Category: Témoignage

Interview d’une infirmière. Loin des discours officiels.

Une autre réalité, inaudible dans les médias dominants qui nous distillent quotidiennement des chiffres qui donnent forme à une angoisse qui nous ramène à l’état d’enfant, en demande d’un État fort qui nous offrira la solution.
Pour ce dernier, pas de doute, c’est le vaccin (https://youtu.be/v4zVxzxPrd4).
Et si la réalité était tout autre?

Interview, pour une percée derrière le rideau de fumée médiatique.

https://www.youtube.com/watch?v=30h4EYgspF0

Lettre du Professeur Perronne : le vaccin est inutile et risqué !

« Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean-François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV.L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place.

La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter.Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin.

Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile.

De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique.On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules.

On ne connaît absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entraînant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

Ancien directeur de la recherche sur les maladies respiratoires chez Pfizer : Le vaccin Covid pourrait rendre les femmes stériles

Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent l’arrêt de toutes les études sur la vaccination contre le corona et appellent à cosigner la pétition

Le 1er décembre 2020, l’ancien directeur de la recherche sur les maladies respiratoires chez Pfizer, le Dr Michael Yeadon, et le pneumologue et ancien directeur du département de santé publique, le Dr Wolfgang Wodarg, ont déposé une demande auprès de l’EMA, l’Agence européenne des médicaments responsable de l’approbation des médicaments à l’échelle de l’UE, pour la suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin CoV 2 contre le SRAS, en particulier l’étude BioNtech/Pfizer sur le BNT162b (numéro EudraCT 2020-002641-42).

Les docteurs Wodarg et Yeadon demandent que les études – pour la protection de la vie et de la santé des volontaires – ne soient pas poursuivies jusqu’à ce que l’on dispose d’un plan d’étude adapté pour répondre aux importantes préoccupations en matière de sécurité exprimées par un nombre croissant de scientifiques de renom à l’encontre du vaccin et du plan d’étude.

D’une part, les pétitionnaires demandent qu’en raison du manque connu de précision du test PCR dans une étude sérieuse, un séquençage dit de Sanger soit utilisé. C’est la seule façon de faire des déclarations fiables sur l’efficacité d’un vaccin contre le Covid-19. Sur la base des nombreux tests PCR de qualité très variable, ni le risque de maladie ni l’éventuel bénéfice d’un vaccin ne peuvent être déterminés avec la certitude nécessaire, c’est pourquoi le fait de tester le vaccin sur des humains est contraire à l’éthique en soi.

En outre, ils exigent qu’il soit exclu, par exemple au moyen d’expériences sur les animaux, que des risques déjà connus par des études antérieures, qui proviennent en partie de la nature des virus corona, puissent être réalisés. Les préoccupations portent en particulier sur les points suivants :

  • La formation d’anticorps dits “non neutralisants” peut conduire à une réaction immunitaire exagérée, surtout lorsque la personne testée est confrontée au vrai virus “sauvage” après la vaccination. Cette amplification dite dépendante des anticorps, l’ADE, est connue depuis longtemps grâce à des expériences avec des vaccins à corona chez les chats, par exemple. Au cours de ces études, tous les chats qui avaient initialement bien toléré la vaccination sont morts après avoir attrapé le virus sauvage.
  • On s’attend à ce que les vaccins produisent des anticorps contre les protéines de pointe du SARS-CoV-2. Cependant, les protéines de pointe contiennent également des protéines homologues de la syncytine, qui sont essentielles à la formation du placenta chez les mammifères tels que l’homme. Il faut absolument exclure qu’un vaccin contre le SARS-CoV-2 puisse déclencher une réaction immunitaire contre la syncytine 1, car sinon une stérilité de durée indéterminée pourrait entraîner la vaccination des femmes.
  • Les vaccins à ARNm de BioNTech/Pfizer contiennent du polyéthylène glycol (PEG). 70% des personnes développent des anticorps contre cette substance – cela signifie que de nombreuses personnes peuvent développer des réactions allergiques, potentiellement mortelles, à la vaccination.
  • La durée beaucoup trop courte de l’étude ne permet pas une estimation réaliste des effets tardifs. Comme dans les cas de narcolepsie après la vaccination contre la grippe porcine, des millions de personnes en bonne santé seraient exposées à un risque inacceptable si une autorisation d’urgence était accordée et que la possibilité d’observer les effets tardifs de la vaccination suivait. Néanmoins, BioNTech/Pfizer a apparemment soumis une demande d’approbation d’urgence le 1er décembre 2020.

La syncytine 1 joue aussi un rôle sur les spermatozoïdes https://www.researchgate.net/publication/261257414_Syncytin-1_and_its_receptor_is_present_in_human_gametes et pourrait avoir un lien avec la schizophrénie d’après cet article https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28928004/

Oxford – Lapsus d’un concepteur du vaccin Covid – “Le vaccin ne stérilisera que 70 % de la population”

“Ces vaccins ne sont pas susceptibles de stériliser complètement une population.” Professeur Sir John Bell

Le Dr Wodarg et le Dr Yeadon demandent au plus grand nombre possible de citoyens européens de cosigner leur pétition en envoyant le courriel préparé ici à l’EMA.

An: [email protected]; [email protected]

Betreff: Co-signing the petition of Dr. Wodarg, Germany, and Dr. Yeadon, UK (submitted on 1-Dec-2020)

Dear Sir or Madam, I am hereby co-signing the petition of Dr. Wodarg and Dr. Yeadon to support their urgent request to stay the Phase III clinical trial(s) of BNT162b (EudraCT Number 2020-002641-42) and other clinical trials. The full text of the petition of Dr. Wodarg and Dr. Yeadon can be found here: https://2020news.de/wp-content/uploads/2020/12/Wodarg_Yeadon_EMA_Petition_Pfizer_Trial_FINAL_01DEC2020_EN_unsigned_with_Exhibits.pdf I hereby respectfully request that EMA act on the petition of Dr. Wodarg and Dr. Yeadon immediately. Regards 

Source: https://2020news.de/en/dr-wodarg-and-dr-yeadon-request-a-stop-of-all-corona-vaccination-studies-and-call-for-co-signing-the-petition/

https://healthandmoneynews.wordpress.com/2020/12/02/head-of-pfizer-research-covid-vaccine-is-female-sterilization/

Le professeur Perronne appelle à résister à la “vaccination anti-Covid’

« Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe »

Voir tout de suite la conclusion ==>

Je ne présenterai pas le Professeur Christian Perronne, chef de service des maladies infectieuses à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (92) qui fait partie de la trop petite cohorte de médecins qui ont eu très tôt le courage de dire la vérité sur la crise de la covid-19 et qui est maintenant persécuté pour cela par son administration, sa fac, le Conseil national de l’Ordre des médecins, les médias et de nombreux journalistes dont les connaissances en infectiologie bien minces ne les qualifient pourtant pas pour leurs diatribes coutumières.

Sachez seulement que c’est un homme rigoureux, honnête et consensuel, très compétent sur les vaccins qu’il a défendus durant toute sa carrière. Il a présidé la Commission des maladies transmissibles du Haut Conseil de la Santé Publique, et a été vice-président du groupe “European Advisory Group of Experts on Immunisation” qui conseille la politique vaccinale européenne de l’Organisation Mondiale de la Santé. En tant que médecin, il place le serment d’Hippocrate et l’intérêt de la santé des Français au-dessus de sa carrière professionnelle, comme en témoignent ses déclarations précédentes et la mise en garde solennelle suivante :

« Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

 Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant.

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

Christian Perronne : à propos des vaccins…

Tout est dit, je vous conseille de lire et relire cette lettre, de la méditer et de la diffuser aussi largement que possible par mail, tracts (comme au temps de la Résistance) dans les boîtes aux lettres etc. pour tenter d’ouvrir les yeux à nos concitoyens, qu’ils cessent de se faire tester avec les tests PCR faux et attaqués en justice, et n’acceptent pas de se faire isoler pour une épidémie de cas et non de malades.
Résistons.

Gérard Delépine

Source : http://www.profession-gendarme.com/le-professeur-perronne-appelle-a-resister-a-la-vaccination-anti-covid/

http://www.francesoir.fr/opinions-societe-sante/vaccin-arnm-lappel-solennel-du-pr-perronne

« Il ne faut pas vous faire vacciner ! », déclare le docteur Louis Fouché sur CNEWS chez Morandini

Le 24/11/2020, sur CNEWS chez Morandini, le docteur Louis Fouché a brillamment exposé une longue série d’arguments en défaveur de la vaccination contre le Covid-19: Conflits d’intérêt, faible létalité du virus, recul inexistant sur la technologie ARN utilisée, possibilité de modification du génome, firmes non responsables des potentiels effets secondaires…

L’émission en intégralité: https://www.cnews.fr/emission/2020-11-24/morandini-live-du-24112020-1021014

Source : https://www.youtube.com/watch?v=rLB2kpPp5zg

Documentaire : Lancement du World Freedom Alliance à Stockholm

Ce long métrage documentaire traite de la création de l’Alliance mondiale pour la liberté (AMA) à Stockholm, en Suède, en novembre 2020.

L’Alliance mondiale pour la liberté constituera une plateforme mondiale reliant diverses associations et organisations offrant un accès à la justice, un véritable dialogue pour les sciences de la santé et la politique tout en demandant aux responsables mondiaux de rendre des comptes en vertu de la loi. Nous proposerons des solutions transparentes fondées sur des preuves et encouragerons un débat solide avec les médias, les scientifiques et les gouvernements afin de garantir le rétablissement et le maintien des libertés fondamentales des peuples du monde.

Partie 2 : https://youtu.be/R7fy7oXxBvc

Notre mission est de PROTÉGER les libertés qui nous sont chères, de PROMOUVOIR les collaborations et les liens entre les groupes de médecins, de scientifiques, de juristes, de professionnels et de militants de la liberté dans le monde entier. Nous FOURNIRONS une analyse transparente des données pour les entreprises et des solutions innovantes afin de construire un monde merveilleux pour nous, nos enfants et les générations futures.

Présidente de la FMA – Prof Dolores Cahill, professeur de biologie moléculaire et d’immunologie.

Vice-président de la FMA – Heiko Schöning, M.D., membre fondateur de ACU2020.org

Président de la FMA – Maneka Helleberg, président du tribunal populaire et membre de la Nouvelle Terre.

Conseiller juridique de la FMA – Martin Byrne, avocat pratiquant dans les cours supérieures, Dublin.

Trésorier de la WFA – Mads Palsvig, président du parti politique JFK21, ancien banquier d’affaires.

Secrétaire générale de la WFA – Fiona Hine, activiste politique et responsable des événements, fondatrice de CoviLeaks.

Oracle Films est aux côtés de la WFA en tant qu’équipe officielle de production vidéo pour l’alliance – https://oraclefilms.com

Source : https://www.oraclefilms.com/

VOSTFR : https://odysee.com/@MEDIAPORT:d/world_freedom_alliance_stockholm_part1:e?r=EH71D4JNVPLDubAaK5QxoxsMLXBVFAGQ

Un éminent pathologiste affirme que le COVID-19 est “le plus grand canular jamais perpétré sur un public sans méfiance”

Le Dr Roger Hodkinson, pathologiste de haut niveau, a déclaré aux représentants du gouvernement albertain, lors d’une conférence téléphonique, que la crise actuelle du coronavirus est “le plus grand canular jamais perpétré sur un public sans méfiance”.

Les commentaires de Hodkinson ont été faits lors d’une discussion impliquant le Comité des services communautaires et publics et le clip a ensuite été mis en ligne sur YouTube.

Notant qu’il était également expert en virologie, M. Hodkinson a souligné que son rôle de PDG d’une société de biotechnologie qui fabrique des tests de COVID signifiait “je pourrais en savoir un peu plus sur tout cela”.

“Il y a une hystérie publique totalement infondée menée par les médias et les politiciens, c’est scandaleux, c’est le plus grand canular jamais perpétré sur un public sans méfiance”, a déclaré M. Hodkinson.

Le médecin a déclaré que rien ne pouvait être fait pour arrêter la propagation du virus, à part protéger les personnes âgées plus vulnérables et que toute cette situation représentait “la politique jouant à la médecine, et c’est un jeu très dangereux“.

La vidéo est archivée en bas de l’article si YouTube censure

Hodkinson a fait remarquer que “la distanciation sociale est inutile car le COVID est diffusé par des aérosols qui parcourent une trentaine de mètres avant d’atterrir”, et il a appelé à la réouverture immédiate de la société pour éviter les dommages débilitants causés par le confinement.

Hodkinson a également clamé que les mandats de port obligatoire de masques étaient totalement inutiles.

“Les masques sont totalement inutiles. Il n’y a aucune preuve de leur efficacité”, a-t-il déclaré.

“Les masques en papier et les masques en tissu sont simplement des signes de vertu. Ils ne sont même pas portés efficacement la plupart du temps. C’est tout à fait ridicule. Voir ces gens malheureux, sans éducation – je ne dis pas cela dans un sens péjoratif – voir ces gens se promener comme des lemmings obéissant sans aucune base de connaissances pour mettre un masque sur leur visage“.

Le médecin a également critiqué le manque de fiabilité des tests PCR, notant que “les résultats positifs des tests ne signifient pas, comme le souligne le néon, une infection clinique”, et que tous les tests devraient cesser parce que les faux chiffres “provoquent l’hystérie du public”.

Hodkinson a déclaré que le risque de décès dans la province de l’Alberta pour les personnes de moins de 65 ans était de “un sur trois cent mille”, et qu’il était tout simplement “scandaleux” de fermer la société pour ce que le médecin a déclaré “n’être qu’une autre mauvaise grippe”.

“Je suis absolument scandalisé que cela ait atteint ce niveau, tout devrait s’arrêter demain”, a conclu le Dr Hodkinson.

Les références de Hodkinson sont incontestables, le site web MedMalDoctors affirmant sa crédibilité.

“Il a obtenu ses diplômes de médecine générale à l’université de Cambridge au Royaume-Uni (M.A., M.B., B. Chir.) où il était chercheur au Corpus Christi College. Après une résidence à l’Université de Colombie-Britannique, il est devenu pathologiste général certifié par le Collège royal (FRCPC) et également membre du Collège des pathologistes américains (FCAP)”.

“Il est en règle avec le College of Physicians and Surgeons of Alberta, et a été reconnu par la Court of Queen’s Bench de l’Alberta comme expert en pathologie”.

Au cas où la vidéo ci-dessus serait supprimée par YouTube, une sauvegarde via Bitchute est disponible ici.

Aube Digitale

EPHAD : “On a osé nous demander de piquer nos patients pour les faire partir plus vite”

La chaîne France 3 diffusera le 18 novembre 2020 à 21h05 l’enquête “Covid-19 : que se passe-t-il vraiment dans les Ehpad ?” Le site de la chaîne consacre un article et une vidéo (ci-dessous) à ladite enquête dont le principal sujet s’avère être le fameux “décret Rivotril” du 29 mars et ses conséquences sur les soignants comme sur leurs patients.

“En pleine première vague de l’épidémie de Covid-19, au printemps 2020, le gouvernement a autorisé le recours à des médicaments palliatifs habituellement interdits.”Pièces à conviction” a recueilli des témoignages de soignants révoltés par cette décision.[…]

A Buzançais, dans l’Indre, l’Ehpad public Saint-Roch a accepté d’ouvrir ses portes à une équipe de “Pièces à conviction”. En six semaines, l’établissement a perdu vingt de ses résidents. Ici, deux malades en fin de vie ont reçu des injections de Midazolam. Leurs familles en ont été averties. Mais plutôt que d’abréger leurs souffrances, les soignants auraient préféré pouvoir mieux prendre soin des personnes âgées atteintes du Covid-19.

“Quand on a reçu ces directives, ça nous a choqués, témoigne Sandra Rotureau, cadre de santé, de se dire que là, on ne donnait aucune chance aux personnes âgées de s’en sortir. Quand une personne âgée n’est pas hospitalisée [par manque de lits] et qu’ensuite, ce qu’on lui propose, c’est une sédation dès l’instant qu’elle va présenter une détresse respiratoire… ma première réaction, se rappelle-t-elle, ça a été : on nous demande de faire une euthanasie passive auprès de nos résidents.” […]

Ailleurs qu’à Buzançais, une médecin d’Ehpad public partage, à visage caché, “un sentiment d’horreur”. Alors qu’elle n’a “pas le droit de prescrire quelque chose qui pourrait soigner les personnes si elles étaient atteintes”, elle est “autorisée à les faire partir… en douceur”.

“On a abrégé les souffrances des gens. Moi, j’appelle ça l’euthanasie, poursuit-elle, extrêmement choquée. Qu’on ait osé nous demander de piquer nos patients pour les faire partir plus vite, c’est insupportable.”[…]

Source :
France TV : Covid-19 : “On ne donnait aucune chance aux personnes âgées de s’en sortir”, s’indigne une médecin d’Ehpad public

ajax-loader