COVID : Les trois hommes aux commandes de l’Amérique

Pourquoi les méga-corporations ont-elles accepté les confinements ?

par Jon Rappoport

Je réédite cet article que j’ai écrit en juillet 2020. Avant de le faire, voici une analogie.

Disons que vous êtes propriétaire d’une entreprise. Vous êtes une entreprise publique, c’est-à-dire que vous émettez des actions à vendre.

Soudain, la fausse pandémie frappe. Le gouverneur de l’État émet des restrictions, y compris des confinements. Vous devez fermer vos portes. Vous allez prendre un coup financier stupéfiant.

Votre première réaction ? La colère. Une colère bouillonnante. Vous êtes déterminé à vous défendre. Vous appelez votre avocat pour mettre au point un plan.

“Attendez une minute”, dit-il. “J’ai de mauvaises nouvelles. Savez-vous qui est maintenant l’actionnaire majoritaire de votre entreprise ? Bill Gates. Et il a des droits de vote. Si vous vous opposez au confinement, il vous rôtira vivant. Vous serez dehors sur les rotules…”

Attachez votre ceinture. Nous y voilà.

LES TROIS HOMMES QUI CONTRÔLENT LES ENTREPRISES AMÉRICAINES

Au cours des 38 dernières années de travail en tant que journaliste, j’ai parlé avec de nombreuses personnalités du monde médical. Des médecins, des chercheurs, des fonctionnaires de la santé publique, des dirigeants d’entreprise dont les sociétés fournissent des produits à l’industrie médicale, des professeurs, etc.

Dans tous les cas, ces personnes soutiennent complètement et totalement la réalité médicale conventionnelle. Ils sont inébranlables. Un homme comme Fauci dit de sauter et ils sautent. Il serait impensable de faire autrement.

En poursuivant votre lecture, vous comprendrez pourquoi c’est important…

Les compagnies aériennes, les chaînes d’hôtels… tout le monde a plié quand les fermetures ont été imposées. Ils ont fermé boutique, ils se sont mis à genoux, ils ont opté pour des plans de sauvetage. Pourquoi ?

Les PDG de ces sociétés sont censés être des bosseurs et des opérateurs impitoyables. Pourquoi ne se sont-ils pas rebellés ?

Je pourrais citer plusieurs raisons. Je veux ici me concentrer sur une histoire peu connue et stupéfiante.

Imaginez qu’un employé d’une entreprise soit motivé pour s’exprimer contre les fermetures et les rendre publiques. Puis il pense au propriétaire de l’entreprise. Il se trouve que ce propriétaire siège au conseil d’administration d’un grand hôpital.

Oh oh. Ce propriétaire est solidement branché sur la réalité médicale officielle. Il ne va pas apprécier un opposant qui dit que les fermetures sont un excès ridicule et destructeur. Mieux vaut se taire. Mieux vaut s’intégrer et suivre le mouvement.

Eh bien, il se trouve que trois des plus puissants patrons d’entreprise en Amérique ont des liens profonds avec les grands hôpitaux, et ces trois hommes dirigent des entreprises qui possèdent l’Amérique des entreprises.

Comment ça ?

Les trois hommes sont Larry Fink, Joseph Hooley, et Mortimer Buckley.

Buckley est le PDG du groupe Vanguard. Hooley est le PDG de State Street. Fink est le PDG de BlackRock.

Le président de BlackRock, Larry Fink (au milieu) ici reçu par Emmanuel Macron à l’Elysée en 2019.
Crédit Michel Euler / POOL / AFP

Ces trois entreprises sont des fonds d’investissement titanesques. Des sociétés de services financiers.

Buckley est membre du conseil d’administration de l’hôpital pour enfants de Philadelphie. De 2011 à 2017, il a été président du conseil d’administration de l’hôpital.

Hooley siège au conseil du président du Massachusetts General Hospital.

M. Fink est le coprésident du conseil d’administration du NYU Langone Medical Center.

Examinons leurs fonds d’investissement : State Street, BlackRock et Vanguard, surnommés les Trois Grands. La référence est un article de theconversation.com, ” Ces trois entreprises possèdent l’Amérique des affaires “, 19/5/17, par Jan Fichtner, Eelke Heemskerk, et Javier Garcia-Bernardo.

“Ensemble, BlackRock, Vanguard et State Street ont près de 11 000 milliards de dollars américains d’actifs sous gestion.”

“Nous avons constaté que les trois grands, pris ensemble, sont devenus le principal actionnaire de 40 % de toutes les entreprises cotées en bourse aux États-Unis.”

“En 2015, ces 1 600 entreprises américaines [les 40 %] avaient des revenus combinés d’environ 9 100 milliards de dollars US, une capitalisation boursière de plus de 17 000 milliards de dollars US et employaient plus de 23,5 millions de personnes.”

“Au sein du S&P 500 – l’indice de référence des plus grandes entreprises américaines – la situation est encore plus extrême. Ensemble, les trois grands sont le principal actionnaire unique de près de 90 % des entreprises du S&P 500, notamment Apple, Microsoft, ExxonMobil, General Electric et Coca-Cola.”

“Ce qui est indéniable, c’est que les trois grands exercent les droits de vote attachés à ces actions. Par conséquent, ils doivent être perçus comme des propriétaires de facto par les dirigeants d’entreprise.”

“Qu’ils l’aient cherché ou non, les Trois Grands ont accumulé un pouvoir extraordinaire sur les actionnaires, et ils continuent de le faire… À bien des égards, le boom des fonds indiciels transforme BlackRock, Vanguard et State Street en quelque chose qui ressemble à des services publics à faible coût, avec une position quasi-monopolistique.”

Si le PDG d’une société dont le principal actionnaire est les Trois Grands pense à se rebeller contre le consensus médical officiel du COVID…

Et il sait que les patrons des Trois Grands sont fortement connectés au complexe médical américain [et mondial]…

https://www.ouest-france.fr/economie/bourse/blackrock-le-fonds-de-pension-americain-patron-du-cac-40-4508811

Ce PDG a une ÉNORME raison d’oublier d’être un vieux dur à cuire.

Il a une raison de ravaler sa colère quand on lui dit de fermer et de se taire.

Il a une raison de s’agenouiller et de jouer le jeu.

Il a une raison de se rendre à une histoire de virus, de Fauci et de Bill Gates.

Il a une raison de se retirer et de rester à l’écart et de regarder la dévastation économique balayer le pays.

SA SOCIÉTÉ APPARTIENT AUX TROIS GRANDS, ET LES PROPRIÉTAIRES DES TROIS GRANDS SONT DES MEMBRES LOYAUX DU COMPLEXE MÉDICAL… LE COMPLEXE QUI FORME L’ÉTAT POLICIER ACTUEL QUI A SOUMIS LE MONDE, SOUS LA FAUSSE BANNIÈRE DE “SAUVER L’HUMANITÉ DU VIRUS”.

C’est aussi simple que ça.

Je continue à vous dire que nous vivons maintenant dans une civilisation médicale.

Du point de vue financier, vous venez de lire pourquoi il en est ainsi.

Les trois hommes qui contrôlent les entreprises américaines sont aussi des membres de la communauté médicale.

Réfléchissez-y.

Source : https://blog.nomorefakenews.com/2021/06/21/covid-three-men-who-own-corporate-america/
Traduction https://cv19.fr

Voir aussi : https://cv19.fr/2021/06/11/qui-dirige-le-monde-blackrock-vanguard-et-statestreet/
https://www.marianne.net/economie/finance/blackrock-vanguard-state-street-ces-nouveaux-maitres-du-monde-qui-ne-nous-veulent-pas-que-du-bien