Day: December 7, 2020

Les personnes asymptomatiques ne propagent pas le COVID-19

Résumé :

  • La grande majorité des personnes dont le test de dépistage du SARS-CoV-2 est positif sont asymptomatiques. Ils ne sont tout simplement pas malades. Le test PCR ne fait que détecter les particules virales inactives (non infectieuses).
  • Dans une étude portant sur les femmes enceintes admises pour l’accouchement, 87,5 % des femmes dont le test de dépistage du SARS-CoV-2 s’est révélé positif n’avaient aucun symptôme
    Une étude portant sur les données des tests PCR de près de 10 millions d’habitants de la ville de Wuhan a révélé que pas un seul de ceux qui ont été en contact étroit avec une personne asymptomatique n’a été testé positif.
  • Sur les 34 424 résidents ayant des antécédents de COVID-19, 107 personnes ont été testées positives une deuxième fois, mais aucune n’était symptomatique et aucune n’était infectieuse.
  • Lorsque des patients asymptomatiques ont été testés pour les anticorps, ils ont découvert que 190 des 300, soit 63,3 %, avaient en fait eu une infection “chaude” ou productive entraînant la production d’anticorps. Pourtant, aucun de leurs contacts n’avait été infecté.

Analyse par le Dr Joseph Mercola

Selon les médias, les “cas” COVID-19, c’est-à-dire les résultats positifs des tests PCR, sont en plein essor aux États-Unis et dans le monde entier, ce qui conduit à la mise en œuvre de mesures qui, dans certains cas, sont plus strictes que ce que nous avons enduré lors de la vague initiale.

Cependant, comme le montrent plusieurs articles récents, notamment “Why COVID-19 Testing Is a Tragic Waste“, les tests PCR sont utilisés de manière incorrecte, ce qui donne l’impression fausse d’une transmission généralisée.

En réalité, la grande majorité des personnes qui se retrouvent avec un test positif ne développent pas de symptômes et ne sont pas contagieuses. Il va sans dire que si vous n’êtes pas contagieux, vous ne présentez aucun risque pour la santé de quiconque, et le fait d’être placé en résidence surveillée n’est rien d’autre qu’une punition cruelle et inappropriée.

Les taux de tests positifs n’ont aucune incidence sur les taux de mortalité

Dans le rapport Highwire ci-dessus, Del Bigtree explique comment une sensibilité excessive des tests conduit à des chiffres faussement élevés de “cas” qui, en réalité, ne nous disent rien sur la situation en question. Comme l’a noté Bigtree, ce qui manque dans la communication sur le COVID-19, c’est le taux de mortalité réel.

“Si le COVID est un virus mortel, que devrions-nous voir lorsque les cas augmentent”, demande-t-il. La réponse, bien sûr, est une augmentation des décès. Cependant, ce n’est pas ce qui se passe.

À part une petite bosse au début, lorsque les médecins n’étaient pas sûrs du traitement approprié et que certains États envoyaient de façon imprudente et irresponsable des patients infectés dans des maisons de retraite mal équipées, le taux de mortalité est resté relativement stable alors que les taux de tests positifs ont augmenté et diminué de façon spectaculaire par intervalles.

Dans la vidéo, Bigtree présente un tweet[1] du 4 novembre 2020 du Dr Scott Atlas, conseiller en matière de coronavirus à la Maison Blanche, montrant le nombre de tests positifs (alias “cas”) en bleu et les décès liés à la COVID-19 en rouge, depuis le début de la pandémie jusqu’à la fin octobre 2020. Comme vous pouvez le constater, il n’y a pas de corrélation entre le taux de tests positifs et les décès ultérieurs.

La grande majorité des patients “COVID-19” sont asymptomatiques

L’une des raisons pour lesquelles les taux de tests positifs et la mortalité ne vont pas de pair est le simple fait qu’une grande majorité des personnes dont le test est positif pour le SARS-CoV-2 sont asymptomatiques. Ils ne sont tout simplement pas malades. Le test PCR ne fait que capter les particules virales inactives (non infectieuses).

Dans une étude[2], qui portait sur des femmes enceintes admises pour l’accouchement, 87,9 % des femmes dont le test était positif pour la présence du SARS-CoV-2 ne présentaient aucun symptôme. Une autre étude[3] s’est intéressée à un grand refuge pour sans-abri à Boston. Après y avoir observé un groupe de cas de COVID-19, les chercheurs ont procédé à une évaluation des symptômes et à des tests parmi tous les clients résidant dans le refuge pendant deux jours.

Sur les 408 personnes testées, 147, soit 36%, étaient positives, mais les symptômes étaient manifestement absents. La toux n’est apparue que dans 7,5 % des cas, l’essoufflement dans 1,4 % et la fièvre dans 0,7 %. Tous les symptômes étaient “peu fréquents chez les personnes positives au COVID”, ont noté les chercheurs.

La transmission asymptomatique est très rare

De nombreux médecins, scientifiques et juristes sont maintenant conscients du fait que ce sont ces tests défectueux, et leur utilisation frauduleuse, qui maintiennent le récit de la peur en vie – et ils prennent des mesures.

Dans la vidéo ci-dessus, Ben Swann s’entretient avec le Dr Reiner Fuellmich [13], avocat plaidant spécialisé dans la protection des consommateurs [14] et membre fondateur de la commission d’enquête extraparlementaire allemande Corona (Außerparlamentarischer Corona Untersuchungsausschuss)[15],[16],[17] qui cherche à révéler comment des tests frauduleux ont été et continuent d’être utilisés pour provoquer l’apparition d’une dangereuse pandémie alors qu’il n’y en a pas.

La commission intente actuellement la première d’une longue série de poursuites judiciaires, cette fois contre les soi-disant vérificateurs de faits sur les réseaux sociaux. Ils ont choisi d’intenter un procès en diffamation au nom du Dr Wolfgang Wodarg, un ancien membre du Congrès allemand et du Conseil de l’Europe qui a critiqué ouvertement le test PCR, car il ne peut pas être utilisé pour diagnostiquer une infection.

Les sociétés de médias sociaux ont qualifié les déclarations de Wodarg de “fausses”, et en déposant une plainte pour diffamation, la charge de la preuve incombe désormais aux vérificateurs de faits pour prouver qu’elles sont exactes. En d’autres termes, pour gagner, les vérificateurs de faits doivent prouver que les tests PCR diagnostiquent une infection active. Les preuves scientifiques montrent que ce n’est pas le cas, et cette affaire pourrait donc s’avérer cruciale dans la lutte contre la censure des Big Tech qui maintient les discours alarmistes.

Pandémie de COVID-19 – La plus grande opération psychologique de l’histoire ?

Si Fuellmich et son équipe ne prétendent pas savoir pourquoi la pandémie est maintenue en vie à l’aide de données scientifiques frauduleuses, ils affirment sans équivoque qu’il s’agit en fait d’une fausse pandémie et qu’elle a eu des conséquences sanitaires et économiques dévastatrices dans le monde entier.

Pour ce qui est du pourquoi, nous devons nous tourner vers la scène géopolitique pour voir quels récits se sont déroulés en parallèle avec la pandémie. Ce que nous constatons, c’est que les dirigeants du monde entier appellent maintenant à une “réinitialisation” de l’économie mondiale dans le sillage des destructions entraînées par la pandémie. En réalité, bien sûr, c’est la réponse mondiale à la pandémie qui a créé la dévastation économique, et non le virus lui-même.

Quoi qu’il en soit, l’appel à “reconstruire en mieux” est entendu dans le monde entier, et ces plans comprennent l’élimination du capitalisme conventionnel, de la libre entreprise et de la propriété privée, pour les remplacer par un système économique technocratique basé sur les ressources, dans lequel l’énergie et l’ingénierie sociale dirigent l’économie plutôt que des mécanismes de tarification tels que l’offre et la demande.

Les dirigeants réclament également une surveillance sanitaire invasive, et il semble qu’il existe des plans pour utiliser la surveillance biométrique par le biais de vaccins, qui alimentent tous le système technocratique dans lequel ce type de surveillance de masse est non seulement primordial mais aussi fondamental.

La raison pour laquelle la surveillance est si cruciale est que le fonctionnement de ce système repose sur l’ingénierie sociale basée sur l’intelligence artificielle et la manipulation des masses. À moins que les gens ne soient enfermés dans ce que l’on pourrait décrire comme une prison numérique, ils ne se conformeront pas à ce qui les attend.

Cependant, si tout le monde est branché à un système bancaire centralisé numérique, à une carte d’identité numérique et à une cote de solvabilité sociale, peu de gens auront le courage de s’opposer ou de s’exprimer contre les dirigeants non élus. Votre vie entière pourrait facilement être bouleversée par la simple pression d’un bouton.

Nous avons déjà vu combien de personnes ont non seulement été sanctionnées pour s’être élevées contre une chose ou une autre l’année dernière, mais ont également vu leur compte de paiement numérique fermé, ce qui a détruit leur capacité à gagner leur vie. Imaginez qu’il n’y ait rien d’autre qu’un système centralisé de monnaie numérique et que vos comptes soient fermés. Comment vivriez-vous ?

La peur est un outil de manipulation très efficace

Aucune personne saine d’esprit n’accepterait ce plan de Grand Reset si elle était consciente de tous les détails et de ses implications ultimes pour l’humanité dans son ensemble. Pour le mettre en œuvre, ils ont donc dû recourir à la manipulation psychologique, et la peur est l’outil le plus efficace qui soit.

Comme l’a expliqué le psychiatre Peter Breggin, il existe toute une école de recherche en santé publique qui s’attache à identifier les moyens les plus efficaces de faire peur aux gens pour qu’ils acceptent les mesures de santé publique souhaitées.

En ajoutant la confusion et l’incertitude au mélange, vous pouvez faire passer un individu de la peur à l’anxiété – un état de confusion dans lequel vous ne pouvez plus penser logiquement – et dans cet état, vous êtes plus facilement manipulé. Le graphique suivant illustre le rôle central de la peur pour la réussite du déploiement du Grand Reset.

En conclusion, le test des personnes asymptomatiques et l’isolement des personnes dont le test est positif même en l’absence de symptômes est une stratégie clé qui permet de maintenir le niveau de peur élevé. Il n’y a tout simplement pas assez de patients COVID-19 hospitalisés pour que la ruse continue, et bien trop peu meurent pour que le récit fonctionne. C’est pourquoi nous n’entendons plus parler de ces statistiques.

Nous n’entendons parler que des “cas” – les tests positifs qui n’ont aucune incidence sur les taux de mortalité. La peur des asymptomatiques alimente également le récit selon lequel nous devons tous porter des masques faciaux partout où nous allons, parce que vous ne savez pas qui pourrait être infecté et que vous ne le savez pas. Elle inspire la peur des autres, car même des personnes apparemment en bonne santé peuvent vous rendre mortellement malade.

L’étude de Wuhan présentée ici démontre le caractère fallacieux de ces craintes. Les personnes dont le test est positif mais qui ne présentent aucun symptôme ne sont pas contagieuses et ne présentent aucun risque pour les autres. Elles n’ont pas besoin de porter de masque et elles n’ont pas besoin d’être isolées. En bref, nous n’avons pas besoin de nous craindre les uns les autres.

Sources et références

Source de l’article en anglais : https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2020/12/04/do-asymptomatic-people-spread-coronavirus.aspx Traduction https://cv19.fr

Les vaccins : Succès et controverses

Quinze documentaires sur les plus grands succès et les aspects les plus controversés des vaccins.

La plupart sont en anglais sauf le B4, B5 et B6.

Maurice Hilleman developing the 1957 pandemic flu vaccine (Ed Clark / Getty Images)

Documentaires sur les plus grands succès et les aspects les plus controversés des vaccins.

Vue d’ensemble : A) Succès des vaccins B) Préoccupations concernant la sécurité C) Controverse sur le VIH/SIDA D) Plus

A. Documentaires sur le succès des vaccins
A1. Hilleman : Une quête périlleuse pour sauver les enfants du monde (2016)

Résumé : “Le plus grand scientifique du XXe siècle, et personne ne connaît son nom. Ce documentaire raconte l’histoire inspirante du Dr. Maurice Hilleman, un homme avec un objectif unique et inébranlable : éliminer les maladies des enfants. Depuis sa jeunesse pauvre dans les plaines du Montana, il est venu prévenir la grippe pandémique, inventer le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) et développer le tout premier vaccin contre le cancer humain.

Responsable de plus de la moitié des vaccins que les enfants reçoivent aujourd’hui, il est reconnu pour avoir sauvé plus de huit millions de vies chaque année. Grâce à des entretiens exclusifs avec le Dr Hilleman et ses pairs, à de rares images d’archives et à des animations en 3D, ce film donne un visage humain à la science des vaccins, révélant le personnage qui a été le moteur de cet homme audacieux, complexe et héroïque”.

Année : 2016 ; Durée : 66min ; Réalisateur : Donald R. Mitchell ; Voir aussi : Site officiel

A2. L’histoire de la polio : Le vaccin qui a changé le monde (BBC, 2015)

Résumé : “Nous sommes en 1952, et la polio fait peur au monde entier. Il n’y avait ni cause connue, ni remède, ni aide en vue pour les parents qui voulaient désespérément protéger leurs enfants. De l’autre côté de l’océan, désireux de vaincre cette maladie potentiellement mortelle, le président Roosevelt, atteint de polio, a incité le public américain à envoyer ses sous pour financer la recherche. En quelques années seulement, Joseph Salk, un ambitieux scientifique de 33 ans travaillant dans son laboratoire en sous-sol à Pittsburgh, allait mettre à genoux un enfant paralysé et changer le cours de l’histoire médicale. Bill Gates est interviewé avec un certain nombre d’experts et de survivants de renommée mondiale pour raconter l’histoire extraordinaire du Dr Salk et de la légendaire “marche des dix sous”, qui se sont unis pour aider à vaincre la polio”.

Année : 2015 ; Durée : 45 minutes ; Réalisateur : Tjardus Greidanus ;

Voir aussi : Comment les installations sanitaires modernes nous ont apporté la polio (NextNature, 2014)

A3. Documentaires historiques

The Silent Invader (Westinghouse, 1957, 30min) “Ce film traite de la façon dont les États-Unis se préparent à une épidémie de grippe asiatique. Des médecins éminents et le chef du service de santé publique américain abordent les types de grippe, la nature du virus, les taux de mortalité, les modes de propagation, les vaccins, la responsabilité du médecin et les conseils médicaux à donner aux personnes qui tombent malades”.

Mission, Rougeole : The Story of a Vaccine (Merck et USPHS, 1964, 20min) “Ce documentaire détaille l’histoire du virus très contagieux qui cause la rougeole et le développement du vaccin contre la rougeole dans les années 1950 et au début des années 1960. La société pharmaceutique Merck a produit le film avec l’aide du service de santé publique américain”.

De Jenner à Wakefield : The long shadow of the anti-vaccination movement (Gresham College, 2011, conférence de 60 minutes) “En 1998, un scandale médical a éclaté lorsque The Lancet a publié un article d’Andrew Wakefield remettant en question les avantages du vaccin ROR qui était administré sans conteste aux enfants dans tout le Royaume-Uni. Venant 202 ans après la première vaccination d’Edward Jenner, qui a conduit à l’éradication de la variole dans le monde entier, ce récent incident n’est que le dernier d’une longue histoire de remise en cause des bienfaits de la vaccination”.

B. Documentaires sur les préoccupations relatives à la sécurité des vaccins

B1. La guerre des vaccins (PBS, 2010/2015)

Résumé : “Les vaccins ont changé le monde, en éradiquant en grande partie une série de maladies terribles, de la variole à la polio en passant par la diphtérie, et en ajoutant probablement des décennies à la plupart de nos vies. Mais malgré les progrès réalisés – et les nombreuses études scientifiques indiquant la sécurité des vaccins – un mouvement croissant de parents continue de craindre les vaccins. Et dans certaines communautés américaines, un nombre important de parents rejettent carrément les vaccins, ce qui suscite de nouvelles inquiétudes quant au retour de maladies évitables par la vaccination comme la rougeole et la coqueluche.

Dans The Vaccine War, FRONTLINE met à nu la science de la sécurité des vaccins et examine le débat de plus en plus âpre entre l’établissement de santé publique et une formidable coalition populiste de parents, de célébrités, de politiciens et de militants qui sont armés des derniers outils de médias sociaux – y compris Facebook, YouTube et Twitter – et sont déterminés à résister aux pressions des établissements médicaux et de santé publique pour vacciner, malgré le consensus scientifique établi sur la sécurité des vaccins”.

Année : 2010/2015 ; Durée : 53min ; Producteur : PBS Frontline ; Voir aussi : Site web du PBS

B2. Victimes des vaccins contre la pandémie de grippe porcine de 1976 (CBS, 1979)

Résumé : “Vous vous souvenez de la peur de la grippe porcine en 1976 ? C’est l’année où le gouvernement américain nous a dit que la grippe porcine pouvait s’avérer être une maladie mortelle susceptible de se propager dans tout le pays, et où Washington a décidé que chaque homme, femme et enfant de la nation devait recevoir une piqûre pour prévenir une épidémie nationale, une pandémie. Eh bien, 46 millions d’entre nous ont obéi à la piqûre, et maintenant 4 000 Américains réclament à l’Oncle Sam des dommages et intérêts s’élevant à trois milliards et demi de dollars en raison de ce qui s’est passé lorsqu’ils ont pris cette piqûre. Le plus grand nombre de ces demandes est de loin le plus élevé – deux tiers d’entre elles concernent des dommages neurologiques, voire la mort, prétendument déclenchés par le vaccin contre la grippe”.

Année : 1979 ; durée : 15min ; Producteur : CBS 60 Minutes ; Voir aussi : history.com ; Backup : Bitchute

B3. Profiteurs de la Peur – Un virus fait débat – ARTE et NDR 2009

Résumé : “La vague actuelle de grippe [2009] fait peur aux gens dans le monde entier. Le virus de sous-type A/H1N1 – plus connu sous le nom de grippe porcine – se propage rapidement. En juin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a intensifié son avertissement de pandémie et a déclaré le niveau d’alerte le plus élevé. Depuis lors, les autorités sanitaires de tous les pays tentent de contrôler la propagation.

Des centaines de millions d’euros sont mis à disposition pour les médicaments et les vaccins. L’argent des contribuables n’a probablement jamais été dépensé aussi rapidement et sans contrôle que dans la lutte contre le nouveau virus de la grippe. Une hystérie de masse s’est-elle emparée de nous ou la nouvelle grippe est-elle vraiment une menace mortelle ? Dans un cas comme dans l’autre, des intérêts tangibles sont en jeu. De plus en plus de scientifiques critiquent les actions des autorités”.

Année : 2009 ; Durée : 60min ; Producteur : ARTE ; Langue : Allemand/Anglais/Français ; Sauvegarde : Youtube

B4. Vaxxed I : De la dissimulation à la catastrophe (2016)

Résumé : “Une enquête sur la façon dont le CDC, l’agence gouvernementale chargée de protéger la santé des citoyens américains, a détruit les données d’une étude de 2004 qui montrait un lien entre le vaccin ROR et l’autisme. Cette tromperie alarmante a contribué à l’augmentation fulgurante de l’autisme, potentiellement l’épidémie la plus catastrophique de notre vie”.

Année : 2016 ; Durée : 90min ; Producteurs : Andrew Wakefield, Del Bigtree ; Voir aussi Site officiel

Critique : Une revue critique du documentaire et de ses revendications sur Wikipédia

B5. Vaxxed II – La vérité du peuple (2019)

Résumé : “Exploration d’un lien possible entre diverses vaccinations et maladies, blessures et décès”.

Année : 2019 ; Durée : 90min ; Réalisateur : Brian Burrowes ; Voir aussi : Site officiel

Critique : Une revue critique du documentaire et de ses revendications par The Guardian

C. Documentaires sur la controverse concernant le VIH/SIDA

C1. House of Numbers: Anatomy of an Epidemic (2010)

Résumé : “Qu’est-ce que le VIH ? Qu’est-ce que le sida ? Que fait-on pour le guérir ? L’histoire du VIH/SIDA est en cours de réécriture, et c’est le premier film à présenter les points de vue non censurés de nombreux acteurs majeurs”.

Année : 2010 ; Durée : 90m ; Réalisateur : Brent Leung ; Voir aussi : Site officiel ; Sauvegarde : Bitchute

Critique : Une revue critique du documentaire et de ses revendications sur Wikipédia

C2. The Cause Of AIDS: Fact And Speculation (1992/1995)

Résumé : “Produit à l’origine par Colman Jones pour le “Toronto : Living with AIDS Project” qui a débuté en 1990, puis s’est transformé en 4 programmes d’une heure pour le programme de télévision par câble MacLean-Hunter Undercurrents, produit par Hans Burgschmidt et Mark Surman, qui ont encouragé Colman à préparer ce résumé. La série a remporté un prix MacLean-Hunter Lizzie dans la catégorie des affaires courantes, a reçu un prix de l’Ontario Cable Television Association (OCTA), et a ensuite été rediffusée en 1994 sur les chaînes câblées communautaires de Rogers TV à Toronto et Vancouver”.

Année : 1992/1995 ; Durée : 60 minutes ; Réalisateur : Colman Jones ;

https://archive.org/details/the-cause-of-aids-fact-and-speculation

C3. Les origines du sida (2004)

Résumé : “Les scientifiques ont-ils provoqué l’épidémie de sida par inadvertance ? Plus de 20 ans après le début de l’épidémie de sida, nous ne connaissons toujours pas ses origines. Beaucoup pensent que la réponse se cache dans les recherches entreprises pour trouver un remède à l’épidémie de polio. Alors que les responsabilités éthiques de la communauté scientifique sont remises en question, le débat sur les origines du sida fait rage”.

Année : 2004 ; Durée : 90 minutes ; Réalisateur : Peter Chappell ; Voir aussi : Article sur Wikipédia

C4. Opération “Denver” : Désinformation du KGB et de la Stasi concernant le SIDA

D. Documentaires et livres supplémentaires

TrustWHO (2018, Franck/Schlottmann, 90 minutes) : “L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été fondée dans le but de construire un avenir plus sain pour tous. C’est l’organisme sur lequel nous comptons pour résoudre toutes les crises de santé publique, mais peut-on lui faire confiance ? Ce puissant document d’enquête révèle un tableau alarmant de corruption et d’opacité alors que la cinéaste Lilian Franck se demande si l’on peut faire confiance à l’organisation pour maintenir la santé publique”.

Vaccines: truth, lies and controversy (Peter C. Gøtzsche, 2020) “On trouve sur Internet une désinformation importante sur les vaccins, en particulier de la part de ceux qui rejettent tous les vaccins, mais aussi de la part de sources officielles, qui sont censées être neutres et objectives. Le livre s’appuie sur les meilleures preuves disponibles, et le professeur Gøtzsche explique quand et pourquoi nous ne devrions pas avoir confiance dans la science et les recommandations officielles”.

Deadly Medicines and Organised Crime: How Big Pharma Has Corrupted Healthcare (Peter C. Gøtzsche, 2013) “Dans son dernier livre révolutionnaire, Peter C. Gotzsche expose les industries pharmaceutiques et leur incroyable comportement frauduleux, tant dans la recherche que dans le marketing, où le mépris moralement révoltant des vies humaines est la règle. Il établit de façon convaincante des comparaisons étroites avec les conglomérats du tabac, révélant l’extraordinaire vérité qui se cache derrière les efforts visant à confondre et à distraire le public et ses hommes politiques”.

Source : https://swprs.org/vaccines-successes-and-controversies/

Le président du Mexique estime que le confinement, comme le port du masque obligatoire sont des mesures dictatoriales.

“L’essentiel est de garantir la liberté”, déclare le président mexicain lorsqu’on lui demande pourquoi il ne porte presque jamais de masque.

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador : “Tout le monde est libre. Quiconque veut porter un masque et pour se sentir plus en sécurité a toute liberté de le faire”. Photographie : Henry Romero/Reuters

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a laissé entendre mercredi que les politiciens qui imposent des confinements ou des couvre-feux pour limiter le Covid-19 agissent comme des dictateurs.

Les commentaires sont arrivés alors que M. López Obrador a une fois de plus repoussé les questions sur les raisons pour lesquelles il ne porte presque jamais de masque, affirmant que c’était une question de liberté.

Le leader mexicain a déclaré que les mesures de lutte contre la pandémie qui limitent les mouvements des personnes sont “à la mode parmi les autorités … qui veulent montrer qu’elles sont autoritaires, dictatoriales”.

“Beaucoup d’entre eux laissent transparaître leurs instincts autoritaires”, a-t-il dit, ajoutant que “l’essentiel est de garantir la liberté”.

Source : https://www.theguardian.com/world/2020/dec/02/mexico-lopez-obrador-pandemic-lockdowns-dictatorship

Covid-19 en France : L’État a menti en gonflant les chiffres de téléchargements de l’appli TousAntiCovid

L’État se réjouit que plus de 10 millions de Français aient téléchargé l’appli. Ce chiffre est faux. Seuls 6,5 millions l’ont en réalité téléchargée. Une enquête menée par le média La Tribune et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com est arrivée à la conclusion que le gouvernement français ment sur les chiffres d’utilisateurs de l’application TousAntiCovid.

Après la mise à mort de StopCovid, première application créée par l’Etat français dans sa lutte contre le Covid-19 et qui avait connu un échec lamentable, la nouvelle application TousAntiCovid dont Emmanuel Macron a personnellement fait l’éloge risque de connaître le même sort. Car, d’après une enquête exclusive menée par le journal La Tribune, les chiffres présentés par le gouvernement sont loin de correspondre à la réalité. Autrement dit, ils sont faux.

En effet, le gouvernement s’est récemment targué que le nombre de téléchargements de l’application ait dépassé la barre des 10,6 millions. Ce chiffre, d’après La Tribune, est trompeur. Et le média s’explique. “Contrairement à la confusion entretenue par le gouvernement, il ne s’agit pas du nombre de personnes qui disposent de l’application à ce jour. Et encore moins du nombre d’utilisateurs actifs, c’est-à-dire les personnes qui utilisent vraiment l’application sur une base quotidienne, ce qui est indispensable pour qu’elle soit efficace. Ce chiffre indique simplement le cumul des téléchargements suivis d’une activation depuis le 2 juin.Il ne tient pas compte du nombre de désinstallations”, renseigne La Tribune.

Et d’ajouter : “or, une véritable transparence nécessiterait d’indiquer le nombre réel d’utilisateurs, donc de soustraire les désinstallations. Il faudrait aussi indiquer le nombre d’utilisateurs actifs, car il arrive fréquemment de télécharger une application mais de ne plus l’utiliser au bout de quelques temps…”

“Seuls 6,5 millions de Français utilisent l’application au lieu de 10,6 millions”

Sur le nombre de désinstallations que le gouvernement tente de dissimuler au public, le constat du média est alarmant. “Le chiffre des désinstallations n’est plus communiqué par le gouvernement depuis le lancement de Tous Anti-Covid, fin octobre. Et pour cause : il était élevé. Le 23 juin, lors d’un point d’étape sur StopCovid après son lancement, le secrétaire d’Etat au Numérique, Cédric O, avait dévoilé 1,8 millions de téléchargements mais déjà 460.000 désinstallations, soit 25,5% en seulement trois semaines. Fin octobre, le nombre de désinstallations avait grimpé à 1 million, pour 2,6 millions de téléchargements. Autrement dit, 38,5% des personnes qui avaient téléchargé StopCovid depuis juin avaient désinstallé l’application en octobre”.

Et La Tribune de poursuivre : “si cette proportion est au même niveau actuellement, sur 10,6 millions de téléchargements, il faudrait retrancher 4,1 millions de désinstallations pour obtenir le nombre d’utilisateurs, qui s’élèverait donc à 6,5 millions de Français… soit un peu moins d’un Français sur 10”.

“Les données scientifiques de l’application gardées secrètes par l’Etat”

La révélation est donc explosive mais le plus grave dans cette histoire est que, d’après La Tribune, l’Etat refuse catégoriquement de fournir les données scientifiques pouvant prouver l’utilité de l’application TousAntiCovid. Pire, le média accuse le gouvernement d’avoir modifié secrètement les critères de fonctionnement de l’application.

Sur ce, le média dira : “le 28 novembre, le gouvernement a publié en toute discrétion au Journal Officiel une modification des critères de détection d’un contact potentiellement à risque. Jusqu’à présent, l’appli gardait une trace des contacts uniquement si la personne se tient à moins d’un mètre d’une autre personne équipée de l’application pendant quinze minutes. Désormais, il suffira d’être à une distance inférieure ou égale à un mètre pendant cinq minutes, ou entre un et deux mètres pendant quinze minutes”.

Pour lire l’article dans sa version originale (payante), cliquez ici : La Tribune

Source Le Courrier du Soir

5 questions brûlantes sur le nouveau vaccin Covid

Le gouvernement britannique a annoncé son accord pour le premier vaccin Covid19 à utilisation publique. 800 000 doses devraient être mises sur le marché d’ici la fin de la semaine, et il a déjà signé un contrat pour 40 millions de doses supplémentaires (qui s’ajouteront aux 300 millions de doses de vaccins non encore commercialisés par d’autres sociétés).

La nouvelle phase du déploiement de Covid19 étant sur le point de commencer, il est temps de répondre aux cinq principales questions concernant ce vaccin, son efficacité, son innocuité et la question de savoir si nous serons ou non contraints de l’utiliser.

  1. Est-ce que ça fonctionne ?

Il est clair que la compagnie prétend que oui, et le gouvernement britannique semble les croire. Le Guardian, dans sa présentation du vaccin, affirme qu’il a une efficacité de 95%, mais ne fournit pas de source pour cette donnée ni pour aucune autre.

Heureusement, de meilleurs journalistes et chercheurs écrivent pour le British Medical Journal, y compris cet article de Peter Doshi la semaine dernière.

Pour expliquer d’où vient réellement cette allégation d’efficacité à 95 % :

L’essai du vaccin Pfizer a été mené sur près de 44 000 personnes. La moitié d’entre elles ont reçu leur vaccin, l’autre moitié un placebo. Au total, sur les 44 000 personnes, 170 ont été enregistrées comme ayant été “infectées par le Covid19”. 162 d’entre elles faisaient partie du groupe placebo, dont 8 du groupe vaccin.

Le vaccin a donc permis de prévenir 154 cas de Covid19…soit 95%.

Il n’est pas nécessaire d’être un chercheur médical ou un virologue pour voir à quel point ce raisonnement est potentiellement erroné. L’ensemble de l’essai de 44 000 personnes est considéré comme un succès en raison du résultat potentiellement multi-variant de moins de 0,4% des personnes impliquées.

Les détails de l’essai sont difficiles à obtenir, et nous n’avons donc pas encore découvert comment ces 170 personnes ont même été diagnostiquées avec ” le Covid19 “. S’agissait-il d’un diagnostic clinique basé sur des symptômes ? Ou un test PCR ? L’une ou l’autre méthode soulèverait de sérieuses questions quant à sa précision.

En bref, la réponse à la question “Est-ce que ça marche ?” est “nous n’en avons aucune idée”.

  1. Est-ce sûr ?

La question de la sécurité est potentiellement plus importante que celle de l’efficacité. Personne, pas même les plus ardents défenseurs des vaccins, ne nie que ce processus a été précipité – les vaccins prennent généralement des années et des années à produire, alors que celui-ci a été mis sur le marché en moins de neuf mois. Certains d’entre eux ont complètement sauté des étapes importantes des tests.

Même en supposant que les essais à court terme n’aient pas montré d’effets secondaires, on n’a tout simplement pas eu le temps de faire des études sur les résultats à long terme. Le risque de complications, des mois ou des années plus tard, existe certainement.

En outre, le vaccin est basé sur une nouvelle technologie – un vaccin à ARNm, qui injecte du matériel génétique viral pour générer une réponse immunitaire. Cette technologie est en développement depuis des années, mais ce serait le premier vaccin à ARNm réellement utilisé.

Donc, encore une fois, la réponse courte à la question “est-ce sûr ?” est “nous ne savons pas”.

Cependant, les promoteurs et les fabricants de vaccins ont clairement des doutes quant à sa sécurité, puisqu’ils ont fait tout leur possible pour garantir une totale immunité juridique en cas de poursuites ou de procès civils si quelque chose devait mal tourner. Ce n’est pas un gage de confiance.

Posez-vous la question suivante : si Ford ou BMW lançaient un nouveau type de voiture basée sur une “technologie de pointe”, mais qu’avant d’en acheter une, vous deviez signer une renonciation disant que vous ne pouvez pas poursuivre les constructeurs automobiles au cas où vous exploseriez dans une boule de feu… conduiriez-vous cette voiture ?

  1. Qu’est-ce qu’il y a dedans ?

C’est simple. On ne sait pas, ils ne le diront pas.

  1. Qui le recevra ?

Les personnes âgées et les travailleurs du service national de santé sont les premiers à être inscrits au registre. Nous ne savons pas qui sera exclu. Les personnes immunodéprimées ont été exclues de l’étude d’efficacité, donc on peut supposer qu’elles seront également exclues de la prise du vaccin. Si ce n’est pas le cas, c’est un désastre potentiel qui attend de se produire (bien qu’ils bénéficient d’une protection juridique, donc je suppose que cela n’a pas d’importance).

L’armée britannique s’occupe déjà de mettre en place des “centres de vaccination de masse“. Ainsi, bien entendu, presque tout le monde devra finalement se faire vacciner s’il veut participer à la société de quelque manière que ce soit. Ce qui nous amène à la cinquième question…

  1. Est-ce que cela deviendra obligatoire ?

La question des “vaccins obligatoires” a été soulevée dès les premiers stades du développement de la pandémie. Le résultat final variera évidemment d’un pays à l’autre, mais c’est certainement une possibilité ici au Royaume-Uni.

Il y a quelques mois, un groupe d’universitaires a présenté au Parlement britannique des preuves écrites que les vaccinations obligatoires seraient défendables sur la base des droits de l’homme, et qu’il existait déjà un précédent juridique pour cette action dans la législation britannique (en particulier, le traitement des patients atteints de troubles mentaux qui peuvent être un danger pour eux-mêmes).

En fin de compte, et il s’agit là d’une simple spéculation, je doute que le vaccin soit un jour littéralement obligatoire sur le plan juridique. Le Parlement rejettera l'”avis d’expert” suggérant que les vaccins Covid19 soient imposés aux gens.

Cela permettra d’atteindre deux objectifs à la fois : a) Cela donnera au gouvernement un vernis de “libertarianisme”, une mince façade pour couvrir sa nature tyrannique. Et b) Elle permettra d’imputer une éventuelle “troisième vague” de Covid19 à une “hésitation vaccinale”.

Bien qu’il ne sera probablement jamais littéralement obligatoire, ils faciliteront certainement beaucoup les choses si vous vous faites vacciner.

On a beaucoup parlé de “passeports immunitaires“, c’est-à-dire de documents numériques indiquant votre statut vaccinal, qui vous dispensent des règles de verrouillage et de distanciation sociale.

À l’avenir, il n’est pas difficile de voir que ces documents (physiques ou numériques) sont essentiels pour pouvoir travailler, se socialiser, voyager, obtenir des prêts, demander des prestations d’État ou même recevoir un traitement médical.

Ainsi, même si vous n’êtes pas forcé de participer au vaccin, vous serez probablement soudoyé, victime de chantage ou contraint de le faire à terme.


En résumé, nous ne savons pas exactement ce que contient le vaccin, il se peut qu’il ne fonctionne pas, qu’il ne soit pas sûr, et nous allons probablement tous finir par être obligés de l’utiliser.

Joyeux Noël à tous.

Source : https://off-guardian.org/2020/12/02/5-burning-questions-about-the-new-covid-vaccine/

ajax-loader