Les bienfaits du lait cru

par Aajonus Vonderplanitz

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE LES LAITS CRUS ET PASTEURISÉS
Catégorie comparéeLait cruLait pasteurisé
1) EnzymesToutes disponibles.Moins de 10% restantes.
2) Protéines :100% disponibles, les 22 acides aminés, dont 8 essentiels.Les protéines-lysine et tyrosine sont altérées par la chaleur avec une grave perte de disponibilité métabolique. Cela a pour conséquence de rendre l’ensemble du complexe protéique moins disponible pour la réparation et la reconstruction des tissus.
3) Les graisses : (des études indiquent que les graisses sont nécessaires pour métaboliser les protéines et le calcium. Tous les aliments naturels contenant des protéines contiennent des graisses).Les 18 acides gras métaboliquement disponibles, tant les graisses saturées que les graisses insaturées.Altérée par la chaleur, notamment les 10 graisses insaturées essentielles.
4) Vitamines :Toutes 100% disponibles.Parmi les vitamines liposolubles, certaines sont classées comme instables et une perte est donc provoquée par le chauffage au-dessus de la température du sang. Cette perte de vitamines A, D, E et F peut atteindre 66 % et celle de la vitamine C dépasse généralement 50 %. Les pertes de vitamines hydrosolubles sont affectées par la chaleur et peuvent aller de 38 % à 80 %.
5) Glucides :Facilement utilisables dans le métabolisme. Toujours associés naturellement aux éléments.Les tests indiquent que la chaleur a apporté quelques modifications rendant les éléments moins disponibles métaboliquement.
6) Les minéraux :Tous 100% métaboliquement disponibles. Les principaux composants minéraux sont le calcium, le chlore, le magnésium, le phosphore, le potassium, le sodium et le soufre. Les oligo-éléments vitaux, au nombre de 24 ou plus, sont tous disponibles à 100 %.Le calcium est altéré par la chaleur et la perte dans le métabolisme peut atteindre 50 % ou plus, selon la température de pasteurisation. Perte d’autres minéraux essentiels, car un minéral agit généralement en synergie avec un autre élément. Il y a une perte d’enzymes qui servent de conducteurs dans l’assimilation des minéraux.
NOTE :La croissance bactérienne dans le lait cru augmente très lentement, car les bactéries acidifiantes amicales (l’antiseptique de la nature) retardent la croissance des organismes envahisseurs (les bactéries). Il se conserve généralement pendant plusieurs semaines lorsqu’il est placé au réfrigérateur et tourne au lieu de pourrir.La pasteurisation est le processus qui consiste à chauffer chaque particule de lait à une température d’au moins 63°c et à le maintenir à cette température pendant au moins 15 secondes. La pasteurisation n’élimine pas la saleté, ni les toxines produites par les bactéries du lait. La croissance bactérienne sera géométriquement rapide après la pasteurisation et l’homogénéisation. Le lait devient progressivement rance en quelques jours, puis se décompose.

https://odysee.com/@cv19:b/Aajonus_Vonderplanitz—Raw-Milk-Truth-VOSTFR:b

En 1945, 450 cas de maladies infectieuses ont été attribués au lait cru. Il y a eu 1 492 cas attribués au lait pasteurisé.[1] Il y a eu 1 cas de maladie pour 12 400 000 litres de lait pasteurisé consommés, et 1 cas de maladie pour 18 900 000 litres de lait cru consommés.[2] En d’autres termes, une personne pouvait boire 6 500 000 litres de lait cru de plus que de lait pasteurisé sans tomber malade.

En 1945, une épidémie d’intoxication alimentaire s’est produite à Phoenix, en Arizona.[3] Le rapport officiel indique que ” les relevés de pasteurisation… montrent que le lait a été correctement pasteurisé et permettent de supposer que la toxine a été produite dans le lait pendant son stockage… ” Trois cents (300) personnes ont été malades à la suite de cet incident d’intoxication alimentaire au lait pasteurisé.

Great Bend, Kansas, en 1945, a signalé 468 cas de gastro-entérite dus au lait pasteurisé. Ces cas ont été attribués à “des conditions insalubres dans les laiteries, des bouteilles non stérilisées”. 9 personnes sont décédées.

En octobre 1978, une épidémie de salmonelle a été attribuée à un empoisonnement alimentaire par du lait pasteurisé, impliquant 68 personnes en Arizona. Le taux de bactéries était 23 fois supérieur à la limite légale. Le CDC a signalé que le lait avait été correctement pasteurisé, mais il continue d’insister sur le fait que ” seule la pasteurisation offre une garantie contre les infections “.

En juin 1982, 172 personnes dans une région de trois États du Sud-Est ont été frappées par une infection intestinale. Plus de 100 ont été hospitalisées. L’infection, qui a provoqué une diarrhée sévère, de la fièvre, des nausées, des douleurs abdominales et des maux de tête, a été attribuée au lait pasteurisé[4].

En 1983, lors d’une épidémie de listériose au Massachusetts, le lait pasteurisé entier ou à 2 % a été impliqué comme source d’infection. L’inspection de l’usine de production de lait n’a détecté aucune défaillance apparente dans le processus de pasteurisation.[5]

En août 1984, environ 200 personnes ont été infectées par S. typhimurium à partir de lait pasteurisé produit dans une usine de Melrose Park, IL. Les autorités de réglementation ont gardé cette épidémie secrète. Sans preuve, ils ont conclu que le lait n’avait pas été correctement pasteurisé. Mais, de nouveau, en novembre 1984, une autre épidémie de S. typhimurium s’est déclarée chez des personnes ayant consommé du lait pasteurisé mis en bouteille dans la même usine. Encore une fois, ils ont gardé le secret et ont supposé que le lait n’avait pas été correctement pasteurisé. Puis, en mars 1985, il y a eu 16 284 cas confirmés de S. typhimurium résultant du lait pasteurisé mis en bouteille dans la même usine. Les tests ont prouvé que le lait avait été correctement pasteurisé. Des enquêteurs ayant des idées préconçues selon lesquelles le lait n’avait pas été correctement pasteurisé, alimentés par les efforts des services de santé, ont tiré des conclusions sans enquête et ont accusé le lait cru. Les médias ont à leur tour relayé cette théorie auprès du public.[6]

Consumer Reports, janvier 1974, a révélé que sur 125 échantillons testés de lait et de produits laitiers pasteurisés, 44% se sont révélés en violation des réglementations de l’état. Consumer Reports a conclu que “la qualité d’un certain nombre de produits laitiers dans cette étude était tout simplement déplorable”. Consumer Reports a déclaré que les “anciennes objections” au lait pasteurisé sont toujours valables aujourd’hui :

a) La pasteurisation est une excuse pour la vente de lait sale.
b) La pasteurisation peut être utilisée pour masquer un lait de mauvaise qualité.
c) La pasteurisation encourage la négligence et décourage les efforts pour produire du lait propre.

L’Union des consommateurs a rapporté en juin 1982 que des bactéries coliformes ont été trouvées dans de nombreux échantillons testés de produits laitiers pasteurisés. Certains comptages atteignaient 2200 organismes par centimètre cube.

Exemples d’épidémies attribuées à des intoxications alimentaires bactériennes dues au lait pasteurisé :

1945 : 1 492 cas pour l’année aux États-Unis.
1945 : 1 foyer, 300 cas à Phoenix, Arizona.
1945 : Plusieurs foyers, 468 cas de gastro-entérite, 9 décès, à Great Bend, Kansas.
1978 : 1 foyer, 68 cas en Arizona.
1982 : Plus de 17 000 cas d’entérocolite à Yersinia à Memphis, Tennessee.
1982 : 172 cas, dont plus de 100 hospitalisés, dans une région de trois États du Sud.
1983 : 1 foyer, 49 cas de listériose dans le Massachusetts.
1984 : Août, 1 foyer de S. typhimurium, environ 200 cas, dans une usine à Melrose Park, IL.
1984 : Novembre, 1 foyer de S. typhimurium, dans la même usine de Melrose Park, IL.
Mars : 1985, 1 foyer, 16 284 cas confirmés, dans la même usine de Melrose Park, IL.
1985 : 197 000 cas d’infections à Salmonella résistantes aux antimicrobiens dans une laiterie de Californie.[7]

1985 : Plus de 1 500 cas, culture de Salmonella confirmée, dans le nord de l’Illinois.
1993 : 2 épidémies dans tout l’État, 28 cas d’infection à Salmonella.
1994 : 3 épidémies, 105 cas, E. Coli et Listeria en Californie.
1995 : 1 foyer, 3 cas en Californie.
1996 : 2 foyers Campylobactor et Salmonella, 48 cas en Californie.
1997 : 2 épidémies, 28 cas Salmonella en Californie.

Le professeur Fosgate, du département des sciences laitières de l’université de Géorgie, a déclaré : “La pasteurisation a été prêchée comme une garantie à cent pour cent pour le lait. Ce n’est tout simplement pas vrai. Si le lait est contaminé aujourd’hui, il y a de fortes chances que ce soit après la pasteurisation.”

Voir le rapport complet : Report in favor of raw milk (Rapport en faveur du lait cru) d’Aajonus Vonderplanitz contenant les sources et beaucoup plus d’informations (en anglais).