17 février 2014, publié dans Philosophical Transactions of The Royal Society, par PC Jepson et al.

“L’enquête a été menée sur 19 sites dans cinq pays et a permis d’obtenir des informations auprès de 1704 personnes qui ont cultivé 22 cultures différentes. Au cours des deux années de l’enquête, les agriculteurs ont déclaré avoir utilisé 31 pesticides…

“…certains composés représentaient un risque élevé dans de multiples compartiments de l’environnement et de la santé humaine, notamment le carbofuran, le chlorpyrifos, le diméthoate, l’endosulfan et le méthamidophos.

“Les effets sur la santé comprenaient l’inhibition de la cholinestérase, la toxicité pour le développement, l’altération de la fonction thyroïdienne et la baisse du nombre de globules rouges…”

L’étude note également que “les importations de pesticides en Afrique de l’Ouest ont augmenté d’environ 19% par an dans les années 1990… bien avant la croissance de la production agricole de 2,5%…”. En d’autres termes, les pesticides ont inondé l’Afrique de l’Ouest.

Voici une autre observation essentielle faite dans l’étude : “La distribution et la vente de pesticides en Afrique de l’Ouest ne sont pas réglementées efficacement. Les multiples canaux d’approvisionnement incluent généralement le reconditionnement de stocks obsolètes ou illégaux [extrêmement toxiques] et la correspondance entre le contenu des conteneurs et ce qui est indiqué sur l’étiquette est médiocre…”.

Les fournisseurs de pesticides dissimulent les pesticides interdits – dont ils font une perte, car ils ne peuvent pas les vendre – et les placent dans des conteneurs étiquetés avec les noms des pesticides légaux.

Examinons les pesticides spécifiquement mentionnés dans l’étude.

Le carbofuran – Selon la fiche d’information sur les substances dangereuses du ministère de la santé et des services aux personnes âgées du New Jersey, l’exposition au carbofuran “peut causer de la faiblesse, de la transpiration, des nausées et des vomissements, des douleurs abdominales et une vision floue. Des niveaux plus élevés peuvent provoquer des contractions musculaires, une perte de coordination et un arrêt de la respiration [mort imminente]”.

Le chloropyrifos, le diméthoate et le méthamidophos sont des organophosphates. Dans mon précédent article, j’ai cité ces composés comme source d’hémorragie interne (un symptôme de “Ebola”). Le Pesticide Action Network décrit les organophosphates comme “parmi les plus toxiques de tous les pesticides… ils désactivent une enzyme, la cholinestérase, qui est essentielle à la bonne fonction nerveuse”.

L’endosulfan est progressivement éliminé dans le monde entier, car il est extrêmement toxique et perturbe le système endocrinien.

Ces pesticides peuvent produire et produisent effectivement un certain nombre de symptômes appelés “Ebola”.

Saignements, nausées, vomissements, diarrhées, éruptions cutanées, douleurs à l’estomac, coma.

Mais tout cela est balayé par l’hystérie autour du Virus.

Voici une citation tirée d’une étude, ” Potential for bleeding with the new beta-lactam antibiotics “, Ann Intern Med décembre 1986 ; 105(6):924-31 :

“Plusieurs nouveaux antibiotiques bêta-lactamines altèrent l’hémostase normale [processus corporels qui arrêtent les saignements]… Ces antibiotiques provoquent souvent une prolongation marquée du temps de saignement de la matrice (plus de 20 minutes)… les saignements dangereux dus à une mauvaise agrégation plaquettaire nécessitent un traitement avec des concentrés plaquettaires.”

Voici un résumé de MedlinePlus :

“La bactérie Clostridium difficile vit normalement dans l’intestin. Cependant, une trop grande quantité de ces bactéries peut se développer lorsque vous prenez des antibiotiques. Les bactéries émettent une forte toxine qui provoque une inflammation et des saignements dans la paroi du côlon… Tout antibiotique peut provoquer cette affection. Les médicaments responsables de ce problème sont la plupart du temps l’ampicilline, la clindamycine, les fluoroquinolones et les céphalosporines…”

Examinons donc le niveau d’utilisation des antibiotiques en Afrique de l’Ouest et dans le tiers monde.

Voice of America, 26 février 2014, “…les antibiotiques sont devenus le choix automatique pour traiter un enfant ayant de la fièvre.”

AAPS (American Association of Pharmaceutical Scientists) : “Par exemple, dans la plupart des régions d’Afrique de l’Ouest, les antibiotiques sont couramment vendus comme médicaments en vente libre.”

TWN (Third World Network) : “…une enquête réalisée en 1999 a montré que près d’un produit antidiarrhéique sur deux dans les pays du Tiers-Monde contenait un antibiotique inutile [et la diarrhée chronique dans le Tiers-Monde est une cause majeure de décès, vous pouvez donc être sûr que ces médicaments antidiarrhéiques sont consommés en grande quantité].

“…75 produits (dont certains antibiotiques) qui avaient été retirés ou interdits dans un ou plusieurs pays européens ont été identifiés dans le Tiers Monde en 1991”.

Bien entendu, les antibiotiques interdits seraient exceptionnellement toxiques.

En Afrique de l’Ouest, l’utilisation des antibiotiques est très élevée… et les antibiotiques provoquent des hémorragies.

Des saignements où ? Dans le tube digestif.

À la lumière de cela, considérez l’extrait suivant de l’article de healthgrades.com, “Qu’est-ce que vomir du sang ?

“Les vomissements de sang indiquent la présence de saignements dans le tube digestif…

“Les vomissements de sang peuvent être causés par de nombreuses maladies différentes, et leur gravité varie d’un individu à l’autre. La matière vomie peut être rouge vif ou de couleur sombre comme le marc de café…”

Oui, il s’avère que toute source d’hémorragie interne dans le tube digestif – comme une surconsommation d’antibiotiques – peut faire vomir du sang.

“Le caractère unique” de “Ebola-vomissement de sang” est un conte de fées.

Qu’est-ce qui pourrait encore causer le symptôme de saignement “Ebola” en Afrique de l’Ouest ?

Nous savons que les insecticides organophosphorés sont largement utilisés pour les pulvérisations à l’intérieur des habitations, dans les foyers d’Afrique de l’Ouest et, certainement, dans les cliniques, pour tuer les moustiques. Une étude rapporte : “Avec la forte résistance au DDT présente dans une grande partie de l’Afrique de l’Ouest, les carbamates et les organophosphates sont des alternatives de plus en plus importantes aux pyréthroïdes pour la pulvérisation à effet rémanent à l’intérieur des habitations”.

Parmi les effets, d’une exposition sévère aux organophosphates : diarrhée, tremblements, démarche chancelante, troubles sanguins, décès – tous ont été décrits en référence à Ebola.

Et puis il y a ceci : “Chez neuf patients souffrant d’une intoxication aux organophosphates, les paramètres de la fonction plaquettaire et de la coagulation sanguine ont été étudiés… Chez cinq des neuf patients, une tendance marquée aux saignements a été observée. La tendance aux saignements en cas d’intoxication par les organophosphates est probablement due principalement à la fonction plaquettaire défectueuse”. (Klin Wochenschur, 3 sept. 1984;62 (17):814-20, auteur : m. Zieman)

Saignement. Pas à cause d’un virus.

Qu’en est-il des vaccins ?

Un certain nombre de campagnes de vaccination ont été menées en Afrique de l’Ouest. Je n’ai trouvé aucune enquête indépendante approfondie sur les ingrédients de ces vaccins. Mais par exemple, un simple vaccin contre la grippe, Fluvirin, comporte le risque d’une “hémorragie”.

Plusieurs autres vaccins de routine peuvent provoquer des vomissements. Le HiB, par exemple.

Qu’en est-il du formaldéhyde ?

Nous avons ce rapport effrayant – du Daily Observer (libérien) du 14 octobre, “Breaking : Formaldehyde in Water Allegedly Causing Ebola-like symptoms” :

“Un homme de Schieffelin, une communauté située dans le comté de Margibi sur l’autoroute de Robertsfield, a été arrêté pour avoir tenté de mettre du formaldéhyde dans un puits utilisé par la communauté.”

“Selon les rapports, vers 10 heures du matin, il s’est approché du puits avec de la poudre dans une bouteille. Accablé par la communauté, il a avoué qu’il avait été payé pour mettre du formaldéhyde dans le puits, et qu’il n’était pas le seul. Il aurait dit aux habitants de la communauté : “Nous sommes nombreux”. Il y a des agents à Harbel, Dolostown, Cotton Tree et d’autres communautés dans tout le pays, a-t-il dit”.

“La radio d’État, ELBC, rapporte qu’au moins 10 personnes de la communauté de Dolostown sont mortes après avoir bu l’eau de puits empoisonnés.”

L’ATSDR (Agence américaine pour les substances toxiques et le registre des maladies), dans ses lignes directrices pour la gestion médicale de l’empoisonnement au formaldéhyde, énumère ces symptômes : “nausées, vomissements, douleurs, saignements, dépression du SNC, coma…”

Il existe d’autres sources d’empoisonnement en Afrique de l’Ouest. Leurs composants et leurs effets doivent être étudiés plus en détail.

Par exemple : Firestone.

Depuis près d’un siècle, la société gère une gigantesque plantation de caoutchouc au Liberia. Selon une estimation, Firestone contrôle 10 % des terres arables du pays.

Outre les conditions de vie et de travail misérables des habitants, qui exploitent les arbres pour le caoutchouc et font travailler leurs jeunes enfants afin de respecter les quotas quotidiens de Firestone, il y a le problème de la pollution massive.

D’après irinnews : “LIBERIA : La Communauté exige des réponses sur la pollution du caoutchouc” :

“MONROVIA, 4 juin 2009 (IRIN) – Les personnes qui vivent à côté de la plantation de la Firestone Natural Rubber Company à Harbel, à 45 km de la capitale du Liberia, Monrovia, affirment que la pollution provenant de la concession détruit leur santé, ruine leurs moyens de subsistance et tue même des résidents”.

“La concession de caoutchouc de Firestone au Libéria est le deuxième plus grand producteur de caoutchouc en Afrique et emploie environ 14 000 Libériens”.

“Les habitants de la ville de Kpanyarh, juste à côté de la plantation de caoutchouc de Firestone à Harbel, disent que le ruisseau dans lequel ils pêchent et boivent leur eau pendant la saison sèche a été contaminé par des toxines.”

“Nous avions l’habitude de pêcher et de boire l’eau”, a déclaré John Powell, 67 ans, habitant de Kpanyarh, à IRIN lors d’une visite à la crique qui coule juste à l’extérieur de la ville. Il a dit que l’eau était devenue toxique en octobre 2008. Nous ne pouvons plus la boire. Certains de nos habitants en sont déjà morts. Nous avons attiré l’attention de Firestone sur notre situation, mais ils l’ont ignorée”.

“A la mi-mai, lors d’une visite d’IRIN dans la région, des fumées acides émanant du ruisseau ont fait que les yeux des gens se sont mis à pleurer et qu’ils ont eu du mal à respirer.”

D’après BBC News : “L’enquête de trois mois a révélé qu’une usine située au sud-est de la capitale Monrovia était responsable des niveaux élevés [toxiques] d’orthophosphate dans les ruisseaux.”

Tiré de laborrights.org : En raison du manque d’eau potable sur la plantation, “cette situation ne laisse pas d’autre choix aux saigneurs et autres employés non qualifiés et à leurs familles que de boire dans des puits et des ruisseaux peu profonds.

Et bien sûr, ces ruisseaux sont très pollués.

Qui sait combien et quels produits chimiques toxiques ont été rejetés de la plantation Firestone dans les ruisseaux et rivières environnants ?

Une enquête plus approfondie en Afrique de l’Ouest pourrait bien faire apparaître encore plus de raisons de saigner – dont aucune n’a de rapport avec un virus. La région regorge d’activités industrielles qui produisent d’importants polluants : exploitation minière, exploration et forage pétroliers en mer, exploitation du caoutchouc, etc.

Nous en venons ensuite aux effrayants articles de presse sur les médecins et les travailleurs de la santé “frappés par le virus Ebola et s’effondrant”, qui traitent les patients dans les cliniques Ebola en Afrique de l’Ouest.

Mais attendez. Ces travailleurs de la santé portent des combinaisons de protection contre les produits dangereux. Isolés du monde extérieur, ils travaillent par roulement à l’intérieur de ces combinaisons bouillonnantes, où ils perdent 5 litres de liquide corporel par heure, sortent pour se réhydrater, s’aspergent de produits chimiques toxiques pour désinfecter, puis rentrent à nouveau.

Un médecin a déclaré au Daily Mail qu’il pouvait sentir d’intenses émanations de chlore pendant qu’il travaillait dans son costume. Cela signifie que le produit chimique toxique était en fait à l’intérieur avec lui.

Pas étonnant que certains agents de santé s’effondrent et meurent. Pas besoin de virus.

Dans le Daily Mail du 5 août 2014, un article titrait “Dans des combinaisons chaudes bouillonnantes…” :

“Le docteur Hannah Spencer a révélé comment elle veut se sentir en sécurité à l’intérieur d’une combinaison étanche à l’air chaud et bouillant pour les matières dangereuses…”

“Bouillant : Les médecins et les infirmières perdent jusqu’à cinq litres de sueur pendant une heure de travail en combinaison et doivent passer deux heures à se réhydrater après…”

“Pour minimiser le risque d’infection, ils doivent porter des bottes épaisses en caoutchouc qui montent jusqu’aux genoux, un vêtement imperméable, des gants, un masque facial, une cagoule et des lunettes de protection pour s’assurer que l’air ne puisse pas du tout toucher leur peau”.

“Le Dr Spencer, 27 ans, et ses collègues perdent jusqu’à cinq litres de sueur au cours d’une garde de traitement des victimes et doivent passer deux heures à se réhydrater ensuite”.

“Dans leur camp, ils passent par de multiples décontaminations qui incluent la pulvérisation de chlore sur leurs chaussures.”

Dr Spencer : “Nous aimerions que la visite d’un patient dure entre 45 minutes et une heure, mais maintenant, nous l’allongeons à presque deux heures. Nous nous soumettons à un très fort stress physiologique lorsque nous utilisons des équipements de protection individuelle”.

“Nous transpirons, nous perdons de l’eau ; nous avons plus chaud et cela fait des ravages sur le corps. Notre propre endurance commence à s’épuiser.””

Dans un autre article du Daily Mail (“Ce qui est choquant, c’est l’apparence des patients atteints d’Ebola avant leur mort…”), le Dr Oliver Johnson décrit le travail en tenue de protection : “La chaleur des combinaisons est rapidement écrasante, car vos lunettes de protection s’embuent et vous sentez la sueur couler en dessous. Et l’odeur du chlore est intense”.

Vous avez compris ? Imaginez que votre corps perde cinq litres d’eau en une heure. Alors que vous êtes piégé dans une combinaison anti-déflagrante encombrante. Pendant que vous traitez un patient qui, par exemple, pourrait vouloir s’échapper de la clinique parce qu’il a peur de vous et de votre médecine occidentale.

Imaginez qu’il vous faille deux heures après être sorti de votre combinaison pour vous réhydrater. Puis vous y retournez pour en reprendre. Bien sûr, vous vous décontaminez aussi avec des produits chimiques toxiques, dont le chlore.

Mais bien sûr, cela n’a absolument rien à voir avec les raisons pour lesquelles vous pourriez tomber malade. Non. Si vous tombez malade, ou si vous vous effondrez, ou si vous mourez soudainement, c’est Ebola. Le virus.

Bien sûr que c’est ça.

Il n’y a pas lieu de se poser de questions. Ne posez pas de questions. Croyez l’Organisation mondiale de la santé et les Centers for Disease Control (CDC). Ils disent toujours la vérité.


Comme je l’ai écrit en haut de cet article, je cite ici mes propres rapports de 2017 et 2014. Tout ce que vous venez de lire sur Ebola provient des articles que j’ai publiés au cours de ces deux périodes.

Nous avons maintenant la dure leçon du COVID. Et nous avons les annonces de 2021 concernant une autre épidémie d’Ebola.

Une autre épidémie de mensonges.


Source : https://blog.nomorefakenews.com/2021/03/02/ebola-the-new-fake-outbreak/#comment-263719
Traduction par https://cv19.fr

La Plandémie Continue !

Un petit nombre de pays occidentaux, vendus à Big Pharma et au Gourou de Davos continuent la Plandémie !

Silvano Trotta revient sur les récents événements de l’opération de crise sanitaire en cours et de son possible bannissement de Twitter suite aux nouvelles règles d’utilisation.

Sources : https://odysee.com/@SilvanoTrotta:f/plande%CC%81mie:a
https://c19study.com/
https://pgibertie.com/2021/02/28/un-parfum-de-lancet-gateletude-israelienne-sur-lefficacite-du-vaccin-bute-sur-des-invraisemblances-statistiques/
https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/le-miracle-de-livermectine
https://reseauinternational.net/scoop-le-pdg-de-pfizer-admet-quisrael-est-le-laboratoire-du-monde/

L’Australie demande l’aide des forces armées pour accélérer les vaccinations

SYDNEY : L’Australie va chercher le soutien des forces de défense dans sa campagne de vaccination contre le Covid-19, ont déclaré les autorités mercredi, alors qu’elle cherche à accélérer un programme de vaccination qui a pris du retard.

La Force de défense australienne aidera à déployer les vaccins aux résidents des maisons de retraite dans les zones rurales. (Photo Facebook/Australia Army)

Les forces de défense australiennes (ADF) aideront à déployer les vaccins pour les personnes âgées dans les zones rurales et régionales qui ne sont pas facilement accessibles par d’autres prestataires de soins médicaux, a déclaré la ministre de la défense par intérim, Marise Payne.

Les équipes de l’ADF devraient commencer la semaine prochaine et se concentreront sur la planification, la logistique et le soutien aux opérations.

“Alors que nous entrons dans la prochaine phase de déploiement des vaccins pour les personnes âgées et que nous continuons à élargir les équipes, des infirmières, des pharmaciens et des prestataires supplémentaires sont ajoutés, les équipes de vaccination de l’ADF complétant ces efforts”, a déclaré le ministre de la santé Greg Hunt dans un communiqué.

L’Australie a commencé la vaccination de masse de ses 25 millions d’habitants le 22 février dernier, le personnel de santé de première ligne et les personnes âgées ayant reçu les premières doses, mais a manqué de près de la moitié son objectif de dosage pour la première semaine.

Les autorités n’ont pu administrer qu’un peu moins de 34 000 doses au cours de la première semaine, selon les données gouvernementales, car le rythme de la campagne de vaccination s’est ralenti après que deux personnes âgées aient reçu par inadvertance quatre fois la dose recommandée.

Le ministre Hunt a toutefois déclaré que le calendrier de vaccination du pays était en bonne voie pour se terminer à la fin du mois d’octobre, que d’autres doses devraient arriver dans le pays sans délai et que la production locale du vaccin devrait commencer dans les semaines à venir.

Avec un peu moins de 29 000 cas de Covid-19 et 909 décès, l’Australie a largement échappé à ce nombre élevé par rapport aux autres pays développés, aidée en cela par des mesures de verrouillage strictes, des systèmes de suivi rapides et la fermeture des frontières.

Mardi, l’Australie a prolongé de trois mois la fermeture de ses frontières internationales, jusqu’au 17 juin, après que les autorités aient jugé que l’émergence de variantes plus virulentes du virus présentait de graves risques pour la santé publique.

L’Australie n’a signalé aucun cas ou un faible nombre de cas au cours des dernières semaines.

Source : https://www.freemalaysiatoday.com/category/world/2021/03/03/australia-seeks-help-from-armed-forces-to-speed-up-vaccinations/
Traduction par https://cv19.fr

ajax-loader